Tous les articles par Sandra Poujat

Écrire la grammaire nationale de Domergue à Damourette et Pichon (2/2)

La BnF accueille cette année 31 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, Sandra Poujat, accueillie au département Littérature et art, rend compte de son projet : Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916).


De quelques lieux propices à l’imaginaire de la langue

Outre le discours des grammairiens tel qu’il apparaît dans le paratexte grammatical, il est possible de sonder l’imaginaire des auteurs à travers les analyses qu’ils offrent des parties du discours et de la syntaxe. Les analyses qu’ils y délivrent dessinent un imaginaire national du français qui fluctue en fonction des orientations idéologiques de l’époque à laquelle ils appartiennent. Nous ne prendrons, à titre d’exemple, que deux observables possibles parmi d’autres : la question du vouvoiement et celle de l’exemple grammatical pour illustrer les parties du discours et les phénomènes de syntaxe.

Les pronoms personnels, notamment lorsqu’il s’agit des pronoms de la deuxième personne, posent la question du rapport de la langue avec la sphère sociale puisqu’ils s’inscrivent dans une politique de l’adresse. Le français connaît notamment deux séries de pronoms personnels pour s’adresser à un interlocuteur : le pronom tu et le pronom vous, ce dernier pouvant être utilisé en ne s’adressant qu’à une seule personne pour témoigner une forme de respect – ce qui s’appelle couramment le vouvoiement. Parce que le vouvoiement apparaît d’abord comme un fait social plutôt que comme un fait de langue, il a été remis en question par plusieurs grammairiens de la Révolution française, notamment en raison de sa pratique asymétrique (vouvoyer son interlocuteur ne signifie pas être vouvoyé en retour) qui témoignerait de l’inégalité des relations sociales entre les citoyens. Ainsi Bulard considère-t-il le vouvoiement comme une pratique surannée de l’Ancien Régime dans sa Grammaire française républicaine :

Le pronom vous, sous l’Ancien Régime, étoit tantôt singulier et tantôt pluriel ; c’est-à-dire, qu’on parloit alors à une seule personne, comme si l’on eût parlé à plusieurs. Par exemple, on lui disoit comment vous portez-vous ? Je vous vois. Au lieu de dire : comment te portes-tu ? Je te vois. Mais sous le régime de la liberté, cet usage est aboli ; et l’on emploie maintenant le mot vous que quand on parle à plusieurs

BULARD, Grammaire française républicaine, à l’usage des Écoles nationales ; rédigée d’après le décret de la Convention nationale, du 9 pluviôse, seconde édition, Paris, Caillot, an II [1794], p. 42-43.

Sans plus de commentaires, Bulard considère cet usage comme « aboli » sous « le régime de la liberté » : ce changement brusque de l’usage selon le régime politique témoigne d’une perception idéologique de l’emploi des pronoms personnels. De son côté, le citoyen Guyot propose une analyse beaucoup plus explicite de la déperdition du vouvoiement :

Sous l’ancien régime, lorsque l’inégalité des conditions laissait à peine soupçonner l’existence des droits de l’homme, les pronoms tu, te, toi, n’étaient usités que quand on parlait à des personnes, ou fort inférieures, ou avec qui on était en très-grande familiarité. Hors de là, on se servait du pronom pluriel vous ; c’est-à-dire, qu’on pluralisait un seul individu. Il est vraisemblable que cette absurdité fut une émanation de l’orgueil. Quoiqu’il en soit, les bases démocratiques sur lesquelles est fondée la république française, ayant fait évanouir les distinctions frivoles que le despotisme avait introduites entre les citoyens, il devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus. Aussi s’est-elle étendue cette réforme jusque sur les expressions que l’influence de l’ancien régime avait corrompues ou altérées. On a en conséquence restreint le pronom vous à n’être plus que le pluriel de tu, te, toi, & ceux-ci ont été rétablis dans les fonctions pour lesquelles les inventeurs de la langue française les avaient créés. L’usage de la plupart des républicains français est aujourd’hui de tutoyer même le président de la convention nationale, quand on lui parle individuellement, & à plus forte raison, toute autre personne, quel que soit son rang & et de quelque magistrature qu’elle puisse être revêtue

GUYOT, Nouvelle Grammaire française, ou les élémens de l’art de parler et d’écrire correctement, Paris, chez la citoyenne Burgard, l’an III de la République française, une et indivisible [1794], p. 112-113.
Guyot, Nouvelle Grammaire française, an III.

Guyot établit une analogie entre la pratique asymétrique du vouvoiement et la société inégalitaire de l’Ancien Régime d’une part, et la pratique généralisée du tutoiement et la société républicaine promouvant l’égalité entre les citoyens d’autre part. Les termes qu’il emploie, loin d’appartenir au seul vocabulaire de l’analyse grammaticale, laissent transparaître une forte axiologie dépréciative envers le vouvoiement en faisant coïncider cette pratique linguistique avec une pratique sociale : le vouvoiement est une « absurdité », une « émanation de l’orgueil », et l’asymétrie créée entre interlocuteurs vouvoyés et tutoyés relève de « distinctions frivoles » introduites par le « despotisme » du régime monarchique. La Révolution française apparaît alors comme une réparation de la langue blessée par des siècles de monarchie, puisqu’il « devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus ». Par la notion de réforme, Guyot bascule de nouveau dans le terrain grammatical en employant le terme par excellence pour désigner le changement abrupt de norme. Mais surtout, en incluant le vouvoiement parmi les « abus » langagiers, Guyot s’inscrit pleinement dans l’imaginaire de la fin de son siècle : « l’abus des mots », collocation fort répandue parmi les grammairiens, est la tare contre laquelle s’élève les gens de lettres de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le mauvais emploi des mots, tant du point de vue sémantique que syntaxique, est une hantise grandissante dans la mesure où elle jetterait les locuteurs dans une cacophonie permanente et attesterait des défaillances du langage, alors incapable de référer au monde réel avec justesse. En le classant parmi les abus possibles de la langue, Guyot érige le vouvoiement en une pratique délétère pour la langue française.

Le choix des exemples opérés par les grammairiens est également très intéressant pour sonder les imaginaires langagiers qu’ils charrient. Les exemples utilisés ne sont jamais neutres et trahissent souvent des positionnements idéologiques, tant du point de vue de la morale que de la politique. Si, dans l’histoire des grammaires, il est possible de retracer des exemples canoniques, à l’instar de la locution Dieu est bon, qui constitue l’exemple-phare dans la plupart des grammaires pour illustrer les trois constituants de la proposition, il n’empêche que plusieurs grammaires se démarquent. À ce propos, les grammaires parues durant la Révolution française, et notamment celles écrites en vue du concours de l’an II pour retenir une grammaire officielle, sont assez éloquentes : la plupart d’entre elles forgent des exemples qui ne sont pas sans lien avec le discours révolutionnaire. Ainsi, le Cours de langue française à l’usage des écoles nationales, écrit par un collectif de gens de lettres pour le concours chaperonné par l’abbé Grégoire et entièrement dédié à l’épineuse question de la phrase, propose-t-il d’illustrer les différents constituants de la proposition par les exemples suivants :

Quand vous dites : Barra étoit intrépide ; Barra indique l’objet qui occupe votre esprit ; intrépide désigne la qualité que vous avez remarquée ; étoit fait entendre que vous lui avez en effet trouvé cette qualité. […]
Souvent, le sujet, l’attribut et le verbe sont modifiés à la fois comme dans cette phrase : L’amour de la patrie fut toujours la première vertu d’un véritable républicain

[COLLECTIF ANONYME], Cours de langue française à l’usage des écoles nationales. Ouvrage périodique, par une société de gens de lettres, Paris, chez la citoyenne Roudier, 1794, p. 4-5.
Anonyme, Cours de langue française, 1794.

Il n’est pas anodin que les auteurs forgent de tels exemples : bien qu’il ne s’agisse que d’exemples grammaticaux, les mots ne valant que pour leur fonctionnement linguistique, la valeur référentielle de ces exemples ne peut pas être totalement écartée, d’autant plus que ces grammaires s’adressent à un jeune public – or toute la difficulté de l’apprentissage grammatical des enfants est bien le basculement de l’empirique au métalinguistique, c’est-à-dire d’une réception immédiate des mots en tant que signes qui désignent des référents à une appréhension abstraite des mots en tant que catégories grammaticales. Il n’est donc pas neutre que les exemples présentés s’inscrivent dans l’idéologie révolutionnaire en faisant de « l’amour de la patrie » la « première vertu d’un véritable républicain » ou en évoquant le nom de Joseph Barra, jeune soldat républicain mort à 14 ans contre les troupes royalistes lors de la guerre de Vendée que la Convention érigea en mythe du jeune homme qui se dévoue pour la patrie. De nombreux ouvrages de langue écrits durant la Révolution française puisent leurs exemples dans le discours révolutionnaire : la Grammaire française républicaine de Bulard utilise les noms de Brutus et de Barra pour illustrer le nom propre et l’on retrouve fréquemment les termes de république, citoyen, assemblée, patrie et convention pour illustrer le substantif, comme c’est le cas dans l’Alphabet républicain de Chemin-Dupontès (an II [1794]) ou de la Grammaire des Sans-culottes. Éléments de la langue nationale d’Antoine Tournon qui a été transcrite et analysée par Jacques Guilhaumou1. Cette orientation politique des exemples n’est pas le propre de la période révolutionnaire : on peut également souligner que des grammaires écrites sous le Consulat et le Premier Empire – et même postérieures – usent d’exemples à la gloire de Napoléon, comme c’est le cas de la Grammaire raisonnée ou cours théorique et pratique de la langue française de Boinvilliers (1803) ou de la Nouvelle Grammaire française [des demoiselles] en vers de Pierre-Léon Chavignaud (1831).

Mais l’un des faits les plus notables, et qui ne cesse de se renforcer de la Révolution aux années 1920, est la présence de la littérature parmi les exemples. Si les grammairiens ont plutôt tendance à forger leurs propres exemples, ils sont de plus en plus nombreux à sonder les corpus littéraires, et pas n’importe lequel : celui des écrivains de l’Âge classique. Ainsi, dès les années 1790, Caminade se sert-il de Racine, Boileau et Malherbe pour illustrer ses Premiers Élémens de la langue française ou grammaire usuelle (an VIII [1799]) et Jean-Edme Serreau, dans sa Grammaire raisonnée ou principes de la langue française appropriés au génie de la langue (an VII [1798]) utilise-t-il les vers de Racine, La Fontaine, Boileau et Voltaire. L’utilisation de la littérature des XVIIe et XVIIIe siècles comme réservoir d’exemples tant pour l’analyse grammaticale que pour illustrer le « bon usage » ne se tarit pas lors du XIXe siècle dans la mesure où elle se greffe à une exaltation du génie de la langue française. Ainsi, Charles Benoît, doyen de la faculté des lettres de Nancy, dans ses Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française de 1878, considère-t-il Malherbe comme le « promoteur » du « bon sens national2 », tout comme le Baron Descamps, homme d’État belge qui considère dans un discours de 1920 que Malherbe a « le grand mérite d’avoir fondé une tradition stable où se développa le génie de la langue en esprit d’ordre et de clarté et d’avoir ainsi préparé aux lettres françaises la voie à une splendide efflorescence et à un regain d’universalité3 ». En ce sens, dès les années 1840, dans la Grammaire des Grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française de Girault-Duvivier, qui se présente comme un compendium des meilleures grammaires, la grandeur du français est illustrée, significativement, par l’énumération d’auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles dès la préface :

On se plaint de la pauvreté de notre langue, et c’est souvent parce qu’on en ignore les ressources […].
Peut-on accuser de foiblesse ou de pauvreté la langue dans laquelle ont écrit Bossuet, Fénélon, Pascal, Boileau, Racine, les deux Corneille, Voltaire, Rousseau, Buffon, Delille, etc. ?
Une langue qui, sous leur plume, a su prendre tous les tons, se plier à toutes les formes, peindre toutes les affections, rendre toutes les pensées, animer tous les tableaux, toutes les descriptions ; une langue enfin qui a prêté son harmonie à Fénélon, son élégance, sa pureté à Racine, et ses foudres à Bossuet, est assez riche de son propre fonds ; elle n’a pas besoin d’acquisitions nouvelles ; il ne faut plus que la fixer, au moins pour nous, au point auquel ces grands écrivains l’ont élevée.

Charles-Pierre GIRAULT-DUVIVIER, Grammaire des grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, t. 1, Paris, A. Cotelle, 1840, p. IV-V.
Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, 1840. Gallica.

Le français aurait trouvé toutes ses lettres de noblesse grâce aux auteurs de l’Âge classique, au point que Girault-Duvivier souligne, selon le topos récurrent des grammaires de l’époque, qu’il ne reste plus qu’à « fixer la langue ». Ce rêve d’une langue immobile n’est pas sans lien avec le mythe du génie de la langue française selon lequel il existerait un génie propre à la langue qui perdurerait à travers les siècles et dont la pleine expression n’attendrait que l’époque propice – en l’occurrence, le Grand Siècle. Les écrivains sont alors érigés en des autorités linguistiques dont il faut respecter la pratique langagière et, en tant que tels, leurs écrits peuvent servir d’exemples grammaticaux au sein des grammaires. Girault-Duvivier témoigne explicitement de la portée idéologique de l’exemple grammatical dans sa préface :

Cette grammaire offre d’ailleurs un nouveau degré d’utilité. Bien convaincu que la religion et la morale sont les bases les plus essentielles de l’éducation ; que les règles les plus abstraites sont mieux entendues lorsqu’elles sont développées par des exemples ; et qu’à leur tour les exemples se gravent mieux dans la mémoire, lorsqu’ils présentent une pensée saillante, un trait d’esprit ou de sentiment, un axiome de morale, ou une sentence de religion, je me suis attaché à choisir de préférence ceux qui offrent cet avantage. J’ai en outre multiplié ces exemples autant que je l’ai pu, et je les ai puisés dans les auteurs les plus purs, les plus corrects ; de sorte que, si dans certains cas, nos maîtres en grammaire sont partagés d’opinion, […] on éprouvera du moins une satisfaction, c’est qu’on aura pour se déterminer l’autorité d’un grand nom ; car, comme l’a dit un auteur, Il n’y a de Grammairiens par excellence que les grands écrivains

Ibid, p. VI-VII.

Girault-Duvivier fait de l’exemple le cœur de la grammaire : c’est par l’exemple que l’on saisit d’emblée les principes du système de la langue et c’est également par lui que le grammairien outrepasse son statut. Loin de ne décrire que des faits de langue, le choix de l’exemple trahit un positionnement axiologique puisqu’il permet, indirectement, de toucher quelques mots de « morale » et de « religion », ce que les frères Bescherelle soutenaient également dans leur Grammaire nationale dans les années 18304. En cela, Girault-Duvivier concède d’emblée que les exemples de la grammaire ne valent pas pour leur seule illustration des concepts de l’analyse grammaticale, mais qu’ils valent également sur le plan référentiel. Mais surtout, il attache aux gens de lettres une maîtrise telle du langage que les écrivains deviennent les « grammairiens par excellence », comme s’ils étaient les rhapsodes modernes de la langue française. Ainsi, pour illustrer les diverses règles d’accord de l’adjectif avec le substantif, Girault-Duvivier puise parmi les écrits de Fénelon, Montesquieu, Boileau, Voltaire5 ; à cet égard, l’exemple de Boileau, à propos de l’accord de l’adjectif avec son substantif quel que soit son emplacement dans la phrase, est encore moins anodin dans la mesure où l’exemple traite de la clarté du discours qui est l’une des caractéristiques supposées du génie de la langue française :

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit ou moins nette, ou plus pure.

Cette place accordée à la littérature classique est tout aussi importante chez Gabriel-Henry Aubertin qui, dans les années 1860, publie une Grammaire moderne des écrivains français en opposition frontale aux grammaires scolaires en vogue. Contre la célèbre grammaire de Noël et Chapsal, G-H. Aubertin considère que le seul exemple grammatical qui puisse être donné est la production de l’écrivain :

Il n’y a plus de textes, plus de Bossuet, de Racine, de Voltaire, de Montesquieu, il n’y aura bientôt plus d’écrivains modernes, car les écrivains modernes courbent la tête, et passent sous les fourches caudines ; il n’y aura bientôt plus de langue, et sur les ruines de la littérature française, il restera… Chapsal !
Est-ce assez ?
C’est pourquoi un passant est intervenu.
Les écrivains ne feront pas de grammaire, ils font la langue ; et c’est bien assez, mais pendant ce tems là d’autres la défont. Cette grammaire réunit pour la première fois les anciens et les modernes. Il était peut-être tems d’en finir avec un préjugé, avec le préjugé du « dix-septième siècle ». Enfermez-vous dans le dix-septième siècle, crient les autorités approuvantes ! Pourquoi ? C’est nous, vivans, qui sommes la vie. Qui oserait aujourd’hui dire avec Boileau : le peuple françois ? avec La Fontaine : des problèmes à sourdre ?

Gabriel-Henry AUBERTIN, Grammaire moderne des écrivains français, Bruxelles – Paris, A. Lacroix Verboeckhoven & Cie – Jung Treuttel, 1861, p. 8.
Aubertin, Grammaire moderne des écrivains français, 1861. Gallica.

On retrouve, comme chez Girault-Duvivier, l’idée que l’écrivain constitue une autorité tout aussi – voire plus – légitime que le grammairien, en nuançant tout de même que les écrivains modernes ne sont pas moins légitimes que leurs aînés – et en ce sens, il est vrai que la grammaire d’Aubertin est l’une des rares à citer des écrivains contemporains : Musset côtoie Montesquieu et La Fontaine6. Le long XIXe siècle n’est, bien sûr, pas la seule époque où les grammaires utilisent des exemples littéraires pour illustrer les catégories grammaticales, même si cela était plus marginal aux époques antérieures. C’est loin d’être une innovation, puisque déjà, au XVIe siècle par exemple, Thomas Sébillet citait les vers de Marot et de Scève pour illustrer les principes de versification dans son Art poetique françoys ((Thomas Sebillet, Art poétique françoys, éd. de Felix Gaiffe, Paris, Edouard Cornely, 1910, respectivement p. 63 et 64.))ou au XVIIe siècle lorsque Jean d’Aisy, dans son Génie de la langue françoise, cite Malherbe et Voiture7. Mais il s’agit d’exemples qui puisent dans un corpus littéraire contemporain. La particularité des grammaires du XIXe siècle est de glaner dans la littérature de l’Âge classique, de sorte que les ouvrages de langue, à travers les exemples grammaticaux qu’ils citent, contribuent à la construction d’un canon national, tant sur le plan langagier que littéraire. Les grammaires édifient ainsi une tradition langagière et littéraire fictive8 qui prend source dans la littérature du Grand Siècle dont l’état de langue est alors érigé comme la quintessence du français, avant qu’un mouvement contraire ne s’établisse aux alentours des années 1920 où, les sciences du langage s’établissant peu à peu comme une discipline distincte des études littéraires, congédient la littérature des exemples des grammaires9.

Les grammaires françaises du long XIXe siècle, tant par leurs discours péri-textuels que par l’écriture même de l’analyse grammaticale, promeuvent l’idéal d’une langue nationale dont les contours laissent entrevoir l’ombre du mythe du génie de la langue française. Mais alors qu’il s’agissait surtout d’une conception rhétorique à l’Âge classique en faisant de la « clarté du discours » le noyau du génie de la langue, les grammairiens jacobins de la Révolution remanient le mythe du génie de la langue selon une nouvelle visée idéologique : l’enjeu n’est plus rhétorique, mais politique, de sorte que les caractéristiques supposées du génie français sont réinjectées dans l’idéal condillacien de la « langue bien faite », langue capable de nommer avec justesse le renouveau de l’organisation politique. Le fantôme du génie du français perdure tout le long du XIXe siècle en entrant en collusion avec le concept de langue nationale, au point de servir de matrice à un récit national de l’idiome selon lequel l’âge d’or de la langue se situerait au Grand Siècle, entre les turbulences de la Pléiade et des Romantiques. Les grammaires françaises, en prêtant tant d’attention ce que pourraient être les spécificités nationales du français, contribuent, à leur façon, à la sédimentation d’une conscience nationale parmi les citoyens et témoignent, par leur facture même, que la nation relève pour beaucoup d’une construction discursive10.

Notes

  1. Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p.141  []
  2. Charles Benoît, Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française, Nancy, Berger-Levrault & Cie, 1878, p. 29. []
  3. Le Baron Descamps, Le Génie de la langue française et son rayonnement international, Bruxelles, Académie des sciences morales et politiques, séance du 30 octobre 1920, p. 13. []
  4. Voir supra ; Louis-Nicolas Bescherelle, Henri Bescherelle & Litais de Gaux, Grammaire nationale, 5e éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1852 [1834], p. ii. []
  5. Ibid., p. 273-275. []
  6. Ibid., p. 13. []
  7. Jean d’Aisy, Le Génie de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry, 1685, respectivement p. 207 et 214. []
  8. Concernant l’hypothèse selon laquelle la tradition relève plutôt d’une invention des sociétés modernes pour donner l’illusion de leur longévité que d’une pratique pluriséculaire effective, voir Eric Hobsbawm & Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambrigde, Cambridge University Press, 2012. []
  9. À ce propos, voir Gilles Philippe, Sujet verbe complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940), Paris, Gallimard, 2002. []
  10. À propos de l’idée que la nation relève d’une construction moderne plutôt que d’une entité pluriséculaire, nous renvoyons notamment à Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales. Europe XVIII-XIXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999. []

Écrire la grammaire nationale de Domergue à Damourette et Pichon (1/2)

La BnF accueille cette année 31 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, Sandra Poujat, accueillie au département Littérature et art, rend compte de son projet : Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916).


Notre propos souhaiterait interroger la dimension politique et idéologique des grammaires qui, loin d’être de simples descriptions théoriques de la langue, ont participé à la construction du concept de nation, de la Révolution française à la Troisième République. La langue est, pour les « grammairiens patriotes1 » de la Révolution, l’un des moyens pour permettre la sédimentation d’une conscience nationale parmi les citoyens – assurant ainsi la pérennité du régime républicain. Le xixe siècle, malgré ses soubresauts politiques, est l’héritier de cet idéal révolutionnaire de la langue. Mais à cela s’ajoutent la concurrence entre les nations européennes qui s’intensifie tout le long du siècle ainsi que le foisonnement de la grammaire historique et comparée qui ne sont pas sans conséquence sur l’écriture du discours linguistique : les grammaires françaises participent à l’élaboration d’une identité nationale en opposition aux autres langues européennes car l’enjeu est de montrer, à partir de la langue, une spécificité et une supériorité françaises ; il ne s’agit donc pas tant, pour les grammairiens, de décrire une langue que de décrire une langue nationale.

Du point de vue de l’histoire du discours grammatical et des idées linguistiques, le « long XIXe siècle » demeure relativement peu étudié2  pour reprendre le découpage historique d’Eric Hobsbawm qui considère que le XIXe siècle s’étend de la Révolution française à la Première Guerre mondiale – empan chronologique qui n’est pas sans pertinence pour l’histoire du discours grammatical, puisqu’il court des grammairiens jacobins aux prémices de la linguistique saussurienne3. La période révolutionnaire connaît de nombreuses études concernant la politique linguistique de la Convention nationale dont l’abbé Grégoire est l’un des hérauts4, l’histoire de la langue5, l’analyse du discours politique6 et quelques grandes figures de grammairiens, tels que Domergue7 ou Sieyès8 ; néanmoins, il n’existe pas à ce jour d’étude synthétique et comparative sur les grammaires révolutionnaires, ni sur les grammaires proprement jacobines écrites en vue du concours organisé par la Convention pour retenir une grammaire nationale. Le reste du XIXe siècle est en quelque sorte le parent pauvre de l’histoire des idées linguistiques dans la mesure où il est pris en étau entre deux siècles : le XVIIIe siècle et sa production fertile de grammaires générales que ne connaît plus le XIXe siècle, qui ne cesse de répéter, comme une excuse propitiatoire, que tout a déjà été inventé en grammaire et qu’il ne reste plus qu’à simplifier ce qui a déjà été dit ; le XXe siècle et la naissance de la linguistique moderne que le XIXe siècle ne connaît évidemment pas encore. Il est vrai que le XIXe siècle se caractérise notamment par ses grammaires scolaires9 et en cela, il est un siècle qui, pris entre Beauzée et Saussure, innove peu du point de vue des idées linguistiques. Pourtant, le XIXe siècle n’en demeure pas moins un siècle majeur du point de vue de l’histoire des idées linguistiques : il est le lieu de la construction idéologique du français national et une époque foisonnante pour qui veut interroger les imaginaires de la langue10 en raison de la multiplicité des genres d’écrits grammaticaux et de la diversité sociale des auteurs – la posture de grammairien étant fort élastique au XIXe siècle.

Nous proposons donc un rapide parcours allant des grammaires de la Révolution française au début du XXe siècle11 afin de montrer comment celles-ci ont pu contribuer à l’édification d’un sentiment d’appartenance nationale. En effet, dans la lignée des théories de Herder, des frères Grimm et de Humboldt, la langue est considérée comme un critère de définition de la nation, de sorte que la maîtrise du français semble être la condition sine qua non pour se proclamer citoyen de la république française. Nous montrerons, à partir de quelques échantillons représentatifs, comment les grammaires ont œuvré en vue de cette ambition idéologique de fortification d’une conscience nationale : d’une part, à travers le discours des grammairiens, tel qu’il transparaît dans le paratexte grammatical en exaltant l’intrication de la langue et de la nation ; d’autre part, à travers l’analyse grammaticale qu’ils offrent des parties du discours et de la syntaxe. Nous entendrons le terme de grammaire dans un sens élargi afin de rendre compte de la diversité des genres d’ouvrage et afin de rendre justice au sentiment linguistique des auteurs de l’époque. En effet, il n’est pas de grammaire à cette époque qui commence sans rappeler que la « grammaire est l’art de parler et d’écrire correctement ». La grammaire, avant d’être perçue comme une théorie syntaxique, est alors considérée comme une technique du langage. En ce sens, par grammaire, nous entendons l’ensemble des ouvrages proposant un exposé réflexif sur la langue, c’est-à-dire tout ouvrage de langue, qu’il s’agisse de grammaires proprement dites, ou d’essais, de traités, de tableaux de verbes ou de préfaces de dictionnaire.

Des grammaires orientées : l’exaltation du génie de la langue  

De nombreuses grammaires concèdent, au moyen d’une préface, l’orientation idéologique du discours grammatical qu’elles délivrent. Les grammaires écrites durant la Révolution française, et notamment celles présentées au concours de l’an II pour sélectionner une grammaire officielle pour les écoles républicaines – concours organisé sous l’égide de l’abbé Grégoire, et dont Domergue participa au comité de sélection des ouvrages12 – témoignent d’un imaginaire jacobin de la langue française. Le français, nouvellement nommé « langue de la liberté » en ce qu’il serait la langue d’un peuple devenu libre, apparaît comme une langue républicaine en opposition à la multiplicité des patois qui seraient la caractéristique linguistique du régime monarchique. L’inflation des grammaires françaises élémentaires à cette époque relève d’emblée de la politique linguistique de la Convention nationale, qui condamne l’usage des « patois » parce qu’ils participeraient à l’isolement des locuteurs : ne pratiquant pas la même langue, ceux-ci ne peuvent se comprendre entre eux, ce qui met à mal les principes de concertation et de délibération du mouvement révolutionnaire. Mais surtout, l’existence même des patois semble insupportable aux yeux des jacobins en tant que reliquats de l’Ancien Régime : les patois seraient le symptôme d’une société inégalitaire en ce qu’ils seraient la conséquence de l’organisation féodale du régime monarchique qui divise le royaume en provinces alors que la république, organisant son territoire en départements, entend établir une langue unique témoignant de l’égalité de traitement entre les citoyens sur l’ensemble du territoire. En ce sens, le citoyen Bulard, employé à la commission du commerce et des approvisionnements13 et jacobin de la section de Brutus à Paris, publie en 1794 une Grammaire française républicaine qui s’inscrit pleinement dans la rhétorique de la politique linguistique des révolutionnaires :

La pureté du langage, la correction du style, sont deux choses auxquelles on reconnoit qu’une personne a reçu de l’éducation.
La langue française étant aujourd’hui l’idiôme de la liberté, et l’accent de la raison, on ne sauroit trop s’occuper des moyens d’en faciliter l’étude à la jeunesse, et de la mettre à même de la parler avec distinction. Les Athéniens, les Spartiates, les Romains, parloient purement et avec dignité. Pourquoi le Français, qui vit comme eux sous un régime républicain, ne se distingueroit-il pas par la perfection du langage ? Rappellé à toute la dignité de la Nature, jouissant de son être dans toute son intégrité, pouvant donner à toutes ses vertus le développement et l’énergie dont elles sont susceptibles, ne connoissant d’autre empire que celui des loix, ni d’autre roi que lui-même sur la terre ; il faut que la majestueuse simplicité de sa langue réponde à la noblesse de ses pensées, à la fierté de ses sentimens, à l’austérité de ses mœurs, et à l’indépendance de ses institutions politiques.
C’est par le désir de le voir parler avec la précision du Spartiate et la pureté de l’Athénien. C’est pour simplifier, autant qu’il est possible, les principes de la langue française, et pour en rendre l’étude commode et l’application facile, soit dans le discours, soit dans le style, que j’ai entrepris cette grammaire républicaine.

BULARD, Grammaire française républicaine, à l’usage des Écoles nationales ; rédigée d’après le décret de la Convention nationale, du 9 pluviôse, seconde édition, Paris, Caillot, an II [1794], p. V-VII.
Bulard, Grammaire française républicaine, an II.

Dans sa préface, Bulard développe l’hypothèse d’une langue propre au régime républicain, ce qui constitue une actualisation politique de l’idée alors répandue que la langue serait le reflet des mœurs. Convoquant l’imagerie mythique de l’Antiquité, Bulard considère que les Français, désormais unis sous la bannière de la République, peuvent égaler la pratique linguistique de républiques idéalisées, telles qu’Athènes et Sparte. Mais en suggérant que la « perfection du langage » ne s’atteint que « sous un régime républicain », Bulard greffe, à cet imaginaire républicain de la langue, celui du génie de la langue française en en disséminant les caractéristiques parmi la constellation des républiques passées et présentes qu’il cite. En effet, le grammairien jacobin insiste sur « la précision du Spartiate » et « la pureté de l’Athénien » ainsi que sur la « majestueuse simplicité » de la langue française : les caractéristiques supposées de la langue républicaine ressemblent étrangement à celles du génie de la langue française, telles que développées par Jean d’Aisy, La Bruyère, Voltaire ou Rivarol.

Dans une autre grammaire proposée au concours de l’an II, on retrouve cette importance de l’apprentissage de la langue nationale : l’enseignement de la grammaire apparaît comme l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre l’obscurantisme et le préjugé. Ainsi de l’anonyme Petit Traité de grammaire française, publié en 1793, et ouvertement écrit pour les enfants des campagnes plutôt que des villes :

Concluons qu’il n’est pas étonnant qu’il existe tant de différens jargons en France, quand l’instruction y a été si constamment négligée. […] Nous avons, sans doute, les plus grandes espérances à concevoir du nouvel ordre des choses relativement à l’instruction publique ; mais si cependant on ne s’attache pas particulièrement à épurer le langage & à le rendre uniforme dans toutes les parties de la République, les intrigans continueront de s’emparer de l’esprit des faibles & de les asservir aux plus absurdes préjugés. […] C’est l’ignorance qui nous a valu des siècles de despotisme & d’esclavage. Eh bien ! que la lumière nous ramène des siècles de vertu et de bienfaisance ; ce ne sera pas trop pour des Républicains qui ont soutenu, au prix de leur sang & par cinq années des plus grands sacrifices, la plus belle de toutes les Révolutions !

[ANONYME], Petit Traité de grammaire française, ou notions élémentaires propres à préparer les Enfants du second âge à l’étude de cette science & à faciliter à ceux qui n’ont appris qu’à lire ou à parler patois le moyen de participer aux avantages inappréciables de l’instruction publique. Cet Ouvrage est destiné au concours, Paris, Aubry, an II (1793), p. 31.
Anonyme, Petit Traité de grammaire française, an II. Gallica

Si l’on suit le raisonnement de l’auteur, l’absence d’enseignement de la langue française conduit à l’installation de préjugés, de sorte que l’ignorance du peuple serait la cause « des siècles de despotisme & d’esclavage » qu’aurait connus la France. En ce sens, tout ce qui relève de l’instruction du citoyen, ce dont fait partie la grammaire, constitue un geste républicain qui participerait de la pérennisation de la République : écrire une grammaire est donc bien un acte patriotique, ce que suggère également quelques années plus tard Prevost de Saint Lucien en soulignant qu’un livre de grammaire française est « le plus beau présent que puisse […] offrir un de [ses] aînés » à ses concitoyens :

Mes chers concitoyens,
Réunis à la grande Nation, Vous ne la connoissez encore que par le bienfait inappréciable qu’elle vous a procuré, celui de goûter avec elle les doux fruits de la liberté. Sans doute vous brûlez de desir de communiquer avec vos nouveaux frères. Devenus Françaîs, vous aspirez à vous confondre avec vos ainés pour partager leur gloire et leur bonheur. Un lien plus puissant que celui des conquêtes peut vous attacher plus étroitement à nous : le Langage, plus que la localité identifie les peuples ; abdiquez celui que parlent ceux qui furent si long-temps vos oppresseurs : adonnez vous tous à l’étude de la Langue Française et bientôt le voyageur parcourant les limites que la Nature posa à notre vaste empire, trouvant partout des Français et entendant partout le même langage, cherchera mais envain, la ligne de démarcation qui vous sépara sî long-temps de nous […]. Que l’étude de la Langue Française devienne donc générale dans vos contrées, et que votre ardeur à vous y livrer soit le gage de votre reconnoissance et le garant de votre attachement pour votre nouvelle Patrie.

PREVOST DE SAINT LUCIEN, La Grammaire française et l’orthographe apprises en huit leçons. Ouvrage avec lequel on peut, en huit jours, connoître & écrire correctement tous les mots de la langue française. 4e éd., dédiée aux citoyens des départements nouvellement réunis de France, Paris, Réunion des arts, an septième (1798), non paginé.

L’importance accordée au rayonnement de la langue française, décrétée nationale, sur l’ensemble du territoire, perdure bien après la Révolution française : les « patois » que voulaient éradiquer les Jacobins n’ont pas moins perduré et plusieurs grammairiens continuent de noter de fortes variations diastratiques, à l’instar de Sophie Dupuis, membre de la Société grammaticale de Paris, qui publie dans les années 1830 un Traité de prononciation, dans lequel elle reprend, à l’instar de Prevost de Saint Lucien, le topos de la Babel des patois en comparant le voyage entre les différents départements français à un voyage en « terre étrangère » en raison de la prégnance des « jargons [de] province14 ». Mais son Traité de prononciation est surtout intéressant en raison du fait que son auteure l’a écrit afin de cerner les spécificités nationales du français. Dans l’introduction de son ouvrage, elle fustige d’emblée que la question de la prononciation de la langue française se soit cantonnée à celle de l’existence de voyelles brèves et longues : à ses yeux, ce n’est pas l’enjeu de la prononciation du français et, surtout, il s’agit d’un calque de la prosodie latine sur la langue française. Cette réfutation de la grammaire latine n’est pas anodine car elle s’inscrit, plus globalement, dans un large mouvement de grammairiens qui, au nom du génie de la langue française, réfute toutes les notions et catégories d’analyse de la grammaire latine15 : en ce sens, écrire une grammaire française passe par l’utilisation de catégories d’analyse adaptées à la langue française, d’où le rejet, entre autres, du système vocalique alternant les brèves et les longues, les déclinaisons nominales en cas, etc. En ce sens, Sophie Dupuis tance ceux qui, nostalgiques des langues anciennes, ne permettent pas à la langue nationale de s’élever :

Nous ne terminerons pas cette première partie de notre travail sans ajouter que, française comme nous le sommes, nous avons tâché de faire un ouvrage éminemment français. […] Au milieu de recherches aussi minutieuses, sujettes à tant de révisions, comment ne pas craindre en effet d’avoir oublié quelque chose ? Du moins ces révisions ont en cela d’avantageux qu’elle nous ont confirmée de plus en plus dans notre système, et qu’elles nous ont fait connaître le calcul admirable qui a présidé à l’arrangement de nos sons, pour former une harmonie que nous croyons la plus complète dans les langues, malgré les nombreuses dénégations de quelques écrivains jaloux d’élever les langues grecque et latine au-dessus de toutes les autres, par un de ces puériles enthousiasmes de savants, si contraires à l’esprit national.

Sophie DUPUIS, Traité de prononciation ou nouvelle prosodie française, éd. cit., p. LIX.
Sophie Dupuis, Traité de prononciation, 1836. Gallica.

Affirmant sa nationalité française et le caractère français de son ouvrage, Sophie Dupuis entend décrire, du point de vue de la prononciation, le génie de la langue française – locution qui revient par ailleurs souvent sous sa plume. Les auteurs qui ont tendance à latiniser et helléniser la langue française sont accusés de déliter la nation en portant atteinte à l’une de ses émanations : la langue. On retrouve à la même époque cette exaltation de la langue française chez les frères Bescherelle qui, publiant une Grammaire nationale et un Dictionnaire national, ne cachent pas, dès le titre de leurs ouvrages, l’idéologie qui sourd leur discours grammatical et lexicographique. Dans leur Grammaire nationale, parue dès 1834, les frères Bescherelle insistent sur le rôle de l’exemple qui, s’il est bien choisi, permet de faire découvrir des notions de morale, d’histoire, de religion, de géographie, de littérature, etc., de sorte que la grammaire devient un liber mundi, « le grand livre de la nature » :

Envisagée de cette façon, il nous semble que la grammaire n’est plus seulement un exercice de collége sur lequel s’assoupit la mémoire ; c’est l’histoire de la pensée elle-même, étudiée dans son mécanisme intérieur ; c’est le développement du caractère national dans ses intérêts politiques et ses sentiments religieux, analysé ou plutôt raconté par la nation elle-même, par les interprètes les plus éloquents de cette nation.

Louis-Nicolas BESCHERELLE, Henri BESCHERELLE & LITAIS DE GAUX, Grammaire nationale, 5e éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1852 [1834], p. II.

Les frères Bescherelle proposent ici une définition forte de l’ouvrage grammatical : ils insistent, sans détour, sur le fait que la grammaire participe de la construction du sentiment national, notamment en puisant les exemples parmi les écrivains qui ont le mieux illustré le génie de la langue française, dont ils donnent les spécificités dans la préface de leur Dictionnaire national :

Qu’est-ce qu’un Dictionnaire français en particulier ? Pour faire particulièrement tel Dictionnaire, il faut se mettre au point de vue particulier de la langue qui fait l’objet de ce Dictionnaire. […] Mais qu’est-ce que la langue française, et quels traits distinctifs un Dictionnaire français en empruntera-t-il ? Ce n’est point une langue aux sons pleins et forts, aux inversions rapides et énergiques, aux métaphores véhémentes et hardies, aux comparaisons grandioses et sublimes, comme le sont les langues orientales ; ce n’est pas non plus une langue froide, terne, dure, peu propre à rendre l’émotion et la sensibilité, comme le sont les langues hyperboréennes. Placée dans des conditions intermédiaires, c’est une langue recherchée de tous les peuples, à cause de sa clarté élégante, de sa politesse parfaite, de ses habitudes délicates, de la précision de ses termes, de la placidité de ses mouvements, de la simplicité de ses formes ; […]. En un mot, la langue française est, comme cela doit nécessairement être, en rapport direct, intime, avec le peuple français lui-même, à qui pas un peuple rival ne conteste la prééminence en fait de sociabilité, de politesse, de franchise.

Louis-Nicolas BESCHERELLE, Dictionnaire national ou dictionnaire universel de la langue française, 2nde éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1853, [1843], p. III.
Louis-Nicolas Bescherelle, Dictionnaire national, 1853. Gallica.

La réflexion de l’aîné des frères Bescherelle s’inscrit pleinement dans le mythe du génie de la langue française en convoquant tout l’arsenal rhétorique des grammairiens qui y ont souscrit avant lui : comparaison avec d’autres langues pour mieux faire ressortir la prétendue supériorité du français ; qualités de clarté, de simplicité et de précision ; prétention à l’universalité en raison d’une forte communauté francophone. Tous ces éléments, érigés en particularités nationales de la langue française et drainés tout le long du XIXe siècle, aboutiront à une idéologie nationaliste sous la Troisième République dans la mesure où le mythe du génie de la langue française sera réexploité par l’extrême-droite – Charles Maurras et l’Action française en tête – pour en faire un modèle auquel devrait se conformer la langue littéraire nationale16. Du point de vue de l’écriture du discours grammatical, les écrits de Damourette et Pichon témoignent de cette collusion entre le mythe du génie de la langue et l’idéologie nationaliste, que cela soit par leur traitement de la diachronie ou par leur notion de locuteur, ainsi que l’a montré Valelia Muni Toke17.

Notes

  1. Nous reprenons, pour qualifier les grammairiens révolutionnaires, le surnom attribué à l’un de ses plus éminents représentants, François-Urbain Domergue. []
  2. On peut notamment penser aux travaux, entre autres, de Daniel Bougnoux, Jean-Louis Chiss et Jacques-Philippe Saint-Gérand, à propos du XIXe siècle. []
  3. Nous reprenons l’hypothèse d’un « long XIXe siècle » afin de montrer l’unité idéologique qui enserre les grammaires françaises produites de la Révolution, qui opère un sursaut épistémologique en décrétant le français langue nationale, à la Troisième République, qui achève de sacraliser la langue en l’insérant dans une tradition nationale. []
  4. Michel de Certeau, Dominique Julia & Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975 ; Renée Balibar & Dominique Laporte, Le Français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution française, Paris, Hachette, 1974. []
  5. Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, t. ix La Révolution et l’Empire, 1ère partie : le français langue nationale, Paris, Armand Colin, 1927 ; Sonia Branca-Rosoff & Nathalie Schneider, L’Écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck, 1994 ; Jean-Pierre Seguin, La Vraie Révolution de la langue des Français. Essai sur le changement linguistique en France pendant la période révolutionnaire, en ligne : <https://diachronie.org/inedits/jean-pierre-seguin-la-vraie-revolution-de-la-langue-des-francais/>. []
  6. Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. []
  7. Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue, le journal de la langue française et la néologie lexicale (14784-1795), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris 3, 1981 ; Winfried Busse & Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue, le grammairien patriote (1745-1810), Tübingen, G. Narr, 1992 ; Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. []
  8. Jacques Guilhaumou, Sieyès et l’ordre de la langue : l’invention de la politique moderne, Paris, Kimé, 2002. []
  9. Aspect bien traité par André Chervel : Et il a fallu apprendre à écrire à tous les petits Français. Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot, 1977. []
  10. Par imaginaire linguistique, nous entendons les « relations, individuelles et collectives, que peuvent avoir les locuteurs, au-delà des codifications, des préoccupations scientifiques et des soucis d’objectivation qui peuvent être le fait de la grammaire, avec leur langue », Gilles Siouffi, Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 21. Voir également les travaux d’Anne-Marie Houdebine, pour qui l’imaginaire linguistique désigne des « normes fictives », c’est-à-dire « l’attitude des locuteurs à l’égard de la langue, [de leur propre manière de pratiquer la langue], de celle des autres (norme évaluative), les représentations qu’ils se font de la ‘‘bonne’’ prononciation (norme idéale ou prescriptive), les rapports qu’ils établissent, parfois consciemment, entre celle-ci et la leur », « Norme, imaginaire linguistique et phonologie du français contemporain », Le Français moderne, vol. L, n. 1, 1982, p. 44. Elle considère que ces « ces fictions ou rationalisations, plus ou moins prescriptives, [ont] une influence sur les productions des sujets », « De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel », La Linguistique, 2015/1, vol. 51, p. 11. []
  11. Malgré notre titre quelque peu trompeur, nous n’évoquerons pas, si ce n’est de manière allusive, Domergue ni Damourette et Pichon, qui n’ont valeur ici que de terminus a quo et de terminus ad quem, dans la mesure où ils ont été abondamment commentés. []
  12. À propos de ce concours, voir : Renée Balibar & Dominique Laporte, Le Français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution française, Paris, Hachette, 1974 ; Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRP, 1989. []
  13. Selon Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution, éd. cit.,p. 55. []
  14. Sophie Dupuis, Traité de prononciation ou nouvelle prosodie française, Paris, Hachette, 1836, p. lv. []
  15. On retrouve, en autre exemple, cette dénonciation du calque de la grammaire latine sur la grammaire française dès les grammaires révolutionnaires : [Collectif anonyme], Cours de langue française à l’usage des écoles nationales. Ouvrage périodique, par une société de gens de lettres, Paris, chez la citoyenne Roudier, 1794, p. 1. []
  16. À ce sujet, voir : Stéphanie Bertrand & Sylvie Freyermuth (dir.), Le Nationalisme en littérature : des idées au style (1870-1920), Bern, Peter Land, 2019. []
  17. Valelia Muni Toke, La Grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939), Lyon, ENS Éditions, 2013. []