Nicole Wild (1929-2017)

Pour nombre de chercheurs actifs entre le milieu des années soixante et celui des années quatre-vingt dix, la figure de Nicole Wild est intimement associée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris, dont elle connaissait tous les arcanes, compétence qu’elle était toujours prête à mettre à leur disposition avec une gentillesse et une patience constantes. Bibliothécaire devenue par son érudition et sa disponibilité un pilier de cette institution, elle était aussi une musicologue de renommée internationale, grande spécialiste de l’histoire et de l’iconographie du théâtre lyrique en France au XIXe siècle. Ses travaux ont joué un rôle pionnier, de toute première importance, dans le développement de l’histoire du spectacle du XIXe siècle, à l’œuvre depuis une trentaine d’année, et de l’iconographie musicale.

Née à Reims le 20 juin 1929, Nicole Wild fait tout d’abord son apprentissage musical à l’école de musique de cette ville, obtenant entre 1952 et 1956 des récompenses en solfège, harmonie, contrepoint, histoire de la musique, un certificat d’aptitude à l’enseignement musical, en 1953, et un premier prix d’Orgue, en 1955. Élève par la suite d’André Marchal et stagiaire à l’Académie d’orgue de Saint-Maximin, elle ne cessera durant sa vie de pratiquer cet instrument dans le cadre de son obédience protestante, tout d’abord comme organiste titulaire du temple de Reims, de 1955 à 1962, puis de celui de Palaiseau à partir de 1967. De 1968 à 1973, elle assurera la rédaction en chef de la revue Musique et chant, éditée par la Fédération musique et chant du protestantisme français.

Sa vie professionnelle commence également à Reims, comme chargée de cours d’éducation musicale dans les écoles, ainsi qu’au collège technique, de 1953 à 1959, puis à partir de 1957, jusqu’en 1962, comme professeur intérimaire à l’école nationale de musique. Parallèlement, elle entreprend des études supérieures à la Sorbonne, où, dans le cadre de l’Institut de musicologie, elle obtient le certificat d’Histoire de la musique en 1962, et, dans le même temps, au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, alors rue de Madrid. Elle y est admise en octobre 1956 dans la classe d’Histoire de la musique de Norbert Dufourcq, où elle obtient un second prix en 1958 et, suite à son accession à la section de musicologie en octobre 1959, un premier prix de Musicologie en 1961, avec un mémoire consacré à La vie musicale en France sous la Régence d’après le Mercure. Par la suite, entre 1965 à 1983, elle sera régulièrement membre de jurys dans cet établissement.

À partir de 1959, sa carrière se poursuit à Paris dans le domaine des bibliothèques. Celle du Conservatoire national, où elle exerce comme contractuelle jusqu’en 1960, et surtout à la Bibliothèque nationale, où elle est engagée comme auxiliaire au département de la Musique, affectée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra, qu’elle ne quittera pratiquement plus. Son investissement, son action auprès des lecteurs et la qualité de ses travaux lui permettent de devenir sous-bibliothécaire, puis bibliothécaire adjointe, de 1962 à 1982, conservatrice titulaire à partir d’octobre 1985 et enfin conservatrice en chef en 1993. Après sa promotion dans le corps des conservateurs, en 1983, et son passage à l’École nationale supérieure des bibliothèques de Lyon, elle est soumise à l’obligation d’effectuer une année comme stagiaire à la bibliothèque universitaire de Rouen. Elle fait alors l’objet d’une requête collective adressée à André Miquel, à l’époque administrateur général de la Bibliothèque nationale : une dizaine d’éminents musicologues américains, parmi lesquels figurent James R. Anthony, Elizabeth C. Bartlet, Barry S. Brook et H. Robert Cohen, y demandent son retour à l’Opéra après son stage, arguant que le concours qu’elle apporte aux chercheurs est essentiel. Nombre de musicologues français auraient pu la signer, car Nicole Wild ne ménageait pas sa peine dans ses recherches de sources, alors disséminées dans les fonds de ce théâtre.

Il faut dire, en effet, que Nicole Wild avait entrepris et poursuivi, dès sa nomination en 1959 et jusqu’à son départ en retraite en juin 1994, d’importants chantiers de catalogage, accumulant et organisant une multitude d’informations sur les fonds musicaux et iconographiques. Ces travaux approfondis et systématiques vont lui permettre de publier de remarquables catalogues : Le cirque (avec Tristan Rémy), 1969 ; Les arts du spectacle en France. Affiches illustrées, 1850-1950 : catalogue, 1976 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome I, Opéra de Paris, 1987 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome II, Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, 1993 (prix Charles Blanc de l’Académie française, médaille de bronze, en 1994). Elle contribua par ailleurs à la mise en valeur de ces fonds en mettant en œuvre différentes expositions, dont les catalogues sont de précieux outils de travail : Diaghilev : les Ballets russes (avec Jean-Michel Nectoux), 1979 ; Auber et l’opéra romantique (avec Yves Gérard et Anne-Charlotte Rémond), 1982 ; Wagner et la France (avec Martine Kahane), 1983 ; Les Ballets russes à l’Opéra (avec Martine Kahane), 1992.

Passionnée par la recherche sur les arts du spectacle, Nicole Wild a également mené des travaux historiques fondamentaux sur les théâtres de Paris. Tout d’abord à l’École pratique des hautes études, où elle soutient en 1980 une thèse, sous la direction de François Lesure, sur Les théâtres parisiens entre 1807 et 1848. Ensuite à l’université Paris IV-Sorbonne, où elle obtient en 1987 un doctorat d’État ès Lettres, préparé sous la direction de Jean Mongrédien, avec une thèse intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864), avec inventaire historique des salles. Ce travail, qui met en avant un domaine de recherche appelé à se développer – les rapports entre opéra et politique, genre lyrique et institution –, a également fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989), ouvrage de référence que ne cessent de consulter tous les spécialistes et dont la nouvelle édition en 2012, considérablement augmentée, couvre la période 1807-1914. Englobant la totalité des théâtres parisiens, la musique ayant eu cours dans chacun à un moment ou à un autre, il donne pour chaque salle ou institution une somme considérable d’informations (origine, affectations, personnels artistiques, type de production, régime de fonctionnement, sources, bibliographie), permettant, comme l’écrit Joël-Marie Fauquet dans sa préface, « de saisir, dans son ampleur et sa diversité, l’activité d’un secteur culturel qui, pour avoir été maintenue en liberté étroitement surveillée jusqu’en 1864, étonne par son intensité ». Et il conclut, évaluant l’énorme documentation contenu dans cet opus : « À Nicole Wild revient l’enviable privilège de prouver qu’un seul livre peut parfois remplacer une bibliothèque. »

Parmi ces théâtres, celui de l’Opéra-Comique était particulièrement cher à notre amie musicologue. Elle a travaillé de nombreuses années sur son fonds musical, conservé alors salle Favart, et a contribué à attirer l’attention sur son intérêt et sa richesse, préparant son dépôt à la Bibliothèque-musée de l’Opéra. S’appuyant sur ces documents de première main, ainsi que sur les archives de la seconde institution lyrique de France, elle a publié en 2005, avec la collaboration de David Charlton pour le XVIIIe siècle, une somme sur son répertoire, couvrant pratiquement trois siècles de productions : Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972. Dans le même temps, l’iconographe qu’elle était faisait paraître en 2002, en collaboration avec Raphaëlle Legrand, une histoire remarquablement illustrée de ce genre typiquement français, qui a donné naissance à sa propre scène musicale : Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale. Son décès a été douloureusement ressenti dans ce théâtre, où ces deux publications sont d’un usage quotidien.

Aux yeux de ses collègues Yves Gérard et Jean Mongrédien, Nicole Wild, disparue le 29 décembre 2017, se caractérisait par son extrême discrétion, assortie d’une propension à ne pas se mettre en avant. Concernant ses travaux, tous deux soulignent qu’ils privilégient le retour impératif aux sources, avec le souci constant d’intégrer les documents originaux collectés dans une réflexion plus générale et de constituer un socle solide sur lequel les générations suivantes pourront bâtir à leur tour. Indubitablement, celle qui a fait avancer la recherche musicologique et historique sur les spectacles au XIXe siècle se considérait comme un chaînon dans une succession dynamique. Au sein de cette lignée, elle se situe sur le même rang qu’un Charles Nuitter, un Théodore de Lajarte, un Arthur Pougin ou un Charles Malherbe, y apportant son goût de la collaboration avec autrui et sa personnalité faite de droiture, de générosité, d’une grande douceur, profondément animée par la passion de la musique et de la recherche1.


  • Philippe Blay
  • Hervé Lacombe
  • Jean-Claude Yon

Les auteurs remercient pour leur aide Mme Jacqueline Wild, sœur de Nicole Wild, les professeurs Yves Gérard et Jean Mongrédien, ainsi que M. Thibault Louste, directeur du département du Personnel et de l’emploi de la Bibliothèque nationale de France, qui nous a permis de consulter le dossier de carrière de Nicole Wild, et Mme Sophie Lévy, responsable des archives du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris à la médiathèque Hector Berlioz.

Cet article est à retrouver sous forme imprimée dans : Philippe Blay, Hervé Lacombe, Jean-Claude Yon, “Nicole Wild (1929-2017)”, Revue de musicologie, 2019, tome 105, n° 1, p. 169-172.
Nous remercions les auteurs et la rédaction de la Revue de musicologie d’avoir autorisé cette republication en ligne.

  1. La bibliothèque de travail de Nicole Wild a été donnée par ses héritiers à la bibliothèque universitaire de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, où elle constituera le « fonds Wild ». Il viendra compléter le « fonds Tamvaco » déjà consacré aux spectacles et à la musique du XIXe siècle. []

Philippe Blay

Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (histoire de la musique, esthétique, musicologie). Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn. Il est membre du comité de rédaction de la collection « L’Opéra français », éditée chez Bärenreiter sous la direction éditoriale de Paul Prévost (2009 →).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.