Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Parution : Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde

Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde
Wikipédia : dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde

Président de Wikimédia France de 2011 à 2014 puis de son conseil scientifique de 2014 à 2017 et conservateur au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France depuis 2010, Rémi Mathis est spécialiste des estampes anciennes, du jansénisme et du XVIIe siècle.

Argument

Pénétrez dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde ! Qui décide des règles de Wikipédia ? Certains articles peuvent-ils être censurés ? Y a-t-il un rédacteur en chef ? Quel est le modèle économique qui la régit ? Combien y a-t-il d’articles à ce jour ? Qu’est-ce qu’un wikipédien ? Nous l’utilisons tous les jours, et pourtant elle reste très mystérieuse à nos yeux. Certains en sont adeptes, d’autres l’accusent de tous les maux.
En 2020, l’encyclopédie Wikipédia fêtera ses 20 ans, avec plus de 2 millions d’articles publiés. Rémi Mathis, président du conseil scientifique de Wikimédia France de 2014 à 2017, connaît l’encyclopédie mieux que personne. Il répond dans ce livre à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur l’encyclopédie libre.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : First Editions
  • Date de parution : 21 janvier 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (219 p.) : couv. ill. ; 21 cm.
  • ISBN 978-2-412-06420-7 (br.) : 14,95 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La bibliothèque municipale de Rouen : 200 ans d’histoire(s)

La bibliothèque municipale de Rouen
La bibliothèque municipale de Rouen

La bibliothèque de Rouen est l’une des bibliothèques municipales françaises les plus importantes par ses collections. Son histoire est exceptionnelle tant par les fonds que par les hommes et les femmes qui ont œuvré à son service et à celui du public. Les manuscrits des abbayes normandes, les livres imprimés du XVIe siècle à nos jours, les dessins des XVIIe et XVIIIe siècles, les photographies, les manuscrits de Flaubert donnent à l’institution une aura locale, régionale et internationale. La bibliothèque qui comptait 20 000 ouvrages à son ouverture en 1809 voit ses fonds s’enrichir de plus de 140 000 unités à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle grâce à des achats ou des dons remarquables. Citons notamment les bibliothèques Leber et Montbret, la collection de Jules Hédou, le don des manuscrits normands de Flaubert par sa nièce Caroline Franklin-Groult.

Ce livre est une histoire des lieux, une galerie de portraits des bibliothécaires qui, à la suite de dom Gourdin le premier d’entre eux, développent l’institution avec le soutien des maires. Pensons au savant historien André Pottier, à l’ouvrier-poète Théodore Lebreton, à l’ami de Flaubert Louis Bouilhet, au journaliste Eugène Noël, à Henri Labrosse qui pose les fondements du réseau des bibliothèques de quartier et de la lecture publique. Cet ouvrage donne également la parole aux souvenirs des personnels et des lecteurs pour lesquels la découverte des collections a souvent été primordiale. L’histoire s’arrête à la fin du XXe siècle. Le XXIe siècle est une autre aventure.

Ont collaboré à ce volume dirigé par Marie-Françoise Rose :
Daniel Authouart, Diederick Bakhuÿs, Virginie Beaunier, Jean Bourienne, Pierre-Yves Cachard, Daniel Charles, Michel Croguennec, Christelle Di PietroJoann ÉlartAnnie Ernaux, Sophie Étiemble, Max Guesdon, Catherine Hubbard, Marlo Johnston, Isabelle Laboulais-Lesage, Élisabeth Lalou, Aurélie Lâpre, Brigitte Lelièvre, Yvan Leclerc, Anne-Bénédicte Levollant, Jean-Dominique Mellot, Christiane Mervaud, Michel Mervaud, Philippe Monart, Michael Monnier, Pascale Mormiche, Sophie Nasi, Valérie Neveu, Marie-Dominique Nobécourt-Mutarelli, Denis Pallier, Élodie Perrot, Guy Pessiot, Catherine Poirot-Bourdain, Christelle Quillet, Stéphane Rioland, Joëlle Robert, Catriona Seth, Yannick Simon, Christel Valières.

Parmi les contributeurs, on note Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif de la BnF, qui connait bien l’histoire des bibliothèques à Rouen avant la révolution  et  l’édition rouennaise au siècle des Lumières.

Sommaire

Sommaire :

Préface

Avant-propos

Remerciements

Première partie. Histoire des bibliothèques de Rouen

Chapitre 1. Les origines
Rouen et ses bibliothèques avant la bibliothèque municipale
La bibliothèque municipale, une création révolutionnaire

Chapitre 2. Le lieu
De l’hôtel de ville au musée-bibliothèque
Le décor de Paul-Albert Baudoüin
Encadré 1. La restauration des peintures de Baudoüin

Chapitre 3. La lecture à Rouen aux XIXe et XXe siècles
XIXe siècle
XXe siècle
Encadré 2. Le dépôt légal
Encadré 3. Recrutements dans les années 60

Chapitre 4. Portraits de bibliothécaires
Les érudits
L’ère des professionnels
Encadré 4. Théodore Lebreton vu par un lycéen

Chapitre 5. Lecteurs et visiteurs
Encadré 5. Je me souviens

Deuxième partie. Les collections

Chapitre 6. Des collections prestigieuses
La constitution des fonds
De la collecte à la signalisation
Histoire du catalogage
Les fonds spécifiques

Chapitre 7. Les « monuments »
Manuscrits normands
Manuscrits littéraires
Encadré 6. L’analyse génétique des manuscrits de Madame Bovary
Encadré 7. Le pavillon Flaubert

Chapitre 8. Le livre à Rouen du XVe au XXe siècle
Encadré 8.La librairie Brunet

Chapitre 9. Les grandes collections

Chapitre 10. Archives et bibliothèques de Normands
Encadré 9. La maison Corneille

Conclusion. La bibliothèque aujourd’hui
Encadré 10. Les horaires au cours des siècles

Annexes

Sources et bibliographie

Les auteurs

Table des figures et crédits

Index des noms de personnes

Informations pratiques

  • Editeur : Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre
  • Date de parution : 11 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (280 p.) : couv. ill. en coul. ;
  • Bibliogr. Index
  • ISBN 9791024013985 (br.) : 27 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Dictionnaire Sade

Dictionnaire Sade
Dictionnaire Sade

Conservateur des bibliothèques au Canada (EBSI, Université de Montréal), Christian Lacombe est actuellement bibliothécaire au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Après avoir publié, Sade et l’Arétin, une consanguinité d’esprit à L’Infini chez Gallimard et La Vérité sur le marquis de Sade aux éditions La Bibliothèque, il souhaitait publier un Dictionnaire Sade depuis quelques années, avant de découvrir les archives de Jean-Jacques Pauvert.

Parmi les auteurs sollicités par Christian Lacombe figurent d’autres personnels de la BnF, comme Marie Françoise Quignard ou Charles-Eloi Vial. L’ouvrage intègre les notices rédigées par Jean-Jacques Pauvert qui représentent près de 300 textes issus du fonds Jean-Jacques Pauvert, acquis par la BnF en 2016 et conservé sous la cote : NAF28891

Argument

Il s’agit du premier dictionnaire consacré au Marquis de Sade.

Jean-Jacques Pauvert avait eu l’idée de publier un Dictionnaire Sade au début des années 90, ses notes sont à l’origine de cet ouvrage.

Depuis le début des années 1920, après que Maurice Heine ait, le premier, sorti les écrits de Sade de l’ombre, la pensée du marquis a fait l’objet de multiples interprétations ; il était nécessaire d’effectuer une synthèse. Christian Lacombe propose un ouvrage collectif à dimension internationale, en faisant appel à près de 40 chercheurs et écrivains venus des quatre coins du monde, afin de montrer la diversité des lectures de Sade.

Avec plus de 500 entrées, le Dictionnaire Sade interroge de nombreux genres littéraires, comme le roman, le théâtre, la poésie, la correspondance et s’adresse également à l’art, à la musique et à presque toutes les disciplines des sciences humaines, pour se demander sans cesse : qu’est-ce que le marquis de Sade à bien pu vouloir dire ?

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : l’Harmattan
  • Date de parution : 8 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (627) : ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-343-22243-1 (br.) : 44 €
  • EAN 9782343222431
  • EAN PDF 9782140170942
Dictionnaire Sade : 4e de couv.
Dictionnaire Sade : 4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du tome 29 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien des crédits du Plan quadriennal de la recherche de la BnF, le tome XXIX de la série « Trésors monétaires » est paru. Il porte sur le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne), un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Trésors monétaires XXIX
Trésors monétaires XXIX

Ce nouveau volume de Trésors monétaires est consacré à un unique ensemble, le gigantesque trésor gallo-romain de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne). Les quelque 34 000 monnaies qui forment ce dépôt représentent une accumulation de métal de plus de 100 kg. Si ce n’est sa taille hors norme, le profil de cet ensemble est assez classique en apparence. Il est constitué pour l’essentiel de petites pièces en alliage cuivreux frappées au cours de la période dite de « l’Empire gaulois » (260-274). Les monnaies les plus récentes datent du règne de Probus (276-282). La thésaurisation s’inscrit dans un contexte troublé, tant au niveau politique (usurpations, invasions et autres révoltes) qu’économique (inflation, réformes monétaires).

Outre l’habituel volet numismatique, l’étude aborde ce dépôt monétaire en tant qu’objet archéologique à part entière. Car nous avons la chance rare de disposer d’un ensemble complet qui a pu être fouillé sur les lieux de la découverte puis en laboratoire. La microfouille de l’un des deux contenants combinée à l’analyse des monnaies ont révélé que deux ensembles distincts ont été réunis au moment de l’enfouissement. Ceci confère son originalité au trésor.

Plusieurs autres dépôts massifs du même type sont connus, mais rares sont ceux qui ont pu être publiés dans leur intégralité comme c’est ici le cas. Le volume s’accompagne d’un article de synthèse sur ces dépôts géants pour tenter de mieux comprendre pourquoi ces énormes accumulations de métal ont été enfouies et jamais récupérées.

Le volume a été dirigé par Vincent Drost, chef de projet Trouvailles monétaires, au département des Monnaies, médailles et antiques. Ce projet est le fruit d’une coopération étroite avec la DRAC Ile de France qui a co-financé l’étude.

Récompense

Le volume vient de recevoir le prix Babut1 2020 décerné par la Société française de numismatique.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 230 pages, 50 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 30 juillet 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2842-2 / 9782717728422
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 99 €
  1. Voir la présentation du prix, url : <http://www.sfnumismatique.org/prix-babut/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Chargé d’études (« post-doc ») sur les publics des expositions en ligne

© BnF

Missions et activités permanentes

Dans l’enquête « pratiques culturelles des français » conduite par le ministère de la culture en 2018, 9 % des français déclarent avoir vu des expositions sur Internet. Pour la moitié d’entre eux, ils se rendent aussi dans des établissements culturels pour visiter des expositions. Mais les caractéristiques de ces publics restent à explorer : comment ces pratiques s’articulent aux autres pratiques culturelles ? Les visiteurs en ligne ont-ils un engouement numérique pour toutes les activités ? Y a-t-il des caractéristiques sociodémographiques ou territoriales identifiables pour ces populations ? La BnF a soumis au MC un projet de recherche autour de ces questions en identifiant deux terrains d’enquête à conduire :

  • approfondir les traitements statistiques de la base d’enquête du ministère pour qualifier les profils des visiteurs en ligne, en se référant si besoin aux enquêtes antérieures
  • mettre en place une campagne d’entretiens avec des utilisateurs ciblés, visiteurs en ligne et / ou d’espaces physiques, pour s’attacher à comprendre la réception différenciée de ces expériences de l’art.

Pour mener à bien cette enquête, la BnF souhaite recruter un(e) chargé(e) d’étude pour un contrat post-doctoral de dix-huit mois. Il est à noter que l’enquête s’appuiera sur le cas de la BnF mais il conviendra d’animer un collectif de représentants d’établissements culturels pour partager les problématiques identifiées par chacun, mettre en œuvre les méthodes d’enquête avec ces institutions et discuter les analyses. Dans le même temps, une enquête sera entreprise par le personnel BnF sur la médiatisation d’œuvres d’art en ligne hors institution, par exemple à travers les réseaux sociaux.

Le/la chargé(e) d’étude recruté(e) aura en charge :

  • la constitution d’une revue de littérature autour de la connaissance des publics de la culture et des publics des expositions en ligne et la formalisation d’une synthèse de ces différents travaux
  • la mise en œuvre et l’animation d’un collectif d’établissements culturels permettant de suivre l’enquête et de l’enrichir (typologie des productions en ligne, collecte des données de visites, etc.)
  • l’analyse statistique des données d’enquêtes collectées dans le cadre de PCF
  • la proposition d’une ou plusieurs méthodes d’enquête qualitative sur la réception des expositions virtuelles et sa réalisation
  • la rédaction d’un rapport d’étude et la valorisation des résultats d’enquête tant auprès des opérateurs culturels que dans le milieu académique.

Le/la chargé(e) d’étude sera intégré(e) à la Délégation à la stratégie et à la recherche de la BnF et collaborera plus particulièrement avec les deux sociologues de l’établissement. La collaboration avec d’autres équipes de la BnF (Service Multimédia, Direction des Publics, Département des expositions, Service de la coopération numérique et Gallica) sera proposée pour l’intérêt de l’enquête. Les équipes du ministère et d’autres équipes de recherche, notamment celles traitant la même base de données, pourront aussi être des collectifs de discussion au fil de la conduite de l’enquête.

Compétences requises

Savoir-faire
– Etat de l’art et revue de littérature académique
– Traitements statistiques (ACM, régression)
– Conduite d’entretiens
– Rigueur d’analyse et qualité rédactionnelle

Compétences
– Expertise dans les méthodes d’enquêtes sociologiques
– Qualités d’analyse et de synthèse
– Capacité à travailler avec des acteurs opérationnels
– Capacité à animer un collectif et le travail de groupe
– Intérêt pour le milieu culturel et l’univers numérique

Qualifications requises
Doctorat de sociologie.
Des sujets de recherche en sociologie de la culture ainsi que l’expérience de la conduite de projets seraient un plus.

Modalités

  • Merci d’adresser un CV à jour, une lettre de motivation de 2 pages maximum, ainsi qu’un exemple de publication (chapitre de thèse ou article académique)
  • Postuler en ligne
  • À pourvoir à compter du : 15/03/2021

Contacts

  • Irène BASTARD
    Cheffe de projet – Publics et usages
    33 (0)1 53 79 58 34
  • Floriane ZASLAVSKY
    Chargée d’études « publics et usages »
    33 (0)1 53 79 51 35
  • Cécile ALLAIN
    Chargée de mission RH – Correspondante transverse des ressources humaines [AGC, COM, DAP, DDC, DGE, DME, DPU, DRI, DSG, PDT]
    33 (0)1 53 79 50 12
  • Recrutement
    Service Recrutement, mobilité, innovation sociale
    01 53 79 59 59
  • Référence du poste : HC12
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Famille : Administration gestion
  • Emploi de référence : Chargé de mission / d’études / de projet / d’audit / responsable qualité
  • Durée du contrat : 6 mois renouvelables – ART. 6.6
  • À pourvoir à compter du : 15/03/2021

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF publie avec Thomas Galifot le catalogue officiel de l’exposition Girault de Prangey photographe (1804-1892) présentée au musée d’Orsay du 15 décembre 2020 au 14 mars 2021.

Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Oublié pendant plus d’un siècle, le Langrois Joseph-Philibert Girault de Prangey s’est imposé depuis une vingtaine d’années parmi les figures majeures des débuts de la photographie française. Cet aristocrate fortuné qui choisit de se faire peintre et dessinateur, archéologue et historien de l’architecture, savant amateur de plantes et d’oiseaux rares, est aussi un pionnier du daguerréotype. Cette technique, qu’il maîtrise parfaitement dès 1841, lui permet de réaliser une oeuvre dont l’ambition et l’ampleur sont presque incomparable.
Le corpus réalisé par Girault de Prangey compte non moins de 1 000 daguerréotypes répertoriées à ce jour, ce chiffre pouvant augmenter tant son oeuvre demeure mystérieuse. Il a été réalisé en majorité entre 1842 et 1844, lors d’un tour du bassin méditerranéen de l’Italie à l’Égypte en passant par la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, Jérusalem et la Palestine.
De manière totalement inédite, cet ensemble est replacé au sein de la production plus large du photographe, restée peu étudiée pour la partie précédant le voyage, et largement inconnue pour celle lui succédant. Est ainsi révélée une oeuvre photographique sur papier d’une variété et d’une qualité insoupçonnées, avant tout inspirée par son domaine et ses jardins. C’est une vision nouvelle de Girault de Prangey qui est ici proposée, celle, plus complète, du grand photographe qu’il a été des années 1840 aux années 1870, et dont ses daguerréotypes spectaculaires ne donnaient qu’une idée partielle.
Première monographie en France consacrée à l’oeuvre photographique de Girault de Prangey, l’exposition du musée d’Orsay et l’ouvrage qui l’accompagne mettent en valeur ces découvertes dans  le contexte français des années 1830 aux années 1880 – contexte artistique, archéologique, celui de l’essor de l’édition scientifique illustrée et des sociétés savantes d’archéologie, d’acclimatation et d’horticulture – pour proposer une compréhension résolument neuve de la personnalité de Girault de Prangey et de son évolution en tant qu’artiste.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Musée d’Orsay : Hazan
  • Date de parution : 12/11/2020
  • Description matérielle : 1 vol. -256 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 23 cm.
  • ISBN 978-2-7541-1200-0
  • Pris 49,95 €
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)
Joseph-Philibert Girault de Prangey (1804-1892)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2021-2022 de la Bibliothèque nationale de France

AAC bandeau 2021

La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs, dans un esprit de découverte et de valorisation de ses collections.

Le statut de chercheur associé BnF permet une relation privilégiée à la Bibliothèque, à travers un accueil au cœur de ses collections.

En plus des avantages offerts à l’ensemble des chercheurs associés, la BnF propose cette année deux bourses de recherche :

– une bourse Louis Roederer pour la photographie en soutien à un travail portant sur la photographie sous tous ses aspects, aussi bien historiques, techniques ou artistiques ;

– une bourse Comité d’histoire de la BnF en soutien à un travail portant sur l’histoire de la Bibliothèque nationale de France, de la bibliothèque du roi à aujourd’hui, et de la constitution de ses collections.

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://bnfaac2021.sciencescall.org/

Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur la plateforme Sciences call géré par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD).

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : bnfaac2021@sciencesconf.org

Calendrier de l’appel à chercheurs

  • Date limite d’envoi des candidatures : 26 avril 2021, 12h
  • Jury et sélection des candidatures : juin 2021
  • Communication des résultats de l’appel à chercheurs : juillet 2021
  • Signature des décisions d’attribution des titres et bourses : septembre 2021
  • Accueil des chercheurs associés dans les départements : 1er octobre 2021
  • Bilan d’étape des chercheurs associés : avril 2022
  • Bilan final des chercheurs associés : septembre 2022
Salle de lecture du département des Monnaies, médailles et antiques Copyright : E. guyen/BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’atelier de Christine de Pizan

Christine de Pizan, Cent balades d'amant et de dame - 1400-1410 - BnF, Département des Manuscrits
Christine de Pizan, Cent balades d’amant et de dame – 1400-1410 – BnF, Département des Manuscrits

Inès Villela-Petit, chargée de collections, médailles, monnaies byzantines et monnaies de l’Orient latin à la BnF, archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, conservatrice du patrimoine, poursuit des recherches sur les arts de l’époque de Charles VI dite « Gothique International » et les pigments de la peinture médiévale. Elle est l’auteur d’études sur les Très Riches Heures du duc de Berry, le Livre de chasse de Gaston Fébus, les Heures du maréchal Boucicaut, le Bréviaire de Châteauroux, et elle a contribué à l’Album Christine de Pizan (2012).

Femme de lettres sans pareille parmi les auteurs du début du XVe siècle, engagée dans les débats littéraires et politiques de son époque, Christine de Pizan s’est illustrée comme poétesse, critique, moraliste, théoricienne et biographe. Créant son propre atelier de copie, elle tint le rôle de libraire (au sens médiéval d’éditeur) pour multiplier les exemplaires de ses œuvres et en assurer la diffusion et le succès. Pas moins de cinquante-quatre manuscrits originaux, autographes ou corrigés de sa main, en témoignent.

Christine de Pizan se révèle aussi une remarquable narratrice, à travers ses textes mais aussi les cycles d’images qu’elle conçoit pour les illustrer et séduire son lecteur. Son imagination féconde est à l’origine de compositions nouvelles qui marquent encore l’imaginaire contemporain, telle la « cité des dames ».

Dans cet ouvrage, Inès Villela-Petit, historienne de l’art et spécialiste de l’enluminure médiévale, nous emmène dans les coulisses de la création christinienne. L’étude des brouillons d’auteur, l’encre et le parchemin, l’ornement de la page par filigranes et vignetures, les « histoires » en peinture et les reliures au décor animalier livrent une très riche moisson pour l’histoire du livre. Inès Villela-Petit replace ici l’atelier de Christine de Pizan dans son contexte matériel, sa culture et la société du temps, suivant pas à pas la réalisation du manuscrit de l’achat des matières premières jusqu’à la remise du livre à la reine.

Informations pratiques

  • Description : broché, 144, 53 illustrations, 16,5 x 24 cm
  • Date de parution : 19 novembre 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2852-1 / 9782717728521
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Prix : 29 €
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan #1
L’atelier de Christine de Pizan #2

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle virtuel : un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia

L’Institut de recherche bibliographique et la Bibliothèque nationale du Mexique organisent un cycle virtuel de conférences intitulé Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia (Un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Le présent et l’avenir de l’histoire du livre et édition post-pandémique) au cours duquel interviendront Jean-Yves Mollier, membres du conseil scientifique du Comité d’histoire de la BnF et Anne Pasquignon, adjointe à la directrice des Collections pour les questions scientifiques et techniques.

Programme

2 février

ROBERT DARNTON (Profesor emérito de la Universidad Harvard)

9 février

CARLO GINZBURG (Universidad California Los Ángeles)

16 février

PEDRO GUIBOVICH (Pontificia Universidad Católica de Perú)

23 février

PEDRO RUEDA (Universidad de Barcelona, Coordinador del Máster Universitario de Bibliotecas y Colecciones Patrimoniales)

2 mars

JAMES RAVEN (University of Cambridge, President of the Bibliographical Society, director of the Cambridge Project for the Book Trust)

9 mars

JEAN-YVES MOLLIER (Profesor emérito Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

16 mars

ROGER CHARTIER (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

23 mars

FERNANDO BOUZA (Universidad Complutense de Madrid)

6 avril

FRANCOIS HARTOG (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

13 avril

ANNE PASQUIGNON (Directora adjunta de colecciones para asuntos científicos y técnicos, Biblioteca Nacional de Francia)

Informations pratiques

  • Tous les mardis du 2 février au 13 avril 2021, à 13 heures (heure de Mexico)
  • Le cycle sera diffusé via la plateforme ZOOM, pour recevoir le lien d’accès inscrivez-vous en remplissant le formulaire d’inscription ou en écrivant au Département de la diffusion culturelle de l’IIB : difusionculturaliib@unam.mx
  • Conférence en traduction simultanée en espagnol
Programme
Programme

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier sur la Transcription de l’écriture manuscrite

La transcription de l’écriture manuscrite constitue l’un des enjeux du travail de recherche et d’exploitation des collections numérisées : temps de traitement long, difficulté à industrialiser les procédés, question autour de la valorisation et du devenir des corpus transcrits. Face à ces questionnements, deux solutions semblent émerger :

  • La transcription collaborative sur des plateformes ouvertes à des contributeurs bénévoles participant à la transcription (et parfois à l’encodage) des manuscrits ;
  • La transcription automatique, qui utilise les techniques de reconnaissance d’image issues de l’IA (dit HTR : Handwritten Text Recognition), ou la transcription semi-automatique qui utilise le participatif pour corriger et annoter les documents en post traitement.


La BnF, en tant qu’institution patrimoniale et acteur de la recherche se pose également la question de solutions de transcription, qu’elle soit sous forme de plateforme participative, ou d’outils mis à la disposition des usagers pour traiter leurs corpus. A l’heure où les technologies semblent atteindre un certain niveau de maturité, d’autres questions viennent alors : comment fédérer une communauté autour d’une plateforme ; comment verser ces transcriptions dans les outils déjà existants ; comment accompagner les chercheurs sur ces nouveaux outils ?

A travers la présentation d’outils et de projet de recherche, cet atelier vise deux objectifs principaux :

  • partager les résultats de la recherche et fédérer une communauté d’usagers autour des outils qui seront mis à disposition dans le BnF DataLab ;
  • acculturer les acteurs aux traitements automatisés sur des collections qui jusqu’à présent échappaient à l’analyse de masse (manuscrits, tapuscrits, imprimés anciens, écritures non latines, etc.).

Programme

15h – Introduction générale de l’atelier / accueil des participants par Arnaud Laborderie

  • 1er partie : Transcription collaborative

15h05 : Jean-Philippe Moreux, BnF, expert scientifique Gallica : les projets de transcription collaborative et de correction d’OCR à la BnF.

15h15 : Pauline Charbonnier, Archives nationales, ingénieur d’études : Présentation du projet de plateforme collaborative Testament de poilus1.

15h30 : Vanessa Desclaux, BnF, conservatrice au service des manuscrits orientaux, Anaïs Wion, CNRS, chargée de recherche et Mathilde ALAIN, assistante de recherche : Les manuscrits d’Abbadie et la plateforme Transcrire2.

15h45 : Questions

  • 2e partie : Transcription automatique ( HTR)

16h15 : Emmanuelle Bermès, BnF, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux : Introduction.

16h25 : Daniel Stökl Ben Ezra, EPHE, PSL, UMR 8546 AOrOc : Présentation de l’infrastructure HTR open source eScriptorium3.

16h40 : Alix Chagué, INRIA, ingénieure recherche et développement et Aurélia Rostaing, Archives nationales, conservatrice du patrimoine : présentation du projet Lectaurep4.

16h55 : Dominique Stutzmann, CNRS-IRHT, chargé de recherche : présentation de l’ANR Horae5.


Organisateurs

  • Marie Carlin, Arnaud Laborderie, Emmanuelle Bermès et Charlotte Clergeau

Informations pratiques

  1. TESTAMENTS DE POILUS, les contributeurs bénévoles ont participé à la transcription et à l’encodage au format informatique TEI des testaments de poilus, via la plateforme de transcription collaborative ouverte en janvier 2018 (https://testaments-de-poilus.huma-num.fr). Mise en ligne de l’édition numérique  https://edition-testaments-de-poilus.huma-num.fr/ []
  2. CARNETS D’ABBADIE, Ce projet de recherche a pour objectif, de transcrire, analyser et éditer les dix-sept carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie, qui séjourna en Éthiopie de 1840 à 1852. Informations : https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000024_mss-abbadie-les-carnets-scientifiques-d-antoine-d-abbadie-en-ethiopie-1840-1852-numerisation-transcription-et-edition []
  3. ESCRIPTORIUM – interface de transcription automatique d’écritures manuscrites qui s’appuie sur Kraken et qui fournit des modèles de segmentation performant à utiliser sur divers corpus. Informations : https://ephenum.hypotheses.org/1412 []
  4. LECTAUREP, porté par les Archives nationales et Inria, élabore avec Kraken/eScriptorium des modèles de segmentation et de reconnaissance automatiques d’écritures manuscrites spécifiques à des répertoires d’actes de notaires, avec un volet participatif : https://lectaurep.hypotheses.org/ []
  5. HORAE (ANR, 2018-2021) vise à l’étude du texte des livres d’heures manuscrits du Moyen Âge : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0008. La société Teklia et le laboratoire de linguistique LS2N sont associés à l’IRHT pour identifier les structures des livres d’heures et analyser la circulation des textes de dévotion au bas Moyen Âge. https://horae.digital/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Genèse éthique et esthétique du Kaddish inachevé d’André Schwarz-Bart

Keren Mock, chercheuse associée de la BnF, post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah interviendra au cours du Séminaire Schwarz-Bart (ITEM – CNRS/ENS, Groupe Schwarz-Bart) pour une conférence en lien avec son projet de recherche menée à la BnF.


Sur une page extraite du livre Célébration Talmudique (1991) d’Elie Wiesel, on retrouve, accompagnée de la lettre « K », une note d’André Schwarz-Bart : 

Tout a été dit et rien n’a été établi :
Tout demeure silence et questionnement,
Questionnement silencieux. 

Tout a été dit : toutes les folies et toutes les
paroles de sagesse, et les folies sages et les sagesses 
pensées de folie. Et toute parole a servi au
mal et au bien, selon le temps et selon les hommes :
toute parole est à la fois nimbée de lumière et éclaboussée de sang.

Cette présentation a pour objet d’aborder, à travers des extraits inédits de la « bibliothèque-manuscrit » d’André Schwarz-Bart, son « Kaddish ». 

Entre 1959 et sa disparition en 2006, André Schwarz-Bart a consacré un vaste travail de retour au Kaddish en choisissant de faire de cette prière la structure d’accueil d’un véritable monde, une sorte de puzzle à l’état naissant constitué d’une multitude de pièces laissées en partie dans le désordre et dont l’image finale serait l’énigme. Des journaux et des magazines découpés et annotés, des carnets organisant l’inventaire de ses ouvrages, et une bibliothèque pleine de livres enrichis de marginalia : telle serait la forme native de ce dossier de genèse démiurgique.

Cette importante œuvre mémorielle laissée en suspens n’est pas une simple hypothèse : partout la notation « K » renvoie bien à l’idée unificatrice du Kaddish, et cette totalité virtuelle faite de notes autographes, d’ouvrages, de pliages, d’arrachage et de pages découpées, porte la marque d’une recherche approfondie. Elle constitue un cas exceptionnel de création exogénétique qui nous force à penser de manière radicale la dialectique du lire et de l’écrire mais aussi du dire et du silence. Elle est aussi l’espace d’une réinvention personnelle où l’écrivain utilise librement l’intertexte sacré pour le transformer en une écriture expérimentale profane, mémorielle et potentielle dans une perspective éthique et humaniste. Ainsi, à la faveur de cette prière sacrée qui se reformule à travers mille citations, c’est la trame sous-jacente de la Shoah qui reprend possession du texte tout entier.

Diplômée de psychologie clinique et de philosophie, traductrice, docteur ès Lettres, Keren Mock enseigne à Sciences-Po Paris et à l’Université de Paris. Après avoir assuré, pendant plusieurs années, la charge de cours d’hébreu moderne à l’ENS de Paris, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Issu de sa recherche doctorale, son premier ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Editions, 2016) préfacé par Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, interroge la genèse de l’hébreu moderne comme nouvelle langue maternelle. Pour l’année 2020-2021, elle a obtenu le statut de chercheuse associée à la BnF et une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dans le cadre d’une recherche sur les archives d’André Schwarz-Bart, en collaboration avec l’ITEM (CNRS/ENS).

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rendez-vous du Jeu Vidéo à la BnF

Jeux vidéos à la BnF - - Laurent Julliand / BnF
Jeux vidéos à la BnF – – Laurent Julliand / BnF

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéo ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 17 000 titres de jeux vidéo, français comme étrangers.

Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF. La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes.

Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels en salle P de la bibliothèque de recherche tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et en réalité virtuelle, est proposée en salle A de la bibliothèque tous publics.

Mardi 19 janvier 2021


De Wonder Boy à Streets of Rage 4, focus sur le département artistique du studio Lizardcube. Comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original ?

Entrez dans les coulisses de la conception de Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 ! Cette séance s’accompagne d’une session de « digital painting live » ; elle propose aussi un focus sur le département artistique du studio Lizardcube et montre comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original.

Séance animée par Marine Macq, avec Ben Fiquet (Art director) et Julian Nguyen-You (Background Supervisor) du studio français Lizardcube.

La conférence reviendra sur l’histoire du studio Lizardcube et le travail de direction artistique. Comment remettre au goût du jour des jeux créés au Japon il y a plus de 25 ans ? Quelles sont les contraintes ou les libertés à prendre quand le public et la technique ont autant évolué entre deux épisodes d’une même série ?

Pour en parler, Benjamin Fiquet (Art Director) sera accompagné de Julian Nguyen-You (Background Supervisor). La séance sera ponctuée d’une démonstration de digital painting (peinture numérique effectuée directement sur tablette graphique). L’entretien sera mené par Marine Macq, directrice et commissaire de la galerie d’art vidéoludique Pixel Life Stories.

Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 sont deux franchises Sega qui ont connu un très grand succès dans les années 1980-1990, par leurs grandes qualités en termes de gameplay, graphisme, musique (notamment pour Streets of Rage 4 ). Streets of Rage 4 a souvent été cité comme étant l’un des meilleurs jeux vidéo développés pour ces générations de consoles.

Les deux titres ont d’abord été développés pour les salles d’arcade, avant d’être adaptés sur les consoles de salon : notamment la première console de Sega (la Master System) puis la Mega Drive.

Wonder Boy a donné lieu à une dizaine de suites / remakes, publiés au fil du temps sur près d’une vingtaine de machines différentes. Streets of Rage 4 a lui connu trois épisodes entre 1991 et 1994, avant le 4e opus sorti en 2020. Les deux licences ont été régulièrement republiées, seules ou dans des compilations et jouissent d’une grande popularité auprès des communautés de joueurs et joueuses. Elles ont aussi connu beaucoup de produits dérivés, dont des adaptations en bande dessinée ou en nouvelles.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube (ci-dessous) et sur Facebook.

Lundi 8 février 2021

Conférence initialement programmée le 3 novembre 2020. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant, suivie d’une séance de dédicace.

Mardi 2 mars 2021

Play-conférence : Assassin’s Creed Valhalla et les influences nordiques dans les jeux vidéo

Découvrez le dernier né de la série phare d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla , qui prend place à l’ère viking.

Séance animée par Romain Vincent, avec Laurent Di Filippo, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 6 avril 2021

Pionniers du jeu vidéo – Rencontre avec les créateurs du studio Silmarils

Au programme de cette séance, l’aventure de la société Silmarils (1987-2003), à l’origine de nombreux titres novateurs qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo en France – Targhan, Transarctica, Deus, Asghan ou encore la série Ishar.

Séance animée par Alice Dionnet, doctorante en littérature comparée à l’université d’Orléans

Mardi 4 mai 2021

Play-conférence : La seconde guerre mondiale à travers Call of Duty : WWII et Battlefield V

À la veille des commémorations du 8 mai 1945, analyse de la vision du conflit mondial proposée dans les derniers épisodes de deux licences-phares du jeu de guerre, Call of Duty et Battlefield.

L’action des épisodes Call of Duty WWII (Activision, 2017) et Battlefield V (Electronic Arts, 2018) se situe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’analyse de quelques moments-clés de ces deux jeux montre que les choix effectués sont une manière d’écrire l’Histoire.

Séance animée par Romain Vincent, avec Marjolaine Boutet, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie, et Rémi Cayatte, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Toulouse 3.

En pratique

  • Les Rendez-vous du Jeu Vidéo
  • BnF, site François-Mitterrand, 75013 PARIS
  • Selon les conditions sanitaires et les couvre-feu : en ligne 15h – 17h ou sur place 18h – 20h (vérifier sur le site bnf.fr)
  • Entrée gratuite – réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les iconothèques d’artistes et d’écrivains. du romantisme aux modernes

Argument

Pour traiter de bibliothèques d’images, des « dossiers iconographiques », des « répertoires d’images » – ou plus largement des « iconothèques », selon un terme d’archivistique – composés ou simplement utilisés par les écrivains, trois journées d’études allant du romantisme à nos jours sont organisées dans trois pays (la France, la Belgique, le Canada) en 2021 et 2022, avec des partenariats différents.

Ce cycle de rencontres s’ouvre avec une comparaison entre les iconothèques d’écrivains et d’artistes. Pour ce faire, l’École du Louvre et l’ITEM s’associent le temps de cette manifestation au programme de recherches HANDLING, dirigé par Anne Reverseau (FNRS/UCLouvain), financé par l’ERC. Dans la mouvance des travaux récents sur les bibliothèques et les archives, à partir de quelques fonds d’images d’écrivains et d’artistes, allant du romantisme aux modernes, nous réfléchirons aux questions suivantes : Comment se sont constituées ces iconothèques ? Quels types d’images contiennentelles ? Où sont-elles stockées ? Comment sont-elles rangées ? Quelle est leur place dans la création d’une oeuvre et la formation d’un oeil ? Quel est leur rapport au canon, au musée et à la bibliothèque ? Quelles différences entre les pratiques et les gestes de l’artiste et de l’écrivain ? Quelles méthodes et quels enjeux pour
les iconothèques devenues invisibles ?

Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et Sarah Hassd, post-doctorante au département de la Musique dans le cadre d’une bourse commune BnF-EUR Translitterae, présenteront des communications sur leurs travaux.

Programme

  • 9h30 Accueil
  • 9h45 Jessica DESCLAUX (UCLouvain/Erc Handling) et François-René MARTIN (École du Louvre/ ENSBA/ Item)
  • Introduction

Créer et collecter des images

  • 10h00 Ségolène LE MEN (Université Paris-Nanterre) Iconothèques graphiques dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle
  • 10h30 Pierre WAT (Université Paris 1) L’iconothèque et ses secrets chez John Constable
  • 11h00 Agnès SANDRAS (BnF) L’iconothèque Zola constituée par Henry Céard : du panorama à la brouette
  • 11h45 Pause

De l’iconothèque à l’œuvre

  • 12h00 Pierre-Marc DE BIASI (CNRS/Item) Flaubert : de l’illustration à l’illusion, le parti pris immatériel des images
  • 12h30 Dominique PETY (Université de Savoie) L’iconothèque des Goncourt : circulation des images et genèse de l’écriture
  • 13h00 Pause

L’iconothèque comme musée personnel

  • 14h30 Sarah HASSID (École du Louvre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’iconothèque de Paul Chenavard (1807-1895) : une collection d’estampes et de photographies au service d’une vision décadente de l’histoire de l’art ?
  • 15h00 Lillie FAURIAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/HICSA) Fabrication d’un musée idéal : les outils et les pratiques de Gustave Moreau 
  • 15h30 Laurence BROGNIEZ (Université Libre de Bruxelles) Préraphaélisme et « produits dérivés » : du musée imaginaire au home de l’artiste. Le cas des symbolistes belges
  • 16h15 Pause

Répertoires d’images chez les modernes

  • 16h30 Laurence CAMPA (Université Paris-Nanterre) Les années d’apprentissage de Guillaume Apollinaire : la genèse du regard
  • 17h00 Sylvie RAMOND (Musée des Beaux-Arts de Lyon/ ENS de Lyon)  Les images de Joseph Cornell : répertoire et matériaux
  • 18h Fin des travaux

Informations pratiques

  • 23 janvier 2021
  • 9h30 – 18h
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé 48 heures auparavant, merci d’adresser un courriel aux deux organisateurs : Jessica.desclaux@uclouvain.be et mfrancoisrene@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Marie Goupil, chercheuse associée de la BnF au département de la Musique aura l’occasion d’y présenter une partie de ses recherches1.

Programme

9h Mots d’ouverture

9h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)
Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h Panel 1 – Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet – Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard – L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine – « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix – La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h Pause déjeuner

13h30 Panel 2 – L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah – William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo – Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret – Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 – Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes – L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme – Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly – Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)
Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h Discussion de fin de journée

Informations pratiques

  • Le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr.
  1. Voir la présentation de son projet de recherche, url : <https://bnf.hypotheses.org/9303>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Le siècle de Labrouste : un élève, un ami, un maître

Au cours de deux plans triennaux de la recherche successifs, le département des Estampes et de la photographie de la BnF a mené un important chantier de mise en valeur de ses fonds d’architectes français du XIXe siècle. Un premier programme s’est attaché en particulier au traitement des fonds des architectes Henri Labrouste, Jacques-Denis Antoine et Paul Abadie : restauration et microfilmage partiels en particulier pour les grands formats et certains calques très fragiles. Mais une bonne partie de ces fonds restait à inventorier, conditionner, restaurer, et décrire.

Dans la perspective du Projet Richelieu, un programme fut spécifiquement consacré à la personnalité d’Henri Labrouste (1801-1875), architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875. Il a permis de classer et inventorier (dessins, manuscrits, objets, etc.) entièrement ce fonds d’une richesse unique, comme cela peut être constaté grâce à la numérisation opérée pour la bibliothèque numérique Gallica.

Après la publication de l’ouvrage portant sur le quadrilatère Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris en 2017, paraissent désormais les actes du colloque Henri Labrouste et son temps que la BnF avait consacré à l’architecte.

Elle est l’oeuvre de Marc Le Cœur, qui menait les programmes mentionnés sous la direction de Corinne Le Bitouzé, et de Jean-Philippe Garric.

Argument

Auteur de deux réalisations magistrales, la bibliothèque Sainte-Geneviève et la Bibliothèque nationale, Henri Labrouste (1801-1875) présente à la fois l’image d’un enfant prodige du système – pensionnaire de la villa Médicis, chef d’atelier, puis membre de l’Institut – et celle d’un artiste en marge, introverti et indocile.
Si l’historiographie a parfois souligné leur portée novatrice, notamment dans l’emploi qu’il fit du métal, sa démarche et son œuvre s’enracinent pourtant dans son siècle, que l’architecte semble avoir traversé en trois temps : à l’École, puis à Rome, il est d’abord Labrouste jeune, au mitan de son parcours, il gagne un prénom, orthographié parfois « Henry », enfin, dans ses dernières années, son nom seul suffit à le désigner.
Ce livre reflète ces trois grandes séquences, qui impliquent aussi trois générations successives : celle de ses maîtres, architectes d’un autre siècle qui, de Charles Percier à Antoine Laurent Thomas Vaudoyer, portèrent l’architecture Beaux-Arts sur les fonts baptismaux, celle de ses condisciples et de ses compagnons, souvent qualifiée de « génération romantique », celle, enfin, de ses nombreux élèves et de ses enfants, qui connaîtront les développements du béton armé et les prémices des mouvements modernes. De sorte que, des années 1780, où se dessine la gloire de ses aînés, jusqu’à la fin des années 1920, où sa fille publie ses « souvenirs » et parachève sa légende, les essais réunis ici inscrivent l’architecte dans un très long XIXe siècle, mais aussi dans un paradoxe. Labrouste, considéré à juste titre comme l’un des enfants les plus audacieux des Beaux-Arts, y apparaît moins comme une figure singulière que comme le fil conducteur d’une histoire qui lie les derniers feux de l’Académie royale d’architecture aux élans de l’entre-deux-guerres.

Essais de Corinne Bélier, Martin Bressani, Hervé Doucet, Fabienne Doulat, Jean-Philippe Garric, Ralph Ghoche, Marie-Agnès Gilot, Marc Grignon, Guy Lambert, Marc Le Cœur, Sigrid de Jong, Natacha Lubtchansky, Caroline Soppelsa & Estelle Thibault.

Sommaire

Introduction

  • Un élève, un ami, un maître, par Jean-Philippe Garric et Marc Le Cœur

Les années de formation

  • De maître à élève : Augustin Nicolas Caristie et Henri Labrouste. Correspondance, 1822-1826, pat Marie-Agnès Gilot
  • Henri Labrouste, l’Étrusque. De l’Antiquité rêvée à l’archéologie, par Natacha Lubtchansky
  • Le progrès vers le primitif : le mémoire de Labrouste sur Paestum en perspective, par Sigrid de Jong
  • Le monument à La Pérouse : Labrouste et le topos d’un tombeau face à la mer, par Jean-Philippe Garric

L’œuvre dans son époque

  • Labrouste et la prison, par Caroline Soppelsa
  • « Que nos constructions conservent le caractère d’étais ». Labrouste, architecte attaché à la Commission des monuments historiques, par Corinne Bélier
  • Le monument funéraire comme paradigme du rapport au passé chez Labrouste, par Martin Bressani et Marc Grignon
  • Guillaume Abel Blouet et Labrouste, regards croisés, par Fabienne Doulat
  • « Un art nouveau complet ». On Simon Claude Constant-Dufeux’s Project for a Chamber of Deputies, par Ralph Ghoche

Labrouste en partage

  • « Mon cher maître et ami… » Parcours croisés de Labrouste et de ses élèves, par Marc Le Cœur
  • Entre Labrouste et Viollet-le-Duc, Gustave Klotz architecte de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg, par Hervé Doucet
  • Labrouste dans la généalogie des maîtres. Voies divergentes du rationalisme et conflits de mémoire académique dans la rénovation de l’enseignement de l’architecture à la fin du XIXe siècle, par Guy Lambert
  • Le rationalisme des enfants de Labrouste, par Estelle Thibault
  • Chronologie
  • Bibliographie
  • Index nominum

Information pratiques

  • Le Siècle de Labrouste. Un élève, un ami, un maître,
  • Dir. Jean-Philippe Garric, Marc Le Cœur
  • Paris : Éditions des Cendres, 2020
  • 1 vol. (284 p.) : ill. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-86742-297-3
  • Prix : 42 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts