Appel à communications : Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle. date butoir : 20 mars 2020

Partie méridionale de l’Afrique sur les observations de François Levaillant, 1790. – Détail

La commission histoire du Comité français de cartographie organise une journée d’études Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle le 4 décembre 2020 sur les relations entre la carte et l’histoire naturelle, qui se tiendra au Muséum d’histoire naturelle grâce à un partenariat avec la Direction des bibliothèques et de la documentation du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Argument

Les jardins naturalistes, botanique et zoologique, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.
La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Bibliothèque du Muséum National d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles. La période étudiée pourra remonter aux origines médiévales de l’activité de collecte et de description du monde naturel, mais on insistera surtout sur les périodes modernes et contemporaines liées à l’institution du Jardin des Plantes et à son fonctionnement jusqu’à nos jours.
Deux directions sont à envisager : celle qui conduit du jardin vers le monde ; celle qui ramène, pour ainsi dire, le monde vers et dans le jardin.
La cartographie est engagée à des titres et sous des formes multiples dans les opérations de description et de représentation des mondes naturels et humains. De la géologie à l’ethnographie, de la botanique à la zoologie : c’est l’ensemble du champ d’investigation ouvert aux naturalistes qui est devenu le théâtre de la mise en œuvre des opérations cartographiques. 
Il s’agirait alors, dans les contributions à cette Journée d’étude, d’analyser dans un premier temps les diverses façons dont les cartes, aux côtés des archives et autres documents de terrain, ont été mobilisées dans la construction des connaissances naturalistes. Les échelles, les supports matériels, les sémiologies, les modes d’écriture, mais aussi les usages, qui peuvent parfois différer du tout au tout, feront l’objet d’un intérêt particulier. Autrement dit : à quoi servent les cartes sur le terrain naturaliste et comment sont-elles conçues, fabriquées, utilisées, à quelles fins ?
Mais on aimerait également, dans un second temps de cette Journée d’études, pour ainsi dire symétrique au premier, envisager le jardin comme une sorte de carte. Le jardin propose à ses visiteurs et usagers une représentation synthétique, et accessible, des mondes naturels dont les échantillons sont parvenus jusqu’à lui et y ont été rassemblés. Mais le jardin est d’abord un espace, lui-même projeté et fabriqué, entretenu et transformé. A quelles fins ? Sous quelles formes ? L’espace du jardin a été chargé, en quelque sorte, de la mission de faire voir le monde sous ses différentes espèces. Mais comment ses concepteurs, ainsi que les savants y travaillant, ont-ils assumé cette charge ? Autrement dit : quelle(s) carte(s) du monde naturel ont-ils élaboré et diffusé par l’intermédiaire du jardin ?
A cet égard, on accueillera de façon privilégiée les contributions qui sont reliées au Jardin des plantes, et à la documentation cartographique qui est conservée dans ses bibliothèques.

Modalités pratiques

Les propositions de communication (environ 1500 signes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 20 mars à l’adresse suivante : catherine.hofmann@bnf.fr.

Le comité de sélection communiquera les résultats de l’appel à communication au plus tard le 30 mai 2020.

Les communications retenues auront vocation à être publiées dans un numéro de la revue du Comité français de cartographie, Cartes & Géomatique, au courant de l’année 2021.

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.