Sur les traces du pangolin. Métamorphoses savantes d’un animal entre Chine et Europe (XVIIe-XVIIIe siècle) [3/3]

III. Consommer du pangolin : pratiques chinoises sous le regard d’Européens

Les chiffres sur le trafic actuel de pangolins varient selon les sources. Une étude menée sur la presse chinoise estime à environ 65 000 le nombre de pangolins saisis entre 2008 et 2016 par les autorités chinoises (plus de 21 000 individus et 23 tonnes d’écailles). Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) estime quant à lui à plus d’un million le nombre de pangolins ayant été victimes du trafic d’animaux entre 2006 et 20151. Cette étude, comme le rapport de la Wildlife Justice Commission, placent l’Afrique comme une des multiples sources de spécimens qui transitent vers le Vietnam puis la Chine2.

Depuis la dixième édition du Systema naturae de Linné, publiée en 1758, les pangolins sont assemblés dans un groupe qui leur est propre : le genre des manidés (manis). Ces espèces sont aujourd’hui réparties entre l’Asie du Sud et de l’Est (pangolin de Chine Manis pentadactyla, grand pangolin d’Inde Manis crassicaudata, pangolin javanais Manis javanica, et Manis culionensis) et l’Afrique subsaharienne (pangolin à longue queue Manis tetradactyla, pangolin de Temminck Manis temminckii, pangolin à écailles tricuspides Manis tricuspis et pangolin géant Manis gigantea). Toutes figurent sur la liste rouge mondiale des espèces menacées établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature3. Les utilisations évoquées par ces organisations sont principalement la médecine traditionnelle, l’alimentation et l’habillement. Ces constats conduisent à se poser deux questions : quelle était la place de l’Afrique par rapport au monde chinois dans les textes imprimés sur les pangolins à l’époque moderne ? Et quel regard portaient les Européens sur les pratiques d’habillement, alimentaires et médicales qui motivent aujourd’hui la recherche de pangolins ?

Les différentes éditions du Systema naturae de Linné ont constamment été rééditées, revues et augmentées. Dans la dixième édition, publiée en 1758, Linné ne mentionne qu’une espèce de pangolins (Manis pentadactyla) vivant dans les « Indes orientales ». En 1766, dans la douzième édition, est ajoutée l’espèce Manis tetradactyla qui vit selon Linné en « Amérique australe ». Il fallut attendre le premier volume de la treizième édition, publié en 1788 par Johann Friedrich Gmelin dix ans après la mort de Linné, pour que le continent africain entre dans les descriptions de pangolins du Systema naturae. Dans l’édition française, les deux espèces établies par Linné en 1766 sont toujours présentées avec le nom vernaculaire : « pangolin » pour le Manis pentadactyla et « phatagin » pour le Manis tetradactyla. Il est indiqué que le premier « habite en Guinée, dans la Chine, dans l’Inde ; & dans les îles de l’Océan Indien4 » et que le second « habite dans l’Inde5 » (l’ancrage américain proposé par Linné a été corrigé). Ce qui apparaît ici, outre la décantation des savoirs, est que Gmelin était lecteur de Buffon. En effet Buffon a répandu l’expression « phatagin6 » et introduit l’origine africaine de certains pangolins après avoir été lui-même lecteur  — comme le naturaliste gallois Thomas Pennant — du Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727 établi et publié en 1730 par le père dominicain Jean-Baptiste Labat, qui contient la description du « Quogelo7 ». La description de cet animal donne des indications semblables aux autres textes de l’époque sur les pangolins. Citée par Buffon elle s’achève ainsi : « cet animal n’est point méchant, il n’attaque personne, il ne cherche qu’à vivre, et pourvu qu’il trouve des fourmis, il est content et fait bonne chère. […] Ce serait un plaisir d’avoir un de ces animaux privé dans les lieux où les fourmis sont incommodes, comme à Cayenne et aux Isle de l’Amérique, il en détruirait assez pour en diminuer le nombre, et peut-être les exterminer entièrement8. »

Dans les textes évoqués précédemment, seuls Buffon, Pennant et Gmelin ont intégré l’origine africaine de certains pangolins. Pour tous les autres auteurs ou collectionneurs (Aldrovandi, Besler, de Bondt, Calvet, de L’Écluse, Oléarius, Petiver, Seba, Tachard), les pangolins étaient des animaux d’Asie du Sud et de l’Est. Les descriptions européennes de pratiques médicinales, alimentaires et vestimentaires sont donc des descriptions de pratiques asiatiques, essentiellement issues du monde chinois. Notons que certains auteurs ont tenté de transcrire le nom donné par les Chinois à cet animal. Pennant écrit qu’ils l’appellent « Chin Chion Seick9 », une transcription du nom qui est donnée par Pennant en référence à la transcription donnée par Johan Fredrik Dalman au début de sa notice sur le « Manis » : « Chinesis Tchin Chian Kiåpp10 ».

Dans les textes européens de l’époque moderne sur les pangolins, l’île de Tajoan (Taïwan), occupe une place prépondérante. Dans le dixième volume publié en 1749 des Kungliga Svenska vetenskapsakademiens handlingar, la revue de l’Académie royale suédoise des sciences, Johan Fredrik Dalman décrit un animal qu’il a observé lors d’un voyage effectué en Asie à bord d’un navire de la Compagnie suédoise des Indes orientales11. Son texte porte sur le « Manis, un animal des Indes Orientales12 ». Dans cette description accompagnée d’une illustration qui ressemble à celle d’Albertus Seba, Dalman écrit qu’un Chinois lui a apporté un pangolin comme étant un animal rare qu’il ne voulait vendre à personne d’autre, considérant que le Suédois avait un statut semblable à celui d’un mandarin13. Puis il termine son texte en indiquant que les « Manis » se trouvent en plusieurs endroits, « surtout à Formose14 », une précision donnée aussi par Pennant qui note : « Inhabits the islands of India, and that of Formosa15 ». Il en fut de même dans Le règne animal divisé en IX classes de Jacques-Mathurin Brisson publié en 175616, et dans la publication par Piso des observations de Jacques de Bondt. De surcroît ce dernier indique dans sa description du Lacertus squamosus, que les Hollandais appellent le pangolin « diable de Taïwan » (« Diabolum de Tajoan17 ») :

Il est fréquent dans les forêts de l’île de Tajoan. Son nom vernaculaire nous est jusqu’ici inconnu ; mais pour que rien ne soit sans nom pour notre jeune marine, certains ont décidé de l’appeler Porc, d’autres le Diable de Taojan, probablement à cause de la forme étonnante et effrayante de ses écailles qu’il dresse quand il est en colère18

Si certains européens projetaient la figure du diable sur cet animal pour rendre compte à la fois de son apparence et de son comportement, dans une autre description de ce qui semble être un pangolin — présenté sous le nom de Tamach — Jacques de Bondt souligne la formule des Chinois qui appelleraient le pangolin « coureur », par antiphrase pour un animal qui n’avancerait pas plus vite qu’une tortue19. Le mouvement des écailles que le pangolin « dresse quand il est en colère » expliquent quant à lui la projection sur le pangolin du hérisson par Jacques de Bondt, mais aussi dans le récit du voyage de Tachard20 et dans le recueil « Usages du Siam21 ».

Dans une relation anonyme d’un voyage fait aux Indes Orientales publiée en 1645 par Pierre Villery et Jean Guignart, puis réimprimée par Pierre David en 1646, les pages consacrées à la « description de l’île de Formose22 » comportent des détails sur les habitants de l’île, les pratiques de chasse, la beauté de « cette île, la belle des belles23 », son avantageuse position pour le commerce de la Chine et du Japon…, et quelques lignes sur « un certain animal que nos gens ont nommé Diable de Taï Youan, grand comme un renard, ayant la tête d’un pourceau, le museau d’un furet, la queue assez longue, son corps couvert d’écailles si dures et si serrées qu’une hallebarde ne le peut blesser, si ce n’est sous la gorge24. » Dans ce récit de voyage anonyme, l’auteur — comme beaucoup de ceux qui ont écrit sur le pangolin — insiste sur la dureté de ses écailles : elles sont « si dures et si serrées qu’une hallebarde ne le peut blesser ». François Valentijn étayait lui aussi ce constat dans le troisième volume de sa description publiée en 1724 des anciennes et nouvelles Indes (Oud en nieuw Oost-Indiën…). Il écrit qu’on trouve à Java, Sumatra et Malacca un animal nommé « panggoeling », à la peau écailleuse dont les Chinois fabriquaient des armures et jupes d’armures qu’ils trouvaient légères, très dures et difficilement perçables25. Puis il ajoute à la page suivante que le pangolin possède une chair « grasse et sucrée » qui entre dans la cuisine chinoise26 : un mets qui n’était pas au goût de Jacques de Bondt, qui a dit avoir « en horreur ce genre de nourritures27 » :

Il est comestible, et du meilleur goût comme me l’ont rapporté ceux qui en ont mangé. Quant à moi, à vrai dire, j’ai en horreur ce genre de nourritures, par inclination naturelle, que l’on obtient des tortues, des serpents, des lézards qu’on appelle Leguan, et autres bêtes semblables, et je préfère m’en abstenir plutôt que n’avoir une crise de nausée ou de choléra imaginaire, ce qui m’est arrivé, alors que je mangeais du crocodile à la table du Dn. Generalis I. P. Coenen de : alors que tous les autres faisaient l’éloge de sa saveur, moi j’ai été frappé d’une telle horreur à ce goût et rentré chez moi je suis tombé dans un choléra si atroce (un vomissement de bile) (à cause de mon imagination) que j’ai mis ma vie en danger, bien que je l’ai goûté seulement du bout des lèvres28.

Plus qu’un simple aliment, le pangolin est un élément de la pharmacopée chinoise, comme l’indique sa présence dans le Bencao gang mu, vaste traité sur les matières médicales du médecin et naturaliste de la fin des Ming : Li Shizhen. À l’instar du père Tachard qui avait étudié les entrailles d’un pangolin au Siam dans les années 1680, ou Buffon au Jardin des plantes au milieu du XVIIIe siècle qui avait ouvert un pied de pangolin, Li Shizhen s’est livré lui aussi, en Chine, au XVIe siècle, à la dissection d’un pangolin. Voici ce que Li Shizhen rapporte de son expérience, dans le Bencao gang mu :

Le lingli (鯪鯉) a la forme d’un alligator chinois (鼉), mais il est plus petit. Son dos est comme celui d’une carpe (鯉), mais plus large. Sa tête est comme celle d’une souris, mais sans dents. Son ventre n’a pas d’écailles, mais est couvert en fourrure. Il a une longue langue et un bec pointu, une queue et un corps de longueur similaire. Les écailles de sa queue sont pointues et épaisses, et il a trois cornes. L’intérieur de son ventre comporte un ensemble complet de viscères (臟腑), et son estomac est très grand. Il étend souvent sa langue et attire les fourmis avec elle, puis les mange. Une fois, je lui ai ouvert l’estomac, et a compté environ un sheng de fourmis à l’intérieur29.

Composé de cinquante-deux juan (volumes), son traité fait état de la grande diversité de composants utilisables pour se soigner, une diversité plus importante que ce qui était pratiqué dans la médecine européenne de la Renaissance. Chaque plante, animal, minéral est décrit par sa forme, sa saveur, sa méthode d’utilisation, sa propriété. Outre les juan d’illustrations du Bencao gang mu, il est possible d’apprécier la répartition des presque 1800 médicaments que Li Shizhen recense, dans la Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, publiée à Paris en 1735. Cet ouvrage a été composé par Jean-Baptiste Du Halde à partir de divers matériaux, principalement issus de la mission catholique en Chine, tels que des textes chinois traduits ou des extraits des Lettres édifiantes et curieuses dont il a supervisé la publication entre 1711 et 1743. C’est dans le troisième volume de sa Description que Du Halde consacre une section à la « Médecine des Chinois », aux secrets du poul — un texte traduit du chinois —, ainsi qu’un « extrait du Pen tsao cang mou, c’est-à-dire, de l’herbier Chinois, ou Histoire naturelle de la Chine pour l’usage de la Médecine30 ». On y découvre l’utilisation de métaux, de poissons, d’algues, d’insectes et même, dans le cinquante-deuxième et dernier juan, « du corps humain, et de toutes les différentes parties qui servent à la médecine ; en tout, trente-cinq sortes31 ».

Le pangolin y est intégré sous le nom lingli (鯪鯉), dans la partie sur les « insectes à écailles », sur la même page qu’un crocodile et qu’un dragon32. Même s’il indique que le lingli possède une efficacité plutôt « mauvaise » (下品), Li Shizhen donne plusieurs associations possibles d’écailles ou de chair de pangolin. Ajoutées tantôt à de la muscade, tantôt à de alcool ou des coquillages, il peut être utilisé pour soigner des mucosités, fluidifier la circulation sanguine ou calmer les douleurs. Jacques de Bondt, docteur en médecine de l’université de Leyde envoyé à Batavia et très intéressé par les pratiques des médecins locaux avait relevé les usages de la médecine traditionnelle chinoise :

Les médecins chinois tiennent ses écailles dans la plus haute estime pour les maladies bileuses, la dysenterie et le cholera ; ils se servent en effet des écailles après les avoir fait sécher et les avoir réduites en poudre, au poids […], dans leur vin chaud ou dans l’eau d’Oryza qu’ils appellent Candgie, comme nous l’avons dit ailleurs. Contre les coliques et autres douleurs extrêmes, ils obtiennent un pouvoir apaisant, comme je l’ai prouvé par l’expérience ; et il n’est pas étonnant qu’un tel animal froid de nature, indolent par son sommeil, à la démarche lente, puisse produire de tels effets33 .

Par une rhétorique fondée sur l’analogie qui lie la « nature » d’un animal « lent », « froid » et « indolent » aux effets pharmaceutiques attendus pour apaiser des douleurs — ce qui n’est pas sans rappeler les considérations sur le chaud, le froid, le sec, et l’humide données dans le Bencao gang mu — Jacques de Bondt s’inscrit dans la tradition médicinale européenne et la théorie des humeurs d’Hippocrate. Portant un vif intérêt aux pratiques médicales locales et à la découverte de nouvelles substances susceptibles de compléter et d’améliorer la pharmacopée européenne, le médecin néerlandais aurait « prouvé par l’expérience » l’effet apaisant de la poudre d’écailles de pangolins. Cette expérience reflète un des multiples intérêts des Européens, qui comprennent la chasse du pangolin, sa comestibilité ou l’utilisation de sa peau couverte d’écailles pour la fabrication d’armures. Les liens établis dans les textes entre les pangolins et le monde chinois prennent différentes formes.

Plus qu’une étiquette indiquant l’origine des espèces, le monde chinois est le contexte de multiples sources d’intérêts et de textes. Les pangolins de la BnF sont terrés dans les descriptions géographiques, dans des ouvrages d’histoire naturelle, dans des récits de voyages, qui centralisent les informations, notamment sur les pratiques locales. La description des animaux exotiques, leur mise en livre, dépassent le cadre d’une histoire naturelle qui n’aurait pour objectif que de classer, compiler, nommer et ordonner la nature. Les savoirs sur les animaux et plus largement les savoirs naturalistes sont accumulés pour des raisons aussi diverses que les sujets auxquels ils se rapportent (alimentation, médecine, etc.). Cette accumulation se fait en lien avec l’étude des techniques et des savoirs locaux qui affleurent dans la stratification des textes savants composés à partir d’autres textes, de discours rapportés qui sont traduits, reproduits, refondus, assimilés.

***

Le pangolin a été métamorphosé en animal de papier au fil de l’agrégation des savoirs, par les gestes de médecins, de missionnaires jésuites ou dominicains, d’ambassadeurs, de marins-cartographes, d’apothicaires, de naturalistes34, qui l’ont parfois rendu méconnaissable. Il est passé du statut d’animal vivant vu en en Afrique ou en Asie à celui de texte objectivé, du récit de voyage personnel au traité d’histoire naturelle, de l’aquarelle unique à la gravure reproductible. Comme en attestent ses références bibliographiques, Buffon, déjà, avait mobilisé la plupart des imprimés évoqués ici et disponibles à son époque. Puis, Gmelin, à la fin du XVIIIe siècle, avait approfondi cet état des lieux. Au fil des années et de l’accumulation des livres — véritables observatoires des pratiques savantes —, les pangolins furent de mieux en mieux connus, en circulant dans les pages à la croisée de stratégies énonciatives et de discours très différents. Il y a les auteurs qui l’ont vu vivant, ceux qui en ont entendu parler, ceux qui ont possédé son cadavre naturalisé ou sa cuirasse, ceux qui l’ont disséqué, etc. Certains ont produit des images ou des discours qui en ont accentué l’étrangeté tandis que d’autres l’ont domestiqué par le texte en l’intégrant dans des chaînes de pratiques avec un ancrage culturel fort, comme la cuisine ou la médecine traditionnelle chinoise par exemple.

Différents types de descriptions peuvent être distingués, celles écrites sur le mode du « récit de voyage » et celles écrites sur le mode de la « carte », pour reprendre une analyse de Michel de Certeau sur les récits d’espace35[1]. Dans le premier cas, les auteurs mettent leurs observations en mots en utilisant la narration et sont omniprésents dans leurs textes. Le sujet est alors au centre du récit comme c’est le cas avec le « je » de Jacques de Bondt — qui va jusqu’à raconter une expérience sociale que nous devinons faite de codes et d’obligations durant laquelle il a dû manger du crocodile (ce qui l’a conduit à la nausée) — ou le « nous » du père Tachard. Tous deux relatent leurs observations menées sur place, tandis que dans le second cas, les auteurs semblent plus distants, voire absents, pour mieux renforcer l’objectivité de leurs descriptions. Ainsi, Mathurin Jacques Brisson, Carl von Linné, Thomas Pennant ou James Petiver sont effacés dans leurs textes. Les différences de statut des auteurs, de narration entre les textes, les écarts chronologiques entre les publications mais aussi la diversité des contextes de production des savoirs, interrogent sur les mécanismes de convergence et de canonisation des savoirs. Ces différences interrogent aussi ce qu’est, ce que représente un pangolin et plus largement la nature, pour un Chinois tel que celui rencontré par Johan Fredrik Dalman, pour un médecin néerlandais sur l’île de Java comme Jacques de Bondt, ou pour un collectionneur d’Avignon comme Esprit Calvet. Sans doute leurs conceptions et représentations étaient-elles fort dissemblables.


À lire également

Sources

  • Bondt (Jacques de), « Historiae naturalis et medicae Indiae Orientalis » in Piso (Willem), De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim : quorum contenta pagina sequens exhibet, 1658, Elzevir, Amsterdam, consultable sur BHL.
  • Brisson (Mathurin Jacques), Le regne animal divisé en IX classes, ou, Méthode contenant la division generale des animaux en IX classes, 1756, Bauche, Paris, consultable sur Gallica.
  • Buffon (Georges-Louis Leclerc), Histoire naturelle, générale et particulière, tome X, 1763, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica.
  • Dalman (Johan Fredrik), in Kungliga Svenska vetenskapsakademiens handlingar, vol. 10, octobre-décembre 1749, Stockholm, consultable sur BHL.
  • Des Marchais (Renaud), Labat (Jean-Baptiste), Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, 1730, Saugrain l’aîné, Paris, consultable sur Gallica.
  • Du Halde (Jean-Baptiste), Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, tome 3, 1735, Paris, consultable sur Gallica.
  • Li (Shizhen), Bencao gang mu, 三藥齋重訂本草綱目 (San yue zhai chong ding ben cao gang mu), Traité des simples, réédition de la salle San yue, Édition de 1735, imitée de celle de 1717, consultable sur Gallica. On pourra également consulter la description du « lingli » d’une édition antérieure du Bencao gang mu (本草綱目) ici.
  • Linné (Carl von), Systema naturae per regna tria naturae : secundum classes, ordines, genera, species cum characteribus, differentiis, sinonimis, locis, tome 1, 1758, Laurentii Salvii, Stockholm, consultable sur BHL.
  • Linné (Carl von), Systema naturae per regna tria naturae : secundum classes, ordines, genera, species cum characteribus, differentiis, sinonimis, locis, tome 1, 1766, Laurentii Salvii, Stockholm, consultable sur Gallica.
  • Linné (Carl von), Système de la nature, de Charles de Linné. Classe 1re du règne animal contenant les quadrupèdes vivipares et les cétacés. Traduction française par Mr. Vanderstegen de Putte,… d’après la 13e édition latine… corrigée par J. F. Gmelin, 1793, Lemaire, Bruxelles, consultable sur Gallica.
  • Pennant (Thomas), Synopsis of quadrupeds, 1771, Monk, Chester, consultable sur BHL.
  • Relation d’un voyage aux Indes orientales. Par un gentil-homme françois arrivé depuis trois ans. Avec une hydrographie pour l’intelligence dudit voyage, 1646, Pierre David, Paris, consultable à la BnF.
  • Seba (Albertus), Locupletissimi rerum naturalium thesauri accurata descriptio et iconibus artificiosissimis expressis per universam physices historiam, opus… ex toto terrarum orbe collegit, digessit, descripsit et depingendum curavit Albertus Seba, vol. 1, 1734, Amsterdam, consultable sur Gallica.
  • Tachard (Guy), Second voyage du Père Tachard et des jésuites envoyez par le Roi au royaume de Siam, 1689, Horthemels, Paris, consultable sur Gallica.
  • « Usages du Siam », gouaches aquarellées, 1688, consultable sur Gallica.
  • Valentijn (François), Oud en nieuw Oost-Indiën…, vol. 3, 1724, van Braam, Dordrecht, consultable sur Internet Archive.

Notes

*Je remercie grandement Emmanuelle Chapron, Nicole Dufournaud, Christian Jacob, Michel Netzer, Glenn Roe et Pierre-Louis Verron pour leurs conseils et leurs relectures, ainsi que Dorothée Rusque et Marie-Dominique Wandhammer pour les documents qu’elles ont eu la gentillesse de me communiquer.

  1. Fonds international pour la protection des animaux, « Le triste sort du pangolin. Le mammifère le plus trafiqué au monde », consultable ici. []
  2. Wildlife Justice Commission, « New report analyses unprecedented levels of pangolin trafficking, urging stakeholders to tackle it as transnational crime », consultable ici. []
  3. Union internationale pour la conservation de la nature : espèces de pangolins sur la liste rouge mondiale des espèces menacées, cartographie consultable ici. On pourra aussi lire consulter les cartes publiées in Pangolins : Science, Society and Conservation (Biodiversity of the World : Conservation from Genes to Landscapes), 2019, Academic Press, 658 p., voir p. 35. []
  4. Linné (Carl von), Système de la nature, de Charles de Linné. Classe 1re du règne animal contenant les quadrupèdes vivipares et les cétacés. Traduction française par Mr. Vanderstegen de Putte,… d’après la 13e édition latine… corrigée par J. F. Gmelin, 1793, Lemaire, Bruxelles, consultable sur Gallica, voir p. 81. []
  5. Ibid. []
  6. Buffon (Georges-Louis Leclerc), Histoire naturelle, générale et particulière, tome X, 1763, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 192 []
  7. Des Marchais (Renaud), Labat (Jean-Baptiste), Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, 1730, Saugrain l’aîné, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 201-202. []
  8. Buffon (Georges-Louis Leclerc), Histoire naturelle, générale et particulière, tome X, op. cit., voir p. 185-186. []
  9. Pennant (Thomas), Synopsis of quadrupeds, 1771, Monk, Chester, consultable sur BHL, voir p. 329. []
  10. Dalman (Johan Fredrik), in Kungliga Svenska vetenskapsakademiens handlingar, vol. 10, octobre-décembre 1749, Stockholm, consultable sur BHL, voir p. 265. []
  11. Fries (Theodor Magnus), Bref och skrifvelser af och till Carl von Linné med understöd af Svenska staten utgifna af Upsala universitet, 1911, Stockholm, consultable sur BHL, voir p. 327. []
  12. Dalman (Johan Fredrik), Kungliga Svenska…, vol. 10, op. cit., voir p. 265 : « Manis, et ostindiskt djur, beskrisvit at Joh. Fredr. Dalman. ». []
  13. Ibid., voir p. 268 : « En Chinese brakte mig detta kreatur som en raritet, han ville ej sålja det åt någon annan ån mig, emedan Chineserne kallade mig Mandarin, ester jag intet handlade ». []
  14. Ibid., voir p. 269 : « men i synnerhet på on Formosa ». []
  15. Pennant (Thomas), Synopsis of quadrupeds, op. cit., voir p. 329. []
  16. Brisson (Mathurin Jacques), Le regne animal divisé en IX classes, ou, Méthode contenant la division generale des animaux en IX classes, 1756, Bauche, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 29 et 32. []
  17. Bondt (Jacques de), « Historiae naturalis et medicae Indiae Orientalis » in Piso (Willem), De Indiae utriusque re naturali et medica libri quatuordecim : quorum contenta pagina sequens exhibet, 1658, Elzevir, Amsterdam, consultable sur BHL, voir p. 60. []
  18. Ibid. : « In Insulae Tajoan silvis frequens est. Nomen ejus vernaculum hactenus nobis incognitum ; verum ne quid pubi nauticae nostrae innominatum esset, placuit quibusdam Porcum, aliis vero Diabolum de Tajoan, appelare, fortassis ob miram & horridam squamarum conformationem, quas irritata erigit. » []
  19. Ibid. : « Chinenses Lary appellant, quod cursorem significat, per antiphrasin procul dubio, cum ne Testudo quidem tardius incedat, quam hoc animal ». []
  20. Tachard (Guy), Second voyage du Père Tachard et des jésuites envoyez par le Roi au royaume de Siam, 1689, Horthemels, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 276. []
  21. « Usages du Siam », gouaches aquarellées, 1688, consultable sur Gallica, voir f°28 et f°29. []
  22. Relation d’un voyage aux Indes orientales. Par un gentil-homme françois arrivé depuis trois ans. Avec une hydrographie pour l’intelligence dudit voyage, 1646, Pierre David, Paris, consultable à la BnF, voir p. 41. []
  23. Ibid., voir p. 46. []
  24. Ibid., voir p. 42. []
  25. Valentijn (François), Oud en nieuw Oost-Indiën…, vol. 3, 1724, van Braam, Dordrecht, consultable sur Internet Archive, voir p. 278. []
  26. Ibid., voir p. 279 : « het is vet, en zoet van vleesch, en de Chineesen eeten het zeer geerne ». []
  27. Bondt (Jacques de), « Historiae naturalis et medicae Indiae Orientalis », op. cit., voir p. 82. []
  28. Ibid., voir p. 82-83. []
  29. Li (Shizhen), Bencao gang mu, in Nappi (Carla), The Monkey and the Inkpot. Natural History and Its Transformations in Early Modern China, 2009, Harvard University Press, Cambridge, 206 p., voir p. 36. []
  30. Du Halde (Jean-Baptiste), Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, tome 3, 1735, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 436-441. []
  31. Ibid., voir p. 439. []
  32. La BnF conserve trois juan d’illustrations — sans le texte — d’une réédition du Bencao gang mu. Cote : Chinois 5264-5271, article I : Li (Shizhen), Bencao gang mu, 三藥齋重訂本草綱目 (San yue zhai chong ding ben cao gang mu), Traité des simples, réédition de la salle San yue, Édition de 1735, imitée de celle de 1717, consultable sur Gallica. On pourra également consulter la description du « lingli » d’une édition antérieure du Bencao gang mu (本草綱目) ici. []
  33. Bondt (Jacques de), « Historiae naturalis et medicae Indiae Orientalis », op. cit., voir p. 82. []
  34. Ces catégories ne sont pas étanches, Tachard a été missionnaire et ambassadeur. Aucun acteur ne peut entrer aisément dans une seule catégorie. []
  35. Certeau (Michel de), L’invention du quotidien. I. Arts de faire, 1990, éd. établie par Luce Giard pour Gallimard, Paris, 349 p., voir chapitre 9. []

Axel Le Roy

Doctorant contractuel à la Faculté des lettres de Sorbonne Université (LabEx Obvil), en co-direction avec l’École Pratique des Hautes Études (Histara). Chercheur associé à la BnF, département des Sciences et Techniques.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.