Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Hackathon BnF 2018 : troisième édition : la jeunesse

Le 3e Hackathon de la BnF se déroule les 24 et 25 novembre 2018 dans le cadre de la Semaine de l’innovation publique, sur le thème de la jeunesse.

La BnF propose un week-end d’exploration du monde numérique, gratuit et ouvert à tous : bornes de jeux, impression 3D, atelier symulti, atelier ePub ou encore réalité virtuelle sont au programme.
En parallèle, durant 24 heures non-stop, les participants investissent le site François-Mitterrand pour imaginer et développer des projets à partir de Gallica BnF et des bases de données de la BnF à destination des enfants, adolescents, parents et enseignants, afin de renouveler l’accès aux collections et leur compréhension par les jeunes.

Une centaine de participants vont concourir durant 24h pour développer une dizaine de projets. À l’issue des restitutions des projets, sera remis le prix du Hackathon BnF. L’équipe lauréate aura l’opportunité de découvrir les coulisses de la BnF.

Une programmation culturelle est également proposée au grand public pour découvrir comment le numérique s’insère dans nos vies et peut être une véritable ressource pour les usagers de la BnF.

Programme du hackathon

Samedi 24 novembre 2018

13h – Accueil des hackathoniens
14h – Ouverture du Hackathon BnF
19h – Présentation des projets en cours du hackathon BnF

Dimanche 25 novembre 2018

15h : Présentation finale des projets du Hackathon BnF
17h : Remise du prix du Hackathon BnF
18h : Cocktail de clôture

Ateliers tous publics

De 15h à 18h samedi et dimanche – Hall est

Durant le Hackathon, des activités gratuites autour du numérique sont proposées à tous les publics, de 15h à 18h, le samedi et le dimanche dans les espaces du haut-de-jardin de la BnF : Aquarium, Espace de lecture augmentée (frise), Espace jeux vidéo (foyer du Petit auditorium), Espace Makers (Foyer du Petit auditorium), Hall Est…

Accès gratuit, sur inscription

Pour les apprentis makers

Symulti

Cet atelier permet aux participants de dessiner à l’aide d’une application des formes de la nature ou autres créations libres en s’inspirant d’images trouvées dans Gallica, Chacun repart avec l’impression de son dessin sur un tote bag (sac en toile). Possibilité d’imprimer sur vos propres t-shirt si vous en ramenez ! Voir

la vidéo de présentation de l’application Symulti

Initiation Stop Motion et atelier vidéo

Pour utiliser les ressources de Gallica autrement et en s’amusant ! À partir des ressources de la BnF issus de Gallica notamment, chacun peut créer son petit film d’animation et le refaire chez soi.Pour les enseignants cet atelier permet d’appréhender les ressources numériques de la BnF (Gallica, classes.bnf.fr) de manière ludique et facilement transposable en classe.
Un second atelier vidéo sur tablettes est présenté : la création de films militants à la manière des cinétracts.

Impression 3D

Tous les visiteurs peuvent aussi assister à une démonstration par la Ville-de-Paris d’impression 3D, de la modélisation de figures (à partir de Gallica) au lancement de l’impression sur Dagoma.

Pour les joueurs

Bornes de jeux BnF

Une sélection de jeux vidéo, aussi bien sur tablettes que consoles, des titres des grands éditeurs comme Nintendo ou Sony aux réalisations de studios indépendants, comme Amanita design ou encore D-Pad Studio. Un focus est spécialement consacré aux jeux pour apprendre, conçus pour favoriser l’apprentissage des notions fondamentales. Car il est possible de jouer pour devenir un crack en maths par exemple, avec des titres comme DragonBox ou encore Slice Fractions

Atelier Scratch

La création d’animations et de jeux vidéos sur ordinateur avec Scratch est proposée par Les Voyageurs du Numérique de la Gaité Lyrique (pour tous les âges).

Le Space bike

Relier un vélo d’appartement à un écran pour jouer au Quidditch, à Pacman ou d’autres raretés est chose possible grâce à ce Space bike équipé de capteurs sur les poignées et sensible à la vitesse du tour de pédales pour accélérer ou calmer la poursuite ! À tout âge et pour tout public, avec un affichage des meilleures performances ! Un outil entièrement fabriqué par les bibliothécaires de la Ville-de-Paris : Fight Box.

Une borne d’Arcade reliée à des manettes et une caisse de commande (Piloté par Raspberry Pi) aménagée par les bibliothécaires de la Ville-de-Paris permet de (re)découvrir Street Fighter par exemple… La Fight Box s’adresse à tous les publics, qu’ils aient ou non connu les premiers temps du jeu vidéo.

Pour les explorateurs : découvrir nos collections

Présentation de courts-métrages et jeux vidéo en réalité virtuelle

Neuf titres, dont un jeu vidéo sont actuellement disponibles et proposent différentes expériences. Parmi elles, un voyage à la rencontre des dauphins et des cachalots, une immersion dans la peau d’un robot, une excursion spatiale ou encore, un court-métrage d’animation en réalité virtuelle.

Atelier epub

Un atelier de création de livres numériques enrichis personnalisés à partir des EPUB de Gallica est proposé par la bibliothèque numérique de la BnF

Découverte des livres enrichis et des applications BnF

Cet atelier permet de découvrir en autonomie une sélection de livres enrichis et d’applications jeunesse*. Un médiateur est là pour guider les participants.Activités proposées : création de chimères, de cartes, découverte du roman « Au bonheur des dames » en version enrichie…
Pour les enseignants , toutes les heures, une présentation de 15 minutes permet de découvrir la diversité des ressources numériques de la BnF (applications, livres enrichis, tutoriel). Les participants peuvent tester par eux-mêmes en naviguant sur les tablettes mises à disposition.

*Liste des livres enrichis proposés :

Présentation du programme de recherche « Atelier-laboratoire des collections numériques »

Cet atelier présente des travaux d’étudiants de Paris 8 dans le cadre du programme de recherche « Atelier-laboratoire des collections numériques ».Ce projet de recherche propose de concevoir des prototypes autour des collections numérisées de la BnF. Il s’agit d’expérimenter de nouveaux modes de médiations aux ressources numériques par des mises en forme cartographiques. L’objectif est notamment de favoriser la consultation et l’appropriation des collections numérisées par le grand public.

Présentation des vidéos Radio Télévision Scolaire Canopé

Cet atelier permet d’explorer les premières vidéos de Radio Télévisions Scolaire produites entre 1954 et 2004 disponibles dans Gallica. Elles illustrent toutes les disciplines de l’enseignement scolaire : la littérature et la philosophie, l’histoire et la géographie, ainsi que l’enseignement des arts et l’économie. Les enseignants étaient accompagnés dans leur utilisation par des publications comme le Bulletin de la radio-télévision scolaire de 1964 à 1969, les Dossiers pédagogiques de la radio-télévision scolaire de 1965 à 1983, ou par la revue Média, toutes trois numérisées dans Gallica.

Pour les explorateurs : découvrir les collections de nos partenaires

Radio France présente son application L’atelier franceinfo Junior (à partir de 8 ans) et son portail numérique Vox, ma Chorale interactive (à partir de 6 ans) et met à disposition du public des tablettes numériques pour les expérimenter.

ARTE organise des démonstrations de ses nouvelles offres dédiées à la jeunesse, Educ’ARTE et Ma Petite Médiathèque.
Ma Petite Médiathèque, destinée aux enfants de 3 à 12 ans, regroupe plus de 1500 contenus (films d’animation et documentaires, jeux, livres, musique ou encore activités manuelles) issus du catalogue d’ARTE et d’une sélection d’éditeurs jeunesse incontournables (dont Bayard et l’École des Loisirs).

Pour les enseignants

Découverte des ressources de classe.bnf.fr et de Gallica

Cet atelier ludique présente les ressources, notamment iconographiques, de Gallica et des ressources numériques surclasses.bnf.fr . Pour les ateliers, deux thématiques sont utilisées : « Nadar et le Paris du XIXe siècle » et « Les animaux » pour les plus jeunes participants, avec des paper toys à disposition !

Atelier Data Visualisation Canopé

Ateliers de data visualisation à destination des enseignants et présentation de Traces de Soldats, un projet de « datasprint » où les élèves et les professeurs partent des traces inscrites sur les monuments commémoratifs et des données numériques ouvertes en ligne pour appréhender les parcours de « Poilus » de la Grande Guerre.

Pix

Ce service public en ligne d’évaluation, de développement et de certification des compétences numérique permet au public et aux enseignants de tester leurs compétences en répondant aux questions en ligne.

ARTE

Arte organise des démonstrations de ses nouvelles offres dédiées à la jeunesse, Educ’ARTE et Ma Petite Médiathèque. L’offre pédagogique Educ’ARTE donne accès à plus de 1 000 vidéos en lien avec les programmes scolaires ainsi qu’à des outils innovants permettant de découper et personnaliser les vidéos ou créer des cartes mentales.

Toutes les séances

© David Paul Carr / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Quels algorithmes pour comprendre la nature ?

Les algorithmes, suites d’instructions élémentaires, existent depuis l’Antiquité. Ces « savoir-faire » n’ont cessé depuis de se perfectionner et sont appliqués à de nombreux domaines. C’est aux ordinateurs que l’on doit leur pénétration massive dans les sciences contemporaines.

Les rencontres « Physique et interrogations fondamentales » (PIF) sont l’occasion pour des scientifiques et philosophes de formations très différentes, de confronter leurs points de vue sur un thème lié aux grandes questions de la science contemporaine. Elles se situent à un niveau permettant à un public cultivé mais non spécialisé de suivre les exposés. Elles se tiennent tous les deux ans dans le grand amphithéâtre du site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France qui les co-organise avec la Société française de physique.

Argument

Les algorithmes, suites d’instructions élémentaires, existent depuis l’Antiquité. Ces « savoir-faire » n’ont cessé depuis de se perfectionner et sont appliqués à de nombreux domaines. C’est aux ordinateurs que l’on doit leur pénétration massive dans les sciences contemporaines. Ces algorithmes informatiques ont évolué vers de nouvelles formes, comme le Deep Learning, et sont passés du statut d’outils développés par les chercheurs au rang d’acteurs de la recherche. S’achemine-t-on vers la disparition du chercheur humain et son remplacement par des robots ? 
Cette 16e rencontre PIF apporte un éclairage sur cette transformation algorithmique qui concerne tant la science fondamentale que la société, propose des exemples de ses applications dans plusieurs champs scientifiques et s’interroge sur les enjeux actuels pour la société.

  • Introduction aux algorithmes
    Claire Mathieu, mathématicienne, Collège de France, chaire Informatique et sciences numériques
  • Algorithmes pour comprendre ou pour normer le monde ? Outils ou formatages de la science et de l’action ? 
    Giuseppe Longo; mathématicien, CNRS-Ens, Paris, et Tufts University, Boston
  • Quels algorithmes pour la physique des particules ? 
    Pierre Billoir, physicien, Laboratoire de Physique Nucléaire et de Hautes Énergies, Université Paris Diderot / Sorbonne Université)
  • Quels algorithmes pour la Relativité Générale ?
    Philippe Grandclément, astrophysicien CNRS, Laboratoire Univers et Théories (LUTH), Observatoire de Paris
  • Décoder l’activité cérébrale: promesses, avancées et écueils 
    Maureen Clerc, INRIA Sophia Antipolis-Méditerranée 
  • Les algorithmes et la bêtise artificielle
    Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation
  • Table ronde : Intelligence artificielle & Intelligence collective
  • Ouverture musicale 
  • Quels algorithmes pour écrire une chanson ? 
    François Pachet, directeur de Spotify Creator Technology Research Lab
  • Apprendre à parler aux algorithmes 
    Claire Nédellec, directrice de recherche en informatique, Institut national de la recherche agronomique (INRA), Unité de recherche « Mathématiques et Informatique Appliquées du Génome à l’Environnement » (MaIAGE ) 
  • La gouvernementalité des algorithmes
    Antoinette Rouvroy, juriste, Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS) de l’Université de Namur
  • Une axiomatisation de l’activité inventive est-elle envisageable ? 
    Denis Cavallucci, professeur en Ingénierie de l’Innovation à l’INSA de Strasbourg – Responsable de l’équipe CSIP à ICube (UMR CNRS 7357)
  • Clôture musicale : François Pachet

Journée d’étude organisée avec la Société française de physique.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors de la musique classique. Partitions manuscrites XVIIe-XXIe siècle

Couverture de Trésors de la musique classique

Un accès inédit aux manuscrits de 34 chefs-d’œuvre

Charpentier, Rameau, Bach, Vivaldi, Haydn, Mozart, Beethoven, Berlioz, Chopin, Liszt, Schubert, Schumann, Rossini, Gounod, Verdi, Wagner, Bizet, Offenbach, Massenet, Saint-Saëns, Franck, Fauré, Debussy, Dukas, Stravinsky, Boulanger, Ravel, Satie, Poulenc, Jolivet, Strauss, Messiaen, Dutilleux, Boulez.

Parcourant l’histoire de la création musicale, ce recueil de manuscrits lève le voile sur la fabrique de 34 chefs-d’œuvre de la musique classique, précieusement conservés dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Leur reproduction en fac-similé offre un accès inédit au processus de création des plus grands compositeurs de l’Europe baroque jusqu’aux audaces des XXe et XXIe siècles en passant par l’âge classique, la période romantique et les grandes heures de l’opéra. Chaque partition autographe est accompagnée du double éclairage d’un spécialiste, commentant la trajectoire du compositeur ainsi que la singularité du manuscrit. Une occasion unique d’entrer en contact avec les originaux d’œuvres inestimables, composées de mains de maîtres.

Auteurs

  • Mathias Auclair est directeur du département de la Musique à la Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur avec Élizabeth Giuliani de Rameau et la scène (BnF, 2014) et avec Pierre Provoyeur du livre Le Plafond de Chagall à l’Opéra Garnier (Gourcuff Gradenigo, 2014).
  • Avec les contributions de Rosalba Agresta, Benoît Cailmail, Damien Colas, Boris Courrège, Pénélope Driant, Valère Étienne, Romain Feist, Séverine Forlani, François-Pierre Goy, Bérenger Hainaut, Paul Prévost, Agnès Simon-Reecht, Marie-Gabrielle Soret, Catherine Vallet-Collot, Jean-Michel Vinciguerra.

Informations pratiques

  • Description : Relié, 272 pages, 100 pages de reproductions de partitions manuscrites et 90 illustrations, 24 × 32 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-84597-700-6 / 9782845977006 ; 978-2-7177-2792-0 / 9782717727920
  • Éditeur :  BnF Éditions / Éditions Textuel
  • Prix : 55 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Gioacchino Rossini, Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild, le 10 septembre 1843, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, INV. MS-1338 © Bibliothèque nationale de France.

Les Rothschild ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du patrimoine culturel européen des XIXe et XXe siècles tant dans le domaine des collections que du mécénat. De 1873 jusqu’à nos jours, plus de cent trente mille œuvres d’art ont été offertes à plus de deux cents institutions françaises par quatre générations des branches française, anglaise, allemande ou italienne de cette famille cosmopolite. Depuis 2015, dans le cadre de son programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises », l’INHA – en collaboration avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France, le Service des musées de France, la Villa Ephrussi de Rothschild et la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (FNAGP) – poursuit un projet d’étude et de valorisation de l’ensemble de ces donations. Ainsi, près de cent quinze mille notices de ces dons sont désormais accessibles dans des bases de données en ligne à partir du portail de l’INHA consacré à ce programme.

Continuer la lecture de Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Droit(s) et apparence vestimentaire – du singulier au pluriel

La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…).

Comme chaque année, la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA, organisent un travail de réflexion susceptible d’apporter aux juristes le bénéfice d’une approche pluridisciplinaire et professionnelle sur une problématique contemporaine (et souvent même, intemporelle). Les collections exceptionnelles de la BnF permettent, non seulement de richement illustrer les démonstrations présentées, mais, aussi et surtout, d’apporter des compléments historiques et iconographiques indispensables à la compréhension de tout phénomène propre à l’humanité.

La vêture peut être futilité ou simple utilité, comme au contraire, lourdement signifiante : vêtements religieux, parures des chefs… La mode se situe probablement quelque part entre ces deux extrêmes et mérite également l’intérêt. Comme l’écrivait Georg Simmel : « La mode est l’imitation d’un modèle donné, et ce faisant elle répond au besoin qu’a l’individu d’être soutenu par la société ». Mais, par ailleurs, c’est elle, également, qui, a contrario, permet à l’individu qui le souhaite de se démarquer.
C’est donc de l’apparence de l’être humain dont il sera ici question, mais de l’être humain vêtu. La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…). Le vêtement peut être, également, l’expression de deux comportements contraires : la volonté de se singulariser (parures des chefs, habillements des « incroyables » ou des « zazous » de chaque époque…) ou celle de se fondre dans un moule commun (effets de mode, expression collective d’un groupe…). L’apparence vestimentaire, au croisement de ces différentes appréhensions, nous place à l’intersection de l’individuel et du collectif, tiraillés et en recherche d’un équilibre, un peu comme en Droit, où, sans cesse, l’on doit composer entre liberté du citoyen et obligations sociales.
Dès lors, l’apparence vestimentaire mérite d’être appréhendée tant dans ses aspects juridiques, culturels et artistiques que dans ses implications sociétales et patrimoniales.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BnF
    Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité
  • 9h45 Introduction : « Utilités, identités, usages »
    Didier Guével
    , Professeur, Doyen honoraire de la Faculté Droit Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité, illustré par Hélène Raymond, Coordinatrice scientifique de la numérisation, Département Droit, économie, politique, BnF
  • 9h55 Témoignage d’un couturier : Gustavo Lins

Enjeux patrimoniaux et artistiques
Présidence : Mustapha Mekki, Professeur à l’Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

  • 10h15 Enjeux de patrimoine
    La collection Gaignières ou la construction d’une histoire du costume
    Anne Ritz-Guilbert, Historienne de l’art HDR, Equipe de recherche de l’Ecole du Louvre
    La mode dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF
    Corinne Le Bitouzé, adjointe à la Directrice du Département des estampes et de la photographie, BnF
    Les enjeux liés aux collections de mode – l’exemple de Madeleine Vionet
    Lydia Kamitsis, Historienne de la mode, Conservatrice
  • Débats
  • 11h30 Enjeux de création
    Mode et propriété industrielle
    Géraldine Goffaux Callebaut, Professeur à l’Université d’Orléans
    Protection du défilé par la propriété littéraire et artistique
    Nathalie Blanc, Professeur à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
    La mode dans la jurisprudence américaine
    Jean-Christophe Roda, Professeur à l’Université Lyon 3

Débats

  • 13h Enjeux de société et de pouvoir
    Présidence : Catherine Aurérin, Directrice du département Droit, économie, politique, BnF
  • 14h15 Témoignage d’un photographe : Charles Fréger
  • 14h35 Enjeux de société
    Dits et non-dits de l’apparence vestimentaire
    Xavier Chaumette, Historien de la mode
    Droit du travail et tenue vestimentaire
    Laurent Gamet, Professeur à l’Université Paris Est Créteil
    Droit pénal et tenue vestimentaire
    Stéphane Detraz, Maître de conférences à l’Université Paris Sud
    Droit fiscal et tenue vestimentaire
    Anne Fauchon, Maître de conférences HDR à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, Doyen de la faculté Droit Sciences politiques et sociales

Débats

  • 16h20 Enjeux de pouvoir
    Costumes du monde du droit
    Emmanuel Pierrat, Avocat et écrivain, Conservateur du Musée du Barreau et Secrétaire général du Musée Yves Saint Laurent Paris
    Quand le cinéma habille le juge et déshabille la Justice
    Nathalie Goedert, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Sud

Débats

  • 17h15 Propos conclusifs
    Anne-Emmanuelle Kahn, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2

Organisé avec l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA.

Informations pratiques

Image de une : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816205t/f34.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le CCFr, qu’est-ce que c’est ?

Étudiants et chercheurs connaissent le Sudoc (système universitaire de documentation), soit le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur. Mais saviez-vous qu’il existe un métacatalogue encore plus important dans sa couverture et le nombre de documents signalés ?

Alimenté par la Bibliothèque nationale de France et ses partenaires, le Catalogue collectif de France (CCFr) offre un accès unique au patrimoine des bibliothèques françaises.

Le CCFr permet de localiser plus de 30 millions de documents conservés dans les bibliothèques françaises et donne accès au Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires.

2 minutes pour tout savoir sur le CCFr


Le Catalogue Collectif de France – Qu’est-ce que c’est ?

Un accès unique et simultané aux grands catalogues français

Actuellement, le CCFr donne accès aux catalogues suivants :

  • BnF-CG : le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France,
  • Sudoc (système universitaire de documentation) : le catalogue des bibliothèques de l’enseignement supérieur,
  • Base patrimoine : un catalogue de plus de 6,8 millions de documents (fonds anciens, locaux ou spécialisés) conservés dans 202 bibliothèques françaises,
  • Bases Manuscrits et Archives : un catalogue de quatre bases dédiées aux manuscrits : le Catalogue général des manuscrits (CGM), BnF Archives et manuscrits, le Répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (Palme), et Calames (manuscrits conservés dans les établissements relevant de l’Enseignement supérieur),
  • Plusieurs catalogues intégraux de bibliotheques municipales : Dijon, Limoges, Rennes, Bordeaux, Montpellier, les villes-centres de la région Rhône-Alpes à travers le catalogue Lectura (Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Lyon, Roanne, Saint-étienne, Valence) et les onze bibliothèques patrimoniales de la Ville de Paris,
  • RACHEL : le catalogue collectif du Réseau européen des bibliothèques judaica et hebraica, sept bibliothèques spécialisées dans le domaine de la culture juive,
  • Réseau Valdo : catalogue du réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes ou associées.

Le Répertoire du CCFr

Le Répertoire recense plus de 5 000 bibliothèques et centres de documentation. Il fournit à la fois des informations pratiques et des renseignements sur les collections des établissements.
Le Répertoire permet en outre d’accéder à la description de plus de 3 500 fonds conservés dans plus de 500 bibliothèques tels que les fonds Montesquieu à la Bibliothèque municipale de Bordeaux ou le fonds gourmand à Dijon.

Historique

Créé à la fin des années 1990 dans le cadre d’un projet commun aux ministères en charge de la Culture et de l’Éducation nationale, le CCFr est géré par la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec le Service du Livre et de la Lecture du Ministère de la Culture, et l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Cet ouvrage des éditions de la BnF invite à découvrir une histoire haute en couleur qui s’écrit sur les murs des intérieurs bourgeois à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où le papier peint s’impose comme un objet de décoration à la mode, grâce à la grande variété de ses motifs.

Couverture de Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Argument

L’ introduction revient sur les raisons de ce succès, lié à la naissance de la société de consommation et à l’évolution des conditions d’habitat : facile d’utilisation, porté par un milieu manufacturier en pleine expansion qui n’hésite pas à recourir à la publicité, le papier peint a su capter les envies de confort et de nouveauté de la société d’alors et séduire tant par son univers visuel et coloré que par l’imagination des dessinateurs et l’habileté des imprimeurs. Aujourd’hui encore, il continue d’inspirer les créateurs et décorateurs contemporains.L’ouvrage se présente sous la forme d’un répertoire de motifs dans le but de révéler pleinement cette créativité qui joue sur différents registres : les papiers en arabesque ; les motifs architecturaux ; le monde végétal ; les animaux et les fruits ; l’imitation des matériaux ; les motifs géométriques ; le modèle antique ; les scènes de genre ; l’imitation du textile. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans un univers de formes et d’associations de couleurs parfois surprenantes, voire tout à fait inattendues.Tous les échantillons présentés proviennent de la collection de la Bibliothèque nationale de France, constituée entre 1798 et 1805, à la faveur de la législation révolutionnaire qui invitait les manufacturiers à y déposer leurs créations pour se protéger de la contrefaçon.Des focus viennent éclairer de manière plus précise certains aspects comme la fabrication des papiers peints, le monde de la boutique, la question épineuse de la propriété intellectuelle, ou encore le contexte révolutionnaire.

Auteurs

  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christine Velut est docteur en histoire moderne de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Daniel Roche, sur « La production, la commercialisation et les usages des papiers peints à Paris de 1750 à 1820 » (publiée par Monum, Éd. du patrimoine, en 2006). Dans le cadre de la préparation de sa thèse, elle a réalisé le catalogage de la collection de papiers peints du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vincent Darré est décorateur-designer. Après avoir travaillé dans le secteur de la mode, il se consacre à l’univers de la maison, entre inspirations baroques et obsessions dadaïstes.

Informations pratiques

  • Description : 220 pages, 150 illustrations, 23 x 33 cm, broché
  • Date de parution : 31 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-7177-2776-0 / 9782717727760
  • Éditeur :  BnF Éditions
  • Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire Transfopress Europe : Profils et parcours des journalistes de la presse allophone


Galignani’s messenger, N° 172

Programme

  • 14h30 – 14h50 : François Robinet : « Introduction ».
  • 14h50 – 15h10 : Diana Cooper-Richet (CHCSC-UVSQ) : « Des journalistes au Galignani’s Messenger (1814-1895) ? ».
  • 15h10 – 15h30 : Isabelle Felici (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « La presse anarchiste en italien dans le monde, du militant au journaliste ».
  • 15h30 – 15h50 : Gideon Kouts (Université Paris VIII) : « Les premiers journalistes de la presse hébraïque : l’invention d’un métier ».
  • 15h50 – 16h30 : Discussion et pause
  • 16h30 – 16h50 : Isabelle Richet (Université Paris-Diderot) : « Helen Zimmern et la Florence Gazette : la carrière d’une journaliste cosmopolite (1880-1915) ».
  • 16h50 – 17h10 : Pascal Riviale (Archives nationales) : « Théodore Ber, journaliste et éditeur de journaux en français au Pérou (deuxième
  • moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h10 – 17h30 : Pauline Ambrogi-Réquillat (Université Paris-Diderot) : « Alfred Ebelot de la Revue des deux mondes au Courrier de la Plata (deuxième moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h30 – 17h45 : Discussion
  • 17h45 – 18h : Michel Rapoport (CHCSC-UVSQ) : conclusions.

Informations pratiques

Séminaire animée par Francois Robinet

Quand ? Lundi 19 novembre 2018, 14h30-18h

Où ?  Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : B.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre : D’hier à demain, bibliothèques & publics empêchés : quels accès au livre et à la lecture pour les publics en situation de handicap ou hospitalisés ?

Argument

Que faut-il entendre par « publics empêchés », cette expression souvent reprise aujourd’hui lors de journées d’étude professionnelles comme dans les circulaires officielles, et dont les contours peuvent parfois paraître flous ?
Si la nature de cet « empêchement » a pu varier selon le contexte historique et politique dans lequel on l’emploie, celui-ci renvoie toujours à un accès difficile et le plus souvent impossible aux bibliothèques et à la lecture, principal vecteur de l’accès à la culture et au savoir. À l’Époque moderne, l’empêchement a pu être social en raison du faible taux d’alphabétisation de la population et de l’offre très réduite en matière de bibliothèques. En temps de guerre, l’empêchement d’accéder aux livres est souvent politique, ou bien les conditions matérielles (bombardements, incendies…) ne permettent pas aux lecteurs de gagner les bibliothèques. Aujourd’hui, on définit l’empêchement à partir de caractéristiques individuelles, comme une impossibilité physique de se déplacer en bibliothèque (personnes hospitalisées, placées sous main de justice…) ou d’accéder à la lecture de caractères imprimés du fait d’un handicap, physique ou cognitif.
C’est l’empêchement lié à un handicap ou à une maladie qui sera au centre de l’après-midi d’étude qu’organise la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec l’École nationale des chartes et l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Il s’agira d’étudier, dans une approche historique et contemporaine inédite, la relation établie au fil du temps entre bibliothèques et publics empêchés de lire. Des représentants de nombreuses institutions, associations et bien sûr bibliothèques interviendront aux côtés de chercheurs, juristes ou historiens de la culture, au cours d’une après-midi qui s’annonce riche d’échanges et permettra de faire dialoguer passé et présent autour de cette question.

Le Louis Braille : bulletin de l’Association Valentin Haüy

Programme

  • 14h Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 14h10 Introduction
    Yves Alix, directeur de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques
  • 14h30 L’évolution de l’histoire du droit en faveur des publics empêchés de lire
    Noë Wagener, maître de conférences en droit public à l’université Paris-Est Créteil

Bibliothèques et publics empêchés de lire du fait d’un handicap :
de l’accueil sur place au développement d’une offre de services

  • 14h50 Les dispositifs d’accessibilité à la BnF
    Carole Roux-Derozier, chargée de mission pour l’accueil des publics en situation de handicap à la BnF, et Chloé Cottour, responsable de l’édition adaptée aux personnes handicapées à la BnF
  • 15h20 L’INJA et la naissance du livre par Louis Braille
    Roxane Jeseck, responsable des relations extérieures de l’Institut National des Jeunes Aveugles, et Agathe Liénard, documentaliste au CDI de l’Institut National des Jeunes Aveugles
  • 16h00 Les activités de la médiathèque Valentin Haüy
    Laurette Uzan, responsable de la Médiathèque de l’Association Valentin Haüy
  • 16h20 – 16h40 : pause
  • 16h40 Le pôle sourd de la médiathèque de la Canopée la Fontaine
    Anne-Laurence Gautier, directrice-adjointe et chargée de l’action culturelle de la médiathèque la Canopée la Fontaine (Ville de Paris)
  • 17h Edition Adaptée, outils d’animation, ateliers participatifs : Signes de sens, 15 ans d’actions en faveur de l’accès à l’Information et à la Culture pour tous
    Sébastien Sellier, responsable communication et partenariats de « Signes de sens »

Quel accès au livre et à la lecture pour les publics hospitalisés ?

  • 17h20 Introduction : État des lieux et enjeux
    Thierry Claerr, chef du bureau de la lecture publique, département des bibliothèques, au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture
  • 17h40 Le réseau des médiathèques des patients et des personnels de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris
    Claudie Guérin, coordinatrice des médiathèques et centres de documentation de l’AP-HP
  • 18h Une bibliothèque destinée aux blessés pendant la Première Guerre mondiale
    Jérôme Van Wijland, directeur de la bibliothèque de l’académie de médecine

En partenariat avec l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques et l’École nationale des chartes

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour « Alcools » de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les Premiers voyageurs photographes, 1850-1914

Les Éditions de la BnF publient Les premiers voyageurs photographes : 1850 – 1914, coédité par la BnF, la Société de géographie et les éditions Glénat. Réalisé sous la direction d’Olivier Loiseaux, département des Cartes et plans, cet ouvrage présente des clichés pris sur le vif par des explorateurs photographes entre 1850 et 1914 et constitue une invitation au voyage, de l’Orient à l’Occident, en même temps qu’une histoire des débuts de la photographie.

Officiers, reporters ou savants, en mission ou en quête d’aventures personnelles, les premiers voyageurs photographes ont su, dès les années 1850, faire preuve d’une grande maîtrise technique dans des conditions souvent extrêmes. Véritable invitation au voyage, cet ouvrage nous entraîne sur les pas de ces infatigables explorateurs, à la découverte de civilisations et de contrées alors inconnues. Leurs clichés, rassemblés au sein des collections de la Société de géographie, ici mises en lumière, témoignent du talent de ces pionniers, nous offrant ainsi, en un tour du monde, une histoire de la photographie.

Informations pratiques

  • Sous la direction d’Olivier Loiseaux. Textes d’Olivier Loiseaux et de Gilles Fumey
  • Description : Broché, 1 vol. (240 p.) : 250 ill., 21 × 28,5 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-344-02773-8 / 9782344027738, 978-2-7177-2799-9 / 9782717727999
  • Éditeur : BnF Éditions : Glénat
  • Prix : 35 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Voyages en Scandinavie, du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Dans le cadre du Festival international de géographie qui met à l’honneur cette année les pays d’Europe du Nord, l’exposition Voyages en Scandinavie, au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges, présente quelque 30 pièces d’exception – cartes, photographies et livres rares – , toutes issues des collections de la Bibliothèque nationale de France.

À l’époque où l’Europe découvrait le monde, ses régions nordiques étaient à peine plus connues que l’Amérique. Le Nord vint à trouver une identité géographique à travers le regard d’explorateurs, de voyageurs, de savants, d’aventuriers et de touristes qui en ont construit, au fil du temps, une représentation plus ou moins adéquate dans l’imaginaire collectif. L’exposition Voyages en Scandinavie se propose de saisir la profondeur historique de cette longue mise au point. Elle présente d’abord les premiers contours cartographiques donnés à cet espace et les récits de voyage qui commencent à s’intéresser aux peuples du Nord. D’une part, la Géographie de Ptolémée, traduite en latin au début du XVe siècle, est augmentée en 1427 d’une série de cartes modernes parmi lesquelles on trouve la première carte présentant l’Atlantique Nord comme une région à part. L’entreprise magistrale d’Olaus Magnus, auteur en 1539 de la première carte originale de la Scandinavie, naît ainsi d’une confrontation féconde à la référence ptoléméenne. D’autre part, au milieu du XVIe siècle,la domination espagnole et  portugaise sur le commerce maritime avec l’Orient via les routes de l’Atlantique Sud pousse les puissances émergentes, l’Angleterre et les Provinces-Unies, à rechercher une route alternative, le long des côtes scandinaves et sibériennes. Ces explorations s’accompagnent d’un effort cartographique sans précédent qui contribue à faire progresser la connaissance des régions septentrionales de l’Europe. 

L’histoire des voyages en Europe du Nord nous mène d’un espace hostile, froid, en proie à des forces redoutables à un territoire qui est progressivement découvert et étudié à l’époque des Lumières. Après avoir servi à rappeler à l’humanité les premiers stades de sa route vers la civilisation, les peuples du Nord deviennent un objet d’étude doté d’un intérêt propre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir ainsi accumulé est mûr pour produire de grandes synthèses académiques en histoire et géographie. Parallèlement, l’essor de la presse illustrée contribue à la diffusion de ces connaissances et à la vulgarisation des récits de voyages et d’explorations. L’Illustration et surtout Le Tour du monde, première revue illustrée exclusivement consacrée aux récits de voyages, qui paraît de 1860 à 1914 aux éditions Hachette, se font largement l’écho des voyages dans les pays nordiques et dans les terres arctiques, nourrissant l’imaginaire aventureux de ces régions. Au tournant du siècle, la poursuite des explorations a fini par combler les blancs sur la carte et seuls les pôles bénéficient encore de l’aura mystérieuse des espaces inconnus. La conquête polaire et la croisière arctique sont désormais les deux figures du voyage au Nord que déploient l’aventurier et son repoussoir, le touriste.

Commissariat

  • Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Cristina Ion, directrice adjointe au département des Cartes et plans, BnF
  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire,sciences de l’homme, BnF
  • Bertrand Tassou, chargé des collections de géographie au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Coordination scientifique : Gennaro Toscano, conseiller scientifique et culturel, BnF

Dans les collections

Chaque année, dans plusieurs établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques. L’exposition présentée à Saint-Dié-des-Vosges permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica.

Pour aller plus loin

  • Le voyage en Scandinavie : anthologie de voyageurs, 1627-1914 / éd. établie par Vincent Fournier, Paris : R. Laffont, 2001, 1 vol. (XXXVIII-792 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm. (Bouquins).
  • The Northeast Passage: From the Vikings to Nordenskiold, 
    / [editor, Nils-Erik Raurala], Helsinki : Helsinki University Library : John Nurminen Foundation, 1992, 1 vol. (287 p.) : ill., cartes ; 35 cm.

Informations pratiques

  • Voyages en Scandinavie du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Musée Pierre-Noël, 11 rue saint Charles, 88100 Saint-Dié-des-Vosges

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

CartoMundi – Valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

http://www.cartomundi.fr/site/

Description

Pour aider les voyageurs, qu’ils soient  randonneurs ou automobilistes, les producteurs et diffuseurs de cartes et plans imprimés proposent des tableaux d’assemblage qui permettent de repérer la portion qui les intéresse d’un territoire cartographié à des échelles non reproductibles sur une seule feuille.

Exemples de tableaux d’assemblage de cartes Michelin

A l’autre bout de la chaîne éditoriale, les bibliothécaires emploient aussi des tableaux d’assemblage pour gérer et communiquer les fonds de leurs cartothèques, notamment pour identifier les cartes qu’ils possèdent.

Or, le site CartoMundi entend offrir des tableaux d’assemblages interactifs permettant de naviguer au sein du catalogue collectif des cartes et plans qu’il recense et de leurs reproductions. D’une certaine façon il a informatisé le travail auparavant effectué par les cartothécaires sur des fiches ou des tableaux imprimés. Ainsi, à partir d’un tableau d’assemblage virtuel, le public du site peut aisément identifier les cartes recensées par le site voire consulter leur version numérique quand les bibliothèques partenaires, dont la Bibliothèque nationale de France, ont procédé à leur numérisation.

Un accès cartographique géoréférencé permet aisément d’accéder au tableau d’assemblage d’un pays, d’une région, d’une ville pour ensuite visualiser le plus petit niveau de granularité produit par un éditeur de carte et possédé par une bibliothèque : à partir d’un planisphère interactif, un cadre permet de sélectionner la zone géographique recherchée.

Auteur(s)

  • Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH, laboratoire Telemme, Aix-en-Provence

  • Le programme est porté par un consortium coordonné par l’Université de Provence, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le laboratoire Telemme, avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut géographique national

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

« Mercure tenant le caducée » (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury » présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts