Il y a 400 ans : le cardinal de Richelieu entre au conseil du roi

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Alexandre Goderniaux est accueilli depuis 2022 au département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, où il poursuit une recherche sur les libelles imprimés des guerres de Religion à la BnF.


« Lorsque Votre Majesté se résolut de me donner en même temps l’entrée de ses conseils et grande part en sa confiance pour la direction de ses affaires1… » Telle est la célèbre phrase par laquelle s’ouvre le Testament politique d’Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu. Dans les années 1640, alors qu’il rédige une version rétrospective de son action en tant que ministre de Louis XIII2, c’est donc vers le 29 avril 1624 que se dirigent en premier lieu les pensées de « l’homme rouge3 » : plus de quinze ans après les faits, il considère cette entrée dans la plus haute instance décisionnaire du royaume comme son premier pas vers le pouvoir. Le quatre-centième anniversaire de cet événement est l’occasion de prendre un peu de recul par rapport à cette relecture subjective des faits, de déterminer l’importance précise de ce moment, d’en identifier les circonstances et d’en cerner les conséquences. Pour ce faire, on retracera le parcours politique de Richelieu jusqu’à l’année 1624, puis on se penchera sur cette institution particulière qu’est le conseil du roi. Ensuite, on synthétisera la politique que mène le cardinal à partir de 1624 et on étudiera ses initiatives dans le domaine de l’écrit. Enfin, quelques conseils seront prodigués aux lecteurs désireux de se frayer un chemin dans l’immense documentation sur ce personnage célébrissime4.

Un long parcours vers le pouvoir

Armand Jean du Plessis de Richelieu naît en 1585 à Paris dans une famille de cinq enfants. Son destin est lié à celui de ses deux frères aînés : Henri (1579/80-1619), voué à diriger la famille de Richelieu, et Alphonse, qui était supposé devenir évêque de Luçon mais a finalement décidé d’entrer dans les ordres. Par conséquent, le jeune Armand, qui se destinait à la carrière militaire, doit prendre sa place et est dirigé vers la voie ecclésiastique. Ses études théologiques ne sont pas encore achevées quand, en 1606, il est nommé évêque de Luçon par Henri IV.

Quand ce dernier est assassiné (14 mai 1610), Richelieu comprend que l’accès au pouvoir se dégage. Il se positionne comme un prédicateur de talent, se construit un réseau et, en février 1615, prononce la harangue finale aux États généraux convoqués par Louis XIII. L’année suivante, il se voit confier une mission diplomatique par Marie de Médicis puis, le 29 novembre 1616, entre au conseil en tant que secrétaire d’État, c’est-à-dire responsable des affaires étrangères.

Le début de la carrière politique de Richelieu est donc intimement lié à Marie de Médicis. Cette dernière a vu sa régence prendre fin en 1614, quand Louis XIII a été proclamé majeur, mais dans les faits, elle conserve la réalité du pouvoir jusqu’au 24 avril 1617. À cette date, le favori de la reine mère, Concino Concini, qui avait depuis quelques années gagné en influence, est assassiné sur ordre de Louis XIII. Le roi vient en effet de décider d’exercer le pouvoir : c’est Le coup de majesté de 16175. Richelieu voit sa charge de secrétaire d’État lui être retirée et l’accès au conseil du roi lui être refusé. Le 3 mai, Marie de Médicis est exilée à Blois. L’évêque de Luçon devient le « chef de son conseil, garde de son sceau et intendant de ses affaires6 ».

Portraits de Marie de Médicis et de Louis XII
Portraits de Marie de Médicis et de Louis XIII, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8401583c

S’ensuivent deux épisodes connus comme la première et la seconde « guerres de la mère et du fils ». Dans la nuit du 21 au 22 février 1619, Marie s’évade du château de Blois et entame des tractations qui inquiètent le roi. Le 30 avril, ce dernier et sa mère signent le traité d’Angoulême, qui confie à la seconde le gouvernement de l’Anjou ainsi que plusieurs châteaux. L’entente ne dure toutefois que jusqu’à la fin de l’année : début 1620, plusieurs nobles mécontents du gouvernement de Louis XIII s’allient avec Marie de Médicis, qui réclame son retour au conseil. Louis XIII lève 8 000 hommes et, le 7 août, bat l’armée des partisans de Marie de Médicis aux Ponts-de-Cé. Trois jours plus tard, le traité d’Angers scelle la paix entre lui et sa mère, qui retrouve la liberté d’approcher le roi mais aucun rôle politique.

Durant toutes ces péripéties, Richelieu tente de jouer un rôle d’agent double en demeurant officiellement affidé à Marie de Médicis tout en transmettant plusieurs informations à Louis XIII. À partir de 1619, il prend diverses initiatives en vue d’obtenir le chapeau de cardinal, objectif qu’il atteint le 5 septembre 1622. Marie de Médicis, qui a retrouvé une place au sein du conseil du roi depuis le 31 janvier 1622, n’aura de cesse de suggérer à son fils d’appeler Richelieu à l’y rejoindre. Le 28 avril 1624, le roi Louis XIII, qui séjourne alors au château de Compiègne, accorde une audience à au cardinal. Le lendemain, celui-ci entre au conseil du roi. On ignore ce qui a motivé le roi à prendre cette décision. Sans doute cette dernière est-elle la conséquence d’un ensemble de facteurs : la volonté de normaliser les relations avec sa mère, la longue campagne menée par cette dernière, une instabilité dans le gouvernement du royaume, le besoin de conseils en matière de politique internationale, les sages avis que Marie de Médicis prodigue au roi en s’inspirant de ceux qu’elle reçoit du cardinal, ou encore le soutien acquis par ce dernier auprès de membres du conseil.

Le conseil du roi, une institution méconnue

Institution capitale dans la gestion des affaires du royaume et dans la vie politique française, le conseil du roi (aussi appelé « conseil des affaires », « conseil étroit », « conseil ordinaire » ou, à partir de 1643, « conseil d’en Haut »7 ) demeure, à bien des égards, peu connu des historiens8. Lointain héritage de la curia regis médiévale, il constitue, au début du XVIIe siècle, un organe souple dans lequel le monarque traite des affaires générales du royaume en compagnie de conseillers-ministres qu’il choisit librement et qui sont censés recevoir la dignité ministériale en viager. Stabilisateur de la vie politique du royaume, le conseil du roi est un des piliers du pouvoir absolu du roi : il permet que tout soit fait au nom seul de ce dernier tout en lui fournissant les compétences nécessaires à l’exercice concret du pouvoir. Malgré plusieurs règlements, dont l’un des plus complets est pris le 18 janvier 1630, la répartition des tâches entre les différents conseils issus de l’ancienne « cour du roi » (des parties, des finances, des dépêches, d’État…) n’est pas définie avec précision9.

L’époque à laquelle Richelieu y siège correspond à un moment de stabilisation dans le fonctionnement du conseil : Henri IV puis Louis XIII lui donnent une forme qui ne changera plus guère jusqu’à la Révolution10. Le conseil se réunit en principe tous les mardis à huit heures, mais peut aussi être convoqué à d’autres moments ou à des séances supplémentaires en fonction de l’occupation du roi et de l’actualité politique. Il siège là où le roi se trouve, ce qui implique que les ministres doivent suivre le monarque dans ses déplacements. Au Louvre, dans le cabinet du conseil, qui jouxte sa chambre, le roi préside « une longue table rectangulaire couverte d’un tapis cramoisi bandé de deux demi-pieds de fleurs de lys de toile11 ». Le conseil est organisé par une hiérarchie stricte exprimée à travers la place accordée à chacun, les sièges, le port ou l’absence de couvre-chefs, l’ordre des prises de parole. Durant le règne de Louis XIII, les membres du conseil se dotent de commis et de sous-commis destinés à les assister dans la préparation de leurs dossiers.

Le 29 avril 1624, Richelieu assiste au conseil qui se réunit, à Compiègne, de 14h à 15h30. Il n’entre dans cette instance qu’à des conditions strictement définies par Louis XIII : il ne peut qu’écouter et opiner à ce qui se dit, il ne reçoit la gestion d’aucune affaire et interdiction lui est faite de recevoir des visites. L’adversaire politique principal de Richelieu, La Vieuville, siège toujours au conseil, et le vieux cardinal de La Rochefoucauld est le « principal ministre » de Louis XIII. Quand, le 13 août 1624, ce dernier se retire de la vie politique, Richelieu lui succède à ce titre. Toutefois, cette fonction est conférée automatiquement et par pure préséance à l’ecclésiastique de plus haut rang : aucun document officiel n’annonce ce changement, aucun titre spécifique n’est attribué à Richelieu. Ce dernier n’acquiert donc pas, en 1624, la charge de tout le gouvernement de la France, mais seulement une part des dossiers traités par le conseil. Pour accroître son pouvoir, il devra gagner progressivement la confiance de Louis XIII à travers sa gestion des affaires du royaume.

La politique du « principal ministre »

L’action politique de Richelieu durant les dix-huit années où il fut le ministre de Louis XIII est d’une ampleur telle qu’elle se laisse difficilement synthétiser. Sans doute faut-il commencer en apportant des nuances à deux légendes tenaces que le cardinal lui-même contribua à forger à travers son Testament politique et qui ont trop souvent été considérées comme des réalités historiques. D’une part, le rôle politique de Louis XIII n’est pas inexistant : s’il gouverne en liens étroits avec Richelieu, son autorité de souverain reste intacte et se manifeste par diverses initiatives personnelles. D’autre part, quand il accède au pouvoir, Richelieu ne dispose pas d’un programme politique aussi clairement prédéfini qu’il ne le laisse entendre quand, au crépuscule de sa carrière, il jette un regard rétrospectif sur son action à travers son Testament. Ces précautions prises, le ministériat de Richelieu peut être synthétisé en trois points.

Depuis 1620, Louis XIII mène ses armées dans diverses régions du Sud et de l’Ouest du royaume : Béarn, Guyenne, Poitou, Languedoc… Ce conflit, qui ne prendra fin qu’en 1629 (édit de grâce d’Alès), est connu sous le nom de guerres de Rohan (d’après le chef de file protestant, le duc de Rohan). Quand Richelieu entre au conseil du roi, le conflit est assoupi depuis deux ans. Il reprend brièvement de janvier 1625 à février 1626, puis connaît une troisième phase quand, en mars 1627, le duc de Rohan s’associe à l’Angleterre qui envoie des troupes à La Rochelle dès juillet. Le siège de la ville débute en août et, le 10 octobre, le roi arrive devant la ville. Le blocus et la construction de la célèbre digue débutent en novembre. Au terme d’un siège extrêmement éprouvant, La Rochelle capitule le 28 octobre 1628.

Le cardinal de Richelieu au siège de La Rochelle (Henri-Paul Motte, 1881).
Le cardinal de Richelieu au siège de La Rochelle (Henri-Paul Motte, 1881). Henri-Paul Motte, Public domain, via Wikimedia Commons

Alors qu’on a souvent affirmé que l’intention de Richelieu, qui supervise personnellement les opérations militaires à La Rochelle, était d’extirper le protestantisme hors de France, des recherches récentes ont montré que le cardinal ne souhaitait qu’en finir avec l’« État dans l’État » que constituent les cités rebelles : le ministre rejette, comme Louis XIII, l’usage de la violence à des fins confessionnelles, et organise diverses opérations (prédications, enseignement…) visant à favoriser la conversion pacifique et volontaire des protestants. Richelieu, qui est avant tout un évêque, reste ainsi fidèle à sa mission pastorale et à ses écrits de jeunesse, dans lesquels il a cherché à démontrer qu’en matière de foi, la controverse est préférable à la force.

Le ministériat de Richelieu est aussi marqué par l’affrontement avec le parti dévot. Contrairement à une légende tenace, ce conflit n’a qu’une très faible dimension idéologique. Les dévots ne sont ni les héritiers des ligueurs, ni ultramontains, ni hispanophiles, ni antiprotestants : le cercle dévot désigne une communauté d’individus unie par diverses pratiques dévotionnelles et le parti dévot renvoie à l’entourage de Marie de Médicis soutenant cette dernière dans ses ambitions politiques – aussi parti dévot est-il synonyme de parti de la reine mère. Richelieu, qui est le chef du parti dévot depuis 1617, ne rompt avec l’ancienne régente que progressivement, tardivement et essentiellement à propos de l’exercice concret du pouvoir : à partir de 1628, il défend le ministériat (soit un gouvernement exercé par le roi et son principal conseiller) alors que Marie et ses partisans souhaitent un triumvirat (au sein duquel la reine mère possède un pouvoir égal à celui du ministre). Le conflit entre ces deux projets de gouvernement devient sans cesse plus frontal et, le 10 novembre 1630, Louis XIII voit sa mère lui demander la révocation de Richelieu. Alors que ce dernier pense que le roi va accéder à cette requête et que sa carrière est finie, le lendemain, Louis XIII le reçoit à Versailles (alors simple relais de chasse), rejette sa démission et lui réaffirme sa confiance. Comme les apparences la donnaient gagnante, Marie de Médicis ne s’attendait pas à perdre la partie : le 11 novembre 1630 est par conséquent connu comme la journée des Dupes.

Enfin, la politique de Richelieu s’exerce dans le domaine des relations internationales. Depuis le début du XVIe siècle, le rival principal de la monarchie française est la maison d’Autriche. Divisée en deux branches, cette dernière détient la dignité impériale et règne en outre sur l’Autriche, la Bohème, la Croatie, la Hongrie, l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Franche-Comté, Naples, la Sicile, Milan et d’infinis territoires outre-mer. Richelieu, qui considère cette immense puissance comme une menace pour la France, exploite l’actualité afin de limiter l’influence habsbourgeoise en Europe. Depuis 1618, le Saint-Empire romain est en effet déchiré par une guerre qui, née en Bohême, s’étend en quelques années à tout l’espace germanique, avant que la participation d’autres États (Danemark, Suède, Monarchie hispanique, Provinces-Unies, etc.) ne donne une dimension européenne voire mondiale à cette série de conflits connus sous le nom de guerre de Trente Ans. Le cardinal joue un rôle majeur dans la définition de l’attitude française face à cet affrontement. La politique interventionniste de la France dans la guerre de Trente Ans est traditionnellement divisée en deux phases. À partir de 1630, la guerre est dite « couverte » : Richelieu apporte un soutien financier, logistique et diplomatique aux adversaires des Habsbourg (les États protestants des Provinces-Unies et de la Suède), envoie des troupes dans quelques régions frontalières stratégiques (Valteline, Piémont, Savoie) et entreprend diverses tractations politiques (notamment avec l’Angleterre).

Les Heureux commencements du règne de Louis XIIII, sous la généreuse conduite du duc d'Enguien
Les Heureux commencements du règne de Louis XIIII, sous la généreuse conduite du duc d’Enguien, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8404033p

À partir de 1635 commence la phase de guerre ouverte : la France déclare la guerre à l’Espagne puis à l’empereur et à leurs alliés avant de mobiliser ses troupes sur divers théâtres d’opérations européens. Malgré des débuts difficiles, le royaume remporte une série de victoires, dont la célèbre bataille de Rocroi (19 mai 1643). Le maître d’œuvre de la politique étrangère de la France ne peut toutefois goûter à ce succès puisque Richelieu meurt quelques mois plus tôt12.

Un homme de pouvoir et de lettres

Étendant son pouvoir sur les « affaires du dedans » tant que sur celles « du dehors », Richelieu a aussi joué un rôle majeur dans la vie culturelle française de son temps. Lui-même prend régulièrement le plume. Avant même d’entrer au conseil du roi, il publie une série d’ouvrages théologiques dans lesquels il exprime un certain nombre d’idées politiques qu’il mettra en application dès que la possibilité lui en sera donnée13. Nommé ministre de Louis XIII, il rédige, outre les innombrables dépêches, missives et autres papiers d’État liés à ses fonctions, des Mémoires et un Testament politique14. Des presses sont installées dans le château de Richelieu15. À partir de 1624, le père Joseph, un des fidèles du ministre, dirige le Mercure françois et utilise ce périodique fondé en 1613 pour défendre la politique cardinale16. En 1631, Richelieu fonde, avec Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII, La Gazette, autre périodique au service du ministre17. En 1635, le cardinal fonde l’Académie française, dont il devient « le chef et le protecteur ». Il instaure ainsi une forme mécénat culturel et fait de la langue française une institution politique. L’Académie est en effet chargée, à l’origine, de rédiger un dictionnaire, une grammaire et une poétique. Seule la première de ces trois tâches sera accomplie avec la publication en 1694 du Dictionnaire de l’Académie française18.

L’activité littéraire du cardinal se traduit aussi par de nombreuses initiatives en matière de polémique19. Dès le début des années 1620, Richelieu se dote d’un véritable « atelier d’écriture20 » : il réunit plusieurs auteurs qu’il charge de rédiger des textes défendant sa politique, soutenant ses ambitions ou attaquant ses adversaires. Schématiquement, on peut répartir les nombreuses pièces cardinales en trois phases de parution : la conquête du pouvoir (texte contre les conseillers de Louis XIII, 1620-1624), la légitimation de la politique intérieure (textes contre les rebelles puis contre les dévots, 1624-1635) puis la défense des initiatives en matière de relations internationales (textes antiespagnols, 1635-1642).

L’écriture du cabinet fonctionnant selon une « logique manufacturière21 » (la recherche documentaire, l’écriture et la réécriture sont organisées selon une répartition collective et hiérarchisée des tâches), il est souvent délicat d’attribuer tel texte à un auteur spécifique, et ce d’autant plus que ces imprimés paraissent toujours anonymement. Des recherches ont toutefois permis de reconstituer la composition du cabinet d’écriture cardinal et d’attribuer certains documents à des auteurs spécifiques. L’atelier est formé de trois cercles : les hommes de lettres (Desmarets de Saint-Sorlin, Jean Rotrou, Boisrobert, Colletet, Claude de l’Estoile et Pierre Corneille), les ecclésiastiques (le père Lescot, Léon de Saint-Jean et le père Joseph) et les juristes, théologiens ou historiens (Jérémie Ferrier, Scipion Dupleix, Jean Sirmond, Paul Hay du Chastelet, Claude Boitet de Frauville, François de Colomby, Daniel de Priézac, François de Boisrobert et Achille Harlay de Sancy).

Dans ce troisième cercle, qui produit la quasi-totalité des imprimés polémiques commandés par le cardinal (les autres composent des tragi-comédies et des ouvrages théologiques), les deux plus célèbres auteurs sont probablement Mathieu de Morgues et François Langlois. Abbé de Saint-Germain, le premier rédige plusieurs imprimés défendant l’évêque de Luçon avant et après son entrée au conseil du roi22 puis, à la suite de la journée des Dupes, abandonne le ministre pour suivre Marie de Médicis dans son exil dans les Pays-Bas espagnols, d’où il publie alors plusieurs imprimés critiquant vertement l’exercice du pouvoir par le cardinal.

François Langlois, dit Fancan, est sans doute la plus prolifique des plumes cardinales. On lui doit des imprimés polémiques ayant connu un grand retentissement, dont notamment La France mourante, ou discours du chancelier de l’Hospital au chevalier Bayart, dit sans reproche, parue anonymement mais dont on sait qu’elle a été inspirée par Richelieu et rédigée par Fancan23.

Langlois, François (1576?-1628), La France mourante, ou Discours du chancelier de L'Hospital au chevalier Bayart, dit sans reproche, (S. l.,), 1623
Langlois, François (1576?-1628), La France mourante, ou Discours du chancelier de L’Hospital au chevalier Bayart, dit sans reproche, (S. l.,), 1623

Dans cette prosopopée, le royaume brandit le souvenir des guerres du siècle dernier pour souligner les dangers venant de Rome ou d’Espagne. Le but de la manœuvre est transparent : affirmer que le roi est mal conseillé et lui suggérer de remplacer les Brûlart par de plus vertueuses personnes, tel celui qui a inspiré ce texte. La France mourante suscite une réponse puis d’autres répliques : le texte de Fancan a ouvert une trame polémique composée d’au moins six imprimés, tous parus en 162324. La même année, les membres du conseil du roi sont la cible de dizaines d’autres attaques par voies de presse25.

On ne peut déterminer avec précision la portée de cette campagne de diffamation, mais on doit constater que Louis XIII décide de révoquer les ministres concernés le 6 janvier 1624, soit moins de quatre mois avant l’entrée de Richelieu en son conseil. L’atelier d’écriture cardinal ne cesse pas ses activités fin avril 1624 puisque paraissent de nouveaux imprimés, notamment de la main de Fancan, cherchant à discréditer les autres membres du conseil et à renforcer la position de Richelieu dans cette instance26. Ce travail de sape des ministres successifs relativise les propos par lesquels Richelieu, dans son Testament politique, laisse entendre que tout commence lorsque Louis XIII, de son propre chef, appelle le cardinal en son conseil : quand l’évêque de Luçon s’assied à la table le 29 avril 1624, il a, durant quatre années, minutieusement discrédité ses rivaux à travers des campagnes de presses orchestrées en son cabinet.

Habile exploitant des ateliers d’imprimerie, Richelieu a aussi été la victime de campagnes de presse orchestrées par ses adversaires. Dès 1624, sa « guerre couverte » contre les Habsbourg est critiquée par deux imprimés probablement produits à l’étranger. À partir de la journée des Dupes, les auteurs dévots diffusent de nombreux documents condamnant la politique cardinale. Matthieu de Morgues est sans doute l’auteur le plus actif du cercle de Marie de Médicis dans les années 1630. Il rédige plusieurs textes accusant le ministre de gouverner avec l’inspiration de Machiavel et de faire jouer une diabolique « raison d’État » contre les intérêts de la religion27. En 1637, plusieurs d’entre eux sont regroupés dans un recueil imprimé à Anvers.

Diverses pieces pour la defence de la Royne mere du roy tres-chrestien Louys XIII . Faites & reveuës par Mre Mathieu de Morgues sieur de S. Germain, conseiller & predicateur ordinaire du Roy tres-chrestien, & conseiller predicateur & premier aumosnier de la Reyne mere de Sa Majesté
Diverses pieces pour la defence de la Royne mere du roy tres-chrestien Louys XIII . Faites & reveuës par Mre Mathieu de Morgues sieur de S. Germain, conseiller & predicateur ordinaire du Roy tres-chrestien, & conseiller predicateur & premier aumosnier de la Reyne mere de Sa Majesté, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3100330

Les incursions de Richelieu dans le domaine de l’imprimerie prennent aussi la forme d’initiatives en matière de censure. Le 6 février 1625 est publiée une Declaration sur les reglements de libraires, imprimeurs et relieurs de Paris, portant commission pour l’execution d’iceux et, en janvier de l’année suivante, un Edit du roy portant defense d’imprimer aucuns livres sans permission du grand sceau et d’attacher et semer aucuns placards et libelles diffamatoires. Le ministériat de Richelieu correspond donc à un triomphe, par voie législative, des principes de contrôle du débat public et de limitation du commentaire sur des sujets de gouvernement initiés par Henri IV puis poursuivis par Marie de Médicis28.

Malgré la censure cardinale, de nombreux imprimés polémiques seront produits de 1624 à 1643. Qu’ils encensent Richelieu ou le vilipendent, ils ont été les premiers à formuler des lieux communs qui seront repris sans prudence par plusieurs auteurs, et nourriront alors la légende de Richelieu.

Une documentation pléthorique : quelques conseils

« Il existe un océan de papiers de Richelieu ou sur Richelieu. Néanmoins, c’est un des hommes les plus difficiles à connaître et dont il est malaisé de savoir ce qu’il a fait29. » L’un des défis qui attend celles et ceux désirant étudier la vie du cardinal tient dans la puissante force d’attraction qu’il a exercée de très longue date sur des auteurs de tout poil : les écrits à son sujet sont innombrables et, inévitablement, d’une rigueur scientifique variable. Par conséquent, les quelques conseils d’orientation qui suivent ont pour seule ambition de guider le lecteur dans ce dédale bibliographique, et ne dressent en aucun cas une liste exhaustive des nombreux travaux de qualité consacrés à Richelieu.

L’une des plus grande spécialistes du cardinal est Françoise Hildesheimer. L’ouvrage portant sobrement le titre de Richelieu est une synthèse récente, érudite et claire de tout son parcours et des aspects principaux de sa vie. Il souligne à de nombreuses reprises l’écart entre la légende et la réalité historique. De Françoise Hildesheimer, on consultera aussi les Relectures de Richelieu, présentant les ouvrages rédigés par l’évêque de Luçon avant son accession au pouvoir, et le Testament politique, édition du célèbre texte cardinal précédé d’une introduction synthétisant les principales informations utiles au sujet de Richelieu. Enfin, le Dictionnaire Richelieu rassemble de nombreuses notices envisageant tous les aspects de la vie du cardinal.

Une autre spécialiste de Richelieu est Marie-Catherine Vignal Souleyreau, qui a publié Richelieu, ou la quête d’Europe ainsi que Richelieu et la Lorraine. La chercheuse s’emploie à éditer la correspondance cardinale, et a notamment fait paraître La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632 ainsi que L’œil et la plume de Richelieu : correspondances croisées, 1635. Sur un très riche carnet Hypothèses, elle a également publié la correspondance et les papiers d’État du cardinal de Richelieu avec une translation des textes originaux pour la période 1610-1642.

Deux autres biographies consacrées à Richelieu sont celles rédigées par Roland Mousnier, sous le joli titre de L’homme rouge, et L’ascension de Richelieu, dans laquelle Joseph Bergin se focalise sur les années précédant l’entrée du cardinal au conseil de Louis XIII.

D’autres ouvrages évoquent des aspects particuliers dans le parcours et l’exercice du pouvoir par Richelieu. Sur la journée des Dupes et le rapport du cardinal à l’écrit, on consultera Richelieu et l’écriture du pouvoir de Christian Jouhaud. Pour un panorama général des textes polémiques imprimés durant le règne de Louis XIII : Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. Sur le parti dévot et les circonstances de son affrontement avec le cardinal : La pensée politique des dévots de Caroline Maillet-Rao.

Sur l’intervention du cardinal dans la guerre de Trente Ans : Richelieu’s Army de David Parrott. De manière plus générale, sur les événements, notamment militaires, en France et en Europe, durant le premier XVIIe siècle : Les années cardinales de Joël Cornette.



Citer ce billet
Alexandre Goderniaux (2024, 29 avril). Il y a 400 ans : le cardinal de Richelieu entre au conseil du roi. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/xv4m

  1. Richelieu, Testament politique, édité par François Hildesheimer, Paris : Champion, 2012, p. 51. []
  2. Ce texte justifie l’action politique entreprise par le cardinal de 1624 à 1638. Rédigé par Richelieu et son équipe de plumes dans les années 1640, il n’a été diffusé pour la première fois qu’en 1688 (Ibidem, p. 7-27). []
  3. Roland Mousnier, L’homme rouge ou La vie du cardinal de Richelieu : 1585-1642, Paris : Robert Laffont, 1992. []
  4. Les travaux utilisés pour rédiger les trois premières sections sont présentés dans le dernier intertitre de ce billet. []
  5. Bernard Teyssandier (dir.) et Delphine Amstutz (dir.), Dix-Septième siècle, 276, 2017, 1617, le coup d’État de Louis XIII. []
  6. Françoise Hildesheimer, Richelieu, Paris : Flammarion, 2011, p. 87. []
  7. Bernard Barbiche, « Le Conseil du roi dans tous ses états. Questions de vocabulaire », La Revue administrative, 52/3, 1999, Le Conseil d’État avant le Conseil d’État, p. 20-26. []
  8. La thèse que prépare actuellement Lucas Lehéricy, L’État in vivo. Le Conseil du Roi et l’administration centrale à la fin du XVIe siècle, sous la direction de Denis Crouzet et Nicolas Le Roux (Sorbonne Université), comblera bientôt cette lacune. []
  9. Roland Mousnier, « Les règlements du Conseil du Roi sous Louis XIII », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 82/2, 1946, p. 93-211. []
  10. Georges Pages, « Le Conseil du roi sous Louis XIII », Revue d’histoire moderne, 29-30, 1937, p. 293-324 ; Roland Mousnier, « Le Conseil du Roi de la mort de Henri IV au gouvernement personnel de Louis XIV », Études d’histoire moderne et contemporaine, 1, 1947, p. 29-67. []
  11. Fr. Hildesheimer, Richelieu, op. cit., p. 118. []
  12. Je remercie Julien Régibeau (auteur de Face à l’incertitude du monde. La culture diplomatique de la papauté à l’épreuve du congrès de Westphalie, Presses universitaires de Rennes, parution imminente) pour son aide dans la rédaction de ce paragraphe. []
  13. Ces écrits « de jeunesse » et leur importance dans l’action politique de Richelieu en tant que ministre de Louis XIII ont été étudiés avec beaucoup de finesse par Françoise Hildesheimer, Relectures de Richelieu, Paris : Publisud, 2000. []
  14. Les Mémoires et papiers d’État de Richelieu sont en cours de réédition : le t. III consacré à l’année 1615 paru en 2024, une édition complète publiée a été publiée entre 1907 et 1921, les Papiers de Richelieu ont été édités de 1975 à 1985 et sont désormais publiés sur un carnet Hypothèses (voir dernier intertitre). []
  15. Hélène Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel : Champ Vallon, 2003, p. 43. []
  16. Virginie Cerdeira, Histoire immédiate et raison d’État. « Le Mercure françois » sous Louis XIII, Paris : Classiques Garnier, 2021. []
  17. Stéphane Haffemayer, L’information dans la France du XVIIe siècle : La Gazette de Renaudot, de 1647 à 1663, Paris : Honoré Champion, 2002. []
  18. Marc Fumaroli, « La Coupole », in Trois institutions littéraires, Paris : Gallimard, 1998 (1ère éd. 1986 dans Les Lieux de mémoire, Pierre Nora éd.). Remerciements à Delphine Amstutz. []
  19. La suite de cet intertitre est rédigée sur la base de H. Duccini, Faire voir, faire croire, op. cit., p. 397-410 ; Fr. Hildesheimer, Relectures de Richelieu, op. cit., p. 209-220. Voir aussi Orest Ranum, Les Créatures de Richelieu, Paris, 1966. []
  20. H. Duccini, Faire voir, faire croire, op. cit., p. 398. []
  21. Christian Jouhaud cité par Fr. Hildesheimer, Relectures de Richelieu, op. cit., p. 216. []
  22. Veritez chrestiennes, au Roy tres-chrestien (1620), Le droict du roy sur des subjects chrestiens (1622) ; Advis d’un theologien sans passion sur plusieurs libelles imprimez depuis peu en Allemagne, 1626. []
  23. H. Duccini, Faire voir, faire croire, op. cit., p. 401-402. []
  24. Deffence de la vertu contre la calomnie ou response a la France morante ; Le mort qui court les rues ; Le passe-volant ou Reformateur des abus qui se commettent aujourd’huy en France ; La Reformation de ce royaume. Sur le grand desordre qui se voit à present. Adressé au Roy ; L’Anti-Reforme, ou Response a un libelle intitulé, la Reformation de ce royaume. []
  25. H. Duccini, Faire voir, faire croire, op. cit., p. 403-404. []
  26. Ibidem, p. 404-410. []
  27. Yann Rodier, « Hay Du Châtelet et Matthieu de Morgues : deux stratèges de l’odieux pour une entrée en guerre polémique (1635) », dans : Marie Bouhaïk-Gironès, Tatiana Debbagi Baranova et Nathale Szczech (dir.), Usages et stratégies polémiques en Europe (XIVe-premier XVIIe siècle), Bruxelles : Peter Lang, 2016 ; Delphine Amstutz, « D’absolu à absolutisme : enquête sur un intraduisible historiographique », Littératures classiques, 96/2, 2018, p. 21-28. []
  28. Yann Rodier, « Séditieux et perturbateurs de l’ordre public ! Les libellistes, auteurs interlopes et stratèges ambigus de l’émotion publique » , Pratiques et formes littéraires 16-18, 20, 2023. Disponible sur Internet, url : <https://publications-prairial.fr/pratiques-et-formes-litteraires/index.php?id=542>. Karine Abiven, Delphine Amstutz, Alexandre Goderniaux et Adrienne Petit (dir.), Des libelles en quête d’auteurs ? Disponible sur Internet, url : <https://publications-prairial.fr/pratiques-et-formes-litteraires/index.php?id=519>. []
  29. R. Mousnier, L’homme rouge, op. cit., p. XIV. []

Alexandre Goderniaux

Université de Liège, U.R. Transitions / Chercheur associé du service Histoire de la BnF

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. PORTES dit :

    Quel est donc le rapport de cet article avec la mission historique de conduire des programmes de recherche en relation avec le patrimoine dont la BNF a la charge ?

    En dehors de faire croire que ce blog n’est pas aussi moribond que le CHBNF ?

    • Olivier Jacquot dit :

      Cher Laurent Portes,
      Comme vous avez pu le lire, le billet est l’œuvre d’un chercheur associé accueilli à la BnF et qui, comme d’autres chercheurs associés, a pu rédiger un billet en lien avec son projet de recherche.
      Le carnet de recherche reste maintenu par mes soins, bien qu’ayant changé de fonctions au sein de la BnF, mais attend la nomination de mon successeur pour retrouver le rythme de publication qui pouvait être le sien.
      Le carnet vous est ouvert pour tout billet en relation avec le patrimoine dont la BnF a la charge que vous voudriez bien y publier, par exemple sur les découvertes que vous avez pu y faire au cours de votre carrière, vos recherches sur les cotes, etc.
      Quant au CHBNF, je vous laisse le soin de vous rapprocher de sa secrétaire générale dont vous avez les coordonnées.
      Bien cordialement,
      Olivier Jacquot
      Chargé de collections : manuscrits des fonds américains

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search