Tous les articles par Oscar CATALAN-GONZALEZ

Un modèle vocal issu de l’opéra : l’exemple du répertoire des fantaisies pour flûte sur des thèmes d’opéra au XIXe siècle français

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Musicien professionnel et doctorant en cotutelle internationale à Sorbonne Université et à l’Universidad Complutense de Madrid, j’ai souhaité répondre à l’appel à candidature de « musiciens-chercheurs associés à la BnF », suite aux encouragements de Mesdames Marie-Gabrielle Soret et Catherine Vallet-Collot (département de la Musique) et aux conseils de mes directrices de thèse, Mesdames Sylvie Douche et Laia Falcón Díaz-Aguado.

Ma recherche doctorale est centrée sur l’influence bidirectionnelle entre le chant lyrique et la flûte traversière au sein de l’opéra du XIXe siècle français et, plus concrètement, sur les Fantaisies pour flûte traversière sur des thèmes d’opéra (1847-1875). Aussi le projet que j’ai souhaité faire valoir s’inscrit-il directement dans le cadre du programme « Genres et répertoires musicaux à travers le dépôt légal du XIXe siècle » proposé par la BnF lors de son appel à candidature. Mon souhait le plus vif est de donner une nouvelle image à un sous-genre traditionnellement rangé dans la catégorie de la mauvaise musique et souvent considéré dans le milieu des interprètes comme des ouvrages de « mauvais goût ». Cette nouvelle image mettra en lumière tout le parti qu’en ont tiré les instrumentistes au plan de la diffusion du répertoire de l’opéra et de la démonstration d’une nouvelle virtuosité.

Le Dépôt Légal…

Estampille Bibliothèque royale
Estampille Bibliothèque royale. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k859357m
Richard, coeur de lion, fantaisie pour la flûte seule
Estampille Bibliothèque royale. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43228072f

Au titre du Dépôt Légal, la BnF reçoit des documents de toute nature édités, importés ou diffusés en France. Cette formalité a été instituée en France en 1537 par François Ier, et elle est régie par le Code du patrimoine. Le dépôt légal permet la collecte, la conservation et la consultation de documents de toute nature, afin de constituer une collection de référence, élément essentiel de la mémoire collective du pays. Il s’étend, entre autres, aux documents de musique notée, mais ne devient systématique pour la musique qu’à partir de 1812.

Estampille Bibliothèque impériale
Estampille Bibliothèque impériale
Estampille République française
Estampille République française

D’autre part, et toujours concernant la musique notée, le dépôt d’un exemplaire à la Bibliothèque du Conservatoire de Paris était une charge supplémentaire à celle du dépôt légal. Cette obligation fut d’actualité seulement jusqu’à la mise en application au 1er janvier 1937 du décret-loi du 30 octobre 1935, où la Bibliothèque du Conservatoire de Paris fut rattachée administrativement à la BnF. Depuis 1964, date à laquelle fut effective la réunion des collections de deux institutions, le département de la Musique – créé par ailleurs en 1942 – conserve les collections patrimoniales de la Bibliothèque du Conservatoire de Paris.

Estampille Bibliothèque du conservatoire
Estampille Bibliothèque du conservatoire

… les fantaisies…

Ma recherche doctorale s’articule directement autour de ces deux collections si vastes. C’est pourquoi une partie de mes travaux au sein du département de la Musique de la BnF se concentre sur la collecte d’informations relevées sur les partitions, quelle que soit leur forme de présentation : fantaisies, caprices, pots-pourris, airs variés, thème et variations, divertissements, souvenirs… et tant d’autres possibilités tout aussi colorées ayant eu recours à l’emprunt des thèmes d’opéra.

Mon objectif est d’établir un catalogue d’œuvres, afin d’illustrer une époque éclectique et changeante dans tous les domaines, comme ce fut le cas de notre XIXe siècle français. Les informations récoltées puis répertoriées portent sur :

  • Le compositeur
  • Le titre
  • L’éditeur
  • L’année d’édition
  • La localisation de l’ouvrage
  • La cote de l’ouvrage
  • L’effectif de l’œuvre
  • L’opéra de référence
  • Le compositeur de l’opéra de référence

Ces œuvres concernent une époque où l’opéra rythmait le quotidien des Français. Les interprètes professionnels, les musiciens amateurs et les mélomanes firent partie d’un paysage tout aussi coloré que le fut le monde de l’édition musicale. Cet univers éditorial – véritable indicateur dans l’évolution du principe identitaire en France au XIXe siècle – a été alors l’écho du goût du public et d’une époque précise, nous permettant aujourd’hui d’apprécier l’évolution de cette tendance générale au fil du temps.

L’intention mercantile des éditeurs s’est établi comme point nodal dans cet univers d’amateurs et de mélomanes, et permit de nourrir une intense activité – certes flamboyante, mais très controversée – des salons musicaux parisiens. Cette activité au sein de demeures privées – où se mélangeaient, lors de ses soirées, de musiciens professionnels et d’amateurs consacrés – fut la dernière pièce qui vint compléter l’engrenage de ce grand univers musical au XIXe siècle en France.

La période des partitions étudiées s’étend, dans un souci de clarté, entre 1800 et 1900, soit le XIXe siècle dans son intégralité. Cette étendue si vaste permet une meilleure visibilité des données, ainsi que le recul suffisant dans l’objectif d’une interprétation la plus exacte possible de ce phénomène socio-culturel.

La Flûte enchantée de Mozart, , fantaisie pour la flûte avec acc. de piano. Op. 55
La Flûte enchantée de Mozart, , fantaisie pour la flûte avec acc. de piano. Op. 55. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3119065

… et les studios de musique.

L’un des atouts indiscutables du département de la Musique est constitué sans aucun doute par les studios de musique. Paradoxe insolite, que cette possibilité de bénéficier de cabines insonorisées – équipées de pianos– à l’intérieur de la salle de lecture, ce dont je fais un usage intensif.

En effet, étant flûtiste interprète, j’ai l’immense chance de pouvoir déchiffrer sur place les œuvres du corpus dont ma recherche doctorale fait l’objet. L’ouïe vient dans cette étape combler et parfaire ce que j’observe avec mes seuls yeux. Ainsi les « impressions premières » pourront être mises en comparaison avec de futures « impressions secondes ».

Le travail réalisé au studio de musique favorise une mise en relief du traitement que ces compositeurs ont donné aux emprunts lyriques. Je constate avec mon instrument un héritage flagrant de la tradition du bel canto dans ce sous-genre si particulier. Ces œuvres font honneur à la capacité que l’interprète a d’exploiter les ressources – bien souvent à la limite des possibilités mécaniques – de l’instrument. 

Les compositeurs étudiés ici – souvent flûtistes interprètes eux-mêmes – empruntent un air lyrique, leur donnent un discours musical complet et le couronnent avec une touche personnelle d’ornements et de virtuosité. Ce travail d’ornementation est issu de la tradition purement vocale du bel canto, comme s’ils souhaitaient baptiser une nouvelle flûte traversière1 assimilée à un personnage doué de vocalité. 

Autrement dit, chanter avec sa flûte.

C’est avec passion que je m’adonne à cette recherche qui me fascine et me surprend au fur et à mesure de sa progression. Un travail qui permettra le « dépoussiérage » de ces œuvres, en faisant réapparaître des partitions jusqu’à présent soigneusement conservées, mais trop longtemps oubliées.

  1. La flûte traversière telle que nous la connaissons aujourd’hui fut inventée en 1847 par Théobald Boehm à Munich. []