Thierry Pastorello

s200_thierry_pastorelloLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Thierry Pastorello, gestionnaire de collections et coordinateur de la valorisation au département Philosophie Histoire Sciences de l’homme.

Quel est votre parcours ?

Après des études d’histoire à L’Université Lyon 2 (Maîtrise d’histoire), j’ai obtenu le DEUST des métiers du livre et réussit un concours. J’ai été nommé à la BnF en 1996. J’ai préparé un Doctorat sociétés occidentales sous la direction d’André Gueslin de l’Université Denis Diderot Paris VII de 2002 à 2009. J’ai obtenu mon doctorat avec les félicitations de mon jury. Ma thèse portait sur l’homosexualité à Paris entre XVIIIe et XIXe siècle. Ensuite, j’ai publié ma thèse1 et j’ai continué mes activités de recherche à l’Université Paris VII laboratoire Identités – cultures – territoires et au Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique : je suis membre du comité de rédaction. J’ai participé à des colloques et journées d’études.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Je suis un historien des homosexualités. Mes recherches portent sur les homosexualités en France principalement mais pas seulement entre XVIIIe siècle et aujourd’hui au plan des vécus, discours et juridique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

La soutenance de ma thèse le 31 mars 2009, car il y eut un débat intéressant avec les membres de mon jury (Président Robert Muchembled, André Rauch, Elisabeth Roudinesco, André Gueslin, Didier Godard). Il y eut en même temps une véritable empathie. Ce fut un moment de débat passionnant et enrichissant et qui prolongeait le travail que j’avais produit2. Quelques autres moments marquants concernent plus spécifiquement la BnF, dans le cadre de mes activités de valorisation des présentations d’ouvrages avec bibliographie que l’on fit avec d’autres collègues : à l’occasion des trente ans de l’abolition de la peine de mort en 20113, en 2013 sur les études de genre : « Hommes femmes les différences au prisme des sciences humaines et sociales« .

 Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Sur le plan de mon activité de bibliothécaire, je peux réinvestir les résultats de mes recherches : dans mes activités de correspondant valorisation haut de jardin à travers les bibliographies et présentations d’ouvrages, dans le cadre de ma contribution aux questions des chercheurs sur le Service d’information des bibliothèques à distance (SINBDAD) et aussi dans le cadre de mon travail sur les collections. Par ailleurs, je suis membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique et à cette occasion, je produit régulièrement des articles et comptes rendus de lecture sur mes thèmes de recherche. J’ai aussi de nouveaux projets de publication.
Un bibliothécaire chercheur doit établir un équilibre entre ses activités de bibliothécaire et ses activités de recherche et veiller à une bonne coordination entre les deux.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

A la suite de ma thèse, j’ai voulu poursuivre les recherches dans le domaine que j’étudie tant les recherches se développent dans le domaine de l’histoire des homosexualités .

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse et la diversité des collections de la BnF est marquante et pour mes recherches je trouve dans cette richesse de quoi faire progresser mes recherches.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

La randonnée car la nature et la montagne me permettent de me relier à l’éternité. J’ai aussi une passion pour le cinéma, les expositions, les voyages, le dernier Dublin avec l’APBNF. Je fais aussi du sport. Par ailleurs, j’ai une pratique spirituelle.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Ma thèse fut pour moi une satisfaction. De plus, elle fut publiée par un bon éditeur de sciences humaines (Créaphis) et j’ai eu des retombées encourageantes. J’ai aussi participé à la publication de deux autres ouvrages. Enfin, dernièrement, avec une collègue des Cahiers d’histoire, Me Annie Burger Roussenac, nous avons dirigé un numéro consacré aux usages politiques du vêtement XVIIIe-XXe siècle4. J’ai réalisé une notice biographique sur Michel  Boué (1947-1993) journaliste de mode à L’Humanité et aussi homosexuel affirmé et qui a côtoyé Yves Saint Laurent, Pierre Bergé…

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité et l’ouverture d’esprit et aussi savoir garder sa capacité d’émerveillement et aussi l’esprit de synthèse. Ai-je tout ceci ? Je ne peux vous répondre .

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

La découverte du procédé d’impression par Gutenberg au XVe siècle a permis de produire en plus grande quantité des écrits et d’abord la Bible, ce qui a ouvert la possibilité d’une pensée critique sans quoi nous ne serions pas ici. Enfin, au plan médical, l’apparition de la pénicilline fin XIXe siècle début XXe siècle car ceci permet de vaincre un grand nombre de maux qui affecte les populations. Souvenons-nous des épidémies, par exemple la peste noire entre 1347 et 1352 en Europe et qui décima les populations.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Les rencontres sont très importantes car la recherche est une confrontation et un échange. Sans ma rencontre avec Annie Burger Roussenac, je ne me serais intéressé au parcours de Michel Boué et au journalisme de mode et au lien entre mode et homosexualité au cours du XXe siècle. De même, les projets de publication et de recherche naissent souvent de rencontre. On ne peut tout planifier et il faut laisser la place au hasard que constituent les rencontres.

  1. Sodome à Paris : fin XVIIIe-milieu XIXe siècle, l’homosexualité masculine en construction, Grâne : Créaphis éd., impr. 2011, 302 p. []
  2. Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle. Disponible en ligne : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00392241/> []
  3. Commémoration des 30 ans de l’abolition de la peine de mort []
  4. Un usage politique du vêtement (XVIIIe-XXe siècles) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *