Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection « Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre ». Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur « lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire » quand Caroline Vrand a en charge « l’estampe aux XVe et XVIe siècles. »

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la « personne-ressource » et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, « L’estampe à Strawberry Hill », Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.