Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles

Revista de arteLe projet Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques a pour vocation d’écrire une histoire de la critique, périphérique à l’Occident, par l’exercice de la revue et de ses collectifs. Il couvrira les périodes du XIXe au XXIème siècle. Il se distingue de fait des travaux existants par la nature des terrains géographiques qu’il vise : l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, le Moyen-Orient, et l’Océanie et des possibilités de réussite escomptées en raison aussi des compétences scientifiques et linguistiques des équipes que le constitue. Il consiste en la création d’un répertoire de revues d’art et d’idées, dont l’orientation généalogique doit rendre compte d’une filiation artistique et critique. Cet outil, destiné à intégrer la base AGORHA et souhaitant intéresser la communauté scientifique internationale, se distinguera des systèmes d’archivages en ligne actuels, tels que JSTOR, Cairn ou Persée, par son ambition à la fois narrative et comparative. Dans un premier temps il ne procédera ainsi à aucun dépouillement ni travail de numérisation, préférant renvoyer vers des ressources existant déjà, mais engagera, par un système d’indexation nominative et thématique ainsi que des modes de recherche et de compilation des données dynamiques (approches cartographique et chronologique), une série de questionnements autour de la revue : circulation et diffusion des modèles esthétiques, voyage des théories et concepts, formation de moments collectifs, structuration d’une pensée critique locale.

Se déclinant à la foitapa revista el grabado sivori_canale_1916_numero_1s en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune, la revue est en effet rapidement devenue, en plusieurs lieux du monde, vectrice de parole : elle a contribué à fortifier des réseaux de sociabilités et à faire embrasser des pratiques modernes artistiques et critiques. Son caractère parfois éphémère – certains titres ne connaissent qu’une courte livraison – atteste cette démarche pragmatique qui opère par touches et essais et demeure toujours en action. Elle a permis à des groupements d’artistes et d’intellectuels de bâtir leurs ressources propres, leur vocabulaire théorique et d’élaborer un récit alternatif. Le répertoire, en excédant la liste habituelle des titres « monuments » et en demeurant ouvert aux formes variées d’initiatives critiques, participera de la redécouverte de ces histoires tout en mettant au jour des publications rares, anciennes ou méconnues.

Conçu sous une forme collaborative, le projet Global Art & Cultural Periodicals s’adjoindra enfin l’expertise de partenaires institutionnels et de spécialistes d’aires culturelles périphériques à l’Occident. La base de données qu’il envisage de construire sera d’ailleurs accompagnée d’une plateforme web éditorialisée, bilingue et en accès libre, à laquelle ils contribueront, qui permettra d’enrichir et de préciser le propos. L’équipe du projet « Global Art Prospective  » dispose de vastes compétences linguistiques notamment : l’allemand, anglais, arabe, bengali, italien, indi, chinois, espagnol, parsi et portugais. A ce jour un recensement préalable a déjà permis de repérer plus de 370 revues d’art historiques (XIXe et 1ère moitié XXème siècle) en provenance des différentes zones géographies dont relèvent le projet. Pour exemple la Cité du patrimoine et de l’architecture compte à ce jour quelques 450 périodiques contemporains. Les revues anciennes de langue étrangère rares et indisponibles sur le marché ne sont pas présentes. Le projet donnera lieu, pour finir, à plusieurs demi-journées d’études où seront confrontés les terrains d’étude, les approches théoriques et méthodologiques, ainsi que les enjeux liés au travail de recensement critique.

Responsable scientifique : Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Florence Duchemin-Pelletier, Post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective
– Mica Gherghescu, docteur en histoire et théorie de l’art (EHESS) et chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, membre du projet Global Art Prospective
– Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du musée du quai Branly
– Bernard Mnich, Responsable des périodiques, Cité de l’architecture et du patrimoine
– Florence Leleu, conservatrice des bibliothèques, adjointe de direction, Département art et littérature, Bibliothèque nationale de France
– Antoine Courtin, chef de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche à l’INHA
– Christine Ferret, conservatrice des bibliothèques, responsable du service des acquisitions à l’INHA

Autres partenaires : Membres du projet Global Art Prospective
– Lotte Arndt, docteur en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence
– Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle
– Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3
– Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition, enseignante à l’Université de Cambridge
– Alix Chagué, monitrice-étudiante (Master 2), INHA
– Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern et doctorant en sciences du langage (CEHTA/EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Emilie Goudal, docteur en histoire de l’art (Paris Ouest), chercheur associé au CADIS/EHESS

Ce projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Images de Une :


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *