Tous les articles par Aliénor Samuel-Hervé

Chercheuse associée à la BnF, département Sciences et techniques.

Les premières expositions horticoles de Paris (1830-1850)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


En tant que chercheuse associée au département Sciences et techniques de la BnF, et spécialisée en prosopographie et histoire socio-culturelle, j’ai pour objet d’étude les médaillés des expositions horticoles de Paris au XIXe siècle.

La Bibliothèque nationale de France conserve une large collection de revues horticoles éditées par les sociétés d’horticulture qui fleurissent dans le pays à partir des années 1830. Ces revues fourmillent d’informations et conservent notamment la trace des expositions horticoles organisées par ces sociétés, des concours qui s’y déroulaient et, bien sûr, des personnes qui y étaient récompensées. Le champ d’étude étant très vaste, je me suis limitée, dans un premier temps, aux médaillés des expositions horticoles organisées par la Société d’horticulture de Paris, fondée en 1827, et qui deviendra plus tard la SNHF, la Société nationale d’horticulture de France. On y retrouve des horticulteurs, pépiniéristes, jardiniers, fleuristes, mais aussi des peintres de fleurs, des mécaniciens, des fabricants d’outils horticoles, de vases et pots, de serres, etc. C’est ainsi toute une histoire de l’horticulture, assez méconnue, avec ses hommes et femmes, ses événements, ses réseaux et innovations, qui se révèle.

Exposition des produits de l'Horticulture à l'Orangerie de la Chambre des Pairs, extrait de L'Illustration, journal universel, n°12, 20 mai 1843, mis en ligne par le projet Gutenberg.
Exposition des produits de l’Horticulture à l’Orangerie de la Chambre des Pairs, extrait de L’Illustration, journal universel, n°12, 20 mai 1843, mis en ligne par le projet Gutenberg.

Après la fondation de la Société d’horticulture de Paris en 1827, de nombreuses autres sociétés d’horticulture voient le jour en France : la Société d’horticulture du Nord de la France et la Société nantaise d’horticulture en 1828, la Société d’horticulture d’Orléans et du Loiret en 1830, la Société centrale d’horticulture du département de la Seine-Inférieure en 1836, la Société d’horticulture de la Gironde en 1839, etc. Le développement des sociétés horticoles en France est néanmoins tardif par rapport au reste de l’Europe. Ainsi, la société londonienne The Horticultural Society of London est fondée en 1804, la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand en 1808, et la Société royale de Flore de Bruxelles voit le jour en 1822. Ainsi, lorsque la première exposition, intitulée « première exposition publique des produits de l’horticulture », est organisée par la Société d’horticulture de Paris du 12 au 15 juin 1831 à l’Orangerie des Tuileries, la Société de Flore de Bruxelles organise déjà sa dix-neuvième exposition (du 16 au 19 juillet 1831)1, et la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand a dépassé sa quarantième exposition.

Les premiers concours horticoles

Dès sa fondation en 1827, la Société d’horticulture de Paris envisage d’organiser des expositions publiques d’horticulture, mais ce n’est qu’en 1830 qu’un rapport défini précisément un cadre pour la mise en place de ces expositions2 :

« Jusqu’à présent, la Société s’est contentée, pour ses séances publiques, d’inviter ses membres à faire apporter, pour ces jours de solennité, les plus belles plantes de leurs jardins, et cela a produit par le fait de belles expositions. Mais nous pensons que ces expositions, telles qu’elles ont été faites, sont insuffisantes, et ne remplissent pas le but que la Société s’est proposé dans son institution.
Ces expositions, pour répondre aux intentions de notre règlement, doivent être, ce nous semble, des espèces de concours auxquels seront appelés non seulement les membres de la Société, mais encore tous les horticulteurs de Paris et des environs. »

Par ailleurs, neuf articles prévoient les dispositions suivantes : deux « expositions publiques des divers objets et produits qui appartiennent à l’horticulture » seront organisées tous les ans (art. 1), dans lesquelles la Société décernera un premier prix (une médaille d’or d’une valeur de 300 fr.), un second prix (une médaille d’or d’une valeur de 150 fr.), deux médailles d’argent, et un nombre indéterminé de mentions honorables (articles 4 et 5).

Lors de la première exposition de juin 1831, ce sont donc quatre prix sont décernés à quatre jardiniers-fleuristes parisiens, ainsi que dix mentions honorables3. Dès la deuxième exposition publique des produits de l’horticulture, du 20 au 27 mai 1832, ce sont déjà sept prix qui sont décernés ainsi que six mentions honorables et une médaille d’encouragement4. À chaque nouvelle exposition, un nouveau règlement est adopté par la Société d’horticulture de Paris pour fixer le programme des concours de l’exposition et le nombre de prix à décerner, qui ne cesse d’augmenter année après année. Ainsi, pour la vingt-quatrième exposition des produits de l’horticulture du mois de mai 1853, le constat était le suivant5 :

« À l’exposition printanière de 1853, la Société n’a pas décerné moins de dix médailles d’or, quatre-vingt-quatorze d’argent, dix-huit de bronze, cinq rappels, onze lots de porcelaine, au total cent quarante-huit distinctions d’une valeur de 6,755 fr. 55 c., et le jury fut cependant, à regret, obligé de laisser sans récompense plusieurs exposants méritants parmi ceux qui figuraient dans les cinquante-quatre concours ouverts à l’horticulture spéciale. »

Plan du jardin de l'Exposition universelle d'horticulture de 1855, dessiné et exécuté par P. Loyre, et publié in Société impériale et centrale d'horticulture, Exposition universelle de 1855 : livret, Paris, Imprimerie horticole de J.-B. Gros, 1er juillet 1855, p. 7, consulté sur Hortalia.
Plan du jardin de l’Exposition universelle d’horticulture de 1855, dessiné et exécuté par P. Loyre, et publié in Société impériale et centrale d’horticulture, Exposition universelle de 1855 : livret, Paris, Imprimerie horticole de J.-B. Gros, 1er juillet 1855, p. 7, consulté sur Hortalia.

Le nombre de plantes exposées croît également d’année en année, avec néanmoins quelques irrégularités liées notamment aux aléas climatiques. Ainsi, 330 plantes sont exposées lors de la première exposition en juin 1831, 690 en mai 1832 et 770 en juin 1833. Après une petite baisse à 642 plantes exposées lors de la quatrième exposition du 27 février au 2 mars 1834, le nombre dépasse les 1000 à la cinquième exposition au mois d’août 1834, et les 2000 à la douzième exposition du 29 septembre au 3 octobre 18416. En comparaison, la cinquantième exposition de la Société royale d’Agriculture et de Botanique de Gand du 15 au 20 mars 1834 compte près de 3000 plantes exposées7, et sa cinquante-sixième exposition en mars 1837 va même jusqu’à dépasser les 5200 plantes exposées8.

Horticulture, arts et industries

L’augmentation du nombre de plantes exposées et de prix décernés va bien sûr avec l’augmentation du nombre d’exposants et l’élargissement des concours, qui ne sont plus réservés aux seuls horticulteurs parisiens. Dès la première exposition de 1831, on compte parmi les exposants hors concours des mécaniciens, menuisiers-treillageurs, constructeurs de machines pour le jardinage, et même les fabricantes de fleurs artificielles en cire Mesdames Louis, établies au n° 2 de l’ancienne rue du Paon-Saint-André, à Paris9. Au sein de la société d’horticulture de Paris, on envisage dès ce moment d’intégrer les « arts et industries » dans de prochains concours10 :

« Messieurs, après le rapport ci-dessus, votre Commission doit ajouter qu’elle a remarqué avec intérêt que l’exposition de fleurs est accompagnée de plusieurs objets qui n’avaient pas été compris dans le concours, et que vous comprendrez sans doute par la suite, à cause de leurs rapports immédiats, soit avec les fleurs elles-mêmes, soit avec le jardinage et les jardins. »

Ainsi, dès la deuxième exposition en 1832, de premières récompenses sont accordées, une médaille d’encouragement à MM. Arnheiter et Petit, mécaniciens brevetés, et une mention honorable à M. Georgé, menuisier-treillageur11. Dans les expositions suivantes, des sections de concours dédiés sont créées, comme en 1835 avec les « objets d’arts » (section IV) et les « objets d’industrie relatifs à la culture » (section V)12. Dans la septième exposition en septembre 1836, le huitième concours a pour objet les « arts libéraux » (dont le prix est non décerné cette année-là), et le neuvième concours est destiné aux « arts industriels » (une nouvelle médaille d’encouragement est décernée à M. Arnheiter)13. Au fil des ans, on y rencontre un nombre toujours plus important d’artistes peintres, fabricants de fleurs artificielles, d’outils horticoles, de poteries, de mécaniciens et couteliers, architectes de jardin, menuisiers-treillageurs, etc.

Les médaillés sont néanmoins encore, à cette époque-là, entièrement domiciliés en Île-de-France. Il faut attendre la treizième exposition, en 1842, pour qu’une mention honorable soit décernée à un résident d’une autre région, et encore deux ans supplémentaires pour que ce soit un prix.

Planche 81 in Pierre Boitard, Les instruments aratoires : collection complète de tous les instrumens d'agriculture et de jardinage, français et étrangers, anciens et nouvellement inventés ou perfectionnés, Paris, A. Ledoux et Leneveux, 1833, avec un gratte-pavé (1) et une pince de treillageur (3), inventions de MM. Arnheiter et Petit, et autres instruments.
Planche 81 in Pierre Boitard, Les instruments aratoires : collection complète de tous les instrumens d’agriculture et de jardinage, français et étrangers, anciens et nouvellement inventés ou perfectionnés, Paris, A. Ledoux et Leneveux, 1833, avec un gratte-pavé (1) et une pince de treillageur (3), inventions de MM. Arnheiter et Petit, et autres instruments.

Perspectives

À partir du dépouillement des comptes rendus d’exposition publiés dans les Annales de la Société d’horticulture de Paris sur ces vingt premières années, j’ai établi une liste des personnes ayant été présentes à au moins trois expositions et ayant reçu au moins deux récompenses. Ces personnes font l’objet d’un travail de recherche approfondi qui me conduit à la rédaction de notices biographiques publiées sous la forme d’un dictionnaire biographique des médaillés des expositions horticoles de Paris sur mon carnet de recherche. La rédaction de ces notices permet de mettre en lumière l’homogénéité ou la diversité de leurs parcours, environnement familial, niveau de vie, place dans les sociétés horticoles, mais aussi leur travail sur différentes variétés de plantes, parfois disparues.

Ces notices permettent également d’enrichir nos connaissances (et de corriger des notices d’autorité) sur des personnes qui ont souvent marqué leur domaine à leur époque et ont laissé des traces jusqu’à nous, mais qui restent malgré tout mal connues. C’est par exemple le cas de l’artiste peintre Rosine-Antoinette Delaporte-Bessin, décédée en 1897 mais que tous les dictionnaires d’artistes font mourir en 1876 ; d’Antoine Chantin, qui a laissé une rue de Paris à son nom mais dont les plaques ne mentionnent aucune date, et dont la date de décès était erronée sur Wikipédia ; ou encore de Victor Barbizet et de son fils Claude-Achille, fabricants de pots et céramistes, faisant l’objet d’une fiche Artiste du musée d’Orsay sur laquelle leurs dates de vie et d’activité étaient restées incertaines. Outre ce travail sur les notices d’autorités de la BnF, je participe aussi à l’enrichissement de Wikidata, Wikipédia, la base La France savante du CTHS, et à la création de généalogies de botanistes et horticulteurs célèbres sur Geneastar.

Enfin, pour sensibiliser le grand public à l’histoire de l’horticulture et de la botanique et valoriser les plus belles planches contenues dans les ouvrages horticoles conservés par la BnF et numérisés par Gallica, j’ai créé un compte Instagram intitulé Graines de culture.

  1. « Société de Flore de Bruxelles – Dix-neuvième Exposition, les 16, 17, 18 et 19 juillet 1831 », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, Paris, 1831, p. 183. []
  2. « Rapport sur les expositions publiques, au nom d’une commission spéciale composée de MM. le Comte DE MURINAIS, le Vicomte DE BONNAIRE DE GIF, l’abbé BERLÈSE, FÉBURIER, MÉRAT, SOULANGE BODIN et LOISELEUR-DESLONGCHAMPS, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 7, Paris, 1830, p. 257-258. []
  3. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, Paris, 1831, p. 36-45. []
  4. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 10, Paris, 1832, p. 377-387. []
  5. « Compte rendu des travaux de la Société impériale d’horticulture de Paris et centrale de France, depuis l’exposition de mai 1853 ; par M. C. BAILLY DE MERLIEUX, secrétaire général », Annales de la Société impériale et Paris et centrale de France, vol. 45, Paris, 1854, p. 198. []
  6. Chiffres énoncés dans les rapports publiés dans les Annales de la Société d’horticulture de Paris. []
  7. « Excursion horticole en Belgique, par l’abbé BERLÈSE, en septembre 1834 », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 16, Paris, janvier 1835, p. 20. []
  8. « Rapport fait à la Société royale d’horticulture de Paris, le 5 avril 1837, sur la cinquante-sixième exposition publique de la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand, en mars dernier ; par M. BERLÈSE et M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 21, Paris, juillet 1837, p. 167. []
  9. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, op. cit., p. 44. []
  10. Ibid. []
  11. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 10, op. cit., p. 386. []
  12. « Rapport du jury d’examen sur les objets envoyés à l’exposition, par M. POITEAU », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 17, Paris, juillet 1835, p. 103. []
  13. « Rapport du jury d’examen sur les objets envoyés à l’exposition, par M. POITEAU », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 19, Paris, juillet 1836, p. 244-245. []

Aliénor Samuel-Hervé

Chercheuse associée à la BnF, département Sciences et techniques.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn