Le Codex Xolotl et le Mapa Quinatzin : méthodes d’imagerie scientifique appliquées aux manuscrits aztèques de la BnF.

Le CHSOS (Cultural Heritage Science Open Source) a récemment été sollicité pour appliquer des méthodes d’imagerie scientifique pour documenter le Codex Xolotl (Mexicain 1-10) et le Mapa Quinatzin (Mexicain 11-12) conservés au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux documents sont approximativement datés de l’an 1540. Tous les deux sont rédigés en nahuatl, langue aztèque, mais rédigés en écriture européenne. Ils portent également des corrections en écriture indigène non-alphabétique que les technologies de la photographie permettent de rendre lisible.

Le Dr Jerry Offner, conservateur associé de la Mésoamérique du Nord au Muséum d’histoire naturelle de Houston, dirige un groupe de chercheurs bénévoles répartis entre la France, l’Espagne, la Pologne et l’Allemagne qui étudie depuis près de cinq ans le document. Certains membres du groupe étudient ce type de document depuis plus de quatre décennies.

Il est entré en contact avec le CHSOS pour aller se rendre à la BnF et numériser le document avec avec des méthodes d’imagerie scientifique.

Le Codex Xolotl est le meilleur exemple que nous possédons sur l’historiographie aztèque : leurs diverses règles et méthodes d’écriture de l’histoire aztèque. Il décrit des événements du 13ème au 15ème siècle, s’achevant près d’un siècle avant le contact espagnol. Ses différentes pages ou feuillets ont été considérées comme si importantes par les Aztèques qu’elles ont été copiées au moins à partir du 15ème siècle et au début du 16ème siècle et assemblés vers 1540 dans ce que l’on nomme le Codex Xolotl.

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-CHSOS

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-4

Le Dr Offner estime que les méthodes d’imagerie scientifique appliquées à ce codex encourageront la recherche et multiplieront les publications qui bénéficieront à l’ensemble du champ des études mésoaméricaines sur les cultures indigènes du Mexique, du Guatemala, du Honduras, etc.

Le 14 et le 15 juin 2016, le CHSOS a reproduit l’ensemble du codex Xolotl Codex : onze feuillets peints et trois fragments ont été couverts. J’ai également eu le temps d’examiner le Mapa Quinatzin, généralement considéré comme le plus important et le plus beau des documents de la « deuxième ville » aztèque de Tetzcoco (la Texcoco moderne, Mexique).

Je voudrais remercier la Bibliothèque nationale de France pour avoir permis d’examiner ces documents et surtout Laurent Héricher, Chef du Service des manuscrits orientaux, Département des Manuscrits pour avoir facilité ce projet. Un grand merci aussi à John Hessler, conservateur de la Jay I. Kislak Collection à la Bibliothèque du Congrès portant sur l’archéologie et l’histoire de l’Amérique coloniale et «spécialiste en cartographie moderne et dans les systèmes d’information géographique » et Loïc Vauzelle, étudiant de troisième cycle à la Sorbonne qui nous a gentiment aidé lors de l’examen.

Le but de cette étude était de produire de l’imagerie scientifique des manuscrits en employant l’imagerie en ultraviolet et infrarouge afin de :
– augmenter la lecture des encres et des peintures fanées
– identifier les pigments et les encres
– identifier le papier du support
– différencier les encres
– évaluer et comprendre le transfert et le non-transfert des images entre les deux plus grands fragments du Codex Xolotl sur le verso de la première feuille.

Cette étude avait pour projet d’évaluer les techniques d’imagerie scientifique afin de déterminer s’il existe un moyen d’améliorer la lecture des encres et des peintures fanées sur ces types autochtones très particuliers de manuscrits. Ces documents sont en effet très différents des manuscrits européens dont les supports, le dessin et la matière picturale sont bien connus et étudiés. Ces manuscrits méso-américains ont été fabriqués au moyen des supports et des pigments disponibles localement ; aussi les informations que ces techniques d’imagerie scientifique seraient en mesure de fournir n’étaient pas a priori connues.

Les méthodes spectrales d’examen employées furent les suivantes :
– imagerie en ultraviolet (UV)
– spectroscopie infrarouge (en lumière rasante) (IR)
– spectroscopie ultraviolet-visible
– examen sous ultraviolet en réflexion (UVR)

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-1
Un microscope portable à grossissement 200-400 fois a été utilisé pour documenter les caractéristiques des manuscrits.

Ces images ont été acquises à l’aide de la gamme complète de l’appareil photo Nikon D800 et de plusieurs filtres d’imagerie scientifique.

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-3

Codex-Xolotl-Technical-Photography-Aztec-manuscripts-6

Antonino Cosentino


– Toutes les images de cet article sont la propriété d’Antonino Cosentino que nous remercions de nous avoir permis de publier son article.
– Pour aller plus loin sur les méthodes d’imagerie scientifique appliquées au patrimoine, on pourra consulter les pages dédiées du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *