Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *