Regards croisés sur les Calotypes (RECCAL)

En octobre 2010, la BnF inaugurait une exposition « Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843-1860) » qui allait faire date et marquer la renaissance d’un patrimoine souvent méconnu par le grand public en France, celui des négatifs photographiques, et spécifiquement des négatifs sur papier. Ces photographies ont une esthétique tout à fait inhabituelle par rapport aux tirages, due à l’inversion des polarités et un aspect allant de brillant, satiné à mat et plus ou moins diaphane qui en quelque sorte trouble les sens et l’appréciation, qu’elle soit artistique ou documentaire.

L’objet d’étude

Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. La collection de calotypes détenue par la BnF est parmi les plus prestigieuses de par le nombre et la qualité des artistes qu’elle comprend.

Le projet

Quels aspects influencent notre réception de ces images, notre jugement et nos attributions ? Il est intéressant de déterminer parmi les paramètres physico-chimiques ceux qui sont pertinents dans notre processus d’analyse de ces images négatives et d’appréhension de leur état de conservation. La BnF possède une collection exceptionnelle dont il est intéressant de compléter la documentation par ce double regard, celui que porte l’historien de l’art et celui qu’acquière le physicien avec ses outils de caractérisation. A cette fin, les outils et la méthodologie développés lors d’une étude post-doctorale réalisée en 2016 et financée par la Fondation des sciences du patrimoine1 seront appliqués à un ensemble aussi large que possible de calotypes de la BnF.

Le département des Estampes et de la photographie, avec le Centre de recherche sur la conservation (CRC) et le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), a soumis avec succès un projet dans le cadre de l’appel à projets 2016 de la Fondation des sciences du patrimoine.

Les livrables

Une base de données sera établie sur ces négatifs, qui conjuguera les résultats analytiques et expérimentaux aux critères d’appréciation « psychophysiques » des historiens, et permettant ainsi de confronter, en quelque sorte, l’expertise de l’historien – sa science des artefacts et son « connoisseurship » – aux mesures physiques ou physico-chimiques. Le traitement statistique de l’ensemble de ces données conjuguera les résultats issus des sciences expérimentales aux critères d’appréciation des sciences humaines. Il s’agit ainsi de croiser les regards et les compétences du conservateur et du physicien, sur cet objet, dont on s’attache aussi à définir l’identité matérielle et dont il convient d’assurer la conservation.

Dans ce but, un deuxième aspect du travail visera à élaborer une politique d’exposition de ces œuvres réputées fragiles. Des caractérisations s’attacheront à la question des altérations et des fragilités effectives et potentielles des calotypes. Le but est de déterminer pour des œuvres ou des groupes d’œuvres les risques liés aux manipulations et expositions. L’étude s’appuiera sur un travail expérimental mené in-situ et au laboratoire en vue de déterminer la sensibilité photochimique de ces œuvres, et les risques physiques liés à la présence de constituants thermosensibles entrainant une fragilité extrême du papier dans un contexte muséographique.

Responsable scientifique :
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie

Partenaires Labex Patrima :
Marie-Angélique Languille, Centre de recherche sur la conservation (CRC)
Anne de Mondenard, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

Autres partenaires :
Ce projet s’insère dans une coopération internationale avec le Getty Conservation Institute et le Getty Museum.


Image de Une : [Nu féminin (Eugénie) allongé] : [photographie négative sur papier] / [A. Fays]. Source gallica.bnf.fr : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69398378>.

  1. CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860). Description disponible en ligne : <http://www.sciences-patrimoine.org/index.php/calotype.html>). Dans le cadre du projet CALOTYPE réalisé en 2016, un ensemble de négatifs papier historiques issus de collections françaises a été sélectionné. Ceux-ci provenaient d’institutions parisiennes comme la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Orsay, la Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, la Société Française de Photographie, la Bibliothèque des Arts Décoratifs, la Bibliothèque de l’Institut de France, l’Institut National d’Histoire de l’Art, etc. A partir de cet échantillonnage une stratégie d’analyse non destructive regroupant différents types de caractérisation a pu être mise en place. Elles regroupent d’une part des mesures physiques, comme la mesure des dimensions, de l’épaisseur, de la masse, de l’imagerie au microscope en réflexion et transmission pour caractériser les fibres du papier, la mesure de brillance et de la couleur ; et d’autre part par des mesures physico-chimiques avec la spectroscopie fibrée de réflectance dans le visible et le proche infrarouge et la spectroscopie dans le moyen infrarouge en réflectance. Ces analyses ont permis de mettre en évidence la présence de substances organiques comme la cire ou la gélatine sur une ou les deux faces des négatifs. Les charges des papiers utilisés (composés minéraux ajoutés lors de la fabrication du papier pour en modifier les propriétés optiques et/ou mécaniques) ont par ailleurs pu être identifiées par spectrométrie de fluorescence des rayons X. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Une réflexion sur « Regards croisés sur les Calotypes (RECCAL) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *