Tous les articles par Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Analyse des logs de Gallica et de Data BnF et modélisation des comportements

Dans le cadre du Bibli-Lab, partenariat de recherche entre la BnF et Télécom ParisTech, et avec le soutien du TeraLab, a été conduite une analyse inédite des logs de connexion aux serveurs de Gallica, en leur appliquant des méthodes d’apprentissage automatique (machine learning). L’objectif n’était pas de connaître les usagers ni leurs profils mais d’identifier des parcours-types. Durant 15 mois, un chercheur en contrat postdoctoral, Adrien Nouvellet, encadré par quatre enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech (Florence d’Alché-Buc, Valérie Beaudouin, Christophe Prieur, François Roueff), a mis au point un algorithme de partitionnement de données (ou clusterisation) permettant de regrouper des sessions de Gallica présentant des similitudes dans l’enchaînement et la durée des actions. Ce travail est une première pour la BnF, mais aussi pour le monde des bibliothèques.

L’intérêt de ces méthodes d’apprentissage est de tirer profit de ce qui fragilise au contraire les méthodes traditionnelles de connaissance des usages : la masse des connexions (45 000 visites/jour sur Gallica). Cette masse interroge en effet la représentativité des enquêtes en ligne – représentatives d’abord et avant tout des internautes les plus engagés, mais pas de l’ensemble des internautes.

Malgré la puissance des algorithmes, l’apprentissage automatique requiert cependant un nombre important de décisions qui nécessitent de disposer d’autres sources de connaissance sur les usages et les usagers. Pour cette raison, le choix méthodologique fort a été ici de faire dialoguer les modèles statistiques avec les résultats issus d’autres approches (observations ethnographiques, entretiens, etc.).

L’intérêt du travail réalisé sur les logs de Gallica a convaincu la BnF et Télécom ParisTech d’ajouter à cette recherche un deuxième volet dédié aux logs de Data BnF, mais aussi aux parcours des internautes entre Gallica, Data BnF et BnF catalogue général.

Retrouvez la synthèse des résultats des deux volets de cette recherche. Le rapport complet de l’analyse des logs de Gallica, incluant une présentation de la méthodologie, est accessible dans HAL.

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Comité scientifique Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme

Jeudi 1er février

18h00-18h30 Introduction, par Laurence Engel, BnF, Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Véronique Chankowski, Université Lumière Lyon 2
18h30-19h30 Conférence inaugurale, par Paul Veyne, Collège de France, et Frédéric Gros, Sciences Po

Vendredi 2 février

9h30-9h45 Laurence Le Bras, BnF
Michel Foucault à la Bibliothèque nationale de France

1. Le tournant chrétien

Modérateur : Michel Senellart, ENS de Lyon

9h45-10h30 Agustín Colombo, Boston College, Arianna Sforzini, BnF
L’Antiquité chrétienne dans l’œuvre de Michel Foucault
10h30-10h45 PAUSE
10h45-11h30 Johannes Zachhuber, Trinity College, Oxford
L’intériorité de la conscience et l’extériorité des aveux : le sujet chrétien selon Michel Foucault
11h30-12h15 Frédérique Ildefonse, CNRS
Aucun de mes mouvements ne t’est caché. Modification de la sagesse antique dans le monachisme chrétien

12h15-14h15 DÉJEUNER

2. Une lecture singulière des Pères

Modérateur : Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14h15-15h00 Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2, Istituto Patristico « Augustinianum », Rome
Le Tertullien de Foucault : quelle cohérence et quelle pertinence philologique et historique ?
15h00-15h45 Michel Senellart, ENS de Lyon
Pastorat, conversion, aveu : limites d’un paradigme
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 Sébastien Morlet, Université Paris Sorbonne
Les aveux du roi David : l’interprétation chrétienne ancienne, et son interprétation par Foucault
16h45-17h30 Bernard Meunier, CNRS
Foucault et les évolutions de la parrêsia chrétienne

Samedi 3 février

3. Augustin, finalement

Modératrice : Arianna Sforzini, BnF

9h30-10h45 Elizabeth A. Clark, Duke University, Durham
Contextualizing Foucault’s Augustine
10h45-11h30 Michel-Yves Perrin, EPHE
Lectures foucaldiennes de saint Augustin. Entre histoire et historiographie
11h30-12h15 Laurent Lavaud, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
L’insurrection du sexe. Foucault lecteur de saint Augustin

12h15-14h15 DÉJEUNER

4. Ouvertures

Modérateur : Daniele Lorenzini, Université Saint-Louis, Bruxelles

14h15-15h00 Jean Reynard, CNRS
Réflexions sur la question de la folie dans le christianisme ancien à la lumière des travaux de Foucault
15h00-15h45 Julie Mazaleigue-Labaste, CNRS
Les pratiques de la chair. Théologie morale, relations maritales et subjectivité
15h45-16h00 PAUSE
16h00-16h45 James Bernauer, Boston College
Foucault and Theological Practices: A Personal Review
16h45-17h15 Conclusions, par Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Informations pratiques

  • Jeudi 1er février et vendredi 2 février :
    à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Samedi 3 février :
    à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
    Accès sur inscription préalable obligatoire à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Les travaux de Michel Foucault sur les Pères de l’Église forment au sein de l’œuvre un chantier qui reste à parcourir. D’un côté, ils inaugurent la réflexion sur la subjectivité et la subjectivation ; de l’autre, ils constituent un point d’analyse privilégié de l’émergence de la sexualité moderne et du rôle qu’y a joué le christianisme. S’y entendent la fréquentation de l’œuvre de Peter Brown et les échanges réguliers avec Paul Veyne.
Longtemps attendu par les spécialistes comme par le grand public, Les Aveux de la chair, quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, paraissent début 2018 aux éditions Gallimard. Événement intellectuel et éditorial, cette parution vient refermer le volumineux dossier « Patristique » que Foucault avait ouvert dès 1976 et dont plusieurs pièces majeures nous étaient déjà accessibles. En 2012 est paru Du gouvernement des vivants, cours au Collège de France de 1980 consacré pour une large part aux Pères de l’Église (Hermas, Tertullien, Cassien, Clément de Rome, etc.), dont la lecture serrée était l’occasion d’analyses novatrices des « régimes chrétiens de vérité » (baptême, pénitence). Non seulement ces leçons annoncent ce que l’on a couramment appelé le « dernier Foucault » – celui des techniques de soi –, mais elles renouvellent profondément ce que nous croyions être la vision foucaldienne du christianisme, en apparence cristallisée en 1976 dans La Volonté de savoir et devenue doxa pour un large public : le christianisme ne serait que la religion de l’aveu et de l’obéissance. Une part important des Aveux de la chair reprend d’ailleurs le matériau du cours de 1980, augmenté d’une longue et étonnante analyse d’Augustin.
Si cette place du christianisme dans l’œuvre de Foucault a fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention renouvelée, l’espace historique d’émergence et les acteurs majeurs de cette problématisation du sujet moderne – les Pères grecs et latins du IIe au Ve siècle – ont été rarement explorés pour eux-mêmes. La rencontre entre l’œuvre de Foucault et le monde de la recherche patristique (patrologues, philologues, historiens, théologiens) n’a pas encore eu lieu, alors même qu’elle est devenue une activité courante dans des domaines aussi variés que l’histoire de l’Antiquité gréco-romaine ou les sciences sociales.
Ce grand colloque international, le premier consacré à ce thème, espère combler ce manque.

En partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Comité scientifique
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme (sous réserve)

Jeudi 1er février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
18h-19h30 : Conférence inaugurale, par Paul Veyne, suivie de Editer Les Aveux de la chair par Frédéric Gros

Vendredi 2 février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
9h30-12h15 : Le tournant chrétien
14h15-17h30 : Une lecture singulière des Pères

Samedi 3 février
à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
9h30-12h15 : Augustin, finalement
14h15-17h30 : Ouvertures

Informations pratiques

Entré libre dans la limite des places disponibles
Jeudi 1er février et vendredi 2 février : à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
Samedi 3 février : à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Accès le samedi sur inscription préalable à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr.

Enregistrer

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mettre en ligne le patrimoine : évolution des usages, transformation des savoirs ?

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Qui sont les utilisateurs de ces collections ? Comment les découvrent-ils et les utilisent-ils, selon quelle logique d’interrogation avec quels effets sur la connaissance ?

Pour répondre à ces questions, un projet de recherche de 10 mois (2016-2017) a été conduit par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech : « Mettre en ligne le patrimoine : évolution des usages, transformation des savoirs ? ». À travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, il s’agissait d’analyser l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, en particulier la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs.

Portée par des expertises variées, l’approche a croisé des méthodes qualitatives et quantitatives : état de l’art, entretiens, questionnaire en ligne, vidéo-ethnographie. Ce croisement est rendu nécessaire par la grande difficulté d’observer et d’analyser, à travers un unique dispositif, des parcours de plus en plus « maillés » (multi-supports, multi-tâches, etc.) : quantifier des opinions à travers un questionnaire en ligne n’explique pas les raisons de faire des internautes, parfois infra-conscientes ; le récit d’une pratique en entretien recouvre bien souvent les mille et un gestes composant une séquence de recherche sur le web.

Vidéo-ethnographie : entretien d’autoconfrontation avec un gallicanaute (Vincent Barras) © Nicolas Rollet

L’étude qualitative menée par l’équipe de Télécom ParisTech (Beaudouin, V., Garron, I., Rollet, N. (2017). « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre». Pratiques et usages des publics de Gallica, BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech). constitue le premier volet du dispositif d’enquête sur les usages de Gallica. Précédée par un état de l’art réalisé par le labex Obvil (Jahjah M. (2017). État de l’art théorique, méthodologique et critique sur les «usages» et les «pratiques», BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech), elle a servi de support pour la formulation des questions dans l’enquête en ligne et a affiné la connaissance des publics en dépassant des clivages attendus entre chercheurs, étudiants et amateurs. Elle montre en particulier que, chez un même utilisateur, on peut observer tantôt des recherches ciblées (répondre à une question précise), tantôt des recherches approfondies (« creuser des filons ») ou enfin des explorations libres et ludiques ouvertes à toutes formes d’opportunités. La coexistence de ces usages hétérogènes semble être un des traits de ces utilisateurs avertis. Plus généralement, cette étude a permis de révéler l’existence de parcours utilisateurs dont l’attention oscille entre routine et découverte.

Mais la consultation de Gallica ne peut être perçue uniquement comme une activité solitaire face à l’écran, les usages relationnels sont facilités par l’environnement numérique : faire des recherches pour les autres, partager des documents, répondre à des questions posées par d’autres. Ce dernier point ouvre de nouvelles perspectives pour les enquêtes à venir.

Deuxième volet du dispositif, confié à la société TMO, l’enquête en ligne auprès de 7600 usagers de Gallica, la première depuis 2011, a permis de mesurer des évolutions remarquables en cinq ans : développement d’un public de séniors amateurs qui fait de la recherche personnelle le premier motif aujourd’hui de consultation de Gallica ; et en même temps : entrelacement croissant des motifs (professionnel / personnel ; recherche / loisir, etc.) qui rend difficile toute typologie des usagers. En particulier, les variables sociodémographiques sont de moins en moins explicatives des manières de faire, et même du niveau de maîtrise de l’interface. D’où l’importance de réinscrire ces résultats quantitatifs dans l’épaisseur de l’activité humaine, à travers une phase de vidéo-ethnographie.

L’étude vidéo-ethnographique menée par Télécom ParisTech (Rollet, N., Beaudouin, V. Garron, I. (2017). Vidéo-ethnographie des usages de Gallica : une exploration au plus près de l’activité, BnF, Labex OBVIL, Télécom ParisTech) constitue le troisième volet du dispositif d’enquête sur les usages de Gallica. L’objectif est d’observer au plus près les parcours des utilisateurs et les spécificités de leurs pratiques en ligne. La captation audiovisuelle de l’activité à l’écran est complétée par des entretiens d’autoconfrontation qui permettent de donner sens aux observations.

Deux axes d’analyse découlent des données recueillies. Le premier porte sur les phénomènes de catégorisation et d’évaluation (d’une liste de résultats, d’un document) et souligne la façon dont une idée, guidée par des motifs et dynamisée par de la sérendipité, peut émerger et se configurer dans le temps de la consultation. Le second explore la dimension écologique de l’usage de Gallica. Il met en lumière que l’utilisateur de Gallica est engagé dans de nombreuses opérations structurantes associant environnement numérique, matériel et social.

Ce projet a été suivi par un comité scientifique composé de : Didier Alexandre (labex Obvil), Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Sophie Bertrand (BnF), Laure Bourgeaux (BnF), Philippe Chevallier (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Isabelle Garron (Télécom ParisTech), Aline Girard (BnF), Marc Jahjah (labex Obvil), Anne Pasquignon (BnF), Thierry Pardé (BnF), Nicolas Rollet (labex Obvil / Télécom ParisTech).

Ce projet a bénéficié des conseils et de l’expertise de Thomas Beauvisage (laboratoire SENSE, Orange), Saadi Lahlou (London School of Economics) et Ludovic Lebart (CNRS, Télécom ParisTech), qu’ils en soient tous les trois chaleureusement remerciés.

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Grande Guerre sur le web : un éclairage inédit

Place de l'Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)
Place de l’Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)

« Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet soutenu par le labex Les passés dans le présent1, est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Télécom ParisTech. Il vient de s’achever après trois ans de recherches interdisciplinaires (2013-2016), occasion de revenir sur quelques résultats remarquables.

Pourquoi la Grande Guerre ?

Les sources documentaires numérisées autour de la guerre 14-18 offraient un terrain favorable à l’observation des usages du patrimoine en ligne, du fait de l’intensité des activités qu’elles suscitent sur le web. Par ce projet de recherche, il s’agissait de mieux comprendre la manière dont ces sources circulent, sont utilisées et valorisées sur le web. À travers, mais également au-delà de l’objet singulier du patrimoine 14-18, ce projet de recherche a permis d’éprouver des outils d’analyse du web rigoureux et de dégager des axes forts de réflexion pour la valorisation du patrimoine en ligne.

Un choix original : la fouille des « archives du web »

L’analyse du web français de la Grande Guerre s’est appuyée, dans un premier temps, sur 500 sites collectés dans le cadre du dépôt légal d’internet. Elle a mobilisé pour ce faire des outils de cartographie et de traitement automatique de la langue, qui furent pour la première fois appliqués aux « archives du web » conservées à la BnF. Si le cadre du dépôt légal est contraignant en termes d’accès aux données (limité aux emprises de la BnF et des institutions habilitées), il permet d’offrir des collections riches et raisonnées, dont les règles de production et de conservation sont transparentes pour la recherche. Les liens entre sites étant conservés dans la collecte, ils permettent de cartographier un réseau, repérer ses nœuds, ses zones de plus ou moins forte densité, en restituer également la dynamique. Ce travail pionnier a permis d’adapter les outils existants de fouille aux formats collectés, de telle manière qu’ils puissent, à terme, être réutilisés sur d’autres corpus du dépôt légal de l’internet.

Sur la carte du web français de la Grande Guerre ainsi obtenue, la place centrale d’un forum – le « Forum pages 14-18 » -, a pu être vérifiée, tandis que les réservoirs documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, etc.) se sont révélés un élément fortement structurant car ils assurent le contact entre deux zones qui communiquent peu entre elles : les sites institutionnels et les sites amateurs. En complément, le traitement automatique du contenu du Forum pages 14-18, incluant les liens hypertextes dans les messages, a permis d’avoir une appréciation quantitative des usages documentaires à l’intérieur de ce collectif : la place croissante qu’y tiennent les images et la prépondérance des fils de discussion sur l’histoire des soldats. Au-delà de ces informations quantitatives, des entretiens approfondis avec des acteurs du web de Grande Guerre ont permis de mieux comprendre les pratiques d’échanges, de publications, mais aussi d’apprentissage de ces communautés en ligne, dont le Forum pages 14-18 offre un témoignage majeur, par le nombre d’inscrits et de messages échangés.

Consulter le rapport en ligne de la phase 2 du projet : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, « Cartographie de la Grande Guerre sur le web » (91 pages)

Une veille raisonnée sur la dissémination d’un corpus remarquable

En dernière phase du projet, une veille méthodique a été mise en place afin de suivre de manière raisonnée durant 14 mois les réutilisations d’un fonds remarquable, récemment mis en ligne sur la bibliothèque numérique L’Argonnaute sous licence ouverte : 110.000 photographies de la Grande Guerre conservées par la BDIC et connues sous l’appellation « Albums Valois » (service photographique de l’Armée). L’objectif était de mesurer les effets visibles de la mise en ligne de ces albums sur le web, au plus près de leurs citations et réutilisations, et d’évaluer l’impact de différentes formes de médiation.

Malgré les actions de communication et de médiation, nulle viralité n’a été observée ; plutôt une lente montée des réutilisations où, à nouveau, les usages amateurs prédominent, et que seuls les médias traditionnels (dans ce cas précis : un concours organisé par un quotidien régional) sont en mesure d’accélérer de manière notable. Cette expérimentation souligne la difficulté pour les fonds patrimoniaux numérisés d’exister sur le web : y susciter de l’appétence et de la circulation, encore plus de l’interaction.

Consulter le rapport en ligne de la phase 3 du projet : Lionel Maurel, Josselin Morvan, « Les circulations sur le web d’un corpus numérisé : l’exemple des albums Valois » (75 pages)

Ce projet fera l’objet d’un livre collectif, à paraître fin 2017, où les résultats de la recherche seront enrichis de témoignages et d’approches complémentaires.

  1. « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre » est un projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01. Il a impliqué directement : Nicolas Auray, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Lionel Maurel, Josselin Morvan, Zeynep Pehlivan, Peter Stirling. []

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts