Les Catalogues d’éditeurs ou la société au miroir

La BnF accueille cette année 7 chargés de recherches documentaires (CRD) qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Sophie Bros , accueillie au département Littérature et art pour son projet Editions illustrées et roman d’aventures : l’influence de l’image dans les romans d’aventures illustrés français et anglais des années 1870-1920 décrit l’apport du fonds Q10.


Ce que le fonds Q10 nous révèle

Parmi les fonds que possède la Bibliothèque nationale de France, il en est un fort discret, et pourtant incroyablement riche : le Q10, « collection unique de catalogues de libraires, d’imprimeurs et d’éditeurs, français et étrangers1 », qui s’étend des origines à nos jours, liste incommensurable de titres et forme de dictionnaire des œuvres à deux entrées : maison d’édition et dates de mise en vente.

Ces catalogues d’éditeurs fonctionnent, pour qui se penche et se perd sur la multitude de boîtes qui les contient, un peu comme des livres d’Histoire : ils nous offrent page après page le récit des lectures d’une époque donnée, et, partant, se révèlent être de véritables instantanés de la société d’alors. Précieux creusets d’information, ils exposent les goûts et modes de pensée de leurs contemporains, gravés en filigrane dans les présentations d’ouvrages publiés, les titres mis en avant, les choix de rééditions soigneuses, les « romans nouvellement dotés d’illustration » et les publicités pour livres d’étrennes, auxquelles il faut adjoindre les commentaires qui ponctuent ces annonces de parution.

L’étude en particulier des couvertures de catalogues s’avère révélatrice, puisque ces dernières ont pour vocation de fonctionner comme produits d’appel, voués à intriguer et allécher, mettant en avant, selon les choix du libraire-éditeur, ou bien des nouveautés recherchées, ou bien des valeurs sûres attestant le sérieux et la construction réfléchie d’un ensemble bibliographique.

Voyageons-donc, le temps de quelques exemples, dans le XIXe que nous offrent ces fascicules qui n’avaient pas vocation à survivre, mais qu’une conservation attentive — et la notion de dépôt légal— ont préservés.

Cette plongée dans l’esprit XIXe est tout à fait frappante à l’examen des catalogues de la maison Baillière, maison d’édition scientifique et notamment médicale, fondée par Jean-Baptiste Baillière en 1818, qui fut l’éditeur officiel de l’Académie royale, puis nationale, puis impériale, et à nouveau nationale de Médecine : l’évolution de ce titre seul, qui figure en première page des catalogues distribués, écrit une page de l’Histoire de France. C’est sur cette maison d’édition que nous allons nous pencher ici, à titre d’exemple, de 1844 à 1910.

Au XIXème : catalogue médical et enjeux religieux

En 1844, la librairie de Germer Baillière annonce en première page de son catalogue la publication d’un ouvrage intitulé Le Magnétisme et le somnambulisme devant les corps savants, la cour de Rome, et les théologiens, rédigé « par M. l’Abbé J.-B. L., prêtre, ancien Élève en médecine ». L’emphase volontaire sur la double casquette de l’auteur, qui est présenté comme la solution pour une voie médiane, unissant propos religieux et raison, va de pair avec la France de la Monarchie de Juillet, dont la politique est définie par le souverain lui-même comme celle de la tentative du « juste-milieu », jeu d’équilibriste entre velléités républicaines et conservatisme, entre tenants d’une monarchie de droit divin et athées convaincus.

Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.
Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.

Il s’agit alors de ménager la chèvre et le chou, en montrant que « la plupart des magnétiseurs ont abusé de la science pour attaquer le Catholicisme ; [mais] que, d’un autre côté, les Ecclésiastiques sont allés trop loin en attaquant la science pour défendre l’intégrité de la Religion ». Le catalogue choisit donc de porter la parole d’un homme à la fois de science et de robe, dissertant de sujets qui occupent nombre d’esprits depuis le dix-huitième — comme le magnétisme, et la distinction juste ou non, existante ou factice, entre magnétisme animal et magnétisme humain –, témoignant ainsi des tâtonnements médicaux d’alors, et de la difficile scission entre science et charlatanisme : bref, reflétant divers aspects constitutifs des années 1840.

Notons d’ailleurs que la question soulignée n’est pas tant celle de la validité scientifique de la thèse, que celle de l’attaque à la « foi et aux mœurs », d’une façon qui ne manque pas aujourd’hui de nous faire sourire, mais qui n’est peut-être après tout que les prémices de nos questionnements éthiques.

Le remède dans le mal

Ailleurs, c’est à la lecture des réclames qui émaillent les pages des catalogues d’ouvrages que nous sourions, comme celle dans les années 1840 pour le Vin de Bellini, « apéritif fébrifuge » et « aliment fortifiant et réparateur, recommandé aux enfants débiles ».

Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840
Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840

Mais il est vrai que l’alcool est encore une boisson quotidienne2 – on consomme alors en période de moisson une moyenne de deux litres de vin par jour et par personne (hommes comme femmes) dans le Languedoc3 – boisson dont les méfaits commencent cependant à être dénoncés par le mouvement hygiéniste, ce qui débouchera sur la création en 1872 de la Société française de tempérance, et de son mensuel Le Bon Conseiller.

Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 1886
Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 18864

Cela n’empêche pas que l’alcool (qui, après tout, désinfecte !) reste un des remèdes phares du siècle, si l’on en croit les prix de l’Exposition internationale de Paris, où une mixture d’alcool et de viande crue a remporté la médaille d’argent, comme nous le fait savoir l’annonce qui en fait la publicité : l’élixir alimentaire Ducro (l’emploi seul du terme « élixir » dans un domaine scientifique étonne aujourd’hui).

Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852
Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852

L’intérêt du produit réside, notez bien, dans l’immense panel de maladies qu’il cure : des « maladies consomptives », à l’albuminerie (présence d’albumine dans les urines, une protéine qui ne devrait se trouver que dans le sang), en passant par le rachitisme : l’alcool et la viande crue semblent bons pour tout — à condition semble-t-il d’en consommer « tous les jours » ! Etonnamment, à la même époque, l’impératrice Elisabeth d’Autriche utilise un régime similaire (jus de viande crue en guise de repas) pour au contraire rester le plus mince possible : la viande crue a décidément toutes les vertus, qu’on se le tienne pour dit. De fait, on la promeut même sur les murs parisiens :

Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l'anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande [...] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland
Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l’anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande […] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland

L’existence et la promotion de ce qui nous semble aujourd’hui relever de recettes douteuses de sorcières se convertit ici en témoignage des progrès de la médecine et de la pharmacopée, tout en signalant plus simplement la mise en place d’une certaine façon de faire de la publicité (par écrit), et donc d’une société qui se tourne de plus en plus vers l’imprimé, et dans laquelle l’alphabétisation va augmentant.

De fait, un ensemble de catalogues, même de maison d’édition médicale et scientifique, ne permet pas uniquement d’avoir une meilleure vision de ce qu’était la médecine et sa pratique quotidienne au XIXe, mais nous offre aussi une véritable plongée dans tout un pan de notre histoire culturelle, en nous révélant via les titres mis en vente les sujets d’intérêt et de recherche de l’époque.

Avancées technologiques et présupposés raciaux : les instantanés d’une société

Ainsi, à la fin du siècle (la maison Baillière se nomme désormais J.-B. Baillière et fils ; nous sommes en 1896), l’éditeur choisit de consacrer l’intégralité de sa première page de catalogue à la présentation d’un ouvrage dont la présence au beau milieu d’un fascicule de titres médicaux et scientifiques peut surprendre : le Formulaire des nouveautés photographiques.

Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896
Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896

La présentation nous indique dès la première ligne que « la photographie a pris une extension considérable et, [que] tous les jours, les inventeurs, les savants, les amateurs, enrichissent le domaine […] des connaissances pratiques et techniques », nous faisant pénétrer de plain-pied dans un monde de technicité et de goût pour la technologie. En effet, depuis le lancement du Kodak portatif en 1888 par George Eastman — innovation possible grâce à l’invention de la pellicule qui remplace les plaques de verre pour l’impression — il n’est plus besoin d’être photographe professionnel pour prendre des clichés. Cette première page entérine matériellement l’entrée dans un monde médiatique, obsédé depuis un siècle par la possibilité de fixer (ce qu’on voit comme ce qu’on entend), d’enregistrer de manière immarcescible ce qui était jusque-là voué à l’éphémère.

L’image, qui envahit au XIXe tous les lieux, des affiches placardées sur les colonnes Morris aux pages de journaux en passant par les murs grâce aux lanternes magiques, devient le média principal5 ; or, la présence d’un ouvrage portant sur la photographie dans des pages consacrées habituellement à la médecine, à l’anthropologie, à l’agriculture, etc. cristallise bien ce caractère plurivoque de la photographie, à la fois art, technique, et avancée scientifique. En ce sens, les formulations de la présentation de l’ouvrage sont tout à fait révélatrices, évoquant « les applications de la photographie scientifique et artistique : la photographie des couleurs, le cinématographe, la reproduction à distance des dessins et gravures, la radiographie ou photographie de l’invisible, la photographie et l’illustration du livre, etc. ». Sont inscrits en creux et en puissance, pêle-mêle dans cette phrase, les développements de l’imagerie médicale et les recherches des Curie, les réflexions d’un Benjamin sur l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, et les essais des frères Lumière, balbutiements de ce qui deviendra la plus grande industrie culturelle du XXème siècle.

Mais l’essor de la photographie n’incarne pas uniquement un tournant dans notre société, qui va n’avoir de cesse de se transformer en monde de l’image ; elle va aussi de pair avec une volonté anthropologique d’illustrer les diverses découvertes, en les étiquetant, les organisant. Car l’homme du XIXème est taxinomiste par excellence, et tout ce qui l’entoure se prête alors à une logique de tri et de classification, velléité qu’attestent là encore les catalogues d’éditeurs, dont les listes de titres se font les témoins des divers sujets d’études du moment de leur publication. Ainsi, dans la Bibliothèque des Connaissances utiles, « collection de 100 volumes in-16 illustrés », qui se veut généraliste, nous trouvons à la fois des titres comme L’Engrais, L’Alcool, Aide-mémoire pratique de la photographie, L’Economie domestique, L’Electricité ou Le Dessin, mais aussi Les Ballons dirigeables ou Le Cheval anglo-Normand, car, comme l’explique le catalogue : « la question chevaline passionne à juste titre tous ceux qui s’intéressent à la prospérité et à la défense du pays ». Et bien entendu, le fascicule met l’accent sur le fait que l’ouvrage est illustré de « nombreuses photogravures » qui permettent de distinguer tous les types d’étalons.

Mais ce goût de la représentation allié au goût de la taxinomie ne porte pas uniquement sur les animaux et les plantes, mais va aussi jusqu’à « l’étude de l’homme ». Ainsi, une couverture comme la suivante (datée de mars 1891), mettant en évidence comme l’œuvre la plus importante parmi les nouvelles parutions un ouvrage intitulé Les Races humaines est aujourd’hui un précieux témoignage des dérives anthropologiques et du racisme constitutif de la société XIXe :

Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière
Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière

Et, à nouveau, il convient de noter l’emphase sur le caractère imagé de l’ouvrage « illustré de 530 figures », mais aussi ce que cela dénote du tropisme pour l’ailleurs et les modes de vie étrangers d’une société pour laquelle la notion de terra incognita a encore un sens (quand celle de voyage rime encore avec aventure), et à laquelle on prend donc plaisir à exposer – et représenter – l’inconnu : « types, scènes de mœurs, paysages, vêtements, parures, outils, armes… ». Bien entendu, le tout s’inscrit dans une logique coloniale particulièrement marquée en France et en Angleterre, et que le développement des Expositions universelles et Expositions coloniales traduit, expositions dont les illustrations et comptes rendus émaillent les catalogues de libraire.

Le poids de la morale

Dans cette société-là, la morale, toujours teintée de religion, tient le haut du pavé, fournissant une liste de titres aujourd’hui parfaitement surannés et surprenants.

Ainsi, si c’est simplement le nom parfaitement prédestiné du professeur Robinet qui prête à sourire lorsqu’il écrit un traité élémentaire d’Hygiène (et l’affirmation absolue que « toutes les maladies [contagieuses] sont évitables »), c’est en revanche tout ce qu’on devine d’interdits et de normes corsetées qui nous frappent dans le titre suivant : La Gymnastique des Demoiselles.

Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900
Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900

Car si les normes imposées par la morale et les bonnes mœurs se perçoivent dans tous les domaines de la société et envers tous, il n’en demeure pas moins que ce sont surtout les femmes qui en font les frais (à l’usage desquelles on se met alors à employer fréquemment et médicalement le terme d’hystérique), et que les restrictions vont viser en priorité.

Ainsi, en 1896, c’est l’ensemble des ouvrages du docteur Coriveaud promus par le catalogue de Baillière qui attirent notre attention, puisque « l’auteur a pris la jeune fille à l’âge où elle n’est plus une enfant (…), et l’a conduite jusqu’au mariage » ( !), afin d’octroyer des conseils d’hygiène, notant au passage « les inconvénients que présente le séjour des villes pour les jeunes filles », terminant par « quelques considérations sur le mariage précoce, car à partir de là la jeune fille va devenir femme et mère ». C’est d’ailleurs là tout le propos d’un de ses autres écrits : Le lendemain du mariage, titre étonnant pour une étude d’hygiène, dont la simple liste des sous-titres est fort révélatrice : « l’amour et le mariage – La première nuit de noces  – le voyage de noce – la chambre à coucher …etc. », ou encore « Plaisirs permis et plaisirs défendus » !

Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.
Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.

Il faut dire que le mariage a fait couler beaucoup d’encre, et notamment celle des plumes médicales (alors même que la question nous semble plutôt relever d’un juriste), comme l’atteste la présentation du livre Le Mariage, écrit par le professeur Bouardel en 1901, qui ne manque pas de nous surprendre – et signale une fois de plus le poids des conventions : « depuis la loi sur le divorce6, les médecins ont eu à débattre bien des questions relatives au mariage ».

Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901
Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901

Sujet alors indissociable de celui du mariage (l’union sexuelle ne pouvant aller ouvertement sans une union juridique), les relations sexuelles et leurs conséquences occupent une place de choix dans les parutions médicales de la fin du siècle, et témoignent là encore des us d’une époque. Ainsi de cet ouvrage accolé à celui sur le mariage du professeur Bouardel, dans lequel l’auteur s’attaque à l’avortement. La simple présence d’un tel écrit dit l’existence d’une telle pratique, quand la façon dont elle est qualifiée souligne le point auquel elle est décriée ; le premier adjectif employé ne laisse ainsi aucun doute sur la posture morale apparente de l’auteur « l’avortement criminel est de tous les temps et de tous les pays » (il faudra attendre encore 73 ans avant que Simone Veil ne se rende à l’assemblée pour présenter son projet de dépénalisation de l’avortement, et l’année 1975 pour que la loi soit adoptée). Il est à noter justement que l’auteur a conscience de la fréquence des tentatives d’avortement, et ne cherche pas à le cacher «  si le nombre d’accusations d’avortement en France est très peu élevé, tous les médecins savent combien sont plus fréquents en réalité les avortements provoqués » ; et d’ailleurs l’ouvrage, qui se veut étude générale de l’avortement, y précise les « substances abortives inefficaces et celles ayant une action directe sur l’utérus », ce qui signifie qu’il donne des clefs à ceux qui souhaiteraient en faire usage – qu’il les donne dans ce but ou non, la question est ouverte. Elle se veut d’ailleurs résolue par une note dans la présentation de l’ouvrage suivant Etude médico-légale sur l’avortement, qui précise qu’il a été fait à certains auteurs ce reproche d’indiquer les diverses méthodes employées pour interrompre une grossesse, mais que « les méthodes abortives et les agents abortifs sont trop connus, même en dehors du public médical, pour que leur exposé puisse être considéré comme fournissant des armes à ceux qui en font usage » : le propos étonne, mais rend manifeste le caractère fréquent d’une pratique alors illégale, livrant ici encore des indices quant à la société dans laquelle de tels ouvrages paraissent.

La sexualité examinée à la lumière des normes sociales ne se reflète cependant pas uniquement dans les études portant sur la procréation ; et c’est ainsi qu’en mars 1877 une des publications présentées concerne Les passions dans leur rapport avec la santé et les maladies, sous-titré « l’Amour et le Libertinage », nom qui semble fort peu idoine pour un traité scientifique, qui plus est écrit par (ça ne s’invente pas !) le docteur L.-X. Bourgeois. Cette association entre passion et maladie souligne le lien qui est fait entre les maux et ce qui est considéré comme mal ; illustrant une fois de plus le poids de la bien-pensance, et surtout les cadres dans lesquels se développe le propos médical.

Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117
Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117

Ainsi, ce qui de prime abord pouvait sembler simple liste de publications (obsolètes puisque médicales et datées dans le cas de la libraire Baillière) se fait évocation des différents aspects d’un siècle : balloté entre sciences et pseudosciences, tiraillé entre raison, empirisme et religion, poids du catholicisme et des « bonnes mœurs », marqué par les indications des régimes politiques qui se succèdent et des modes de pensée dominants.

Les catalogues d’éditeurs, qui appartiennent de manière évidente à l’Histoire du Livre, témoins des publications autorisées et censurées, des modalités de vente et des formats, de la capacité à illustrer ou non les ouvrages, s’inscrivent alors à juste titre dans l’Histoire des sciences et des mœurs, nous révélant tout autant lorsque nous nous livrons à une analyse lexicale (il en va ainsi par exemple de l’Histoire de la sexualité et des genres) qu’à une analyse chiffrée (se penchant par exemple sur le nombre de rééditions ou d’ouvrages traitant d’un même sujet).

Loin d’être réservée aux archivistes et spécialistes du monde éditorial, l’étude ou la consultation d’un fonds comme le Q10 se fait de la sorte source intarissable pour l’historien des mentalités comme pour celui des arts ou des sciences, et offre au chercheur en lettres d’inestimables témoignages sur le contexte de production des ouvrages, nous permettant de plonger dans le quotidien livresque d’une époque révolue.

Pour aller plus loin

  1. Voir url : <https://bnf.libguides.com/catalogues_editeurs>. []
  2. D’où des publicités où l’on parle de « liqueur de table » ! Voir, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9012541v?rk=321890;0>. []
  3. Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Flammarion, champs histoire n° 7, 1977. []
  4. []
  5. Rappelons-nous du jeune Marcel du début de À la recherche du temps perdu, évoquant la valeur quotidienne de ces  fameux éléments du paysage urbain parisien, placardés de couleurs et d’images « Tous les matins je courais jusqu’à la colonne Morris pour voir les spectacles qu’elle annonçait. Rien n’était plus désintéressé et plus heureux que les rêves offerts à mon imagination par chaque pièce annoncée, et qui étaient conditionnés à la fois par les images inséparables des mots qui en composaient le titre et aussi de la couleur des affiches encore humides et boursouflées de colle sur lesquelles il se détachait. » Du côté de chez Swan, Marcel Proust. Pour plus d’exemples et d’informations sur les affiches, voir, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/images/affiches-acces-par-auteur?mode=desktop>. []
  6. Rappelons que la loi autorisant le divorce a été rétablie en juillet 1884, après une première période d’instauration de 1792 à 1816. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.