Aurore Schoenecker

Reserve_Salle_20141104_155Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aurore Schoenecker, chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares de septembre 2012 à août 2016, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Agrégée de Lettres modernes, j’ai choisi de faire de la littérature du XVIIe siècle ma spécialité après avoir été formée dans la première promotion du Master Recherche spécialisé « De la Renaissance aux Lumières », co-habilité entre l’École Normale Supérieure de Paris et les Universités Paris-IV Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris-3. Alors que j’obtenais le concours externe et préparais parallèlement mon inscription en thèse dans l’École Doctorale 540 transdisciplinaire de l’ENS de Paris, l’intérêt que je portais aux bibliothèques m’a conduite à postuler au statut de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai ainsi eu l’opportunité d’être accueillie comme chercheur associé au département Littérature et art lors de ma première année de doctorat. Puis, toujours guidée par un intérêt pour le livre ancien qui ne faisait que se confirmer, c’est au seuil de ma seconde année de thèse que j’ai sollicité et obtenu le poste de chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares que j’occupe jusqu’à aujourd’hui.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Mon travail de recherches documentaires vise à reconstituer et inventorier la bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660), le frère de Louis XIII. Cette collection de livres, qu’à son décès le prince légua à son neveu Louis XIV, est entrée à la fin du XVIIe siècle dans les collections de la bibliothèque royale, puis elle a été conservée jusqu’à nos jours dans les collections de ce qui est devenu la Bibliothèque nationale de France. Actuellement, la majorité des volumes provenant de cette bibliothèque sont conservés au Département de la Réserve des livres rares, où il s’est agi pour moi de les identifier par leur facture matérielle – ces exemplaires étant reliés au chiffre ou aux armes de Gaston d’Orléans – puis d’en faire un catalogage précis, intégrant la collation des exemplaires et la description des reliures. Mes recherches m’ont également amenée à rechercher des exemplaires présents dans les collections d’autres bibliothèques françaises conservant des collections patrimoniales, qu’elles soient parisiennes (bibliothèque Mazarine, bibliothèque de l’Institut, bibliothèque de la Sorbonne, bibliothèque Sainte-Geneviève etc.) ou provinciales (par exemple la bibliothèque de Chantilly, la bibliothèque municipale de Lyon, la bibliothèque Méjanes d’Aix en Provence etc.). À ce jour, j’ai pu identifier et décrire environ 2000 exemplaires.

Mes recherches doctorales portent quant à elles sur la diffusion du livre espagnol dans la France du premier XVIIe siècle, en accordant une attention particulière aux traductions françaises des textes espagnols. Cette étude, conduite sous la direction de Madame le Professeur Isabelle Pantin (ENS) se veut transdisciplinaire, à la croisée de la littérature et de l’histoire du livre. Je m’emploie tout d’abord à évaluer l’importance quantitative et qualitative de la pénétration des œuvres espagnoles en France en brossant un panorama général de la production imprimée de livres espagnols en France et en dressant une nomenclature de ce qu’on pourrait appeler la « bibliothèque espagnole de la France » (soit des livres espagnols imprimés par des presses françaises), dont l’ambition n’est pas d’être exhaustive mais suggestive et dont le principe fondamental réside dans l’intégration de tous les domaines du savoir (ainsi des romans côtoient-ils des livres de spiritualité ou d’histoire, des traités techniques ou des ouvrages médicaux…). L’étude se resserre ensuite sur quelques acteurs majeurs de la diffusion et de la traduction des livres espagnols en langue française, figures qui peuvent aussi bien être des traducteurs que des maîtres de langue ou des imprimeurs-libraires : considérant l’activité littéraire de ces « passeurs de textes » au sein de la vie sociale de leur cercle de plumes, je m’applique à mettre au jour les modalités pratiques et intellectuelles de la genèse et de la diffusion des traductions françaises des textes espagnols. Enfin, en suivant l’histoire textuelle et éditoriale de quelques œuvres espagnoles dont la circulation a été particulièrement féconde en France, je cherche à éclairer les choix théoriques et pratiques qui président au travail littéraire de version d’une langue en l’autre, ainsi qu’à déceler dans les circuits et les formes de leur diffusion les présupposés et l’impact, tant intellectuels qu’esthétiques, de leur réception française.

Bien que le champ de ma thèse et celui de mes recherches documentaires ne se recouvrent pas entièrement, ces deux recherches que je mène de front entretiennent des liens étroits. La bibliothèque de Gaston d’Orléans, qui était bon connaisseur de la langue espagnole, constitue pour la thèse un cas tout particulièrement digne d’intérêt car elle est riche de nombreux livres hispaniques ou en langue espagnole. En outre, l’exploration de ces deux champs de recherche suppose une approche méthodologique commune : alors que j’avais retenu pour mes recherches doctorales une approche transdisciplinaire qui permet de mettre au service d’un travail de littérature les données et les apports méthodologiques de l’histoire du livre, sous le double aspect de la bibliométrie (ou bibliographique quantitative) et de la bibliographie matérielle, le travail de recherches documentaires m’a familiarisée avec l’étude du livre ancien considéré en tant qu’objet et par là donné l’occasion d’affûter les outils de travail et d’analyse nécessaires à la bonne conduite de mes recherches doctorales.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargée de recherches documentaires ?

Me voir confier ce projet de recherches documentaires original m’a, comme je le soulignais précédemment, tout d’abord permis de mener parallèlement à ma thèse un travail formateur d’un point de vue méthodologique. Cela a en outre élargi mes horizons de travail et de recherche. Les spécialistes de la littérature d’Ancien Régime savent combien il est fondamental de ne pas borner l’étude de la production écrite de cette époque aux limites restreintes de ce que l’on tient aujourd’hui pour être la « littérature ». Mon travail de reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, en me permettant de travailler au plus près des collections d’imprimés anciens conservés à la Réserve, a fondé ainsi pour moi l’habitude et l’usage de considérer la production écrite dans l’extension large que lui confère la polymathie propre à la culture lettrée ancienne.

De surcroît, pour qui apprécie la fréquentation des livres anciens, il est évident que la Réserve des livres rares de la BnF constitue un lieu de travail privilégié : durant quatre années, j’ai eu l’opportunité et le privilège de pouvoir travailler sur des collections d’une exceptionnelle richesse patrimoniale, ce que je n’aurais pu faire hors de ce cadre institutionnel.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Je souhaite en premier lieu mettre en exergue que le poste de CRD offre à de jeunes enseignants une occasion, unique au cours de leur carrière, d’approcher la vie des bibliothèques, à maints égards distincte de celle de l’université. Les deux milieux de travail et les deux activités qu’on y exerce étant extrêmement différents, il faut parvenir à concilier ces vies parallèles en étant adaptable et organisé.

Le plus important a été pour moi de garder à l’esprit que le poste était tripartite et devait se distribuer entre 1/3 de temps pour la recherche documentaire en bibliothèque, 1/3 de temps pour la charge de cours à l’université et 1/3 de temps pour l’avancement de la thèse. De manière pratique, j’ai choisi de cloisonner mon emploi du temps, entre 1) mon temps de travail à la BnF, pour lequel j’ai déterminé des horaires fixes ; 2) ma charge de cours, dont les horaires étaient bien évidemment fixés, mais auxquels il faut ajouter les préparations de cours, les corrections de copies, le suivi pédagogique et l’organisation des examens – que j’avais en charge en tant coordinatrice d’un UE de Licence – ; 3) du temps pour préparer ma thèse, qui nécessitait notamment de consulter des documents anciens en bibliothèque.

Si la recherche documentaire occupe un volume horaire plus important que les heures de cours, elle n’est, de loin, pas la plus difficile à gérer car elle est régulière : c’est surtout la variabilité de la charge de travail liée à l’enseignement qui tend à désorganiser le cours des semaines. Le plus difficile est de parvenir à ménager du temps pour la thèse, alors que d’autres obligations savent se faire sentir infiniment plus pressantes.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Si les cinq années passées à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé puis en tant que chargé de recherches documentaires, m’ont permis de mener ma thèse dans un cadre statutaire qui était nécessaire, la contrepartie était la charge de travail qu’elles impliquaient en sus de mes recherches doctorales, qui ne m’a pour l’heure pas permis de soutenir ma thèse. Il me faut donc encore me consacrer l’an prochain à l’achèvement de mon doctorat, ce que je pourrai faire de manière exclusive, puisque j’ai eu la grande opportunité d’être recrutée pour l’année 2016-2017 comme Membre scientifique de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez. Lorsque j’aurai achevé mon troisième cycle universitaire et obtenu des qualifications du CNU, je souhaite participer aux campagnes de recrutement des Maîtres de conférences en section 09 ou 10.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

À un doctorant ou futur doctorant qui se pose la question de savoir si le statut de chargé de recherches documentaires pourrait lui convenir, je dirais en premier lieu que ce poste de CRD n’est pas l’équivalent d’un contrat doctoral, les principales différences étant de trois ordres : elles sont tout d’abord relatives à la durée du contrat, quadriennal (contre trois ans pour un contrat doctoral) ; elles tiennent ensuite au statut administratif, qui a des avantages évidents, puisque les chargés de recherches documentaires sont considérés comme des professeurs agrégés en activité à temps plein ; elles ont trait enfin à la charge de travail, beaucoup plus importante que celle d’un doctorant contractuel : non seulement la charge de cours est plus lourde (elle s’élève à 96h équivalent TD par an), mais il faut aussi y ajouter le travail de recherches documentaires, à hauteur de 400h par an. Si l’on peut être attiré par les avantages qu’offre le statut de chargé de recherches documentaires, il convient de ne pas s’engager dans une démarche de candidature sans avoir une claire conscience de l’impact qu’aura la charge de travail inhérente au poste sur l’avancement de la thèse.

À mon sens, la seule raison qui devrait être réellement déterminante dans ce choix réside dans l’intérêt scientifique que l’on porte aux collections que l’on se propose d’étudier dans le cadre du programme de recherches documentaires : quel sera le gain scientifique de ces recherches ? La réponse peut être un concourt immédiat à la thèse, notamment si l’on travaille directement sur son corpus de thèse, mais aussi – et cela était mon cas -, un apport méthodologique plus indirect. Il me semble que c’est à ces conditions, acceptées en conscience, que le poste de chargé de recherches documentaires pourra, malgré les entraves dont il assujettira la thèse, constituer une expérience formatrice dans la carrière d’un jeune chercheur.


Image de Une : Aurore Schoenecker dans la salle de lecture de la Réserve des livres rares, copyright Béatrice Lucchese/BnF.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *