« À force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. » – Hommage du Président de la République Emmanuel Macron à l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, ancien Administrateur général de la Bibliothèque nationale

Le 22 octobre 2018, l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, qui fut Administrateur général de la Bibliothèque nationale entre 1987 et 1994, est du nombre des cinq personnalités décorées par le Président de la République Emmanuel Macron pour leur activité intellectuelle exceptionnelle et pour leur contribution capitale au rayonnement culturel de la France dans le monde.

Ce n’est pas la première fois qu’il reçoit un tel signe de reconnaissance. Il a été apprécié de longue date par « les princes qui nous gouvernent », comme il les a qualifiés jadis, avec un brin d’humour, dans sa correspondance privée. Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy l’ont tenu en grande estime. Le premier l’a fait chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 1979. Jacques Chirac l’a nommé commandeur le 14 novembre 1996, et Nicolas Sarkozy l’a élevé au grade de grand officier le 2 avril 2010. Quant à François Mitterrand, il lui a témoigné son admiration d’une autre manière – en le conviant, après la publication de son ouvrage Montaillou, village occitan, qui l’a rendu célèbre, à l’émission Apostrophes du 15 septembre 1978, où Bernard Pivot lui avait proposé d’inviter ses auteurs préférés. Plus tard, le 15 octobre 1987, pendant sa période de cohabitation avec Jacques Chirac, il a par ailleurs signé le décret de sa nomination à la tête de la Bibliothèque nationale.

Les hommages rendus à Emmanuel Le Roy Ladurie au plus haut niveau de l’Etat font de lui une personnalité remarquable parmi ses pairs. Comme Pierre Nora, il appartient aux historiens qui ont atteint le grade de grand officier de la Légion d’honneur : Georges Duby, Jacques Le Goff et Fernand Braudel n’ont obtenu que celui de commandeur. Il est également de ceux qui ont reçu la grand-croix de l’ordre national du Mérite, après Jean Favier et Jacqueline de Romilly et, plus récemment, comme Serge Klarsfeld.

Certes, l’importance de ces distinctions est toute relative aux yeux de l’opinion et du monde intellectuel, où l’historien occupe depuis fort longtemps une place insigne. Mais la cérémonie organisée à l’Elysée le 22 octobre 2018 retient l’attention par la teneur des propos tenus par le chef de l’Etat. Ce discours – qui annonce d’emblée : « Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré » – revêt une forte valeur symbolique, et il constitue un commentaire remarquable sur l’activité et la personnalité de l’historien. Aussi mérite-t-il d’être connu, au-delà du cadre solennel où il a été prononcé, des historiens d’aujourd’hui et de demain, ainsi que du grand public. Nous remercions les services de la Présidence qui nous ont permis de le reproduire.

[Stefan Lemny]

Le discours d’Emmanuel Macron, Président de la République, sur Emmanuel Le Roy Ladurie.

« Seul le prononcé fait foi »

Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. Traduit et commenté dans le monde entier, vous êtes connu et reconnu comme un spécialiste incontesté de plusieurs domaines de la recherche historique – comme l’histoire de la ruralité et l’histoire du climat – ; de plusieurs époques – votre érudition s’étendant de l’an mille au XVIIIe siècle – ; et de plusieurs approches – économique, sociale, mentale, environnementale – qui vous font appréhender l’histoire de manière « totale ».

Votre œuvre est immense et diverse. Elle embrasse les principales tendances historiographiques de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe : de l’école des Annales à l’analyse micro-historique du quotidien des gens anonymes ; de « l’histoire immobile » des temps longs et des cycles qui se répètent au retour de l’événement ; de l’analyse quantitative et sérielle aux approches anthropologiques et culturelles.

Mais vous ne vous êtes pas simplement inscrit dans le sillage et les sillons historiographiques déjà tracés. Vous n’avez cessé d’élargir le « territoire de l’historien », pour reprendre le titre de l’un de vos ouvrages, en défrichant des champs d’investigation inconnus ou délaissés, comme l’histoire du climat dont vous êtes un pionnier mondial, et en développant des approches méthodologiques novatrices, comme l’analyse micro-historique et l’anthropologie historique qui ont ensuite fait florès. En somme, votre œuvre a non seulement produit un approfondissement de la connaissance du passé (on connaît plus et mieux notre passé grâce vous), mais aussi une véritable extension du domaine de l’histoire – la discipline historique s’est enrichie et élargie parce que vous avez su lui inventer des outils, des approches et des sujets nouveaux.

Pour accomplir cette double prouesse d’un approfondissent et d’un élargissement de notre savoir historique, il vous a d’abord fallu sauter tous les obstacles qui jalonnent le parcours de l’excellence universitaire : l’épreuve d’endurance des classes préparatoires, le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, les examens de l’agrégation d’histoire et la course de fond du doctorat.

Ces étapes franchies, vous débutez votre carrière en 1953 en enseignant au lycée Joffre de Montpellier pendant quelques années durant lesquelles vous compulsez les archives du Languedoc et durant lesquelles, surtout, vous rencontrez Madeleine, votre épouse, qui est à vos côtés ce soir comme elle l’a été tout au long de votre vie et qui, alors même qu’elle était médecin, s’est beaucoup investie dans vos travaux, en organisant votre immense bibliothèque, en vous accompagnant dans vos observations des glaciers alpins, et en vous inspirant sans doute certains sujets de recherche sur l’histoire de la médecine et des épidémies.

Après ces quelques années dans le secondaire, on vous confie des postes d’enseignant-chercheur parmi les plus prestigieux : au CNRS, à l’EHESS, à la Sorbonne et à Paris 7. Et, en 1973, vous recevez ce qui est sans doute en France la consécration universitaire suprême : vous êtes nommé professeur titulaire d’une chaire au Collège de France, en l’occurrence la chaire d’histoire de la civilisation moderne.

Vos premiers travaux de chercheur, menés dans le cadre de votre thèse de doctorat, sont consacrés à l’histoire de la ruralité et de la paysannerie, que vous abordez en vous concentrant d’abord sur les paysans du Languedoc. Il n’est pas surprenant que vous, le fils d’un propriétaire terrien qui fut aussi une figure du syndicalisme agricole, veuille explorer l’histoire des campagnes et des cultivateurs. Il n’est pas surprenant non plus, que vous, le disciple des grands historiens de l’école des Annales, de Marc Bloch et de Fernand Braudel, vous intéressiez à l’histoire agraire d’une époque économiquement et socialement structurée par la ruralité et les récoltes.

Vous creuserez sans cesse cette histoire, dans votre contribution à l’Histoire de la France rurale, dans votre monumentale Histoire des paysans français de la peste noire à la révolution, dans La Civilisation rurale ou encore Les Paysans français d’ancien régime. Autant d’ouvrages qui construisent une histoire totale en explorant aussi bien les conditions économiques, sociales et démographiques d’une époque que ses mentalités, les événements disruptifs et le temps long des régularités multiséculaires, les tendances globales et les singularités régionales : vous déployez dans ces travaux l’éventail des phénomènes qui déterminent le fonctionnement de la société médiévale puis moderne.

En étudiant ainsi l’histoire des campagnes et des paysans, vous vous penchez plus avant sur un élément qui la conditionne largement : le climat. Vous, dont le père ne cessait de se soucier des pluies qui toujours menaçaient de gâter ses récoltes et de l’endetter, vous avez l’intuition forte, filiale donc, et étrangement inédite dans le champ de l’histoire, que le climat n’est pas qu’une donnée extérieure, environnementale, qu’il peut bouleverser la vie des hommes, c’est-à-dire être une composante de l’histoire, et qu’il a par ailleurs sa propre histoire, son historicité, qu’il faut établir. Vous vous intéressez ainsi aux influences du climat sur le cours des récoltes, et partant, sur les crises de subsistance, disettes ou famines, donc sur la santé des hommes, sur la natalité et la mortalité, c’est-à-dire sur la démographie. En somme, et pour la première fois d’une manière si documentée et si systémique, vous démontrez l’influence du climat sur le cours de l’histoire et vous inaugurez un nouveau domaine de recherche, l’histoire environnementale, qui va bientôt exploser comme on le voit aujourd’hui avec les recherches sur l’anthropocène notamment. Après votre première monographie sur le climat en Languedoc, parue en 1955, vous avez publié deux ouvrages titanesques : Histoire du climat depuis l’An mil et Histoire humaine et comparée du climat en Occident, paru en 3 tomes et dont le dernier traite du réchauffement climatique du monde à partir de 1860. En analysant sur un temps très long les évolutions climatiques, du petit optimum médiéval à l’emballement thermique de notre époque, en passant par le petit âge glacière qui a couru du XIVe au XIXe siècles, vous démontrez scientifiquement que ce qui se joue depuis 1860 n’est pas une simple fluctuation climatique mais une nouvelle ère due à l’activité industrielle et que le réchauffement climatique s’est bel et bien accéléré comme jamais depuis la toute fin du XXe siècle.

C’est ainsi que, tout en étant constamment plongé dans le passé, vous avez pu nous alerter sur notre avenir : en démontrant la réalité historique du réchauffement climatique, vous avez contribué à démonter les discours des climato-sceptiques qui ont longtemps freiné ou parasité la prise de conscience collective d’un danger mortel pour notre planète et pour nous-mêmes. La renommée internationale que ces travaux précurseurs vous ont apportée vous a permis de porter cette voix de la conscience et de lancer des appels à la mobilisation.

Votre notoriété publique vous vient aussi de la publication en 1975 de Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, qui est l’un des plus grands best-sellers des sciences humaines en France. Dans ce livre, vous retracez l’histoire d’un petit village du Languedoc à l’époque des Cathares. Pour restituer ou plutôt pour raconter cette histoire – prise ici dans un double sens disciplinaire et romanesque car le livre se lit presque comme un roman – vous délaissez les méthodes quantitative et sérielles de vos études du climat pour une observation de type anthropologique et ethnographique. Tout part d’une pépite d’archive que vous avez débusquée en grand truffier de la recherche : le Registre d’Inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers au tout début du XIVe siècle. L’évêché qu’il occupe alors vient d’être créé par le Pape Boniface VIII, qui cherche à reprendre le contrôle de ce bastion d’un catharisme crépusculaire, une doctrine considérée comme hérétique et qu’il entendait faire disparaître tout à fait. Ainsi missionné, cet évêque a fait preuve d’un rare zèle inquisitorial, soumettant sans cesse ses ouailles à de sévères interrogatoires qu’il a précisément consignés. C’est donc à travers ces registres, qui sont parvenus jusqu’à nous grâce au destin exceptionnel de cet évêque devenu pape par la suite, que vous avez pu saisir et raconter en détail le quotidien de cette petite communauté rurale du moyen-âge. Ces hommes et ces femmes, que 700 ans séparent de nous, vous nous les avez fait découvrir avec beaucoup d’émotion et de sensibilité : vous les avez rapprochés de nous. On se sent en compagnonnage avec un curé galant, qui hésite entre l’Inquisition et l’hérésie, avec cette femme volage qui aime beaucoup les prêtres ou ce berger-philosophe. Vous nous dévoilez leur conception du temps, de la vie et de la mort, leurs angoisses religieuses, leur vision de la famille, leurs méthodes contraceptives et même leur façon de s’épouiller les uns les autres. C’est pourquoi, contre toute attente, ce livre savant au sujet très spécifique, est devenu un grand succès de librairie. Il s’est vendu, rien qu’en France, à près de 250 000 exemplaires. C’est le tirage le plus important pour un ouvrage d’érudition dans notre pays. La France entière s’est alors éprise de Montaillou. Votre écriture simple et vive, jamais boursouflée, jamais obscure, vous a attiré ce large public. Votre empathie avec tous ces personnages de notre passé nous les a rendus familiers et attachants. Votre intérêt, aussi vif pour les gens les plus simples que pour la vie des puissants, et votre goût pour les récits intimes, familiaux et communautaires, au-delà de l’analyse des structures sociales et des lois économiques, racontent une autre histoire que celle dont nous avions l’habitude et que nous avions apprise à l’école par le biais des grandes dates et des grands noms.

La réputation universitaire et la notoriété publique que vous ont apportées vos travaux vous ont aussi attiré de grandes fonctions et de prestigieuses distinctions : vous avez été administrateur général de la BnF de 1987 à 1994, vous êtes docteur honoris causa de nombreuses universités dans le monde, vous êtes membre de l’Académie des sciences morales et politiques, et vous avez été une plume régulière dans Le Monde des religions et Le Figaro, espaces médiatiques qui vous ont permis de vulgariser vos travaux. Car, tout en étudiant inlassablement le passé, vous avez toujours eu à cœur de parler à vos contemporains, d’agir au présent et d’ouvrir des perspectives d’avenir.

Montaillou, ce récit de l’Inquisition, fut d’ailleurs, vous le dîtes vous-même, « un manifeste pour la liberté de conscience et tout simplement la liberté de penser », celle-là même que vous avez toujours défendue en œuvrant par exemple à la fondation du Comité des intellectuels pour une Europe libre en 1978 ou, plus récemment, en succédant à Jean-François Revel à la présidence de l’Institut d’histoire sociale pour en faire un lieu de réflexion sur le totalitarisme.

C’est pour tout cela, parce que vos travaux constituent une contribution majeure à l’histoire de France et à l’histoire tout court, parce que vous avez approfondi et élargi la connaissance historique, et parce que vous avez toujours eu le souci de partager votre savoir avec le plus grand nombre, que je suis très heureux de vous élever à la dignité de Grand’ croix de l’ordre national du mérite.


Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.