Tous les articles par Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française


Gustave le Rouge, Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

Nommé Président du conseil en novembre 1917, Georges Clemenceau a conduit la France à la victoire et à la signature de l’armistice de 1918. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de
sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie, jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’étude mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et des auteurs de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

Programme

14h – Ouverture
par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et M. Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire

Un homme de culture

Modérateur : Sylvie Brodziak, codirecteur du Dictionnaire Clemenceau (Robert Laffont, 2017)

14h30 – Les bibliothèques de Georges Clemenceau
Sylvie Brodziak, professeur des universités

15h – Table-ronde – Clemenceau et les arts

  • Clemenceau et la peinture
    Alexandre Duval-Stalla, avocat au barreau de Paris, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Clemenceau et la sculpture
    Florence Rionnet, docteur en histoire de l’art, responsable des partenariats scientifiques au département de la Vendée
  • Clemenceau collectionneur
    Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine, directrice des collections du musée Yves-Saint-Laurent (Paris)

Georges Clemenceau et les intellectuels

Modérateur : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie-histoire-sciences de l’homme de la BnF16h – Table-ronde – Georges Clemenceau et les intellectuels

  • Péguy éditeur de Clemenceau : le Discours pour la liberté (1903) comme texte philosophique essentiel
    Charles Coutel, professeur émérite à l’université d’Artois
  • Maurice Barrès et Clemenceau
    Michel Leymarie, maître de conférences HDR à l’université de Lille
  • Octave Mirbeau et Clemenceau
    Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau

Clemenceau à la BnF

17h

  • Le fonds Clemenceau
    Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF
  • Les derniers enrichissements du fonds Clemenceau à la BnF : la redécouverte de L’homme libreL’homme enchaîné
    Valérie Joxe, administratrice de la Fondation du musée Clemenceau

17h45 – Conclusion
Jean-Noël Jeanneney, président de la Fondation du musée Clemenceau

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nuit des idées 2019

Cette année, la Nuit des idées propose aux lieux participants d’imaginer leur programmation autour du thème « Face au présent ». De quoi notre présent est-il fait ? Comment faire face à ce que notre présent exige ? Face au présent, quelle mémoire et quel avenir ? Telles seront les interrogations au cœur de la Nuit des idées.

La Bibliothèque nationale de France participe à l’événement et propose deux événements.
Sur le site Richelieu, table ronde et conférences questionnent le rôle des revues d’idées et de débat et leur place dans le paysage intellectuel français, en invitant l’une des plus prestigieuses d’entre elles, Esprit.

Sur le site François-Mitterrand, la BnF et France Culture proposent une émission et des masterclasses en direct du petit auditorium.

Organisé par l’Institut français, en partenariat avec la Fondation de France, la revue Esprit et France Culture.

Programme

À quoi pensent les revues ?

18h Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF
« Revue des Revues » face au présent
Par Laurence Jung, chef du service sciences sociales, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

18h15 Esprit, une revue dans le temps
Conférence par Goulven Boudic, historien

18h35 Esprit, es-tu là ?
Table ronde autour des combats contemporains de la Revue
Avec notamment Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef de la revue Esprit

19h25 Qu’est-ce qui fait événement au présent ?
Zoom par Carole Widmaier, spécialiste d’Hannah Arendt

19h45 Qu’est-ce qu’un intellectuel de revue ?
Conférence par Michaël Fœssel, philosophe

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h-20h30
  • Site Richelieu – Salle Emilie du Châtelet
  • 58, rue de Richelieu – Paris 2e

Émission et master classes avec France Culture

Hervé Gardette anime en public et en direct du Petit auditorium de la BnF une émission spéciale de France Culture, autour d’une « Battle » d’idées. Elle sera suivie de deux master classes animées par Pierre Rosanvallon et Mona Ozouf.

18h20 – 20h > Battle d’idées, 5 débats animés par Hervé Gardette en direct et en public

20h30 – 21h45 > Masterclasse de Pierre Rosanvallon en public

22h – 23h15 > Masterclasse de Mona Ozouf en public

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h20-23h15
  • Site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Entrée rue Émile Durkheim – Paris 13e


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Imago libri Représentations carolingiennes du livre

Bibliologia, n° 47

Argument

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments… À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Table des matières

Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara
Introduction

1. Dire et figurer le livre

Charlotte Denoël
L’Épiphanie du Verbe. Essai d’une typologie formelle des représentations du livre au premier Moyen Âge dans les portraits des évangélistes

Bruno Bon et Krysztof Nowak
Autour de Liber : étude (e-)lexicographique

Isabelle Marchesin
Mise en voir mathématique et intermédialité du Verbe dans les Évangiles carolingiens. Genèse d’une tradition iconographique

Lawrence Nees
Design, Default or Defect in Some Perplexing Represented Books

2. Livre, loi et autorité

Stefan Esders
Deux libri legum au service des fonctionnaires du royaume d’Italie à l’époque carolingienne

Anne-Orange Poilpré
Dans et avec le livre : Jérôme, David et les souverains carolingiens

François Bougard
Le livre de l’autorité du siècle

Helmut Reimitz
Livres d’histoire et histoire du livre à l’époque carolingienne

3. Livre et Bible

Yves Christe
Un nouveau Sinaï pour Pierre et Paul

Sumi Shimahara
Le livre dans le Livre : parcours exégétiques

Beatrice E. Kitzinger
Representing the Gospels Beyond the Carolingian Center

Eliza Garrison
Movement and Time in the Egbert Psalter

4. Livre et liturgie

Adam Cohen
The Book and Monastic Reform

Cécile Voyer
Mise en abyme. Le sacramentaire de Marmoutier et ses images

Jean-Pierre Caillet
Le livre dans l’édifice cultuel aux temps carolingiens et ottoniens

Marie-Céline Isaïa
Un simple objet ? Le livre dans l’hagiographie médiolatine (IXe-XIe siècle).

5. Livre, signes, images littéraires

Francesco Stella
Les représentations du livre dans les textes poétiques carolingiens et ottoniens. Naissance de la poésie paratextuelle

Fabrizio Crivello
Tabulae et livres dans les tables des Canons de l’école de la cour de Charlemagne. Questions ouvertes

François Bougard
Le livre dans tous ces états. Conclusions

Index des noms de personnes
Index des noms de lieux
Index des manuscrits

Liste des contributeurs

Informations pratiques

  • Editeurs scientifiques : Charlotte Denoël (BnF), Anne-Orange Poilpré (Université Panthéon Sorbonne), Sumi Shimahara (Université Paris Sorbonne)
  • Description : 1 vol. (336 p., 26 ill. + 96 ill. en coul., 11 tableaux), 210 x 270 mm
  • Parution : 2018
  • Editeur : Brepols
  • ISBN 978-2-503-56767-9
  • Textes : Français, Anglais
  • Prix : 85 euros

Image de une : Recueil composite constitué de deux manuscrits différents : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8478985p/f129.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’ICONOGRAPHIE MUSICALE ET L’ART OCCIDENTAL – PORTRAITS DE MUSICIENS

Corrado Giaquinto, portrait de Carlo Broschi dit Farinelli, 1753
Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologna

Les travaux qui se sont intéressés aux portraits de musiciens les ont longuement utilisés, d’une part comme images constitutives d’un « musée idéal » de l’histoire de la musique où les portraits des grands compositeurs étaient exploités au même titre que des extraits de leurs oeuvres, d’autre part comme prétexte à des biographies « en image » de musiciens.
À partir des années 1980, ont commencé à paraître des études d’ensemble avec une approche proprement iconographique visant à des essais de typologie, à la mise en évidence de codes de représentations, de la fonction et de la matérialité de ces portraits.
Néanmoins, malgré quelques compendiums et des séries d’études de cas sous forme d’articles, les ouvrages de synthèse sur l’évolution, les variantes, les théories et les particularités du portrait musical par rapport à d’autres portraits d’artistes, de créateurs ou de théoriciens restent à écrire.
La quatrième édition du séminaire présentera à la fois les étapes de ces différents travaux mais également les publications les plus récentes et les chantiers en cours. Il fera ressortir des questions de méthodologie, de corpus, de techniques (peinture, estampe, photographie, etc.), de genre (portrait officiel ou caricature) et s’achèvera par la représentation de fonds parisiens remarquables et cohérents (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Bibliothèque nationale de France).

Programme

  • Mercredi 30 janvier 2019, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance I – Historiographie et méthodologie

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de musicien : épistémologie et historiographie depuis la fin du XVIIIe siècle

Lorenzo Bianconi (Bologne, Università di Bologna)

L’iconothèque du Padre Martini : typologie des portraits de chanteurs

  • Mercredi 27 février 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance II – Approches monographiques

Laurent Guillo (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Les portraits de Roland de Lassus (ou les six âges de l’homme)

Benedetta Saglietti (Turin, chercheuse indépendante)

Is that Beethoven ? Iconographic Shifts during the Composer’s Lifetime

  • Mercredi 27 mars 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance III – L’art du portrait : les codes de représentation entre Ancien Régime et Romantisme

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de compositeur en France de 1660 à 1760 : les codes de représentation

Thierry Laugée (Paris, Sorbonne-Université)

Niccolò Paganini ou l’anatomie de la virtuosité

  • Mercredi 17 avril 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance IV – Approches photographiques

Gunther Braam (Munich, Pestalozzi-Gymnasium)

Photographies et caricatures de Richard Wagner

Piyush Whadera (Paris, Centre André Chastel-UMR 8150)

Le compositeur, la muse, et la photographie. Représentations masculines à l’aune d’une nouvelle féminité visuelle, 1850-1914

  • Mercredi 22 mai 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance V – Collections et collectionneurs

Pauline Girard et Juliette Jestaz (Bibliothèque historique de la Ville de Paris)

Les Caricatures de musiciens dans les fonds de la Bibliothèque
historique de la Ville de Paris : d’Horace Vernet à Daniel de Losques

Séverine Forlani (Paris, Bibliothèque-Musée de l’Opéra)

Les fonds iconographiques à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Fabien Guilloux (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le Fonds Saint-Saëns à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Laurence Decobert (Paris, Bibliothèque nationale de France)

De Rondel à nos jours : les portraits de musiciens dans les collections
du département des Arts du spectacle de la BnF

Session hors-cycle

Dans le cadre du projet FAB-Musiconis (Sorbonne-Université/Columbia University), une session hors-cycle : à la Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques, salle Pirro (J 326)
Coordination : Frédéric Billiet (IReMus), Susan Boynton (Columbia University)
Pour cette séance, réservation obligatoire avant le 8 janvier 2019 :
fabien.guilloux@cnrs.fr

Mercredi 9 janvier 2018, 15h-17h

  • Alice Tacaille (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

A la recherche d’un musicien : le triptyque du musée de Cluny

  • Kate Maxwell (Tromsø, Musikkonservatoriet Universitet i Tromsø)

Guillaume de Machaut and the multimodal performance of the page

  • Sarina Kuersteiner (Columbia University, Department of History)

Playing the Vielle in a Monstrance-Signum : Notarial Culture in
Medieval Bologna, 1260-1330

Comité scientifique

  • Frédéric Billiet (IReMus)
  • Karine Boulanger (Centre Chastel)
  • Florence Gétreau (IReMus)
  • Fabien Guilloux (IReMus)

Partenaires

  • Centre André Chastel (UMR 8150)
  • Institut de recherche en musicologie (UMR 8223)
  • Bibliothèque nationale de France

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, Salle Richelieu
  • 58 rue de Richelieu
  • Métro : Palais-Royal, Pyramides, Bourse ou Châtelet-les-Halles
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu/fr

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  • Archives parlementaires : https://frda.stanford.edu/fr/ap : le site donne accès à la version numérisée et à la version textuelle (issue d’une océrisation), visible en vis-à-vis ;
  • Images de la Révolution française : https://frda.stanford.edu/fr/images : 14 000 documents, principalement des gravures du Département des Estampes et de la Photographie, mais également des illustrations, des médailles, des monnaies, ainsi que d’autres objets.
  • Chronologie de la Révolution : chacune des pages d’accueil (française et anglaise) propose une frise chronologique.
  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Ensemble Pizzicar Galante : la mandoline baroque à Venise au 18e s.

Pour clôturer le colloque dédié à la diaspora des artistes vénitiens au XVIIIe siècle, L’Institut culturel italien de Paris a invité l’ensemble Pizzicar Galante qui a à cœur la recherche et la promotion du répertoire historique de la mandoline. Nommé aux prestigieux International Classical Music Awards (ICMA) pour son premier disque dédié aux sonates pour mandoline de Valentini, l’ensemble met à l’honneur la mandoline vénitienne, instrument semblable à un petit luth et en tout point différent de la mandoline napolitaine classique que nous avons l’habitude d’entendre aujourd’hui. Dans un programme qui mêlera sonates de Vivaldi, Valentini et Venier, ils dévoileront quelques-unes des pages les plus importantes et fascinantes du répertoire de cet instrument.

Avec Anna Schivazappa (mandoline vénitienne), Ronald Martin Alonso (viole de gambe) et Fabio Antonio Falcone (clavecin).

Le carnet de la recherche la BnF mentionne l’événement car Anna Schivazappa est doctorante contractuelle à l’Université Paris-Sorbonne et musicienne-chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France. Spécialiste des mandolines anciennes, elle prépare actuellement une thèse en cotutelle sous la direction de Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne), Emilio Sala et Renato Meucci (Università Statale de Milan), portant sur les femmes mandolinistes en Italie entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. En tant que mandoliniste, elle travaille activement à la découverte et à la promotion du répertoire pour mandoline et basse continue au XVIIIe siècle, notamment avec son ensemble Pizzicar Galante, avec lequel elle se produit régulièrement en France et à l’étranger.

Au printemps prochain, l’ensemble fera paraître un nouveau disque lié à son projet de recherche à la BnF intitulé Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti.

Informations pratiques

  • Date : 13 décembre 2018
  • Horaire: de 20h à 22h
  • Entrée : libre
  • L’événement est complet

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Digital Averroes Research Environment (DARE)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Digital Averroes Research Environment

Pays

Allemagne

Auteur(s)

  • Universität zu Köln, Philosophische Fakultät Fakultät, Thomas-Institut
  • Pilote du projet : Andreas Speer
  • Coordonnateur scientifique : David Wirmer

Description

Né en 2010, le projet entend donner accès à l’ensemble des textes d’Averroes. Le projet est très ambitieux car il entend fournir, pour chaque texte, la version numérisée, la transcription et les éditions. Si cette dernière partie pose  le problème des droits nécessaire à la diffusion en ligne des travaux, notons le nombre important de manuscrits déjà accessibles en version numérisée (plus de 700) et transcrite. Le visualiseur permet de lire la numérisation et la transcription en vis-à-vis.

L’interface de consultation n’est disponible qu’en anglais.

Le site lancé début 2018, propose 3 principaux accès :

  • works (oeuvres) : avec des filtres par catégories, traducteurs des textes  et langues (arabe, hébreu, latin)
  • sources : permettant d’accéder aux manuscrits par langue, pays de conservation, ville, lieu de conservation
  • bibliography : avec des filtres par type de média, catégories, oeuvres, noms, tranches de dates.

URL

URL : http://dare.uni-koeln.de/

À noter

L’outil donne accès à des collections de la BnF (chiffres de décembre 2018) :

  • Bibliothèque de l’Arsenal : 4 manuscrits (4 arabes, 1 hébreu)
  • Bibliothèque nationale de France : 152 manuscrits (89 hébreux, 57 latins et 7 arabes)

La majorité des copies numériques des manuscrits sont disponibles gratuitement à l’adresse suivante : https://bilderberg.uni-koeln.de.

Bref, de la belle ouvrage !

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Transfopress : La presse arménienne en France et la création d’un espace transnational

Անկուտիին Զուարճալի Տարեգիրքը : 7րդ Տարի / Ամիրենց Յ. (Յովհ Ամիրեան)

Avec le soutien du réseau Transfopress et de la BULAC

Argument

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. La presse allophone, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles du pays où elle paraît, est un important phénomène transnational, tant dans sa dimension historique que contemporaine. Si la presse arménophone en diaspora a fait l’objet d’études disjointes, sur certaines périodes, ou dans certains pays (notamment la France), ce phénomène n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude plus globale. Cette journée d’études se propose de resituer la presse arménophone publiée en France dans un cadre plus large, en s’interrogeant sur le rôle de cette presse dans la création d’un espace transnational ou d’espaces transnationaux.

Depuis le 18e siècle, des centaines de périodiques en arménien ont été fondés et publiés sur tous les continents, témoignant ainsi de moments d’émigration liés à des conditions socio-économiques (réseaux de commerce) ou politiques (massacres arméniens des années 1890 et le génocide de 1915, notamment). Cela est aussi vrai pour les titres parus en France. Ainsi, par-delà une très grande diversité de titres recouvrant des périodicités de publication tout aussi variées (titres politiques, revues littéraires, titres d’associations culturelles, almanachs, etc.), les organisateurs invitent les participants à porter une réflexion globale sur la presse de langue arménienne en diaspora, qu’ils considèrent comme étant constitutive de cette expérience dans la longue durée, hors duHayastan. Ainsi, comme la plupart des titres allophones, les titres publiés – complètement ou partiellement – en langue arménienne en France se trouvent au croisement de plusieurs espaces médiatiques (en particulier nationaux et transnationaux) et posent la question des lectorats auxquels les acteurs de cette presse cherchent à s’adresser.

En examinant la presse arménophone en France sous l’angle des notions d’espaces et d’identités, et en s’attachant à comprendre l’existence de cette presse dans sa matérialité, cette journée d’étude entend contribuer aux réflexions sur la construction diasporique et l’ancrage arménien en France. Les organisateurs invitent les participants à proposer des communications sur les thématiques suivantes, dont la liste n’est pas restrictive :

– le rôle de la presse arménophone en France dans la constitution d’identités individuelles et collectives, ou plus largement d’une communauté imaginée en France et/ou en dehors des frontières nationales (avant et après l’indépendance de l’Arménie en 1991)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les échanges entre les communautés arméniennes (Empire ottoman, Arménie soviétique, Arménie post-indépendance)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les débats sur le retour à la mère patrie, la reconnaissance du génocide arménien, les mobilisations humanitaires (tremblement de terre de 1988) ou sur le conflit du Haut-Karabagh

– le rôle de la presse arménophone de France dans l’essaimage de centres littéraires et intellectuels en diaspora et dans la promotion de la culture et l’histoire arménienne en France et dans un espace transnational auquel cette presse contribue

– le rôle de la presse arménophone publiée en France dans la standardisation de la langue arménienne (notamment l’arménien occidental) ; la contribution de cette presse à des débats impliquant d’autres périodiques arméniens (non allophones) ou multilingues, en France ou hors de France

– la presse arménophone allophone en France comme espace d’échange transnational entre la vie politique en Arménie et les communautés arméniennes, où qu’elles se trouvent

– la presse arménophone allophone publiée en France, comme espace de négociation des relations entre la communauté de lecteurs envisagée et l’État français, ou comme instrument de négociation avec d’autres États

– la collaboration entre des équipes de rédaction de cette presse de la langue arménienne en France et d’autres équipes de rédaction de la presse arménienne ailleurs dans le monde

– les évolutions des stratégies de la presse arménophone allophone dans un monde globalisé, où le numérique constitue un défi supplémentaire pour la survie de ces titres ; l’incidence de ces changements sur les stratégies médiatiques et leur conséquence sur les relations avec le lectorat habituel des titres ; les contributions de l’étranger au montage de cette presse (envoi d’articles, créations, etc.)

Appel à communications

Les études de cas, tout comme les communications qui présenteront une réflexion plus large articulant la presse arménophone publiée en France et la diaspora arménienne, sont les bienvenues. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont concernées par cet appel à communications. La réflexion sur la conservation et la mise en valeur de titres allophones arménophones par des institutions patrimoniales est aussi un enjeu que cette journée d’étude souhaite examiner. Les organisateurs encouragent également les retours d’expériences critiques de la part des acteurs de cette presse.

Les participants potentiels sont invités à envoyer un résumé d’au moins 500 mots avec un court CV aux organisateurs avant le 31 janvier 2019. Les langues de travail correspondent aux langues de la revue Études arméniennes contemporaines (français et anglais). Une sélection des communications constituera un numéro spécial de cette revue (https://journals.openedition.org/eac/) .

Organisateurs

Informations pratiques

  • 7 novembre 2019
  • Auditorium de l’Inalco, Paris
  • Institutions partenaires : la Bibliothèque Nubar de l’UGAB et l’Université Paris Diderot (UMR LARCA)
Pro Armenia / rédacteur en chef : Pierre Quillard ; comité de rédaction : G. Clemenceau, Anatole France, Jean Jaurès, Francis de Pressensé, E. de Roberty

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La presse indochinoise (1865-1954)


Couverture du magazine Tân-Vân de janvier 1935

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue, notamment le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la problématique des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du quốc ngữ qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial.

Afin de débattre autour de ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche approfondie ne peut être menée. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, 19e-20e siècle), piloté par Le Mans Université, ont exploitées et qu’ils présenteront lors de cet après-midi d’étude.

Informations pratiques

  • Lundi 3 décembre 2018, de 14h à 17h30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 pl.)
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Adresse et transports – site François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits de Gustave Flaubert réunis dans Gallica

Longtemps après la mort de Flaubert, sa nièce Caroline Franklin Groult fait don des manuscrits de ses œuvres majeures en les répartissant entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque municipale de Rouen et la Bibliothèque historique de Ville de Paris. A la suite de cette dispersion, aucun dossier manuscrit d’une œuvre n’est complet dans un lieu unique. La répartition géographique des manuscrits de Flaubert entre plusieurs institutions est un handicap pour la consultation et la recherche. Aujourd’hui la numérisation et la mise en ligne sur Gallica et Rotomagus (respectivement les bibliothèques numériques de la BnF et de la BM de Rouen) de l’ensemble des manuscrits de Flaubert, et ce, quel que soit leur lieu de conservation, est une avancée considérable pour la recherche.
Ainsi, Gallica présente dans ses pages « Sélections – Littératures », à la rubrique « dossiers d’écrivains », les œuvres de Flaubert regroupées par ordre chronologique (des œuvres de jeunesse jusqu’à Bouvard et Pécuchet) et thématique pour le théâtre et les carnets de notes ou de voyages.

Avec Yvan Leclerc, professeur émérite de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Rouen, spécialiste de Flaubert et directeur du centre Flaubert, Christelle Di Pietro, directrice de Rouen nouvelles bibliothèques, Emmanuelle Toulet, directrice de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

durée 5 min 11 s

Réalisation : David Paul Carr
Musique : Reeder / Rigonfiamento del cuore (piano solo)
© BnF 2018

Pour aller plus loin

Billets du blog Gallica  : « Flaubert dans tous ses états »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts