Sur les traces du pangolin. Métamorphoses savantes d’un animal entre Chine et Europe (XVIIe-XVIIIe siècle) [1/3]*

« Cet animal n’est point méchant, il n’attaque personne, il ne cherche qu’à vivre1 » pouvait-on lire en 1730 dans le récit de Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée… fait en 1725, 1726 et 1727, au sujet d’un animal méconnu : le pangolin. Pourtant, trois cents ans plus tard, en 2020, cet animal est célèbre pour deux raisons : le trafic mondial dont il fait l’objet qui le met en danger d’extinction, et les accusations portées contre lui, puisqu’il est soupçonné d’avoir transmis la Covid-19 aux humains2. Je souhaite revenir sur certains aspects, moments, acteurs qui ont marqué l’histoire de la construction des savoirs sur les pangolins, en suivant les traces de ces derniers dans les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Le cas de ce mammifère est particulièrement intéressant du fait de sa grande altérité et du sentiment d’étrangeté qu’il a procuré aux Européens de l’époque moderne. Outre le fait qu’il a bousculé les catégories naturalistes établies dans un objectif de classification des espèces (était-ce un mammifère ou un reptile ? pourquoi avait-il des écailles et des poils ? était-il plus proche du lézard, du tatou ou du hérisson ?), il a obligé les auteurs à faire preuve d’inventivité pour mettre cet animal en livre, par le texte et par le dessin. L’étude du cas du pangolin, et plus largement des animaux chinois, permet de saisir la multiplicité des objectifs, des supports et des pratiques qui participent de la construction de l’histoire naturelle à l’époque moderne.

Vaste zoo de papier, la BnF conserve de nombreux fonds d’ouvrages anciens de zoologie3 qui nourrissent ma thèse. Cette dernière porte sur l’histoire de la construction des savoirs sur les animaux chinois par les savants européens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le livre imprimé, lieu de fixation et de matérialisation de savoirs objectivés, y occupe une place centrale, puisque j’étudie les pratiques savantes qui permettent l’écriture des livres : depuis les collectes et observations faites in situ dans les montagnes, rivières ou jardins de Chine, jusqu’aux mesures, dissections et lectures, qui aboutissent à la fabrication des livres de naturalistes européens comme Georges-Louis Leclerc de Buffon ou Carl von Linné. De tels naturalistes, le plus souvent, ne se rendaient pas en Chine pour y observer la faune de leurs propres yeux. Leur travail de réception et d’interprétation reposait sur des réseaux intellectuels, de sociabilité, d’échange, de commerce, qui favorisaient la circulation par-delà les océans des objets, des hommes et des savoirs. Ces réseaux sont visibles dans les livres des fonds anciens des bibliothèques, car les auteurs font le récit de leurs échanges d’animaux, laissent apparaître leurs sources dans les citations et références bibliographiques, rapportent leurs dissections ou leurs expériences. Leurs stratégies et méthodes — déployées pour œuvrer à l’accroissement des connaissances sur la nature — affleurent dans les livres d’histoire naturelle, dans les récits de voyages ou dans les papiers de missionnaires et de travail. Retracer les circulations de spécimens, de textes et d’images, analyser le regard et l’intérêt porté par les Européens aux savoirs chinois, comprendre les méthodes de description ou de classification, saisir ce que fait le livre à la construction des savoirs, leur sédimentation ainsi que les relations sociales et politiques qui sous-tendent les pratiques naturalistes font partie des ambitions de ma thèse.

Comme l’a rappelé Alice Crowther dans un billet sur ce carnet4 — où elle s’appuie sur l’idée de Christian Jacob5 selon laquelle le texte est « lui-même un lieu de savoir » — les savoirs sur la Chine circulent de livre en livre. Si les gestes, les animaux collectés, transportés et conservés dans les cabinets de curiosité ou les muséums, ont donné lieu à la fabrication des ouvrages imprimés, ces derniers ont eux même un impact sur la fabrication des livres suivants. C’est par les livres que les savoirs dérivent, par des étapes de compilation, de copie, de traduction (en latin, en mandchou, en portugais, …), de sélection ou de correction, qui transforment les savoirs à chaque point de passage et forment des traditions.

Mais comment les pangolins ont-ils été métamorphosés en animaux de papier et assimilés dans les livres d’histoire naturelle de l’Europe moderne ? Quels enjeux et intérêts ont motivé leur mise en livre ? Répondre à ces questions nous conduira depuis le Siam, Taïwan et les Indes néerlandaises, jusqu’à Paris, Uppsala, Londres, Bologne ou encore Nuremberg. En présentant d’abord les travaux du père Tachard et un recueil de dessins conservé à la BnF, nous aborderons les actions et le rôle de médiateurs joué par les missionnaires jésuites dans la collecte d’informations et la fabrication des savoirs européens sur les animaux d’Asie. Nous verrons quels discours et représentations ils ont produit et leur transformation dans les ouvrages d’histoire naturelle (billet n°1). Puis nous verrons que les dépouilles de pangolins ont été des objets d’étude qui ont enrichi de nombreux cabinets de curiosités. Je présenterai sous quelles formes et selon quelles modalités de conservation elles ont circulé, tout en montrant les liens établis par les naturalistes entre ces spécimens de collections et les livres imprimés (billet n°2). Enfin, je mettrai en perspective les données connues sur le trafic actuel de pangolin, pour situer la place de l’Afrique et l’importance accordée par les Européens aux savoirs asiatiques dans les textes de l’époque moderne sur les pangolins. En réduisant la focale sur les liens établis dans les textes entre les pangolins et le monde chinois, je montrerai que l’étude des animaux s’accompagne souvent d’observations des usages locaux, tels que l’alimentation, la fabrication d’objets ou la médecine (billet n°3).

I. Les missionnaires au Siam : observateurs et descripteurs de pangolins

Le 7 février 1688 arrivaient à Pékin cinq jésuites français couramment appelés depuis Chateaubriand « Mathématiciens du Roi6 ». Sous l’autorité de Jean de Fontanay, Joachim Bouvet, Jean-François Gerbillon, Louis Le Comte et Claude de Visdelou ont joué un rôle éminent dans les échanges savants entre la France et la Chine durant le premier XVIIIe siècle. À l’exception de Louis Le Comte, tous ont été nommés membres correspondants de l’Académie royale des Sciences le 20 décembre 1684, soit quelques jours avant leur départ, conformément à la volonté de Colbert d’établir des relations avec les savants de province et de l’étranger. Partis de Brest en mars 1685, ces missionnaires en route vers la Chine étaient accompagnés du chevalier de Chaumont, de François-Timoléon de Choisy et du père Guy Tachard qui furent reçus par le roi Narai du Siam. Tachard revint en France en 1686, accompagné de l’ambassade siamoise menée par Kosa Pan et accueillie à Versailles par Louis XIV. Cette ambassade siamoise avait pour objectif, comme l’écrit Tachard, de « demander au Roy de la part du Roy de Siam [l’envoi de] douze jésuites Mathématiciens7 ». En 1687 le père Tachard retourna au Siam. Le récit de ce voyage fut publié en 1689 sous le titre Second voyage du Père Tachard et des jésuites envoyez par le Roi au royaume de Siam. Dans le sixième livre, Tachard s’appuie sur les écrits d’autres missionnaires pour décrire des « choses assez curieuses qu’on sera bien aisé de savoir8 », et donne notamment la description d’un animal qu’il nomme « hérisson9 » : le pangolin.

Tachard relève que cet animal ne mange « ni fruits, ni légumes, ni viande, ni rien de ce qu’on lui offrait10 », puis donne des indications sur l’anatomie de l’animal. Mais comment donner corps, réalité au pangolin par et dans un texte, à des lecteurs européens ? L’analogie développée par le père Tachard entre le pangolin et le hérisson consiste à domestiquer et transcrire l’étrangeté d’un animal « curieux » par le détour cognitif de la comparaison. Par ce processus comparatif il trace un trait entre le pangolin et les reptiles en écrivant que le premier a « la gueule fort petite, la langue longue et étroite, qu’il lançait quelques fois hors de la gueule, à peu près comme les serpents, sans cependant faire aucun mal11 ». C’est avec des valeurs relatives (« quelques poils », « assez longs », « fort longue », « petite excroissance »), des valeurs exactes (« trois grands ongles », « deux petits »), mais aussi des couleurs (« blanchâtre »), des formes (« ronde », « plate », « crochus »), et des fonctions (« sert à grimper ») qu’il décrit l’anatomie du pangolin et lui donne une existence livresque :

Il avait quelques poils assez longs qui sortaient entre les écailles, sa queue était ronde par-dessus et plate par-dessous, fort longue avec une petite excroissance de chair blanchâtre au bout, et couverte d’écailles. Il a au bout des pieds trois grands ongles crochus, et deux petits, ce qui lui sert à grimper sur les arbres12.

Ces écrits de missionnaires compilés par Tachard montrent l’attention portée par certains jésuites à la description de la nature à laquelle ils avaient accès. Par de nombreux détails ils tentent de produire ce que Roland Barthes appelle « un effet de réel13 », d’établir une continuité entre la nature et le texte. Mais les éléments disparates donnés par le texte aident peu le lecteur à se représenter l’animal.

Si les missionnaires observaient et décrivaient des animaux, leurs pratiques naturalistes ne se limitaient pas à l’écriture puisqu’ils pratiquaient des expériences ou encore des dissections. Des informations sur les vers observés lors la dissection au Siam de l’estomac d’un pangolin ont été données dans un recueil manuscrit intitulé « Usages du Siam14 ». Conservé à la BnF, réputé anonyme et daté de 1688, ce recueil comporte un dessin de l’estomac véreux d’un pangolin. La légende indique que « de chaque côté de l’estomac […] il y a une infinité de petits vers [… et qu’on] peut voir de ces sortes de vers au Collège de Paris à l’apothicairerie15 ».

De tels vers ont également été observés par les membres de l’Académie royale des sciences, comme le rapporte le compte rendu des activités de l’académie pour l’année 1703. En effet le père Gouye, jésuite membre de l’Académie royale des Sciences16, avait présenté un « Lézard des Indes Orientales [… appelé] par les gens du Pays, Phatagen et par Aldrovandi Lacerta Indica Squammosa17. » Décrit comme ressemblant au crocodile, couvert d’écailles et avec une longue langue, ce pangolin appelé « lézard » a été disséqué par les membres de l’académie qui ont trouvé dans son estomac de nombreuses fourmis et une « bourse pleine de vers vivants, gros et longs comme des épingles, et dont le nombre allait bien jusqu’à un millier18 ». Ces vers — qui évoquent à l’auteur des « Usages du Siam » ceux conservés à l’apothicairerie du Collège de Paris — ont rappelé aux académiciens les vers observés par les jésuites de Chine dans l’estomac d’un tigre tué à la chasse par l’empereur. Le détail de cette dissection, communiqué par le père Gouye à l’académie quelques années plus tôt, faisait ainsi état de la présence de vers dans l’estomac du tigre19. Le livre imprimé apparaît ainsi comme un lieu d’inscription de pratiques savantes missionnaires. Dans le récit du voyage de Tachard les dissections de pangolins réalisées sur le terrain par des missionnaires au Siam sont également décrites. « [Les écailles] de sa queue sont si dures, que quand on voulut ouvrir celui dont je vous envoie la peau, on ne put jamais la couper : ce qui a été cause que les vers s’étant mis dans la chair les écailles en sont toutes tombées20 », « j’ouvris cet animal dans le moment qu’il mourut, je lui trouvais le sang-froid, le cœur cessa de battre dans le moment qu’on l’ouvrit, et il était fort rouge et n’avait rien de particulier : les poumons étant enflés enfermaient entièrement son cœur21 ». En poursuivant avec le récit des dissections et des observations menées par les missionnaires sur la « matrice » d’une femelle pangolin dans laquelle ils découvrirent un fœtus, et d’une autre qui avait avec elle son petit, Tachard se positionne en savant et rend compte de la connaissance interne, pratique, que des missionnaires pouvaient avoir des animaux :

Il se tenait toujours sur l’extrémité du dos et le commencement de la queue de sa mère. Dès qu’on la retirait, il cherchait sa mère à tâtons, car il semblait qu’il ne la vit pas quelque proche qu’elle fut de lui, et sitôt qu’il l’avait rejointe il regagnait la même place sans en prendre jamais l’autre et cela par un instinct admirable, afin qu’en quelque trou qu’entra sa mère il put y entrer avec elle ne faisant pas avec la queue un plus grand volume que celui du corps de sa mère. Lorsque la peur obligeait le grand de se replier en soi-même, le petit ne manquait pas de se mettre dans un des plis, et s’y accommodait de telle sorte qu’on ne pouvait l’en détacher, ne présentant que les écailles de son dos, pour les obliger à s’étendre il ne fallait que leur jeter un peu d’eau sur le corps22.

Cette observation d’un petit pangolin sur la queue de sa mère a donné naissance à une illustration du récit de voyage de Tachard. On y voit une femelle pangolin avec un petit sur sa queue23. Elle est également visible dans des livres d’histoire naturelle européens, puisqu’elle s’est diffusée lorsque Buffon l’a reprise pour illustrer sa description du pangolin dans le dixième tome de l’Histoire naturelle publié en 176324. Gravé par Juste Chevillet pour l’édition in-quarto de l’ouvrage de Buffon, le dessin préparatoire a été réalisé par Jacques de Sève au crayon, encre et lavis25.

Buffon et de Sève ont contribué à la transmission de cette représentation qui figure dans les différentes rééditions de l’Histoire naturelle, mais aussi dans des ouvrages qui en ont repris les illustrations comme Johann Christian Daniel von Schreber dans Die Säugethiere in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen26, publié en 1774, matérialisation à la fois de la circulation des images produites par la mission catholique et de l’écho des illustrations de Buffon dans le corpus naturaliste. Le processus de reprise des mêmes images tend à rendre homogène27 l’imagerie dans les livres imprimés comme l’a montré Sachiko Kusukawa28 en étudiant l’Historia animalium du naturaliste suisse Conrad Gessner29, tandis que leur mise en couleur est source de multiples variations : c’est le cas pour la reprise du dessin de Tachard, entre les différentes éditions de Buffon et chez Schreber.

Les représentations occupent une place importante dans les livres d’histoire naturelle du XVIIIe siècle et accompagnent les descriptions d’animaux. Elles donnent à voir des pangolins d’espèces diverses, sous des noms qui le sont plus encore, et dans des positions, des décors, des mises en pages qui le sont aussi. Dans l’illustration qui accompagne le texte du père Tachard, reprise par Buffon, le pangolin évolue au sein d’un paysage exotique semblable à celui que l’on retrouve dans deux gouaches aquarellées dans le recueil « Usages du Siam ».

Cependant, l’image de l’édition du récit de voyage de Tachard donne à voir ce qui est écrit dans le texte, tandis que dans le recueil « Usages du Siam », le texte occupe une place différente, il est une légende qui explicite l’image par un système de renvois. Dans le premier dessin, f°. 28, entre deux arbustes un pangolin occupe la scène centrale. Une ville est au deuxième plan, des palmiers et des montagnes sont à l’arrière. Dans le second, f°. 29, un premier pangolin (renvoi A) est devant un second pangolin roulé en boule (renvoi B) et mange des fourmis avec sa langue (renvoi C). Puis, à gauche (renvoi D), sont représentés des vers observés au Siam dans l’estomac d’un pangolin. L’originalité de ce dessin réside en la présence, sur la même feuille de deux pangolins chacun dans une position caractéristique, d’une indication sur l’alimentation de l’animal, d’un détail anatomique interne, et d’un texte explicatif accompagné de lettres qui renvoient vers le dessin :

f°. 28 : Figure de l’animal que les Indiens appellent l’animal honteux à cause qu’il se cache et met sa tête sous son ventre et sa queue par-dessus comme fait un hérisson, il est tout couvert d’écailles comme de corne de la grandeur d’un écu, il a aux pattes de devant des ongles fort longs pour gratter la terre et faire des trous pour s’y cacher.

f°. 29 : L’animal appelé honteux. A. ici on explique quelques particularités qu’on a remarquées dans cet animal. Il est tout couvert d’écailles très fortes qui sont de la grandeur d’un écu. Il a les pattes de devant garnies de grands ongles forts et longs de la moitié du doigt dont il se sert pour gratter la terre et se terrer quand on rencontre dans les bois hors de sa tanière. On le prend aisément, il se met tout en boule la tête sous le ventre et sa queue repliée sur le corps de sorte qu’il est impossible de le faire ouvrir avec les mains. On le jette comme une boule sans pour cela s’étendre. Pour le faire ouvrir il faut jeter de l’eau. Les Portugais l’appellent Bicho Vergonhoso ce qui signifie animal honteux, à cause qu’il se cache et se met en boule. C’est le hérisson ainsi qu’il est dépeint dans la figure B. Il a la tête fort en pointe et la bouche fort étroite. Pour manger il va dans les bois surtout dans les fourmilières ou ailleurs où il y a des mouches et araignées et tire une langue longue de demi pieds et fort gluante avec laquelle il prend les insectes qu’il avale. J’en ai fait l’anatomie, l’estomac est très curieux, j’y ai trouvé une infinité d’insectes autant presque qu’il en tiendrait dans un picotin. Ce qu’il a d’admirable c’est qu’il deux bourses D., une de chaque côté de l’estomac où il y a une infinité de petits vers […]. On peut voir de ces sortes de vers au Collège de Paris à l’apothicairerie…

Dans le texte de Tachard et dans le recueil des « Usages du Siam », la mise en scène des animaux, ainsi que la mise en exergue de certaines de leurs caractéristiques morphologiques ou comportementales montrent les liens qui unissent l’image et le texte. Dans le recueil, il y a une réelle attention portée à la figuration du milieu de vie de l’animal, situé dans un décor exotique, de même qu’à son mécanisme défensif qui le fait se mettre en boule. Dans le texte du recueil et dans celui de Tachard, des informations similaires sont donc données30. Outre les mêmes indications sur le fait qu’il se retire dans le bois pour creuser sa tanière ou sur son goût pour les insectes, il est possible de lire dans les deux textes : la projection d’un trait psychologique humain sur l’animal qui conduit à le nommer « honteux » ; l’identification de son comportement à celui du hérisson ; la nécessité de jeter de l’eau sur son corps pour le forcer à s’étendre. Dans ces deux textes, l’un manuscrit et l’autre imprimé, émergent les méthodes d’évocation et d’éloquence des écrits missionnaires.

Parfois à l’origine d’images et de textes naturalistes retravaillés à plusieurs reprises par leurs successeurs, les missionnaires comme le père Tachard avaient au niveau local des pratiques empiriques et scripturales qui n’étaient pas sans liens avec les enjeux politiques plus globaux de la concurrence entre les empires et entre les ordres religieux. Si Louis XIV a envoyé des missionnaires français en Asie sous l’étiquette de « Mathématiciens » correspondants de l’Académie royale des sciences, c’est avant tout pour contourner le padroado qui faisait du Portugal le coordinateur de l’évangélisation dans presque toute l’Asie orientale. La collecte et la fabrication des savoirs dans le cadre des missions s’inscrivent dans différentes logiques et ambitions, qu’il s’agisse de répandre la doctrine chrétienne parmi les populations locales par les sciences et techniques, ou de réunir les matériaux nécessaires à une meilleure connaissance des territoires à évangéliser. Les activités diplomatiques, les expérimentations, observations, descriptions, traductions, dessins réalisés par les missionnaires leur ont octroyé une position centrale dans la circulation des informations sur certaines régions du monde auprès des milieux scientifiques européens. La structuration hiérarchique sur de longues distances pour servir leur programme de consolidation et d’extension de la foi catholique a fait des missionnaires des médiateurs de savoirs. Qu’ils soient manuscrits, imprimés, sous formes de textes ou d’images, ces savoirs ont été ensuite intégrés dans un travail collectif plus vaste de construction de l’histoire naturelle, où les travaux individuels prenaient place dans les dynamiques savantes et cumulatives de plus vastes réseaux.

II. Circulation, conservation et étude des dépouilles de pangolins

Grâce à des médiateurs, des passeurs de frontières31, les savants européens ont travaillé à la mise en ordre dans les livres et sur les étagères des armoires de collections, d’un matériel venu de contrées lointaines qu’ils n’avaient pas tous la possibilité d’arpenter. Ils pouvaient ainsi confronter, comparer, surplomber sur leurs tables de travail, de multiples dessins et spécimens, s’appuyer sur des textes écrits et publiés dans toute l’Europe et au-delà… [La suite du texte ici.]


Sources

  • Buffon (Georges-Louis Leclerc), Histoire naturelle, générale et particulière, tome X, 1763, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica.
  • Des Marchais (Renaud), Labat (Jean-Baptiste), Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, 1730, Saugrain l’aîné, Paris, consultable sur Gallica.
  • Gessner (Conrad), Historiae animalium, liber 2 de quadrupedibus oviparis, appendix, 1554, Froschoverus, Zurich, consultable sur BHL.
  • Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, 1699, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica.
  • Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, 1703, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica.
  • Lacroix (Paul), XVIIe siècle : lettres, sciences et arts, France, 1590-1700…, 1882, Paris, consultable sur Gallica.
  • Schreber (Johann Christian Daniel von), Die Säugetiere in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen, vol. 1, 1774, W. Walther, Erlangen, consultable sur Internet Archive.
  • Seve (Jacques de), vignette d’après Jean-Baptiste Oudry pour le tome X de l’Histoire naturelle de Buffon, 1763, consultable sur Gallica.
  • Seve (Jacques de), vignette pour le pangolin du tome X de l’Histoire naturelle de Buffon, 1761, consultable sur Gallica.
  • Tachard (Guy), Second voyage du Père Tachard et des jésuites envoyez par le Roi au royaume de Siam, 1689, Horthemels, Paris, consultable sur Gallica.
  • « Usages du Siam », gouaches aquarellées, 1688, consultable sur Gallica.

Notes

*Je remercie grandement Emmanuelle Chapron, Nicole Dufournaud, Christian Jacob, Michel Netzer, Glenn Roe et Pierre-Louis Verron pour leurs conseils et leurs relectures, ainsi que Dorothée Rusque et Marie-Dominique Wandhammer pour les documents qu’elles ont eu la gentillesse de me communiquer.

  1. Des Marchais (Renaud), Labat (Jean-Baptiste), Voyage du chevalier Des Marchais en Guinée, isles voisines, et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, 1730, Saugrain l’aîné, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 201-202. []
  2. Des ressources ont été rassemblées par la BnF sur les « Zoonoses – Un sujet qui interroge les relations homme-animal » (ces maladies infectieuses des animaux vertébrés transmissibles à l’être humain) ainsi que sur « Le pangolin ». []
  3. On pourra consulter la sélection des « plus beaux ouvrages de zoologie illustrés » de la BnF. []
  4. Crowther (Alice), « L’apostolat par les livres et la langue mandchoue : lecture d’Aristote et des catéchismes à Pékin au XVIIIe siècle ». []
  5. Jacob (Christian), Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, 2014, OpenEdition Press, Marseille, 122 p., consultable ici. []
  6. Brizay (Bernard), « 2 – Les Mathématiciens du roi », in Brizay (Bernard) (dir.), La France en Chine. Du XVIIe siècle à nos jours, 2013, Éditions Perrin, Paris, p. 25-40, consultable ici. []
  7. Tachard (Guy), Second voyage du Père Tachard et des jésuites envoyez par le Roi au royaume de Siam, 1689, Horthemels, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 1. []
  8. « Outre le Journal du Père Fontenay, dont nous avons déjà parlé, les autres Pères nous laissèrent diverses remarques sur l’arbre qui porte l’oüate, sur la gomme gute, sur quelques oiseaux et sur d’autres choses assez curieuses qu’on sera bien aisé de savoir. Voici ce qu’ils en disent dans un écrit particulier qu’ils m’ont laissé. », ibid., voir p. 266. []
  9. « Parce que quand il craint quelque chose, il se resserre en lui-même comme nos hérissons », ibid., p. 272. []
  10. Ibid. []
  11. Ibid., voir p. 273. []
  12. Ibid., voir p. 272-273. []
  13. Barthes (Roland), « L’Effet de réel » in Communications, n°11,‎ 1968, p. 84-89, consultable ici. []
  14. Acquis par le père Pouchot à la dissolution des jésuites en 1772, ce manuscrit livre des représentations de l’ambassade française menée au Siam par Tachard en 1687. « Usages du Siam », gouaches aquarellées, 1688, consultable sur Gallica. []
  15. Ibid., f°29. []
  16. Vice-président de l’Académie en 1707, 1709, 1710, 1712, 1713 et 1715, Gouye en fut nommé président en 1711. Voir la Liste des membres depuis la création de l’Académie des sciences. []
  17. Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, 1703, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 39. []
  18. Ibid. []
  19. Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, 1699, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 51. []
  20. Tachard (Guy), Second voyage…, op. cit., voir p. 272. []
  21. Ibid., voir p. 273. []
  22. Ibid., voir p. 276. []
  23. On peut trouver une reprise de cette illustration dans le recueil de gravures de Lacroix (Paul), XVIIe siècle : lettres, sciences et arts, France, 1590-1700…, 1882, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 67. []
  24. Buffon (Georges-Louis Leclerc), Histoire naturelle, générale et particulière, tome X, 1763, Imprimerie royale, Paris, consultable sur Gallica, voir p. 194 et suivantes. []
  25. Seve (Jacques de), vignette pour le pangolin du tome X de l’Histoire naturelle de Buffon, 1761, consultable sur Gallica. []
  26. Schreber (Johann Christian Daniel von), Die Säugetiere in Abbildungen nach der Natur mit Beschreibungen, vol. 1, 1774, W. Walther, Erlangen, consultable sur Internet Archive, voir illustration LXIX. []
  27. []
  28. Kusukawa (Sachiko), Picturing the Book of Nature. Image, Text and Argument in Sixteenth–Century Human Anatomy and Medical Botany, 2012, University of Chicago Press, 304 p., voir chapitre 9 : « Copying and Coloring ». []
  29. Gessner (Conrad), Historiae animalium, liber 2 de quadrupedibus oviparis, appendix, 1554, Froschoverus, Zurich, consultable sur BHL. []
  30. Réputé anonyme, ce recueil daté de 1688 partage d’importants points communs avec le récit publié en 1689 du second voyage fait par Tachard en 1687. Les textes sont en de nombreux aspects semblables, ce qui permet d’émettre l’hypothèse que ce recueil est peut-être l’une des sources missionnaires évoquées par Tachard, ou une de ses réalisations. []
  31. On pourra lire : Schaffer (Simon) (dir.), Roberts (Lissa), Raj (Kapil), The Brokered World: Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, 2009, MA : Watson Publishing International, Sagamore Beach, 560 p. Mais aussi Subrahmanyam (Sanjay), Comment être un étranger, De Venise à Goa, XVIe-XVIIIe, Alma, 345 p. []

Axel Le Roy

Doctorant contractuel à la Faculté des lettres de Sorbonne Université (LabEx Obvil), en co-direction avec l’École Pratique des Hautes Études (Histara). Chercheur associé à la BnF, département des Sciences et Techniques.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.