Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

La BnF rend hommage à Suzanne Citron

Suzanne Citron, son parcours et ses archives à la BnF (Bibliothèque de l’Arsenal)

Suzanne CitronSuzanne Citron, décédée le 22 janvier 2018, fut une femme passionnée qui ne cessa de s’engager, et de s’interroger avec une grande lucidité sur ses engagements, comme elle le raconte dans son livre de souvenirs publié en 2003, Mes lignes de démarcation : croyances, utopies, engagements. Après l’épisode dramatique de sa détention à Drancy en juillet-août 1944, elle reprend ses études, devient agrégée d’histoire en 1947 et commence une carrière d’enseignement, d’abord en lycée puis à l’Université de Villetaneuse. Pendant ses années d’enseignement puis après sa retraite en 1983, elle s’intéresse d’une manière critique et active à l’histoire de l’enseignement de l’histoire et à ses contenus, publie articles et ouvrages sur ce sujet et réfléchit aux possibilités de réforme. Les étapes les plus marquantes de cette retraite active sont la parution des ouvrages Le Mythe national (1987, plusieurs rééditions dont la dernière, en 2017, eut un certain retentissement), L’Histoire de France autrement (1992, réédition en 1995) et L’Histoire des hommes (1996, réédition en 1999) mais aussi sa participation active et tutélaire au groupe créé en 2011, « Aggiornamento », composé de professeurs désireux de proposer des « réflexions et propositions pour un renouvellement de l’histoire et de la géographie du Primaire à l’Université ».

C’est en 2011 qu’elle entre en contact avec la Bibliothèque de l’Arsenal, au moment où elle souhaite confier à la BnF les archives de son mari Pierre Citron, musicologue et universitaire de renom, spécialiste de Jean Giono. En bonne historienne, elle s’est prise au jeu de cet examen de son parcours et de ses traces. La plus grande partie des archives de Suzanne Citron est déjà présente à l’Arsenal, à la disposition des chercheurs qui s’intéressent à son œuvre et à son approche de l’histoire. Cet ensemble sera prochainement complété par les éléments qu’elle a souhaité garder auprès d’elle pour continuer à travailler. Sa curiosité, sa réflexion, sa lucidité et sa générosité pourront ainsi continuer à témoigner mais aussi à inspirer le travail des historiens et historiographes du futur.

Ce fonds vient enrichir les collections d’archives en sciences humaines et sociales de la BnF, particulièrement celles des historiens, des philosophes ou des ethnologues. Si l’entrée de certaines collections a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, qu’on songe à l’acquisition des archives de Foucault1, celles de Guy Debord2 ou encore le don des archives de Roland Barthes3, d’autres méritent d’être signalées, comme par exemple :

  • Simone Weil (1909-1943) : déposés à la BnF depuis 1978, ses manuscrits entrent définitivement par dation en 2000, accessibles aux chercheurs qui en ont entrepris une publication exhaustive. Des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale à L’Enracinement, des travaux Sur la science ou sur La Source grecque aux Intuitions préchrétiennes, de la Correspondance à l’admirable série des Cahiers,  l’essentiel de ce que la philosophe a écrit, y compris ses notes de cours, ses livres annotés ou les documents accumulés pendant ses derniers mois à Londres, figure dans le fonds Simone Weil ;
  • Jean Malaurie (1922- )((NAF 28421. Fonds Terre Humaine, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc124045)) ;
  • René Girard (1923-2015)4 ;
  • Claude Lévi-Strauss (1908-2009)5 ;
  • Jean-François Revel (1924-2006) : manuscrits de ses essais, de La Tentation totalitaire (1976) à L’Obsession anti-américaine (2002), en passant par La Connaissance inutile (1988) et Le Voleur dans la maison vide (1997). L’ensemble est complété par les manuscrits de ses articles et par une riche correspondance. Les abondantes archives de L’Express pour la période 1978-1981 offrent enfin à l’histoire du journalisme des sources inédites6;
  • Victor Ségalen (1878-1919) ;
  • Jean Cuisenier (1927-2017) ;
  • Germaine Tillon (1907-2008) : le fonds couvre l’ensemble des domaines d’activité de Germaine Tillion7 ;
  • Jean Rouch (1917-2004)8.

Si le statut des archives personnelles de chercheurs suscite parfois encore débat dans le monde académique9, de plus en plus d’établissements (bibliothèques universitaires, comme laboratoires, instituts de recherche et maisons des sciences de l’homme) se soucient désormais de plus en plus de la conservation des archives de la recherche et des chercheurs en parallèle de la réflexion sur la sauvegarde et la transmission des données de la recherche. A titre d’exemple, mentionnons ArchiFacile ! Le guide d’archivage au CNRS publié en 200810 ou le rapport présenté par Bertrand Müller en décembre 2012 intitulé Archiver les sciences humaines et sociales : positions de problèmes, propositions ((Cf. Bertrand Müller, « Archiver les sciences humaines et sociales », Lettre de l’InSHS, 27, janvier 2014, p. 13-19. Disponible en ligne, url : <http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs_27.pdf>.)).

Pour ce qui est de la BnF, le souci de l’accueil et de la conservation des fonds d’archives est réaffirmé dans sa charte documentaire : « une place plus grande encore pour les archives. Si la collecte d’archives est de tradition dans certains départements -département des Manuscrits, de la Musique, des Arts du spectacle- notamment pour les raisons documentaires déjà évoquées, on peut en constater encore le développement dans la période récente y compris dans les départements en charge du dépôt légal. »11)

  1. NAF 28730. Fonds Michel Foucault, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s []
  2. Les archives de Guy Debord entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_archives_debord.pdf ; NAF 28603. Fonds Guy Debord, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc57433n []
  3. Les archives de Roland Barthes entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_roland_barthes.pdf ; NAF 28630. Fonds Roland Barthes, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc78608x []
  4. Fonds René Girard, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94943q []
  5. NAF 28150. Fonds Claude Lévi-Strauss, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071 ; Catherine Faivre d’Arcier, « Les Archives de Claude Lévi-Strauss », Chroniques de la BnF, http://chroniques.bnf.fr/numero_courant/collections/archives_levi_strauss.htm []
  6. Le fonds Jean-François Revel entre à la BnF, http://www.bnf.fr/documents/cp_revel.pdf []
  7. NAF 28481. Fonds Germaine Tillion, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc12933d []
  8. NAF 28464. Fonds Jean Rouch, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4402h, 1950-1997 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc90685z ; 1961-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films non finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96277c []
  9. BERT, Jean-François. Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014 (généré le 30 janvier 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/438>. ISBN : 9782821834620. DOI : 10.4000/books.oep.438. []
  10. http://www.cnrs.fr/paris-michel-ange/IMG/pdf/guide_ARCHIfacile.pdf et décliné par délégations, comme par exemple en Midi-Pyrénées, https://cnrs-hebdo.dr14.cnrs.fr/documents/361/document.aspx&usg=AOvVaw0fP3u8jERFFcS7EA9xKF88 []
  11. Charte documentaire 2015 : Politique d’enrichissement des collections, (version synthétique), url : <http://www.bnf.fr/documents/charte_doc_synthetique.pdf>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien
L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sommet sur l’identifiant ARK (Archival Resource Key) (21 mars 2018)

Le 21 mars 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une  journée d’information et d’échanges sur l’identifiant ARK à même d’intéresser les acteurs des humanités numériques à la recherche de données validées.

Argument

Pour assurer l’interopérabilité des données, les acteurs des humanités numériques savent l’importance de l’attribution d’un identifiant unique à chaque donnée afin d’en garantir l’accessibilité dans le temps1 pour en garantir la citabilité car il désigne une ressource numérique indépendamment de sa localisation. D’aucuns connaissent les numéros handle gérés par la Corporation for National Research Initiatives2 ou encore le Digital object identifier (DOI)3. Il en existe d’autres comme Uniform Resource Name (URN)4) et l’Archival Resource Key (ARK) choisi par la Bibliothèque nationale de France.

ARK (Archival Resource Key) est un système d’identifiants mis en place par la California Digital Library (CDL), et qui a vocation à identifier des objets de manière pérenne. Il peut s’agir d’objets de tous types, physiques (table, livre), numériques (livre numérisé…) ou même immatériels (concepts…).

Organisée par le département des Métadonnées de la BnF, cette journée s’adresse autant aux utilisateurs confirmés qu’à des utilisateurs potentiels qui souhaiteraient mettre en place des permaliens et s’informer sur les atouts d’ARK. Elle proposera, dans la matinée, un tutoriel pour se familiariser avec les concepts fondamentaux qu’ARK mobilise et une présentation des bonnes pratiques et des tendances actuelles de l’identifiant. L’après-midi sera consacrée à des retours d’expérience d’utilisateurs.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Tutoriel (optionnel, sur inscription) – ARK pour les débutants (Sébastien Peyrard, chef du service Ingénierie des métadonnées, BnF)
    • Pause (10h30)
    • 11h : Conférence inaugurale : Passé, présent et futur d’ARK : historique, valeur ajoutée, adoption et perspectives (John Kunze, architecte des systèmes d’identification et créateur de l’identifiant ARK, California Digital Library)
    • 11h45 : Implémenter les identifiants ARK : les bonnes pratiques – foire aux questions pour les futurs utilisateurs (Bertrand Caron, expert de modélisation, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Retours d’expérience
      > INIST (Nicolas Thouvenin, chef du service Recherche & développement)
      > Bibliothèque nationale de Luxembourg (Roxana Maurer-Popistașu, coordinatrice de la préservation numérique)
      > Archives départementales de la Gironde (Delphine Jamet, adjointe au chef de service de la collecte et du traitement)
    • Pause (15h30)
    • 16h : Table ronde – les éditeurs de logiciels, au service de la maîtrise des identifiants ARK par leurs institutions clientes
      > 1 égal 2 (Franck Bernardet)
      > Naoned (Alexis Moisdon)
      > Empreinte Digitale (Guillaume Lory)
    • 16h45 : Conclusion (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)

Modalités pratiques

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles

Mercredi 21 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h
Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Petit Auditorium (entrée principale – hall Est)

  1. raison pour laquelle on les nomme des identifiants pérennes ou PID, pour persistent identifier. []
  2. système employé par la Très grande infrastructure de recherche Huma-Num []
  3. mais dont l’attribution est payante. C’est le système choisi par OpenEdition qui  dépose des DOI auprès de l’agence Crossref pour les articles des revues d’OpenEdition Journals et bientôt pour les livres et chapitres d’OpenEdition Books. []
  4. Système employé par la Bibliothèque nationale suisse, la Deutsche Nationalbibliothek (DNB) et la Österreichische Nationalbibliothek (ÖNB []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Année Claude Debussy : ressources de la BnF

Ce 19 janvier 2018, un concert donné par Daniel Barenboim à la Philharmonie de Paris en présence du président français et de la chancelière allemande a marqué le lancement de la commémoration du centenaire de la mort du compositeur Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918). Ce centenaire est l’occasion de mentionner les ressources disponibles à la Bibliothèque nationale de France (BnF).
Claude Debussy, tirage de démonstration de l’Atelier Nadar

Le jour anniversaire de la mort du compositeur, soit le 25 mars, se tiendra une « Nuit blanche Debussy ». Le ministère de la Culture prévoit la publication prochaine d’un site internet1 pour signaler  tous les événements de la commémoration qui durera jusqu’au 25 mars 2019.

Rappelons que la Bibliothèque nationale de France s’était mobilisée à l’occasion du centenaire de sa naissance en présentant une exposition sur le site Richelieu, galerie Mansart, du 22 juin au 30 septembre 19622 dont le commissariat était assuré par le musicologue, spécialiste de Debussy, François Lesure, conservateur au département de musique de la Bibliothèque Nationale3.

Est-il besoin de rappeler que c’est à François Lesure que l’on doit la création du Centre de documentation Claude Debussy4 – aujourd’hui hébergé dans les locaux du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France depuis 1996 – et ses Cahiers Debussy 5. François Lesure fut aussi l’initiateur de l’édition critique des œuvres complètes6 et de l’édition de la correspondance générale de Claude Debussy7 et l’auteur de travaux pionniers parmi lesquels l’édition du catalogue de l’œuvre8 et d’une biographie critique du compositeur9.

Dans l’attente du calendrier des événements, signalons d’ores et déjà le cycle de neuf conférences Claude Debussy, Claude de France10 organisé par la Philharmonie de Paris et au cours duquel interviennent nos collègues de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque nationale de France, Ministère de la Culture) Denis Herlin et Myriam Chimènes. Le premier, qui a œuvré avec François Lesure pour l’établissement de la correspondance de Debussy11, a évoqué ce 11 janvier L’univers symboliste de Debussy : la Librairie de l’Art indépendant (1890-1895)12. Le 25 janvier, Myriam Chimènes a dressé le portrait de La société parisienne et la carrière de Debussy13. Jeudi 5 avril, Denis Herlin interviendra de nouveau : A la recherche de couleurs orchestrales : du Prélude à l’après-midi d’un faune aux trois Nocturnes14.

Mais alors que s’achève le Week-end Debussy 100 à la Philharmonie de Paris, donnons à voir quelques-unes des ressources de la BnF, notamment au travers de la base de données sémantique de la BnF, data.bnf.fr15, qui, si elle ne moissonne pas l’intégralité des recensements de collections de la BnF, permet de visualiser la richesse et la variété d’un grand nombre d’entre elles.

Ainsi, au jour où nous publions, le site propose :

  • 7 499 documents liés à la notice d’autorité de Claude Debussy dont 656 sont numérisés et donc consultables dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF ;
  • 818 documents au sujet de Claude Debussy.

Le site data.bnf.fr, exploitant les codes de fonction attribués aux rôles de Claude Debussy dans les notices descriptives des 7 499 documents, offre la répartition suivante :

C’est ainsi que tout un chacun peut accéder et  déchiffrer la musique de Claude Debussy sur ses manuscrits musicaux, comme le donne à voir cet extrait de La Mer (accès au manuscrit complet en cliquant sur l’image) :

La mer : trois esquisses symphoniques pour orchestre : 4 mains : manuscrit autographe de Claude Debussy

Celui qui souhaite élargir sa recherche peut consulter les notices suivantes permettant de rebondir sur les notices bibliographiques qui leurs sont  liées dans les bases citées :

  1. Dans l’attente du site web, Claude Debussy figure sur la page des Commémorations nationales 2018 du portail des archives de France, FranceArchives, avec une notice qui renvoie à celle du 150e anniversaire de la naissance du compositeur, url : <https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/82601648>. []
  2. Lesure, François, Claude Debussy, Paris : Bibliothèque Nationale, 1962, 1 vol. (72 p.-8 p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456586n/f10.image>. []
  3. « François Lesure », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Lesure>. []
  4. Cf. son site internet : http://www.debussy.fr/cdfr/centre/centre.php []
  5. Cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378787n []
  6. Œuvres complètes de Claude Debussy, Paris : Durand : Costallat, cop. 1985-, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb395806552 []
  7. Lettres : 1884-1918 / Claude Debussy ; réunies et présentées par François Lesure, Paris : Hermann, 1980. Rééd. Paris : Hermann, 1993. Rééd. [Paris] : Gallimard, impr. 2005. []
  8. Catalogue de l’œuvre de Claude Debussy, Genève : Minkoff ; [Paris] : [diffusion Frankelve], 1977. []
  9. Claude Debussy : biographie critique, [Paris] : Klincksieck, 1994. []
  10. Cf. programme en ligne, url : <https://philharmoniedeparis.fr/fr/programmation/culture-musicale/cycles-et-seances-de-culture-musicale/claude-debussy-claude-de-france>. []
  11. Nous renvoyons à l’entretien qu’il donna à Florilettres au moment de la parution de la correspondance : « Entretien avec Denis Herlin. Propos recueillis par Nathalie Jungerman », Florilettres, 1er septembre 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.fondationlaposte.org/florilettre/entretiens/entretien-avec-denis-herlin-propos-recueillis-par-nathalie-jungerman/>. []
  12. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18342-claude-debussy-claude-de-france []
  13. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18344-claude-debussy-claude-de-france. []
  14. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18348-claude-debussy-claude-de-france. []
  15. Cf. http://data.bnf.fr/. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rencontres à la BnF : Les écrivains et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Programme

  • Samedi 10 février 2018 : Proust et la presse
  • Jeudi 8 mars 2018 : Zola et la presse
  • Jeudi 15 mars 2018 : George Sand et la presse
  • Jeudi 22 mars 2018 : Apollinaire et la presse
  • Jeudi 29 mars 2018 : Aragon et la presse
  • Jeudi 5 avril 2018 : Colette et la presse
  • Jeudi 12 avril 2018 : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives

Les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national du patrimoine organisent un séminaire intitulé Archives du patrimoine écrit / Patrimoine écrit des archives avec le soutien du Labex Cap se tenant les jeudis de 16h à 18h du 15 février au 28 juin 2018.

Argument

Archives et bibliothèques constituent deux modes de conservation et de valorisation des documents écrits. Tout se passe comme si le patrimoine écrit et le patrimoine archivistique étaient deux entités parallèles s’ignorant mutuellement. Ce dispositif contradictoire est le produit d’une histoire que ce séminaire entend aborder à partir de la formation et des pratiques professionnelles, des enjeux politiques et juridiques et des fonctions assignées à la mise en archives et à la collecte des documents écrits.

Programme

15 février 2018 : Pour une histoire croisée du Patrimoine écrit, entre bibliothèques et archives

Séance d’introduction par Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF), Yann Potin, chargé d’études documentaires aux Archives nationales (AN), Anne Pasquignon, adjoint au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques, BnF, et Philippe Barbat, directeur de l’INP

15 mars 2018 : Histoire comparée de l’administration des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale (1790-1870)

Séance animée par Marie Galvez, archiviste paléographe, conservateur à la BnF, et Denise Ogilvie, conservateur en chef aux Archives nationales-Centre Jean Mabillon

5 avril 2018 : Enregistrer les fonds : la question des archives des entrées et des acquisitions

Séance animée par Clément Arnaud, Archives départementales de Seine-et-Marne, Christophe Gauthier, professeur d’histoire du livre et des médias contemporains (XIXᵉ-XXIᵉ siècles) à l’École Nationale des Chartes, Cécile Robin, chargée d’études documentaires aux AN, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des manuscrits, BnF

3 mai 2018 : Bâtiments d’archives et de bibliothèques face à leur archives courantes et définitives

Séance animée par Jean-Luc Bichet, architecte, coordinateur bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine, AN, et Christian Hottin, directeur des études du département des conservateurs, INP

31 mai 2018 : Mémoriser la consultation et le lectorat : l’enregistrement des recherches et les archives de la communication

Séance animée par Claire Béchu, chargée de mission pour la diffusion scientifique, AN, Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, AN, et Jacqueline Sanson, présidente de la Société française d’archéologie et ancienne directrice générale de la BnF

28 juin 2018 : Exposer le patrimoine écrit : documenter et archiver la mise en vitrine des archives et des manuscrits

Séance animée par Ariane James-Sarrazin, conseillère scientifique à l’Institut national d’histoire de l’art, et Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF

Informations pratiques

Pour assister aux séminaires, l’inscription est obligatoire : formulaire d’inscription 

Le jeudi de 16 h à 18 h, à l’INP – Salle Champollion – 2 rue Vivienne – 75002 Paris

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF (20 mars 2018)

Le mardi 20 mars 2018, au lendemain du Salon du livre, la Bibliothèque nationale de France organise une nouvelle journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF. Cette journée permettra notamment de découvrir de nouveaux modes d’accès aux données de la BnF et dressera un panorama des échanges de métadonnées entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

La matinée sera l’occasion de présenter les nouveautés liées aux services d’accès (ouverture d’un service SRU d’interrogation du catalogue, lancement du site BnF API et jeux de données, placement des données du CCFr sous licence ouverte) et aux données (l’ISNI, les nouvelles zones liées à la Transition bibliographiques, les fichiers numériques adaptés pour les personnes en situation de handicap), avant une présentation du projet CORPUS de construction de services avec le monde de la recherche.

L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur les échanges de métadonnées dans l’ensemble de la chaîne du livre avec les différents acteurs concernés (distributeurs, éditeurs, libraires…) et sur la place des données de la BnF dans cet environnement.

Elle se conclura sur une présentation de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Ouverture (Arnaud Beaufort, directeur général adjoint et directeur des Services et réseaux, BnF)
    • 9h45 : Une nouvelle offre de services de diffusion
      Tous les moyens d’accéder aux données de la BnF : le site BnF API et jeux de données (Pauline Moirez, Innovation, BnF) et l’ouverture des données du CCFr (Wilfried Müller, Catalogue Collectif de France, BnF)
      Le nouveau service SRU d’interrogation de BnF catalogue général (Laure Mane, services aux professionnels, BnF) et la récupération anticipée des pré-notices du dépôt légal
      Les évolutions de data.bnf.fr (Aude Le Moullec-Rieu, data.bnf.fr, BnF)
    • Pause (11h)
    • 11h20 : Actualité sur les données
      Les nouvelles zones créées à la BnF dans le cadre de la Transition bibliographique (Clémence Agostini, services aux professionnels, BnF
      Récupérer l’ISNI : pourquoi ? comment ? (Valérie Dhiver, Agence d’enregistrement ISNI-BnF et Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF)
      La mutualisation des fichiers adaptés à destination des personnes empêchées de lire (Chloé Cottour, Centre Exception handicap, BnF)
    • 12h : Co-construire les humanités numériques entre bibliothèques et chercheurs : le projet CORPUS (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Les métadonnées dans la chaîne du livre
      Du créateur au lecteur, panorama de la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne du livre (Dominique Parisis, président de la commission FEL numérique de la CLIL, et Anne Bommier-Chasles, Extranet du dépôt légal, BnF)
      Table ronde interprofessionnelle (animée par Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF) avec :
      > Véronique Backert, directrice générale, Dilicom
      > Joëlle Aernoudt, directrice qualité de la base de données bibliographique, Electre
      > Luc Audrain, direction innovation, Hachette
      > Xavier Guillot, expert sur les questions de Transition bibliographique auprès de la FULBI
    • Pause (15h30)
    • 15h50 : Production et exposition des métadonnées de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme (Renaud Aïoutz, chef de projet du développement numérique et Christophe Torresan, directeur de la Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme)
    • 16h20-16h45 : Conclusion (Frédérique Joannic-Seta, directrice du département des Métadonnées, BnF)

Modalités pratiques

Mardi 20 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Grand Auditorium (entrée principale – hall Est)

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF »

Dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire du « quartier » Richelieu, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des Chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art organisent le séminaire ‘Histoire de quartier ».

Programme

Après la conférence d’Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne) intitulée Le quartier Richelieu. Topographie, architecture, patrimoine du 15 décembre 2017, la deuxième séance se tiendra le vendredi 2 février 2018.

Intitulée « Sources iconographiques du quartier Richelieu dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF », la séance sera animée par Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjoint au directeur du département, Loïc Le Bail, conservateur en chef, responsable de la conservation, et Pauline Chougniet, conservateur, responsable des dessins.

Modalités pratiques

Date : vendredi 2 février 2018.

Lieu : Salle de réunion de la Bibliothèque de l’INHA, 58 rue de Richelieu (7ème étage), de 10h30-12h30.

Rendez-vous à 10h20 précises dans le hall Labrouste pour faciliter l’accès à la salle du séminaire.

Inscription sur Eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-seminaire-sources-iconographiques-du-quartier-richelieu-dans-les-collections-du-departement-des-42531431657

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire

Conservateur général en charge des monnaies orientales au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF jusqu’en 2015, François Thierry publie Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire (Les Belles Lettres, 2017).

Fort de 688 pages et abondamment illustré, cet ouvrage est destiné à devenir la synthèse indispensable pour quiconque s’intéresse aux développements de la monnaie en Chine depuis le Xe siècle avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Empire, en 1911.

Dans cette somme, l’auteur confronte systématiquement aux données numismatiques les textes historiques et les découvertes archéologiques les plus récentes. Ce faisant, il dresse un tableau complet des monnaies en circulation, des usages de ce medium ainsi que des pratiques financières tout au long de l’histoire multiséculaire de la Chine.

Pour mémoire, François Thierry est notamment l’auteur des catalogues suivants  (cliquer sur les couvertures pour en savoir plus) :

 

Résultat de recherche d'images pour "bnf monnaie chine"  

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projet ANR (2017-2020) : FFL – Foucault Fiches de Lecture

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) coordonné par Michel Senellart, professeur de philosophie à l’ENS Lyon (UMR Triangle), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE38 La Révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Résumé du projet

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) a pour but d’explorer et de mettre à disposition en ligne un large ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF. Ce corpus de plusieurs milliers de feuillets contient une collection considérable de citations et de références, organisées et commentées par Foucault pour la préparation de ses livres et de ses cours.
Il ne s’agira pas seulement de rendre accessibles les sources du philosophe, mais de contribuer à l’élaboration d’une herméneutique philosophique, reposant sur l’analyse des pratiques documentaires et des styles de travail de Foucault. La recherche foucaldienne, à laquelle le fonds BnF ouvre de multiples perspectives d’exploration, en sera profondément renouvelée, et les sciences humaines disposeront d’un corpus inédit, constitué des matériaux accumulés par Foucault tout au long de son parcours intellectuel, sur des sujets aussi variés que la psychiatrie, la pénalité, la sexualité.
Outre cet apport aux sciences humaines, la réflexion sur la théorie foucaldienne de la matérialité du discours et de l’archive – théorie dont les fiches de lecture offriront une approche inédite – guidera le développement d’une plate-forme numérique d’un nouveau type. Elle permettra de circuler dans les contenus, de les enrichir par des annotations et des ressources distantes, mais aussi d’analyser et de représenter leurs relations.
En particulier, s’appuyant sur les technologies du Linked Data, l’équipe proposera un modèle de données original et ouvert, que chaque chercheur pourra adapter à ses problématiques spécifiques, en créant son propre système de description des documents, de mise en relation, et d’interrogation, des connaissances et des contenus. Plutôt que de donner accès aux archives selon un modèle unique et prédéfini de la pertinence des informations, l’ambition du projet sera de proposer à chacun de constituer et d’organiser ses propres indicateurs et son propre parcours de lecture. Le principal défi sera donc d’intégrer ces différents modes d’analyse du corpus, et donc les fonctionnalités correspondantes, dans une plate-forme où les contributions pourront être mutualisées et articulées – et ce, au-delà du projet ANR.

Coordinateur scientifique : Michel Senellart

Contribution de la BnF

Le département des Manuscrits est partenaire de ce programme pour lequel il contribuera par :

  • la mise à disposition des données et leur sauvegarde pérenne : les images numériques des fiches de lecture seront en effet mises en ligne dans Gallica, vers laquelle pointera la base de données ;
  • la mise à disposition des données de l’inventaire, mises en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/), et leur réutilisation pour les besoins du projet ;
  • l’apport d’une aide ponctuelle concernant notamment des questions d’indexation ;
  • participation sur fonds propres aux frais de numérisation à hauteur de 6000 euros.

Partenaires

Triangle :Logo Triangle
BnF :Logo-BnF
ENS-PSL :Logo ENS-PSL

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

PS : Rappelons que Michel Amandry a été directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 1991 à septembre 2013.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. Précédemment consultable uniquement en intranet par le personnel de l’établissement. []
  3. En cours d’alimentation. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts