Salut les copines ! Vie et mort des illustrés pour petites filles dans l’après-guerre.

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Bernadette, n° 309
Bernadette, n° 309

En 2018, lorsque je rejoignis le Centre national de la littérature pour la jeunesse en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, j’avais pour projet de m’attaquer à un corpus jusqu’alors très peu exploité par les sciences humaines et sociales, les illustrés pour petites filles. Ces hebdomadaires, qui jouissaient pourtant d’une popularité portant leurs tirages à 200 000 exemplaires en certaines périodes, n’avaient pas fait l’objet d’études monographiques, à l’exception de la Semaine de Suzette et de son héroïne Bécassine. C’est pour cette raison que j’ai décidé de consacrer ma première année de recherche à une étude monographique de Lisette, sa concurrente, publiée chaque semaine à compter de 1921 et qui, à sa disparition en 1974, était la dernière survivante des grands illustrés pour fillettes du XXe siècle. J’ai exploité ce corpus de quelques 2500 journaux à travers la création de plusieurs bases de données : rubriques (contenu et récurrence), figures principales du journal, illustrations, courrier des lectrices, correspondantes, et résultats des jeux concours.

Lisette constitue une source précieuse pour l’histoire culturelle du XXe siècle, en raison de sa longévité et de ses forts tirages. Destiné aux 7-15 ans et lu par des générations de fillettes1, il témoigne des changements de représentation de cette classe d’âge, qui se scinde après la Seconde Guerre mondiale en deux publics distincts : les petites filles et les adolescentes. C’est sur cette période de 1946 à 1974 que je me suis concentrée à compter de ma deuxième année en tant que chercheuse associée à la BnF, car elle constitue un tournant dans la prise en compte d’une période spécifique de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Les illustrés pour enfants de l’époque, grâce à leur caractère interactif (courrier des lectrices, rubriques de correspondantes, jeux concours…) et à leur nécessaire adaptation face à l’émergence de grands mensuels à succès pour adolescents comme Salut les copains !, permettent de documenter au plus près les changements socioculturels de l’époque. J’ai donc décidé d’élargir mon corpus à trois autres périodiques contemporains de Lisette : Bernadette, future Nade, traditionnellement tournée vers les milieux ruraux et populaires (1914-1973) ; La Semaine de Suzette, et son public de classe supérieure (1905-1960) ; Fillette, devenue Fillette-Jeune Fille, bénéficiant plutôt d’un lectorat populaire (1909-1964).

Cette étude m’a non seulement permis de dessiner les contours de l’univers de la presse enfantine après guerre, mais également d’analyser les causes de la disparition des périodiques pour fillettes dans les années 1970. Ce déclin est d’autant plus étonnant que depuis l’apparition d’une presse spécialisée pour jeune public, dont l’existence est d’ailleurs une spécificité française, celle-ci a toujours été divisée entre des titres pour garçons et des titres pour filles. Les années 1960 voient l’émergence d’une culture jeune partagée, souvent présentée par les commentateurs comme s’affranchissant des frontières de genre et de classe. Si cette vision a depuis été relativisée par les historien.ne.s de la culture, il n’en reste pas moins que l’époque est marquée par un des plus gros bouleversements qu’ait connu le monde de l’éducation en France : la généralisation de la mixité scolaire. Cette onde de choc se ressent jusque dans les pages des illustrés pour fillettes, qu’avaient à peine ébranlé les grands traumatismes du siècle. Dans cet univers feutré où étaient jusqu’alors enseignés avec sévérité les savoirs et savoir-faire nécessaires aux futures mères au foyer, les garçons font brusquement irruption. Les fillettes écrivent à leur journal préféré pour s’inquiéter de l’arrivée de ces nouveaux camarades dans leur classe et demander des conseils pour mieux les comprendre. De leur côté, les hebdomadaires se font les chantres de cette réforme. Les multiples marraines et tantes qui peuplent les illustrés pour petites filles met en avant les bénéfices de la mixité scolaire, avec un discours différencialiste qui reprend celui des pouvoirs publics : au contact les uns des autres, les garçons s’adouciront, les filles s’endurciront.

Dans ce contexte, les ventes des hebdomadaires ciblés pour petites filles s’effondrent peu à peu, désignant comme obsolète leur principe même : pourquoi continuer à publier des journaux destinés à un seul des deux sexes, alors même que garçons et filles suivent à présent le même enseignement entre les mêmes murs, et doivent précisément apprendre à vivre ensemble pour assurer l’avenir du pays ? La mixité scolaire, les idées portées par mai 1968, la visibilité nouvelle de la seconde vague du féminisme, tout semble concourir pour expliquer une mort présentée comme programmée par les rédactions des journaux elles-mêmes. La Semaine de Suzette fut ainsi la première à annoncer, dès 1960 :

Nous savons combien vos mamans et vous-mêmes êtes attachées à votre journal. Aussi serez-vous désappointées en apprenant qu’il va cesser de paraître, la préférence des jeunes filles d’aujourd’hui allant de de plus en plus aux grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons.

La Semaine de Suzette, 1950.

J’ai voulu cette année m’attarder sur cette chronique d’un désastre annoncé, et questionner ce qui est ainsi apparu comme une évidence, dans les discours rédactionnels de l’époque ou dans les travaux universitaires ultérieurs. Comment une généralisation de la mixité reposant largement sur le présupposé de l’existence d’une nature féminine et masculine a-t-elle finalement sonné le glas d’une presse spécialisée pour petites filles ? Par quels processus un type de presse bicentenaire est-il devenu en quelques années une anomalie rétrograde, au point de disparaître jusqu’à la parution de Minnie en 1994 et de Julie en 1998, le magazine « 100% filles » dont la parution a provoqué un tollé de la part des associations féministes ? Tandis que les magazines féminins constituent toujours un secteur florissant de la presse, les périodiques pour petites filles ne se sont jamais refait une place dans un milieu dominé par de grandes publications mixtes comme les titres de Bayard Presse.

C’est cette transition que j’étudie actuellement en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, à travers Lisette, Fillette, Bernadette et La Semaine de Suzette. Après un premier semestre consacré à l’étude des contenus, je prépare une série d’entretiens avec d’anciennes lectrices de ces journaux, afin de travailler sur la question de leur réception. Ces échanges me permettront d’enrichir l’apport de mon enquête à l’histoire culturelle de la presse enfantine, mais aussi d’éclairer le rôle attribué a posteriori à ces journaux par leur public.

Pour aller plus loin

  1. J’utilise le mot « fillette » pour désigner ce public de 7-15 ans qui s’est peu à peu morcelé au cours de la période jusqu’à désigner des classes d’âge distinctes : des petites filles, des adolescentes, des très jeunes filles. J’emploie donc par commodité le terme « fillette », très employé dans les périodiques étudiés et qui a le mérite de ne pas obliger la chercheuse à appliquer des catégories contemporaines à ce lectorat devenu au fil du temps très hétérogène. []

2 réflexions sur « Salut les copines ! Vie et mort des illustrés pour petites filles dans l’après-guerre. »

  1. Bonjour, je suis née en 1953 et ma mère, institutrice, m’avait abonnée (en partageant le montant de l’abonnement avec une collègue dont la fille avait mon âge : nous conservions donc chacune un numéro sur deux) à une revue qui s’appelait « Caroline ». Je n’ai plus d’exemplaire de ce magazine, ma mère est décédée et ne peut donc plus me renseigner, mais je suppose qu’elle paraissait dans les années 1961-1963. Il ne s’agit pas des albums de Pierre Probst, mais bien d’une revue pour les filles. Dans mon souvenir elle avait un grand format, au moins 30 cm x 25, très peu épaisse, illustrée et donnait des histoires de qualité en « feuilleton »… Avez-vous eu connaissance de cette revue ?

    1. Madame,
      Je vous remercie pour votre commentaire que je transmets à Béatrice Guillier. Le périodique que vous mentionnez est conservé à la BnF sous la cote : FOL-JO-13046.
      Vos souvenirs de la forme du dit périodique restent vivaces comme le prouve la consultation de la notice : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34482950s
      Cordialement,
      O. Jacquot

Répondre à BILLAUDELLE Brigitte Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.