Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

LabEx CAP : Appel à candidatures / Programme Immersion

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2018.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du LabEx CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Conditions d’admission

Candidats : les candidats doivent être inscrits en thèse prioritairement dans un des établissements d’enseignement supérieur membre du LabEx CAP :
CNAM, EHESS, EPHE, ENC, ENSCI, ENSA Paris La Villette, LCPI Paris Tech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Des candidats inscrits dans d’autres établissements peuvent également postuler.

Institutions d’accueil (voir les profils de poste ci-joints) pour 2018 :

– Bibliothèque nationale de France / Exposition de photographies anciennes organisée par la BnF et le musée de l’Elysée de Lausanne
– Centre Pompidou / Histoire des collections – le Musée national d’art moderne
– Musée du Louvre / Exposition monographique Delacroix
– Musée Picasso /  Picasso et le Louvre
– Sèvres – cité de la céramique / La production de la Manufacture de Sèvres, une histoire photographique

Modalités pratiques

Calendrier de recrutement

→ Date de lancement du concours : le 11 mai 2017
Date de clôture – dépôt des candidatures : le 1er septembre 2017
→ Phase d’admission (auditions*) : courant septembre 2017
→ Prise de fonction : 2 janvier 2018
*Chaque institution forme un jury d’admission comprenant des personnels internes et des membres du bureau du Labex CAP. Les candidats sont auditionnés au sein de chacune des structures d’accueil.

Durée du recrutement, nature du contrat

→ Le contrat proposé est d’une durée de 10 mois
→ Contrat de travail de catégorie B (personnel non titulaire non enseignant), temps plein (4/5 de présence dans l’institution, 1/5 consacré à la thèse)

Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet (Immersion_Musee_Nom.PdF) devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2017 à 16h00 au bureau du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Le dossier comprend :
→ le projet de la thèse (3 à 5 pages)
→ une lettre de motivation sous forme de projet personnel en lien avec le profil de poste proposé : il est demandé de valoriser le lien entre le sujet de thèse du candidat et les missions que le musée souhaite lui confier
→ un curriculum vitae
→ photocopie du dernier diplôme obtenu
→ éventuellement une publication (PDF)
→ deux lettres de recommandation rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

Critères de sélection

→ L’adéquation du profil des candidats (parcours, compétences scientifiques) et de leur projet de thèse avec le profil recherché par les institutions partenaires du Labex CAP.
→ La motivation des candidats.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les débuts de l’édition vidéoludique française

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

Ainsi, de 2013 à 2016, le département de l’Audiovisuel a accueilli Benjamin Barbier de l’équipe INDEX1 du Laboratoire Paragraphe (EA 349 de l’université Paris 8).

Sujet de la recherche

Son sujet de recherche portait sur les débuts de l’édition vidéoludique en France. C’est-à-dire, la production française de jeux vidéo antérieure à la loi sur le dépôt légal du logiciel. La période retenue va du milieu des années 1970 à 1995. Il s’agit d’une période complexe au regard de la production vidéoludique. En effet, le marché n’est à l’époque pas encore stabilisé. De nombreux constructeurs qui ont aujourd’hui disparu ou se sont retirés du marché se lancent alors dans la production de consoles de jeux ou de micro-ordinateurs. Alors qu’il n’existe aujourd’hui que trois constructeurs majeurs de consoles (Sony, Microsoft et Nintendo), il en existait plus d’une dizaine il y a une trentaine d’années. Les supports étant multiples, l’univers des développeurs de logiciels qu’ils soient ludiques ou non était en conséquence assez complexe et difficile à appréhender dans sa globalité.

Une multitude d’acteurs se succèdent ou coexistent, dans un écosystème encore en construction. Les entreprises naissent pour ne durer que quelques années, changent de nom, sont absorbées par d’autres acteurs plus importants, changent de domaine de spécialité, etc.

En ce qui concerne les collections de la Bibliothèque nationale de France couvrant ce domaine, celles-ci sont parfois lacunaires avant 1995, date à laquelle le dépôt légal des logiciels est véritablement instauré. Les titres qui figurent dans les collections ont été acquis a posteriori et, étant donné l’abondance de la production française de ces années, tout n’avait pas pu encore être ajouté au fonds.

Objectifs de la recherche

A l’origine, les objectifs de cette recherche étaient multiples. Il s’agissait, par ordre de priorité, de faire un état des collections du département de l’Audiovisuel la BnF concernant la production de jeux vidéo français datant de cette période ; de repérer et d’identifier les éventuelles lacunes des collections dans ce domaine ; d’identifier les différents acteurs de cette production (développeurs, éditeurs) ; de contacter ces acteurs afin de solliciter des entretiens et éventuellement des dons qui pourraient venir enrichir les collections ; de penser l’organisation de manifestations qui pourraient permettre de valoriser ce fonds.

Bilan des recherches effectuées

Etat des collections

Les recherches effectuées ont permis d’identifier de nombreuses entreprises de l’édition et du développement vidéoludique français de la période concernée. La méthode choisie a été de partir d’éléments concernant ce domaine, publiés sur internet. Partir des collections de la BnF n’aurait en effet pas permis de certitudes quant à l’exhaustivité de la recherche. Partir de celles-ci aurait permis de collecter un certain nombre de développeurs ou d’éditeurs et, partant de leurs noms, de tenter de reconstituer leurs catalogues mais il n’aurait pas été possible de savoir si ceux-ci constituent la totalité des acteurs de l’époque ou un simple échantillon dont le point commun est d’avoir au moins un titre présent dans les collections de la BnF. De plus, lorsque l’on effectue une recherche concernant les logiciels sur le catalogue général de la BnF, il n’est pas toujours possible de savoir si le titre renvoyé par la base est un jeu vidéo ou un logiciel utilitaire. La plupart du temps, le titre suffit à distinguer ces deux catégories mais ce n’est pas systématiquement le cas.

La recherche sur internet a donné de bons résultats. Il s’agit en effet d’un domaine pour lequel il existe de nombreuses communautés en ligne, celles-ci étant le plus souvent constituées de passionnés très au fait du domaine auquel ils s’intéressent. Et bien que les recherches sur internet soient dans de nombreux domaines, notamment historiques, peu fiables et s’avérant très rapidement limitées, il s’agit ici d’une ressource majeure. Ceci est d’autant plus vrai qu’il n’existe que très peu de publications papier concernant cette production, les magazines spécialisés ne pouvant pas non plus être considérés comme exhaustifs et leur dépouillement étant extrêmement fastidieux. Il existe des sites internet de passionnés, voire des sites créés par les acteurs historiques eux-mêmes qui publient des catalogues répertoriant les productions des différents éditeurs. Bien sûr, ces catalogues ne sont pas systématiques et ils n’existent que dans le cas où la communauté entourant les productions de tel ou tel développeur ou éditeur est suffisamment active. Wikipédia peut également être une bonne source d’informations pour un début de recherche dans la mesure où, bien souvent, la page consacrée à un éditeur ou à un développeur expose un catalogue des productions de ce dernier. Restait toutefois à vérifier d’une part si ce catalogue présenté est bien exhaustif et, d’autre part, si les informations mentionnées étaient exactes (date de publication, auteur(s), plateformes, etc).

Autre ressource précieuse pour cette recherche, la thèse d’école des chartes de Colin Sidre : «Une histoire du jeu vidéo en France : l’objet vidéoludique et ses réseaux de distribution (1974-1988)»2, qui dresse un panorama assez complet du paysage des professionnels du jeu vidéo en France depuis les débuts de ce médium dans l’hexagone. Il s’agit, selon Benjamin Barbier, du seul travail d’envergure sur ce sujet comportant la rigueur scientifique nécessaire à une exploitation pour son travail de recherche.

Il semble que ce soit la conjugaison de ces différentes sources, publications web, publications papier de l’époque et publications scientifiques qui seule permette d’assurer l’exhaustivité de son travail. Benjamin Barbier a privilégié les sources les plus accessibles (le web et les publications scientifiques), mais la consultation des revues papier de l’époque s’est avérée nécessaire afin de pouvoir combler les éventuelles lacunes laissées par les précédentes sources.

Suite à ces recherches, Benjamin Barbier a établi une liste présentant les différents jeux produits en France des années 70 aux années 90. Il a choisi de présenter ces jeux par développeur afin de pouvoir plus aisément les distinguer. En plus des titres des jeux, cette liste présente les informations essentielles permettant de retrouver ces titres : la date de parution du titre, le nom de son ou ses principaux auteurs et les différentes plateformes sur lesquelles il a été publié. En plus de ces informations, il est indiqué si oui ou non les titres sont présents dans les collections de la BnF et, si oui, les différentes cotes (puisqu’il y en a une par plateforme de jeu) sont également indiquées.

Le jeu vidéo français

Un autre aspect de cette recherche a été d’étudier les jeux eux-mêmes afin de déterminer s’il était possible de dégager des traits dominants voire une certaine homogénéité au sein du paysage vidéoludique français de ces années. Il a été possible de consulter au travers de l’émulation un certain nombre de ces titres et force est de constater que, pour le moment, il est impossible de faire émerger un quelconque caractère commun à ces productions qui sont très différentes les unes des autres tant dans leurs graphismes que dans leurs modes de jeu. La période chronologique choisie qui couvre une trentaine d’années complique le relevé d’éléments communs. En effet, le jeu vidéo est un médium qui, techniquement, a évolué et évolue encore extrêmement rapidement, du moins si on le compare aux média apparus antérieurement. Il est donc malaisé de distinguer sur cette catégorie d’objets une certaine homogénéité, et a fortiori graphique, des titres produits dans l’hexagone. Les débuts de cette production laissent apparaître des contraintes qui sont liées au support lui-même, limité en taille d’octets mais, au-delà de cette caractéristique, on constate qu’il existe tout de même une multitude de jeux différents. La seule caractéristique commune de ces jeux, du moins pour la petite part à laquelle Benjamin Barbier a pu avoir accès, est leur ton résolument adulte. Mais il ne s’agit peut-être pas d’une spécificité française. En effet, le jeu vidéo n’était pas, avant le début des années 1990, un média grand public tel qu’il peut apparaître aujourd’hui. Il s’adressait avant tout à des passionnés, ayant à la fois les moyens et les connaissances nécessaires à cette activité de loisirs. C’est donc à un public d’adultes que les développeurs s’adressaient ; que ce soit par nécessité ou par choix. On distingue toutefois quelques productions originales, des recherches supplémentaires permettront d’attester véritablement de leur spécificité au regard du paysage mondial du jeu vidéo. Il s’agit par exemple de la série des «meurtres à» de Cobrasoft qui proposait au joueur de résoudre des énigmes à la fois dans le jeu mais aussi à l’aide d’objets fournis dans la boîte du jeu (textes, images ou autres éléments comportant des indices et permettant ainsi au joueur de progresser). Une approche doublement intéressante puisqu’elle est à la fois rare pour la période couverte par cette recherche mais a également aujourd’hui presque entièrement disparu du fait de la tendance à la dématérialisation des supports. On trouve également des productions de grande qualité, devenues aujourd’hui incontournables lorsque l’on parle de jeux vidéo. «Another World» ou «Flashback», tous deux développés par Delphine Software, constituent ainsi de bons exemples de ce que peut être un jeu vidéo aboutit tant au niveau des graphismes que de la jouabilité avec de plus un scénario et un univers captivants.

Par ailleurs, dans ces premières années du jeu vidéo, une à deux personnes suffisaient pour développer l’intégralité d’un titre. Le milieu est donc constitué d’une multitude d’entités qui, bien entendu, s’inspirent les unes les autres mais n’en sont pas moins fortement individualisées ce qui, lorsque l’on tente faire émerger une certaine homogénéité, complique la tache.

Interroger les acteurs

L’inventaire des jeux vidéo développés en France entre les années 1970 et le milieu des années 1990, a permis de relever un certain nombre de noms. Ces noms sont ceux des individus qui paraissent avoir joué un rôle déterminant dans le paysage vidéoludique français de ces années. Que ce soit par l’importance de leurs productions ou plus indirectement par ce qu’ils ont apporté au développement cette industrie dans sa globalité. Benjamin Barbier a contacté ces personnes afin de susciter des entretiens de nature à permettre de documenter cette période plus précisément. Benjamin Barbier souhaitait également avoir accès aux archives – si toutefois elles existent – de ces acteurs, afin de pouvoir observer les parties généralement non accessibles du développement d’un jeu : l’élaboration des graphismes, l’écriture des scénarii, la «bible» présentant les règles du jeu finalisées… Certains de ces acteurs jouent d’ores et déjà un rôle actif de promotion de leurs productions passées ce qui laissait espérer une réponse favorable de leur part. Bertrand Brocca par exemple, ancien président de Cobrasoft, est régulièrement présent à des rassemblements dédiés au «retrograming» durant lesquels il présente ses productions et met à disposition des passionnés certains documents difficilement trouvables aujourd’hui tels que des boîtes de jeux ou des affiches.

Valoriser les collections vidéoludiques de la BnF

Il semble à première vue que peu de personnes en dehors des milieux spécialisés connaissent l’existence du fonds de jeux vidéo de la BnF. Il s’agit pourtant d’un domaine vaste, touchant de multiples domaines (l’histoire des techniques, l’histoire du divertissement, la culture populaire, l’économie…) mais aussi particulièrement attractif pour le grand public. C’est pourquoi, en abordant cette recherche, Benjamin Barbier avait pensé valoriser ce fonds par le biais d’une exposition permettant de rejouer les plus emblématiques des titres parus lors de la période chronologique qui l’intéressait. Mais la présentation au public de ces collections pose de nombreux problèmes de conservation. Les appareils de lecture autant que les supports risqueraient d’être endommagés par les manipulations prolongées auxquelles une exposition les soumettrait et une exposition au travers d’émulateurs ne serait que partiellement satisfaisante.

Il a donc été proposé à Benjamin Barbier d’organiser un cycle de conférences3 portant sur les débuts du jeu vidéo en France. Ces conférences avaient pour but de retracer, au travers de quelques acteurs clefs interrogés par des universitaires spécialistes du jeu vidéo et de sa culture, les débuts de l’édition vidéoludique française. Il s’est agi de mettre l’accent sur les modalités de développement des jeux vidéo en France dans une période allant des années 1970 au début des années 1990 au travers de l’analyse de quelques titres emblématiques, présents dans les collections du département de l’Audiovisuel. Benjamin Barbier souhaitait également proposer les jeux dont il était question en accès libre pour le public des conférences (avant la conférence proprement dite) afin de permettre à ceux qui ne les connaissent pas ou n’ont jamais pu y jouer de découvrir ces titres et, par la même occasion, de mettre en avant l’expertise technique de la BnF pour la communication des jeux vidéo anciens.

En 2016, le public a ainsi pu entendre :

En décembre 2016, Benjamin Barbier a soutenu sa thèse intitulée Le processus de patrimonialisation des cultures populaires à l’ère numérique : le cas du jeu vidéo. Il est désormais attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

  1. http://paragraphe.info/index.php/equipes-axes-de-recherche/index-paragraphe []
  2. http://theses.enc.sorbonne.fr/2014/sidre []
  3. http://www.bnf.fr/documents/cp_jeu_video.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : contrat postdoctoral pour un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat postdoctoral de douze mois.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf ou à partir
    d’un projet informatique.
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat postdoctoral de douze mois, mener à terme des recherches dans le champ des humanités numériques au sein du LIP6 (Université Pierre-­et-­Marie-­Curie) en collaboration avec les équipe de littérature de l’université Paris-­Sorbonne.
  • Contribuer au développement des outils numériques développés par le LABEX OBVIL en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du laboratoire.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’une thèse d’informatique ou d’une thèse de littérature.
  • Maîtriser, pour les informaticiens :
    -­ soit les techniques de traitement de la langue naturelle,
    -­ soit les techniques de fouille de texte et de recherche
    d’information,
    -­ soit les techniques d’édition numérique.
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et avoir un intérêt prononcé pour la littérature.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, le diplôme de doctorant, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : recrutement d’un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat doctoral.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat de trois ans, mener à terme le Doctorat sous la double direction des Directeurs de recherche rattachés, pour les domaines littéraires, à une Ecole doctorale de l’Université Paris-­Sorbonne et, pour le domaine de l’histoire des sciences, et du numérique, à une Ecole doctorale de l’Université Pierre et Marie Curie. On trouvera sur les sites de chacune des deux universités (UPS, UPMC) la liste des directeurs de recherche potentiels.
  • Assurer des missions d’information et de formation en humanités numériques auprès des étudiants de licence, de Master et de Doctorat de la COMUE Sorbonne-­Universités.
  • Contribuer au développement des outils numériques en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du LABEX, les ingénieurs du LIP6.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’un Master obtenu avec mention Très Bien dans les
    disciplines littéraires et/ou informatiques. S’inscrire en Doctorat.
  • Avoir une éventuelle expérience d’enseignement (par exemple tutorat).
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et à travailler en équipe, sur plusieurs sites.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, un diplôme de master 2 recherche, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation et deux lettres de l’un et l’autre co-directeur. Le jury pourra, après lecture et sélection d’un projet, décider du choix des co-directeurs et du rattachement du doctorant à deux laboratoires.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017
  • Catégorie : contrat doctoral
  • Prise de fonction : 1er septembre 2017
  • Durée : 36 mois
  • Structure de référence : Laboratoire d’excellence OBVIL
  • Localisation géographique : Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : Directeur du LABEX OBVIL, Didier Alexandre ; Directeur adjoint du
    LABEX OBVIL Jean-­Gabriel Ganascia
  • N+1 de l’agent : Directeur de recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 100%

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914) »

Dans le cadre du programme de recherche « Histoire de l’enseignement public de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914) », soutenu par l’Agence nationale de la recherche (programme HEMEF/CULT 2013), les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, le Conservatoire national de musique et de danse de Paris, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et l’Institut de recherche en musicologie organisent un colloque international.

bpt6k1162754n_
Méthode de basson contenant les principes de la musique, la tablature du Basson, des exercices, des gammes, des leçons progressives et 12 petits airs avec acct d’un 2d basson

Argument

En se fondant sur certains des thèmes développés au sein du projet HEMEF, ce colloque étudie la façon dont le Conservatoire de Paris a pu avoir un retentissement sur l’ensemble de la vie musicale française, par l’élaboration de normes techniques et esthétiques qui ont donné une nouvelle forme aux pratiques musicales -qu’il s’agisse du concert public, de l’exécution ou de l’écriture musicales.

Programme

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
9h Accueil des participants
9h15 Introduction
Philippe Brandéis (CNSMDP), Catherine Mérot (Archives nationales), Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT)
9h30 Key note speaker
D. Kern Holoman, Université de Californie, Davis :
« L’enceinte où l’on faisait de si belles choses »: Students of the Conservatoire at the Louvre de la musique

Des sources pour l’histoire de l’enseignement musical
Présidence : Catherine Massip, BnF IReMus
10h15 Marine Zelverte et Emeline Rotolo, Archives nationales :
L’enseignement de la musique au XIXe siècle : panorama des sources aux Archives nationales
10h45 Catherine Vallet-Collot, Rosalba Agresta, Cécile Reynaud, BnF, HEMEF, EPHE :
L’enseignement de la musique : panorama des sources à la Bibliothèque nationale de France
11h15 Pause
11h30 Marie Duchêne-Thégarid, HEMEF :
De l’amateur au professionnel ? Quelques réflexions sur la formation musicale délivrée par le Conservatoire de Paris (1822-1905)
12h Frédéric de la Grandville, Université de Reims Champagne-Ardenne :
Le Conservatoire de Paris sous le Premier Empire : quel cursus pour les élèves ?

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
Approches pédagogiques (1)
Présidence : Guy Gosselin, Université François Rabelais de Tours
14h30 Denis Huneau, Université catholique d’Angers :
La formation du compositeur : le cas du Traité d’Harmonie d’Henri Reber
15h Séverine Féron, Université de Bourgogne :
Castil-Blaze (1784-1857) et l’enseignement musical en France : nouvelle approche philologique des oeuvres
15h30 Rosalba Agresta, HEMEF, BnF, IReMus :
L’enseignement du piano au Conservatoire : traités pédagogiques et répertoires dans les premières décennies du XIXe siècle
16h Pause
Approches pédagogiques (2)
Présidence : Catherine Mérot, Archives nationales
16h15 Clotilde Salandini-Verwaerde, Université Paris-Sorbonne, IReMus :
Une discipline historique implicitement présente dans les premières méthodes du Conservatoire : l’accompagnement
16h45 Lydia Carlisi, Haute école des arts, Berne :
The role of the neapolitan conservatori and the partimento tradition in the founding of the Paris conservatoire and the didactical material used in this Institution from its foundation until the first half of the 19th century
17h15 Fiorella Sassanelli, Conservatoire « Gesualdo da Venosa », Potenza
La réception des traités du Conservatoire en Italie
17h45 Discussion

Vendredi 12 mai, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (1)
Présidence : Mathias Auclair, BnF
9h30 Xavier Bisaro, Université François Rabelais de Tours, CESR :
Du plain chant au chant scolaire : à propos de la naissance d’une discipline au XIXe siècle
10h00 Catrina Flint, Université McGill, Montréal :
Rethinking the Schola cantorum
10h30 Nicolas Dufetel, CNRS/IReMus :
L’enseignement de Liszt, contre le Conservatoire et les traditions ?
11h Pause
11h15 Licia Sirch, Conservatoire « Giuseppe Verdi », Milan:
« M. B. Asioli Direct.r et Maître de Chambre et de Chapelle de sa Majesté le roi d’Italie, Censeur du Conservatoire de Milan » : French and Italian treatises and methods at the Conservatory of Milan (1800-1830 about). Some notes

Vendredi 12 mai 2017, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (2)
Présidence : Jean-Pierre Bartoli, Université Paris-Sorbonne
14h00 Henri Vanhulst, Université libre de Bruxelles :
Les objectifs de Fétis pour les concerts du Conservatoire de Bruxelles (1833-1871)
14h30 Étienne Jardin, Palazzetto Bru Zane, Venise :
Conservatoire et orchestres municipaux (second Empire, troisième République)
15h Cécile Reynaud, EPHE/SAPRAT :
La politique artistique de Daniel-François-Esprit Auber à la direction du Conservatoire de Paris (1842-1871)
15h30 Pause
15h45 Linda Barcan, Conservatoire de musique de Melbourne, Université de Melbourne :
Pauline Viardot as pedagogue and performer : crossing the French and Italian tradition
16h15 Catherine Massip, BnF, IReMus :
La méthode de chant d’Alexis de Garaudé
16h45 Discussion

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Le Conservatoire et les écoles de musique étrangères
Présidence: Florence Gétreau, CNRS/IReMus
9h30 Arnold Jacobshagen, Hochschule für Musik und Tanz Köln :
Fondation et fonctionnement du conservatoire de Cologne au XIXe siècle
10h00 Luis Ferrer, Université autonome, Madrid :
À la frontière entre le solfège et le chant : l’enseignement du solfège au Conservatoire royal de musique et de déclamation de Madrid, lieu de rencontre de trois modèles méthodologiques européens (1831-1868)
10h30 Vincent Andrieux, Paris-Sorbonne, IReMus :
Un aperçu de l’école française des vents au lendemain de la création de La Mer
11h00 Pause
11h15 Philippe Brandéis, Concert-conférence avec la participation d’élèves instrumentistes du CNSMDP :
Les déchiffrages du Conservatoire au XIXe siècle : un pied dans la « modernité »

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Aux marges de l’enseignement public de la musique : enseignement militaire, enseignement privé
Présidence : Philippe Brandéis, CNSMDP
14h30 Patrick Péronnet, Éducation nationale :
Le musicien militaire en France de 1795 à 1914 : éducation musicale et statut professionnel
15h00 Katherina Faulds et Penelope Cave, Université de Southampton :
« A brilliant and finished execution » : Kalkbrenner in England
15h30 Discussion et conclusions

Où et quand ?

  • Jeudi 11 mai 2017
  • Vendredi 12 mai 2017
  • Samedi 13 mai 2017

Paris, Institut national d’histoire de l’art et Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Pour mémoire, l’appel à communication : http://calenda.org/371877

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution « La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières »

La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières
Historique des libraires et imprimeurs de Paris existans en 1752 de l’inspecteur Joseph d’Hémery
Édition critique

Le policier à l’origine du document présenté ici, l’inspecteur Joseph d’Hémery (1722-1806), en charge notamment des affaires de librairie à Paris de 1748 à 1773, semble à première vue tout droit sorti d’un roman policier historique. Digne d’une fiction romanesque, ce personnage n’en a pas moins mené une existence et une carrière bien réelles au sein de la police parisienne.

D’Hémery, homme d’action et d’information amené à se spécialiser dans la surveillance de la librairie et des gens de lettres, est sans doute l’un des protagonistes-clés de ce moment historique où la police de la capitale forge les outils qui vont lui permettre tout à la fois d’autonomiser ses pratiques et de se rendre indispensable au pouvoir central par ses facultés d’anticipation et de discrétion. L’Historique des libraires est un fichier issu de la très riche collection Anisson-Dupéron, conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Rarement prolixe mais souvent savoureux et éclairant, il constitue un témoignage irremplaçable sur le regard qu’a pu porter un responsable policier bien informé sur une corporation de médiateurs culturels essentiels à la fabrication de l’opinion publique – et de ce fait particulièrement sous contrôle –, celle des libraires et imprimeurs de Paris au milieu du siècle des Lumières. Derrière chaque mot, chaque phrase, du fichier de d’Hémery, même la plus anodine, on discernera une délicate appréciation du rapport implicite des forces qui, selon les cas, pourra motiver ou au contraire retenir le moment venu la suspicion et l’action de la machine policière.

Le corpus original (261 notices d’imprimeurs/libraires parisiens, 11 de provinciaux et 1 d’étranger), a été mis au jour, éclairé de notes et complété par Jean-Dominique Mellot, historien, conservateur général à la Bibliothèque nationale de France, Marie-Claude Felton, historienne, chercheur à l’université McGill à Montréal (Québec, Canada), et Élisabeth Quéval, bibliothécaire honoraire à la BnF, avec la collaboration de Nathalie Aguirre, conservateur à la BnF. Il est accompagné d’une préface de Robert Darnton, éminent spécialiste des Lumières européennes et de l’histoire du livre sous l’Ancien Régime.

Informations pratiques

Broché, 560 p., 16,5 x 24 cm
Date de parution : 4 mai 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2736-4 / 9782717727364
Editeur : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre BnF : Lire en numérique : réalités et perspectives (4/5/17)

Dans le cadre de ses Ateliers du livre, inaugurés en 2002, la Bibliothèque nationale de France consacre une session annuelle à l’histoire du livre et de la lecture. Cette nouvelle édition se propose, au cours d’un après-midi de communications suivi d’une table ronde de professionnels, d’étudier la lecture numérique, notamment ses réalités et perspectives.

« Lecture numérique »… L’expression peut sembler presque contradictoire tant la lecture reste encore pour beaucoup associée à la matérialité du papier et à la solidité du livre. Ordinateurs, tablettes, smartphones, et la rapidité de leurs flux audiovisuels, nous en détourneraient. Le numérique vient-il ainsi concurrencer la lecture ou peut-on concevoir une « lecture numérique » ?

A l’heure où des discours alarmistes déplorent une baisse de la « vraie » lecture, lente et solitaire, cet atelier entend discerner le vrai du faux et s’interroger, enquêtes à l’appui, sur ce que sont réellement les pratiques de lecture sur support numérique.

En quoi le numérique modifie-t-il nos manières de lire et les objets de nos lectures ? Quels sont les nouveaux usages qu’il entraîne ? Et pouvons-nous anticiper les évolutions de demain ?

Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours de cet après-midi de communications qui réunira des spécialistes de différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences de l’information, neurosciences), et sera suivi d’une table ronde de professionnels.

Programme

14h Ouverture

Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre, responsable du master métiers du livre et de l’édition

14h15 Conférence inaugurale : La lecture et ses supports
Roger Chartier, professeur au Collège de France, Annenberg Visiting Professor à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie

Nouveaux usages ordinaires
15h Les différents types de lecture numérique
Claire Bélisle, docteure en psychologie cognitive et ingénieure de recherche au CNRS en sciences humaines et sociales, auteure de Lire dans un monde numérique (Villeurbanne, enssib, 2011)

15h20 Une révolution dans les lectures numériques ? Une enquête sur les grands lecteurs
Gérard Mauger, directeur de recherche CNRS émérite au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), auteur de Lectures numériques : une enquête sur les grands lecteurs (Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2016)

15h40 La lecture numérique : approche psycho-cognitive
Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive des technologies numériques à l’Université Paris 8, auteur de La Lecture numérique (Grenoble, PUG, 2015)

16h Questions

Nouveaux usages savants
16h15 Veille documentaire, sérendipité et économie de l’attention : un travail intellectuel renouvelé : l’exemple de Wikipédia
Rémi Mathis, conservateur à la BnF, président de Wikimédia France de 2011 à 2014

16h35 La consultation des revues numériques par les chercheurs
Pierre-Carl Langlais, docteur en Sciences de l’information et de la communication (CELSA-Paris Sorbonne)

17h Usages et usagers d’une bibliothèque numérique : l’exemple de Gallica
Philippe Chevallier, responsable des études, délégation à la Stratégie et à la recherche, BnF

17h20 : Questions

17h45 – 19h15 Table ronde : Et demain ?
La table ronde sera consacrée aux moyens mis en place par les professionnels du livre pour s’adapter aux nouveaux usages de la lecture numérique et anticiper les évolutions de demain.

Animée par Denis Bruckmann, directeur des collections à la Bibliothèque nationale de France, avec :

Michael Dahan, président et co-fondateur de Bookeen
Nelly Guisse, directrice d’études et de recherche au CREDOC ;
Samuel Petit, co-fondateur de Sequencity, contributeur au format epub ;
Delphine Regnard, chargée de mission pour les ressources en lettres au ministère de l’Éducation nationale.

Modalités pratiques

Jeudi 4 mai 2017 – 14h00-19h30
Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand, Petit Auditorium
Entrée libre

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Tableaux de la France : écrire, présenter, partager l’Histoire »

Le récit de la Nation en débat : peut-on écrire l’Histoire de France ? Comment l’institution culturelle s’en empare ? Quelle Histoire partager ensemble entre un récit national perçu comme un vecteur de patriotisme et une pluralité de mémoires qui aspirent à la reconnaissance ? Peut-on faire histoire commune quand tant de choses éloignent ? À quelles conditions l’Histoire peut-elle permettre à chacun de construire son propre lien au passé ?

Tableau de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours

Programme

9h30 ouverture par Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France

10h-11h Comment écrire l’Histoire de France aujourd’hui ?
Débat animé par Vincent Martigny , Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture avec Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, et Joël Cornette, historien, professeur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

11h15-13h Comment mettre en exposition l’Histoire de France ?
Rencontre animée par Vincent Martigny avec Pierre Fournié, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’action culturelle et éducative, Isabelle Bardiès-Fronty, Conservateur en chef au Musée Cluny, Sophie Nagiscarde, responsable du Service des activités culturelles au Mémorial de la Shoah, et Bruno Ponsonnet, directeur du département des Expositions et manifestations, BnF

14h30-15h Regards d’ailleurs : le récit national français vu d’Italie
Conférence par Antonino De Francesco, professeur d’histoire moderne à l’Université de Milan

15h-17h Mémoire et oubli dans l’histoire des nations
Table ronde animée par Jean Lebrun, producteur de La Marche de l’Histoire à France Inter, avec Annette Becker, historienne, professeur à l’Université Paris-Nanterre, Silyane Larcher, Chargée de recherche en science politique au CNRS, Vincent Martigny, Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture, et Mathias Dreyfuss, historien et responsable du Service éducatif du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, et Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie et chercheuse en éducation

Modalités pratiques

17 mai 2017 de 9h à 17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme »

André Breton en 1924 | Inconnu

Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps »a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le« faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place.
Jacqueline Chénieux-Gendron

Colloque organisé sous la responsabilité scientifique de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS).

Programme complet

1ère journée
Philosophie du surréalisme : en écrire l’histoire

10h Ouverture officielle
André Breton, un poète pense
Introduction générale par Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

Surréalisme vs avant-garde
Président de séance Robert Kopp, professeur à l’université de Bâle

10h 30 Pratique-théorie-philosophie dans l’avant-garde russe  
au début du XXe siècle 
Jean-Claude Marcadé, directeur de recherche émérite au CNRS

11 h  pause

11h15 Murilo Mendes et André Breton : image poétique  
et quête de l’inconnu
Teodoro Rennó Assunção, professeur à la faculté de lettres de l’Université Fédérale du Minas Gerais, Belo Horizonte

11h45 Breton au Japon – une passivité créatrice
Masanori Tsukamoto, professeur à l’Université de Tokyo

12h15 – 12h30 Débat

Histoire des mentalités, manières de penser
Présidente de séance Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, co-directrice du CRAL

14h Sur- de quoi ? Breton ou Bataille
Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS

14h30 De « la valise intérieure » à l’objet magique : le poème-
objet d’André Breton
Marie-Paule Berranger, professeur à l’université Sorbonne
nouvelle-Paris 3

15h  pause

15h15 Écrire une nouvelle Science des rêves  ?  Les lectures onirologiques de Breton
Jacqueline Carroy, directrice d’études à l’EHESS

15h45 Breton, Alquié et la philosophie du surréalisme
Martin Rueff, professeur à l’université de Genève

16 h15 Manifestement
Michel Deguy, poète et essayiste

16 h 45 – 17 h Débat

2e journée
Breton après Breton : une poésie qui pense

9h45 Ouverture officielle
Breton, avec et contre
Président de séance Stéphane Guégan, historienet critique d’art, conservateur au musée d’Orsay

10h André Breton et Blaise Cendrars ou les rejets électifs
Claude Leroy, professeur émérite à l’université Paris Nanterre

10h30 Aragon et Breton : d’un discours infiniment adressé
Luc Vigier, maître de conférences à l’université de Poitiers

11 h pause

11h10 Manuscrits surréalistes à la BnF
Olivier Wagner, conservateur au service des manuscrits modernes et contemporains, BnF

11h30 Nadja d’André Breton : une écriture mise à l’épreuve
Christiane Lacôte-Destribats
, philosophe et psychanalyste, membre de l’association lacanienne internationale (A.L.I.)

12h Pensée du temps, écriture du sujet dans quelques pagesd’André Breton
Jacqueline Chénieux-Gendron
, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

12h30 Débat

En remontant le cours de la pensée d’André Breton sur l’art
Président de séance Pierre Caye, directeur de rechercheau CNRS, directeur du centre Jean Pépin

14h15 L’art à l’état sauvage
Mark Polizzotti
, directeur des Éditions, The MET, New York

14h45 « Le dialogue créole » entre André Breton et André Masson
Françoise Nicol
, maître de conférences HDR à l’universitéde Nantes

15h15 Charles Filiger. André Breton, à la recherche de l’art magique
André Cariou
, conservateur en chef du patrimoine

15 h 45 pause

16h La magie de l’art : l’origine contre l’histoire
Maria Stavrinaki
, maître de conférences HDR à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne

16h30 (Re)lire L’Art magique
Stéphane Guégan
, historien et critique d’art

Modalités pratiques

  • Mercredi 26 avril 2017 à l’auditorium de la galerie Colbert, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, Paris 2e, de 10h à 17h, entrée libre
  • Jeudi 27 avril 2017 au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 750013, de 9h45 à 17h15, entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontre autour de la photographie du 19ème siècle : « Les négatifs papier français : production, caractérisation, conservation »

En 1841, le négatif photographique est inventé par l’anglais William Henry Fox Talbot en utilisant une simple feuille de papier. Ce support modeste va permettre d’explorer de nouvelles voies tant par ses qualités esthétiques intrinsèques que par les multiples épreuves positives qu’il permet d’obtenir. Il est adopté rapidement en France par toute une école de praticiens et appliqué aussi bien dans le domaine de l’art, que celui de l’architecture ou de l’archéologie. Ces approches nouvelles contribuent à la naissance d’un art photographique propre et permettent d’extraire l’image photographique de son statut de reproduction mécanique à usage scientifique ou commerciale où le daguerréotype avait été enfermé.

[Pichet, verre et pipe] : [photographie négative] / [Henri Le Secq]

Argument

La France possède des collections exceptionnelles de négatifs papiers. Cette conférence propose de porter un double regard sur ces négatifs celui de l’historien de l’art et celui du physico-chimiste. Les journées s’organiseront autour de trois sessions thématiques pluridisciplinaires. L’approche historique des négatifs issus de collections patrimoniales seront complétées par leur caractérisation physico-chimique (Session 1). Les enjeux de conservation préventive et curative seront abordés, en regard des choix et contraintes d’exposition (Session 2). Enfin, une dernière session sera consacrée aux pratiques contemporaines et artistiques du négatif papier et de ses variantes (Session 3). Une table ronde viendra clôturer ces deux journées de présentations et d’échanges. Une interprétation français-anglais sera proposée.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur les négatifs papier français (1841-1860) mené au Centre de Recherche sur la Conservation en étroite collaboration avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France et la Bibliothèque Nationale de France, programme financé en 2016 et 2017 par le LabEx PATRIMA – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Programme

Jeudi 7 décembre 2017

10h30 – 10h45     Mot de bienvenue
10h45 – 11h00     Conférence introductive – Bertrand Lavédrine
11h00 – 11h30     Conférence d’ouverture  – Michel Frizot
11h30 – 13h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
13h00 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 16h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
16h00 – 16h30     Pause café
16h30 – 18h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon

Vendredi 8 décembre 2017

10h00 – 11h20     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
11h20 – 11h50     Pause café
11h50 – 12h50     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
12h50 – 13h05     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
13h05 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 15h00     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
15h00 – 16h00     Table ronde
16h00 – 16h15     Conclusion de la conférence

Informations pratiques

La conférence se déroulera les 7 et 8 décembre 2017 au nouvel auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) ré-ouvert en 2015, qui surplombe les jardins du Trocadéro avec vue sur la Tour Eiffel. L’inscription est gratuite dans la limite des places disponibles (157 places). Le groupement de recherche international (GdRI) sur la photographie « Photographs: Perception and Changes», financé par le CNRS, soutient l’organisation de cette conférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La constitution des fonds musicaux de la Bibliothèque nationale de France. Histoire des grandes collections musicales. 2e période : 1815 à 1914

Ce projet a pour ambition de mieux comprendre l’origine des collections musicales de la Bibliothèque nationale de France en tentant de reconstituer et d’appréhender ces grands ensembles réunis par un personnage, une institution, ou formés par la production d’un artiste, qui sont parvenus à la Bibliothèque par des voies diverses tels que dons, dépôts, legs, achats en ventes aux enchères, confiscations révolutionnaires, réunions d’institutions. La genèse de ces sources musicales et le chemin qu’elles ont parcouru depuis leur conception jusqu’à leur lieu de conservation ultime pourront en effet éclairer le chercheur et le musicien et leur permettront d’en expliquer les particularités et les variantes.

Manuscrit ayant appartenu à A. Farrenc, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8538817n

Les archives de la Bibliothèque Royale, de la Bibliothèque Impériale et de la Bibliothèque Nationale (conservées notamment au département des Manuscrits), de la bibliothèque du Conservatoire et celles de l’Académie royale de musique (Bibliothèque-Musée de l’Opéra et Archives nationales), les anciens catalogues mis à la disposition des chercheurs, constituent des ressources importantes pour cette recherche sur les collections musicales de la BnF. De même, les archives conservées à la bibliothèque de l’Arsenal comme celles des Archives nationales peuvent fournir de précieuses informations. Par ailleurs, l’informatisation du fichier général du département de la Musique rend maintenant directement accessibles et exploitables de nombreuses marques de provenance auparavant peu visibles dans les fiches papier, que l’examen des reliures, des filigranes et autres informations figurant sur les documents pourront compléter.

Séminaires

Les travaux sont menés sous forme de séminaires. Ils ont concerné dans un premier temps la période antérieure à 1815, incluant les collections de la Bibliothèque Royale, les débuts de la Bibliothèque Nationale (puis Impériale), la constitution de la Bibliothèque du Conservatoire et le fonds ancien de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra ainsi que celui de l’Arsenal. Cette première session s’est déroulée de décembre 2014 à décembre 2015.

Cette année, la deuxième session abordera l’étude de la période qui s’étend de 1815 à 1914. Les séances du séminaire se dérouleront de mars 2017 à février 2018. Les travaux incluront les collections de la Bibliothèque Royale, Impériale et Nationale, de la Bibliothèque du Conservatoire et la constitution de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.

Programme

31 mars 2017 : Collectionner sous l’Empire

Introduction (Mathias Auclair, Laurence Decobert, Denis Herlin, Marie-Gabrielle Soret)
• Charles-Eloi Vial, Alain Pougetoux. Les collections de partitions de l’impératrice Joséphine.
• Catherine Massip. La collection musicale du duc de Massa.

28 avril 2017 : Les prémices de la musicologie : fonds et bibliothèques de musicographes

• Séverine Féron. Les papiers et la bibliothèque de Castil-Blaze à la BnF.
• Benjamin Frouin. La bibliothèque et les notes d’Aristide Farrenc.

16 juin 2017 : Collections publiques vs collection privée

• Marguerite Sablonnière. Les collections musicales entrées par dépôt légal à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque du Conservatoire de Paris au XIXe siècle.
• Coline Oddon. Jean-Baptiste Weckerlin et le folklorisme parisien de la deuxième moitié du XIXe siècle.

22 septembre 2017 : Franchomme et Chopin

• Jean-Jacques Eigeldinger. Présence de Chopin dans (et autour du) fonds Franchomme de la BnF.
• Frédérick Sendra. Les transcriptions des œuvres de Frédéric Chopin par son ami le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme.

13 octobre 2017 : Collectionneurs d’autographes musicaux

• François-Pierre Goy. La collection d’autographes d’Auguste Vincent de la bibliothèque du Conservatoire.
• Cécile Reynaud. La collection d’autographes réunie par Charles Malherbe à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, conservée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

17 novembre 2017 : Fonds de compositeurs

• Peter Bloom. La collection relative à Berlioz rassemblée par Richard Macnutt.
• Michela Niccolai. Le fonds Gustave Charpentier : de la conservation à l’importance patrimoniale.

15 décembre 2017 : Érudits collectionneurs

• Rosalba Agresta. Le fonds et la bibliothèque d’Alexandre Choron.
• Dominique Hausfater. Bottée de Toulmon et la bibliothèque du Conservatoire de Paris.

19 janvier 2018 : À la Bibliothèque-musée de l’Opéra

• Romain Feist. Les papiers de la ballerine Marie Taglioni.
• Jean-Michel Vinciguerra. Le fonds Charles Nuitter.

16 février 2018 : Musique religieuse à la cour et à la ville

• Laurence Decobert, Catherine Vallet-Collot. Le fonds musical de la Chapelle impériale et royale (1802-1830).
• Thomas Vernet. Le fonds Plantade de la bibliothèque du Conservatoire.
• Vincent Rollin. Le fonds de la Madeleine.

Modalités pratiques

Lieu du séminaire : UMR IReMus, 2 rue de Louvois, 75002 Paris
Salle de réunion
14h30-17h30

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir prévenir par courrier électronique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il sera une fois les conteurs…

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse organise une journée d’étude en collaboration avec Muriel Bloch, conteuse, auteure et formatrice.

Les Contes de Perrault, précédés d’une préface par J.-T. de Saint-Germain

Argument

Comme un écho au recueil des Secrets de conteurs paru en octobre 2016, à l’heure où le conte semble vivre un tournant, cette journée posera la question de la transmission. Quel matériau, quel(s) répertoire(s) ont été transmis ? Quel passage de relais dans le domaine de la recherche et en bibliothèque ? Comment les conteurs d’aujourd’hui réinventent les jeux de la parole et du récit ?
Une large place sera faite à la parole des conteurs, qui témoigneront de leur expérience de la transmission et raconteront.
La journée sera traduite en Langue des signes française.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 9h30 Présentation de la journée
    Muriel Bloch
  • 9h45 Projection
    Extraits de Il était une fois des conteurs de Dominique Gros et Al Halqa – The Last Storytellers, de Thomas Ladenburger
  • 10h Archives : comment transmettre l’art des conteurs d’aujourd’hui
    Dialogue animé par Muriel Bloch entre Pascal Dubois (Oui’Dire éditions) et Anne-Gaël Gauducheau (émission « C’est pas pour dire», Radio Jet FM)
  • 10h30 Parole narrative et création sonore
    Olivier Noack, conteur engagé dans le monde contemporain, collecteur et chercheur sonore
  • 11h Pause café et questions
  • 11h15 Publier des contes aujourd’hui
    Table ronde animée par Lionnette Arnodin (revue La Grande oreille), Loïc Jacob (Ed. Hong-Fei), Céline Murcier (Didier jeunesse), Fabienne Raphoz (Ed. José Corti)
  • 12h Langue des signes et images
    Marie Boccacio, conteuse et bibliothécaire, racontera en langue des signes, avec Praline Gay-Para.
    Performance de Chen Jian Hong, auteur-illustrateur.
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Qu’est-ce que transmettre ?
    Un petit voyage biblique comme une conversation entre les générations disparues et celles qui ne sont pas encore nées Delphine Horvilleur, journaliste, écrivain, femme-rabbin, rédactrice en chef de la revue Tenou’a
  • 14h30 Un chemin entre collectes et semailles pour un théâtre poétique d’aujourd’hui
    Bernadète Bidaude, conteuse-auteure
    Solliciter les mémoires, tenter de tisser, l’espace d’une soirée, de quelques jours ou de plusieurs mois, le partage des histoires vécues, remémorées, transmises ou imaginées. Puis rêver à haute voix d’autres traces invisibles, d’autres « voyages immobiles », d’autres sentiers imprévus… De là naît la poétique des histoires, entre mémoire individuelle et collective
  • 15h Passation
    Dialogue entre Praline Gay-Para, conteuse, auteure, ethnolinguiste et metteur en scène, et Thierno Diallo, lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue.
    Comment ils travaillent ensemble, interrogent ensemble le monde d’aujourd’hui. Chacun raconte un conte très court de l’autre.
  • 15h45 Pause et questions
  • 16h Du côté de la programmation : le nouveau conte ?
    Dialogue entre Rachid Akbal (directeur du festival des Rumeurs urbaines et comédien-conteur), Valérie Briffod (co-directrice de la Maison du conte de Chevilly-Larue), et Karine Mazel Noury,(directrice artistique de la Compagnie Les Mots Tissés), accompagnée par David Kpossou.
  • 16h45 La voie du conte dans les bibliothèques d’hier à demain
    Table ronde animée par Ghislaine Chagrot, BnF/CNLJ, Cécile Vigouroux et Lise Durousseau (médiathèque de Bagnolet), Agnès Levecque (Bibliothèque François-Mitterrand, Le Pré-Saint-Gervais)
  • 17h30 La voix de deux nouveaux conteurs
    Najoua Darwiche, Louis-Marie Zaccaron-Barthe, accompagné par Loup Barrow au Cristal Baschet
  • 18h Clôture de la journée

Informations pratiques

Lieu : Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand, Petit auditorium (hall Est)
Quai François Mauriac, 75013 Paris
Inscriptions-renseignements : Marion Caliyannis, 01.53.79.57.06, marion.caliyannis@bnf.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Stage : La désacidification de masse

Cuve d’imprégnation, © BnF

La BnF propose un stage pour découvrir la désacidification de masse.

Dates : mardi 2 mai 2017
Durée : 1 jour
Nombre de stagiaires : 12
Lieu : Centre de conservation Joël-Le-Theule ( 72300 Sablé sur Sarthe )
Code stage : FCS15
(code à mentionner sur le bulletin d’inscription)
Date limite d’inscription : 3 avril 2017

Public visé

Responsables de collections, archivistes, bibliothécaires, assistants de conservation du patrimoine et des bibliothèques, magasiniers chargés des collections.

Objectif de la formation

A l’issue de la formation, le stagiaire connaîtra :

  • les techniques de désacidification en usage en Europe
  • les 2 procédés utilisés par la BnF (Sablé et Bookeeper) avec leurs avantages et leurs limites
  • les critères permettant de sélectionner les documents en fonction des procédés.

Contenu de la formation

Après une présentation sur les causes de dégradations physico-chimiques du papier (lumière, température, fabrication des papiers…), les procédés de désacidification de masse en usage en Europe sont exposés.
Ceux utilisés par la BnF sont détaillés précisément dans leurs techniques ainsi que les critères de choix des documents à traiter.
Ces aspects théoriques sont suivis d’une visite de l’installation de désacidification de Sablé et d’un exercice pratique de sélection de documents.

Contact

David Moyal
Responsable formation
téléphone : 01 53 79 48 56
courriel : formations.publiques@bnf.fr

Télécharger

le bulletin d’inscription [fichier .pdf – 111 Ko – 09/03/17 – 1 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? Tentatives d’identification et de restitution, un chantier en cours »

Les 23 et 24 mars 2017 le Centre Gabriel Naudé de l’Enssib (EA 7286), l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP, UMR CNRS Paris 8) et l’université Paris Diderot (EA Identités, cultures, territoires) organisent un colloque international avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC).

RG 111-SC-209154
Saphor Torahs Chaplain Samuel Blinder examines one of the hundreds of Saphor Torahs (sacred scrolls) part of a cache of Hebrew and Jewish books that were stolen and collected from every occupied country in Europe. 7/6/45.

L’ampleur des spoliations effectuées par les forces nazies durant la seconde guerre mondiale a été révélée à la Libération. Des opérations de localisation, de retour et de restitution des biens culturels spoliés ont été mises en place, notamment en Europe occidentale, pendant que les vainqueurs soviétiques en Europe de l’Est estimaient, plus que d’autres, que ces biens constituaient des « prises de guerre » légitimes suite aux souffrances endurées. Rapidement, chacun, et surtout les spoliés, a été requis de « tourner la page », comme si la paix et la vie devaient s’accompagner du renoncement, d’un oubli imposé. Depuis que cette mémoire a resurgi, en lien avec les changements de perspective de la recherche historienne, elle s’est d’abord focalisée sur les spoliations d’oeuvres d’art, auxquelles leur rareté donnait une puissance symbolique et financière particulièrement perceptible.

Les spoliations effectuées par les diverses forces nazies, et notamment par l’ERR d’Alfred Rosenberg, dans toute l’Europe occupée avec la même brutalité, se sont abattues sur toutes les formes d’expression, dont les documents écrits et graphiques : livres, archives, manuscrits, estampes,  etc. Au procès de Nuremberg, le représentant de l’accusation française estimait que si l’on tentait de comptabiliser les saisies de livres dans les différents pays occupés par l’Allemagne nazie « dix millions serait un chiffre trop bas ». Il est bien au-dessous de la réalité : au moins 5 millions de livres, peut-être 10, ont été arrachés par les nazis à leurs propriétaires légitimes durant la seconde guerre mondiale dans la seule France.

Divers travaux historiens se sont attachés, au cours des dernières années, à mieux connaître les logiques, processus, modes, ordres, de ces spoliations de masse. Ces travaux se sont aussi attachés à montrer les spécificités des spoliations nazies comparées à celles qui ont durablement accompagné, hier et aujourd’hui, les guerres et le sort des vaincus. Ces spoliations nazies obéissent, comme d’autres, à une logique de guerre, nationaliste, expansionniste, et de répression politique. Elles présentent un caractère particulièrement planifié, organisé, massif, systématique et systémique. Elles ont touché les archives et bibliothèques des ministères jugés stratégiques, des associations slaves en France, des personnalités ou organismes des milieux radicaux, socialistes et communistes, et plus encore francs-maçons. Mais c’est leur lien originaire avec l’antisémitisme nazi qui en fait la spécificité première.

À partir de la mi-1942, accompagnant la mise en place de la solution finale, les saisies touchent des milliers de familles juives, traquées, cachées, emprisonnées, déportées, dont les bibliothèques sont emportées en Allemagne ou abandonnées dans des lieux de stockage, après un incessant travail de triage. S’emparer de ces milliers de bibliothèques familiales ne répond à aucune stratégie d’enrichissement des bibliothèques allemandes, mais avant tout à une volonté de détruire une culture, d’accompagner l’élimination physique des personnes du meurtre symbolique de leur esprit. Ces collections ont été souvent déplacées, pendant et après la guerre.
D’abord affectées, après de sévères tris dans les pays occupés puis en Allemagne, à la Hohe Schule, à l’Ostbücherei et à de nombreux organismes nazis, elles ont été ensuite entreposées ailleurs, déplacées vers l’Est du Grand Reich. Les pays annexés ont ensuite retrouvé certaines bibliothèques spoliées sur leur territoire, pendant que les vainqueurs soviétiques, s’estimant légitimes à faire leur les collections qu’ils découvrent sur le théâtre des opérations, leur font subir de nouvelles transhumances, les conduisant derrière le rideau de fer. Le retour de la démocratie à la fin des années 1980 ne s’accompagne pas toujours des restitutions attendues.

260-PHOAD-III-39 : Wilna Jewish Wissenschafliche Institute (YIVO). NARA M1942. Photographs relating to recovered books and artifacts processed at the Offenbach Archival Depot in Germany after World War II.
260-PHOAD-III-39 : Wilna Jewish Wissenschafliche Institute (YIVO). NARA M1942. Photographs relating to recovered books and artifacts processed at the Offenbach Archival Depot in Germany after World War II.

L’histoire des collections spoliées comporte encore de nombreux pans d’ombre. Seule une part des documents a pu être restituée après-guerre, parfois plus récemment, à leurs légitimes propriétaires ou attribuée à d’autres spoliés. Où sont les collections qui n’ont pas été restituées ? Si certaines localisations sont connues, la dispersion qu’on subi ces ensembles en rend la traçabilité d’autant plus difficile. Peut-on avancer encore sur la connaissance de leurs errances forcées ? Comment inviter les institutions, voire les personnes privées, concernées à revoir à cette aulne les collections qu’elles conservent ? Quels usages ont été faits de ces documents ? Ces collections ont-elles contribué, paradoxalement, au long des ces 70 ans, à une meilleure connaissance des univers culturels des personnes, voire des pays victimes de ces spoliations ? Ou sont-elles restées « choséifiées », possédées mais inaccessibles ? Quelle a été la politique des pays qui, retrouvant leur liberté, ont découvert ces documents qui avaient été spoliés ailleurs, à d’autres ? La construction européenne a-t-elle atténué cet usage politique d’un bien culturel ? Que nous apprennent-elles des horizons intellectuels de leurs légitimes propriétaires ?  Comment dresser un tableau de cette Europe du livre en partie perdue ? Pourra-t-on, un jour, reconstituer ces bibliothèques, physiquement ou virtuellement ?

Autant de pistes de travail qui seront explorées dans le cadre de ce colloque international.

2929583849_f7d60eff06_o
Prof. Koppel S. Pinson à l’Offenbach Archival Depot

Informations pratiques

Jeudi 23 mars
Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

Vendredi 24 mars 2017 – 09h15-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur inscription : formulaire en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ?

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur les enjeux des monnaies virtuelles et monnaies locales.

Ces dernières décennies ont vu se multiplier dans de nombreux pays quantité de monnaies parallèles ayant cours sur un territoire donné et/ou entre des personnes d’une même communauté.
Ainsi, bitcoin, éther et autres monnaies virtuelles universalistes, de même que des monnaies locales complémentaires, se développent en alternative aux monnaies officielles émises par les Etats. C’est ainsi le cas en Région parisienne où une monnaie locale à vocation régionale circule à Montreuil et un projet est en cours pour Paris.
Si l’utilisation de ces nouvelles monnaies est accessible à tous, l’information sur leur nature et leurs implications reste souvent obscure. La monnaie, moyen d’échange, de don et d’accumulation, véhicule de confiance et de puissance, souffre de manière générale d’un déficit chronique d’information facilement accessible aux citoyens, malgré le rôle central qu’elle joue dans la vie quotidienne et les conséquences du fait d’en disposer ou pas. L’objectif de ce cycle « Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ? » est de permettre à tous de saisir les enjeux de ces nouvelles monnaies. Un parcours sera proposé qui, partant de la nature de la monnaie et de la diversité de ses supports, mènera à découvrir le panorama des monnaies virtuelles ainsi que des retours d’expérience de monnaies locales.
Ce cycle permettra également de donner un coup de projecteur sur la richesse de la recherche sur les questions monétaires, notamment en France, ainsi que sur les collections de la BnF en ce domaine. En particulier, des objets monétaires seront exposés, et certains d’entre eux présentés, dans la salle 70.

Coordination : Carmen Guy, département Droit, économie, politique, BnF et Florence Codine, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
Modérateur : Arnaud Manas, chef du service du Patrimoine Historique et des Archives de la Banque de France.

Programme

  • Jeudi 2 mars 2017

    Universalité et pluralité du fait monétaire : monnaie officielle et monnaies alternatives

    Avec Michel Aglietta, professeur des universités à Paris-Ouest, conseiller au CEPII et France Stratégie et Jerôme Blanc, professeur des universités à Sciences Po Lyon, administrateur de l’institut Veblen pour les réformes économiques.

    L’utilisation des monnaies virtuelles et des monnaies locales, quoiqu’en forte croissance, reste marginale par rapport à celle des monnaies officielles, gérées par les Etats. En même temps, la coexistence de plusieurs monnaies au sein d’une même communauté est loin d’être un phénomène nouveau.
    Eclaircir les origines, les fonctions et les modalités du fait monétaire, et les situer dans l’histoire de la monnaie, se pose ainsi comme préalable pour mieux comprendre nos comportements monétaires au jour le jour et éclairer ainsi les logiques qui président à l’apparition des nouvelles monnaies.

  • Jeudi 9 mars 2017

    Les supports de la monnaie et leur dématérialisation : de l’électrum aux cryptomonnaies

    Avec Patrice Baubeau, maître de conférences en histoire économique à Paris-Ouest et enseignant à Sciences-po Paris, et Odile Lakomski-Laguerre, maître de conférences en économie à l’université de Picardie.

    Si le bitcoin apparaît comme un cas extrême de monnaie au seul support électronique, la norme a plutôt été la coexistence de plusieurs supports pour une même monnaie. Des encoches sur des bâtons aux séquences électroniques, en passant par les métaux et le papier, un parcours des différents supports permettra de découvrir la logique en jeu ayant déterminé leur apparition. En effet, des marchandises durables et transportables, faciles à échanger, seraient à l’origine des monnaies métalliques, qui présentent une valeur vénale indépendante de leur valeur symbolique, tandis que les reconnaissances de dettes et les promesses de paiement seraient devenues des supports de monnaie dont la valeur s’appuie uniquement sur la confiance. Apparu comme nouvelle option pour les monnaies existantes, le support électronique se développe ensuite comme support exclusif des monnaies virtuelles.

  • Jeudi 23 mars 2017

    Les monnaies locales complémentaires en France : focus sur la « pêche », en Ile-de-France et la « doume » au Puy-de-Dôme

    Avec Marc Abel, responsable à l’association « la pêche, monnaie locale en Ile de France », Marie Fare, maître de conférences en sciences économiques à l’université Lumière Lyon 2, Christophe Fourel, chef de mission à la Direction générale de la cohésion sociale et Ariane Tichit, maître de conférences en économie à l’université d’Auvergne.

    À côté des monnaies officielles, acceptées partout au sein des Etats qui les ont émis, voire bien au-delà de ses frontières, des communautés locales développent des monnaies alternatives, ancrées sur la monnaie officielle. Il s’agit d’initiatives à caractère associatif, qui exigent un gros investissement humain. Il y a une trentaine en circulation actuellement en France, comme l’Abeille (2010) à Villeneuve-sur-Lot, l’Occitan (2010) à Pézenas, l’Eusko (2013) au Pays Basque, la Pêche (2013) à Montreuil, en Ile de France, la Doume (2015) au Puy de Dôme, SoNantes (2015) à Nantes ou la Gonette (2015) à Lyon. De nombreux projets sont en cours : parmi eux, celui de la Seine à Paris.
    Il s’agit de mettre en perspective la genèse et la portée de ce phénomène, ainsi que les objectifs, modalités et supports de ces monnaies, et de présenter plus précisément le fonctionnement des monnaies en circulation.

Une bibliographie élaborée par les bibliothécaires de la BnF permet d’approfondir les sujets abordés par le cycle de conférences : http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_biblios_droit/a.biblio_monnaie.html

Flyer du cycle

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site-François-Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris 13e
Salle 70, de 18h30 à 20h

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts