Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

ClaReNET. Classifications and Representations for Networks. From types and characteristics to linked open data for Celtic coinages

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF prend part à un programme de recherche financé par le Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt, centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique et porté par la Römische-Germanische Kommission du Deutschen Archäologischen Instituts et le Frankfurt Big Data Lab de la Goethe-Universität Frankfurt.

Objectifs

Le projet, porté par David Wigg-Wolf du Deutsches archäologisches Institut et par Bernward Ziegaus, responsable des Archäologischen Staatssammlung München, au Museum für Vor- und Frühgeschichte, vise à automatiser l’identification des monnaies celtiques en utilisant les technologies de l’information et l’apprentissage profond (deep learning). Parmi ses livrables figure la création d’un portail de la monnaie celtique1, qui unirait les nombreuses collections en ligne selon les principes FAIR2, les règles de Linked Open Data et les référentiels développés par Nomisma3.

Il donnera une meilleure visibilité à la collection de monnaies celtiques de la BnF en permettant de nets progrès dans les classements très compliqués de monnaies celtiques.

Résumé du projet (en allemand)

Die Klassifikation archäologischer Funde und ihre Repräsentation sind durch verschiedene objektepistemologische Ansätze und Medienwechsel geprägt. Durch die fortschreitende Digitalisierung ergeben sich neue Möglichkeiten des Klassifizierens aufgrund automatisierter Bilderkennungsverfahren und der Repräsentation von Funden im Netz mit Hilfe von linked open data. Anhand dreier, jeweils für bestimmte Forschungsfragen und Problemstellungen exemplarisch ausgewählter keltischer Münzserien sollen im Projekt ClaReNet die Möglichkeiten und Grenzen neuer Klassifikations- und Repräsentationsverfahren getestet werden. Dazu werden traditionelle Ansätze der Typisierung und Merkmalserhebung in Numismatik und Archäologie mit informationstechnischen Klassifikationsverfahren, inkl. deep learning, verglichen. Unterschiedliche Datengranularitäten werden dabei evaluiert und standardisierte Normdaten gewonnen. Es wird ein erweiterbarer virtueller Verbundkatalog, celticcoinaige.org, für die von uns untersuchten Münzserien eingerichtet. Er verlinkt auf öffentlich zugängliche Online-Sammlungsbestände sowie auf die von uns nach FAIR-Prinzipien auf der Plattform „Antike Fundmünzen in Europa“ online gestellten Daten und Digitalisate der in Deutschland gefundenen Münzen. Der Arbeitsprozess wird durch eine science and technology-Studie begleitet, die die Wissensproduktion und -zirkulation dokumentiert und zu einer Reflexion über die Veränderungen der Erkenntnisprozesse durch den Einsatz digitaler Werkzeuge und Algorithmen beiträgt. Für das Projekt wird ein Blog mit Videos und nachnutzbarem Wiki eingerichtet. Ziel ist es, im interdisziplinären Dialog systematisch Automatisierungspotentiale und -grenzen für Klassifikations- und Repräsentationsverfahren in der Numismatik und Archäologie auszuloten.


Voir aussi

Des « Gallici » sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées
  1. Site en construction : <https://celticcoinage.org/>. []
  2. Voir url : <https://www.go-fair.org/>. []
  3. Voir url : <http://nomisma.org/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour nous dire (tout) ce que vous pensez de la BnF !

Plus que quelques jours pour répondre à l’enquête de la BnF lancée le 16 octobre auprès de tous les usagers, dans l’objectif de mieux connaître leurs profils et leurs attentes…

Nous savons que vos activités habituelles ont quelque peu été chamboulées [ou : probablement perturbées] ces dernières semaines, mais que vous soyez des habitués des lieux, ou des visiteurs occasionnels, nous comptons sur vous pour nous consacrer 10 à 30 minutes et nous dire tout ce que vous pensez de la BnF !

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ANR SHAKK : séminaire « Les mots de la révolution et de la guerre en Syrie »

En raison de la situation sanitaire, les séances du séminaire de l’ANR SHAKK se dérouleront en webinaire à l’adresse url : <https://webinaire.ehess.fr/b/aub-7hd-yn4>, les 2e et 4e vendredi  du mois, de 15h à 18h du 13 novembre 2020 au 26 mars 2021.

L’objectif du séminaire est de développer un des projets de l’ANR Shakk : Le lexique vivant de la révolution et de la guerre en Syrie.

Ce lexique vise à documenter une dynamique linguistique qui reflète les évolutions historiques, sociales et politiques que connaît ce pays depuis 2011. Identifier des mots, tracer leur évolution sémantique et, à terme, faire émerger des concepts et/ou des catégories permettant de rendre compte d’une réalité socio-politique éminemment complexe, tel est l’objectif de ce projet. Ces mots, souvent chargés de connotations sociales, politiques, religieuses et psychiques, changent parfois de sémantique en fonction des locuteurs, de leurs diverses appartenances et de leur positionnement politique, mais aussi en fonction des moments et des lieux. Ils constituent également un terrain de subversion et de récupération.

Organisation

Le séminaire, également conçu comme un atelier d’écriture, se déroulera en plusieurs étapes distinctes :

  • Les trois premières séances seront consacrées au cadre théorique et à la présentation des outils méthodologiques. 
  • Les séances 4-5-6 seront destinées à la présentation de notices par leurs auteurs
  • Au cours de la  séance 7, nous tenterons un recensement des  lieux numériques de la révolution syrienne.
  • La séance finale sera dédiée au wiki mis en place pour l’élaboration du lexique : révision des catégories, ajout d’entrées etc. 

Programme

13 novembre 2020 : Présentation du projet

 27 novembre 2020 : Quels outils techniques ? quantitatifs et qualitatifs ? Quel corpus ? Quels outils d’analyses ? Voyant-tool.org ? Stylométrie?

11 décembre 2020 Réflexion théorique sur un projet de lexique 

8 janvier 2021 : Qualifier les territoires pendant la révolution et la guerre

22 janvier 2021 : Qualifier les acteurs 

12 février 2021 : Les modes protestataires 

12 mars 2021 les lieux numériques de la révolution/ les mots du cyberespace syrien/la géographie numérique syrienne

26 mars 2021 : Catégorisation du lexique 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Accueil des chercheurs associés 2020-2021 de la BnF

Ce 20 octobre, les 12 nouveaux chercheurs associés-BnF, accueillis cette année dans 9 départements de la Bibliothèque, ont officiellement été reçus par la présidente et le directeur général. Parmi eux, se trouvent la lauréate de la bourse Roederer pour la photographie et le lauréat de la bourse du comité d’histoire de la BnF. Ils rejoignent les 19 chercheurs associés-BnF reconduits pour une nouvelle année, formant ainsi l’une des promotions les plus nombreuses depuis la création du dispositif.

Comme chaque année depuis 2003, les sujets de cette dix-septième promotion de « chercheurs associés-BnF » révèle la diversité des collections et des angles d’approche qu’elles permettent :

  • Flora Amann, Étude et valorisation des premiers livres destinés aux sourds en France. Du Catéchisme de Sicard (1792) au Premier livre des sourds de Valade-Gabel (1863)
  • Carmen Caligiuri, Les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France (cotes 1124-1127) : un essai de reconstruction
  • Francesco Dendena, « Sotto un altro cielo partite » : Les enjeux politiques et culturels de l’établissement du dépôt légal dans l’Europe révolutionnaire et impériale au prisme du cas italien (1793-1821)
  • Ferdinando Gizzi, Littérature « visionnaire » du tournant du siècle (1875-1914) : un outil pour l’étude de l’émergence du phénomène spectatoriel moderne
  • Letizia Goretti, Déconstruire pour reconstruire : la pensée et l’engagement dans l’apprentissage (et pas seulement) de Suzanne Citron
  • Sandra Han-Poujat, Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916)
  • James E. Horton, Canards déchaînés : la presse alternative à la Bibliothèque nationale de France
  • Junyuan Jia, La rédaction du catalogue de la collection Musique Chinoise
  • Lara Le Drian, Socio-Histoire du costume de scène au Théâtre du Soleil de 1970 à 2020
  • Keren Mock, Kaddish d’André Schwarz-Bart : genèse d’une œuvre-bibliothèque
  • Seo Wookseok, Bibliographie de la critique du Salon parisien de 1872 à 1889

Depuis 2003, plus de 190 jeunes chercheurs ont été ainsi accueillis à la BnF pour conduire une recherche dans un département, au plus près des collections, dans un environnement que nous espérons être convivial et porteur.

Les chercheurs associés bénéficient d’un référent scientifique, d’un accès facilité aux collections, d’un accès au restaurant du personnel, de la Carte Culture et, dans la mesure du possible, d’un espace de travail dans le département d’accueil.

Le prochain appel à chercheurs sera lancé fin décembre 2020-début janvier 2021.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

La BnF et vous
La BnF et vous

Depuis plus de 25 ans, la BnF conduit des études pour connaître ses publics. Il s’agit de comprendre les profils des lecteurs qui consultent les collections et la façon dont sont valorisées nos ressources. Tous les trois ans, une large enquête est reconduite par questionnaire : vous pouvez prendre de 10 à 30 minutes (en fonction de ce que vous faites à la BnF !) pour y répondre, ou consulter ce billet pour en savoir plus sur cette activité de la délégation à la Stratégie et la recherche de l’établissement.


Que nous ont appris les dernières  enquêtes menées auprès des publics de la Bibliothèque ?

Elles dessinent en creux les profils, variés, des usagers de la Bibliothèque : ainsi, les gallicanautes seraient les publics les plus âgés de la BnF, les trois-quarts des lecteurs en salle disent venir au moins une fois par semaine, et plus de la moitié des visiteurs d’exposition, même ceux pourtant plus jeunes de l’exposition Tolkien, déclarent avoir fait des études longues. Bien sûr, il importe d’approfondir au moyen d’approches qualitatives ces quelques traits. Ainsi, la BnF questionne-t-elle ses publics sur les souvenirs de leurs premières visites, leur exploration des ressources ou encore les utilisations des productions en ligne dans le milieu scolaire. Deux sociologues de l’établissement réalisent chaque année des entretiens, des observations, des analyses de traces, en fonction des demandes des services ou en tenant compte de problématiques émergeantes, avec le concours de prestataires ou d’équipes de recherche. Une synthèse des études conduites au cours des 25 dernières années est disponible ici.

Une enquête phare : « l’Observatoire des publics »

Parmi ces démarches, l’Observatoire des publics est une vaste enquête par questionnaire reconduite tous les trois ans pour cartographier les multiples usages des offres et services de l’institution. En 2020, cette enquête est administrée principalement en ligne et s’attache plus particulièrement à comprendre les pratiques documentaires des enquêtés, qu’ils soient visiteurs d’expositions, habitués des manifestations, chercheurs en salle de lecture, usagers des ressources en ligne ou lecteurs des publications de la BnF sur les réseaux sociaux. Répondre à l’enquête, même pour des usagers éloignés ou occasionnels, nous permet de mieux prendre la mesure des diversités de pratiques. Les données anonymement recueillies seront ensuite analysées pour les  comparer avec les résultats des  enquêtes précédentes, repérer les transformations à l’œuvre dans les usages mais aussi identifier les principales attentes et enfin s’en servir pour faire évoluer nos offres et services.

Les chercheurs qui souhaiteraient conduire tout ou partie d’un travail sociologique prenant la BnF comme terrain de leur recherche peuvent bien sûr contacter Irène Bastard ou Floriane Zaslavsky pour envisager une collaboration.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution mise à jour : Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques

En 1998, la Direction du livre et de la lecture avait assuré la coordination technique et la publication de l’ouvrage Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques.

Quelques décennies plus tard, le Service du livre et de la lecture a estimé que cet ouvrage de référence pour les professionnels nécessitait un important travail de refonte et/ou de mise à jour de certains chapitres (devenus obsolètes) et de rédaction de nouveaux textes portant sur des sujets et problématiques nouveaux, ou non traités dans l’ouvrage de 1998.

Assurant la coordination technique du projet, le Service du livre et de la lecture a constitué un groupe de travail chargé de mettre en œuvre et de coordonner le volet scientifique, avec l’aide de la Bibliothèque nationale de France. Tous les textes ont été rédigés par des experts en poste dans cette institution de référence en matière de conservation-restauration du patrimoine des bibliothèques.

Ce travail a été réalisé entre 2016 et 2019 par divers collègues de la Bibliothèque nationale de France sous la coordination de Philippe Vallas, adjoint au directeur du Département de la Conservation et celle d’Isabelle Bonnard, expert en restauration au sein du département, pour la partie restauration.

Certaines problématiques sont nouvelles par rapport aux recommandations initiales (conservation numérique plan d’urgence), voire inédites (désacidification).

Accès au document

Plusieurs textes sont consultables en ligne, sur les sujets suivants :

  • Dépoussiérage et entretien des fonds anciens, rares et précieux. 371 Ko

DÉPOUSSIÉRAGE ET ENTRETIEN DES FONDS ANCIENS.PDF

  • La désacidification de masse des documents écrits et graphiques. 413 Ko

DÉSACIDIFICATION DE MASSE.PDF

  •  La communication des documents patrimoniaux. 309 Ko

COMMUNICATION DES DOCUMENTS PATRIMONIAUX.PDF

  • La conservation des documents audiovisuels. 230 Ko

CONSERVATION DES DOCUMENTS AUDIOVISUELS.PDF

  •  La conservation des journaux. 698 Ko

CONSERVATION DES JOURNAUX.PDF

La reproduction de sauvegarde des documents patrimoniaux (3 sous-parties)

  • Numérisation et conservation. 281 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – NUMÉRISATION.PDF

  • La préservation numérique. 345 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – PRÉSERVATION NUM.PDF

  • Micrographie et conservation au XXIe siècle. 132 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – MICROGRAPHIE.PDF

  • La planification d’urgence et des interventions pour la sauvegarde des collections de bibliothèque. 694 Ko

PLANIFICATION D’URGENCE.PDF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Du jardin vers le monde et du monde au jardin La cartographie et l’histoire naturelle

Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636. 
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912
Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636.
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912

Les jardins naturalistes, botaniques et zoologiques, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.

La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles.

Programme

9h : Accueil – café

9h30 : Introduction par Eric Joly, délégué à l’éthique et chargé des indicateurs de l’empreinte écologique du Muséum, et Jean-Marc Besse, président de la commission ‘histoire’ du CFC

1ère session : Le jardin et la carte

Sous la présidence d’Emmanuelle Vagnon, chercheuse au LAMOP CNRS/Paris 1

10h : Agnès de Vachat, chercheuse associée, ENS du Paysage (Versailles), Le jardin médiéval, une image du monde

10h30 : Mariana Sánchez, doctorante, Université Paris-Diderot,  Entre l’Espagne et la France, le jardin monastique de El Escorial

11h15 : Julien Brault, conservateur, Bibliothèque du Muséum national d’Histoire Naturelle, Les embellissements du Jardin des Plantes à Paris sous la Monarchie de Juillet : l’ambition architecturale d’un Jardin-Monde

11h45 : Dominique Juhé-Beaulaton, directrice de recherche, CAK-CNRS-MNHN, La restructuration du Carré Lamarck des plantes ressources au Jardin des plantes du MNHN à partir des plans de travail des jardiniers

2e session La carte et l’histoire naturelle

Sous la présidence de Catherine Hofmann, conservatrice, BnF, département des Cartes et plans

14h : Marine Bellégo, maître de conférences, Université Paris 7, Cartes et plantes : les cartes du jardin botanique de Calcutta au XIXe siècle

14h30 : Emilie Dreyfus, doctorante, UMR Géographie-cités (Paris 1), groupe E.H.GO, Spectacle zoologique, inventaire de la nature ou encyclopédie naturaliste ? Approche épistémologique de la représentation des animaux sur quelques cartes murales des Amériques (XVIIe-XVIIIe siècles)

15h15 : Pause-Café

15h45 : Luc Menapace, conservateur, Bibliothèque nationale de France, département des Sciences et techniques, Naissance et développement de la cartographie thématique naturaliste

16h15 : Lucas Brunet, chercheur associé, Université de Tampere (Finlande), Gouverner les écosystèmes. Le projet biopolitique de cartographie des services écosystémiques

17h00 : Visite et présentation de documents organisées par la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle – inscription sur place.

18h15 : Pot de clôture

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouvelle édition du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie. Thème : « Photographie et politiques de la Terre »

Institut pour la photographie
Institut pour la photographie

Pour la troisième édition de son programme de soutien à la recherche et à la création, l’Institut pour la photographie propose de se tourner vers la Terre, aujourd’hui appréhendée dans sa puissance d’hospitalité en regard des enjeux écologiques actuels. 

Argument

Lieu ressource par excellence, la Terre a donné naissance puis domicile au vivant. L’homme y a pris une place prépondérante sans y être pour autant majoritaire, il l’a peuplée, découverte, parcourue, explorée, exploitée, au prix parfois de changements fondamentaux au delà des
lois géophysiques. La liste infinie des bouleversements environnementaux qui ont entraîné autant d’instabilités que de dysfonctionnements, impose aujourd’hui la problématique plus
globale de la santé planétaire. Cette prise de conscience de la Terre comme sujet nécessite d’envisager de nouvelles sensibilités, de nouveaux regards sur le monde, mais aussi et surtout de repenser notre rapport au vivant.

Inventée dans le sillage de la révolution industrielle, la photographie —petit phénomène physique à l’échelle planétaire— a accompagné les transformations écologiques conduites par l’homme. Elle a pris en charge une partie des représentations et des occupations de notre
Terre. Au fil de l’évolution de ses performances techniques, elle a été un outil pour en conserver des traces, des images, pour en documenter l’histoire, les états, les transformations. Forte de ses capacités techniques et technologiques, qui lui permettent de varier les échelles, les points de vue, les perspectives, forte aussi de son caractère de
témoignage, de documentation, ses propriétés de diffusion, elle a pu participer pleinement de cette histoire visuelle.

Sous l’intitulé Photographie et politiques de la Terre, cet axe de recherche propose alors une réflexion autour du rôle et de l’impact de la photographie sur notre perception de la Terre comme sujet en regard des questions environnementales, des sciences et des industries de la
Terre et leur impact sur le vivant.

Les différentes entrées, tant historiques que contemporaines, pourraient se décliner ainsi :

  • Iconographie scientifique : sciences et techniques de la Terre (physique, chimie, biologie, géologie, géographie, etc.)
  • Environnement, versus lithosphère (de la roche) et biosphère (de la vie)
  • Industrie minière, ressources énergétiques (l’après pétrole, l’atome, les énergies renouvelables, etc.)
  • Manières d’être sensible aux différents milieux de vie et leurs coexistences
  • Engagements et actions pour l’écologie
  • Industrie photographique et développement soutenable.

Photographes, artistes, chercheurs et curateurs sont invités à répondre à cet appel pour le développement d’un projet qui impliquerait ainsi l’apport de la photographie à une histoire visuelle de la Terre et de ses nouveaux enjeux politiques.

Calendrier

  • Lancement du thème et ouverture du programme sur le site de l’Institut : mercredi 30 septembre 2020
  • Fin des candidatures : lundi 30 novembre 2020 – minuit heure française
  • Jury & annonce des lauréats : courant janvier 2021
  • Début de la 3ème édition : mai 2021

Règlement

Merci de lire attentivement le règlement. Toute candidature qui ne respecterait pas les conditions sera rejetée, sans aucune exception

Candidature

Aucun dossier ne sera accepté après la date annoncée.


Votre candidature, rédigée en français ou en anglais, devra comprendre (en format .PDF ou .JPEG uniquement) :

  • Une note d’intention détaillée du projet (maximum 8.000 signes / 1.300 mots) ;
  • Un calendrier prévisionnel de réalisation du projet sur la période du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut ;
  • De 5 à 20 visuels (version imprimée format A4 / JPEG 72 dpi) correspondant au projet proposé par le candidat ;
  • Un CV résumé en une page contenant les éléments suivants : poste occupé actuellement ou travail en cours, formation, sélection d’expositions, publications, interventions et projets réalisés par le candidat ;
  • Un portrait photographique du candidat libre de droits ;
  • Une lettre de recommandation d’un professionnel reconnu dans le domaine de l’art, de la recherche ou de l’édition.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges à la BnF (7/10)

Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges conservés aux départements de la Musique et de l’Audiovisuel de la BnF témoignent du rôle fondateur de cet institut dans l’histoire de la musique électroacoustique.

Qu’est-ce que l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB) ?

Fondé le 7 octobre 1970 par les compositeurs Françoise Barrière et Christian Clozier, tout d’abord sous l‘appellation GMEB (Groupe de musique expérimentale de Bourges), l’IMEB est devenu l’un des studios de musique électroacoustique les plus actifs du monde. À partir de 2005, il a procédé au dépôt de ses archives à la BnF.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel, ce fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Cette demi-journée d’étude est suivie par un concert de musique électroacoustique.

Informations pratiques

  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)
  • Mercredi 7 octobre 2021, 14 h – 18 h
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Voir aussi

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidatures – Bourses de recherche sur l’histoire et le parcours des collections 2020-2021

La BnF et le musée du quai Branly – Jacques Chirac proposent pour l’année 2020/2021 deux bourses destinées à favoriser la recherche de post-doctorants et d’enseignants-chercheurs français ou étrangers autour du thème de l’histoire et du parcours des collections extra-européennes.

Les projets devront porter sur des collections extra-européennes, des collectionneurs, ou des expéditions/missions dans des contextes chrono-culturels de collecte précis (notamment, mais pas exclusivement, colonial), impliquant les collections et/ou archives du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif à terme est de cartographier à large échelle des fonds d’institutions publiques, permettant de faire un lien entre archives et objets, pour mieux connaître l’histoire des collections.

Au cours de l’année, les candidats sélectionnés travailleront en collaboration avec un référent scientifique nommé par chacun des établissements, et rédigeront un rapport d’activité destiné aux deux établissements d’accueil, ainsi qu’un article académique devant être soumis à publication. Leurs travaux seront exposés au sein des différentes instances de présentation des résultats de la recherche du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France.

Ces bourses constituent une aide à la rédaction et ne correspondent pas à un financement de recherches de terrain. Elles sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er décembre 2020 au 30 novembre 2021. Chacune sera d’un montant annuel de 10 000 euros.

Elles seront allouées après évaluation des dossiers de candidature par un jury constitué de chercheurs et conservateurs du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. Aucune condition de nationalité n’est exigée, mais les candidats devront avoir un niveau académique, écrit et oral, en français et en anglais.

Comment candidater ?

Les demandes de bourse doivent être établies suivant un formulaire spécifique, durant la période de l’appel à candidatures.

TÉLÉCHARGER LE FORMULAIRE

Pour être enregistré, le dossier de candidature complet doit obligatoirement faire l’objet d’un double envoi avant le jeudi 15 octobre 2020 à minuit :

  • par voie électronique, aux adresses suivantes : bourses@quaibranly.fr et boursesinternationales@bnf.fr : il est demandé aux candidats de procéder au regroupement des différents documents du dossier de candidature en un seul fichier au format PDF, ne dépassant pas 5Mo. Le fichier devra être nommé sur le modèle suivant : NOM_candidatureCOLLECTIONS_2020.pdf
  • par courrier postal (avec mention « Candidature Bourse Collections » portée sur l’enveloppe), avec le formulaire de candidature daté et signé, aux deux adresses suivantes :

    Département de la recherche et de l’enseignement
    musée du quai Branly – Jacques Chirac
    222, rue de l’Université
    75343 Paris Cedex 07
    et
    Délégation aux relations internationales
    Bibliothèque nationale de France 
    Quai François-Mauriac
    75706 Paris Cedex 13, France

Les noms des deux lauréats seront affichés sur le site web de la BnF et du musée du quai Branly – Jacques Chirac, et diffusés durant la première semaine du mois de novembre 2020. Le versement des bourses interviendra avant le 15 décembre 2020. 

Personne à contacter

  • Valeria Fayad, chargée de mission pour les relations internationales
  • Téléphone : 33(0) 1 53 79 88 23
  • Mél : valeria.fayad@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Partenariat Collège de France-BnF

Julien Auber de Lapierre © Amr Bahgat, Ifao
Julien Auber de Lapierre © Amr Bahgat, Ifao

Durant un an (2020-2021), le département des Manuscrits de la BnF et la chaire Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine du Pr Jean-Luc Fournet au Collège de France accueillent pour un contrat postdoctoral Julien Auber de Lapierre, docteur en l’histoire de l’art de l’EPHE.

Son travail vise à éclairer l’histoire de la collection de papyrus de la BnF, la plus ancienne conservée en France, témoignage exceptionnel de la culture écrite de l’Égypte post-pharaonique et du monde gréco-romain. Cette collection a contribué à l’essor des sciences de l’Antiquité du XIXe siècle à aujourd’hui.

Ce projet sera suivi au département des Manuscrits par Christian Förstel, chargé de collections pour les manuscrits grecs au service des Manuscrits médiévaux.

Retrouvez toutes les informations sur le site du Collège de France.

Logo Collège de France
Logo Collège de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du Projet e-NDP ― Notre-Dame de Paris et son cloître

Le projet e-NDP (ANR 2020) engage l’examen des registres capitulaires, de la documentation et des livres de Notre-Dame de Paris au Moyen Âge, pour étudier la société, l’économie, le bâti du cloître et de ses dépendances.

Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). "Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753". Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.
Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). « Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753 ». Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet. https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/le-cloitre-notre-dame-vu-de-l-ile-saint-louis-quai-d-orlean

Porté par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP), le projet a pour partenaires les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des Manuscrits, Bibliothèque de l’Arsenal), l’École nationale des Chartes et la Bibliothèque Mazarine.

A cet effet, il lance un séminaire mensuel à partir du 20 octobre prochain. Les séances se déroulent le 3ème mardi de chaque mois, de 10 h à 12 h (à l’exception de la séance du mercredi 14 avril).

Programme

20 octobre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Les registres du chapitre et le fonds de Notre-Dame de Paris aux Archives nationales : J. Claustre, D. Smith,
S. Nadiras et I. Bretthauer

17 novembre 2020 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Historiographie et perspectives épistémologiques : D. Smith, A.-F. Schmid, J. Morsel, S. Lamassé

15 décembre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Le traitement des archives au chapitre ; leur devenir à la Révolution : L. Tryoen-Laloum, Y. Potin et M. Hermant

19 janvier 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Le fonctionnement institutionnel du chapitre : J. Claustre, A. Massoni, V. Julerot et É. Lusset

16 février 2021 École nationale des Chartes ― Le projet d’édition des registres du chapitre : O. Canteaut, V. Jolivet, P. Brochard, N. Perreaux, J.-B. Camps, J. Claustre et D. Smith

16 mars 2021 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― La topographie du cloître et son bâti : H. Noizet, P. Bernardi, B. Bove, J. Claustre et D. Smith

14 avril 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Gestion et finances du chapitre : J. Claustre, C. Jéhanno, D. Smith

18 mai 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Vie, usages et autorité du livre, I. Enseignement et production du savoir : T. Kouamé, G. Lobrichon, F. Delivré, D. Smith

15 juin 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Vie, usages et autorité du livre, II. Liturgie, musique et dévotion : Y. Sordet, C. Denoël, A.-Z. Rillon, L. Albiero

Informations pratiques

Pour tous renseignements, s’adresser à :

Pour faciliter l’organisation du séminaire, un sondage au sujet de la 1ère séance est proposé : https://evento.renater.fr/survey/1ere-seance-du-semin…-zqirz9bl.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Deux Nouveaux projets ANR à la BnF

Alors que l’Agence nationale de la recherche (ANR) publie les résultats1 de son Appel à projets générique 2020 (AAPG 2020), la BnF s’enorgueillit de prendre part à deux projets retenus par l’Agence.


DESIGNSHS : Design graphique, recherche et patrimoine des sciences sociales. Le Laboratoire de graphique de Jacques Bertin

Ce projet vise à réaliser la première étude d’envergure des relations entre création graphique et recherche en sciences humaines et sociales, de 1950 à aujourd’hui. Les partenaires se proposent de réaliser une étude du Laboratoire de graphique (LG) de Jacques Bertin, figure internationalement reconnue de théoricien en cartographie et dans le champ de la data visualization. Acteur majeur de l’essor de la visualisation dans la recherche en sciences humaines et sociales dans la deuxième moitié du XXe siècle, le laboratoire que Bertin crée et dirige de 1954 à 1985 à l’École Pratique des Hautes Études puis à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)2 articule de manière inédite production d’images, visualisation de données et recherche scientifique, formant la matière du traité Sémiologie graphique (1967). L’étude des travaux et les réflexions menés au sein du LG permettra d’éclairer et de mettre en perspective historique l’essor contemporain de la visualisation de données et des technologies d’imagerie dans tous les domaines de la connaissance, qui placent le design et les images au cœur de la recherche et de sa communication, avec des implications importantes pour l’épistémologie scientifique dont la dimension visuelle (et non pas seulement textuelle ou verbale) ne peut plus être ignorée.

En partenariat avec les Archives Nationales (AN), la Bibliothèque nationale de France (BnF), les laboratoires Géographie-Cités, PTAC, ACTE, La HEAD – Genève et l’université de Hosei (Japon), le Centre Alexandre-Koyré (CAK) vise, à partir de la valorisation des fonds Bertin, à enclencher une dynamique de recherche interdisciplinaire, mais ayant aussi des valences avec l’axe transversal « Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture » : la patrimonialisation, l’histoire et l’étude des cultures visuelles des sciences sociales et du design à l’âge des humanités numériques. Le travail permettra pour la première fois de rendre disponibles et accessibles ces archives, et de retracer l’histoire du LG dans son contexte institutionnel et intellectuel. Il comprendra une dimension de recherche réflexive sur les techniques, les outils d’exploration, d’exploitation et de valorisation des fonds patrimoniaux visuels de la recherche.

E-NDP : Notre-Dame de Paris et son cloître: les lieux, les gens, la vie

[La pointe de l'Ile Notre-Dame] : [dessin] / [Hamilton]

[La pointe de l’Ile Notre-Dame] : [dessin] / [Hamilton], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10303354h/f1.item

L’histoire de Notre-Dame de Paris est celle d’une communauté unique par l’importance de son rôle dans la ville de Paris, dans le royaume et l’Église au Moyen Âge et à l’époque moderne. La cathédrale est le principal témoin architectural de la communauté du cloître, terme qui désigne alors autant l’enclos placé sous la juridiction des 51 chanoines que leur espace de vie. Pour comprendre l’histoire de Notre-Dame, il faut reconstituer celle du cloître : histoire des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont l’ont géré, habité et animé. Une source existe, massive, sous-exploitée car inédite et hors de portée de chercheurs isolés : les 170 registres du chapitre, réuni trois fois par semaine, au moins depuis 1326 et jusqu’en 1790. Lors de ces réunions, le chapitre, qui comprenait certains des plus influents théologiens, médecins et juristes du royaume, ainsi que des maîtres de la Chambre des comptes et conseillers du roi en Parlement, prenait toutes les décisions relatives à la gestion humaine, matérielle, économique et institutionnelle du cloître et de ses possessions. La topographie du cloître n’a jamais été établie, mais en croisant les données du cadastre de Vasserot (1810-1836) avec celles des registres capitulaires et d’autres documents, il est possible d’en reconstituer le bâti et le parcellaire. Pour le Moyen Âge, des inventaires après décès font connaître le mobilier et les bibliothèques privées comme autant de témoins des activités dans le cloître. Les livres de la bibliothèque du chapitre parvenus jusqu’à nous forment le corpus textuel de la vie intellectuelle et liturgique qui se déroulait à l’intérieur du cloître et de la cathédrale.

Par des outils numériques appropriés, le projet vise à mettre ces sources à la disposition des chercheurs du monde entier dont les travaux croisent l’histoire de Notre-Dame et de son cloître — archéologie, architecture, religion, musique, médecine, assistance sociale, histoire de l’université, de la gestion et des finances, du livre et des bibliothèques — et à entamer leur exploitation scientifique entre les participants au projet. Il vise aussi à structurer ce domaine de recherche en coordonnant le transfert des données entre les personnes et les institutions partenaires grâce à une réflexion épistémologique sur le corpus documentaire. Ces outils, cette coordination et cette réflexion nourrissent à leur tour une valorisation différenciée qui profite de l’actualité de l’incendie du monument pour (re)construire une vision plus juste du rôle de la cathédrale et de ses entours au Moyen Âge et à la période moderne, et pour la faire partager au grand public.


Ces pages ne manqueront pas de faire part de l’avancement des travaux.

  1. Voir la liste des projets retenus, url : <https://anr.fr/fileadmin/aap/2020/selection/aapg-selection-2020-05-22092020.pdf>. []
  2. Voir Valorisation du Fonds cartographique du Laboratoire de Graphique de l’EHESS, url : <https://www.ehess.fr/fr/focus-sur-collection/valorisation-fonds-cartographique-laboratoire-graphique-lehess>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La recherche à la BnF

Publication d’un document de synthèse sur la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF

La recherche à la BnF : couverture
La recherche à la BnF : couverture

Dans la continuité d’un séminaire autour de l’activité scientifique de la BnF tenu en octobre 2018, l’année 2019 a été consacrée à mettre en œuvre une série d’actions destinées à mieux soutenir et rendre plus lisible l’activité de recherche au sein de l’établissement, notamment en formalisant dans un document de référence, la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF.

Fruit d’un an de travail, et de plusieurs consultations internes et externes, La recherche à la BnF est le premier document de synthèse sur les enjeux et l’organisation des activités de recherche, individuelles et collectives, à la BnF. Apportant des repères aux encadrants comme à tous les personnels concernés, il permet également de présenter à ses publics et partenaires scientifiques les enjeux et l’organisation de la recherche que conduisent en propre ses personnels scientifiques (près de 200 engagés dans des projets de recherche) : une recherche partenariale et ouverte sur les problématiques contemporaines.

Structuré en quatre grandes parties, le document a pour objectifs :

  1. d’inscrire la recherche dans l’histoire longue de la Bibliothèque et en rappeler la finalité, en cohérence avec ses missions fondamentales ;
  2. d’organiser cette activité en grands domaines thématiques et en donner des exemples concrets dans les problématiques de recherche les plus contemporaines ;
  3. de préciser la manière dont cette recherche se vit à la Bibliothèque, à la croisée des activités collectives et individuelles ;
  4. de définir une politique de diffusion de ses résultats, incluant la gestion des données.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts