Tous les articles par Helene Orain

Docteure en art contemporain

Le fonds Jacques Henri Lartigue : de nouvelles perspectives de recherches

Depuis 2006, la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la culture, soutient la recherche sur les collections de photographies de la Bibliothèque nationale de France, en finançant chaque année une bourse de recherche. Lauréate de la bourse Roederer 2019, Hélène Orain achève en ce moment un important travail sur le fonds d’archives Jacques-Henri Lartigue conservé au département des Estampes et de la photographie.

Logo Fondation Louis Roederer

Lartigue venait de se réinventer sous la forme d’une archive1.

Ces mots de Kevin Moore, auteur d’une thèse sur Jacques Henri Lartigue publiée dans sa traduction française en 2012, soulignent l’importance du don de l’artiste à l’État français en 1979 pour comprendre la personnalité de celui-ci. Connu pour ses albums rassemblant des images de la Belle Époque, des premiers essais automobiles et de l’aviation dans les années 1910-1920 ou encore pour le portrait officiel du Président Valéry Giscard d’Estaing en 1974, Jacques Henri Lartigue est photographe, peintre et écrivain. Pour remédier aux difficultés de conservation à son domicile et à d’éventuels cambriolages, ce dernier décide de confier l’ensemble de son œuvre photographique à l’Association des Amis de Jacques Henri Lartigue. Il organise ainsi, avec son épouse Florette, les tirages et négatifs en leur possession, les albums, mais aussi les papiers qui sont conservés depuis par cette Association, appelée aujourd’hui la Donation Jacques Henri Lartigue2. Au-delà d’une carrière d’artiste, c’est l’ensemble de la vie de Lartigue consigné dans ce don. Le couple contrôle ainsi l’unicité et l’indivisibilité de l’œuvre photographique de Lartigue, mais aussi le contenu même de ce qui va leur survivre. S’ajoutent à ces archives, les mémoires de Jacques Henri Lartigue sous la forme de trois publications3, respectivement en 1975, 1981 et l’année de sa mort, en 1986. Jacques Henri Lartigue se raconte tant comme photographe que comme peintre et écrivain.

Pour un chercheur, cette masse de sources premières est précieuse tant elle offre des informations contextuelles et techniques sur les prises de vues. Cependant, il faut rester vigilant face à celles-ci : ces sources sont le produit d’un travail de tri du couple Lartigue. Dans l’introduction de son ouvrage, Kevin Moore alerte sur les incohérences entre les différents éléments donnés à voir et à lire par Jacques Henri Lartigue4. Il conclut déjà à l’impossibilité de trouver dans ces documents les réponses aux questions posées par sa recherche qui s’articule autour de la déconstruction du mythe Lartigue.

Aujourd’hui les sources existantes sur Jacques Henri Lartigue se sont enrichies d’un nouveau fonds conservé depuis 2017 au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France5. Ce dernier est incontournable pour l’étude des photographies et de la personnalité de Jacques Henri Lartigue. C’est sur l’exploration et l’inventaire de ce fonds que notre projet de recherche s’est porté cette année dans le cadre d’une bourse de la Fondation Louis Roederer.

Itinérance d’un fonds : de la Fondation Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie de la BnF

Le fonds conservé par le département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France correspond au legs de Florette Lartigue, décédée en 2000. La dernière épouse du photographe conservait encore des documents, notamment de la correspondance, et quelques tirages de Jacques Henri Lartigue qui n’avaient pas été intégrés au don à l’État français de 1979 par le photographe lui-même. Dans le testament de Florette Lartigue, il est stipulé que la Fondation de France est légataire de tous les documents écrits encore en sa possession. Sous l’impulsion de François Hers, responsable de la culture à la Fondation de France, est créé la Fondation Jacques Henri Lartigue dont la mission principale est d’assurer le rayonnement de l’œuvre de Jacques Henri Lartigue que ce soit à travers des expositions, publications ou encore par la création d’une bourse pour les jeunes talents. D’un côté, la Fondation peut s’appuyer sur l’œuvre photographique conservée par la Donation Jacques Henri Lartigue, de l’autre sur l’œuvre picturale conservée au Musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq à l’Isle d’Adam. Cependant la Fondation Jacques Henri Lartigue ne peut accueillir les pièces matérielles de ce legs que juridiquement et non physiquement. François Hers, également directeur de la Fondation Hartung Bergman située à Antibes, opère un rapprochement entre les deux institutions dont il est le directeur et avec la Donation Jacques Henri Lartigue et lance un programme de recherche en 2003. En juin de cette même année s’ouvre au Centre Pompidou l’exposition Jacques Henri Lartigue, présentant pour la première fois cent des albums du photographe6. Parmi les enjeux de ce programme, l’inventaire du fonds légué par Florette Lartigue est primordial. La tâche est confiée à Marianne Le Galliard, archiviste à la Fondation Hartung-Bergman. Elle recense d’un côté les documents, attribue un numéro de foliotage à la correspondance, cherche les images correspondantes dans les albums qui viennent d’être numérisés7, et répertorie les liens familiaux, amicaux ou professionnels dans la correspondance. Marianne Le Galliard poursuit cette recherche dans sa thèse consacrée à Diary of a Century8, ouvrage regroupant des photographies de Jacques Henri Lartigue, conçu avec le photographe Richard Avedon et la directrice artistique de Harper’s Bazaar, Bea Feitler9. Elle expose le résultat de ces recherches, conjointes avec celles issues de la Bourse Roederer obtenue en 2015, dans une section de l’exposition La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look à la Bibliothèque nationale de France en 201610.

L’entrée en 2017 du legs de Florette Lartigue au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France marque une nouvelle étape dans l’exploration de ce fonds. Si la première base de données conçue par Marianne Le Galliard offre une première approche de la richesse de ce fonds, il est difficile de comprendre exactement l’origine des documents présentés et de déterminer ce qui est conservé à la Donation ou celui légué par Florette Lartigue. En effet, cette base de données repose sur de nombreux liens internes à la base entre lettres, noms et images photographiques à la fois conservés à la Donation Jacques Henri Lartigue et dans le legs de 2000. Sans lieu de conservation fixe, les pièces de ce dernier legs n’ont jusqu’alors pas bénéficié de numéros d’archives permettant un repérage aisé pour le chercheur. Aujourd’hui, l’entrée de ce dernier fonds Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie permet de pallier ce problème de localisation. De plus, la base conçue par Marianne Le Galliard avec l’aide de Jean-Luc Uro11, également archiviste à la Fondation Hartung-Bergman et concepteur de leur base de données, n’est aujourd’hui consultable qu’à la Donation Jacques Henri Lartigue. La transposition dans un nouvel inventaire aux normes du catalogue de la Bibliothèque nationale de France ouvre à une visibilité à distance mais aussi à des liens intracatalogues. Par exemple, certaines lettres évoquent des personnalités tels que le dramaturge Sacha Guitry (voir illustration 1), le réalisateur Abel Gance ou encore son cousin le scénariste André Haguet, dont certains documents d’archives sont conservés dans le département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France.

Extrait de la correspondance de André Haguet à Jacques Henri Lartigue. Sur l'une des lettres, André Haguet évoque un nouveau scénario. Sur une autre lettre, André Haguet dessine Sacha Guitry.
Extrait de la correspondance de André Haguet à Jacques Henri Lartigue. Sur l’une des lettres, André Haguet évoque un nouveau scénario. Sur une autre lettre, André Haguet dessine Sacha Guitry. © Dominique Versavel, Hélène Orain

Inventaire général du fonds Jacques Henri Lartigue : correspondance, maquettes et notes manuscrites

Le nouvel inventaire réalisé dans le cadre de la Bourse Roederer a pu être réalisé en un temps relativement court – une année – grâce au travail préalable entrepris par Marianne Le Galliard. Celui-ci va permettre un conditionnement aux normes de la Bibliothèque nationale de France et une attribution de numéro d’inventaires sur la base du premier travail de foliotage, rendant accessibles plus facilement ces documents aux futurs chercheurs.

À son entrée au département des Estampes et de la photographie, ce fonds est constitué de quarante boîtes de tailles inégales numérotées. Certaines sont des anciennes boîtes de papier photographique Kodak, d’autres ont un format plus classique de boîtes d’archivage pour de la correspondance. À celles-ci s’ajoutent trois boîtes d’une taille plus conséquente contenant des ensembles dans des enveloppes ou dans boîtes en bois et en carton – parfois dessinées par Jacques Henri Lartigue lui-même (voir illustration 2) – ou encore du matériel ayant appartenu à Jacques Henri Lartigue comme une visionneuse ou un transistor.

Exemple de boîte conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue. Le soleil correspond à la signature de Lartigue.
Exemple de boîte conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue. Le soleil correspond à la signature de Lartigue. © Dominique Versavel, Hélène Orain

Dans cet ensemble, la correspondance tient une place de choix. Celle-ci sont de tous ordres : familiale, amicale et professionnelle. Les dix premières boites sont exclusivement composées de lettres et de cartes postales ou militaires reçues par Jacques Henri Lartigue. Il est difficile de savoir si ce dernier a répondu. Certaines lettres laissent entrevoir une impatience à le lire, à obtenir des nouvelles. Une des explications tient à une caractéristique propre à un fonds d’artiste : nous détenons entre les mains ce qui est parvenu à Lartigue et non ce que lui a envoyé. Une recherche en parallèle à la Donation Lartigue dessine une autre hypothèse, celle que Jacques Henri Lartigue répond rarement. Au cours de notre recherche, cette hypothèse se nourrit de réponses copiées à des journaux, des photographes, notamment à Richard Avedon avec qui Lartigue discute du livre qu’ils fabriquent à la fin des années 1960, Diary of a Century. Le peintre, photographe et écrivain donne l’impression de garder trace de tout. Dans l’une des dernières boîtes, un cahier présente les copies de lettres envoyées entre 1914 et 1917. Trois ans auparavant, en 1911, Jacques Henri Lartigue débute ses agendas dans lesquels il consigne ses activités ainsi que la météo du jour avec soin. S’il nous paraît évident que certaines lettres envoyées par Lartigue se trouve ailleurs, ce fonds présente déjà la possibilité de mettre en miroir des envois et des réponses. Par ailleurs certaines boîtes viennent étayer des aspects de la personnalité déjà connus de Jacques Henri Lartigue, notamment l’importance de sa foi ou encore certaines de ses amitiés. Certaines lettres amicales se succèdent comme une galerie des célébrités du vingtième siècle. Les lettres de comédiennes telles que Brigitte Bardot ou Charlotte Rampling sont suivies de celles d’écrivains comme René Barjavel ou Anaïs Nin. De nombreuses lettres sont signées par des peintres et des photographes, parmi lesquels Ansel Adams, Mary Ellen Mark ou encore Willy Ronis.

L’exploration de cette correspondance ouvre un nouvel aspect dans la compréhension de la constitution de ces archives et de la postérité du photographe. En effet, certaines boîtes contiennent des listes de photographies déposées à l’agence Rapho, conservées par Lartigue lui-même ou en circulation dans des services photo de journaux. En parallèle, les maquettes de différents livres de Jacques Henri Lartigue démontrent les méthodes de fabrication de ces objets par le photographe lui-même. De même, les différents carnets, journaux ou bouts de papier sur lesquels sont notées les choses à faire démontrent l’activité incessante autour de la valorisation de ses photographies à partir des années 196012. Une analyse des notes manuscrites et des entretiens avec des journalistes revus et corrigés par Lartigue souligne l’absence de spontanéité de son histoire. Il est toujours à la recherche de l’expression la plus juste, de la citation qu’il a déjà donnée par ailleurs et qui illustre parfaitement un sentiment éprouvé dans le passé. Nous nous éloignons de l’image du photographe de l’instantané qui choisit tout à l’instinct et non par un travail prémédité13. Certaines de ses pistes sont déjà présentes dans le livre de Kevin Moore et dans d’autres études sur le photographe. Ce nouveau fonds sur Jacques Henri Lartigue offre donc une opportunité pour étayer les hypothèses amorcées par certains auteurs, mais c’est aussi une chance de mieux cerner la personnalité de Jacques Henri Lartigue qui, pour l’instant, ne semble obéir à aucune règle du monde de la photographie au XXe siècle. Personnalité parfois ambiguë, Lartigue semble jouer tant sur le plan de l’amateur que celui du professionnel. La correspondance, les maquettes de livre et les notes manuscrites sont ici autant de pistes à explorer pour comprendre comment Jacques Henri Lartigue concilie ces deux statuts dans sa pratique photographique.

Au-delà de l’activité du photographe : vision d’une vie aisée, des innovations techniques, des arts du spectacle et de la guerre

Consulter la correspondance adressée à Jacques Henri Lartigue    ouvre sur d’autres champs de recherche que la photographie en elle-même. Elles sont en partie le reflet de ce qui peut être décelé dans les images de Lartigue directement : les lieux de villégiatures de la haute bourgeoisie française, les dernières élégantes qui se promènent au Bois de Boulogne ou encore les premiers essais d’automobiles et d’avions. Les images de Jacques Henri Lartigue montrent l’insouciance matérielle, une vie de famille et d’amis, de jeux. La correspondance familiale conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie reflète ces mêmes aspects. Les adresses, les récits et certains dessins témoignent d’une vie aisée qui se déroule au soleil et selon une temporalité rarement interrompue par le travail. Parmi toute la correspondance, c’est celle de André Haguet, son jeune cousin qui se distingue. Entre 1908 et 1973, donc de ses huit ans jusqu’à sa mort, André Haguet ne cesse de raconter ses journées au travers de dessins et de récits parfois très détaillés à Jacques Henri Lartigue (voir illustration 1). La complicité entre les deux hommes se perçoit non seulement dans la nécessité de raconter tout événement ou découverte, dans la trivialité de certains propos, mais aussi dans l’usage de surnoms. Avant de se plonger dans ce fonds, il est nécessaire d’en maîtriser certains aspects, notamment les surnoms de chacun qui varient selon les époques et ceux qui les emploient. Coco est ainsi le surnom de Jaques Henri Lartigue puis celui de sa deuxième épouse, Marcelle Paolucci. André Haguet se surnommé Dédé toute sa vie tandis que son frère, Robert Haguet, est surnommé Ubu. Les lettres de André Haguet sont ponctués à la fois des événements de sa vie – ses premiers emplois, la perte de sa virginité, l’écriture de scénarios – que d’éléments appartenant à l’Histoire ou aux nouvelles inventions. Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale, André Haguet raconte en mots et en dessins les campements puis sa vie en tant que prisonnier. Les cartes-militaires sont ainsi nombreuses dans le fonds de Jacques Henri Lartigue. Il est possible ainsi de saisir la vie d’une famille de la haute bourgeoisie pendant la guerre que ce soit dans la France occupée, en zone libre ou encore dans un campement d’officiers prisonniers. Ces documents éloignent l’idée du Lartigue épargné par la guerre, du moins insouciant de ce qui se passe en cette période. Les deux cousins partagent également un amour de la vitesse automobile et en avion. Les dessins de Haguet viennent ajouter à ceux de Lartigue cette obsession pour les lignes des voitures et des avions. Les histoires de l’automobile et de l’aviation se profilent au fil des lettres de André Haguet, et ce jusqu’en 1973. En parallèle, l’amour des jeunes filles et du sport dont André Haguet fait grand étalage trouve du répondant dans la vie même de Lartigue.

Par ailleurs, André Haguet commence une vie professionnelle dans le monde du théâtre et du cinéma. Il confie ainsi à Jacques Henri Lartigue, lui-même investi professionnellement auprès de Abel Gance dans les années 1920, les histoires des stars et starlettes, la découverte de nouveaux effets spéciaux ou encore la mécanique de production des films. Le contenu de ces lettres peut ainsi être vecteur de nouvelles recherches dans le domaine des Arts du Spectacle. D’autres lettres, dessins ou caricatures peuvent également être connectés à des recherches en ce domaine. Par exemple, des documents concernant le dramaturge Sacha Guitry peuvent être croisés avec le fonds de ce dernier conservé au département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France.

D’autre part, cette recherche nous a amenés à réfléchir aux usages des cartes postales au cours de différentes décennies (voir illustration 3), mais aussi, plus étonnamment, aux choix des papiers pour la correspondance. Une boîte contenant uniquement papiers, enveloppes et cartes démontre l’usage marqué dans le temps de certains types de papiers comme celui destiné aux courriers par avion.

Exemple de boîte contenant des cartes postales dans le fonds Jacques Henri Lartigue.
Exemple de boîte contenant des cartes postales dans le fonds Jacques Henri Lartigue.  © Dominique Versavel, Hélène Orain

Vers de nouvelles pistes et conclusions

L’arrivée du fonds Jacques Henri Lartigue au sein du département des Estampes et de la photographie a été la promesse de nouvelles découvertes sur la pratique photographique et la personnalité de Jacques Henri Lartigue. Suite à cet inventaire, la masse impressionnante de cette correspondance est une invitation à tirer de nouveaux fils de recherche : la vie de hauts bourgeois, non pas au regard des photographies de Jacques Henri Lartigue, mais à travers le récit de sa famille ; le développement de l’industrie cinématographique au fil des lettres de André Haguet ; la vie militaire pendant la Seconde Guerre mondiale ; les usages de correspondance entre famille, amis et professionnels ; l’intégration des photographies de Jacques Henri Lartigue dans les collections en construction des institutions muséales françaises et étrangères dans les années 1970.

Une ouverture inattendue a également émergé pendant cette recherche : le rôle de Florette Lartigue dans la constitution de cette archive. Car si l’historien Kevin Moore évoque un « Lartigue qui se réinvente sous la forme d’une archive. », celle conservée à la Bibliothèque nationale de France démontre que sa dernière épouse s’est investie dans ce don. Florette Lartigue est partout, de la plus petite annotation manuscrite à l’organisation générale du fonds jusqu’à l’intégration de documents privés la concernant uniquement elle. Il apparaît clairement au travers ce nouveau fonds, composé des legs de Florette Lartigue, que l’invention s’est faite à deux.

  1. Kevin MOORE, Jacques Henri Lartigue, L’invention d’un artiste, trad. de T. Constantinesco, Paris, Textuel, coll. L’Ecriture Photographique, 2012, p. 11. (1ère éd : Princeton UP, 2004). []
  2. La Donation Jacques Henri Lartigue est hébergée dans les locaux de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Charenton-le-Pont (94). []
  3. Jacques Henri LARTIGUE, Mémoires sans mémoire, Paris, R. Laffont, 1975 ; L’émerveillé : écrits à mesure, 1923-1931, Paris, Stock, 1981 ; L’œil de la mémoire, 1932-1985, Paris, Éditions 13, 1986. []
  4. MOORE, 2012, op. cit., p. 11. []
  5. L’inventaire de ce fonds a été réalisé dans le cadre de la Bourse Roederer/BnF 2019-2020. Le fonds est en cours de reconditionnement et d’attribution de numéro d’inventaire. []
  6. Martine d’ASTIER, Quentin BAJAC et Alain SAYAG (dir.), Lartigue : l’album d’une vie, 1894-1986, (cat. exp. Paris, Centre Georges Pompidou, du 4 juin au 22 septembre 2003), Paris, Centre Pompidou, Seuil, 2003. []
  7. Les albums sont consultables en ligne : https://albums.lartigue.org/Album-Index. []
  8. Marianne LE GALLIARD, Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon. La question de l’œuvre et de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970), Thèse de doctorat en histoire de l’art, sous la direction du Professeur Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2013. []
  9. Richard AVEDON, Bea FEITLER et Jacques Henri LARTIGUE, Diary of a Century. Jacques Henry Lartigue, New York, The Viking Press, 1970. []
  10. Robert M. RUBIN et Marianne LE GALLIARD, La France d’Avedon : vieux monde, New Look (cat. exp. Paris, BnF, du 18 octobre 2016 au 26 février 2017), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2016. []
  11. Voir Marianne LE GALLIARD, « De la gestion de collection à l’analyse historique », Études photographiques, 19, décembre 2006, p. 140-152. []
  12. Kevin Moore consacre la seconde partie de sa thèse à la reconnaissance de Lartigue comme photographe, notamment après l’exposition de 1963 au Museum of Modern Art de New York, sous le commissariat de John Szarkowski. MOORE, 2012, op. cit. Voir aussi : Kevin MOORE, « Jacques-Henri Lartigue », Études photographiques, 13, 2003, p. 6-34. []
  13. Cette image est véhiculée non seulement par Jacques Henri Lartigue mais aussi par ceux qui commentent son travail comme John Szarkowski, directeur du département de la photographie du Museum of Modern Art de New York, à l’occasion de l’exposition sur Lartigue de 1963. Cette vision de l’artiste spontané et libre se retrouve ultérieurement dans les histoires de la photographie et d’autres monographies sur l’artiste. Voir : John SZARKOWSKI, The Photographs of Jacques Henri Lartigue, (cat. exp., New York, Museum of Modern Art du 1er juillet au 3 novembre 1963), New York, MoMA, 1963 ; Alain SAYAG, « Un œil libre et innocent », dans Martine d’ASTIER, Quentin BAJAC et Alain SAYAG (dir.), Lartigue : l’album d’une vie, 1894-1986, (cat. exp. Paris, Centre Georges Pompidou, du 4 juin au 22 septembre 2003), Paris, Centre Pompidou, Seuil, 2003, p. 13-15. []

Helene Orain

Docteure en art contemporain

More Posts