Tous les articles par lisiecki

Les secrets du palimpseste d’Archimède

En partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine, se tiendra le 2 mars 2017 à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, une conférence1 portant sur l’utilisation de méthodes avancées de rayons X pour le décryptage de manuscrits anciens.

La science au service des manuscrits

Uwe Bergmann, physicien de l’université de Stanford (États-Unis, SLAC), travaille depuis le début de sa carrière scientifique sur les synchrotrons, ces accélérateurs de particules qui produisent des microfaisceaux de rayons X très intenses.

Il est aujourd’hui professeur invité de la Fondation des sciences du patrimoine2. Il raconte : « Un jour, ma mère m’a montré une édition du magazine Géo qui comportait un article sur le manuscrit le plus ancien des textes d’Archimède (IIIe siècle après J.-C.). Cette copie, datée du Xe siècle, regroupe des traités du savant grec, dont certains étaient inconnus. Au XIIIe siècle, le manuscrit a été recouvert par d’autres textes copiés par des moines et, au XXe siècle, par des peintures religieuses réalisées par des faussaires sur plusieurs
pages. L’article précisait qu’une équipe de chercheurs travaillait à décrypter le palimpseste. Je les ai contactés et nous avons monté un projet utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Cette méthode permet de détecter, derrière les autres inscriptions, les métaux présents dans les encres ferrogalliques employées au Xe siècle. Aujourd’hui, l’ouvrage est entièrement numérisé3 et une édition complète des traités du livre a été publiée par Cambridge University Press. Après ce projet, j’ai continué à étudier les manuscrits anciens. »

graph
Révélation du texte sous-jacent du palimpseste dit d’Archimède grâce à l’imagerie par fluorescence X © The Exploratorium, www.exploratorium.edu et Will Noel, The Walters Art Museum.

Lettres secrètes et chefs-d’oeuvre cachés

Un autre projet conduit par Uwe Bergmann a consisté à décrypter les
partitions de l’opéra Médée de Luigi Cherubini (1760-1842), mutilées par le compositeur lui-même, qui en avait recouvert une partie. Les experts en spectrométrie ont permis de ressusciter la version intégrale de ce chef d’oeuvre. Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les techniques d’imagerie dans le domaine patrimonial, qui avaient jusque-là concerné surtout les oeuvres d’art, se sont étendues aux manuscrits. D’autres projets sont en cours dans le cadre de la Fondation des sciences du patrimoine : le projet REX4 sur les lettres échangées secrètement entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen, conservées aux Archives nationales, ou REMAC sur les manuscrits médiévaux de la Bibliothèque municipale de Chartres. Enfin, dans le cadre d’IPANEMA, une nouvelle ligne de lumière dédiée à l’étude des matériaux du patrimoine, implantée au sein du synchrotron SOLEIL, démarrera en 2017. Elle permettra l’imagerie rapide de matériaux anciens aux rayons X : un outil innovant dont les applications à la connaissance et la conservation du patrimoine, culturel comme naturel, sont appelées à se multiplier.

Sylvie Lisiecki
Délégation à la communication

Informations pratiques

Le jeudi 2 mars 2017, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

  1. Les traités d’Archimède enfin déchiffrés. Les rayons X au service de la connaissance et de la valorisation des manuscrits. []
  2. Plus précisément au synchrotron SOLEIL (Paris-Saclay,
    laboratoire IPANEMA du CNRS) []
  3. Cf. archimedespalimpsest.org []
  4. Projet financé par la Fondation des sciences du patrimoine, en partenariat avec les Archives nationales, le Centre de recherche sur la conservation, l’université de Cergy-Pontoise et avec la participation de l’Institut national du patrimoine et de la Cité de la musique. []