Le fonds Marvel Comics de la BnF : instantané d’une époque éditoriale étasunienne

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Savinien Capy évoque le fonds qu’il exploite au cours de son projet de recherche intitulé L’impact de la présence éditoriale sur l’évolution des comic books de super-héros de Marvel Comics, mené au département Littérature et art.


Sommaire


Présentation générale

Marvel Comics est l’une des trois maisons d’édition de comic books historiques encore en activité, avec DC Comics et Archie Comics. Existant depuis 1939, l’entreprise a eu différents noms (Timely Comics, Atlas Comics) avant d’adopter sa dénomination actuelle en 1961. Marvel Comics publia dès 1939 des comic books de super-héros, mettant en cases des personnages tels que The Human Torch, The Sub-Mariner ou encore Captain America. Ce n’est pas avant 1961 que la majorité de sa production fut consacrée à des publications de super-héros, la mode de ces personnages étant passée avec la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Les années 1980 virent la consécration de la maison d’édition comme force motrice de l’industrie des comic books, égalant enfin les chiffres de vente de sa concurrente directe DC Comics. Rachetée par The Walt Disney Company en décembre 2009, Marvel Comics occupe désormais une place de choix dans le paysage médiatique et culturel étasunien, et par extension mondial.

Historique

Le fonds Marvel Comics de la Bibliothèque nationale de France (BnF) tire directement ses origines de la maison d’édition. Cette dernière désirait au début des années 2000 vider les locaux qu’elle louait pour entreposer les invendus accumulés depuis des décennies, représentant plus de deux millions de fascicules. Elle confia la mission à l’association Gifts in Kind, organisation caritative recueillant des dons en nature (littéralement « gifts in kind » en anglais) et les redistribuant. L’ONG prit contact avec le Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image (CNBDI) afin de lui confier le fonds complet, soit sept containers contenant les fascicules mentionnés précédemment. La convention finale, établie entre les deux organismes le 16 avril 2004, s’accorda sur un seul container contenant environ 280 000 fascicules.

La connaissance du contenu du container restera incomplète jusqu’à son arrivée au CNBDI et son traitement à partir de juin 2004. Il est initialement fait mention de l’intégralité des publications de Marvel Comics de 1939 à 2004, ce à quoi aurait pu correspondre le nombre de fascicules. Des périodes éditoriales couvrant les années 1950 à 1970 ou 1950 à 1980 sont alternativement évoquées.

Aucune de ces trois hypothèses n’était exacte : les fascicules présents dans le container couvrent une gamme de publications allant de 1956 à 2000, en majorité répartis sur les décennies 1960, 1970 et 1980. Plus important encore : la majorité des fascicules était des exemplaires surnuméraires (jusqu’à cinquante copies d’un même numéro).

Une fois le container arrivé et son contenu traité au CNBDI, plusieurs collections furent constituées :

  • Une première conservée au CNBDI comprenant un exemplaire de chaque fascicule présent dans la donation, soit 9 388 objets ;
  • Une deuxième qui devint le fonds Marvel Comics actuellement conservé à BnF, constituée à partir des fascicules dont deux exemplaires ou plus étaient présents dans la donation, représentant environ 3 600 fascicules ;
  • Cinq autres collections, beaucoup plus fragmentaires, constituées à partir des exemplaires surnuméraires restants, transférées à : la bibliothèque de l’Université de Bordeaux, le CNBDI d’Amadora (Portugal), le Komacon de Bucheon (Corée du Sud), la Bibliothèque Ignasi Can Fabra de Barcelone (Espagne) et la Bibliothèque municipale de Lausanne (Suisse).

Les exemplaires restant (environ 200 000 fascicules) furent détruits le 10 février 2005, en accord avec la convention signée entre le CNBDI et Gifts in Kind.

Le fonds dans son état le plus complet (celui de la collection restée au CNBDI) ne comporte « que » 9 388 fascicules uniques, très loin de la totalité de la production de Marvel Comics entre 1956 et 2000. Cette dernière ne représenterait d’ailleurs pas la moitié de la production de bande dessinée aux États-Unis durant la période citée1.

La collection à destination de la BnF arriva en automne 2005. Les exemplaires transmis ont été retenus selon la méthode mentionnée précédemment (un exemplaire de chaque fascicule présent au moins deux fois dans le container). Par ailleurs, le CNBDI a fourni deux exemplaires d’un fascicule lorsque les couvertures différaient au niveau du code barre : ce dernier est parfois remplacé par le logo de la série concerné, marquant qu’il était destiné au marché dit « direct »2 plutôt qu’aux kiosques de journaux. Il est à noter que le CNBDI décrit les numéros en question comme étant les versions canadienne ou britannique plutôt qu’américaine.

Définitions

Le fonds est composé de 112 titres (ou séries), représentant 3 244 objets. Ces derniers se divisent en deux catégories : fascicules et magazines.

La répartition des publications au sein de chaque titre varie : certains titres ne sont constitués que d’un seul numéro (« one-shot »), d’autres ne se représentés que par un numéro dans le fonds bien que le volume total du titre soit plus important, d’autres enfin comptent plus d’une centaine de publications présentes dans le fonds.

Fascicules

Objets les plus caractéristiques de la production de bande dessinée étasunienne, il s’agit de la grande majorité du fonds : 3 139 des 3 244 objets en sont. Si leurs dimensions sont stables (de l’ordre de 15 cm x 25 cm), leur contenu est variable. Ainsi, plusieurs séries présentent des réimpressions de plusieurs numéros au sein d’un seul fascicule, menant à un plus grand nombre de pages. C’est également le cas des différents numéros spéciaux, qu’il s’agisse d’« annuels »3 ou de « one shots », plus épais mais autrement comparables aux fascicules « standards ».

Magazines

Les 105 objets restants du fonds sont des magazines. Ces publications aux dimensions plus importantes que les fascicules sont le plus souvent imprimés en noir et blanc à l’exception de leur couverture. Le ratio paratexte/bande dessinée est inversé par rapport aux fascicules : la bande dessinée y est le contenu minoritaire par rapport au texte qui vient pourtant la compléter et l’enrichir (entretiens avec les équipes créatives, articles connexes tournant autour des œuvres mises en avant, récits en prose, etc).

Volumes et numérotation

Le terme « volume » est utilisé pour désigner des séries portant le même nom mais distinctes tant sur la narration que sur la numérotation. Il est courant qu’une série terminée soit relancée avec une numérotation réinitialisée, démarrant ainsi un nouveau « volume », et ce sans avoir forcément de rapport thématique ou narratif avec le volume précédent. La stratégie sous-jacente à cette pratique est double : d’une part il s’agit de conserver un nom connu des lecteurs, ayant parfois un passif important (certaines séries remontent en effet à 1938) ; d’autre part elle permet de publier de nouveaux numéro 1, toujours recherchés

Formats de publication

Ces formats sont ceux utilisés le plus couramment pour la publication de fascicules, et se basent sur la vision globale d’un volume4. Le rythme de publication est également décorrélé de ces formats.

One-shots

Ces numéros uniques publiés en tant que tels ne sont pas forcément isolés : ils peuvent parfois être thématiquement liés aux évènements d’une série ou à l’actualité de la culture populaire.

Séries limitées

Ces publications ont un nombre de numéros fini et prévu d’emblée : même si le nombre final peut évoluer5, ces séries sont conçues comme ayant un début, un milieu et une fin.

Séries continues

Productions les plus emblématiques de l’industrie des comic books, il s’agit de titres qui n’avaient pas de date de fin de publication prévue. En conséquence, les équipes créatives peuvent changer d’un numéro à l’autre sans que la publication ne s’interrompe. Les numéros « annuels » et « géants » font partie des séries bien qu’étant en dehors de la numérotation. Il est tout à fait possible qu’une série continue ne compte qu’un faible total de numéros, étant pensée comme longue dans l’éventualité d’un succès commercial qui n’aura jamais eu lieu.

Catégories de contenus atypiques

Les titres mettant en cases des aventures inédites de propriétés intellectuelles appartenant à Marvel Comics forment la majorité du fonds, ainsi que la majorité des productions de la maison d’édition, sans même parler de son aspect le plus reconnaissable. Mais la richesse du fonds présent à la BnF vient de la présence de contenus moins (re)connus mais néanmoins tout à fait caractéristiques de l’industrie des comic books.

Séries sous licences

Ces différentes publications mettent en scène des propriétés intellectuelles dont les droits n’appartiennent pas à Marvel Comics. Elles découlent soit d’une acquisition temporaire, soit d’un partenariat avec l’ayant-droit dans une visée de promotion de produits créés dans un autre média. Parmi les titres concernés se trouvent notamment des publications autour de la licence de jouets de Hasbro « G.I. Joe: A Real American Hero », ainsi que plusieurs séries consacrées au personnage Conan The Barbarian, créé par Robert E. Howard.

Réimpressions

Ces séries contiennent des réimpressions de numéros déjà publiés de manière individuelle dans d’autres titres, parfois sous d’autres formats. S’il arrive occasionnellement qu’une série contienne ponctuellement une réimpression6, ces titres ne contiennent que des réimpressions. Cette pratique était plus courante dans les années 1960 à 1980, et est depuis tombée en désuétude avec la popularisation des réimpressions sous forme d’albums, et la production de fac-similés de numéros considérés comme historiques par les lecteurs et les maisons d’édition. Ces séries sont présentes dans le fonds pour permettre l’accès à des publications dont seulement un exemplaire était présent dans la donation initiale (principalement des publications des années 1960).

Paratexte

Ces différents fascicules contiennent pour la quasi-totalité7 plus de texte que d’images et ont une visée soit documentaire soit promotionnelle. Aucun ne peut être réellement qualifié de « bande dessinée », au mieux de « livre illustré »8.

Un aperçu d’une époque charnière

Le fonds Marvel Comics conservé à la BnF ne représente pas l’intégralité de la production de la  maison d’édition depuis sa fondation, ni même de celle de la décennie 1980, qui y est la plus représentée. Mais il offre un panorama représentatif des activités de l’entreprise sur cette période, qui a été une charnière à plus d’un niveau. En effet, les numéros de plusieurs des séries longues présentes dans le fonds (notamment Uncanny X-Men [volume 1], Thor [volume 1], Hulk [volume 1] et Captain America [volume 1]) sont aujourd’hui encore considérés comme des références du genre super-héroïque, et leurs créateurs sont présentés comme des exemples d’artistes-stars.

Cette période marqua également le développement du lien entre les maisons d’édition dites « mainstream »9 et le marché direct (voir Note 2), qui entraîna des changements majeurs dans les modes de production des comic books en général, et des comic books de super-héros en particulier. Ce nouveau paradigme est directement responsable de l’apparition des séries limitées et des one-shots, destinés à ce marché d’amateurs, plus enclins à investir dans un titre assumé autonome par rapport à une série historiquement longue.

Le changement ne fut pas qu’économique, puisqu’en cultivant une clientèle de connaisseurs, les maisons d’édition commencèrent à faire la promotion de créateurs-stars érigés en auteurs. Ces derniers obtinrent à la fois une plus grande liberté créative, facteur nécessaire dans la réalisation d’oeuvres plus complexes et personnelles, donc plus appréciées du nouveau public de connaisseurs, mais également un mode de rémunération plus juste.

Tous ces aspects sont clairement vocalisés à travers les entretiens publiés dans les pages de magazines paratextuels (notamment Marvel Age [volume 1]), mais sont beaucoup plus passés sous silence dans les discours rétroactifs, qui font souvent ressortir les points négatifs de cette période en l’opposant à la décennie qui suivit.

Notes



Citer ce billet
Savinien Capy (2024, 13 février). Le fonds Marvel Comics de la BnF : instantané d’une époque éditoriale étasunienne. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtmg

  1. Il existe bien plus de maisons d’édition aux Etats-Unis que simplement DC Comics et Marvel Comics, et malgré leur production prolifique, aucune des deux maisons d’édition ne représente la moitié des comic books imprimés aux Etats-Unis. []
  2. Magasins dédiés à la vente de comic books et de produits dérivés, apparus dans les années 1980 et représentant maintenant le débouché majoritaire des fascicules (les albums étant principalement à destination des librairies). Le terme est utilisé en opposition au marché des kiosques, des super-marchés et librairies. []
  3. Numéros publiés en général durant la cinquième semaine d’un mois pour s’assurer d’avoir une présence sur les rayonnages. Ces numéros présentent le plus souvent des histoires déconnectées de la trame narrative en cours. []
  4. Des volumes différents peuvent tout à fait avoir des formats différents, comme ce fut le cas Scarlet Witch volume 1 (série limitée) et Scarlet Witch volume 2 (série continue). []
  5. Par exemple, Punisher volume 1 a été initialement annoncé comme durant quatre numéros pour au final en avoir cinq. []
  6. Cette situation était plus courante dans les années 1960 et le début des années 1970, à la fois par manque de moyens personnels et grâce à l’attention relativement plus faible des lecteurs à l’histoire éditoriale. []
  7. X-Men Poster Magazine (volume 1) est l’exception en ce qu’il s’agit d’un recueil d’illustrations tirées de la franchise « X-Men ». []
  8. C’est le cas de The Marvel Saga The Official History of the Marvel Universe (volume 1) qui reprend l’histoire intradiégétique de l’univers dans lequel se déroule les publications de Marvel Comics. []
  9. Par contraste avec les maisons d’édition « underground » ou « indépendante », dont la production n’était pas distribuée en kiosque. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search