Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Cycle « Les écrivains et la presse » : Colette et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Gérard Bonal, écrivain et journaliste et  Amélie Chabrier, maîtresse de conférences à l’université de Nîmes.

Informations pratiques

Jeudi 5 avril 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 23 avril 2018).
  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle autour de l’éducation populaire, à la BnF

Intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire de l’éducation populaire à son actualité », ce cycle a démarré au début de l’année 2018 et se terminera à la fin de l’année 2019. Il associe pour ce faire le Pajep, l’Adajep et les Archives nationales.

6 ateliers-rencontres seront proposés pendant l’année 2018 à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) avant que d’autres ne soient organisés pendant l’année 2019 aux Archives nationales (à confirmer). Les trois premiers ateliers sont centrés sur les modes d’action et invitent les représentants des associations à exprimer leur ressenti sur le rôle, les outils et les évolutions de l’éducation populaire. Les trois suivants sont centrés sur les « matériaux historiques » et invitent des chercheurs spécialisés.

Tous ces ateliers sont proposés en entrée libre sans inscription. Deux colloques sont également à prévoir dont le premier aura lieu à la BnF le 13 novembre 2018. Les partenaires du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) participeront à cette journée pour présenter, entre autres, le guide des sources des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, mis à jour récemment.

Programme

Du passé au présent de l’éducation populaire : 3 associations témoignent

La conscience de la puissance d’action du peuple doit beaucoup à l’éducation populaire. Imaginer de nouveaux modes d’accès à la connaissance, se (ré) approprier des savoirs confisqués… autant de rencontres possibles entre deux mondes dès le XIXe siècle et lors de moments forts comme le Front populaire. Aujourd’hui il convient de
raviver la mémoire de l’éducation populaire et des associations nées dans la période de bouillonnement politique et intellectuel de l’après-guerre. En effet, cette mémoire s’est peu diffusée hors du monde des militants de l’éducation populaire, alors que sont inventées des formes d’accès au savoir qui permettaient à ceux qui n’avaient pas bénéficié d’un mode savant d’accès à la culture de comprendre le monde et d’imaginer des modes de relations qui
interrogent de façon active la relation à la culture et au savoir.
Lors d’ateliers ouverts qui permettent un dialogue avec les participants, 3 associations d’éducation populaire témoignent de leurs modes d’action et présentent les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés.

Jeudi 11 janvier 2018 : Fédération des centres sociaux

Serge Gerbaud, grand témoin, militant de l’association « Mémoires vives » qui recueille la mémoire des militants et les archives des centres sociaux.
Dès la fin du XIXe siècle, les centres sociaux vont intervenir dans le temps de vie « hors travail » pour améliorer la condition ouvrière. Alors que la France de l’après-guerre, dans les années cinquante, se couvre de grands ensembles, à la périphérie des villes, dans des quartiers peu équipés en commerces et lieux de vie, les habitants apprennent à prendre la parole dans les centres sociaux pour faire émerger des modes d’organisation collectives qui améliorent leurs conditions de vie : ateliers de construction de meubles, laveries collectives, activités culturelles portées par les habitants. Ils s’inscrivent ainsi dans la tradition de l’éducation populaire et de l’émancipation culturelle. Aujourd’hui la précarité entraîne une difficulté à construire un imaginaire de transformation. Et si d’un monde en crise, émergeaient des pratiques qui remettent l’humain au centre ?
C’est de ces expériences qui se sont inventées hier et se poursuivent aujourd’hui dont témoignera Serge Gerbaud.

Jeudi 8 février 2018 : Peuple et Culture

Damien Lenouvel, militant et transmetteur des pratiques de co-éducation inventées par cette association.
Créé par des hommes et des femmes qui s’étaient investis dans les maquis du Vercors, Peuple et Culture fonde son projet d’éducation populaire sur cette conviction que la culture est une arme dans la lutte pour la transformation sociale. Cet atelier présentera les outils et les méthodes inventés par PEC dès sa création, de 1945 à nos jours. Il s’agit, à partir de situations complexes et insatisfaisantes que l’on veut dépasser, de construire collectivement des processus de co-éducation et d’auto-formation. Cette démarche investit des valeurs d’initiative et de solidarité, et invite à sortir du repli individualiste. Elle mobilise des connaissances, apprises à l’école ou pas, et valorise l’expérience, les compétences liées aux trajectoires de vie de chacun. Elle contribue à la mise en œuvre d’une intelligence collective, à l’invention d’autres possibles qui permette à chacun de créer sa place dans la société.

Jeudi 8 mars 2018 : Cemea

Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».
Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation  active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.
 Émanciper le peuple par le savoir ? de l’histoire de l’éducation populaire à son actualité
Lors d’ateliers ouverts qui permettront un dialogue avec les participants, les conférenciers présenteront et commenteront des documents témoignant des réflexions et démarches des acteurs de l’éducation populaire entre l850 et 1950.
Grâce à ces matériaux historiques, on tentera de répondre aux questions suivantes : quelles ont été les voies de l’émancipation du peuple par le savoir ? Les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les réflexions actuelles ?

Jeudi 12 avril 2018 : « Une expérimentation d’éducation populaire au XIXe siècle : les cours du soir destinés aux adultes »

Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille.
À travers l’étude des discours des fondateurs et animateurs de cours d’adultes et des programmes, il s’agira d’expliciter les différents enjeux de ces cours, et de s’interroger sur les liens entre les finalités d’hier et celles d’aujourd’hui de l’éducation des adultes.

Jeudi 3 mai 2018 : « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) »

Agnès Sandras, conservatrice, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).
Les fondateurs des bibliothèques populaires veulent offrir à toutes et tous un choix le plus varié possible d’ouvrages, dans les limites imposées par le régime impérial. La question des finalités de ce choix (instruction et/ou délassement ?) se pose alors avec acuité, renvoyant à des interrogations contemporaines.

Jeudi 14 juin 2018 : « La pédagogie sans le scolaire ? Les revues d’éducation populaire laïque des années 1930-1950 »

Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine et Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique (IUT de Tours, Carrières sociales).

L’éducation populaire laïque s’est construite avec et par les institutrices et instituteurs, tout en cherchant à s’affirmer hors de l’école, ce qui ne va pas sans ambiguïté quand on aborde l’histoire de sa pédagogie et le type de culture qu’elle promeut. C’est aussi ce que nous essaierons de voir à travers les revues d’éducation populaire avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Modalités pratiques

Du passé au présent de l’éducation populaire

Aquarium – Hall d’accueil
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 11 janvier 2018
14h30 – 17h
Entrée libre

Ateliers ouverts : Émanciper le peuple par le savoir ?

Salle 70
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 12 avril 2018
14h30 – 17h
Entrée libre
En partenariat avec

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Aragon et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Erwan Caulet et Josette Pintueles, membres de l’équipe de Recherche Interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon (ÉRITA).

Informations pratiques

Jeudi 29 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : colloque « Le rayonnement des arts au Moyen Âge. Réflexions autour du ms. aquitain, Paris, BnF latin 1139 »

Le manuscrit Paris, BnF, lat. 1139 est un manuscrit composite, aux origines mal connues, conservé dans les collections de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dès le milieu du XIIIe siècle. Issu de l’une des plus prestigieuses bibliothèques médiévales, il est l’un des premiers témoins d’une nouvelle manière de chanter la louange divine. Ces créations ne rompent pas avec les traditions antérieures mais prolongent des pratiques existantes.

La partie la plus importante et la plus ancienne (fin XIe-début XIIe siècle) comprend de nombreux chants festifs : tropes, chansons versifiées (versus et Benedicamus domino appelés nova cantica), épîtres farcies et jeux liturgiques (f. 32r-117r). S’y ajoutent aussi des offices votifs de la Vierge, notés au XIIIe siècle (f. 119r-148r), un prosaire complet de la fin du XIIe siècle (f. 149r-228v) et des extraits de deux autres prosaires du XIIIe siècle (f. 2r-20v). Tout au long du manuscrit figurent également des indications à la liturgie et la vie de l’abbaye (inventaire des ornements de l’autel, liste des livres de la bibliothèque, etc.).

vue 155 - folio 74r

Ce recueil factice permet donc d’appréhender deux siècles de répertoires chantés et de pratiques liturgiques touchant aux évolutions des célébrations et de leurs marges. Cette anthologie hétéroclite est révélatrice de l’élan créateur et des échanges culturels qui gravitent autour de Saint-Martial dans le contexte plus large de la France méridionale et de contrées plus lointaines.

Ce manuscrit est un livre exceptionnel et a très tôt suscité l’intérêt des chercheurs :

  • Il est l’un des plus anciens témoins des polyphonies aquitaines.
  • Il s’agit de la plus ancienne grande collection de chants festifs de nouvelle facture.
  • Il comprend plusieurs jeux liturgiques, notamment le Sponsus dont il est l’unique témoin.
  • Il s’inscrit à la croisée des répertoires latins et vernaculaires.
  • Le notateur de la partie la plus ancienne a fait usage d’une note en forme de losange afin d’indiquer le demi-ton. Cette particularité notationnelle a été rapidement abandonnée dans le sud de la France mais a été très largement adoptée dans l’ouest de la péninsule Ibérique, tout particulièrement au Portugal.

L’inventaire de la partie la plus ancienne a été dressé par Hans Spanke (1931) et Judith M. Marshall lui a entièrement consacré sa thèse (1961), essentiellement analytique. Jacques Chailley (1952), Sarah Fuller (1969) et Leo Treitler (1978) ont également intégré ce manuscrit à leurs études du répertoire aquitain. Il apparaît que de nombreux chants de latin 1139 comportent des concordances avec des sources du sud de la France mais aussi avec les offices festifs de la Circoncision de Beauvais, Sens et du Puy (Wulf Arlt, 1970, 2000) ainsi qu’avec d’autres répertoires plus éloignés géographiquement.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature, musicologie, philologie, paléographie, etc.) afin d’appréhender ce manuscrit complexe dans toutes ses dimensions. Cette rencontre sera l’occasion de combler les pans laissés vierges par l’historiographie, notamment quant aux parties les plus récentes du manuscrit. Il s’agira à la fois de s’attacher au manuscrit lui-même mais surtout, de l’inscrire dans une production plus large, à commencer par celle de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, et dans des réseaux de création et de diffusion dépassant le territoire du Limousin. L’originalité de ce colloque réside ainsi dans la mise en évidence des circulations des pratiques artistiques et intellectuelles. Dans cette perspective, le manuscrit latin 1139 servira de point de départ à une étude renouvelée de la création au sein du Midi et de son rayonnement dans l’espace et le temps mais il n’en sera pas l’unique objet.

Les communications pourront porter sur les thématiques suivantes (liste non limitative) :

Transferts : comparaison de Paris, BnF, latin 1139 avec d’autres sources

  • questions paléographiques musicales et textuelles ; utilisation des spécificités de la notation neumatique du manuscrit dans d’autres traditions (péninsule Ibérique notamment) ;
  • caractéristiques stylistiques musicales et littéraires de son répertoire ;
  • approches codicologiques, présentation, mise en page et décoration du manuscrit en lien avec un corpus plus large.

Diffusion : Saint-Martial de Limoges comme foyer musical et artistique

  • la position de Saint-Martial par rapport à la diffusion des répertoires ou des pratiques artistiques du Limousin vers d’autres régions ;
  • l’abbaye comme centre de création et/ou de réception d’un répertoire exogène ;
  • la circulation des manuscrits à la bibliothèque de Saint-Martial ;
  • la liturgie et la vie communautaire de l’abbaye à travers les répertoires et les ajouts non musicaux dans latin1139.

Circulation : devenir et réception des répertoires notés dans Paris, BnF, latin 1139

  • mise en perspective des réseaux de diffusion des répertoires notés dans latin 1139 : manuscrits normano-siciliens, offices de la Circoncision, manuscrits germaniques dont les Carmina Burana, Cantatoria de Prague du XIVe siècle, etc. ;
  • relations entre les répertoires de latin 1139 et les sources parisiennes des XIIe et XIIIe siècles (nova cantica, proses) ;
  • prise en compte de la dimension matérielle complexe du manuscrit comme témoignage des usages des livres et des répertoires : transformations, recompositions en fonction de nouveaux besoins ;
  • échanges et interférences entre les répertoires latins (versus, tropes, épîtres, etc.) et vernaculaires.

Les propositions de communication (titre et résumé : 300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse info@colloque1139.fr avant le 31 mai 2018.

Les déjeuners seront pris en charge. Le remboursement des frais d’hébergement et de déplacement sera discuté au cas par cas en fonction des budgets obtenus.

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu les 19, 20 et 21 mars 2019 à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris) et à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris).

Contact

info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à volontaires : J.R.R. Tolkien à la BnF

La Bibliothèque nationale de France ouvrira fin 2019 une exposition sur les littératures de l’imaginaire et l’invention de mondes, autour de l’oeuvre de John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973).

Afin d’envisager avec des visiteurs potentiels l’élaboration de cette exposition, la Bibliothèque organise 4 séances de réflexion collective en groupe de 10-15 personnes, qui se tiendront à la Bibliothèque (site de François-Mitterrand). Fans de Hobbits ou étrangers au genre de la Fantasy, habitués des couloirs du site François-Mitterrand ou novices dans ce lieu, si vous souhaitez participer à cette démarche merci de renseigner le formulaire ci-dessous. En fonction des participants potentiels et des créneaux retenus, votre inscription vous sera, le cas échéant, confirmée par email. Une session en ligne peut aussi être envisagée pour les personnes intéressées mais ne pouvant se rendre disponibles sur un des créneaux proposés.

Fan des films, lecteur à la BnF, habitué des expos ou juste intéressé, laissez-nous vos coordonnées par ici : https://plexi-form.bnf.fr/content/enquete-tolkien-0

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Cinéma et littérature de jeunesse : quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), avec le soutien de Images en bibliothèque et de la Cinémathèque Française.

S’il est désormais communément admis que le passage de millénaire s’est traduit entre autres modifications par un changement majeur de paradigme (de la galaxie Gutenberg à la galaxie numérique) affectant l’ensemble des pratiques de création et de consommation, il n’est pas certain que cette évolution doive nécessairement, dans l’ordre culturel, s’accompagner du constat désabusé selon lequel « les jeunes générations ne lisent plus mais passent leur vie devant des images ». La bonne santé de l’édition jeunesse, à la créativité plus que jamais féconde, suffirait à invalider une telle idée reçue – pourtant bien ancrée dans les mentalités – ; les jeunes ont sans conteste validé massivement les représentations iconiques, qui accompagnent bel et bien leur quotidien, mais ils n’ont pas pour autant oublié les écrits au seul profit des écrans. En témoignent notamment l’accueil enthousiaste réservé à des auteurs toujours plus innovants dans leur exploration narrative et/ou graphique, le succès planétaire de best-sellers devenus incontournables, la dynamique des salons et autres manifestations littéraires en direction de la jeunesse, ou encore les nombreux sites de lecture, commentaire et même réécriture qui prouvent à l’envie à quel point ces publics continuent d’entretenir une relation privilégiée au monde de l’écrit.
Reste à analyser en profondeur les modalités de la nouvelle donne créée par la profusion des images pour voir de quelle façon l’omniprésence des cultures iconiques affecte, ou non, les univers textuels. On s’intéressera ici plus particulièrement à la question des rapports entre récits écrits et récits filmiques, en s’interrogeant sur la nature du lien qui régit désormais le monde des livres et celui des films (qu’il s’agisse de cinéma, de cinéma d’animation ou de télévision).
Les contributions attendues (des universitaires, des créateurs comme des professionnels de la culture) auront pour objet d’étudier les formes et les enjeux d’un tel dialogue, qu’on pourra aborder sous toutes ses facettes (esthétiques, narratives, symboliques, mais aussi historiques, économiques, juridiques ou encore sociologiques) et dans l’ensemble des étapes de son déploiement (de l’amont de la production jusqu’à l’aval de la réception).

Ainsi, et entre autres, pourront être considérées les questions suivantes :

– Comment les films, téléfilms, séries et autres animés se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Faut-il parler de reprises, d’adaptations, de transpositions ou bien encore de re-créations ? La fidélité (ou non) des scénarios par rapport aux récits, la cohérence des univers visuels face aux univers diégétiques ou encore la conformité des personnages avec leurs incarnations affectent-elles la signification de l’œuvre et les symboliques qui s’y attachent ? Peut-on considérer que les adaptations ré-inventent les œuvres originales en créant de nouvelles histoires ?

– Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? S’agit-il avant tout de stratégie commerciale ou au contraire de parti-pris artistique ? Existe-t-il une poétique propre à ce type d’écriture, peut-on parler de genre et quels en seraient les constituants ? Correspond-il à une spécialisation-métier, voire à un public spécifique ?

– Les textes comportant une part importante d’images (albums, mangas, bandes dessinées…) offrent-ils une surface différente à l’adaptation filmique par rapport à un récit exclusivement écrit ? Le processus de transformation met-il en oeuvre des choix esthétiques particuliers ? Quel rôle les illustrateurs peuvent-ils jouer lors des glissements intermédiatiques ?

– En quoi les allers et retours entre écrits et écrans affectent-ils la fonction auctoriale ? Quelles relations se tissent entre écrivains et scénaristes, comment s’opèrent les décisions, avec quelles contraintes et pour quels objectifs ? Que devient le statut d’une œuvre à partir du moment où elle existe sous des formes différentes ? Par ailleurs, pour les auteurs qui écrivent en alternance dans un média ou un autre, qu’apporte l’écriture filmique par rapport à la littérature (et réciproquement) ?

– L’entrée par un medium ou un autre influence-t-elle perceptions et représentations de l’œuvre ? La relation à la fiction est-elle la même dans l’un et l’autre cas ? Comment se font les choix de réception devant des univers déclinés sur plusieurs supports, et comment peut-on les interpréter ? Plus généralement, que nous disent les nouvelles pratiques de consommation sur les jeunes générations ?

– Cette évolution constitue-t-elle une révolution, ou bien s’ancre-t-elle dans une histoire qu’il conviendrait de retracer ? Quelles en seraient en ce cas les grandes étapes, les créateurs innovants, les œuvres représentatives ? Comment les interactions entre écrits et écrans se sont-elles développées dans le temps long et, le cas échéant, de façon distincte selon les aires géoculturelles ? Ces phénomènes ont-ils fait l’objet, en tout ou partie, d’études critiques voire de théorisations ?

– Quels enjeux de transmission sont liés à cette nouvelle donne ? Comment l’éducation à l’image, partie prenante des programmes d’enseignement, peut-elle se nourrir des situations d’interaction entre écrits et écrans ? Dans les bibliothèques et les institutions culturelles, quelle articulation entre cinéma, lecture et littérature ; quels apports pour le lecteur ; quels ponts entre supports et espaces du lieu ? De façon générale, comment travailler une œuvre avec le jeune public en combinant livre et film ?

Comité scientifique du colloque

Laurent Bazin (Université Paris-Saclay)
Perrine Boutin (Université Paris 3)
Cécile Giraud (Images en bibliothèque)
Zaïma Hamnache (BnF)
Mathilde Lévêque (Université Paris 13)
Virginie Meyer (BnF)
Marine Planche (BnF)
Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Modalités

Le colloque se déroulera le jeudi 15 novembre 2018 à la BnF (Paris) et le vendredi 16 novembre 2018 (Paris, lieu à préciser)

Langues : français, anglais

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur un site de la BnF. La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes. La publication d’une sélection de textes est prévue.

Date limite de soumission des propositions : les propositions de communication (titre et résumé de 2000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel) avant le 15 avril 2018 à : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr)

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : George Sand et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Marie-Eve Thérenty, professeur à l’université de Montpellier III et Jean Rime, doctorant.

Informations pratiques

Jeudi 15 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Manel Achichi

Financée par le projet ANR DOREMUS (DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages)1, Manel Achichi a soutenu sa thèse de doctorat ce 15 février 2018.

Résumé de thèse

Des milliers d’œuvres musicales sont décrites dans des catalogues des institutions culturelles, dont le rôle est de stocker toutes les créations musicales à travers le catalogage et de les diffuser auprès du grand public. Cette thèse fait partie du projet DOREMUS -DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages- qui vise à explorer les données de trois grandes institutions culturelles : Bibliothèque nationale de France, Philharmonie de Paris et Radio France ; afin qu’elles puissent communiquer et être mieux utilisées par les différents publics. Elles ne gèrent pas toutes les données musicales de la même manière ou dans le même objectif. L’accès à l’information pertinente devient alors difficile, d’où la nécessité d’interconnecter ces données.

Abstract

Linking Heterogeneous Open Data – Application to the Musical Domain

Thousands of musical works are described in catalogs in cultural institutions whose role is to store all the musical creations through the cataloging and to stream them to the general public. This thesis is part of DOREMUS -Doing Reusable Musical Data- project which aims to explore the data of three major cultural institutions: Bibliothèque Nationale de France, Philharmonie de Paris and Radio France; so they can communicate and be better used by different audiences. They do not handle all of the musical data in the same way or for the same purpose. Access to relevant information becomes then difficult, hence the need to interconnect these data.

Jury

Préparée sous la direction de Zohra Bellahsene et de Konstantin Todorov à Montpellier, dans le cadre de l’I2S – Information, Structures, Systèmes, en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier (LIRMM) la thèse a été soutenue devant :

  • Mathieu D’Aquin, professeur d’informatique, National University of Ireland
  • Ollivier Haemmerlé, professeur d’informatique, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Catherine Faron-Zucker, maître de conférence, Université Nice Sophia Antipolis

Soutenance

Le jeudi 15 février 2018.

En juin 2014, Manel Achichi avait soutenu son master intitulé : Extraction de données liées à partir de tweets pour leur publication sur le web de données.

Cette thèse peut être dédiée à la mémoire de Dominique Cotte décédé le 14 décembre 20172. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (laboratoire Geriico, Université de Lille-3), il était l’un des responsables du programme.

Pour en savoir plus

  1. Dans le cadre du programme ANR : ANR-14-CE24-0020 : Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 []
  2. Stéphane Chaudiron, « Hommage à Dominique Cotte », ADBS. Disponible en ligne, url : <https://www.adbs.fr/groupes/adbs-site-internet/hommage-a-dominique-cotte-36666> ; « Dominique Cotte (20 janvier 1956-14 décembre 2017) », Robin Goodfellow. Disponible en ligne, url : <https://www.robingoodfellow.info/pagesfr/rubriques/Dominique_Cotte.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Apollinaire et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Laurence Campa, professeur à l’université Paris Nanterre et Julia Ribeiro Thomaz, doctorante.

Informations pratiques

Jeudi 22 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Incursion dans les humanités numériques du Comité d’histoire de la BnF

Pour donner à voir la profondeur historique de la Bibliothèque nationale de France, son Comité d’histoire s’est livré à une modeste incursion dans le domaine des humanités numériques en géolocalisant les différentes implantations de la bibliothèque au fil de son histoire.

Depuis la librairie du roi, bibliothèque personnelle suivant le souverain au gré de ses pérégrinations et de ses résidences successives, jusqu’à la Bibliothèque nationale de France et ses 7 sites, en passant par la Bibliothèque royale, impériale, nationale, etc., la carte employant l’API Google Maps1, permet de filtrer au moyen de calques, les différentes localisations de la bibliothèque par siècles. Un clic sur les épingles permet d’obtenir un petit résumé historique ainsi que les dates extrêmes de l’implantation dans le lieu incriminé. Le classement par dates est celui du début de l’implantation (ex. le site François-Mitterrand ayant été ouvert en 1996, il se trouve classé au 20e s.).

Cette carte intègre aussi les bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI) d’autant plus que ces établissements sont habilités à mettre en place un accès à distance aux collections du dépôt légal de l’internet de la BnF2, devenant par là des emprises de la BnF en région. Cet accès à distance aux archives de l’internet de la BnF continue de se mettre progressivement en place.

Enfin, la carte propose un calque recensant les Centres techniques et les centres de recherche et sociétés savantes hébergés.

La carte omet les localisations relevant de l’action de Julien Cain en tant qu’administrateur général de la Réunion des bibliothèques nationales (1930-1977)3 puis directeur des Bibliothèques et de la Lecture publique (1946-1974)4 puisque cela reviendrait à proposer une carte à la fois du réseau de la lecture publique et des bibliothèques universitaires…

  1. Les fervents des logiciels libres et/ou open source voudront bien nous excuser de ne pas avoir employé l’outil uMap d’OpenStreetMap mais si la clé utilisée pour le libellé des calques fonctionne en mode édition, à l’enregistrement pour publication, uMap a toujours affiché le nom du calque et non la clé souhaitée… À preuve ici : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/implantations-de-la-bibliotheque-nationale-de-fran_196714#6/51.021/2.000 []
  2. Cf. Accès à distance aux archives de l’internet dans les BDLI : mémento, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/memento_acces_distant_archives_web.pdf>. []
  3. Cf. « Réunion des bibliothèques nationales », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9union_des_biblioth%C3%A8ques_nationales>. []
  4. Les services constituant la Direction chargée des bibliothèques et de la lecture publique qui relevait du Ministère de l’Éducation nationale, depuis 1932, est passée en 1974 sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Universités sous le nom de Direction des bibliothèques et de la lecture publique (par décret n° 74-613 du 27 juin 1974). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts