Les peuples autochtones et l’anthropocène

Un nouveau cycle de conférences invite des anthropologues à rendre compte de la façon dont les peuples autochtones de diverses aires géographiques font face aux conséquences de l’activité humaine sur la Terre et son atmosphère. 

Mobilisation nationale indigène brésilienne 2018 - DR
Mobilisation nationale indigène brésilienne 2018 – Brazilian National Indigenous Mobilization 2018
350.org. 26 avril 2018. Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NCSA
2.0).
Source : https://www.flickr.com/photos/350org/39930684550/in/album-
72157690321445550/

En 2000, le biologiste américain Eugene F. Stoermer et le Prix Nobel de chimie néerlandais Paul Josef Crutzen
proposent le terme « anthropocène » pour qualifier l’époque géologique contemporaine caractérisée par les effets massifs des activités humaines sur la Terre et son atmosphère : érosion des sols, réchauffement climatique, fonte des glaciers et de la banquise, élévation du niveau des mers, pollution des sols, de l’atmosphère, des océans… Ce concept nourrit depuis les débats qui traversent la communauté scientifique comme la société dans son ensemble.

Ce phénomène global agit à l’échelle planétaire et produit des effets diversifiés sur les milieux de vie des populations. Parmi elles, les peuples autochtones occupent une position singulière : interdépendants des écosystèmes qui les abritent, ils sont en première ligne face aux bouleversements écologiques de grande ampleur et menacés de disparition. Comment cela affecte-t-il leur environnement immédiat et leur existence dans ses dimensions matérielles, sociales, culturelles ? Quelles stratégies développent-ils pour lutter contre les effets délétères de l’anthropocène ?

Programme

23 janvier 2024 : Cosmopolitiques de l’anthropocène

COP27 2022 - - Mídia Ninja
COP27 2022 – – Mídia Ninja

Par Philippe Descola, anthropologue, professeur émérite du Collège de France, titulaire de la chaire Anthropologie de la nature, de 2000 à 2019.

Il a développé une anthropologie des relations entre humains et non-humains, en s’appuyant sur un long travail de terrain effectué, avec l’anthropologue Anne-Christine Taylor, en haute Amazonie auprès des Achuar. En 2005, dans l’ouvrage de référence Par-delà nature et culture, il dépasse le dualisme de la représentation occidentale du monde et expose un système de quatre ontologies ou « façons de composer le monde ». Sa pensée irrigue les sciences humaines et sociales et nourrit la réflexion contemporaine sur les enjeux et les stratégies écologiques liés à l’anthropocène.

6 février 2024 : Des paysages contestés dans l’anthropocène africaine : lorsque croissance verte et naturalisme font bon ménage ?

Par Benoit Hazard, anthropologue, chargé de recherche au CNRS.

Ses recherches portent sur le devenir des paysages pastoraux de la vallée centrale du Rift (Kenya) dans l’anthropocène et sur les conflits écologico-distributifs qui en résultent. Il dirige un séminaire intitulé l’Atelier des anthropo-scènes à l’EHESS et a coordonné le projet européen Résilience des paysages en Afrique de l’Est : identifier les seuils critiques et les trajectoires durables. Actuellement, il coordonne un projet sur les formes de socialisation liée à l’énergie, à partir de l’apport des solutions low-tech dans l’approvisionnement énergétique des populations vulnérables (CNRS-Joint Research Programme in Africa 2023).

12 mars : Le pastoralisme Sami au 21ème siècle : les relations entre humains et rennes au défi des changements globaux

Famille de Lapons et leur attelage de rennes – Agence Rol - 1925 - BnF, département des Estampes et de la photographie
Famille de Lapons et leur attelage de rennes – Agence Rol – 1925 – BnF, département des Estampes et de la photographie

Par Samuel Roturier, éco-anthropologue, maître de conférences à AgroParisTech.

Samuel Roturier travaille depuis quinze ans avec des éleveurs de rennes Sami sur la gestion de la forêt boréale et ses conséquences sur le pastoralisme. Ses travaux interdisciplinaires portent sur la restauration écologique d’habitats forestiers dégradés, les savoirs écologiques des pasteurs nomades Sami, l’évolution des régimes de feu ou encore l’histoire forestière.

2 avril 2024 : Les Yagán de l’île de Navarino contre l’élevage industriel du saumon dans le canal de Beagle

Par Geremia Cometti, anthropologue, professeur des universités, membre du Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles (LinCS) de l’université de Strasbourg.

Geremia Cometti mène un travail ethnographique parmi les Q’eros dans les Andes péruviennes et les Yagán de l’île de Navarino (Patagonie chilienne). Ses recherches examinent la façon dont les communautés andines conçoivent et gèrent la double menace du changement climatique et de l’expansion du secteur extractif. Il a publié Lorsque le brouillard a cessé de nous écouter : changement climatique et migrations chez les Q’eros des Andes péruviennes (Peter Lang, 2015).

14 mai 2024 : À l’écoute des troupeaux : ce que les changements environnementaux font au pastoralisme nomade en Mongolie

Par Charlotte Marchina, anthropologue, maîtresse de conférences à l’Inalco.

Charlotte Marchina étudie les relations entre les éleveurs nomades mongols, leurs animaux et leur environnement. Son travail porte sur les manières dont systèmes sociaux et écologiques interagissent et sur la complexité des adaptations entre éleveurs et animaux, dans un contexte de changements politiques, économiques et climatiques. Elle a publié Nomad’s land : éleveurs, animaux et paysages chez les peuples mongols (Zones sensibles, 2019).

11 juin 2024 : Penser et affronter les catastrophes dans le Vanuatu de l’anthropocène : l’exemple de l’île de Tongoa

Par Maëlle Calandra, chargée de recherche à l’IRD et membre de l’Unité de Recherche Migrations et Société.

Ses travaux se situent à la croisée de l’anthropologie des catastrophes, de l’anthropologie des relations humains-environnement et de l’anthropologie des migrations et portent sur le Vanuatu(Pacifique sud). Titulaire d’un doctorat en anthropologie (EHESS, 2017), codirigé par Philippe Descola et Pierre Lemonnier, elle mène actuellement une recherche à propos du déplacement et de la réinstallation forcés des habitants de l’île d’Ambae après l’éruption de leur volcan en 2018.

Informations pratiques

  • Cycle de conférences, du 23 janvier au 11 juin 2024, 18 h 30 – 20 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Entrée gratuite
  • Réservation conseillée sur bnf.tickeasy.com
  • Les modalités d’accès étant susceptibles d’évoluer en fonction de la situation sanitaire, nous vous invitons à consulter bnf.fr avant votre venue.

Le cycle de conférences est accompagné d’une présentation d’ouvrages en salle J et de la bibliographie Les peuples autochtones et l’anthropocène disponible en ligne : https://www.bnf.fr/sites/default/files/2023-11/Les_peuples_autochtones_et_l_anthropocene.pdf



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 30 novembre). Les peuples autochtones et l’anthropocène. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40v

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search