Morgane Cariou

Photo M. CariouLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Morgane Cariou, ancienne élève de l’ENS Ulm, qui a occupé un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de Lettres classiques, j’ai eu la chance d’occuper, de 2010 à 2014, un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF tout en poursuivant une thèse de littérature et philologie grecques à l’EPHE. Je suis actuellement chercheur post-doctoral au sein du Laboratoire d’Excellence Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Ma thèse, soutenue en 2014, s’intitulait « édition critique, traduction et commentaire du chant I des Halieutiques d’Oppien de Cilicie ». Pour ces travaux de philologie, j’ai dû recenser les 80 manuscrits byzantins et renaissants qui transmettent ce poème scientifique. Cinq d’entre eux font partie de l’ancien fonds de la BnF. Les autres sont conservés dans les collections des grandes bibliothèques européennes, notamment la Bibliothèque Vaticane, la Bibliothèque Laurentienne, la Bibliothèque Ambrosienne et la Bibliothèque Nationale d’Autriche. Après quoi j’ai établi, autant que faire se peut, une histoire de la transmission de ce texte, histoire marquée par une forte contamination. Sur la base de ces résultats, j’ai pu sélectionner la dizaine de manuscrits qui figure dans l’apparat critique de mon édition. Elle est accompagnée d’un commentaire qui tente de faire apparaître la richesse poétique et scientifique de ce texte qui a été composé à la fin du deuxième siècle de notre ère et qui est dédié aux empereurs Marc-Aurèle et Commode.

Mes recherches post-doctorales s’inscrivent dans la continuité de ces travaux et visent à la publication de mon édition. Tout en continuant de travailler sur la transmission manuscrite de ce texte et sur la poésie scientifique, je m’intéresse également aux textes zoologiques, aujourd’hui réduits à l’état de fragments, d’époque hellénistique.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Je considère que cela a été une grande chance de pouvoir côtoyer les conservateurs du service des manuscrits médiévaux et d’avoir accès aux magasins de manuscrits. J’ai beaucoup appris, à la fois sur le plan scientifique et sur le plan professionnel, aux côtés de Marie-Pierre Laffitte, de Charlotte Denoël et de Christian Förstel (qui a encadré mes travaux de catalogage des manuscrits poétiques de l’ancien fonds grec).

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Il est certain qu’un CRD est un poste plus lourd qu’un poste de moniteur dans le sens où il s’agit de trouver le temps, dans la semaine, de préparer les enseignements, de travailler à la BnF, d’avancer dans la rédaction de la thèse et, éventuellement, de suivre un ou deux séminaires. Il faut donc être très organisé. En ce qui me concerne, mes enseignements de grec ancien n’avaient pas de rapport direct avec mes recherches documentaires à la BnF. Cependant, j’avais pris l’habitude de consacrer tous les ans, en fin d’année, une séance de mon cours au livre grec, ce qui me permettait d’utiliser mes travaux de codicologie pour le compte de la BnF tout donnant à mes étudiants un aperçu de cette question trop peu connue.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Je souhaite, dans la mesure du possible et même si les postes sont de moins en moins nombreux, poursuivre mes recherches en littérature et philologie grecques. C’est ce que j’ai pu faire, depuis 2014, grâce à une bourse de la Fondation Thiers – Centre de Recherches humanistes et à un contrat de recherche du LabEx HASTEC. J’ai en outre la chance d’avoir récemment été élue sur un poste de pensionnaire à la Fondation Thiers, ce qui me permettra d’avancer efficacement, dans les trois années à venir, dans mes travaux.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Pour pouvoir aborder sereinement la charge de travail que représente un CRD, je conseille de rapprocher au maximum le sujet de recherches documentaires du sujet de thèse : cela permet de donner de la cohérence au dossier de candidature et, par la suite, d’éviter de se disperser dans des directions trop nombreuses.

Pour aller plus loin

Page personnelle de Morgane Cariou


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *