Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Offre d’emploi : Chef.fe de projet Données et Intelligence Artificielle

Missions et activités permanentes

Dans le cadre de son futur contrat de performance à partir de 2022, la BnF s’est dotée d’une feuille de route pour l’intelligence artificielle, visant à augmenter sa capacité à intégrer des technologies reposant sur l’automatisation de fonctions cognitives telles que l’apprentissage par machine, la vision par
ordinateur et ses dérivées (reconnaissance de l’écriture manuscrite…), l’analyse de contenus sonores, la génération de données, la création de modèles de prédiction, etc. Cette feuille de route inclut des enjeux stratégiques, organisationnels, humains, techniques et financiers.
La BnF est également engagée dans des programmes de long terme visant à développer sa stratégie de gestion des données, qu’il s’agisse de leur production, leur exploitation, leur diffusion : la création d’un Data Lab pour l’exploitation des collections numériques de la BnF, le projet Noemi visant à refondre l’application de catalogage de la BnF, le projet de mise en cohérence des données utiles à la conservation. Ces programmes sont susceptibles de contribuer à la feuille de route pour l’intelligence artificielle.

L’adjointe scientifique et technique auprès du directeur des services et des réseaux est impliquée dans la coordination de ces programmes et leur portage stratégique au niveau de l’établissement. À cette fin, elle peut être amenée à impulser et piloter des projets expérimentaux qui se rattachent à ces programmes, ou à faciliter des projets de plus grande envergure en y contribuant activement.
Le ou la titulaire du poste, rattaché.e à l’adjointe scientifique et technique auprès du directeur des services et des réseaux, aura la charge de conduire ou de participer à des projets transverses rattachés aux programmes de déploiement de l’intelligence artificielle et de la stratégie de gestion des données de la BnF. En lien avec les porteurs de ces projets dans les différents départements de la direction des services et des réseaux, il ou elle assurera de façon opérationnelle leur suivi ou leur pilotage, suivant les cas, et participera à des activités techniques opérationnelles.

Ses activités peuvent être les suivantes, selon les projets :
– rédiger des documents techniques (cahiers des charges, modèles de données, documentation technique)
– concevoir et piloter des chantiers liés aux données et aux traitements des données
– spécifier le développement d’outils techniques dans le domaine du traitement des données et de l’intelligence artificielle
– en lien avec le département des systèmes d’information, concevoir et piloter des chantiers liés à l’infrastructure informatique pour l’intelligence artificielle
– évaluer et chiffrer les moyens (humain, techniques) nécessaires à la conduite de chantiers sur les données et assurer un suivi activités de suivi et gestion de projet (planning, travail en équipe, accompagnement du changement, communication, formation, évaluation, reporting).

Activités spécifiques

Contribution au service public dans le cadre du Data Lab (expertise ingénierie des collections numériques et des données, intelligence artificielle)

Compétences requies

  • Très bonne connaissance des enjeux numériques des institutions patrimoniales
  • Connaissance de la BnF et de son organisation
  • Connaissance des mécanismes de financement de projets et des marchés publics
  • Maîtrise de la méthodologie de conduite de projet
  • Connaissances pratiques et expérience dans le domaine de la modélisation et de l’exploitation des données
  • Connaissance des outils et techniques des traitements de données et de l’intelligence artificielle
  • Anglais indispensable.

Contraintes spécifiques

Activités 100% télétravaillables

Postuler en ligne

Contact

  • Emmanuelle BERMES
    Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux

Références

  • Référence du poste : 2801
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Groupe emploi : 5
  • Famille : Administration gestion
  • Emploi de référence : Chargé de mission / d’études / de projet / d’audit / responsable qualité
  • Spécialité professionnelle : Services aux publics / traitement des collections
  • À pourvoir à compter du : 01/07/2021

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Fantastic Futures, 3e conférence internationale sur l’intelligence artificielle pour les bibliothèques, les archives et les musées

La communauté  ai4lam (Intelligence artificielle pour les librairies, archives et musées)  organise sa 3e conférence internationale, qui se tiendra à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, les 9 et 10  décembre 2021. Cet évènement combinera des présentations sur place avec une diffusion en ligne ainsi que des webinaires et des ateliers en ligne.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantastic Futures, 3e conférence internationale sur l’intelligence artificielle pour les bibliothèques, les archives et les musées

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rappel : offre d’un contrat postdoctoral BnF/Translitterae

Pour la deuxième année consécutive, la Bibliothèque et l’Ecole universitaire de recherche Translitterae (PSL) proposent un contrat postdoctoral pour soutenir un travail de recherche à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares, non décrits ou inédits.

L’appel est ouvert jusqu’au 1er juin 2021.

Les détails de l’appel figurent dans le billet suivant :

Appel BnF/Translitterae 2021 pour un contrat postdoctoral

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bourses de recherche sur l’histoire et le parcours des collections 2021-2022

La BnF et le musée du quai Branly – Jacques Chirac proposent pour la deuxième année consécutive deux bourses destinées à favoriser la recherche de post-doctorants et d’enseignants-chercheurs autour du thème de l’histoire et du parcours des collections extra-européennes au sein des deux institutions.

Les projets doivent porter sur des collections extra-européennes, des collectionneurs, ou des expéditions/missions dans des contextes chrono-culturels de collecte précis, impliquant les collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif à terme est de cartographier à large échelle des fonds d’institutions publiques, permettant de faire un lien entre archives et objets, pour mieux connaître l’histoire des collections.

Pour l’année 2021-2022 les sujets proposés par le musée du quai Branly – Jacques Chirac (MQB-JC) et la Bibliothèque nationale de France sont :

  • Histoire croisée des collections BnF / MQB-JC
  • La Mission Dakar-Djibouti (1931-1933)

Au cours de l’année, les candidats sélectionnés travaillent en collaboration avec un référent scientifique nommé par chacun des établissements, et rédigent un rapport d’activité destiné aux deux établissements d’accueil, ainsi qu’un article académique pouvant être soumis à publication. Leurs travaux seront exposés au sein des différentes instances de présentation des résultats de la recherche du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France.
Ces bourses constituent une aide à la rédaction et ne correspondent pas à un financement de recherches de terrain. Elles sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er septembre 2021 au 31 août 2022. Chacun est d’un montant annuel de 10 000 euros.

Elles sont allouées après évaluation des dossiers de candidature par un jury constitué de chercheurs et de conservateurs du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. Aucune condition de nationalité n’est exigée, mais les candidats doivent avoir un niveau académique, écrit et oral, en français et en anglais.

Comment candidater ?

Les demandes de bourse doivent être établies suivant un formulaire spécifique, durant la période de l’appel à candidatures.

Pour que la candidature soit enregistrée, le dossier complet et le «Règlement» datés et signés doivent obligatoirement faire l’objet d’un double envoi avant le mercredi 30 juin 2021 :

  • par voie électronique, aux adresses suivantes : bourses@quaibranly.fr et boursesinternationales@bnf.fr : il est demandé aux candidats de procéder au regroupement des différents documents du dossier de candidature en un seul fichier au format PDF, ne dépassant pas 5Mo. Le fichier devra être nommé sur le modèle suivant : NOM_candidatureCOLLECTIONS_2021.pdf
  • par courrier postal (avec mention « Candidature Bourse Collections » portée sur l’enveloppe), avec le dossier de candidature et le «Règlement» datés et signés, aux deux adresses suivantes :

Département de la recherche et de l’enseignement
musée du quai Branly – Jacques Chirac
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07

&

Délégation aux relations internationales
Bibliothèque nationale de France 
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13, France

Bourses 2020-2021

Pour l’année 2020-2021, première édition de la bourse pour la recherche sur l’histoire et le parcours des collections, les lauréats étaient :

  • Iris Farkhondeh, post doctorante rattachée au groupe de Recherches en Études Indiennes (EPHE/Paris 3), pour son projet « Regards croisés de philologues et de photographes sur le Cachemire de la fin du XIXe siècle à travers les collections réunies par Marc Aurel Stein et Alfred Foucher, indianistes, et par Isabelle Massieu, exploratrice ».
  • Marine Vallée, assistante de conservation au Musée de Tahiti et des Îles, post doctorante membre du laboratoire EATSCO EA4241 (Université de la Polynésie française), pour son projet « Tracés de collections et d’expositions : la Polynésie française dans le paysage muséal parisien ».

Contact BnF

Valeria Fayad
Chargée de mission pour les relations internationales
Téléphone : 33(0) 1 53 79 88 23
valeria.fayad@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Seule la terre viendra à notre secours : journal d’une déportée du génocide arménien

Couverture de "Seule la terre viendra à notre secours" - Éditions BnF
Couverture de « Seule la terre viendra à notre secours » – Éditions BnF

Argument

Oublié pendant des décennies dans un grenier avant de rejoindre les collections de la BnF, le carnet de Serpouhi Hovaghian constitue l’un des rares témoignages connus d’une victime écrit alors même que le génocide arménien se commettait. La présente édition critique du récit qu’il renferme nous plonge dans une des périodes les plus sombres du XXe siècle.

 » Nous marchions sans but, six heures par jour, sans manger ni boire. Marche, marche sur la route jusqu’à ce que tu en finisses avec ta vie [… ]. « 

Le 25 octobre 1915, une jeune Arménienne de vingt-deux ans échappée d’un convoi de déportés arrive dans le port de Giresun sur la mer Noire dans des conditions dramatiques. Le génocide orchestré par les Jeunes-Turcs contre les Arméniens de l’Empire ottoman fait rage depuis le mois d’avril. Comme beaucoup de ses compagnes d’infortune, Serpouhi Hovaghian a dû abandonner son fils de quatre ans en cours de route, et demeurera cachée plusieurs années, au prix de fréquents changements de domicile.
Au cours de sa longue clandestinité, elle utilise un carnet pour consigner par écrit avec plus ou moins de régularité son expérience et les événements dont elle a vent dans une sorte de journal intime, tenu en arménien, puis en français, avec quelques passages en grec. Dans ce récit fragmentaire, elle relate son périple à travers l’Anatolie, depuis son départ en déportation de Trébizonde où elle vivait avec sa famille en juin 1915, et sa vie recluse à Giresun.
Pour comprendre et décrypter ce document fragile, bouleversant, les éditions de la BnF ont fait appel à l’historien Raymond Kévorkian, spécialiste de l’histoire arménienne, qui livre ici une édition critique indispensable.

Informations pratiques

  • Description matérielle : 1 vol. (144 p.) : 30 ill., 22 cm
  • Date de parution : 29 avril 2021
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2870-5 / 9782717728705
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 19 €

Spectacle vivant

Mardi 11 mai, à partir de 18h30, la BnF rendra hommage à Serpouhi Hovaghian. Son journal, tenu clandestinement en 1916-1918, fera l’objet d’une présentation historique, par le professeur Raymond Kévorkian et Maximilien Girard, chargé de collections au département des Manuscrits, avant d’être lu par la comédienne Anna Mouglalis.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : André Antoine au cinéma. Une méthode expérimentale

Manon Billaut, qui fut chercheuse associée puis invitée de la BnF pour son projet intitulé L’émergence d’une figure de metteur en scène : L’œuvre cinématographique d’André Antoine dans le courant réaliste du cinéma français des années 1910-1920, publie un ouvrage tiré de sa thèse sur l’expérience cinématographique d’André Antoine dans une perspective centrée sur la pratique expérimentale d’Antoine au théâtre et au cinéma.  Cette recherche a été menée en grande partie à partir du fonds Antoine du département des Arts du spectacle de la BnF.
 

André Antoine au cinéma
André Antoine au cinéma

Argument

Célèbre dans l’histoire du théâtre pour avoir fondé en 1887 le Théâtre-Libre qui révolutionna la mise en scène moderne, André Antoine consacra la dernière partie de sa vie au cinéma et à la critique, tournant huit ­films entre 1915 et 1922. Inspiré par les théories naturalistes d’Émile Zola, il appliqua au nouvel art une méthode rigoureuse reposant sur l’expérience du milieu, dans la continuité de sa pratique théâtrale. L’ouvrage analyse l’opération cinématographique qu’Antoine mobilise à chacun de ses ­films selon le protocole expérimental qui lui est propre : investigation, écriture, tournage et direction d’acteurs. C’est l’objet de cet ouvrage de dé­finir cette méthode, de ses origines scienti­fiques à son application par le metteur en scène dans le domaine du théâtre, et surtout du cinéma. L’étude repose sur une analyse approfondie des ­films, des documents de production, des archives personnelles d’Antoine et de ses nombreux écrits.

Manon Billaut est responsable de la collection films de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Elle a soutenu une thèse sur la pratique cinématographique d’André Antoine à l’Université Paris 3 en 2017, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France et de la Cinémathèque française. Croisant les sources lm et non- lm, ses recherches portent sur les rapports entre théâtre et cinéma, et documentaire et fiction dans le cinéma muet. Elle est membre du conseil d’administration de l’AFRHC et de Kinétraces.

Informations pratiques

  • Editeur : Sesto San Giovanni : Mimésis
  • Date de parution : 4 mai 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (286 p.) : ill., couv. ill. ; 21 cm
  • ISBN 9788869762536
  • Prix : 20 €
André Antoine au cinéma : 4e de couv.
André Antoine au cinéma : 4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Reynaldo Hahn

Musicologue, Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il consacre ses recherches à Reynaldo Hahn et au théâtre lyrique en France sous la Troisième République1. Aujourd’hui, il fait paraître une biographie de Reynaldo Hahn.

Argument

Très éloigné d’ouvrages superficiels, mettant en valeur le milieu littéraire et mondain dans lequel évoluait Reynaldo Hahn, cet ouvrage rend pleinement justice à une personnalité notable de la vie musicale en France, compositeur éclectique aux activités multiples, qui a œuvré au tournant de deux siècles.

Reynaldo Hahn (1874-1947) est longtemps demeuré attaché à la seule figure d’un musicien mondain, compositeur précoce fêté dès son enfance dans les salons parisiens. La postérité de ce spirituel et distingué Vénézuélien d’origine juive allemande, affectionné et admiré de Massenet et d’Alphonse Daudet, ne semblait pouvoir dépasser son affinité première avec la poésie de Verlaine, sa relation amoureuse avec Marcel Proust et sa fervente amitié pour Sarah Bernhardt. Incarnation immuable de la Belle Époque, il était rivé à quelques mélodies à succès et une opérette célèbre, Ciboulette, qui l’érigeait en nouvel André Messager.
Aujourd’hui pourtant, la musique de Reynaldo Hahn séduit une nouvelle génération d’interprètes et sa stature est reconsidérée, notamment en ce qui se rapporte à ses échanges intellectuels et esthétiques avec Proust. Cette biographie se propose, en revenant aux sources –  dont son journal inédit  – et en ne s’aliénant pas aux clichés, de retrouver l’artiste sous le personnage. Autrement dit le créateur d’une œuvre multiple, riche de bien d’autres poèmes vocaux et ouvrages lyriques que ceux toujours entendus, où le ballet côtoie l’oratorio et le quatuor à cordes. Certaines œuvres, comme Sagesse ou La Corsaire,sont étudiées ici pour la première fois. On découvrira également un interprète d’exception et un homme de lettres accompli, chanteur-né, chef d’orchestre et directeur musical de grande envergure, critique musical influent et alerte conférencier.
Restait à faire apparaître sous le plastron du contempteur brillant d’une modernité de commande, acteur incontournable de la vie musicale de l’entre-deux-guerres et parangon incontesté de l’esprit français le plus piquant, un être voué à l’art s’exprimant par nécessité intérieure. Fidèle à une conception non progressiste de la beauté et meurtri face à une époque d’intenses mutations qui ne lui correspondait pas, Reynaldo Hahn s’est voulu à la fois un éclectique et un classique.

Pour en savoir plus

  • Editeur : Paris : Fayard
  • Date de parution : 5 mai 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (712 p.) : couv. ill. ; 15 x 24 cm
  • Collection : Musique
  • EAN : 9782213622620
  • Prix imprimé : 28.00 € ; prix numérique : 18.99 €
  1. Voir ses publications, https://experts.bnf.fr/page_personnelle/philippe-blay []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14/6)

Organisée dans le cadre de « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, XIXe-XXe siècle » par le professeur Antoine Compagnon, Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie et le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Programme

9h30 Ouverture
Antoine Compagnon, Collège de France
Laurence Engel, Bibliothèque nationale de France

10h15 « Relations pluriséculaires entre le Collège de France
et la Bibliothèque nationale de France »
Isabelle le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France
Céline Surprenant, Collège de France

11h15 Pause-café

11h30 « Sources archivistiques du Collège de France
et de la Bibliothèque nationale de France »
Anne Leblay-Kinoshita, Bibliothèque nationale de France
Christophe Labaune, Collège de France

12h30 Déjeuner

14h « Les textes réglementaires sous le Second Empire,
Collège de France (1857) et Bibliothèque impériale
(1858) »
Marie de Séverac, Bibliothèque nationale de France
Cécile Fabris, Archives nationales

15h « Émergence des domaines disciplinaires.
À la croisée des chaires et des collections.
Les collections d’hébreu »
Peter Nahon, Université de Neuchâtel
Laurent Héricher, Bibliothèque nationale de France

16h Pause

16h15 « Constitution du fonds papyrologique de la
Bibliothèque nationale de France et naissance d’une
nouvelle discipline »
Julien Auber de Lapierre, Bibliothèque nationale
de France / Collège de France
Christian Förstel, Bibliothèque nationale de France

16h45 « L’image de la Bibliothèque nationale et du Collège
de France dans la presse sous le Second Empire »
Agnès Sandras, Bibliothèque nationale de France

17h15 Conclusion

Informations pratiques

  • Collège de France – 11, place Marcelin-Berthelot – Lundi 14 juin 2021 – Salle 2

Organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Frédéric Martin

Le mardi 27 avril, Frédéric Martin, directeur du département de l’Accueil, de l’orientation et de la billetterie de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en littérature française intitulée Les politesses du seuil : étude littéraire et répertoire bibliographique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1630) ; graphe social des amitiés poétiquesmenée sous la direction de M. Patrick Dandrey, professeur émérite de littérature française, Sorbonne Université.

Résumé

Cette thèse porte sur les pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques publiés en France entre 1598 et 1630. Elle comporte trois volets : un répertoire bibliographique qui recense 988 poèmes amicaux, issus de la consultation de 213 éditions ; une étude littéraire portant sur différents aspects de cette composante de l’appareil péritextuel ; un graphe social représentant, de manière dynamique, l’ensemble des liens de sociabilité que révèlent les poèmes d’éloge liminaires, c’est-à-dire le réseau social public des amitiés poétiques.
L’étude littéraire analyse, en premier lieu, le péritexte amical en tant qu’objet éditorial, inscrit dans une stratégie « marketing » et relevant d’une captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Un partage des responsabilités s’opère entre l’imprimeur-libraire, l’auteur du recueil, et celui du poème liminaire. En second lieu, nous étudions les principes rhétoriques, poétiques et topiques concourant à la composition de l’éloge du poète. Une écriture fortement codifiée, tant dans ses procédés stylistiques que dans ses référents topiques, dessine le portrait du poète idéal. Enfin, nous nous attachons à caractériser les cercles d’amitiés poétiques, qui ne témoignent pas uniquement d’une volonté de reconnaissance par les pairs, mais d’un souhait d’ouvrir les pages du recueil à l’entourage, à la famille, aux connaissances professionnelles, sollicités comme témoins de moralité plutôt que prescripteurs littéraires. Les mentions accompagnant de nombreux poèmes liminaires livrent de précieuses informations sur les qualités et professions des amis du poète, révélant ainsi les spécificités de leurs positions sociales.

Soutenance

  • Mardi 27 avril 2021 à 13 h
  • La soutenance se déroulera en visio-conférence : https://bnf-fr.zoom.us/j/91730347643?pwd=V3pCT2xueExBeTVQb2t5QUVSUHZ1Zz09
  • Identifiant de réunion : 917 3034 7643
  • Code : 945926

Composition du jury

  • M. Patrick Dandrey, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Emmanuelle Bermès, conservatrice générale des bibliothèques, BnF
  • M. Alain Génetiot, professeur, Université de Lorraine
  • M. Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • M. Bernard Teyssandier, professeur, Université de Reims Champagne-Ardennes

Position de thèse

Addendum du 27/4

  • Après délibération, le jury a déclaré Frédéric Martin digne du titre de docteur et, malgré la disparation des mentions, lui a décerné ses félicitations.
  • Pour consulter le graphe produit pour la thèse, http://these.acalon.fr/

Voir aussi

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé

Dans le cadre du séminaire « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » organisé en lien avec l’Institut national du patrimoine et la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, Anne Leblay-Kinoshita (conservatrice du patrimoine, Bibliothèque nationale de France) et Yann Potin (archiviste, historien, Archives nationales et Université Paris-Nord) proposeront un regard croisé sur la Bibliothèque nationale et les Archives nationales sous l’Occupation.

Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)
Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)

Argument

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé (projet Prometeus, labex « Passés dans le Présent »)

Prometeus – « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages : Archives nationales et Bibliothèque nationale à l’ombre de l’histoire (1940-1994) – est un projet de préfiguration, qui réunit plusieurs partenaires (AN, BnF, IHTP, INHA) et a pour objet d’interroger l’histoire des fonds et les politiques d’acquisition des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale à l’aune de leurs activités et de leur fonction durant l’Occupation. Ces deux institutions régaliennes du patrimoine écrit n’ont pas connu un destin identique durant la période : généralement présenté comme une parenthèse dans l’histoire des deux institutions, le temps de l’Occupation et de la Libération marque durablement leur structure et modifia considérablement les pratiques professionnelles mises en œuvre depuis lors, tant sur la question des provenances que sur celle de l’accessibilité des fonds et des collections. Cette intervention sera l’occasion de dresser le bilan des questions soulevées et des pistes de recherche ouvertes par une recherche d’histoire institutionnelle comparée, à partir d’une situation mémorielle historiographique singulière.

Modalités pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel BnF/Translitterae 2021 pour un contrat postdoctoral

Pour la deuxième année consécutive, la BnF et l’Eur Translitteræ (PSL) s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un jeune chercheur intéressé par un travail à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares ou inédits

Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Elle est organisée autour de quatre volets thématiques : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Modalités

Le concours est ouvert à tous les chercheurs‐euses, sans distinction de nationalité, ayant soutenu leur thèse de doctorat dans une université française ou étrangère après le 01/01/2016.

Chaque dossier de candidature comportera les 6 pièces suivantes rassemblées sous la forme d’un document unique sous format .pdf :

  1. Un curriculum vitae et une liste des publications ;
  2. La copie du diplôme de doctorat (les candidats n’ayant pas la copie du diplôme le 1er juin 2021 peuvent l’envoyer jusqu’au 16 juin 2021 minuit) ;
  3. Le rapport de soutenance (pour les thèses soutenues en France) ;
  4. Le projet de recherche d’un maximum de 20 000 signes en comptant les espaces, mais sans compter la bibliographie ; la définition du ou des fonds proposés à l’étude, le type de traitement et de valorisation de ces fonds envisagé, ainsi que l’adéquation avec les axes thématiques de l’EUR devront être clairement explicités ;
  5. Une lettre de motivation, en français ou en anglais ;
  6. Une publication significative.

Date limite du dépôt du dossier de demande : 1er juin 2021 minuit, pour tous les dossiers. 

Informations complémentaires

Le contrat est proposé pour une durée d’un an, ouvert à partir du 1er septembre 2021. Le recrutement se fait sous la forme d’un contrat ENS à durée déterminée. Le montant net de la rémunération mensuelle s’élève à 2 200 €. Un présentiel à mi-temps dans un département de collections de la BnF est exigé, ainsi qu’une participation aux activités de Translitteræ : par exemple, cours en langue étrangère, encadrement de groupes de travail, organisation du colloque annuel de l’EUR… La définition de ces fonctions sera fixée en concertation avec le bénéficiaire.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les cinq sujets proposés ci-dessous par la BnF dont la présentation complète est accessible en suivant ce lien (Appel 2021_1_SujetsBnF) : 

  1. L’édition en hébreu dans l’Occident chrétien du XVIe siècle
  2. L’histoire de la traite négrière et de son abolition, à travers le fonds de l’abbé Grégoire
  3. Construire, reconstruire une bibliothèque : les scientifica des jésuites
  4. La presse en yiddish des années 1880 à la fin des années 1960
  5. Reconstitution d’une bibliothèque savante du XXe siècle : Maxime Rodinson

En 2020-2021, le département de la Musique de la BnF, le laboratoire THALIM et l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) accueillent dans ce cadre Sarah Hassid, qui contribue par sa recherche à la redécouverte d’un compositeur et musicographe majeur du XIXe siècle, pionnier dans maints domaines : Jean-Georges Kastner.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Coordinateur.trice du projet ResPaDon

Le SCD de l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France recrutent le coordinateur du projet ResPaDon, financé par le GIS CollEx-Persée.

Le poste est un CDD d’une durée de 2 ans, sur profil Ingénieur de recherche ou conservateur. Il est rattaché administrativement à l’Université de Lille, mais physiquement localisé à la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

Le Service commun de documentation de l’université de Lille

Le SCD de l’université de Lille développe une stratégie documentaire axée sur le service à l’usager. Structuré autour de quatre grands équipements documentaires de la métropole lilloise – LILLIAD Learning center Innovation, la BU Sciences Humaines et Sociales, la BU Droit-Gestion et la BU Santé -, il est composé d’une équipe de plus de 200 personnes.
Au sein du SCD, le département Services à la recherche et aux chercheurs coordonne et développe l’offre de services, d’outils et de formations pour le public des chercheurs, des doctorants et des personnels de recherche : pratiques de la science ouverte (accompagnement de projets, archives ouvertes, données de recherche, aide à la publication …), numérisation de corpus, diffusion des thèses et mémoires, identifiants chercheurs, nouvelles approches bibliographiques…

La Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France collecte le web français, dans le cadre de sa mission de dépôt légal, depuis la loi DADVSI votée en 2006. Ses collections se composent d’une trentaine de milliards de fichiers recouvrant des contenus très divers : texte, image fixe, mais aussi son et vidéo. Le volume de ces collections atteint plus d’un pétaoctet. La BnF développe également une nouvelle offre de services, le BnF Data Lab, pour des équipes de recherche nécessitant des services spécifiques : collecte ou extraction de corpus à la demande ; accompagnement technique, juridique ou scientifique ; accueil dans les espaces physiques de la BnF ; infrastructure informatique de type cloud ; outils pour la fouille de données et l’intelligence artificielle.

Le projet ResPaDon

ResPaDon est un projet financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet. Il vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, de nouvelles approches autour des archives du web, de nouvelles formes d’exploitation. Associant professionnels de l’information scientifique et technique et chercheurs, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges et de formations.

En savoir plus sur le projet : https://www.collexpersee.eu/projet/respadon/

Vos missions

Comme coordinateur.trice du projet, vous assurez l’organisation opérationnelle et le suivi des actions relatives au projet ResPaDon.

Vos activités

Sous la responsabilité hiérarchique de la responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs du SCD de l’Université de Lille, vous entretenez des relations fonctionnelles étroites avec les équipes de la Bibliothèque nationale de France et des partenaires du projet.

Vous :

  • Assurez la coordination du projet et des 5 work packages qui le composent, en relation avec les partenaires du projet : BnF, SCD de l’Université de Lille, laboratoire GERiiCO, Sciences Po Paris, Medialab, Campus Condorcet ;
  • Apportez un support et un soutien aux partenaires du projet dans la réalisation des actions relatives au projet ResPaDon : participation à la mise en oeuvre des actions relatives au projet, organisation des événements (journée de lancement, enquête sur les usages, datasprint, séminaires réguliers, colloque final…) ;
  • Assurez le suivi des tâches administratives et budgétaires liées au projet et coordonnez la rédaction des livrables correspondants (bilans financiers…) ;
  • Coordonnez et mettez en oeuvre la communication autour du projet et de ses réalisations : actions de communication en propre, coordination avec les partenaires pour la communication sur leurs réseaux.

Votre profil

  • De formation supérieure en sciences de l’information ou en humanités numériques, vous pouvez justifier d’une première expérience professionnelle impliquant des capacités d’organisation et d’autonomie.

Vos connaissances

  • Vous avez une connaissance du monde de la recherche et du champ des humanités numériques. Vous connaissez les collections numériques de la BnF, en particulier les archives du web.
  • Vous êtes à l’aise avec les outils numériques et disposez de notions en matière de gestion des données, de fouille de texte et d’intelligence artificielle.

Vos compétences

  • Vous savez mener un projet complexe, impliquant plusieurs acteurs, et animer le réseau qui le porte.
  • Votre esprit de synthèse et vos capacités de rédaction vous permettront d’assurer les points d’étape, de porter la communication interne et externe du projet, de rendre compte aux différents partenaires.
  • Autonome, ayant le sens des initiatives, vous disposez d’une grande capacité d’adaptation.

Contraintes spécifiques

Le poste est localisé géographiquement à Paris à la Bibliothèque nationale de France. Il implique des interactions fortes avec les équipes de l’Université de Lille et des déplacements réguliers entre Paris et Lille.

Renseignements

Marie-Madeleine Géroudet, Responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs, SCD de l’université de Lille
marie-madeleine.geroudet@univ-lille.fr

Pour candidater

Merci d’envoyer votre CV et votre lettre de motivation détaillés à candidature-biatss@univ-lille.fr avant le 12 avril 2021 en précisant les références de l’offre en objet :
2021-583579 Coordinateur du projet ResPaDon

  • Catégorie d’emploi : Catégorie A – Ingénieur de recherche ou conservateur
  • BAP / Domaine d’activités : filière Bibliothèques ou BAP F
  • Localisation : Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac, Paris
  • Durée prévisionnelle du contrat : CDD du 15 avril 2021 au 15 avril 2023

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Journées numismatiques de Metz

Les prochaines Journées numismatiques se tiendront normalement à Metz les vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 juin prochain. Elles sont organisées en partenariat avec le Musée de la Cour d’Or-Metz Métropole.

Les séances de communications se tiendront les vendredi après-midi et samedi après-midi. Dix communications sont prévues pour être publiées ensuite dans le Bulletin de la Société française de Numismatique (n° 76-6).

La Société française de Numismatique lance donc à cette occasion un appel à communications. Nous rappelons que :

  1. Les propositions de communications sont à faire parvenir au secrétariat de la SFN, de préférence par voie électronique (sfnum@hotmail.fr) avant le 15 avril 2021.
  2. Dans l’esprit des Journées, les communications portant sur la numismatique locale et régionale sont privilégiées et ouvertes aux membres comme aux non-membres de la SFN.
  3. Dans le cas où plus de dix propositions de communications seraient proposées, un comité scientifique de sélection sera mis en place.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archives audiovisuelles de la littérature (14-16/4)

Archives audiovisuelles de la littérature
Archives audiovisuelles de la littérature

Programme

Mercredi 14 avril

UTC-5 ı UTC+1

  • 8h00 ı 14h00 – Accueil des participants
  • 8h15 ı 14h15 – Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS), Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Karim Larose (Université de Montréal) – Introduction

Archives sonores et radio

Modération : Galia Yanoshevsky (Université Bar-Ilan)

  • 8h30 ı 14h30 – Jeanne Bovet (Université de Montréal), « Poétique de l’archive vocale »
  • 9h10 ı 15h10 – Céline Pardo (Sorbonne Université), « Archives de voix : quelles mémoires pour les voix d’écrivains ? » 
  • 9h50 ı 15h50 – Luce Roudier (Université Paris Nanterre), « “Attention voici le texte, top.” : en écoutant les rouleaux de cire de Marcel Allain »
  • 10h30 ı 16h30 – Pause

Modération : Jean-Marc Larrue (Université de Montréal)

  • 10h40 ı 16h40 – Caroline Loranger (Université du Québec à Montréal), « Le temps long du radioroman : comment appréhender le travail littéraire des archives radiophoniques ? »
  • 11h20 ı 17h20 – Marie-Madeleine Mervant-Roux (CNRS), « Des sons doublement oubliés (par les théâtrologues et par les littéraires) : les archives audio du théâtre »
  • 12h00 ı 18h00 – Pause

Bibliothèques et archives

Modération : Karim Larose (Université de Montréal)

  • 12h20 ı 18h20 – Stéphane Lang (BAC), Bibliothèque et Archives Canada (BAC)
  • 13h00 ı 19h00 – Pascal Cordereix et Alexia Vanhée (BnF), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Jeudi 15 avril

Archives cinématographiques

Modération : Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne Université)

  • 8h00 ı 14h00 – Dominique Vaugeois (Université Rennes 2), « Faire son cinéma : la citation audiovisuelle dans le texte critique »
  • 8h40 ı 14h40 – Marion Brun (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Archives des autres et archives de soi : Sacha Guitry à l’épreuve de la postérité »
  • 9h20 ı 15h20 – Pause
  • 9h30 ı 15h30 – Sylvain Dreyer (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Filmer Jean Genet »
  • 10h10 ı 16h10 – Jean Cléder (Université Rennes 2), « Archiver l’œuvre ou œuvrer l’archive : les travaux de Michelle Porte sur la littérature »
  • 10h50 ı 16h50 – Pause

Archives littéraires et éditoriales

Modération : Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

  • 11h10 ı 17h10 – Laurence Boudart (AML), Archives et Musée de la littérature (AML)
  • 11h50 ı 17h50 – François Bordes (IMEC), Institut Mémoires de l’Édition contemporaine (IMEC)

Vendredi 16 avril 

Numérique et exposition

Modération : François Jost (Université Sorbonne-Nouvelle)

  • 8h00 ı 14h00 – Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry – Montpellier 3), « Entre art et mémoire : parcours de quelques séries d’archives, expositions sonores et grandes rétrospectives à la radio française avant l’ère numérique »
  • 8h40 ı 14h40 – Stéphane Benassi (Université de Lille), « Les écrivains à l’œuvre sur Instagram »
  • 9h20 ı 15h20 – Matteo Treleani (Université Côte d’Azur), « La migration des images du passé : réflexions sur la médiatisation du patrimoine audiovisuel »
  • 10h00 ı 16h00 – Pause

Projets

Modération : Selina Follonier (Université de Lausanne)

  • 10h10 ı 16h10 – Rudolf Probst (Archives littéraires suisses) et Félix Rauh (Memoriav), Projet « IMVOCS (Images et voix de la culture suisse) »
  • 10h50 ı 16h50 – Aurèle Crasson (ITEM, CNRS), « Filmer la recherche en acte, les manuscrits des écrivains à l’épreuve de leurs lectures »
  • 11h30 ı 17h30 – Pause
  • 11h50 ı 17h50 – Michel Murat (Sorbonne Université), Projet « Archives sonores de poésie » (OBVIL, Sorbonne Université)

Archives audiovisuelles

Modération : François Vallotton (Université de Lausanne)

  • 12h30 ı 18h30 – Matthieu Garrigou-Lagrange (France Culture), France Culture
  • 13h10 ı 19h10 – Géraldine Poels et Lisa Pfeiffer (Ina), Institut national de l’audiovisuel (Ina)
  • 14h00 ı 20h00 – Discussion et Clôture du colloque

Modalités pratiques

Organisation

  • Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS)
  • Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)
  • Karim Larose (Université de Montréal).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon (17/05)

Financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet, le projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques) vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, nouvelles approches autour des archives du web, nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges. Il mobilise en particulier les équipes de recherche du medialab et du laboratoire GERiiCO.

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

  • Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les archives du web, leur constitution et leurs usages. Ces échanges se poursuivront ensuite à différentes étapes du projet.
  • Vous êtes professionnel(le) de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme prévisionnel

  • 9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille
  • 9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux
    Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)
  • 10h30 : Pause
  • 11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples
    Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)
    Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.
    Liste des intervenants en cours de finalisation : Christian Bonah (Université de Strasbourg), Fabienne Greffet (Université de Lorraine), Emmanuel Cartier (Université de Paris 13)
  • 12h30 : Pause déjeuner
  • 13h45 : Présentation du projet ResPaDon
    Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet (Université de Lille), coordinatrices du projet
  • 14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web / Niels Brugger (Université d’Aarhus)
  • 14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle
  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement
    Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité.
    Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ?
    Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.
    Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille)
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web
    Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.
    Intervenants : Tommaso Venturini (CNRS), Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po), Guillaume Levrier (CEVIPOF, SciencesPo), Gersende Blanchard (ULR GERiiCO)
  • 16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ?
    Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)
  • Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Modalités pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts