Philippe Chevallier

gallica 9718Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Philippe Chevallier est responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche, en charge du pilotage de plusieurs projets de recherche sur les publics, sur place et en ligne, de la Bibliothèque.

Quel est votre parcours ?

A l’origine je suis chercheur en philosophie ; j’ai donc dû tout apprendre des méthodes qui sont employées dans les établissements culturels (bibliothèques, musées, etc.) pour conduire ce que l’on appelle les « études de publics ». Ces méthodes nous viennent pour la plupart des sciences sociales, mais adaptées aux contraintes des institutions. Comme je garde en même temps un regard critique, au moins prudent, sur ces méthodes, j’aime dire que c’est 10% de science et 90% de bon sens, mais il faut néanmoins que les 10% soient bel et bien honorés !

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La connaissance des publics en ligne de la Bibliothèque : comprendre la manière dont ils accèdent aux documents que nous leur mettons à disposition sous forme numérique, les représentations qu’ils en ont, ce qu’ils en font – qui excède la traditionnelle activité de lecture. Il ne faut pas projeter sur eux des présomptions d’usages qui nous viennent des bibliothèques physiques.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le dialogue avec des chercheurs capables de se mettre à l’écoute des problématiques que nous avons (par exemple : développer nos publics) tout étant aptes à les reformuler, parfois à les interroger.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Je ne suis pas bibliothécaire et ne me considère pas, dans le cadre de mes missions à la BnF, comme un chercheur : je m’efforce plutôt de faciliter le travail de chercheurs qui partagent avec la BnF des questions sur l’évolution du rapport à lecture, au savoir, aux institutions, à l’heure du numérique. La Bibliothèque et ses usagers constituent un formidable terrain d’étude pour eux. En retour, je veille à ce que leur recherche produise des résultats dont l’institution puisse se saisir : il faut parfois un effort de traduction, saisir ce qui est vraiment neuf, ce qui fait rupture, et éviter surtout le discours de surplomb.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Traditionnellement, les études de publics à la BnF étaient confiées à des sociétés d’études ou de conseil ; ce qui reste un choix pertinent quand la Bibliothèque a une question simple : par exemple, évaluer la satisfaction des usagers de notre site web. Mais dans certains cas, la simplicité est trompeuse et il faut se donner plus de temps, le temps de la recherche justement, qui renvoie toujours à un labeur, un tâtonnement : explorer un terrain, se mettre à l’écoute de récits de vie, comprendre les logiques d’action des individus, tester des hypothèses. Récemment, Joëlle Le Marec, Judith Dehail et Igor Babou ont conduit durant 6 mois une recherche ethnographique passionnante sur les publics du « Haut-de-jardin » (bibliothèque pour tous du site François-Mitterrand), en variant les angles de vue et en dialoguant constamment avec nous. Ce fut un véritable compagnonnage intellectuel.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Les archives de Michel Foucault.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Travailler dans la confiance depuis 2013 avec des enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech sur la connaissance des usages en ligne, en particulier ceux de Gallica, dans le cadre d’un partenariat qui est très important pour nous : le « Bibli-Lab ». Nous en sommes à quatre projets de recherche, dont deux ont eu le soutien très précieux de labex (Les Passés dans le Présent, Obvil). Sur ces quatre projets, sept enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech et trois postdoctorants ont été mobilisés, avec des compétences très diverses qui vont de la sociologie au traitement du signal. Je voudrais citer ici Nicolas Auray, qui nous a tragiquement quittés l’an dernier. Avec Valérie Beaudouin, également de Télécom ParisTech, il avait commencé à réfléchir aux pratiques scientifiques amateurs sur le web, autour des documents patrimoniaux numérisés, en particulier ceux de la Grande Guerre. Ce travail sera d’ailleurs prochainement publié, avec l’aide de Valérie Beaudouin et de Lionel Maurel (BDIC, Université Paris Lumières), et le soutien du labex Les passés dans le présent.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Le sens du concret ! Qui passe par le sens du résultat – même temporaire, même incomplet. Pour nous, il faut que le temps de la recherche puisse coïncider avec le temps de l’institution.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Aucune, l’humanité a toujours su se débrouiller.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Aucune, hélas, pas le temps pour ça !


Image de Une :  © O. Moravik/BnF


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *