Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Appel à candidature – Postdoctorant.e informatique Projet LIFRANUM – Littérature FRAncophone NUMérique

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, recrute un.e postdoctorant.e.

Logo ANR

Contexte et objectifs du projet

Le projet LIFRANUM vise à constituer et analyser le corpus des productions littéraires francophones nativement numériques. Il s’agit d’un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui regroupe un laboratoire de langue, littérature et sciences de l’information et de la communication (MARGE), un laboratoire d’informatique (ERIC) et la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Le corpus du projet LIFRANUM, qui est constitué de données variées au sens des big data, va être stocké un dans lac de données (data lake) permettant la conservation des données dans leur forme d’origine et leur préparation pour des analyses diverses, dont la fouille de textes. Cela implique de concevoir un système de métadonnées, d’indexation et d’interrogation du lac assurant la traçabilité du lignage des données. De plus, le lac de données n’étant pas uniquement destiné à des data scientists, il est nécessaire de s’inscrire dans une démarche « d’industrialisation » des analyses effectuées sur le lac via une couche logicielle d’exploration, de requêtage et de visualisation des données permettant aux chercheur.es du laboratoire MARGE d’être autonomes dans la plupart des cas d’étude.

Missions

La personne recrutée devra être titulaire d’un master ou d’un doctorat en informatique, être spécialiste en gestion de données, informatique décisionnelle (business intelligence), mégadonnées (big data), et être immédiatement opérationnelle. Un expérience des humanités numériques sera appréciée. Elle travaillera au sein du laboratoire ERIC, sous la responsabilité scientifique de Jérôme Darmont et Sabine Loudcher.

Elle aura pour mission de concevoir et mettre en œuvre le lac de données, de la partie métadonnées et indexation à la partie analyses « industrialisées », et ce en collaboration étroite avec tous les chercheur.es de MARGE et d’ERIC impliqué.es dans le projet LIFRANUM.

Compétences requises

Gestion de données, bases/entrepôts de données, architectures big data, humanités numériques, gestion de projet, travail en équipe, autonomie, sens de la communication, rigueur.

Conditions du poste

  • Salaire : environ 2000 € net mensuel.
  • Durée : 10 mois à compter du 1er septembre 2020.
  • Lieu d’exercice : campus Porte des Alpes, Bron.
  • Candidature à adresser à jerome.darmont@univ-lyon2.fr et sabine.loudcher@univ-lyon2.fr d’ici le 20 juin 2020, accompagnée d’un CV et d’une lettre de motivation.
  • Les candidat.es retenu.es après examen des dossiers seront convoqué.es pour un entretien par visioconférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de contrat doctoral Littératures Numériques Francophones (LIFRANUM, Lyon3)

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, le centre de recherches MARGE de l’université Lyon 3 propose un contrat doctoral de 3 ans (36 mois à partir du 1er sept. 2020).

Logo ANR

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures francophones numériques), financé par l’ANR de 2020 à 2023, l’unité de recherche Marge de l’université Lyon 3 offre un contrat doctoral d’une durée de 36 mois. LIFRANUM est un programme pluridisciplinaire, alliant recherches en Lettres, Sciences de l’information et Informatique. Il vise à la constitution d’un corpus de productions littéraires nativement numériques à l’échelle de la francophonie.

Les candidat.e.s doivent être titulaires d’un Master 2 (Lettres, Humanités numériques ou Information-Communication).

La thèse portera notamment sur la caractérisation et la description des créations littéraires nativement numériques. Les créations littéraires numériques font en effet apparaître des formes expressives nouvelles, associant écriture et image, texte propre et hyperlien. Répertorier et décrire ces objets constitue un problème à la fois littéraire et documentaire. Cette thèse, fondamentalement pluridisciplinaire, visera, en s’appuyant sur les questionnements autour de la notion d’oeuvre, de publication, mais également les propriétés intrinsèques du multimédia, d’élaborer les concepts descriptifs de ces objets.

Elle contribuera à forger des outils d’analyse littéraire adaptés aux nouvelles textualités numériques en s’inscrivant dans une réflexion globale dite “poétique des supports”. L’aboutissement de cette thèse sera une ontologie terminologique représentant les nouvelles formes (voire les genres) de l’expression littéraire et sera utilisée pour caractériser les entités constitutives du corpus sur les différents niveaux de la description.

Le travail quotidien consistera à utiliser et améliorer des outils élaborés en XML (schémas, requêtes Xquery, fichiers), à utiliser des outils de crawling et à travailler, dans le cadre de l’élaboration de l’ontologie terminologique, avec les outils du web sémantique. S’il n’est pas demandé une maîtrise initiale de ces outils, le candidat s’engage à s’y former et à les utiliser avec la plus grande rigueur. Il lui sera demandé une attitude réflexive vis-à-vis de ces outils.

Informations pratiques

  • La thèse sera co-dirigée par Gilles Bonnet (Lettres) et Christian Cote (Sciences de l’information).
  • Les dossiers de candidature doivent comporter un CV détaillé et une lettre de motivation, à adresser à l’adresse suivante : frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr.
  • Date-limite d’envoi des dossiers : 10 juin 2020.
  • Des auditions des candidat.e.s retenu.e.s seront organisées, soit en présentiel, soit par visio-conférence, à la fin du mois de juin 2020.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Que lit un bibliographe de la Bibliothèque nationale ? Catalogue partiel de la bibliothèque de Josué Seckel

Dans ces pages, nous avions annoncé le décès de Raymond-Josué Seckel et la cérémonie d’hommage qui s’était déroulée1.

Aujourd’hui, nous signalons le dernier catalogue de la librairie Henri Vignes, consacré à la bibliothèque de Josué Seckel2.

Il s’agit d’un choix d’ouvrages, la famille ayant conservé une partie de sa bibliothèque et en ayant également donné à la Bibliothèque nationale de France et à des amis de Josué Seckel, pour perpétuer son souvenir en dispersant certains de ses ouvrages dans leurs bibliothèques.

Nous nous permettons de reproduire, avec l’autorisation de M. Henri Vignes que nous remercions, l’introduction de Marie-Noëlle Bourguet-Seckel.

Raymond Josué Seckel, le vagabond des livres

Feuilleter ce catalogue – quelque 400 ouvrages choisis dans la bibliothèque de Raymond Josué Seckel et réunis en une collection à son nom – produit l’étrange sensation d’une mise en abyme : de page en page s’y répercute l’image de celui qui fut lui aussi bibliographe et collectionneur, inlassable liseur de catalogues, impénitent flâneur de librairies.

Bibliographe, il l’était par vocation et profession : un métier qu’il avait appris, ainsi qu’il aimait à dire, comme commis-libraire dans une grande librairie strasbourgeoise, puis comme élève à l’École nationale supérieure de bibliothécaires, et qu’il pratiqua avec passion à la Bibliothèque nationale où il fit toute sa carrière (1973-2013). Entré au service de la Bibliographie de la France, nommé à la Salle des catalogues en 1978, il en fut le dernier directeur à partir de 1989 avant de prendre en charge la création, puis la direction, du département de la recherche bibliographique de la Bibliothèque nationale de France, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite. Au long de ces années, il fut pour ses « chers lecteurs », collègues et chercheurs, le bibliographe du dernier recours, un vrai magicien selon le mot de Jacques Roubaud. Pour lui qui circulait comme en se jouant dans le maquis des fichiers, des répertoires et bientôt des catalogues numérisés, les recherches les plus insolites étaient des défis accueillis avec une sorte d’allégresse gourmande, aucune question ne devait rester sans réponse, aucune énigme bibliographique sans solution.

Collectionneur, bibliophile, il l’était aussi, à sa manière qui n’était pas, généralement, une recherche de « beaux » livres, d’éditions anciennes ou de reliures précieuses (même si, en historien du livre, il était sensible à ces qualités). Des catalogues qu’il annotait page à page, des présentoirs de librairie dont l’exploration scandait ses promenades à travers Paris, il extrayait des ouvrages d’aspect souvent des plus modestes – une mince plaquette, un volume dépareillé, un numéro de revue isolé –, auxquels lui seul savait donner sens : soit parce qu’il s’agissait d’auteurs avec qui il entretenait d’invisibles affinités ; soit parce qu’il avait au premier coup d’oeil reconnu quelque rareté ou curiosité bibliographique.

Aussi est-ce après coup, dans l’image condensée qu’en offre le catalogue, qu’apparaissent quelques lignes de force de la quête qu’il poursuivait. La place, attendue, faite aux outils de travail du bibliothécaire : l’histoire du livre et de l’imprimerie, l’histoire des collections et des bibliothèques, la bibliographie. Des champs d’étude et de recherche érudite, qui révèlent des jardins plus secrets : le Livre et la tradition juive ; les catalogues d’art et les livres d’artiste ; la littérature érotique et son histoire éditoriale, matière d’une exposition sur L’Enfer de la Bibliothèque dont il fut le co-commissaire en 2007-2008. Enfin l’attrait esthète, militant, pour les marges, les à-côtés de la scène littéraire, les expériences graphiques et formelles des avant-gardes de naguère ; un goût affirmé pour les genres mineurs et les livres minuscules, pour les revues éphémères qu’il s’attachait à constituer en séries complètes, pour des aventures éditoriales comme celle de K éditeur dont il se fit le bibliographe.

Josué avait coutume de dire qu’un catalogue garde une part de mystère, parce que manque toujours une clef pour le lire. Où chercher dans le cas de sa propre bibliothèque la clef qui permettrait d’en approcher la vérité : dans la partition entre cohérence et éclectisme, rigueur et vagabondage qui s’y jouait, sur fond d’immense culture ? dans les quelques titres, pour lui fondateurs, qu’il tenait moins à posséder qu’à offrir, à conserver qu’à faire lire et partager – un poème de Goethe, une brève nouvelle de Georg Büchner, un roman de Georges Limbour, un récit d’Henri Calet, quelques autres encore ? Paradoxe de celui qui savait résoudre par les livres les énigmes des autres et dont les livres gardent cachée l’énigme personnelle, la part invisible qui cependant donnait sens à leur compagnonnage.

Marie-Noëlle Bourguet-Seckel


Comme tout catalogue, la consultation de celui-ci forme une sorte de portrait en creux, dont la lecture révèle les goûts et intérêts de Josué Seckel. Le sommaire du catalogue en donne un aperçu :

  • Bibliographie n° 1 à 52
  • Curiosa n° 53 à 80
  • Judaïca n° 81 à 98
  • Revues n° 99 à 139
  • Beaux-arts n° 140 à 194
  • Surréalisme n° 195 à 213
  • Situationnisme n° 214 à 239
  • Littérature n° 240 à 418

Ainsi, ce catalogue donne à lire combien la bibliothèque du bibliographe fut aussi bien son bureau où se déploie l’univers intellectuel du commissaire d’expositions qu’il fut que le reflet de ses passions, par exemple pour la poésie. 


Signalons que le libraire Henri Vignes est également bibliographe puisqu’il a édité la bibliographie de plusieurs maisons d’éditions3.


Mise à jour du 26 mai 2020

Le catalogue de la bibliothèque de Josué a reçu un tel écho d’intérêt et de souvenir, que certaines demandes n’ont pu être honorées, les ouvrages choisis étant déjà retenus.

Aussi, pour ouvrir un choix plus large et accessible, Henri Vignes propose en complément une liste de 1112 numéros (dont des titres de périodiques4), tous provenant aussi de la collection de Josué Seckel, et actuellement disponibles sur le site de la librairie. En voici la liste :

En plus de références sur la bibliographie, l’amateur retrouvera de nombreux titres sur la poésie, Jean Paulhan, Pascal Quignard, Georges Perec, Jacques Roubaud, la littérature érotique, l’histoire du livre, mais aussi Ezra Pound, Raymond Queneau, etc.

  1. Hommage à Raymond-Josué Seckel (1949-2019), url : <https://bnf.hypotheses.org/8195>. []
  2. Disponible en ligne sur le site du libraire, url : <https://www.librairievignes.com/uploads_pdf/670_catalogue_pdf_Biblioth%C3%A8que%20Seckel%20-%20Vignes%20Online%20-%20Catalogue%20n%C2%B04%20-%20printemps%202020.pdf>. []
  3. Bibliographie des Editions de Minuit, Bibliographie des Editions de la Nouvelle Revue française, Bibliographie des éditions Denoël et Steele, cf. url : <https://www.librairievignes.com/bibliographies>. []
  4. Par exemple, 75 vol. de Po&sie, 65 du Nouveau Commerce, les 49 premiers numéros d’Histoires littéraires : revue trimestrielle consacrée à la littérature française des XIXe et XXe siècles, etc. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidatures : Assistant.e de recherche

Dans le cadre du programme de recherche «La Bibliothèque nationale sous l’Occupation» inscrit au plan quadriennal de la recherche 2019-2023 de la BnF, la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives recrute un.e assistant.e de recherche


Missions et activités permanentes

Emploi à mi-temps

  • année 1 = 280 h
  • année 2 = 800h
  • année 3 = 800 h
  • année 4 = 400 h
  • soit un mi-temps de septembre 2020 à juin 2023

La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives est rattachée à la direction générale de l’établissement. L’équipe composée de 4 personnes (deux archivistes, deux magasiniers) a en charge le traitement de l’ensemble de la chaîne archivistique de l’établissement depuis le records management et la collecte jusqu’à la mise à disposition en salle de lecture. Elle participe également à la valorisation des fonds et s’investit dans les projets de recherche autour de l’histoire de la Bibliothèque en lien avec le comité d’histoire et la délégation à la stratégie et à la recherche. Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023, la mission, en lien avec le département des Cartes et plans, est porteuse du projet « La Bibliothèque nationale pendant l’Occupation ».

Dans le cadre du programme de recherche «La Bibliothèque nationale sous l’Occupation», le titulaire du poste est chargé, sous la responsabilité du chef de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives de :

  • Effectuer un travail de repérage des sources archivistiques et de la bibliographie autour de la Bibliothèque nationale et des bibliothèques pendant la Seconde guerre mondiale, régulièrement mis à jour
  • Décrire les archives identifiées (en particulier celles émanant du secrétariat général et de l’administration générale de la bibliothèque pour la période 1940-1946) selon les normes de description archivistique
  • En lien étroit avec l’équipe des archivistes, mettre en œuvre les principes de conservation préventive sur ces fonds
  • En lien avec la directrice du département des cartes et plans, mener une analyse comparée des registres d’entrée du département et des archives centrales de la bibliothèque (notamment de la comptabilité)
  • Rédiger un instrument de recherche archivistique pour une publication dans le catalogue BnF Archives et manuscrits
  • Diffuser le résultat des recherches via des publications savantes ou professionnelles (Revue de la BnF, Gazette des archives…)
  • Participer à l’animation du carnet de recherche via la présentation de documents, de la méthodologie mise en œuvre, etc.
  • Participer à l’animation du groupe constitué sur ce projet par la bibliothèque et ses partenaires notamment lors des rencontres trimestrielles
  • Préparer une journée d’étude ou un colloque de clôture du projet au premier semestre 2023
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet (notamment bilans d’étapes et fiches projets dans le cadre du plan quadriennal de recherche)

Activités spécifiques

Participer, le cas échéant, à des chantiers spécifiques au service en lien avec le projet de recherche (par exemple mise à jour d’introductions d’instruments de recherche, etc.)

Compétences requises

Connaissances en archivistiques (principes fondamentaux, description archivistique)

  • Connaissance de la dtd-ead
  • Notions de conservation préventive
  • Capacité à travailler en équipe
  • Capacité à rendre des comptes
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle
  • Connaissance de la période historique
  • La connaissance de l’allemand et de l’anglais constituerait un plus

Contraintes spécifiques

  • Port de charge
  • Poussière
  • Travail en local aveugle

Contacts

  • Anne LEBLAY-KINOSHITA
    Chef de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives
    33 (0)1 53 79 50 99
  • Aurélie OUTTRABADY
    Adjointe au chef de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives
    33 (0)1 53 79 59 35

Postuler en ligne

Caractéristiques

  • Référence du poste : 9054
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Variable
  • Nombre d’heures par mois : 80
  • Durée du contrat : de septembre 2020 à juin 2023
  • À pourvoir à compter du : 01/09/2020

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidatures : Bourse BnF-Getty « Paper Project », Paris (2020-2022)

Les Parques nues / Milan, Pierre (15..-15..) [Graveur] , BnF, Est. BA-12 (2)-FOL

Avec le soutien de la Getty Foundation et dans le cadre du “Paper Project”, le Département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France recrute un pensionnaire-conservateur(trice) H/F (Curatorial Fellowship), à plein temps, pour une durée de 24 mois (novembre 2020-novembre 2022).

Cette bourse permettra à un jeune historien de l’art souhaitant devenir conservateur d’arts graphiques de se former auprès des conservateurs du département, en étant pleinement intégré à l’équipe scientifique et associé à l’ensemble de ses activités (recherche, inventaire, conservation préventive, restauration, diffusion, valorisation des collections).

Le lauréat sera plus particulièrement chargé d’un projet d’étude et de recherche sur l’estampe et le dessin français du 16e siècle, centré sur l’école de Fontainebleau.

Il participera aux différentes opérations prévues pour la réouverture du site historique de la BnF, rue de Richelieu, à l’issue de l’important chantier de rénovation actuellement en cours.

Profil et qualifications recherchés

  • Diplôme de Master (ou équivalent) en histoire de l’art
  • Intérêt pour l’estampe et le dessin anciens
  • Intérêt pour les questions de conservation préventive et de restauration
  • Forte motivation pour les métiers de la conservation du patrimoine
  • Capacité d’organisation et de travail en équipe
  • Maîtrise courante du français écrit et parlé (la maîtrise d’une autre langue sera un atout)

Missions

Le pensionnaire travaillera sous la supervision de l’équipe des conservateurs aux missions suivantes :

  • Recherche, inventaire et conservation préventive pour la collection d’estampes et de dessins de (et autour de) l’école de Fontainebleau. Le pensionnaire aura l’opportunité de se rendre dans les grandes collections européennes d’arts graphiques et sera en contact avec les experts internationaux.
  • Organisation d’une journée d’étude sur les estampes et les dessins de l’école de Fontainebleau
  • Participation aux activités quotidiennes du département : accueil des étudiants, chercheurs et conservateurs, coopération avec l’atelier de restauration du département, examen des demandes de prêts…
  • Participation à la réouverture de la Bibliothèque et du musée sur le site Richelieu : sélection des trésors, rédaction des cartels, travail sur les expositions temporaires

Candidature

Les dossiers doivent être en langue française et contenir :

  • CV (maximum 3 pages)
  • Lettre de motivation (maximum 2 pages)
  • Bibliographie (sélection des principales publications ou communications, travaux académiques)

Calendrier

  • 30 juin 2020 : date limite de dépôt des dossiers
  • 15 juillet 2020 : envoi des notifications aux candidats pré-sélectionnés
  • 31 août – 4 septembre 2020 : entretiens pour les candidats pré-sélectionnés. Les entretiens se dérouleront sur le site de la BnF-Richelieu (58 rue de Richelieu, 75002). Les frais de déplacements ne seront pas pris en charge. Des entretiens virtuels peuvent être mis en place (Skype)
  • 7 septembre 2020 : sélection et notification au candidat retenu
  • 2 novembre 2020 : début de la mission

Les candidatures électroniques doivent être envoyées à l’adresse suivante : reserve-estampes-photographie@bnf.fr

Les dossiers papiers, par voie postale, ne seront pas acceptés.

Toute demande d’information peut être envoyée à l’adresse : reserve-estampes-photographie@bnf.fr. Merci d’indiquer, en objet du message, « 2020 – BnF/Getty »

Antonio Fantuzzi (1508?-1550?) , BnF, Est. BD-19 (2)-FOL

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidatures : post-doctorat BnF / EUR Translitteræ

Logo Translitteræ
Logo Translitteræ
Logo-BnF
Logo-BnF

La Bibliothèque nationale de France et l’Ecole universitaire de recherche Translitteræ s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un-e jeune chercheur-euse intéressé-e par un travail à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares, non décrits ou inédits.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les cinq proposés par la BnF (détail à consulter ci-dessous) :

  1. L’édition en hébreu dans l’Occident chrétien du XVIe siècle
  2. Représentations de l’océan indien entre le XVIIIe et le XXe siècle
  3. Construire, reconstruire une bibliothèque : les scientifica des jésuites
  4. La presse en yiddish des années 1880 à la fin des années 1960
  5. Expériences de traduction : le Festival franco-anglais de poésie (1976-2014) et La Traductière, revue internationale de poésie et d’art visuel

Date limite du dépôt du dossier de demande : 1er juin 2020 minuit

Pour en savoir plus

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’Eur Translitterae : https://www.translitterae.psl.eu/pratique/les-contrats-doctoraux-et-postdoctoraux-a-pourvoir-en-2020

Contact BnF : philippe.chevallier@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Covid-19 : alimentez les archives ouvertes

Vous êtes un agent de la Bibliothèque nationale de France confiné chez vous ? Vous êtes coupé des applications informatiques professionnelles ? Et si vous en profitiez pour alimenter le portail d’archives ouvertes de l’établissement qui reste accessible, avec toute connexion internet, à l’adresse url : https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr ?

Logo HAL

Alors que ce 19 mars 2020, l’Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), le consortium Couperin.org et EPRIST lancent un appel commun invitant les éditeurs scientifiques à laisser le libre accès aux publications scientifiques en cette période de pandémie de Covid-191, nous invitons les personnels de la Bibliothèque nationale de France à déposer leurs publications scientifiques dans le portail d’archives ouvertes de l’établissement

Vous rejoindrez ainsi les nombreuses initiatives d’ouverture et de partage de données que la pandémie a fait naître, comme par exemple les espaces de partage de bibliothèques personnelles à suivre avec les hashtag #BiblioSolidaire et #biblisolidaire sur Twitter et le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement. Celles-ci s’ajoutent à celles des éditeurs scientifiques pour aider le monde académique à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle et qui sont recensées sur cette page du site du consortium Couperin.org : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie.

Nous signalons aussi l’ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals recensées sur son carnet de recherche L’Édition électronique ouverte, à l’adresse : https://leo.hypotheses.org/16941.

Quelles publications déposer ?

La loi « pour une République Numérique » (art. 30)2.

  1. Covid-19, « Ouvrez largement l’accès aux publications scientifiques ! » / “Open access to scientific publications!” – Appel ADBU, Couperin, EPRIST aux éditeurs académiques, url : <https://adbu.fr/appel-adbu-couperin-eprist-aux-editeurs-academiques/>. []
  2. « LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique », JORF, 8 octobre 2016, n° 0235. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id>.) vous donne le droit – sans le rendre obigatoire – de mettre en ligne vos publications.

    Selon le Centre pour la communication scientifique directe, sont éligibles au dépôt les textes « d’une qualité équivalente à celle des articles que les auteurs soumettent aux revues scientifiques de leur champ disciplinaire ». Au-delà des données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par l’Etat, vous pouvez déposer les versions dites « auteur » des documents suivants :

    • les documents non publiés (thèses, communications, working papers, etc.).
    • les pré-publications, post-publications et publications (articles de revues, chapitres d’ouvrage, etc.).
    • des notices bibliographiques contenant les références de publication des article, livre publié, chapitre de livre, communication à un colloque, etc. mais sans le texte intégral.

    Les textes à déposer (sous la forme d’un fichier Word, Libre/Open office, PDF) peuvent se présenter sous trois versions :

    • Version finale éditeur : version du texte telle que publiée avec la mise en page de l’éditeur. C’est la version à privilégier pour tous les éditeurs qui l’autorisent.
    • Post-publication auteur : version du texte telle que publiée par un éditeur, mais sans la mise en page de l’éditeur.
    • Pré-publication auteur : texte publié mais dans sa version avant acceptation finale par l’éditeur.

    La loi encadre les contrats signés entre les chercheurs et leurs éditeurs pour ce qui concerne les écrits scientifiques publiés “dans un périodique paraissant au moins une fois par an”.

    En l’absence de contrat signé avec l’éditeur l’auteur conserve de toute façon l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur la publication. Par conséquent le dépôt de la publication dans une archive ouverte peut avoir lieu sans délai à compter de la publication de l’article. En revanche, il ne peut s’agir que de la version “auteur” : la diffusion de la version “éditeur” (avec logo de l’éditeur, pagination éditeur, etc.) doit faire l’objet d’une autorisation de sa part.

    A partir de quand puis-je déposer ?

    La loi fixe des délais à l’expiration desquels le dépôt peut se faire dans une archives en ligne. Ces délais sont au maximum de :

    • 6 mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine ;
    • 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales.

    Le délai court à partir de la date de première diffusion en ligne de la publication par l’éditeur, et pas de la date de parution du numéro de la revue qui peut être ultérieure. Si l’éditeur l’autorise, le dépôt peut se faire sans délai ou dans un délai plus court.

    Comment connaître la politique des éditeurs ?

    Pour connaître la politique des éditeurs en matière de dépôt en archive ouverte, vous pouvez consulter les sites :

    A partir du titre ou de l’ISSN d’un période ou du nom d’un éditeur, le site SHERPA / RoMEO fournit sa politique sous une forme rapidement visible. Voici l’exemple avec les Nouvelles de l’estampe :

    SHERPA / RoMEO

    Le site SHERPA / RoMEO donne à voir, par une charte colorimétrique, les différentes « voies » de l’open access qui ne s’appliquent qu’à partir du moment où il existe un contrat signé entre l’éditeur et l’auteur :

    RoMEO Colour
    • Vert : les documents peuvent être archivés aussi bien avant qu’après publication (pre- et post-print) dans la version éditeur.
    • Bleu : la version post-impression (c’est-à-dire le projet final post-relecture) ou la version de l’éditeur/PDF peuvent être archivées (mais pas les pre-print).
    • Jaune : l’archivage des pre-print est autorisée.
    • Blanc : aucun archivage n’est autorisé, que ce soit avant ou après la publication.

    Comment déposer ? Formations en ligne

    Si vous n’avez jamais déposé et redoutez de vous lancer, sachez que le Centre pour la communication scientifique directe maintient ses formations en ligne pendant la période de confinement.

    Ces formations d’une heure permettent de se familiariser avec le dépôt dans HAL. Le contenu d’une session vous apprendra à :

    • définir vos préférences de dépôt,
    • créer une notice bibliographique,
    • effecter un dépôt avec fichier de texte intégral,
    • gérer vos dépôts.

    Ces formations s’adressent aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, qu’ils aient déjà déposé ou non.

    Pour s’inscrire, il convient de suivre ce lien.

    Une fois inscrit, vous recevrez par mail un lien pour visionner et participer à la séance. Vous pourrez interagir avec les intervenants au moyen d’un chat.

    L’inscription est gratuite. Pour permettre des échanges via le chat avec les intervenants, les sessions sont limitées à une quinzaine de participants.

    Les dates programmées :

    • Jeudi 09 avril :  11h-12h
    • Jeudi 16 avril :  14h-15h
    • Jeudi 23 avril : 15h-16h
    • Jeudi 30 avril : 11h-12h

    Au-delà de ces formations accessibles sur inscription, des tutoriels video permettent à tout un chacun d’aborder rapidement la procédure du dépôt et quelques points précis. Ces tutoriels didactiques multipliant les captures d’écran, sont disponibles à l’adresse url : <https://doc.archives-ouvertes.fr/tutoriels-video/>.

    Voici un exemple avec le tutoriel sur le dépôt d’un article scientifique publié :

    Contact

    Pour toute question relative au dépôt ou au portail, la coordination de la recherche reste à votre disposition (à l’adresse : recherche.coordination@bnf.fr ou à l’adresse professionnelle nominative d’Olivier Jacquot []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Information COVID-19

L’équipe de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France, en télétravail, continue d’assurer ses missions.

En raison de l’épidémie de Coronavirus COVID-19, il a été décidé de décaler la date de clôture de l’appel à chercheurs 2020 de la BnF, initialement fixée au 20 avril à 12h, au 4 mai 2020, 12h. Le dépôt électronique des candidatures se fait sur la plateforme Sciencesconf dédiée : https://bnfaac2020.sciencescall.org/

Pour toute question relative aux activités de recherche de la BnF ou aux partenariats à mettre en oeuvre, il est demandé de ne pas utiliser l’adresse mail générique de la coordination de la recherche à laquelle nous n’avons pas accès à distance1 mais de privilégier les adresses professionnelles de vos correspondants :

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche

Sur la coordination et la valorisation de la recherche à la BnF.

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche

Appel à chercheurs de la BnF, Campus Richelieu – Bibliothèques, musée, galeries.

Peter Stirling

Chargé d’appui aux projets scientifiques

Sur le plan quadriennal de la recherche, l’aide au montage de projets.


En cette période de confinement, l’équipe de la coordination de la recherche de la BnF vous souhaite bon courage à tous, avec une pensée toute particulière pour ceux qui sont touchés par le virus, et pour tout le personnel soignant.

  1. L’adresse : recherche.coordination@bnf.fr []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Mélodies en vogue au XVIIIe siècle. Le répertoire des timbres de Patrice Coirault

Les mélodies en vogue au XVIIIe siècle sont celles qui ont servi de timbres. Composer sur « Sur l’air de » suppose l’utilisation d’un air connu pour porter de nouvelles paroles. Cette méthode de composition relève d’un genre musical qui dessine quantité d’espaces transitionnels, de passerelles entre les genres musicaux, les groupes sociaux, les espaces géoculturels et temporels. Si le principe compositionnel est toujours d’actualité, les airs ayant servi de support pour véhiculer les textes connaissent de nettes mutations au cours du XIXe siècle : alors qu’ils étaient, jusqu’alors, essentiellement issus d’une mémoire collective profondément enracinée dans le temps, ils s’adaptent peu à peu à l’éphémère des phénomènes de modes et se dégagent de toutes possibilités de mouvance au fur et à mesure que se mettent en place les moyens de diffusion à grande échelle.

Ce volume recense les timbres antérieurs à cet élan du XIXe siècle. Aussi, il liste les airs encore régulièrement utilisés dans le courant du siècle précèdent. Charnière, cette période garde trace des lignes mélodiques remontant à des temps bien plus anciens tout comme elle témoigne de celles qui sauront porter de nouveaux textes au cours de la période suivante. Aussi, d’une clef (La Clef des chansonniers, Ballard, 1717) à l’autre (La Clé du Caveau, Capelle, 1811, 1re éd.), cette publication rend compte des airs présents dans les recueils publiés durant cette période qui conduit ce genre à son apogée et qu’encadrent ces deux incontournables publications le concernant.

Ce répertoire est directement issu du méticuleux travail de dépouillement de Patrice Coirault (1865-1958). Laissé à l’état de manuscrit dans son fichier déposé à la Bibliothèque nationale de France, il a été ici totalement mis en forme et complété des recollements personnels de Georges Delarue.

Ainsi près de 2 000 timbres et encore plus de mélodies sont ici recensés. Chaque entrée synthétise l’ensemble des appellations du timbre et précise son origine lorsqu’elle est connue ; elle donne de l’air au moins une ligne mélodique ; elle liste, de manière structurée, les références aux ouvrages où la notation musicale est présente et celles où l’air a été employé sans être noté. C’est surtout pour établir des parallèles avec les chansons traditionnelles que Coirault avait élaboré ce répertoire. Aussi l’entrée vers la « tradition orale » est l’un des apports indéniables de cet ouvrage. Pour autant, il intéressera, également, les amateurs de chansons, les historiens, les chercheurs en matière de théâtre et, de manière plus générale, le milieu de la musicologie.

Informations pratiques

  • Révisé, organisé et complété par : Marlène Belly et Georges Delarue
  • Description : Broché, 962 pages, 64 illustrations couleurs, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 19 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2747-0 / 9782717727470
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 155 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle

La ligne et l'ombre
La ligne et l’ombre

Après la Cité de l’architecture qui présentait l’exposition Trésors de l’Albertina. Dessins d’architecture rassemblant des dessins de grands maîtres ayant pour thème l’architecture, c’est au tour de la Bibliothèque nationale de France de faire montre de la richesse de ses collections en la matière, avec la publication La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle.

Signés par les plus grands architectes français (du Cerceau, Mansart, Boullée, Viollet-le-Duc…), ces 160 dessins retracent l’histoire de l’architecture du XVIe au XIXe siècle. Traduisant l’ambition d’atteindre un idéal urbain et éclairant le processus créatif de leurs auteurs, ils proposent une expérience sensible et intellectuelle au lecteur.

Cet ouvrage sur le dessin d’architecture de la Renaissance au XIXe siècle fournit une iconographie de 160 dessins en couleur réalisés par les plus grands architectes français offrant par là une plongée dans les fonds de BnF abritant l’une des plus riches collections au monde

Résumé

Le dessin d’architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l’utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu’à l’élever parfois au rang d’œuvre d’art.
Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants – de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d’Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier – les 160 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l’architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.

Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l’ambition partagée par les architectes d’atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l’écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l’autonomie des figures, qui « parlent » à l’œil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l’espace, à la matière, à la couleur, à l’intelligence des structures.

Auteurs

  • Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Archiviste paléographe, Pauline Chougnet est conservatrice au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Responsable des collections de dessins depuis 2015, elle s’est notamment chargée de l’inventaire des dessins de l’architecte François Joseph Bélanger (1744-1818). Elle est membre du comité de lecture des Livraisons d’histoire de l’architecture.

Jean-Philippe Garric est professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Pendant plus de quinze ans, il a pratiqué et enseigné le dessin d’architecture avant de choisir la voie des travaux historiques. Spécialiste de l’architecture en France et en Europe du milieu du XVIIIe siècle à la Première Guerre mondiale, il a consacré sa thèse de doctorat aux modèles italiens dans les livres d’architecture français, sous la direction de Françoise Choay. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur la théorie, les livres et les représentations graphiques de l’architecture, ainsi que sur l’enseignement de l’architecture et sur les architectes de Napoléon, Charles Percier et Pierre Fontaine, il a été commissaire de la première exposition Charles Percier (New York, 2016, Fontainebleau, 2017) et cocommissaire de la première exposition Jean Jacques Lequeu (Paris, 2018). Il a notamment publié Recueils d’Italie. Les Modèles italiens dans les livres d’architecture français (2004) ; Le Livre et l’Architecte (dir. avec É. d’Orgeix et E. Thibault, 2010) ; Percier et Fontaine. Les Architectes de Napoléon (2012) ; Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles 1789-1950 (2014) ; Charles Percier. Architecte et designer (dir. 2016) ; L’École de Percier. Imaginer et bâtir le XIXe siècle (avec M.-L. Crosnier Leconte, 2017) et Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes (dir. avec L. Baridon et M. Guédron, 2018), couronné par le prix Sade du livre d’art 2019.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 224 pages, 160 illustrations, 24 × 28 cm
  • Date de parution : 12 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2829-3 / 9782717728293
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 45 €

Les illustrations issues du volume sont disponibles à la consultation sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/, sur la banque d’images de la BnF : http://images.bnf.fr, et à la vente auprès du département Images et prestations numériques : reproduction@bnf.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La photographie, une « histoire pour tous » : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – « L’humanisme profond de la photographie« .
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE« A Camera Issue. » Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la recherche scientifique signent une nouvelle convention-cadre

Logo CNRS
Logo CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d'honneur
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d’honneur

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont signé mardi 10 mars 2020 une nouvelle convention-cadre réaffirmant la volonté de coopération des deux établissements.

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Dans le cadre des missions qui leurs sont attribuées, le CNRS et la BnF participent chacun au partage et à la diffusion des savoirs, à la valorisation des résultats de la recherche comme au développement de nouvelles connaissances.

Les deux établissements ont par ailleurs une politique concertée dans leurs domaines de recherche communs, notamment en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de
l’information et de la communication. Leur convergence d’intérêt a conduit à la conclusion d’une convention-cadre dès 1997.

La nouvelle convention signée ce 10 mars 2020 réaffirme et renforce le cadre de cette coopération. Elle vise à améliorer la synergie des actions entreprises et leur visibilité, à favoriser la mise en relation des recherches menées avec d’autres programmes ou unités ayant des intérêts convergents, à assurer une meilleure promotion des collections de la BnF auprès des chercheurs. A la faveur de nouveaux services numériques aux chercheurs mis en place à la BnF, elle contribuera à intensifier les collaborations dans les domaines de la fouille des données massives favorisant l’exploitation du vaste gisement de collections numériques de la la BnF (collections numérisées ou nativement numériques, images fixes et animées, archives du web).

Les études et recherches conduites conjointement dans le cadre de cet accord peuvent relever de disciplines diverses intéressant plusieurs Instituts du CNRS : sciences humaines et sociales, sciences
biologiques et chimie, sciences de l’information et de leurs interactions (informatique, traitement du signal et de l’image, intelligence artificielle…).

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

SÉMINAIRE 2020 D’INTRODUCTION À L’ASTRONOMIE ET À L’ASTROLOGIE MÉDIÉVALES

Présentation de manuscrits et sphère armillaire (2019)

Pour la deuxième année consécutive, la BnF co-organise avec le projet ERC ALFA un séminaire d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales par une présentation des concepts généraux et des sources originales, mis en contexte, expliqués et commentés tout au long des sessions.

En cinq séances, il se donne pour objectif de couvrir l’essentiel des bases théoriques des deux disciplines, étroitement complémentaires durant la période médiévale, en partant des textes et manuscrits d’époque. Chaque thème particulier traité lors de chaque séminaire sera étudié et discuté à l’aide des sources manuscrits originales de la BnF.

Ces sessions visent à offrir aux participants une meilleure compréhension de la science des astres à la fin du Moyen Âge.

Ce séminaire est ouvert à tous mais plus particulièrement destiné à des chercheurs, débutants ou confirmés, souhaitant s’initier à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. Une certaine familiarité avec les manuscrits médiévaux, et en particulier des connaissances de base de paléographie, d’ancien français et de latin médiéval sont préférables.

Organisation Laure Miolo (IRIS Scripta PSL), Alexandre Tur (BnF, département des Manuscrits), avec la collaboration de Jean-Patrice Boudet et Matthieu Husson.

Mardi 24 mars : mise en contexte

  • Introduction générale et chronologie (VIIIe-XVIe siècles)
  • Présentation de manuscrits

Mardi 14 avril : le mouvement quotidien

  • Recherches en cours, par Jean-Patrice Boudet (titre à confirmer)
  • Astronomie et astrologie du mouvement quotidien (sphères, repères, mouvement des étoiles fixes et notion de maisons célestes) : avec une animation de Stellarium par Matthieu Husson

Mardi 12 mai : phénomènes planétaires

  • Mouvement planétaire et construction d’un horoscope
  • Présentation de manuscrits

Lundi 22 juin : aspects, conjonctions et éclipses

  • Recherches en cours, par Francesco Siri : « Écrire le ciel autrement : les diagrammes dans les œuvres de cosmologie et des arts libéraux »
  • Astronomie et astrologie des aspects planétaires, et en particulier des conjonctions et éclipses

Mardi 30 juin : l’interprétation astrologique d’un horoscope

  • Construire et interpréter un horoscope à partir d’un cas concret, animée par Jean-Patrice Boudet
  • Présentation de manuscrits

Informations pratiques

Chaque séance d’une demi-journée (14h30-17h30) aura lieu à la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Pour des raisons logistiques, le nombre de places est limité et l’inscription préalable obligatoire (laure.miolo@obspm.fr ou alexandre.tur@bnf.fr) en précisant votre nom et les dates des séances auxquelles vous souhaiteriez participer. Les détails pratiques seront fournis lors de la confirmation par retour de courriel de l’inscription.

Opuscula astrologica : grande figure astrologique du corps humain avec indication de la relation entre ses ârtoes et lmes signes du zodiaque, selon les textes d’Olympiodore et de Stephanus. Recueil de documents alchimiques, astrologiques et magiques
XVe siècle. Manuscrit sur papier, 342 fol., copié par Georges Midiates
BnF, département des Manuscrits, Grec 2419, f. 1
© Bibliothèque nationale de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international – Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) (17-19/03)

Affiche
Affiche

Qu’est-ce que le roman demande à la chanson ? Qu’est-ce que les chansons retiennent des romans ? Ce colloque qui se déroule le 17 mars à la BnF, le 18 mars à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 puis le 19 mars à la Maison de la poésie (Paris 3e), a pour ambition d’explorer les interférences de la chanson et du roman de langue française depuis 1968.

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera.

Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romanciers devenus auteurs de chansons et de chanteurs devenus romanciers.

Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romanciers et de chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

Un concert payant conclura le colloque (réservations auprès de la Maison de la poésie).

Colloque organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

Programme

17 mars

9 h 15 – 9 h 45 – Ouverture
Jamil Jean-Marc Dakhlia, président de l’université Sorbonne Nouvelle

9 h 45 – 11 h 15 – Session 1 : Au prisme des romans
Présidence : Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture
Par Françoise Zamour, ENS Ulm

La trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans
Par Birgit Mertz-Baumgartner, université d’Innsbruck

La chanson au service du personnage
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes
Par Céline Pruvost, université de Picardie Jules-Verne

10  h 45 – 11 h 15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique
À chaque époque sa chanson de Gavroche ? Mai 68, mai 81, les utopies défaites, une nouvelle pandémie, des banlieues en crise, l’émergence de modes de vie alternatifs, une nouvelle ère de migrations : dans quelle mesure et de quelle manière ces situations de société impactent-elles les romans et chansons d’une même époque?
Modérateur : Françoise Zamour, ENS Ulm
Avec Bertrand Dicale,  journaliste, spécialiste de la chanson française, Stéphane Chaudier, université de Lille

14 h 15 – 15 h 15 – Session 2 : Les chanteurs-romanciers
Présidence : Bruno Blanckeman, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co)
Par Mathieu Messager, université de Nantes

Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon
Par Jean-Pierre Zubiate, université Toulouse II

14 h 55 – 15 h 15 – Discussion

15 h 30 – 16 h 30 – Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création
Modérateur : Patrice Demailly
Avec Colette Fellous et Michäel Ferrier, écrivain et essayiste

16 h 30 – 17 h 30 – Débat d’ensemble

18 h 30 – 19 h 30 – Lecture croisées par Émeline Bayart, actrice, chanteuse et metteuse en scène

18 mars

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

9 h 45 – 10 h 05 – Stéphane Chaudier (Université de Lille), La chanson, un romanesque alternatif

10 h 05 – 10 h 25 – Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), Les romans catalyseurs de chansons

10 h 25 – 10 h 45 – Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), De la chanson comme micro-fiction

10h45-11h15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 3 : Chansons/romans : romances, romanesque
Modérateur : Gilles Bonnet
Avec Joël July, Cécile Prévost-Thomas

14 h 30 – 16 h – Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

14 h 30 – 14 h 50 – Luca di Gregorio (Université de Liège), Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses

14 h 50 – 15 h 10 – Joël July (Aix-Marseille Université), La chanson comme déterminisme

15 h 10 – 15 h 40 – Discussion

16 h – Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun)

19 mars

9 h 45 – 11 h 15 – Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

9 h 45 – 10 h 05 – Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine

10 h 05 – 10 h 25 – Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones

10 h 25 – 10 h 45 – Gilles Bonnet (Université Lyon 3), En chanson dans le texte

10 h 45 – 11 h 15 – Discussion

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture
Modérateur : Stéphane Hirschi
Avec Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

14 h 30 – 16 h 30 – Session 6 : Œuvres croisées.
Présidence : Marc Dambre

14 h 30 – 14 h 50 – Catherine Douzou (Université de Tours), La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia

14 h 50 – 15 h 10 – Pierre Pichon (BnF),  Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel 

15 h 10 – 15 h 30 – Bernard Jeannot (Université d’Angers), La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine 

15 h 30 – 15 h 50 – Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin

15 h 50 – 16 h 20 – Discussion

20 h – Scène littéraire, à la Maison de la poésie

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.
Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

Informations pratiques

  • Mardi 17 mars 2020, 9 h 15 – 19 h 30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite
  • 18 mars 2020, 9 h 45 – 17 h
  • Institut d’études avancées de Paris
  • 17 quai d’Anjou, 75004 Paris
  • Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com
  • 19 mars 2020, 9 h 45 – 16 h 30
  • Maison de la poésie – Scène littéraire
  • Passage Molière,
  • 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts