La Bibliothèque Nationale selon son secrétaire général Raphaël Labergerie

En juillet 1941 paraissent dans la France occupée les Cahiers du livre Liber, qui publient des recensions d’ouvrages, dont certaines reprises de la revue Études (Paris), d’auteurs comme les jésuites Alphonse de Parvillez (1881-1970) ou le révérend Père Pierre Brandicourt (1899-1992), aumonier des prisons puis fondateur et animateur des Marionnettes sacrées de Nancy.

Dans une « note liminaire » parue dans son premier numéro, la revue indique vouloir contribuer « au redressement de l’esprit français ». La revue entend « mieux utiliser les moyens d’agir sur l’opinion publique, d’y répandre les idées saines, souhaitant connaître avec précision les théories et les techniques de la science de la Propagande ». Le dépositaire général de la revue est la librairie Paillard à Paris qui se présente comme le « fournisseur attitré des Séminaires, Bibliothèques, Patronages, Collèges, Universités, etc., etc. ».

Le premier article à paraître dans la rubrique « Opinions », de Louis Chaigne (1899-1973), s’intitule « Les livres catholiques dans l’édition contemporaine ». La revue publie également la « prière de l’imprimeur » et dans la rubrique « Réalisations » un article sur « La Corporation des Publicistes chrétiens » (en juillet 1941).

Cahiers du livre, « Prière de l'imprimeur ».
Cahiers du livre, « Prière de l’imprimeur ».

En 1942, le secrétaire général de la Bibliothèque nationale et éditeur catholique Raphaël Labergerie (1895-1944)1 y publie un article sur son établissement.

L’article, paru dans les fascicules 6 (p. 19-[22]/[1]-4)2, 7 (p. 25-[28]/[1]-4), et 8 (p. 25-31/[1]-7), retrace à grands traits l’histoire de la Bibliothèque du roi puis Bibliothèque Nationale, de la part d’un acteur de la Révolution Nationale de l’État français, installé par Philippe Pétain. On ne s’étonnera donc pas de voir Raphaël Labergerie vilipender la période révolutionnaire et réduire les pillages opérés par Napoléon en Europe à « quelques entrées » et « prélèvements »3

La Bibliothèque Nationale

Entretenons-nous encore de « Librairie ». Mais ce ne sera plus ici dans le sens de « lieu où les livres passent ». Tout au contraire, il s’agit de l’acception qui était celle de Montaigne : maison où ils demeurent ; nous disons aujourd’hui : bibliothèque.

La première de toutes, la Plus importante de France, et sans doute du monde, par l’ancienneté, la richesse et le prestige, personne ne le conteste, c’est la Bibliothèque Nationale. Vous la connaissez, certes ; entrons cependant plus avant dans la connaissance intime de cette grande et noble dame.

Nous lui demanderons d’abord son histoire, institution et décor. Puis nous ferons une brève incursion dans sa vie intérieure afin de mieux entendre son service du bien commun. Enfin, nous conclurons sur son rôle possible dans le relèvement intellectuel et spirituel de la France.

L’institution et le décor

Il est d’usage de faire remonter l’origine de la Bibliothèque Nationale à Charles V. C’est sans doute un hommage rendu aux soins mis par ce souverain à constituer, enrichir, conserver et utiliser sa « librairie ». Il l’enferma dans une tour du Louvre qui, dès lors, prit le nom de Tour de la Librairie. Elle y occupait trois chambres contenant ensemble 910 volumes, d’après l’inventaire qu’en dressa en 1373 son « Varlet de chambre », Gilles Mallet, à qui en fut commis la garde.

Si nombre de volumes ont été dispersés, leur liste nous est demeurée. On y voit figurer des livres saints : Bibles latines, versions françaises ; des livres liturgiques : bréviaires, psautiers, livres d’heures ; des livres de dévotion : vies de saints, plusieurs ayant appartenu à saint Louis. Moins nombreux se comptaient les ouvrages de sciences profanes : droit, politique, coutumiers, médecine, physique et philosophie. L’histoire y avait déjà une part privilégiée ainsi que les Romans en rime ou en prose.

Enfin, on y enregistre la présence d’un nombre imposant de traités d’astrologie, géomancie, chiromancie. Ne raillons pas ; le siècle est, encore sous l’influence de l’enseignement du grand Albert. S’il y eut en ces goûts quelque fétichisme superstitieux, soyons prudents avant de rire ou de condamner ; notre scientisme moderne est une forme autrement virulente du même vertige de la raison.

De ce noyau précieux ne subsistent que de rares épaves. Les successeurs immédiats de Charles le Sage dilapidèrent ou laissèrent dilapider le trésor. La tentative n’en a pas moins donné naissance à l’admirable institution que nous connaissons et où l’on compte aujourd’hui :

plus de quatre millions et demi d’ouvrages imprimés, s’accroissant au rythme moyen de quarante mille par an, non compris les journaux qui y entrent par plus de cinq cent mille ;
plus de deux cent mille cartes et vingt mille volumes et atlas ;
cent vingt-cinq mille volumes de manuscrits ;
trois millions cinq cent mille estampes, avec une bibliothèque spéciale d’art de douze mille volumes ;
deux cent cinquante mille médailles.

Tel est le bilan de l’effort patient, continu de quatre siècles de persévérance des souverains, des amateurs de savoir ou de curiosité, des ministres, des gardes et maîtres de la librairie du Roi, des administrateurs de la Bibliothèque Nationale. L’histoire de la plupart d’entre eux serait rapportée avec intérêt. Il faut nous contenter de brefs rappels, liés soit aux personnalités, soit à la nature, l’objet ou au décor des institutions.

De Charles V à Louis XI l’histoire de la librairie du Roi est remarquable en cela qu’elle ne sera pas augmentée mais dispersée. L’invention de l’Imprimerie porte alors un coup fatal à l’enluminure et à l’industrie des calligraphes et copistes. Si l’idéal des premiers imprimeurs fut d’imiter l’écriture manuscrite, en un demi-siècle la lettre imprimée avait trouvé sa forme propre et le livre une facture, telles qu’il ne viendra à personne l’idée de le rapprocher du manuscrit. Louis XI, qui introduisit en France l’imprimerie, se révéla grand amateur de livres. Il les réunit aux débris de la librairie du Louvre que, moins d’un siècle après la mort de son bisaïeul Charles V, on trouve épars dans les maisons royales. Il enrichit sa propre collection de celle de son père, de son frère et des dépouilles du duc de Bourgogne. Ce premier fonds est réuni au château de Blois.

En 1522, Guillaume Budé est « maître de la librairie du Roi », le premier à porter ce titre. Sous l’ancien titre de « gardes », des hommes de lettres d’un vrai mérite, lui furent adjoints, préfigures de nos administrateurs, conservateurs, bibliothécaires. Guillaume Budé est installé à Fontainebleau. Sa « librairie » a été formée d’abord de celle du Comte d’Angoulême. En 1534, la librairie de Blois viendra la rejoindre par les soins de Mellin de Saint-Gelais. Les deux collections réunies sont mises à la disposition des savants.

Le 8 décembre 1536, le Dépôt légal était institué par une déclaration de François Ier, défendant de vendre et d’envoyer à l’étranger aucun livre ou cahier avant d’en avoir remis un exemplaire ès-mains de Mellin de Saint-Gelais, garde de la librairie du Roi. Cette ordonnance sera renouvelée et précisée vingt ans plus tard. Il est enjoint aux libraires de fournir aux bibliothèques royales un exemplaire en vélin et relié de tous les livres imprimés par privilège.

Louis XIII confirmera ces prescriptions, mais les exemplaires ne seront plus exigés en vélin, seulement sur papier ordinaire. Un arrêt du Conseil du 19 mars 1642 attribue la régie du Dépôt Légal à la Bibliothèque royale. Il est fait défense aux libraires et autres d’exposer en vente aucuns livres et figures avant d’avoir le certificat du garde de bibliothèque du Roi, attestant la remise de deux exemplaires. Contrainte par corps et amende de mille livres aux contrevenants. Plus tard, le 29 mai 1675, il sera donné à tous auteurs, libraires, imprimeurs, de fournir au Sieur Lavau-Joland, pour la Bibliothèque du Roi, un exemplaire de chacun des livres qui n’aurait pas encore été déposé.

En 1685, le 31 janvier, les ordonnances coercitives contre les non déposants sont renouvelées. Ils ne durent s’exécuter que médiocrement car en 1689, également 31 janvier, ils furent mis en demeure de satisfaire à la loi dans 15 jours. Les mesures devront être rappelées le 11 octobre 1720, le nombre d’exemplaires déposés est ramené de 3 à 2. Le 28 février 1723, un nouveau règlement le portera à 5 et l’étendra aux feuilles et estampes, pour être remis après huitaine deux au Garde de la Bibliothèque publique de Sa Majesté, un au Garde du Cabinet du Louvre, un au Bibliothécaire du Garde des Sceaux et un au Censeur desdits ouvrages.

Revenant à la Renaissance, nous noterons l’entrée de Jacques Amyot en qualité de Maître de la Librairie, en 1560 ; il y demeurera 33 ans. Vers 1570, il ramènera, à Paris, au Louvre, la Librairie royale. En 1595, Henri IV la placera au Collège de Clermont, Lycée Louis-le-Grand actuel, puis en 1604, dans le Cloître du Couvent des Cordeliers, où la rejoignirent les collections de Catherine de Médicis.

Vite à l’étroit, elle sera transférée au quartier latin, rue de la Harpe, dans une maison appartenant encore aux Cordeliers. Durant cette période, et malgré les troubles politiques, la Bibliothèque ne cesse de s’accroître. La donation des frères Dupuy, Pierre et Jacques, anciens Maîtres de la Librairie, double les collections royales.

L’année 1661 voit l’accession de Colbert à la tête de la Bibliothèque. Une ère nouvelle commence. L’activité et l’organisation sont entrées dans la maison. Colbert la met sous sa dépendance au titre de surintendant des bâtiments du Roi. Le « Garde » en nom sera toujours son frère, l’Abbé Colbert, nommé évêque de Luçon. En 1666, le Ministre fait transporter la Bibliothèque du Roi, de la rue de la Harpe, dans ses deux maisons de la rue Vivienne ; les nos 8 et 10 actuels.

L’année suivante, l’arrivée du grand recueil d’estampes de l’Abbé de Marolles, contenant, en 224 grands volumes, reliés de maroquin rouge, 125.000 estampes, commençait le Cabinet des Estampes. La même année, à la suite de l’assassinat au Louvre de son conservateur, l’Abbé Bruneau, et sur les instances de Colbert, le Cabinet des Médailles et antiquités était réuni à la Bibliothèque royale. Déjà célèbre au temps de Charles IX, cette collection sera citée par les contemporains du grand Roi, comme « une merveille du monde pour ses raretés et antiquités, outre ses pierreries ».

M. de Louvois, héritier de la charge de surintendant des bâtiments, à la mort de Colbert en septembre 1683, lui succède aussi à la Bibliothèque du Roi.

Le premier catalogue des imprimés commencé en 1675 par Nicolas Clément, est achevé par lui au début de 1684. Il comprend 7 volumes in-folio. Le même auteur composa aussi un catalogue des doubles. A cette époque encore, le catalogue des estampes était imprimé en plusieurs parties. Le registre des acquisitions est ouvert en 1685. En 1688, le catalogue des livre imprimés, recommencé par Clément, en deux parties (auteurs et matières) comprend 19 volumes pour les auteurs, 13 pour les matières et signale la présence de 43.000 volumes imprimés. L’année suivante, par ordre de Louvois, l’Abbé Bizot et le P. de Montfaucon entreprennent le catalogue des médailles modernes qui formera 6 volumes in-folio. Deux ans plus tard, le catalogue des manuscrits sera achevé. Il comprend 8 volumes in-folio. Parmi ses rédacteurs, on cire l’Abbé Renaudot, du Cange, Mabillon, etc…

L’année 1691 est marquée par l’intérêt que le Roi va porter directement à la Bibliothèque. Il se réserve, en effet, le, 25 juillet, de donner à l’avenir ses ordres sur tout ce qui la concerne. Jean Boibin [sic], commis en second, découvre l’un des premiers palimpsestes. C’est un texte de saint Ephrem, en lettres onciales, sous un texte grec du XIVe siècle. Les reliures furent l’objet des attentions du grand Roi, comme elles l’avaient été de ses prédécesseurs, surtout à l’époque de la Renaissance. Au XVIIe siècle, dans un état de paiement, nous relevons au passage les noms de Bernache et Nion, relieurs et doreurs.

Un événement important dans l’histoire de la Bibliothèque survient. en novembre de l’année 1692. Le maître de la librairie, l’Abbé de Louvois, décide que la bibliothèque du Roi sera ouverte, deux jours par semaine, à tous ceux qui voudront y venir étudier. Le Mercure galant de l’époque nous fait connaître que, le jour de l’ouverture, il régala plusieurs savants d’un magnifique repas.

L’échange des ‘doubles s’instaure en 1694 avec l’Angleterre, l’Allemagne, la Hollande.

Est-il permis de signaler ici une des premières querelles de bibliographes ? Nicolas Clément, garde de la librairie, se dispute avec le danois Rostgaard sur la meilleure manière de dresser un catalogue. Clément ne veut pas qu’on s’arrête à l’ordre des formats. Il consent seulement à respecter ceux-ci dans le placement des livres. La querelle n’est pas éteinte. Sous des apparences diverses, le fond de la question continue à dresser les uns contre les autres, les bibliothécaires des diverses écoles.

Cette même année est marquée par un don important de l’empereur de Chine, composé de 49 volumes. C’est l’amorce du fonds extrême-oriental dont il n’y avait alors que 4 volumes chinois, venus du Cardinal Mazarin.

Au cours des 25 dernières années du règne du Roi-Soleil, les fonds imprimés, manuscrits, s’augmentent considérablement de dons et acquisitions parmi les plus beaux et les plus rares. Leur arrivée est parfois curieuse. La Bibliothèque ne reçut-elle pas, en 1709, une caisse de livres Tartares déposés à la douane depuis plus de 15 ans sans que personne les eût réclamés ? Elle contenait 4 portefeuilles, renfermant 114 volumes. A la veille de la mort du Roi, Boivin termine le catalogue-matières des manuscrits, et la Bibliothèque est riche de plus de 70.000 volumes.

Les premières années du règne de Louis XV s’ouvrent sur deux événements importants. L’un est l’insuffisance remarquée des deux hôtels de la rue Vivienne pour contenir la bibliothèque du Roi. Un plan de déménagement au Louvre est adopté. Le second est l’arrivée, les 16 et 22 novembre 1717, du cabinet généalogique offert au Roi par le Président Charles d’Hozier.

L’Abbé Bignon succède à l’Abbé de Louvois en 1718. « L’âge d’or » de la bibliothèque commence. Il durera trente ans, comme le fécond et glorieux proconsulat de Jean-Paul Bignon. Celui-ci entreprend l’inventaire général, divise la bibliothèque en quatre départements : Manuscrits, Imprimés, Titres et généalogies, Planches gravées et estampes. Le cabinet des Médailles, ramené de Versailles en 1723, formera le cinquième département. Autre innovation de l’Abbé Bignon, il attache à la bibliothèque, en sus des commis réguliers, des personnes susceptibles d’y rendre des services, soit pour rechercher des livres spéciaux, soit en qualité d’interprètes des langues vivantes. La même année, il élabore et publie le premier règlement concernant la police intérieure de la maison, lui faisant donner, pour plus d’autorité, la forme d’arrêt du Conseil.

Ainsi, en moins de deux ans, ce bibliothécaire renommé aura organisé la Bibliothèque sur des bases qui subsistent de nos jours. Principes et méthodes générales demeurent. Ceux qui voudraient l’imiter dans le rôle de réformateur s’en peuvent inspirer avec bonheur. Il considère la nature des choses. Il les inventorie. Il les distribue d’une manière rationnelle et en fonction d’un service défini. Il place les. hommes et, pour couronner l’œuvre, il codifie. Et nunc erudimini

Nous l’avions noté au passage, un projet de 1716 affectait une galerie du Louvre à la bibliothèque du Roi, trop à l’étroit rue Vivienne. On posait déjà les tablettes. L’arrivée de l’infante d’Espagne ayant déterminé un changement de vues, l’Abbé Bignon proposa au Régent de placer définitivement la bibliothèque du Roi rue de Richelieu, dans l’hôtel de Nevers laissé vacant par la faillite de Law et de la Compagnie des Indes. L’hôtel de Nevers était la partie du palais Mazarin échue au marquis de Mancini, neveu du Cardinal. Des bâtiments actuels, c’est, en gros, la partie que l’on a devant soi quand on entre par la rue Richelieu. Robert de Cotte y exécute de grands travaux, terminés en 1743, l’année même de la mort de Bignon. Son fils y ajoute l’aile de gauche, dénommée aujourd’hui galerie Colbert, et destinée à contenir bientôt le département de la Musique. On se soucia fort dé donner à cet hôtel « toute la décoration que mérite la Bibliothèque par rapport aux embellissements extérieurs. »

M. Bignon ne tardait jamais à exécuter ce qu’il avait décidé. Dès que le Régent eut donné l’agrément sollicité, le déménagement de la bibliothèque se fit immédiatement et en hâte. Des lettres patentes, enregistrées au Parlement, le 16 mai, et à la Chambre des Comptes, le 13 juin 1724, affectent définitivement l’hôtel de Nevers à la Bibliothèque du Roi. M. Bignon était aussi prudent qu’opiniâtre et diligent.

La Bibliothèque du Roi compte alors seize mille manuscrits et quatre-vingt mille volumes imprimés. L’année 1725 vit l’acquisition du Cabinet de Musique, du chanoine Brossart, de Meaux, amorce du Cabinet de Musique qui ne sera organisé que deux siècles plus tars par M. Bernard Faÿ.

Au cours de ces années, et par la suite, jusqu’à la Révolution les fonds s’augmentent d’une manière impressionnante par dons, acquisitions, regroupements, apports de voyageurs spécialement envoyés à cet effet en Europe et en Asie.

En 1732, c’est la Bibliothèque de Colbert acquise de son petit-fils Seignelay, dès 1728.

— c’est le retour à Paris de 760 volumes de manuscrits de la Bibliothèque de Versailles ;
— c’est le donc du cartulaire de Philippe-Auguste en 1730 ;
— c’est, la même année, la rentrée de 204volumes des manuscrits du trésor de Saint-Martial de Limoges ;
— c’est l’entrée de 600 manuscrits rapportés du levant par l’Abbé Sevin, etc…

A compter du retour de celui-ci, ambassadeurs et consuls aux échelles du Levant ne cesseront d’effectuer des envois de livres et de manuscrits. On y joint ordinairement la copie des textes originaux, avec les traductions, faites à Constantinople par les « jeunes de langues » entretenus par le roi de France. En 1730 encore, d’Extrême-Orient, par la Compagnie des Indes et les Jésuites missionnaires, notamment le P. le Gac, arrivent par centaines des volumes de manuscrits.

En 1731, acquisition du fonds de manuscrits diplomatiques du Président de Mesmes ; en 1734, de 400 chartes du XIe au XIVe siècle.

La plupart des acquisitions ou dons étrangers sont l’heureux aboutissement des intelligentes mesures prises et des instructions donnée par l’Abbé Bignon, d’accord avec le Chancelier Maurepas, à nos Ambassadeurs à l’étranger. M. Bignon fut vraiment un grand homme. Le nom donné au vestibule d’honneur de la Bibliothèque et la présence de son buste attestent la fidélité de ceux qui se souviennent, au véritable fondateur de la Bibliothèque Nationale moderne.

En 1730, formation définitive du Cabinet des Livres de Versailles, composé de doubles. Cette initiative ne sera pas poursuivie ; il faudra attendre 1932 pour la constitution d’un dépôt susceptible de recevoir les treize kilomètres de rayonnages de journaux de province entreposés et rarement consultés et assurer les besoins d’une dizaine d’années d’accroissements.

L’année 1739 voit la publication du premier volume du catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du Roi. Elle se poursuivra jusqu’au tome VI, en 1753, et sera arrêtée sous la lettre E : jurisprudence. Ainsi ne seront publiées que les lettres : A. B. C. D. D2 : théologie ; E + E. : jurisprudence ; X. Y. Y2 Z. : belles lettres.

La division du catalogue, en lettres, est dûe à Nicolas Clément, dont nous avons parlé tout à l’heure. Il distribua les livres en 23 classes correspondant aux lettres de l’alphabet.

La même année 1739, sera publié le tome I du catalogue des manuscrits. L’année 1741 voit la retraite de l’Abbé Bignon. Il résilie ca charge à son neveu Bignon et mourra le 14 mai 1742, âgé de 81 ans.

C’est encore un abbé savant et entreprenant que nous saluerons dans le milieu du siècle à la Bibliothèque Nationale. L’Abbé Barthélémy, l’auteur leur renommé du « Voyage du jeune Anacharsis », remplace en 1754 au Cabinet des Médailles M. de Boze, garde de ce Cabinet, dont il était l’adjoint depuis 7 ans. Pénétré des méthodes de l’Abbé Bignon, diligent et actif comme lui, il enrichira considérablement le Cabinet par des voyages fructueux et des achats judicieux.

Les années 1755 et suivantes voient la Bibliothèque s’enrichir encore de fonds fameux :

— ceux de du Cange ;
— 300 volumes des manuscrits de l’église de Paris ;
— 3.300 pièces de médailles de M. de Cary ;
— 400 volumes de manuscrits du fond de M. de Sérilly ;
— 11.000 volumes de la bibliothèque de Falconnet ;
— des médailles du Cabinet de Clèves, dont plus de 1.000 en or ;
— des gravures et dessins du Comte de Caylus ;
— de la bibliothèque fameuse de Huet, Evêque d’Avranches, etc.

Il en ira de même sous Louis XVI, dont la première année du règne sera marquée par l’acquisition des 32.499 médailles du Cabinet Pélerin. A la veille de la Révolution, la Bibliothèque est ouverte à tous, sans distinction, mardi et vendredi matins, jours de fêtes exceptés. Un voyageur allemand comptera un jour 350 lecteurs présents. La moyenne actuelle n’est pas supérieure, et cependant la France d’alors n’avait que 25 millions d’habitants. La communication des manuscrits comportait seule quelques restrictions. Les vacances s’ouvraient le 8 septembre et se terminaient le 12 novembre. A Pâques et à Noël, elles duraient quinze jours.

La Révolution n’accorda d’abord aucune attention à l’activité de la Bibliothèque. Mais le moloch qui n’a pas besoin de savants lui marquera sa première prévenance en réduisant de 140.000 à 110.000 livres la dotation de la Bibliothèque. En 1792, le nom de la Bibliothèque Nationale est substitué à celui de Bibliothèque du roi. C’était marquer lin. changement de propriétaire et faire un bien public de ce qui avait toujours été jusqu’ici un bien privé. Même mises à la disposition des lecteurs, les collections de la Bibliothèque Royale étaient un bien particulier de la couronne que le roi transmet en héritage à ses descendants. D’autres changements allaient suivre. Où l’esprit de famille, tonique et fécond, régnait, la délation sévira dans un personnel qu’elle disperse. Lefèvre d’Ormesson de Noyseau est remplacé par Carra et Champfort. Tout révolutionnaire bon teint que soit le premier, il mourra sur l’échafaud. Le second sera dénoncé, avec le vénérable abbé Barthélémy et le jeune Van Praet. Le 2 septembre 1794, ils seront tous enfermés aux Madelonnettes. La jeune République légifère à force (pour la seule année 1794, 7 lois sur l’organisation et la protection des bibliothèques ; on n’en compterait pas autant de Charles V à Louis XVI). Leur raison d’être serait de sauver les bibliothèques des émeutiers qu’elle cultive par ailleurs, cependant qu’elle guillotine indistinctement anciens et nouveaux bibliothécaires, en attendant de décréter, le 2 décembre 1791, le rassemblement dans les « Dépôts littéraires » « des parchemins, livres et manuscrits qui seraient donnés librement pour être brûlés ».

Au cours de cette période, marquée par le plus grand abaissement de conscience que l’histoire ait enregistré, on voit le neveu du grand Barthélémy faire bassement sa cour la Convention. Une médaille de la Ligue, destinée à figurer la substitution de la famille de Lorraine aux Bourbons sur le trône de France, sera travestie par lui en signe « que, dès le XVIe siècle, la sève républicaine fermentait déjà dans quelques fortes têtes ». On ne lui en saura guère de gré. La lâcheté ne paye pas.

En 1795, Villiers déclare à la barre de la Convention que la maintien d’un chef à la tête de la bibliothèque est incompatible avec l’esprit républicain. Il y faut un « conservatoire » composé « de huit savants ou hommes de lettres d’un mérite reconnu, liés entre eux par les liens de la fraternité, pourvus du même traitement, exerçant les mêmes droits, et ainsi ils offriront sans doute à l’Europe éclairée un spectacle digne de la Bibliothèque Nationale et de la République française… » Et il conclut : « Je n’ai pas besoin d’ajouter que le pouvoir exécutif portera sur cette administration républicaine un œil clairvoyant. » Ce projet devient une loi. Les huit savants seront des « Conservateurs » placés à la tête des départements réduits au nombre de 4 : Imprimés ; Manuscrits ; Antiques, médailles et pierres gravées ; Estampes. Comme il avait été annoncé, on supprime le bibliothécaire, « le régime républicain ne souffrant point de charge aristocratique », avait déclaré Villiers. Mais, sans doute pour être cet œil clairvoyant dont on avait besoin, juxtapose-t-on aux conservateurs un directeur dont les fonctions « se bornent » à surveiller l’exécution des règlements, les délibérations du Conservatoire, à correspondre au nom des conservateurs avec le pouvoir exécutif pour les affaires générales qui intéresseront la Bibliothèque Nationale. Jamais, au temps de la ci-devant tyrannie, un maître de la Librairie du Roi n’avait eu plus de pouvoir !

La maison s’enrichit des dépouilles des Instituts français ou étrangers, conquises par les révolutionnaires à l’intérieur, par les armées à l’extérieur. La législation se multiplie sur le Dépôt Légal, le cours de bibliographie, l’état et la constitution des bibliothèques, la distribution des livres, la vente des livres de liturgie existant dans les « Dépôts littéraires ». On reparle aussi de transporter la bibliothèque au Louvre. La vraie raison était que la jeune République sera encombrée d’une clientèle d’artistes, gens de lettres, fonctionnaires, employés, qui avaient déjà trouvé le moyen de se tailler un domaine dans le vieux palais Mazarin et qu’elle ne savait comment faire déguerpir. Les consuls prirent à cet effet un arrêté féroce. Naturellement il ne sera jamais exécuté.

Comme il se doit, la Bibliothèque Nationale devient impériale en 1804. Le règne de Napoléon est marqué par quelques entrées de manuscrits et bijoux mais davantage par le prélèvement de médailles, camées, intailles, propres à orner la couronne et les bijoux de la famille impériale.

Le Moniteur du 28 février 1818 publiait un relevé du nombre des volumes existant dans les bibliothèques de France. La bibliothèque, redevenue royale, comptait environ 800.000 volumes dont 50.000 manuscrits. L’école des langues orientales vivantes y tenait ses cours. L’école des Chartes, une partie des siens. Le Cabinet des Médailles et antiques s’enrichit de belles collections.

Le 30 mai 1828, une ordonnance royale complète l’organisation de la bibliothèque. Champollion-Figeac est nommé conservateur des chartes et diplômes, et M. Jomart des cartes, plans et mémoires géographiques.

Sous Louis-Philippe, une commission dite des bibliothèques, présidée par Cuvier, est instituée pour aviser aux améliorations à apporter. En 1832, Sylvestre de Sacy succède à M. de Rémusat en qualité de conservateur, administrateur de la Bibliothèque Royale. La commission, présidée par Cuvier, dépose son rapport en juin 1832, et, le 14 novembre, une ordonnance royale, contresignée par Guizot, réorganise la Bibliothèque. Les quatre départements sont désormais : Livres imprimés ; Manuscrits, chartes et diplômes ; Monnaies, médailles, pierres gravées et autres monuments antiques ; Estampes, cartes géographiques. Chaque département est divisé en sections ayant à leur tête un conservateur. Leur assemblée compose le Conservatoire de la Bibliothèque, présidé par un Directeur, choisi par le Roi sur une liste de trois noms établie par le Conservatoire. Directeurs et Conservatoire administrent vraiment la Bibliothèque, nomment aux emplois ou en proposent les titulaires au Ministre. Cette ordonnance contient nombre de dispositions du plus vif intérêt. Un nouveau règlement général présenté par le Conservatoire, arrêté par Guizot, est pris le 26 mars 1843. On y lit notamment que les lecteurs seront protégés des visiteurs, assurés d’une « douce température » par l’établissement de calorifères, lesquels d’ailleurs seront posés qu’en 1850. Les « usuels » sont créés et placés dans la salle de lecture. Le prêt à domicile est autorisé.

En juillet 1836, M. Benjamin Delessert publie son projet d’une nouvelle bibliothèque royale qui serait édifiée place du Carrousel. Les lecteurs seraient placés dans une rotonde d’où les rayons de livres partiraient en étoile. Les années suivantes, l’organisation intérieure, la bibliothéconomie, le rôle des bibliothécaires font l’objet de rapports officiels et publics aboutissent à des ordonnances fixant un nouveau statut de l’institution et des personnes ; il est interdit aux conservateurs de la Bibliothèque royale de constituer pour leur propre compte des collections d’objets rares et du genre de ceux qui appartiennent au département qui leur est assigné. M. Charles Dunoyer est nommé « administrateur général ». On relève dans les fonctionnaires les nom de M. Félix Ravaisson, Paulin Paris ; le Ministre Secrétaire d’Etat à l’instruction Publique est Villemain, pair de France.

A partir de 1847, note un de ses historiens, l’histoire de la Bibliothèque devient chose publique. Qu’il s’agisse, en effet, de sa structure, de sa chronique, entrées et personnel, tout est discuté sur le forum. Il ne semble pas que l’institution en ait pâti. Il ce créera plutôt une atmosphère favorable aux travaux qu’on y mène et dont certains effets seront curieux : vers la fin du XIXe siècle, les conducteurs d’autobus à Paris prenaient part aux discussions littéraires poursuivies jusque dans les voitures publiques par les élèves de l’Université.

C’est par un décret du 6 juillet 1847 que les Estampes, les Cartes et plans sont divisées en deux départements distincts. Le tome I du catalogue de l’histoire de France (livres imprimés) est publié en 1855 par les soins de M. Taschereau, qui poursuivra cette œuvre importante. Son administration, qui va de 1852 à 1874, se signale par de sages réformes, œuvres de la commission de 1838, constituée sous ses suggestions et présidée par Mérimée. Les réformes portent sur la suppression de la fermeture pendant les vacances, la prolongation des séances, la création de deux salles de travail (dont, en 1868, construite par Labrouste, la grande rotonde actuelle), l’amélioration de la condition des fonctionnaires, l’impulsion vigoureuse donnée aux travaux de classement, inventaires et catalogues. La Bibliothèque Nationale a vécu sur ce programme jusqu’au jour où nous sommes.

Au cours du XIXe siècle et des premières années du XXe, les collections s’augmentent. La Restauration et l’Empire, plus soucieux du prestige intellectuel de la France que les gouvernements révolutionnaires, mettent à la disposition de la bibliothèque plus de moyens.

C’est l’entrée de la collection des médailles de jean Rousseau en 1848 ;
des manuscrits et des livres sur l’Inde, d’Eugène Burnouf, en 1854 ;
des 67.000 portraits rassemblés par de Bure ;
des 100.000 volumes sur la Révolution de 1789, réunis par Labédoyère ;
des manuscrits de Victor Hugo, Lamartine, des papiers de Thiers ;
de plusieurs milliers de livres, de manuscrits chinois, rapportés d’Asie par M. Pelliot ;
des médailles des collections de Luynes et Janzé ;
des estampes des collections Jecker, Renouard, et surtout de Hennin et de Vinck, comportant 500.000 pièces, sur l’histoire de France de 1770 à 1781 ;
des manuscrits éthiopiens rapportés par les frères d’Abbadie d’Arrast, auquel don est joint leur collection d’ouvrages basques, etc…

Léopold Delisle, qui succède à Taschereau en 1874, et demeurera à la tête de la bibliothèque jusqu’en 1905, parachève la réalisation du programme de Mérimée. Son Grand’Œuvre réside dans l’achèvement des catalogues déjà entrepris et la publication du Catalogue général des imprimés, dont il fixe les méthodes générales de rédaction. Commencé en 1897, la partie « auteurs » compte actuellement 160 volumes sur 200 environ. Il reste à le terminer, et entreprendre les catalogues des « anonymes » et par « matières » ; nous en reparlerons tout à l’heure.

les accroissements deviennent considérables ; les bâtiments ne suffisent plus à les contenir ; l’édification de nouveaux magasins s’impose. De 1905 à 1923, on bâtit l’actuel Cabinet des Médailles, où l’architecte Pascal reconstitue le Cabinet de Louis XV, puis l’actuelle salle ovale affectée à la consultation des périodiques.

La troisième République, à l’image de la première, n’aime la science qu’avec tiédeur. Les budgets concernant le personnel et les acquisitions vont s’amenuisant, à l’instar de la fameuse peau de chagrin. L’autonomie financière sur la matériel, accordée n 1926, n’est qu’un trompe-l’œil, puisque sur ce budget déjà médiocre, la moitié des sommes est irrégulièrement employée à rémunérer du personnel. Le reste suffit à peine à entretenir la machinerie moderne dont la bibliothèque est dotée. Il ne reste plus que des crédits dérisoires pour les achats de livres et de reliures. Pendant ce temps, le service public manque de livres pour les lecteurs, de bibliothécaires pour les traiter, de magasiniers ou surveillants pour les porter. Le monde entier nous envie ces richesses. Les étrangers qui venaient chez nous avant 1789 ne tarissaient pas de louanges sur elles, sur l’utilisation que nous savions en faire et sur notre courtoisie. Dans la période de l’entre deux guerres, voici un exemple des aménités qui nous sont adressées désormais :

Le professeur Drerup, de Nimègue, dans un livre publié à Parderbörn, à la fin de ses remerciements envers les personnes nommées dans son travail, écrit : « Je dois exclure expressément de ces remerciements les fonctionnaires de la grande salle de travail de la Bibliothèque Nationale de Paris, dont le manque d’obligeance m’a entravé plus que secondé dans la conduite de mon travail, de telle sorte qu’après avoir achevé le plus important, je fus contraint de l’interrompre. » Le 14 avril 1914, Lénine n’avait-il pas écrit à Cracovie : « Il est difficile de travailler à Paris ; la Bibliothèque Nationale est pitoyablement administrée, souvent nous nous souvenons de Genève où il est plus aisé de travailler. La Bibliothèque y est mieux organisée et la vie moins agitée. » Ces opinions ne sont pas seulement de nationaux jaloux et contempteurs, toujours prêts à dénigrer ce qui se passe chez autrui au bénéfice de leurs propres institutions. C’est un écrivain bien français, M. Paul Hazard, professeur au Collège de France, qui dessinait ainsi le portrait du bibliothécaire en 1932 : « En Europe, trop de bibliothécaires agissent encore comme s’ils étaient chargés de défendre contre les lecteurs leur travail ou leur sommeil ; comme si les intrus qui osent pénétrer dans leur demeure étaient leurs ennemis personnels. Vous les dérangez ; ils ne sont pas là pour vous être utiles, vous êtes là pour subir leur mauvaise humeur ; d’ailleurs, le livre que vous demandez est à la reliure ou prêté, ou perdu ; allez-vous-en… »

Est-ce à dire que nous allons nous arrêter sur cette note sombre et passer le reste de nos jours à gémir. Non. Il est d’un cœur serein et lucide d’oser regarder en face une situation et d’y projeter l’implacable lumière de la vérité. Ainsi seulement y peut-on porter remède. La conclusion de cet article montrera, s’il était nécessaire, que l’actuel administrative général n’expose ou ne laisse exposer le mal et les déficiences de l’institution que pour mieux y subvenir. Il ne perd et ne laisse perdre à personne, en regrets stériles, un temps fait pour un plus précieux emploi : la remise en ordre de la maison.

La vie intérieure et le service public

Le programme que nous nous sommes fixé au début de cette étude amènerait ici un exposé détaillé sur les catalogues. Mais la place nous manque. Aussi bien, avons-nous marqué les étapes capitales de ce travail, depuis le premier inventaire de Gilles Mallet en 1373 jusqu’au Grand’Œuvre de Léopold Delisle qui se poursuit sous nos yeux, en passant par Nicolas Rigaudt [sic] en 1622, les frères Dupuy en 1645, Nicolas Clément, en 1684 et 1688. Le catalogue de ce dernier, recopié par Jean Buvat en 1714, subira de nombreuses adjonctions et intercalations jusqu’en 1840. Leur nombre était tel que seul s’y pouvait reconnaître Van Praet, ce fameux élève de l’Abbé Barthélemy, lequel ayant traversé avec peine l’orage révolutionnaire, dirigea en maître absolu pendant quarante ans le Département des Imprimés.

A sa mort, il fallut y mettre un ordre qui ne résidât plus dans l’unique mémoire d’un homme. Naudet qui lui succéda divisa le fonds en un fonds porté, c’est-à-dire ayant déjà reçu une cote et inscrit sur un catalogue, et un fonds non porté, c’est-à-dire non coté et non inscrit. Il vérifia le fonds porté ; intercala le fonds non porté. L’accumulation d’apports massifs ne laissait pas de faire craquer à tout instant les cadres de Nicolas Clément à l’intérieur desquels on se tenait. Tolérable encore pour des bibliothèques de quelques dizaines de milliers de volumes, ce classement initial par matières est inopérant dès qu’il se fait reconnaître en des millions d’ouvrages. Un seul classement est possible : l’ordre alphabétique pur et simple. M. Delisle y viendra. Son procédé de cote ingénieux permet, en outre, de voir su premier coup d’œil, d’après la cote, où le livre doit être cherché. Il permet aussi de vérifier l’ordre de ces livres, de constater les lacunes, etc… Malheureusement, les moyens n’ont pas été donnés de pousser au rythme convenable l’achèvement de ces catalogues, cependant que celui de la matière imprimée allait s’accélérant. Le résultat de ces discordances est que d’autres retards se trouvent accumulés. Ainsi, par exemple, le tome I contenant les ouvrages d’auteurs commençant par la lettre A, ayant été publié en 1897, tous les ouvrages d’auteurs ayant la même lettre initiale du nom, publiés après cette date, ne sont pas encore catalogués. Le problème est donc aujourd’hui encore de résorber un retard, d’adopter des méthodes qui l’empêchent de se reproduire, de garder aux catalogues une maniabilité, au classement des ouvrages une commodité, réduisant au minimum la recherche et l’attente du lecteur, mieux encore l’aidant dans sa tâche. Tel est l’un des principaux problèmes qui se posent à l’administration actuelle. Elle est fermement décidée à ne pas l’éluder.

J’ai dit l’un des principaux. Au vrai, c’est le problème capital. La tâche du bibliothécaire est d’acquérir et de conserver afin d’utiliser. Entre ces deux termes, il y a le moyen dans lequel réside la vertu. Or, ce moyen c’est le catalogue. Il est l’âme de cette vie intérieure que nous évoquons. Par lui seulement sera tenu le compte exact des richesses de la bibliothèque. Par lui seulement sera assuré le service public dont elle est comptable. La devise de la bibliothèque pourrait être, à cet égard, celle de l’ordre des Prêcheurs, telle que saint Thomas d’Aquin la composa : Contemplata alliis tradere. Travailler sur son propre fonds, celui qui ne manque jamais, puis faire bénéficier les autres de son labeur. Voilà pourquoi parler du catalogue c’est évoquer, à la fois, la vie intérieure et le service public de la bibliothèque.

Nous allons terminer en fixant sur ces deux points la tâche du moment présent, ses servitudes et sa grandeur.

La Bibliothèque Nationale et les nouveaux destins de la France intellectuelle

Dans l’effondrement des hommes et des institutions qui a marqué le tragique mois de Juin 1940, dans la submersion de tout ce qui ne gardait que les apparences de la solidité, quelques points fixes et fermes ont résisté. Il s’est montré des hommes au caractère dur et réaliste pour se mesurer avec l’adversité et réagir virilement. Il s’est trouvé aussi quelques grands foyers où une tradition de vie intellectuelle plusieurs fois séculaire s’est maintenue. On ne dira jamais assez le mérite des fonctionnaires et des agents de la Bibliothèque Nationale restés fidèles à leur devoir, veillant dans les derniers jours d’angoisse qui précédèrent l’occupation de Paris, sur le trésor national qui leur a été confié. Ces hommes qui avaient vu arriver les vainqueurs dans les rues de la capitale, les reçurent dans les salles de la bibliothèque presque immédiatement courtois et cultivés et il n’est pas douteux que le sérieux avec lequel les tâches restaient accomplies, tâches minutieuses et humbles, besognes quotidiennes d’enregistrement, travail de fiches, dont les rédacteurs n’espèrent de récompense que dans le sentiment d’une continuité que les dépasse, ont valu à la Bibliothèque Nationale des égards particuliers de la part des autorités allemandes. Elle est restée pendant toute cette crise, où la vie nationale était en jeu, une véritable permanence française.

La public l’a bien senti, puisque, dès le mois de juillet 1940, la moitié de la grande salle de travail, dans un Paris encore dépeuplé, était garnie de lecteurs, et que, dès l’hiver suivant, n’eussent été les difficultés de chauffage, toutes les salles auraient fonctionné.

En 1941, le département des Imprimés n’est pas loin d’avoir reçu presque autant de visiteurs qu’en temps normal. En tout cas, plus de 150.000, auxquels 400.000 ouvrages environ ont été communiqués. Le département des manuscrits a connu une affluence marquée. Toutes les sections de la Bibliothèque sont en pleine vie. Et si l’on veut un exemple du prestige de ce grand dépôt, hors de nos frontières, on n’en saurait trouver de plus probant que dans la présence de nombreux savants et étudiants d’outre-Rhin, mobilisés dans l’armée allemande, qui sont venus rue Richelieu poursuivre des travaux scientifiques souvent commencés avant la guerre, et rendre ainsi à la Bibliothèque un hommage dont on ne peut apprécier le prix.

Les collections qui avaient été évacués par crainte des bombardements aériens en 1939-1940 ont été en partie rapatriées, reclassées, nettoyées. Elles n’ont pas cessé de s’accroître. Sans doute l’arrivée des ouvrages déposés par les éditeurs et les imprimeurs souffre-t-elle du partage de la France en deux zones. une annexe du Service du Dépôt Légal a été installée à Clermont-Ferrand pour la zone on occupée. Les autorités d’occupation ont donné des facilités pour que les envois groupés puissent être acheminés vers Paris. Les acquisitions se sont ralenties. Mais s’il n’était plus possible d’acheter les livres publiés hors d’Europe, très rapidement les opérations commerciales avec la plupart des pays de langue allemande ont repris et les crédits ont pu être utilisés au complément des collections laissées jadis en souffrance.

Un grave problème se pose toutefois, celui des périodiques scientifiques des pays anglo-saxons et de l’Amérique latine dont les collections restent actuellement lacunaires et qu’il faudra compléter un jour. De très graves préoccupations devraient en découler. Déjà après la guerre de 1914-1918, la Bibliothèque, pendant une dizaine d’années, avait pratiquement cessé tout achat important à l’étranger en raison de la faiblesse de ses crédits, de la baisse du change français. On ne veut pas que les mêmes difficultés se reproduisent. C’est par des échanges en nature que la Bibliothèque Nationale désormais se procurera la plupart des livres étrangers. Le service des échanges internationaux qui a été poussé à un hait degré d’organisation par la Bibliothèque d’Etat de Berlin, est en voie de réorganisation à Paris où il était resté à l’état embryonnaire. Que l’on considère tout le bénéfice que l’Allemagne a tiré pour son influence politique, notamment en Europe centrale et orientale, du rayonnement et de l’action de sa Bibliothèque. Quels que fussent les sentiments, les affinités, les préférences des peuples ou de leurs dirigeants, c’est aux services allemands de prêt, d’échange entre bibliothèques que s’adresse toute l’Europe du Rhin à la Vistule, du Cap Nord à la Mer Egée. Dans cet ordre d’idées une longue carence politique et administrative avait laissé la Bibliothèque Nationale loin en arrière de ses émules et de ses rivales, au grande détriment de l’influence françaises à l’étranger.

La nouvelle loi sur le Dépôt Légal, qui porte de deux à sept le nombre des exemplaires destinés aux collections publiques, va permettre de doter un important service d’échanges de la matière première indispensable. Par la suite, la paix revenue, à l’heure où la France apparaîtra, au milieu des ruines accumulées de part et d’autre, comme paradoxalement préservée dans ses moyens de production et sa capacité de travail, tout ouvrage français de quelque valeur se trouvera presque immédiatement mis en lecture dans les Bibliothèques les plus importantes du monde : Berlin, Washington, Londres, etc…, et à côté de l’accroissement, du rayonnement intellectuel de notre pays, il est bien évident que les industries et commerces français du livre tireront de substantiels avantages de cette diffusion.

Les collections de la Bibliothèque continuent de s’enrichir de générosités de bibliophiles pour qui la Nationale n’a cessé d’être une sorte de lieu saint : manuscrits d’une valeur de premier ordre comme le Livre de Raison, de Pierre de l’Etoile, ou le fragment de la vie de saint Allyre (XIe) et tant d’autres, grecs et latins du Moyen Age :

Tout un fonds de manuscrits orientaux ;
Gravures que les artistes lui apportent fidèlement au Cabinet des Estampes ;
Celui des médailles a acquis un très précieux médaillon représentant Louis XIV, attribué à Jérôme Roussel ;
Des monnaies mérovingiennes ;
Un stataire d’or de Lampsaque

et nombre de pièces dont chacune mériterait une étude particulière. Parallèlement à l’accroissement des collections, leur mise en œuvre par la publication des catalogues se poursuit. Mais ce ne sont là que des tâches régulières et courantes. En fait, sous l’influence des circonstances, la Bibliothèque subit actuellement une réorganisation complète. Nous avons dit l’accroissement des Services du Dépôt Légal et des Acquisitions au Département des Imprimés. Au vrai, c’est tout un Département nouveau, celui des « Entrées », qui va naître. Celui des Estampes est également transformé. L’application de la loi du Dépôt Légal aux productions de l’industrie photographique permet de reprendre la constitution de ces archives de documentation par l’image, qui n’ont généralement pas en soi de valeur d’art, mais qui seront, pour les historiens futurs, une source aussi importante que le sont actuellement les collections Hennin et de Vinck, bien plus importante même par la masse des documents.

Le Département de la Musique est en voie de constitution : il groupera, sans que les collections soient rassemblées en un seul fonds, les Bibliothèques de l’Opéra, du Conservatoire et de la Nationale avec un fichier commun. Cet ensemble musical, qui est le plus riche du monde, est resté jusqu’à présent, il faut bien le dire, à peu près inemployé. Les études de musicologie, si négligés en France, malgré l’action et l’enseignement d’hommes de renommée mondiale, comme le Professeur Pirro, en recevront une impulsion nouvelles. Quant à la vie musicale, celles des concerts, des artistes, des compositeurs, elle se trouve favorisée par la création des archives internationales de la musique contemporaine, fondation du Comité Permanent pour la Coopération des Compositeurs de Musique dont le Président est le maître Richard Strauss et dont l’un des vice-présidents était notre grand Albert Roussel. La fondation des archives à Paris avait été décidée il y a déjà plusieurs années, mais les lenteurs et les atermoiements administratifs aidant, la France a été sur le point de perdre le bénéfice d’une institution qui consacre la prééminence de paris dans la vie musique internationale et doit y attirer, plus encore que par le passé, un monde d’organisateurs de concerts, de virtuoses, d’amateurs, entraînant derrière eux tout un mouvement touristique. Il n’est que de penser au bénéfice que, du simple point de vue économique, Vienne a retiré de son Opéra, pour comprendre tout le profit que Paris retirera des Archives de la Musique.

Le Département de Géographie va être créé par la juxtaposition de l’ancienne section des Cartes et Plans et de la Bibliothèque de la Société Nationale de Géographie mise en dépôt à la Bibliothèque Nationale. Là encore, les plus belles collections qui existent en Europe se trouveront réunies.

La loi a confié à la Bibliothèque Nationale le soin d’archiver et de classer les papiers des sociétés secrètes. Une décision du Ministre de l’Education Nationale a donné vie, d’autre part, à une Bibliothèque d’Histoire de la IIIe République. Le tout devient, au sein de la Nationale, une Bibliothèque d’Histoire de la France Contemporaine. Lorsque les tonnes de documents rassemblés de toutes parts et entassés dans les locaux de la rue Cadet, lorsque les papiers saisis et rassemblés rue Richelieu auront été mis en œuvre, les historiens auront là un ensemble capital de sources pour servir à l’histoire de notre époque.

Tout cela marque le travail qui se fait à la Bibliothèque Nationale pour répondre à ce que le Pays attend d’elle. S’il est un domaine dans lequel la France n’a pas subi de défaite, c’est celui de l’esprit, du travail scientifique, de l’érudition, de la recherche. Chaque jour, la Bibliothèque Nationale s’applique à en faire la preuve. Mais d’autres tâches l’attendent. L’organisation de la Corporation du Livre ne pouvait la laisser indifférente. Déjà le Conseil du Livre fonctionne parallèlement au Comité d’Organisation de la Production Industrielle. Par une liaison intelligente, souple et constante entre ces organismes, la Bibliothèque Nationale peut participer sous une forme nouvelle à la reconstruction de nos richesses intellectuelles, au travail de l’intelligence française, en tant que force réaliste et créatrice.

Mais, pour lui permettre de suffire à tant de tâches, une réforme d’ensemble devait s’imposer : elle est entreprise. Les moyens avaient toujours été insuffisants et l’étaient devenus davantage. Le Gouvernement y pourvoit. Nous avons dit les créations à l’intérieur de l’établissement. Il s’agit de substituer aux quatre anciens Départements, réunis par les hasards de l’histoire, une synthèse de services correspondant à l’essor que doit prendre le travail intellectuel français, pour suffire aux besoins du Pays et à ceux du monde entier lors de sa reconstruction ; il s’agit de faire de la Bibliothèque Nationale la tête de tout un réseau de bibliothèques vivantes, organiquement constituées, hiérarchisées, drainant et distribuant à travers le Pays ce travail de l’esprit, source et condition de tous les autres.

Raphaël LABERGERIE,
Secrétaire général de la Bibliothèque Nationale.

Labergerie, Raphaël, « La Bibliothèque Nationale », Cahiers du livre Liber, 1942, n° 6, p. 19-[22].

En septembre 1943, Raphaël Labergerie publie un autre article dans la revue, intitulé « La grande pitié du Livre au pays de France » (p. 27-30) où il fustige la « licence effrénée de concevoir, publier, vendre et consommer n’importe quel genre d’ouvrages, sans aucune sanction morale ou juridique. » Selon lui, « la cause, génératrice de toutes les déficiences, de tous les abus dans le domaine du livre, comme en bien d’autres, réside dans le libéralisme doctrinal de la fin du XVIIIe siècle, évolution intellectuelle feutrée, mais combien réussie que la Franc-maçonnerie affubla du masque économique ». C’est que Raphaël Labergerie met le livre très haut puisque ce dernier est à ses yeux « Messager du verbe de Dieu ou d’un homme aux autres hommes, silencieux, discret, fidèle, il n’en est que plus redoutable. Quand les philosophes s’arrêtent de discuter, les peuples prennent les armes. A l’origine de toutes les révolutions, il y a un livre : l’Evangile, le Coran, la Bible réformée, l’Introduction à la vie dévote, le Contrat social, le Capital, les Réflexions sur la violence, Mon Combat », c’est-à-dire Mein Kampf d’Adolf Hitler…

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 24 décembre). La Bibliothèque Nationale selon son secrétaire général Raphaël Labergerie. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vefv

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « Jean Raphaël Labergerie (1895-1944) », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, XXX.Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23053>. []
  2. Même si l’article n’apparaît pas dans le sommaire du numéro. []
  3. Dans la transcription qui suit, seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Pour le contexte, notamment du Service des sociétés secrètes (SSS) et des spoliations opérées pour alimenter le Centre d’’’histoire contemporaine (CHC), nous renvoyons à Poulain, Martine, Livres pillés, lectures surveillées : les bibliothèques françaises sous l’Occupation, [Paris] : Gallimard, 2013, 1 vol. (753 p.). []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search