Tous les articles par Mathilde Alain

Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie (1837-1848)

Le projet de recherche MSS-Abbadie a pour objectif de transcrire, analyser et éditer les carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie qui séjourna en Éthiopie de 1837 à 1848. Il s’inscrit dans le cadre du plan quadriennal de la Recherche 2020-2023 de la BnF. Le dispositif engagé depuis 1994 permet de conduire des programmes de recherche autour de l’histoire et l’analyse des collections de la BnF et autour des sciences du livre et des bibliothèques. Le projet MSS-Abbadie bénéficie d’un partenariat avec le CNRS et l’INHA. 

Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866
Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866

Des carnets riches mais peu exploités

À cette période, très peu de voyageurs avaient encore séjourné dans la Corne de l’Afrique, ce qui fait d’Antoine d’Abbadie un pionnier. Ces carnets sont le fruit d’une intense activité scientifique : notes sur l’histoire des peuples éthiopiens, leurs langues, leur histoire, descriptions presque ethnographiques, relevés des droits de douanes et de marchés, relevés géographiques, listes de vocabulaire, notes sur la culture livresque, données économiques et sociales… ces notes couvrent des champs très divers. À l’exception des relevés géographiques, ces observations scientifiques furent peu réutilisées par Antoine d’Abbadie lui-même et très peu ensuite par les générations suivantes de chercheurs. Il y a une raison très concrète à cela : rédigées d’une écriture serrée, minuscule mais lisible, ces milliers de pages fragiles défiaient les chercheurs. La génération des reproductions en microfilms noir et blanc n’avait pas réellement rendu la consultation de ces écrits plus facile. Les numérisations couleur en haute définition adjointes aux outils de transcription collaborative permettent aujourd’hui de relever le défi et de mettre à disposition de la recherche le contenu de ces cahiers. Sur la vingtaine de carnets conservés au Département des Manuscrits de la BnF, 17 sont aujourd’hui numérisés et accessibles sur Gallica

Un outil de transcription collaborative 

Éditer de manière électronique pour rendre facilement accessible à tous le contenu de ces carnets constitue un défi par son ampleur. À l’écriture foisonnante tapissant les milliers pages dans tous les sens, s’ajoutent des croquis, des notations dans des langues et des écritures différentes, des tableaux… Le projet fait donc appel au plus grand nombre pour participer à la redécouverte de l’Éthiopie du début du 19è siècle dans les pas d’Antoine d’Abbadie sous la forme de la transcription collaborative. Il s’agit déchiffrer les notes de l’explorateur et les saisir de manière informatique sur une plateforme commune ouverte à tous. Cinq premiers carnets viennent d’être mis en ligne sur Transcrire.  

La plate-forme de crowdsourcing Transcrire a été développée dans le cadre du Consortium « Archives des ethnologues » afin de permettre la transcription des carnets de notes des voyageurs et scientifiques. Après plusieurs années d’existence qui ont permis de valider l’intérêt de la méthode, elle vient de faire peau neuve grâce à un financement Collex-Persée.  

Transcription en cours sur Transcrire
Transcription en cours sur Transcrire

Les carnets d’Antoine d’Abbadie vont être mis à disposition de la communauté des transcripteurs/trices progressivement et seront tous en ligne sur Transcrire d’ici la fin de l’année 2021. Il n’est pas exclu qu’à terme les correspondances scientifiques viennent les y rejoindre.  Ouvrir la transcription à un large public, spécialiste ou amateur, permet à chacun-e de transcrire en fonction de ses intérêts, de ses compétences et aussi tout simplement de sa disponibilité. 

Transcrire ces cahiers a pour objectif premier d’obtenir un texte exploitable c’est-à-dire dans lequel on puisse mener des recherches et qui soit éditable. Par ailleurs, la nouvelle version de Transcrire a l’avantage de conserver l’historique des contributions et permettra ainsi de créditer les transcripteurs/trices.  

Et ensuite ? 

Il était initialement prévu d’organiser plusieurs ateliers de transcription collective, ou « transcrithon ». En effet, ces événements permettent de répondre aux nombreuses questions que peuvent susciter le travail autour de textes complexes et hétérogènes (travail en cours d’élaboration, multiples graphies et signes diacritiques variés, découverte progressive des langues et des régions par Antoine d’Abbadie, mise en ordre des notes selon un système complexe, diversité des types de carnets, etc.). Les transcrithons sont aussi l’occasion de fédérer la communauté des transcripteurs/trices, et il est prévu d’en organiser un au splendide château d’Abbadia à Hendaye en fin de projet. Ces étapes ne sont pas abandonnées mais le contexte sanitaire actuel en repousse la réalisation à des dates inconnues.  

Dans un second temps, il s’agira d’éditer le texte transcrit en le structurant et en l’annotant. L’édition électronique en XML-TEI paraît particulièrement adaptée afin de créer un document numérique qui puisse être analysé, diffusé et édité.  

Mathilde Alain (assistante de recherche, BnF), Vanessa Desclaux (conservatrice département des manuscrits, BnF), Fabrice Melka (CNRS, IMAF), Anaïs Wion (CNRS, IMAF) 

Fil twitter : https://twitter.com/TranscrireAdA  

Participer à la transcription des carnets : http://transcrire.huma-num.fr/