Problématique des bases de données en sciences humaines et sociales

La recherche scientifique est souvent évaluée à l’aune de ses livrables, soit la production qui résulte d’un programme de recherche individuel ou collectif. Sachant qu’en sciences humaines et sociales les productions scientifiques les plus valorisées ont longtemps été l’ouvrage et l’article dans des revues internationales à comité de lecture, quel est le sort réservé au développement de bases de données, à l’alimentation des portails, à la production d’éditions électroniques ? Quel est l’impact du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication1 dans la carrière du chercheur ?

Ce jargon de la gestion de projet s’est d’autant plus répandu dans le monde de la recherche depuis le développement du financement de la recherche sur projets par des agences de financement (régions, ANR, Commission européenne, etc.) qui obligent les chercheurs à penser en tâches, jalons et livrables – pour ne pas dire Work packages et tasks -, comme l’évoque le titre du billet Penser par livrables ((Sylvain Piron, « Penser par livrables », Évaluation de la recherche en SHS, 12 février 2011. Disponible en ligne, url : <https://evaluation.hypotheses.org/1226>.)) du carnet Évaluation de la recherche en SHS.

Production scientifique

Cette notion de production déclinée en production scientifique résulte des travaux concernant, moins l’évaluation des résultats de la recherche que leur quantification par des indicateurs. Ainsi, quand dans les années 1970, des organismes comme l’UNESCO réfléchissaient à la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, l’objectif consistait bien à produire des indicateurs de la production ou des résultats des activités en science et technologie et en particulier de recherche & développement2.

Inputs versus outputs

C’est la même logique qui a prévalu à l’élaboration du Manuel de Frascati de l’OCDE qui, dans son édition de 2002, évoquait les « intrants » pour les ressources affectées à la recherche, à mettre en parallèle aux « résultats de la R-D » ou outputs en anglais3.

D’ailleurs certains organismes mentionnent explicitement les « outputs » comme par exemple l’UNESCO dans son rapport Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental4 et, plus récemment, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) – équivalent helvétique de notre Agence nationale de la recherche – qui décrit les « outputs » attendus dans les projets qu’elle finance5.

Produits de la recherche

Dans le système de la recherche français, la question de la mesure de la production scientifique a peu à peu été normalisée à la suite de la loi de programme n° 2006-450 du 18 avril 2006 pour la recherche6, notamment par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) puis par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres),  qui lui a succédé en 2014.   Le Haut Conseil parle de produits de la recherche et définit des indicateurs de production de la recherche7. L’un des critères d’évaluation de la recherche concerne la « production scientifique » déclinée en rubriques :

  • Publications scientifiques : ouvrages, chapitres d’ouvrages, éditions de textes, traductions, articles dans des revues à comité de lecture, communications avec actes, etc. ;
  • Conférences et autres communications orales sans publication : communications orales sans actes, communications par affiche, conférences données sur invitation, jeux de diapositives déposés, etc. ;
  • Autres productions scientifiques : rapports scientifiques ou techniques (rapports de fouille, par exemple), catalogues d’exposition, atlas, corpus, démonstrateurs, logiciels, prototypes, productions audio-visuelles à caractère scientifique, créations artistiques théorisées, etc. ;
  • Production d’instruments, de ressources, de méthodologie : éditions critiques, glossaires, bases de données, collections, cohortes, observatoires, plateformes technologiques, etc.

Ainsi, ce qui a prévalu jusqu’à la date de publication de ce billet, est la nomenclature du Haut Conseil dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS8 qui propose une codification des publications et productions9 :

  • ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec comité de lecture répertoriées par l’AERES ou dans les bases de données internationales (ISI Web of Knowledge, Pub Med…).
  • ACLN : Articles dans des revues avec comité de lecture non répertoriées par l’AERES ou dans des bases de données internationales.
  • ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture.
  • BRE : Brevets (indiquer les licences éventuelles).
  • C-INV : Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation dans un congrès national ou international.
  • C-ACTI : Communications avec actes dans un congrès international.
  • C-ACTN : Communications avec actes dans un congrès national.
  • C-COM : Communications orales sans actes dans un congrès international ou national.
  • C-AFF : Communications par affiche dans un congrès international ou national.
  • DO : Directions d’ouvrages ou de revues.
  • OR : Outils de recherche (bases de données, corpus de recherche…).
  • OS : Ouvrages scientifiques (y compris les éditions critiques et les traductions scientifiques).
  • PV : Publications de vulgarisation.
  • PAT : Productions artistiques théorisées (compositions musicales, cinématographiques, expositions, installations…).
  • PT : Publications de transfert.
  • AP : Autres productions : bases de données, logiciels enregistrés, comptes rendus d’ouvrages, rapports de fouilles, guides techniques, catalogues d’exposition, rapports intermédiaires de grands projets internationaux, etc.

Les laboratoires faisant l’objet d’une évaluation sont ainsi inviter à  classer la production de leurs membres selon cette classification.

Le sort des bases de données

Comme on le constate dans cette codification, les « bases de données » – présentes à deux endroits… – et les « logiciels enregistrés » sont pour ainsi dire dévalorisés puisqu’à inclure par le chercheur dans la rubrique fourre-tout « Autres productions ». Même si l’AERES/HCERES indiquait que « L’ordre proposé […] n’est pas hiérarchique car la valeur des supports de publication varie selon les disciplines », il n’en demeure pas moins que l’ensemble de la communauté scientifique comprenait fort bien que le dernier rang de la liste « comptait » beaucoup moins que les trois premiers dans l’évaluation du chercheur.

Cette répartition a longtemps prévalu dans les documents de l’HCERES et de nombreux sites de laboratoires de recherche l’affichent en clair10, avec l’ordre indiqué par l’HCERES qui a bien été compris comme étant hiérarchique11.

Reconnaissance tardive des Produits et outils informatiques

Cependant, dans son référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-201912, le HCERES propose aux laboratoires une nouvelle typologie des produits et activités de la recherche qui nous semble vouloir faire une plus grande place aux « Produits et outils informatiques ». Cette nouvelle typologie des produits de la recherche est la suivante :

  1. Journaux / Revues
    1. Articles scientifiques
    2. Articles de synthèse / revues bibliographiques
    3. Autres articles (articles publiés dans des revues professionnelles ou techniques, etc.)
  2. Ouvrages
    1. Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions Direction / édition scientifique
    2. Chapitres d’ouvrage
    3. Thèses publiées / éditées
  3. Colloques / congrès, séminaires de recherche
    1. Édition d’actes de colloques / congrès
    2. Articles publiés dans des actes de colloques / congrès
    3. Autres produits présentés dans des colloques / congrès et des séminaires de recherche
  4. Développements instrumentaux et méthodologiques
    1. Prototypes et démonstrateurs
    2. Plateformes et observatoires
  5. Produits et outils informatiques
    1. Logiciels
    2. Bases de données / cohortes
    3. Corpus
    4. Outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs
    5. Outils d’aide à la décision
  6. Brevets, licences et déclarations d’invention
  7. Rapports d’expertises techniques, produits des instances de normalisation
  8. Produits des activités didactique
    1. Ouvrages
    2. E-learning, moocs, cours multimédia, etc.
  9. Produits destinés au grand public
    1. Émissions radio, TV, presse écrite
    2. Produits de vulgarisation : articles, interviews, éditions, vidéos, etc.
    3. Produits de médiation scientifique
    4. Débats science et société
  10. Autres produits propres à une discipline
    1. Créations artistiques théorisées
    2. Mises en scènes
    3. Films

Grâce à cette typologie et ses guides des produits et activités de la recherche13, le HCERES a mis en forme l’annexe 4 du dossier d’autoévaluation des unités de recherche, qui permet à ces dernières de présenter une sélection de leurs produits et activités de recherche, quelles jugent la plus représentative14.

On y constate la disparition de la rubrique « Autres productions » au profit notamment de deux rubriques à part entière, « Développements instrumentaux et méthodologiques » et « Produits et outils informatiques », destinées, la première aux prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, la deuxième au signalement des logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision.

Quel chemin parcouru

Cette évolution apportée à la classification de la production scientifique des chercheurs est sans doute aussi la conséquence du lent travail mené par certaines communautés autour des données de la recherche et des logiciels comme ce fut le cas avec le projet de Software Heritage (http://www.softwareheritage.org/) initié par l’Inria et ensuite adoubé par l’UNESCO qui encourage l’accès universel à l’information et la préservation du savoir, notamment avec sa Charte sur la préservation du patrimoine numérique, adoptée en 2003.

Avant cela, rappelons-nous du  Comité de concertation pour les données en sciences humaines et sociales (CCDSHS créé par le Décret n°2001-139 du 12 février 200115 et supprimé en 2015) qui eu pour mission de proposer des orientations nationales pour une politique publique de données pour la recherche en sciences humaines et sociales selon trois grandes dimensions : faciliter l’accès aux ensembles de données utiles à la recherche, accroître l’utilisation de ces données, soutenir la réalisation de grandes enquêtes utiles à la recherche. 

Avant cela le Consortium of European Social Sciences Data Archives (CESSDA), fondé en 1976 jusqu’à devenir une infrastructure européenne de recherche en 2013, dotée depuis 2017 du statut juridique d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium) a apporté sa pierre à l’édifice, notamment dans le cadre de PROGEDO (PROduction et GEstion des DOnnées en SHS).


Données de la recherche

Il se peut que cette amélioration de la part du HCERES résulte de la prise en compte des recommandations européennes concernant les données de la recherche. En effet, la Commission européenne a publié le 25 avril 2018 une recommandation relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation16.

Cette publication fait suite à celle des Guidelines on FAIR Data Management in Horizon 202017 dont l’annexe abordait les données de la recherche.

Le souci des données de la recherche conduit désormais à l’élaboration de Plans de gestion des données (PGD, ou data management plan, DMP). Ainsi, à l’échelle européenne, l’European Research Council propose son ERC Data Management Plan template (Disponible en ligne, url : <https://erc.europa.eu/sites/default/files/document/file/ERC_DataManagementPlan_template.docx>.) quand, en France, les laboratoires et les équipes de recherche peuvent employer l’outil de saisie mis à disposition de l’Enseignement Supérieur et Recherche français par l’Inist-CNRS : DMP OPIDoR (Data Management Plan pour une Optimisation du Partage et de l’Interopérabilité des Données de la Recherche, url : <https://opidor.fr/modele-horizon-2020-fair-dmp-en-version-francaise-sur-dmp-opidor/>).

Désormais la question des plans de gestion des données tend à se généraliser dans le cadre des projets de recherche financés par les agences de financement. Ainsi, des appels à projets lancés par la Commission européenne dans le cadre d’Horizon 2020 en exigent, comme c’est le cas pour le projet « Open research data pilot ».

En France, si l’ANR n’en prescrit pas encore, la recommandation est malgré tout faite sous la forme d’une incitation : « Concernant les données de recherche, l’ANR n’impose pas de plan de gestion des données (DMP) dans l’appel générique 2018. Elle attire cependant l’attention des déposants sur l’importance de considérer la question des données de recherche au moment du montage et tout au long du projet. »18.

Produits et outils informatiques

Si les communautés relevant de la section 27 du Conseil national des université peuvent estimer enfin disposer des outils de la reconnaissance de leur production, encore récemment confortée par la possibilité offerte de déposer des logiciels dans Hyper-Articles en ligne (HAL) depuis le 25 septembre 201819, une réserve semble devoir malgré tout être formulée concernant, encore et toujours, le sort des productions numériques des sciences humaines et sociales, notamment quand elles sont collaborativement enrichies. En effet, comme on le voit, les nouveaux dispositifs paraissent adaptés au signalement des prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, ainsi qu’aux logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision. Ainsi, pour rester en sciences humaines, l’ingénieur et le développeur qui ont créé l’outil permettant de produire un catalogue de manuscrits, un catalogue raisonné d’un artiste, une édition électronique d’un corpus ou une base de manuscrits (comme e-man de l’ITEM) peuvent désormais se montrer satisfaits. Mais qu’en est-il de l’historien d’art ou du généticien qui alimente ces outils ? Comment et dans quelle rubrique peut-il signaler sa production qui ne relève pas du chapitre d’un ouvrage scientifique ni d’un article d’un revue ?

Cas des notices de catalogues en ligne

Prenons le cas des notices descriptives des manuscrits (mais cela pourrait concerner les estampes, les monnaies, les photographies, etc.) qui sont décrites dans des catalogues dédiés comme par exemple BnF archives et manuscrits ou des catalogues collectifs comme e-codices.

Quand les notices sont signées20, comme on le voit dans e-codices avec l’exemple du Codex de Santa María Tepexoyucan (https://www.e-codices.unifr.ch/fr/description/fmb/cb-0902/), comment cette production peut être signalée par le chercheur dans les outils de recensement de sa production, avec ce nouveau classement  HCERES ?

Si le précédent classement de la production scientifique du HCERES laissait une place dans les « Autres productions », la nouvelle classification évacue ce type de productions pourtant courantes en SHS21. Misère des SHS…

Conclusion

Cette prise en compte des données de la recherche et l’obligation de concevoir des plans de gestion des données de la recherche attestent de la prise de conscience de la valeur des données brutes de la recherche, notamment informatiques22. Il nous semble que ce mouvement est un effet collatéral de l’exploitation des données informatiques par les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui créent de la valeur à partir de données – notamment personnelles collectées gratuitement avec le plein accord des personnes concernées. La vogue des big data a révélé à la communauté scientifique la valeur des données qu’elle hébergeait dans ses laboratoires, auparavant dans des silos fermés quand ce n’était pas sur des supports physiques périssables23.

  1. Les fameuses NTIC dont le terme commençait à dater avant d’être largement supplanté en SHS au profit des Digital humanities et maintenant encore davantage par l’Intelligence artificielle, le text and data mining et le deep learning… []
  2. Nous renvoyons à la Recommandation concernant la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114032f.pdf#page=197> qui a abouti à la publication du Guide des statistiques relatives à la science et à la technologie, Paris : UNESCO, 1984, 1 vol. (153 p.). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000635/063537fo.pdf>. []
  3. OECD, Manuel de Frascati 2015. Lignes directrices pour le recueil et la communication des données sur la recherche et le développement expérimental, Paris : Éditions OCDE, 2016. Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/manuel-de-frascati-2002_9789264299047-fr> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264257252-fr. La version anglaise cite les « outputs from R&D », Frascati Manual 2015 : Guidelines for Collecting and Reporting Data on Research and Experimental Development, The Measurement of Scientific, Technological and Innovation Activities, Paris : Éditions OCDE, 2015.Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/frascati-manual-2015_9789264239012-en> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264239012-en []
  4. Christopher Freeman, Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental : rapport-inventaire, Paris : Unesco, 1970. (Rapport et études statistiques ; 16). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001922/192234fo.pdf>. []
  5. Cf. « Quels sont les outputs de la recherche pertinents pour le FNS ? », FNSNF, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/faq/Pages/faq-outputdaten-relevante-forschungsoutputs.aspx>. []
  6. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000426953&dateTexte=&categorieLien=id>. []
  7. Cf. « 1.7.5 Indicateurs de production de la recherche proposés par le HCERES », dans MENESR, Cadre de cohérence Recherche, [S. l. n. d.]. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php/1.7.5_Indicateurs_de_production_de_la_recherche_proposés_par_le_HCERES>. []
  8. Cf. « 4.1.2 Nomenclature proposée par le HCERES dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS », dans Cadre de cohérence des systèmes d’information « Recherche », 2017. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php?title=Nomenclatures_:_4.1.2_Nomenclature_proposée_par_le_HCERES_dans_le_cadre_de_travaux_relatifs_à_la_liste_de_revues_en_SHS&mobileaction=toggle_view_desktop>. []
  9. Cf. en ligne, url : <https://www.collecte.evaluation-contractualisation.fr/c/document_library/get_file?p_l_id=10276&folderId=10356&name=DLFE-125.pdf>. []
  10. Exemples : https://www.umiess.net/index.php?option=com_content&view=article&id=387:production-scientifique&catid=146:article&Itemid=48 ; http://www.ihd.cnrs.fr/spip.php?rubrique12&debut_articles=10 []
  11. C’est le même classement employé d’ailleurs par la BnF pour son site de recensement de sa Production scientifique, avec quelques aménagements malgré tout. []
  12. Référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-2019, Paris : HCERES, 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.hceres.fr/content/download/31686/485369/file/R%C3%A9f%C3%A9rentiel_recherche_UR.pdf>. []
  13. Cf. https://www.hceres.fr/MODALITES-D-EVALUATIONS/Campagne-d-evaluation-2018-2019/Guides-des-produits-et-activites-de-recherche []
  14. Cf. https://www.hceres.fr/content/download/28683/439653/file/Annexe%25204%2520Selection%2520des%2520produits%2520et%2520activites%2520de%2520recherche%2520UR.docx []
  15. https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2001/01-07/a0070425.htm []
  16. Cf. « Recommandation (UE) 018/790 de la commission du 25 avril 2018 relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », Journal officiel de l’Union européenne, 31 mai 2018. Disponible en ligne, url : <https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018H0790&> []
  17. Disponible en ligne, url : <http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-data-mgt_en.pdf>. []
  18. Disponible en ligne, url : <http://www.agence-nationale-recherche.fr/missions-et-organisation/open-access/> []
  19. Agnès Magron, « Le dépôt de logiciel maintenant disponible sur HAL et tous les portails », CCSD, 25 septembre 2018. Disponible en ligne, url :<https://www.ccsd.cnrs.fr/2018/09/le-depot-de-logiciel-maintenant-disponible-sur-hal-et-tous-les-portails/>. []
  20. Reconnaissons que les acteurs de ces SHS restent en retrait quant à la question de leur identité numérique et quant à la valorisation de leurs travaux puisqu’ils ont rarement milité pour que leur signature apparaissent dans de tels outils ou n’ont pas toujours obtenu gain de cause. Cela explique leur attachement à la production de catalogues imprimés et leur méfiance à l’égard de l’édition électronique qui n’est acceptée que lorsqu’il s’agit des versions numériques -type e-book- d’un catalogue et non sous la forme d’une base de donnée catalographique. []
  21. Le chercheur les signale généralement quand ces notices servent à produire des catalogues imprimés ou des notices de catalogues d’exposition, ces dernières étant rarement considérées comme relevant du chapitre d’ouvrage. Faut-il rappeler que le catalogue d’exposition – constituant pourtant l’aboutissement de la recherche de l’historien d’art – est dévalué par ce type de classement ? []
  22. CIGREF, Valoriser les données de l’Entreprise 2020 : maturité, pratiques et modèle, Paris : CIGREF, 2016, 1 vol.  (45 p.). Disponible en ligne, url : <https://www.cigref.fr/wp/wp-content/uploads/2016/11/CIGREF-Valorisation-des-donnees-Pratiques-Modele-2016.pdf>. []
  23. Simon Chignard et Louis-David Benyayer, Datanomics, les nouveaux business models des données, Fyp Editions. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.