Parution : Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

Couverture de Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

L’auteur

Pierre Schill, chercheur associé au laboratoire CRISES de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 fait paraître Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912).

Argument

Consacré à l’expérience vécue par Gaston Chérau, écrivain missionné à Tripoli pour couvrir la guerre italo-turque  (1911-1912), l’ouvrage est organisé autour de la documentation photographique et écrite de cet écrivain, membre de l’académie Goncourt, conservée à Bibliothèque de l’Arsenal, département de la Bibliothèque nationale de France.

Présentation de l’éditeur

« Romancier en vue de la Belle Époque et photographe amateur, Gaston Chérau (1872-1937) devient correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912). Ses 200 photographies, ses articles dans le journal Le Matin, sa correspondance privée et un texte réminiscent publié en 1926 dévoilent comment ce néophyte affronte une guerre en contexte colonial, un « ailleurs » qui le met face à la mort et à l’étranger.
En nous plongeant dans le travail et le quotidien d’un reporter aux débuts du photojournalisme, cette documentation inédite et sa mise en perspective historique révèlent comment ce témoin est tiraillé entre sa mission de rendre compte des événements et sa manipulation par les belligérants et les journaux. Elle permet dès lors de montrer comment cette expérience condense de multiples enjeux – principalement économiques et politiques – liés à la fabrique de l’actualité. C’est seulement en restituant la part qui revient à chacun des protagonistes dans la construction du récit journalistique que l’on peut mesurer la manière dont le correspondant de guerre, témoin singulier généralement peu questionné dans l’historiographie de la guerre, engage sa responsabilité.
La seconde partie de l’ouvrage propose une analyse réflexive du projet « À fendre le cœur le plus dur » qui a donné lieu au partage de cette source historique avec des artistes et à la production d’une exposition. Les artistes sont les écrivains, Jérôme Ferrari (prix Goncourt 2012) et Oliver Rohe, la plasticienne, Agnès Geoffray, et le danseur-chorégraphe, Emmanuel Eggermont. L’exposition a fait entrer en résonance l’archive avec ces créations et les oeuvres d’autres artistes contemporains ayant abordé dans différents contextes guerriers la question du témoignage et de la violence de guerre. »1

Sommaire

  • Avant-propos : Au risque de l’archive (Pierre Schill)
  • Introduction : Un écrivain correspondant de guerre (Pierre Schill)
  • L’archive Gaston Chérau (présentée par Pierre Schill) 
    • Photographies
    • Articles et photos publiés dans la presse
    • Correspondance
    • Une réminiscence littéraire : « Sur le trésor des caravanes », 1926
  • Analyse historique : À l’épreuve de la guerre (Pierre Schill)
  • Regards croisés sur une archive : À fendre le cœur le plus dur
    • Le projet À fendre le cœur le plus dur : une « histoire sensible » polyphonique (Caroline Recher)
    • Fragments d’un journal de la création Strange Fruit d’Emmanuel Eggermont (Smaranda Olcèse)
    • Des images et des armes, sur À fendre le cœur le plus dur de Jérôme Ferrari et Oliver Rohe (Mathieu Larnaudie)
    • Les temps de la photographie, les temps du regard (Caroline Recher)
    • Les voix de l’historien (Quentin Deluermoz)
  • Sources et bibliographie
  • Index
  • Abréviations

Informations pratiques

  • Auteurs :  Pierre Schill, avec des contributions de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz.
  • Editeur :  Créaphis
  • Date de parution : 2018
  • Description :  480 p. Relié, cartonné, 165 x 225 mm, 230 photographies, plusieurs papiers de création
  • ISBN 978–2–35428–141–0
  • Prix : 35 euros

Image de une : Gaston Chérau, portrait du 24 novembre 1926 (Académie Goncourt/Agence Rol, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53170476r).

  1. À propos de l’exposition « À fendre le cœur le plus dur », un article de la revue Artpress []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.