Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Colloque « Droit(s) et Gastronomie », 17/11/2017

Comment définir la gastronomie ? Peut-être l’art de jouir, de manière raffinée, de la fonction qui consiste à s’alimenter ; l’hédonisme de la bonne chère, en quelque sorte. De Brillat-Savarin à Instagram, la passion des Français pour la gastronomie ne s’est jamais tarie même si les goûts ont changé.

Confrontée au droit, la gastronomie se présente d’abord comme un élément du patrimoine, voire un art, avant d’être un enjeu économique et sociétal. En tant qu’art (même mineur), en tant qu’élément du patrimoine culturel, la gastronomie mérite-t-elle une protection juridique ? Si tel est le cas, comment peut s’opérer cette protection ? Les sites de partage en ligne tels que Tripadvisor emportent-ils de nouveaux besoins de protection pour les chefs ? Partie prenante des échanges humains et des repas d’affaires, dans quelle mesure est-elle prise en compte par les droits de la distribution, de la consommation, du travail ou de la santé, et par les accords internationaux encadrant la liberté du commerce ?

Pour répondre à ces interrogations, le colloque entend confronter différents points de vue et jeter des ponts entre des disciplines qui ont rarement l’occasion de se rencontrer. C’est donc dans le cadre d’un dialogue pluridisciplinaire constructif que sera proposée cette approche juridique de la gastronomie par les chercheurs associés. Des professionnels de la gastronomie participeront également à cette réflexion.

Programme

9h00 : Accueil

9h30 : Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BNF
Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

9h45 : Introduction
Didier Guével, Professeur de droit privé, Doyen honoraire, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

9h55 : Témoignage d’un chef
Adeline Grattard, Yam’tcha

1 – La gastronomie, patrimoine culturel et artistique

Présidence de session : Bernard Haftel, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection et valorisation du patrimoine

10h15 : Le repas à la française, patrimoine mondial
Isabelle Chave, Conservateur en chef du patrimoine, Direction des patrimoines, Ministère de la culture

AOC, AOP et terroirs
Philippe Tanchoux, Maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans

Le corpus numérique « Gastronomie » de la BNF
Dominique Wibault, Chargée de collections en gastronomie, BNF
Coline Arnaud, chercheur associée à la BNF

Débats

11h30 : Pause

Du patrimoine à l’art

11h45 : Le 17ème siècle, naissance de la grande cuisine française
Frédéric Manfrin, Chef du Service Histoire, BNF

« L’artification » de la gastronomie
Roberta Shapiro, Chargée de recherches en sociologie, Ministère de la culture

La protection des recettes par le droit de la propriété intellectuelle
Nathalie Blanc, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Débats

13h00 : Déjeuner libre

2 – La gastronomie, enjeu économique et sociétal

Présidence de session : Catherine Aurérin, Directrice du Département Droit Economie Politique, BNF

Enjeux de santé et de consommation

14h15 : Les enjeux de santé publique
Serge Hercberg, Professeur de médecine, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection du consommateur et droit pénal
Stéphane Detraz, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Le gastronome responsable
Géraldine Goffaux-Callebaut, Professeur de droit privé, Université d’Orléans

Débats

15h35 : Pause

Enjeux de souveraineté et perspectives

15h55 : Tafta, Ceta et autres accords internationaux
Dominique Plihon, Professeur d’économie, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Droit européen : harmonisation ou uniformisation de nos assiettes ?
Jean-Paul Branlard, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Et demain, que mangera-t-on ?
Nathalie Dion, Maître de conférences, Université d’Orléans
Raphaël Haumont, Maître de conférences, Université Paris Sud, Chaire universitaire « Cuisine du futur »

Débats

17h15 : Propos conclusifs
Marie Cornu, Directrice de recherches, CNRS

Direction scientifique

• Catherine Aurérin (Directrice du Département Droit, Economie et Politique, BnF)
• Géraldine Goffaux Callebaut (Professeur de droit privé, Université d’Orléans)
• Didier Guével (Professeur de droit privé, Doyen honoraire de la Faculté de Droit et Sciences politiques et sociales, Université Paris 13)
• Dominique Wibault (Chargée de collections en gastronomie, BnF)

Colloque organisé par la BnF, l’Institut de recherche pour un droit attractif (IRDA – université Paris 13), le Centre de recherche juridique Pothier (CRFJP – université d’Orléans).

Informations pratiques

Vendredi 17 novembre 2017 – 9h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac – Paris 13e, Petit auditorium

Entrée gratuite sur inscription obligatoire avant le 13 novembre via ce formulaire

Renseignements : irda@univ-paris13.fr
Manifestation validée au titre de la formation continue des avocats

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Quand l’archéologie construit ses archives », 9-10 novembre 2017

Dans le cadre du programme Commission de Topographie des Gaules (1858-1879) financé par le Labex Les Passés dans le présent, le Musée d’Archéologie nationale et les Archives nationales organisent un colloque les 9 et 10 novembre 2017.

Commission de Topographie des Gaules (1858-1879)
Tampon de la Commission de Topographie des Gaules ©Musée d’Archéologie nationale

Archives et archéologie entretiennent des rapports étroits, et pour ainsi dire séminaux. À partir du moment où la fouille du sol est devenue, le point d’ancrage de l’administration de la preuve archéologique, la question de l’enregistrement des informations et objet recueillis dans leur contexte a pris une dimension à la fois symbolique et stratégique.

En s’arc-boutant sur les modèles parfois contradictoires mais complémentaires, de l’architecture et de la géologie, les archéologues ont précocément adopté, en guise de comparaison opératoire, la phrase de Buffon, comparant les couches sédimentées aux « archives de la terre ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette métaphore savante se transforme progressivement en un véritable protocole de travail : l’enregistrement systématique des données contextuelles à une activité de fouille est assimilé à un dépouillement des « archives du sol » (Leroi-Gourhan). Du plan au carnet de notes, du relevé aux estampages, de la photo au prélèvement sédimentaire, la recherche archéologique a donc généré une constellation de supports documentaires connectés aux objets et collections, eux-mêmes assimilés à des documents.

L’archéologie moderne et contemporaine s’est donc construite en parallèle de l’accumulation d’une documentation dont la « mise en archives », c’est-à-dire la transmission pérenne et partagée par l’accessibilité des documents, est au coeur de la réflexion proposée au cours des deux journées des 9 et 10 novembre 2017, au musée d’Archéologie nationale et aux Archives nationales, dans le cadre du Labex « Les Passés dans le Présent » (ANR-11-LABX-026-01).

Cette rencontre scientifique se propose d’aborder cette genèse mutuelle de l’archéologie et de ses archives à travers deux approches :

  • La première journée sera consacrée à l’histoire des archives du musée d’Archéologie nationale, depuis sa préfiguration à travers la commission de Topographie des Gaules créée en 1858, dont la transmission des archives est aussi complexe que dispersée, mais aussi à travers les fonds privés associés aux collections acquises. Moulages, collections d’archéologie comparée et collections Piette viendront illustrer l’ampleur des « archives archéologiques » vantées par Gabriel de Mortillet.
  • La seconde journée s’intéressera plus particulièrement aux lieux de conservation des archives historiques et contemporaines de l’archéologie, du Muséum à l’Institut, du bureau des fouilles à l’INRAP, dû à la manière dont la fouille (programmée, préventive, en France comme à l’étranger) produit et transmet des fonds d’archives, mais encore la manière dont ces derniers peuvent être remobilisés par la recherche actuelle, dans le cadre de « reprises » d’opérations sur des sites majeurs (chantier INRAP – Laboratoire Traces du Mas d’Azil par exemple).

Programme

Jeudi 9 novembre 2017

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN)
Auditorium

9h15 – Accueil : Ces archives qui font le Musée d’Archéologie nationale
Hilaire Multon, directeur du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

9h30 – Introduction : Les archives du MAN, entre splendeur et misère
Corinne Jouys Barbelin, MAN

9h45 – La Commission de Topographie des Gaules : aux sources du musée gallo-romain
Elie Rafowicz, musée d’Évreux

10h15 – Les archives de l’épigraphie
Pauline Cuzel, AOROC / MAN

10h35 – Une histoire de bibliothèque
Grégoire Meylan, MAN

Pause

11h15 – 12h15 – Table ronde 1 : Quand archéologues et amateurs éclairés offrent au MAN leurs archives : petit panorama
Modération : Corinne Jouys Barbelin (MAN)

  • Le fonds de l’abbé Philippe, Mathilde Vauquelin, Master 2, École du Louvre
  • Le fonds Breuil, le fonds Suzanne Cassou de Saint-Mathurin, Yann Potin, Archives nationales
  • Le fonds Rayet, Anaïs Boucher, Sèvres – Cité de la céramique

12h15 -12h30 – Débat

Déjeuner – Visite libre des collections

14h15 -15h30 –Table ronde 2 : « Les archives archéologiques » (Gabriel de Mortillet)
Modération : Noël Coye (Pôle international de la Préhistoire)

  • Les moulages : des archives comme les autres ? Clotilde Proust, MAN
  • La salle d’archéologie comparée : un pan de la documentation ? Christine Lorre, MAN
  • La salle Piette : une oeuvre documentaire ? Catherine Schwab, MAN

Pause

16h00 – 17h – Un écrin pour le MAN

  • Les archives du Domaine : complexité et lacunes, Pauline Louvrier, archiviste, CNRS
  • Quand le musée d’Archéologie nationale assemble les archives de son château, Étienne Faisant, docteur en histoire de l’art

17h00 -17h15 – Débat

Introduction à la journée du 10 novembre 2017
Corinne Jouys Barbelin, MAN

19h – Lancement du site Internet : « Aux sources de l’archéologie : la Commission de Topographie des Gaules », collection Grands sites archéologiques (Thomas Sagory, MAN / MCC ; Fleuric Dupau-Delmas, chef de projet)

Vendredi 10 novembre 2017

Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine
Auditorium

9h15 – Accueil par Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, Archives nationales

9h30 – 10h – Conférence introductive
Alain Schnapp (université Paris 1)

Matin : Quelles archives de et pour l’archéologie ?

10h – 11h – L’archéologie dans les fonds des Archives nationales
Yann Potin, Pascal Riviale, Archives nationales

Pause

11h15 -12h45 – Table ronde 1 : Les grands gisements d’archives
Modération : Rosine Lheureux (Archives nationales)

  • Sous-direction de l’archéologie (M. Monnier/Ch. Périn) et Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (J.-Ch. Forgeret)
  • Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie, Nanterre (Elisabeth Bellon)
  • Institut de France (Françoise Bérard)
  • Bibliothèques du Muséum national d’histoire naturelle (Joëlle Garcia)

12h45 – 13h – Débat

Déjeuner

Après -midi : Quand les archives reconstruisent l’archéologie

14h30 – 15h – Contexte juridique de l’exercice de l’archéologie en France et conséquences sur les fonds documentaires
Vincent Négri (CNRS/ISP)

15h – 16h30 – Table ronde 2 : valorisations et revisites
Modération : Dany Barraud (MCC, Inspection général des patrimoines)

  • La reprise du Mas d’Azil (Marc Jarry, INRAP/Toulouse II)
  • Le projet de Moulin Quignon (Arnaud Hurel, MNHN)
  • Ethno-histoire et archéologie en Guadeloupe (André Delpuech, Musée de l’Homme)
  • La collection « Grands sites » (Thomas Sagory, MAN/MCC)
  • Lascaux et son chronogramme (Geneviève Pinçon, Centre national de la Préhistoire)

16h30 – 16h50 – Débat

Pause

17h – 17h30 – Conclusions et perspectives
Nathan Schlanger (École nationale des chartes)

Organisation

Corinne Jouys Barbelin (Musée d’Archéologie nationale)
Rosine Lheureux, Emmanuelle Giry, Yann Potin, Pascal Riviale (Archives nationales)

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée professionnelle « Métadonnées en bibliothèques : attention, travaux ! » le mardi 14 novembre 2017

Le mardi 14 novembre 2017, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES) organisent la 2e Journée professionnelle « Systèmes & Données » intitulée « Métadonnées en bibliothèques : attention, travaux ! »

Argument

Sans attendre la publication de l’intégralité des règles RDA-FR ou la mise à disposition de données entièrement FRBRisées, les bibliothèques peuvent dès aujourd’hui engager certains chantiers.

Les premiers éléments d’une « boîte à outils de la Transition bibliographique » seront présentés aux responsables de SIGB, aux fournisseurs de logiciels ou de notices et, plus largement, à tous les agents de bibliothèques, en vue de préparer la FRBRisation de leurs catalogues.

Organisée par le groupe « Systèmes & Données », cette journée souhaite apporter des réponses pragmatiques et concrètes aux interrogations sur la Transition bibliographique sous l’angle de l’informatique documentaire.

Dans cette perspective, elle proposera un point sur l’actualité de la modélisation et des formats ainsi qu’un éclairage sur quatre chantiers, en alternant séance plénière et sessions parallèles.

Programme

9h00 : Accueil des participants

9h30 – 12h00
Introduction, David AYMONIN, Abes

Présentation de la journée, Renaud AIOUTZ, Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme, pilote du groupe

Actualité de la Transition bibliographique : IFLA LRM et RDA-FR, Françoise LERESCHE, BnF

Un outil de catalogage en EAD à disposition du réseau CCFr, Prêle PARIS, BnF

FRBRiser son catalogue en s’alignant avec les données de la BnF : pourquoi ? Comment ? L’exemple des Médiathèques de Montpellier, Sylvain FRANCESCHI, Médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole et Étienne CAVALIÉ, BnF

13h30 – 17h30
Sessions parallèles, animées par les membres du groupe « Systèmes & Données » (2 x 1h, dans la limite des places disponibles par ordre d’arrivée des inscriptions).

Chaque participant est invité à choisir 2 sessions parmi les présentations suivantes :

1. Les datas sans aléas : connaître ses métadonnées pour FRBRiser son catalogue
En amont d’un chantier de FRBRisation, il est nécessaire de bien connaître ses données pour les faire évoluer efficacement notamment maîtriser et harmoniser les conditions de production, identifier des lots de notices afin de préparer des corrections efficaces et automatisées. Cette session s’attachera à présenter les enjeux d’une bonne connaissance des métadonnées et permettra d’échanger sur des exemples de méthodologie.

2. Sérendipité et usages : interfaces et outils de recherche dans le cadre de la FRBRisation
Dans quelle mesure les interfaces de recherche, jusqu’alors dévolues essentiellement à un simple catalogue de ressources, sont-elles amenées à évoluer ? L’émergence du web sémantique dans le cadre des modèles FRBR et IFLA LRM apporte avec lui des possibilités étendues et rationnelles en matière d’interface et d’enrichissement des données. Le catalogue peut alors devenir un véritable outil de découverte.

3. Qu’attendre des agences pour la FRBRisation des catalogues ? Chantiers de FRBRisation par traitements algorithmiques de l’Abes et de la BnF
Les agences bibliographiques mènent parallèlement des travaux de FRBRisation. Cet atelier présentera les chantiers en cours avec les outils utilisés de part et d’autre, leurs calendriers, leurs méthodologies, ainsi que le travail permanent de collaboration et de rapprochement entre les deux bases. Il précisera aussi la manière dont les établissements des deux réseaux pourront en bénéficier.

4. Loin des livres, loin du cœur ? Comment FRBRiser la musique et les films
Les modélisations FRBR et IFLA LRM ne concernent pas que les livres. Bien au contraire, les autres supports ont beaucoup à y gagner ! CD, DVD, musique ou films en ligne : comment la FRBRisation peut-elle améliorer leurs données et leur visibilité ? Où et comment récupérer des données avec fiabilité et complémentarité ? Sur quels champs clés s’appuyer ?… Cette session évoquera les pistes de développement applicables dès aujourd’hui.

Actualité du format UNIMARC et du CfU, Philippe LE PAPE, Abes, pilote du CfU

Le projet INTERMARC Nouvelle Génération, Sébastien PEYRARD, BnF

Le projet de Fichier National d’Entités et conclusion de la journée, Frédérique JOANNIC-SETA, BnF

Modalités pratiques

Inscription gratuite sur Eventbrite.

Le lendemain de cette journée professionnelle, le 15 novembre 2017, aura lieu la 8e journée nationale RAMEAU à la BnF.

Lieu : de 9h à 17h30, BnF, site François-Mitterrand, Grand auditorium

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF, édition 2017

Dans le cadre de la Semaine de l’innovation publique, la BnF organise son 2e Hackathon les 25 et 26 novembre 2017. Durant 24 heures non-stop, les participants investissent le site François-Mitterrand pour développer des projets autour du thème de la musique à partir de Gallica, de data.bnf.fr, du catalogue général et des autres bases de données de la BnF. Plusieurs partenaires musicaux s’associent à cet événement, notamment Deezer et la SACEM.

La participation au Hackathon est gratuite sur inscription. Les participants passent vingt-quatre heures à la BnF, où sont mis à leur disposition espace de repos, restauration… À trois reprises durant ces vingt-quatre heures, les équipes présentent leur projet devant un jury pour un temps d’échange. À l’issue des restitutions sera remis le prix du Hackathon BnF, récompense qui marque l’engagement de la Bibliothèque à développer le projet lauréat pour en faire un service permanent offert aux usagers.

Participants : inscription en ligne obligatoire et gratuite

Le numérique et moi

Si vous voulez découvrir comment le numérique et ses fameuses données s’insèrent dans de nombreux domaines d’étude, de création, de recherche ou dans la vie de tous les jours, une programmation culturelle ouverte à tous est proposée. Participez aux activités proposées par la BnF tout au long du week-end : installation immersive, BnF’s afterwork, conférences, ateliers pour apprendre, étudier, chercher ou se divertir en manipulant le patrimoine numérique et les données, scène ouverte aux artistes du web, performances musicales, masterclass…

Samedi 25 novembre 2017 14h00-00h00  

  • 14h – Inauguration du Hackathon
  • 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL) et Serge Abiteboul (INRIA, ENS)
  • 16h – MasterClass Gallica
  • 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
  • 20h – 0h – BnF’s Afterwork : les données de la BnF remixées par des artistes de musique électronique. La BnF vous invite à danser au son des collections, revisitées par un collectif de musiciens électro.

Ateliers (14h – 18h)

En continu, retrouvez « Ce que je voulais c’est être heureux » une œuvre sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage.

Dimanche 26 novembre 2017 15h-18h

  • 15h – 17h – Scène ouverte aux musiciens du web sous la houlette de PV NOVA
  • 16h – Présentation des projets du Hackaton BnF
  • 17h30 – Remise du prix Hackaton BnF

En continu, retrouvez l’installation sonore et visuelle par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage.

Informations pratiques

Samedi 25 novembre 2017
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall Ouest
14h00-00h00
Dimanche 26 novembre 2017
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall Ouest
15h00-18h00

Entrée libre

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

La Bibliothèque nationale de France organise, entre octobre 2017 et juin 2018, un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues. 

Mercredi 11 octobre 2017 : L’archéologie de la Grande Guerre

Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) Hauts-de-France
Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell ; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?
La tombe des Grimsby Chums, dans la ZAC Actiparc d’Arras (Pas-de-Calais) en cours de fouille en 2001. 20 corps de soldats ont été découverts dans cette fosse commune.
Cl. Gilles Prilaux. Inrap

Mercredi 22 novembre 2017 : Les fouilles de fortins du désert oriental en Égypte

Bérengère Redon, Chargée de recherche au CNRS, UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques), directrice de la MAFDO
Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la mission archéologique française du désert Oriental explore une région en marge de l’Égypte, située à l’interface entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Le but de la mission est d’étudier l’occupation humaine du désert Oriental, l’exploitation de ses ressources, le développement de ses infrastructures (routes, fortins, stations) aux époques ptolémaïque
(331-30 av. J.-C.) et romaine (30 av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.), en se concentrant d’une part sur l’exploitation des carrières et mines de la région, et d’autre part sur l’aménagement et la surveillance des grandes pistes caravanières qui traversaient le désert jusqu’aux ports de Bérénice et Myos Hormos. Une dizaine de forts, extrêmement bien préservés, ont été explorés. Ils ont livré un matériel exceptionnel, dont plusieurs milliers d’ostraca. Ces découvertes renseignent l’historien sur la vie quotidienne de la petite société des fortins, qui ont accueilli une population mêlée et complexe, composée de soldats et de civils, de femmes et d’hommes, et même d’enfants, d’origine très diverses.
Artist’s Sketch of Pharaoh Spearing a Lion

Mercredi 20 décembre 2017 : Archéologie de la bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) : entre sources antiques et réalités du terrain

Jean-Christophe Couvenhes, Maître de conférence d’Histoire grecque, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UMR 8210 AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques)
La bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) mit fin aux espoirs de redressement de l’État spartiate par son roi Cléomène III. Cette bataille est restée célèbre grâce à l’historien Polybe et à Plutarque. En position de force défensive, sur son territoire, Cléomène est néanmoins défait par les troupes du roi de Macédoine Antigone Dôsôn, près de la localité périèque de Sellasie, à quelques kilomètres au nord-est de Sparte ; il doit s’enfuir en Égypte. Entre 1828 et 1833, lors de la guerre d’indépendance grecque, l’expédition de Morée passe par Sellasie.
Emile Le Puillon de Boblaye (Paris-Strasbourg, 1835) y consacre une page, tentant d’articuler les textes au terrain. Tout au long des XIXe
et XXe siècles, des voyageurs puis des archéologues de toutes nationalités reviennent sur le champ de bataille et sur les textes : Leake, Ross, Jochmus, Kromayer, Sotiriadis, Delbrück, Pritchett, Morgan, etc. Aujourd’hui encore, Sellasie reste un point d’observation intéressant pour comprendre les enjeux méthodologiques de la reconstitution d’une bataille antique.
Bataille de [Séllasia] entre [Antigonos] et Cleomène

Mercredi 17 janvier 2018 : Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)
Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables.
L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Soldat gaulois

Mercredi 7 février 2018 : Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie

Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM)
Le débarquement de Normandie a été abondamment étudié par les historiens. Depuis deux décennies, l’archéologie sous-marine contribue également à sa connaissance. Aux premières études menées par des plongeurs de la région de Caen, se sont ajoutées des campagnes menées par des équipes professionnelles américaine, canadienne, britannique puis française.

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), a pour mission l’inventaire des vestiges d’intérêt archéologique ou historique situés dans les eaux sous juridiction française. Depuis 2015, il accompagne la Région Normandie dans un projet qui vise à faire inscrire les plages du Débarquement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Après une première phase de dépouillement des données déjà acquises sur les vestiges maritimes du Débarquement, le DRASSM a débuté en 2017 une campagne d’expertises in situ. La centaine de vestiges aujourd’hui connus montre l’importance de la composante maritime de l’Opération Neptune et la variété des moyens mis en œuvre à cette occasion.

Char U.S. Duplex Drive Sherman © ShigureKai, Imgur

Mercredi 21 mars 2018 : Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770)

Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de
recherches archéologiques préventives (Inrap)
Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la «Maison du Roi», soit entre 9000 et 30000 soldats, faisant
l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus
globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

Mercredi 11 avril 2018 : Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy

Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.
R. B. Kitaj (29 Oct 1932 – 21 Oct 2007), Drancy, Credit: Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’art et d’histoire du judaïsme) / Jean-Gilles Berizzi

Mercredi 23 mai 2018 : L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est : L’alimentation du combattant de la Grande Guerre à travers l’archéologie

Michaël Landolt, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Le développement de l’archéologie de la Première Guerre Mondiale en France depuis quelques années s’est récemment accompagné d’une définition de nouvelles problématiques d’études. Parmi celles-ci, l’étude archéologique des dépotoirs vient véritablement compléter la vision de la Grande Guerre. De nombreux éléments, issus du mobilier rejeté dans ces structures, sont à mettre en relation avec l’alimentation. L’évocation par les soldats des conditions alimentaires au front et au repos est trop souvent parcellaire et anecdotique. Ainsi, les objets et les restes alimentaires qui leurs sont liés méritent une attention particulière car ils contiennent une quantité d’informations encore sous exploitées par les historiens. Même si ces vestiges ont malheureusement souvent été délaissés, au profit des fouilleurs clandestins, les études scientifiques démontrent aujourd’hui le potentiel documentaire de ce mobilier. À partir de corpus principalement issus de Champagne-
Ardenne, Lorraine et Alsace, l’alimentation des soldats allemands et français pourra être abordée. L’accent sera donné sur les spécificités de chaque belligérant à partir de quelques exemples caractéristiques (boissons, condiments, conserves, viande…). Cette étude comparative pluridisciplinaire développera plusieurs problématiques depuis la fabrication des aliments jusqu’au rejet des restes alimentaires.
Gamelles et matériel de cuisine abandonnés par les Allemands à Etrepilly : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Archéogéomorphologie de la Grande Guerre : une approche du façonnement des paysages du premier conflit mondial dans le Nord-Est de la France (champ de bataille de Verdun)

Stéphanie Jacquemot, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Cent ans après, les traces des combats de la Grande Guerre demeurent toujours vivaces dans les paysages du Nord-Est de la France. C’est le cas notamment en forêt de Verdun, qui a fait l’objet en 2013 d’une prospection par LiDAR aéroporté, permettant de dévoiler, sous forme d’images 3-D à haute résolution, les vestiges de guerre masqués par le manteau forestier. Menée à partir du traitement d’images et de l’analyse de terrain, une étude archéogéomorphologique des formes de relief induites par les bombardements et les aménagements du front établit une typologie et une cartographie inédites de la diversité des vestiges et de la structure du champ de bataille.
Les résultats de ces travaux menés avec Rémi de Matos-Machado contribuent à affiner la connaissance du champ de bataille de Verdun.
Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015. Source : Rémi de Matos Machado, Jean-Paul Amat, Gilles Arnaud-Fassetta et François Bétard, « Potentialités de l’outil LiDAR pour cartographier les vestiges de la Grande Guerre en milieu intra-forestier (bois des Caures, forêt domaniale de Verdun, Meuse) », EchoGéo [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 13 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14791 ; DOI : 10.4000/echogeo.14791

Mercredi 13 juin 2018 : La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.) : l’historien face aux traces matérielles

François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius
L’Espagne est actuellement la région où l’archéologie militaire, en plein essor depuis plus d’une décennie, a livré les résultats les plus importants et les plus spectaculaires concernant l’époque de l’expansion romaine en Méditerranée à la fin de la République. On y compte désormais de nombreux sites identifiés comme des camps militaires ou même des champs de bataille.
Chronologiquement situés entre le début de la Deuxième guerre punique et les ultimes conquêtes réalisées sous Auguste, soit sur près de deux siècles, ils ont livré des restes d’infrastructures ou du matériel qui contribuent à alimenter des débats sur l’évolution des pratiques romaines de la guerre à cette période. À partir d’un bilan de ces découvertes récentes, la conférence proposera de réfléchir à l’usage de ces données matérielles par l’historien.
[Monnaie. Denarius, Auguste, Atelier auxiliaire (Espagne)]

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
  • Tassos Anastasiadis, directeur des études Grèce moderne et contemporaine, EFA

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand,  Salle 70

Entrée libre

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Census, 12 et 13 octobre 2017

La rencontre internationale « Census » réunit de nombreux experts européens, du monde universitaire et des bibliothèques, pour réfléchir aux pratiques actuelles de recensement des manuscrits au sein des bases de données de référence et au sein des catalogues en ligne de bibliothèques. Ce partage d’expériences est l’occasion de mettre en lumière les nouveaux enjeux de recherche et les améliorations proposées au sein des différents outils et catalogues.

Programme

Jeudi 12 octobre 2017

9h309h45 IntroductionFrançois Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)François Bougard
9h45-10h15 Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800) – M. Depauw, KU Leuven
10h15-10h45 Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs) – M. Cassin, IRHT
10h4511h Pause
11h-12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)
11h-11h30 Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies – M. Rosenau, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen
11h30-12h E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques – A. Binggeli, IRHT
12h-12h30 Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques – J. Olszowy-Schlanger, SAPRAT, EPHE, IRHT
12h3014h Déjeuner
14h16h Recenser les manuscrits par paysClaudia Fabian
14h-14h30 Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal – R. Giel, Berlin, Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung
14h30-15h Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland – Ch. Flüeler, Université de Fribourg
15h-15h30 manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche – Ch. Glassner, Österreichische Akademie der Wissenschaften
15h30-16h Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability – L. Fagin Davis, Medieval Academy of America
16h2018h Recenser les manuscrits par paysPierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)
16h20-16h50 Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso – M. Maniaci, Università degli studi di Cassino
16h50-17h20 Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale – L. NEGRINI, ICCU, Roma
17h20-18h Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne. – A. Postec, BnF – C. Poiret, CCFr – P. Latour, Calames

Vendredi 13 octobre 2017

9h30-9h45 Accueil et Introduction (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h45-10h15 Handschriftencensus (allemand) – N. Busch, Universität Siegen
10h15-10h45 Les deux visages de Jonas : répertoire ‘exhaustif’ des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche – M.-L. Savoye, IRHT
10h4511h Pause
11h12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Marie-Laure Savoye
11h-11h30 Philobiblon (péninsule ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais) – G. Avenoza, Universitat de Barcelona
11h30-12h Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour – S. Bertelli, Università degli Studi di Ferrara
12h-12h30 The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM) – A. Bouwman, Leiden, UL – B. Besamusca, Universiteit Utrecht
12h3014h Déjeuner
14h15h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Charlotte Denoël
14h-14h30 Biblissima – B. Giffard, IRHT, Biblissima – A.-M. Turcan, SAPRAT, EPHE, Biblissima
14h30-15h Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème – C. Fabian, BSB, München
15h-15h30 Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours. – M. Cassin, IRHT – C. Masset, IRHT
15h3016h Pause
16h17h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Anne-Marie Turcan
16h-16h30 Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées. – Ch. Denoêl, BnF – F. Siri, BnF
16h30-17h L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF – M. Bonicel, BnF
17h17h30 Conclusions

Informations pratiques

Jeudi 12 ocobre 2017
Institut de recherche et d’histoire des textes
Site Iéna, Salle Jeanne-Vielliard
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Vendredi 13 ocobre 2017
Bibliothèque nationale de France,
Petit auditorium du site François Mitterrand
avenue de France, 75706 Paris cedex 13

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : Alfred Binet, Expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

À l’occasion du don des Archives Alfred Binet de et par la Famille Binet, la Société Binet-Simon et la revue Recherches & Éducations organisent un organisé un colloque international sous la présidence des Pr. Guy Avanzini et Bernard Andrieu, avec le soutien de l’EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du corps) UFR STAPS Université Paris Descartes-USPC).

Alfred Binet

Argument

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie expérimentale en France, promoteur d’une œuvre au carrefour des sciences sociales et médicales qui fut un kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, Alfred Binet fut un personnage clé de l’histoire des sciences.
Ce colloque entend mettre l’accent sur ce fil directeur de sa carrière de psychologue que fut sa posture d’expérimentateur, que ce soit dans ses recherches psychologiques ou dans ses propositions pédagogiques, notamment en éducation physique des anormaux.
À partir de l’étude de ses travaux autant que de ses archives, la diversité des méthodes d’expérimentation promues par Alfred Binet sera envisagée, afin notamment de travailler la nature de sa posture épistémologique, la qualification de son expérimentalisme propre, dans une période où les psychologies anglaise, allemande et française se déploient autour de paradigmes et d’approches singulières. Il s’agit notamment d’essayer de montrer comment les différentes approches expérimentales utilisées dans ces différentes phases de son œuvre participent toutes de la création d’un expérimentalisme original.
Les enjeux pédagogiques et pratiques de ses travaux en éducation spécialisée et en éducation physique seront abordés en montrant que l’anormalité étudiée est moins physiologique que psychosociale et neurocognitive, comme en témoigne sa psychologie des cancres. Les moyens développés par Binet pour prendre en charge ces situations seront explorés, comme sa proposition de création d’une éducation physique adaptée aux débiles corporels ou ses démarches pédagogiques et la prise en charge des anormaux.

Programme

Première partie : La posture de Binet : les instruments de la psychologie

9h30 Mot d’accueil de la BnF : Laurence Le Bras
Ouverture des présidents de la Société Binet-Simon : Bernard Andrieu, Serge Nicolas, Jacqueline Descarpentries et Guy Avanzini

Les archives Alfred Binet et l’influence familiale et sur les familles
Modérateurs : Alexandre Klein (Université de Laval, Québec) et Alix Garnier (Université de Lille 3, Profeor-Cirel)

9h50 Les archives Binet et la photographie familiale
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

10h15 Educability, Disability and the Making of Family : the case of American Adoption (conférence en anglais)
Sandy Sufian (University of Illinois-Chicago, États-Unis)

10h40 Echanges avec la salle

Archives et instruments d’Alfred Binet
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Guy Avanzini (Société Binet-Simon)

11h15 Les instruments d’Alfred Binet
Serge Nicolas (Université de Paris Descartes)

11h40 « Trouver la vraie formule de l’expérience », Comment les archives d’Alfred Binet nous éclairent sur la nature de son expérimentalisme
Alexandre Klein (Université de Laval, Québec)

12h05 Echanges avec la salle

L’expérimentalisme : psychologie et pédagogie
Modérateurs : Xavier Riondet (Université de Lorraine, LISEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h « L’étude de l’intelligence des écoliers » : l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault
Sylvain Wagnon (Université de Montpellier, LIRDEF)

14h20 La réception espagnole de la mesure de l’intelligence chez Binet
Diego Delgado Pastor (Université de Cádiz, Espagne)

14h40 Echanges avec la salle

Instruments et normes chez Alfred Binet
Modérateurs : Henri-Louis Go (Université de Lorraine, LISEC) et Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h30 La psychologie de la prestidigitation : approche pionnière de Binet fondée sur l’utilisation de la chronophotographie et de l’observation
Cyril Thomas et André Didierjean (Université de Franche-Comté)

15h50 Entre mesure et dramaturgie. L’usage du dynamomètre chez Alfred Binet
Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

16h10 Norme, normalité et anormalité au XXIe siècle ?
Christelle Potier (ISP-Faculté d’éducation, ICP-Paris)

16h30 Echanges avec la salle

17h15-17h30 Synthèse par Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Prix de thèse

 

Deuxième partie : Cancres et « débiles corporels » : quelle éducation physique ?

Une deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 13 octobre 2017 de 9h à 16h30 à l’Université Paris-Descartes, 1, rue Lacretelle, Paris 15e 

Education physique et débilités corporelles
Modérateurs : Olivier Vors (Université d’Aix-Marseille) et Isabelle Joing (Université de Lille 2)

9h30 Education physique et débilités corporelles
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC)

10h Tests, mesures céphalométriques et éducation corporelle des jeunes sourds-muets
Martial Meziani (INS HEA) et Didier Séguillon (INS HEA)

10h20 L’échelle métrique d’Alfred Binet (1857-1911) comme outil de diagnostic de la débilité mentale : contexte historique, médical, politique et social (1878-1911)
Isabelle Cavé (Docteure EHESS)

10h40 Echanges avec la salle

Fatigue physique et fatigue intellectuelle
Modérateurs : Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

11h20 Fatigue physique et fatigue intellectuelle dans le burnout
Pascal Perault (psychiatre)

11h40 L’éducation physique et/ou psychomotrice à l’école maternelle
Fabrice Delsahut (ESPE Paris)

12h Echanges avec la salle

Enfance, anormalités et débilités corporelles
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

14h Débilités corporelles infantiles et redressement physique (XVIIIe-XIXe siècles)
Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h20 Les enfants poliomyélitiques et l’élaboration des normes de rééducation dans la première moitié du XXe siècle
Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

14h40 La normativité dans la fabrique de l’enfant symptôme. Maxime Dauphin (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h La norme des enfants anormaux
Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h20 Echanges avec la salle

16h15 Synthèse par Alix Garnier (Université de Lille3, Proféor-Cirel)

16h30 Clôture par les présidents de la Société Binet-Simon Bernard Andrieu et Jacqueline Descarpentries

Informations pratiques

Jeudi 12 octobre 2017 – 9h00-17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Vendredi 13 octobre 20179h-16h30
Université Paris Descartes, UFR STAPS, 1 Rue Lacretelle, Paris 15e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

20e Rendez-vous de l’histoire de Blois

La 20e édition des Rendez-vous de l’histoire qui a lieu du 4 au 8 octobre 2017 à Blois, a pour thème cette année « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Comme chaque année, la BnF y est présente et propose des conférences.

Conférences proposées par la BnF

Transmettre et réfléchir sur la transmission

Vendredi 6 octobre – de 10h à 11h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire

Cette rencontre invitera enseignants et responsables associatifs à réfléchir à des modes de transmission adaptés à des publics fragilisés socialement. Comment transmettre de façon inclusive ? Comment réfléchir à des modes d’appropriation qui rendent les personnes concernées acteurs et participants ?

Avec Sylvie Dreyfus Alphandery, responsable de la Mission de diversification des publics, à la BnF, et Jean-Charles Buttier, professeur à Blois et chercheur associé à la BnF.

De la drachme au bitcoin – La monnaie, une invention en perpétuel renouvellement

Vendredi 6 octobre – de 10h à 17h – Site Chocolaterie de l’IUT, salle 214

légende ci-après

Drachme, Épire

Le propos de cette journée sera d’étudier sur la longue durée, de la Chine antique au Bitcoin, le perpétuel renouvellement d’une monnaie de plus en plus immatérielle.

Modéré par Catherine Grandjean, professeur d’histoire grecque, université François-
Rabelais, Tours, CeTHiS et Pierre-Olivier Hochard, maître de conférences d’histoire grecque, université François-Rabelais, Tours, CeTHiS. Avec Patrice Baubeau, maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Paris-Nanterre, IDHES, Marc Bompaire, directeur de recherches CNRS, histoire médiévale, IRAMAT-université d’Orléans, Yves Coativy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Bretagne occidentale, CRBC, Ludovic Desmedt, maître de conférences en sciences économiques à l’université de Bourgogne, LEG, Vincent Drost, allocataire post-doctorant en histoire romaine, ARC 5 Région Rhône-Alpes, HISOMA, Jérôme Jambu, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lille III détaché au département des monnaies, médailles et antiques de la BnF, Michel Kaplan, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université de Paris- Panthéon Sorbonne, Orient et Méditerranée, Arnaud Suspène, professeur d’histoire ancienne, université d’Orléans, IRAMAT, Bruno Théret, directeur de recherches au CNRS, sciences économiques, université de Paris-Dauphine, IRISSO.

Écrire l’histoire au XIXe siècle: romans historiques, récits de voyage classiques, manuels

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 19h – Université, amphi 2

Tout au long du XIXe siècle, une très importante production éditoriale a participé à la construction de l’histoire de France. La BnF, aidée par des historiens de renom, a réalisé une sélection de 100 textes qui méritent d’être relus aujourd’hui.

Avec Antoine Lefebure, historien, Frédéric Manfrin, chef du service histoire à la BnF, Paule Petitier, professeur à l’université Paris-Diderot, Agnès Sandras, chargée de collections à la BnF, et Emmanuel de Waresquiel, historien, spécialiste de la France du XIXe siècle. Modéré par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire sur France Culture.

Gustave Trouvé, un inventeur oublié de la seconde révolution industrielle

Vendredi 6 octobre – de 16h à 17h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

légende ci-après

Gustave Trouvé

EURÊKA ! C’est le nom de la société fondée par l’inventeur Gustave Trouvé ! Dans la 2e moitié du XIXe siècle, il déposa des dizaines de brevets dans le domaine de l’électricité. Cette intervention porte sur sa vie, ses brevets, ses inventions…

Par Anne Boyer, chargée de collections en histoire des sciences à la BnF, Luc Menapace, chargé de collections en biologie et paléontologie à la BnF.

Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 18h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patriomonial

Entre émulation scientifique et enjeux diplomatiques, le XIXe siècle marque un tournant dans le déchirement des écritures de l’Orient ancien : égyptien, phénicien, cunéiforme se dévoilent progressivement grâce aux découvertes archéologiques.

Par Vanessa Desclaux, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie à la BnF, Hélène Virenque, chargée de collections en lettres classiques à la BnF.

« L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Samedi 7 octobre – de 11h à 12h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Retour sur un célèbre article d’Emmanuel Le Roy Ladurie paru en mai 1968 et l’évocation d’autres préoccupations de l’historien visant l’ouverture de sa discipline vers de nouvelles conquêtes scientifiques.

Par Stefan Lemny, chargé de collections d’histoire à la BnF.

La conservation du patrimoine audiovisuel face à l’obsolescence technologique

Samedi 7 octobre – de 11h15 à 11h45 – École du Paysage, Gand amphi

Conférence dans le cadre de la journée d’étude « L’innovation dans les sciences du patrimoine »
Par Alain Carou, conservateur général, département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France.

Gallica, une bibliothèque numérique au service de la recherche

Samedi 7 octobre – de 14h à 15h30 – Site Chocolaterie de l’IUT, amphi 2

Gallica accompagne ses utilisateurs dans leurs pratiques de recherche et de production, par la réappropriation et la rediffusion de ses ressources vers les sites, blogs et outils collaboratifs, prolongeant expertises et spécialités déjà en ligne.

Par Arnaud Dhermy, coordinateur scientifique pour Gallica au département de la Coopération (BnF).

1848 et la « Foire aux idées nouvelles »

Samedi 7 octobre – de 15h à 16h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Les « idées nouvelles » de 1848 (celles de Proudhon, Cabet, Considérant…) stimulent le crayon des caricaturistes et la plume des satiristes. Cet humour va-t-il à l’encontre des « inventions » politiques ou les accompagne-t-elles ?

Par Agnès Sandras, conservatrice à la BnF.

Le Moyen Age : temps obscures ou siècles d’innovations ?

Samedi 7 octobre – de 17h à 18h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Longtemps considéré en Occident comme le basculement de l’Antiquité vers des siècles d’obscurantisme, le Moyen Âge s’avère une période bien plus nuancée. Des découvertes et des innovations médiévales à parcourir à travers Gallica.

Par Séverine Boullay, conservateur des bibliothèques.

Le cinéma aux rendez-vous de l’histoire

Partenaire de longue date des Rendez-vous de l’histoire, le département de l’Audiovisuel de la BnF collecte chaque année plus de 10 000 films pour en assurer la conservation et la transmission au public. Cette année, sa programmation se veut en écho à l’exposition qu’elle coproduit avec le CNC consacrée à Jean Rouch.

Moi, un Noir de Jean Rouch

Dimanche 8 octobre à 9h30 et lundi 9 octobre à 18h – Cinéma Les Lobis
Documentaire, France, 1959, Solaris, restauration CNC
Précédé de Télesphore Légaré, garde-pêche de Claude Fournier (Canada / Québec, 1959)

En 1959, le cinéaste-ethnographe Jean Rouch présente un film en rupture complète avec les normes du documentaire. Il a filmé un jeune manœuvre du port d’Abidjan dans son quotidien, puis lui a projeté les images et lui a demandé de les commenter. Pour la première fois, le sujet observé par l’ethnographe a véritablement la parole. Au même moment, au Canada, une révolution comparable s’opère dans la manière de filmer le quotidien de ceux qui ont été jusqu’alors des « sansvoix ».

Présentation par Alain Carou, responsable du département audiovisuel de la BnF et commissaire de l’exposition Jean Rouch, l’homme-cinéma.

Stand BnF au salon du livre d’histoire

Halle aux grains, emplacement 27.
Vendredi 6 et samedi 7 octobre : de 10h à 19h30
Dimanche 8 octobre : de 10h à 18h30

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bourse de recherche Louis Roederer 2017 attribuée à Elise Voyau

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie est attribuée cette année à Elise Voyau pour son projet de recherche intitulé Revue amateur et livres de collection : la photographie japonaise des années 1960 et 1970 dans les collections de la Bibliothèque nationale de France.
Grâce à cette bourse doté de 10 000 euros, la Maison Louis Roederer soutient le projets de recherche et de valorisation des collections de photographies de la BnF depuis 12 ans.

Elise Voyau © Emmanuel Nguyen Ngoc / BnF

Elise Voyau

Elise Voyau va étudier la photographie japonaise des années 1960 et 1970, particulièrement quatre photographes majeurs de cette période – Tômatsu Shômei,  Moriyama Daidô, Hosoe Eikô et Fukase Masahisa – dont la BnF possède des recueils et des tirages. Ces ouvrages seront complétés par la revue de photographie amateur Camera Mainichi. Au-delà de l’étude et de la mise  en valeur de ces supports de diffusion de la photographie japonaise, le projet d’Elise Voyau, étudiante en Master 2  Recherche Etudes japonaises à l’INALCO, vise à mettre en lumière des liens souvent méconnus avec la production photographique occidentale.

Cette étude propose en effet une mise en valeur de cet ensemble cohérent conservé au sein de la Bibliothèque nationale de France, et au travers de ces trois types de supports que sont la revue, le livre et le tirage, apporter un éclairage nouveau sur la production photographique japonaise d’une période très riche et qui reste encore à explorer.

Elise Voyau mènera ses travaux sous le tutorat de  Dominique Versavel, chef du service de la photographie au département des Estampes et de la photographie de la BnF et de Michael Lucken, directeur du Centre d’Études Japonaises (CEJ) et son directeur de thèse.

A la suite de sa maison-mère, la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture, a repris le flambeau des expositions de la BnF, et soutient également les travaux sur la collection de photographies qu’elle détient, grâce à l’attribution annuelle de cette bourse de recherche.

Cette année, le jury de la Bourse de recherche Fondation Louis Roederer pour la photographie était composé de représentants de la BnF, de Michel Janneau, Secrétaire Général de la Fondation Louis Roederer, de Karolina Lewandowska, conservateur pour la photographie au Centre Pompidou et d’Eric de Chassey, directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

A propos de Louis Roederer

Fondée en 1776 à Reims, Louis Roederer est une maison familiale et indépendante présidée par Frédéric Rouzaud. Outre la production du champagne Louis Roederer et de Cristal, Louis Roederer possède également le  champagne Deutz, le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Grand cru classé de Pauillac), les Châteaux Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe) et la Maison Descaves, à Bordeaux ; les Domaines Ott* en Provence, La Maison Delas Frères dans la Vallée du Rhône, Roederer Estate, Scharffenberger et le domaine Anderson en Californie, le Porto Ramos Pinto au Portugal.

Louis Roederer, élevé au rang de Grand Mécène de la Culture, crée la « Fondation Louis Roederer pour l’art contemporain » en 2011 afin de structurer et pérenniser la politique de mécénat menée par la Maison depuis 2003 auprès de grands institutions culturelles et d’artistes confirmés ou émergents.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Éclats de l’œuvre d’Octave Mirbeau

A l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de l’écrivain, la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde.

Nos contemporains chez eux / Dornac

Mirbeau a été une personnalité marquante du tournant du XIXe au XXe siècle, célèbre par ses éclats polémistes et libertaires de romancier, de journaliste politique, de dramaturge et de critique d’art qui rompait avec les formes convenues de la bienséance et du conservatisme. Connu actuellement du public par le succès continu des représentations de Les affaires sont les affaires et des projections des films tirés du Journal d’une femme de chambre – incarnée notamment dans celui de Buñuel par Jeanne Moreau – il bénéficie d’une notoriété internationale qui surpasse sans doute celle qu’il connait en France.

Programme

Introduction à La 628-E8 : Paul-Henri Bourrelier
Mirbeau moraliste farceur : Sarah Brun
L’écriture à l’épreuve de la peinture :  Marie Bat
L’œuvre de Mirbeau, rupture ou charnière : Alain (Georges) Leduc

Gilles Defacque, clown, comédien, auteur, scénariste, directeur du théâtre Le Prato à Lille (pôle français de l’art du cirque), animera la séance par des lectures d’extraits des farces, de Dans le ciel, et de La 628-E8.

Informations pratiques

Mercredi 4 octobre 2017 18h30-20h00

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Pour aller plus loin

Consulter le billet : Redécouvrir Octave Mirbeau / Christine Genin, http://gallica.bnf.fr/blog/16022017/redecouvrir-octave-mirbeau

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)

À l’occasion du festival international de géographie, la Bibliothèque nationale de France et le musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges présentent la carte de l’Afrique australe de François Levaillant : une œuvre spectaculaire, tant par son format monumental que par la précision de ses illustrations, réalisée au terme de voyages menés entre 1781 et 1784. Cette carte d’exception est aujourd’hui conservée au département des Cartes et plans de la BnF.


Partie Méridionale de l’Afrique depuis le Tropique du Capricorne jusqu’au Cap de Bonne Espérance contenant les Pays des Hottentots, des Cafres et de quelques autres Nations / dressée pour le Roi sur les observations de M. Le Vaillant par M. de Laborde, ancien premier valet de chambre du Roi, gouverneur du Louvre, l’un des Fermiers généraux de Sa Majesté

Au terme de ses deux voyages en Afrique australe, le naturaliste François Levaillant (1753-1824) rapporte une somme considérable d’observations sur les régions qu’il a traversées. Elles feront l’objet de nombreuses publications mais aussi d’une oeuvre remarquable : la carte de l’Afrique australe, conçue avec le marquis de Laborde (1734-1794) et offerte à Louis XVI, lui-même passionné par la géographie et les voyages d’exploration lointaine.

Cette carte de grand format (183 x 267 cm) se veut suffisamment vaste pour permettre d’y faire figurer des représentations réalistes de spécimens de la faune et de la flore. Les deux hommes s’entourent de spécialistes : Perrier pour le dessin cartographique et les talentueux Willem van Leen et Lebrecht Reinold pour les 66 vignettes et les 5 tableaux peints que comporte la carte.
Si la réalisation finale pêche parfois par inexactitude cartographique, elle est novatrice par la précision avec laquelle est représenté et situé chaque spécimen. Le format même du document ne répond pas
seulement aux caractéristiques de l’objet de pouvoir – une carte monumentale offerte à un puissant – , elle est aussi une nécessité pour le cartographe afin de représenter plantes et animaux dans une élégante miniaturisation et permettre dans le même temps leur exact positionnement géographique.
Recueil détaillé de la faune et de la flore de ces régions, cette carte exceptionnelle se présente ainsi comme l’un des tout premiers essais de cartographie biogéographique.
Cette présentation de la carte de l’Afrique australe de François Levaillant s’inscrit à double titre dans la programmation du Festival international de géographie qui met cette année à l’honneur l’Afrique du Sud et propose comme thème « Territoires humains, mondes animaux ».
La carte est visible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Informations pratiques

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)
du 29 septembre au 1er octobre 2017
Musée Pierre-Noël
11 rue saint Charles
88100 Saint-Dié-des-Vosges

Commissariat :

Olivier Loiseaux, conservateur en chef au département des Cartes et plans, BnF
Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

Conférence :

Vendredi 29 septembre 2017 à 18h, par Olivier Loiseaux au Musée Pierre-Noël.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jean-Christophe Victor & collecte de « souvenirs »

Le Dessous des cartes, émission géopolitique emblématique d’Arte, a perdu brutalement son créateur et présentateur Jean-Christophe Victor le 28 décembre 2016. Les salles de lecture de la BnF ont régulièrement accueilli les tournages de ce rendez-vous phare de décryptage du monde moderne. La BnF lui rend hommage lors de cette soirée.

Jean-Christophe Victor à la BnF © Arte

Jean-Christophe Victor, un homme libre et heureux

Fils de l’explorateur polaire Paul-Émile Victor et de la productrice de télévision Éliane Decrais, Jean-Christophe Victor était ethnologue, enseignant, expert en géopolitique et en relations internationales.
Fondateur et directeur scientifique du Laboratoire d’études prospectives et d’analyses cartographiques, il s’est illustré en mettant au point une forme originale de présentation télévisée à partir de cartes des concepts géographiques, politiques et, au sens propre du mot, géopolitiques, avec l’émission Le Dessous des cartes diffusées depuis 1990, d’abord sur la Sept puis sur Arte.

Au cours de l’événement, musiques, images, projections, lectures, accompagnement musical et témoignages viendront évoquer ensemble l’homme public, le professeur, l’ami ou encore le père de famille.

Collecte

Pour mémoire, signalons la collecte de « souvenirs » personnels et professionnels lancé notamment pour permettre à ses enfants Martin, Barthélémy, Emile et Violette de (re)découvrir quel homme était Jean-Christophe Victor. Agés de 9, 5 et 4 ans à la mort de leur papa, les trois plus jeunes n’auront en effet pas vécu assez longtemps avec lui pour imprimer durablement des souvenirs réels.

Récits, photos et vidéos témoignant de ses actions et de son engagement, de ses voyages et de ses rencontres, de ce qu’il a accompli ou de ce qu’il a permis sont à adresser à : souvenir.jcvictor@gmail.com ou Famille Victor, 2 venelle de l’étang, 78720 Dampierre en Yvelines.

Informations pratiques

Mercredi 27 septembre 2017 – 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Grand auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Poussez les portes de la BnF avec les « journées spéciales étudiants »

Vous êtes lycéen, étudiant en licence ou en master, doctorant, ou vous préparez un mémoire ou une thèse ? Venez découvrir la Bibliothèque nationale de France lors de ces journées à travers des animations, des ateliers et des concerts !

Entrée gratuite les vendredi 6 et samedi 7 octobre de 9h à 20h.

Salle de lecture © Emmanuel Nguyen Ngoc/BnF

Tout au long de ces deux jours :

  • rencontrez nos bibliothécaires, disponibles pour vous durant ces journées,
  • profitez du lieu et découvrez nos espaces grâce à notre parcours d’initiation (parcours d’initiation de la bibliothèque tous publics en continu entre 10h et 17h / durée 20 minutes Hall est),
  • participez à notre jeu concours et tentez de gagner un an d’abonnement illimité aux salles de lecture et aux expositions de la BnF.

Vous venez en groupe ?
Contactez-nous au 01 53 79 49 70

Remise gratuite d’un ticket d’entrée aux salles de lecture à chaque participant en faisant la demande à l’accueil (limité à un ticket par personne et par jour).

1 boisson chaude* offerte au café des Globes pour les nouveaux entrant sur présentation du ticket d’entrée. Cette offre s’applique aux horaires d’ouverture du café le vendredi 7 et le samedi 8 octobre de 10h à 18h30
*Offre valable parmi le choix disponible sur la machine de boissons lyophilisées, 1 boisson offerte maximum par ticket.

Informations pratiques

Plan de situation du site François-Mitterrand © BnF

Contact
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
(Adresse postale : Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13)
Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Phonurgia Nova 2017 : A l’écoute du réel, 23 & 24 septembre

Des sons, des paroles, des voix, parmi les livres !

La BnF accueille les prix Phonurgia Nova de la création radiophonique et sonore

Les Prix Phonurgia Nova 2017 jettent à nouveau l’ancre à la BnF. Durant deux jours consacrés à scanner le meilleur de la création radiophonique française et internationale, auteurs, auditeurs et jury, se réuniront pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.
Les meilleur(e)s Fictions, documentaires de création, hörspiel, pièces de field recording et d’art acoustique seront à l’honneur pendant ce grand marathon des oreilles qui l’année dernière avait attiré 199 auteurs du monde entier – et couronné (entre autres) les fictions de Sebastien Dicenaire (Belgique) et Daniel Martin-Borret (France), les explorations sonores de Hanna Hartman (Allemagne), de Mark Vernon et Jenn Mattinson (Royaume-Uni), les documentaires de Aurelia Balboni (Belgique) et du collectif Soundwalk (USA et Allemagne), ou encore un très beau documentaire de l’intime de Clara Alloing (Belgique).
Au menu de cette 22e édition, un prix Fiction, doté par la SACD, un prix Art sonore doté par la SACEM, un prix Archives de la parole doté par la BnF, un prix jeunes créateurs et un nouveau Prix « Paysage sonore » doté par le Musée de la Camargue.

Sur 175 productions reçues cette année provenant de 19 pays, 51 ont été retenues. Un nombre sans précédent de bolides sonores sont en compétition, en provenance à la fois des meilleures fabriques (Arte Radio, Phaune Radio, La Première RTBF, SWR, France Culture, ACSR, Faïdos Sonor, Le Labo–RSR, Polymorfilms et l’atelier Graphoui, ABC Soundproof, Deutschlandfunk, BabelFish asbl, Radio Panik, CinéSilex…) et de la grande famille des auteurs-producteurs-indépendants, de plus en plus nombreuse, qui, partout dans le monde, ont choisi la parole humaine, le réel ou l’imaginaire sonore du monde, comme supports et ressorts privilégiés de leur création.

Affiche Phonurgia BnF

Programme

Samedi 23 septembre

– 10h : Accueil du jury
– 10h30 – 13h : Prix Paysage Sonore

  • Alexis Rodolphe Myanmar Melodies
  • Atanasyan Charlie A journey through the Middle-East
  • Black Colin One Saturday in a small welsh village
  • Blinkhorn Daniel Cradle caldera
  • Blume Félix Fuga – Phaune Radio
  • Capeille Daniel Le silence sur un fil
  • Marin Stéphane Serendib rythms
  • Moxley Alyssa Epiphany
  • Petit Jérôme Siffler Laos – Arte Radio
  • Vaillant François Sous le grand chêne
  • Vernon Marc Lend an ear, leave a word – Audio Archaeology Volume 1: Lisbon

– 14h15 – 16h35 : Prix Archives de la Parole / Session 1

  • Tirandaz Laura Des étés plus longs que d’autres – La Première – RTBF – Par Ouï-dire
  • Pesch Carina Wanna play? worlds and 5 blind dates – SWR
  • Despeignes/Mardirossian Charles-Henri/Gilles Les voix du Mal (Chipe, Merguez, Disco)
  • Martin Borret/Lisel Daniel/Marie Agogies
  • Carre/Julien Marylène/Jean Baptiste A cherbourg la mer est bleue quand il fait beau – France Culture
  • Pascariello Pascale Les braqueurs – Arte Radio
  • Robiche Claire Un faux prophète – Arte Radio
  • François Nicolas La sardine et le loup de mer – ACSR

– 16h50 – 19h20 : Prix Archives de la Parole / Session 2

  • Laumonier Fabienne Bienvenue – ACSR
  • Gasteau Sylvie Anne de Jongh, la rebelle à la licorne – France Culture
  • Bories Benoît Une quête – La première – RTBF, FaÏdos Sonore
  • Oudin Nicolas Porte voix de la disparition – Le labo – RSR
  • Meursault/Landry Pali/Amélie Les chemins égarés – France Culture
  • Penitot Aline Nous, pacotilleuses, femmes de vagabondages marins – France Culture
  • Aigner Florence Les enfants de la poule – Florence Aigner, Polymorfilms et l’atelier Graphoui
  • Parietti/Langer Caroline/Vanessa Le corps qui sait – Le labo – RSR

– 19h30 : remise du prix ‘Archives de la Parole 2016’ par la BnF

Dimanche 24 septembre

– 11h15 – 13h15 : Prix Pierre Schaeffer « découvertes »

  • Chomel Cabiria Les habitués de la nuit
  • Flacon Marie Fini de jouer – Arte Radio
  • Cousseau Jeanne Si je rêve, prends garde à toi – ACSR Empreinte
  • Desmarais Louis Olivier Abbaye
  • Herrmann Mitchell Nicosia
  • Gobin/Franco Boris/Sonia De l’autre côté du monde

– 14h – 16h40 : Prix Art sonore

  • Butzmann Frieder Die schrecklichhsten Stimmen – The most terrible voices – SWR
  • Calvo Charo Qualia – ABC Soundproof Australia
  • Hanushevsky/Poepplein Janko/Eva In darkness let me dwell – Deutschlandfunk
  • Jacquot Nicolas Lames de fonds
  • Madan/Friz Emmanuel/Anna The Joy channel
  • Naylor Steven Rivers
  • Peters/Peregrine Sarah/Andrews Ed Balls’ dream diner party
  • Tidoni Davide Le son du bruit blanc – ACSR Empreinte
  • Toulemonde Olivier Comment dire
  • Von Reusner Clemens Definierte Lastbedingung

– 17h – 19h30 : Prix Fictions francophones

  • Abitan Benjamin La préhistoire du futur – France Culture
  • Debarsy/Lagadec Jeanne/Maël La première fois que je suis devenue fou(le) – BabelFish asbl et ACSR
  • Dicenaire Sebastian John Haute Fidélité
  • Matyn-Wallecan/Boute Vincent/Antoine Télé Banque Hypnose – Radio Panik
  • Merlin Jean Paul Faits divers
  • Osinski Fabrice La Tourmente – CinéSilex
  • Perache/Zovighian François/Sabine De guerre en fils – Arte Radio
  • Ray Sandrine La tragédie du bonheur

– 20h30 : Annonce du palmarès

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservation : info@phonurgia.org
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur l’histoire de l’Italie portant plus particulièrement sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles.

Argument

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXe siècles.

Programme

Vendredi 13 octobre 2017 : Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830. L’exemple de la Gazette « L’Italiano »

Madame Ilaria Gabbani, Docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université de Paris 3 Sorbonne, Centre C.I.R.C.E.

La publication, à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe s. dont un recueil de traductions de drames était à l’origine envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe s. qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

L’Italiano. Foglio letterario, [périodique] Collections BnF, Site François-Mitterrand, cote Z-9119

Vendredi 17 novembre 2017 : Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8  Vincennes-Saint-Denis.

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. L’opinion française, globalement plutôt sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on peut remarquer que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 15 décembre 2017 : Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la Marche sur Rome (1870-1922)

Monsieur Jean-Yves Frétigné, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Rouen, GRHis. Président de la Société d’études françaises du Risorgimento italien.

Après les périodes d’incompréhension (Napoléon III et la question romaine) et les combats communs entre Français et Piémontais sur les champs de bataille contre les Autrichiens qui ont joué un grand rôle dans le Risorgimento et dans la naissance du Royaume d’Italie, les relations entre les deux peuples restent tissées d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les frictions, parfois très vives, et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer les rapports diplomatiques, économiques et culturels jusqu’à l’arrivée de Mussolini au pouvoir.  Plus fortement que jamais, entre 1870 et 1922, les deux États latins se considèrent comme deux sœurs profondément attachées l’une à l’autre mais parfois incapables de se comprendre.

« La Question tunisienne », Le Monde illustré, 20 avril 1881.

Vendredi 26 janvier 2018 : L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles

Madame Marie-Claude Blanc-Chaléard, Professeur d’histoire émérite. Université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

La circulation des hommes entre l’Italie et la France s’inscrit dans la longue durée de l’histoire de voisinage sans doute la plus riche de toutes. Elle se poursuit aujourd’hui dans le cadre de l’Europe unie. Mais c’est avec le XIXe siècle et l’ère de l’immigration moderne que s’est produit le grand mouvement qui a donné aux Italiens une place exceptionnelle dans la construction de la France contemporaine.  Leur migration, entre les années 1850 et 1960, a été la plus longue et la plus nombreuse. Si l’on observe la génération des grands-parents, les Italiens sont toujours au premier rang des origines étrangères de la population nationale. Présents dans tous les domaines de l’économie, ils ont eu leur part dans le peuplement de presque toutes les régions françaises et dans leur histoire politique et culturelle. La conférence abordera ces différents aspects, à travers une lecture chronologique qui suivra les différentes vagues migratoires et leurs modalités d’intégration.

L’Emporio italiano. L’Italie à Paris » [carte postale, 1900-1914]. © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

Vendredi 9 février 2018 : Entre les deux guerres mondiales : les exilés antifascistes italiens en France

Monsieur Eric Vial, Professeur d’histoire contemporaine. Université de Cergy-Pontoise.

 10% du million d’Italiens présents en France autour de 1930 s’opposent au fascisme. Sur les fuorusciti, sympathisants comme leaders politiques, la police de Mussolini a ouvert plus de 20 000 dossiers. Des catholiques, des libéraux, républicains mazziniens, libéraux-socialistes, socialistes réformistes ou maximalistes, communistes, anarchistes… : les sensibilités politiques sont diverses. Après 1945, ils ont fourni à l’Italie des cadres politiques, dont deux présidents de la République. Si les exilés antifascistes ont été peu entendus par l’opinion, si leurs actions en direction de leur pays ont fatalement tourné court, leur activité a été importante et a témoigné d’événements majeurs : Concordat de 1929, crise mondiale, Front populaire, guerres d’Éthiopie et d’Espagne, préludes à la Seconde Guerre mondiale, dans les va-et-vient des relations franco-italiennes. C’est cette histoire qu’il s’agit de suivre.

Sandro Pertini, ancien président de la République italienne, dans les années 1920 [photographie]

Vendredi 9 mars 2018 : Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours

Monsieur Alessandro Giacone, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine. Université de Grenoble-Alpes.

Dans l’immédiat après-guerre, la France et l’Italie doivent régler les conséquences de la Seconde Guerre mondiale afin de rétablir de bonnes relations. Après la signature du traité de paix (1947), les deux pays négocient un projet d’union douanière, rapidement remplacé par la coopération européenne au sein de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et du Marché commun (CEE). L’amélioration des transports, la progression des échanges économiques et touristiques et la forte immigration italienne en France intensifient les rapports entre les deux peuples. Pendant les années 1960-1970, les gouvernements des deux pays ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. A partir de 1981, les sommets franco-italiens créent un espace de dialogue régulier, où les deux gouvernements essaient de coordonner leurs politiques et de lancer des projets communs, comme ceux qui sont actuellement en cours.

François Mitterrand et Bettino Craxi au siège du Parti Socialiste Italien, années 1980

Informations pratiques

Vendredi 15 décembre 2017 – 18h30-20h
Site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre
Coordination : Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts