Courrier du Palais

Par exemple, voilà ce qui s’appelle une véritable bonne fortune : un Chinois, un vrai Chinois de la province de Chang-Si, un lettré ayant passé sa jeunesse à Macao, un Chinois avec sa robe de soie, avec sa queue tressée, avec son visage maigre, jaune, avec ses pommettes saillantes et ses yeux longs et étroits, un Chinois qui porte — sur sa calotte — la rosette qui se traduit par cette brillante devise : « Son talent est dans sa fleur; » un vrai Chinois de la vraie Chine enfin, qui est traduit devant la cour d’assises de la Seine sous l’accusation de bigamie.

Vous dire à quel point ce malheureux enfant du pays des paravents paraît stupéfait de voir une condamnation suspendue sur sa tête pour un fait aussi insignifiant que celui d’avoir pris deux femmes, c’est presque impossible, en vérité ! Lui, citoyen d’un pays dans lequel la polygamie est un usage, une tradition, et la monogamie une excentricité, d’un pays dans lequel on achète et l’on vend sa femme avec toute sécurité légale, comment comprendrait-il l’accusation ? Voila ce que c’est que de manquer de prévoyance, de précaution ! Quand Tin-Tun-Ling a quitté Macao pour venir en France, en 1861, il avait eu la prudence de mettre ordre à ses affaires en conduisant sa femme au marché, il aurait pu, sans le moindre inconvénient, épouser Mlle Julie Liégeois, à Paris, en 1872.

Il faut rappeler en quelques mots l’histoire de ce pauvre Asiatique, d’après la plaidoirie de son défenseur,
Me Bonnier Ortolan. Disons qu’il est né en 1831, car, pour vous, lecteurs, probablement comme pour moi,
la douzième année de Taou Kouou ne peut pas raisonnablement passer pour une date précise. A dix-huit ans, il quitte Ti-Lou-Fou, sa ville natale, pour aller habiter Pékin. Il fait deux cents lieues à pied, il arrive épuisé ; l’évêque missionnaire lui donne du pain et le baptême. Le voila chrétien en apparence, mais au fond Confucius règne toujours dans sa conscience. Il quitte Pékin pour Makao, et c’est là qu’il se marie à la chinoise, c’est-à-dire sans avoir vu sa fiancée. Sa femme se trouve être grêlée, et, — chose tout à fait horrible ! — elle a un grand pied ! En Chine, c’est une difformité monstrueuse, et, de plus, c’est une sorte d’abus de confiance, car la seule chose que le futur soit admis à contempler avant le mariage, et sur laquelle il se décide, c’est le soulier de sa prétendue. Ce vieux peuple, si sage, dit-on, devrait bien faire une loi qui obligeât au moins la nouvelle mariée à chausser pendant une semaine le soulier présenté au prétendant, et cela sous peine de divorce : ce serait cruel, mais juste… comme le soulier !

Parmi les sept cas de divorce admis par la législation chinoise, nous remarquons particulièrement le quatrième : « Loquacité ou propension à la médisance, » et le sixième : « Caractère jaloux. » Et puis il y a dans cette législation un tout petit article qui admet un huitième cas, implicitement. — Ah ! si vous saviez
comme cet adverbe est perfide en droit… chinois ou français ! Si la femme se remarie avant d’avoir été
pendant trois ans sans nouvelles de son époux, la loi lui accorde quatre-vingts coups de bambou ; c’est dire qu’après ces trois ans de patience révolus, elle peut se remarier impunément et que, par conséquent, le mari est libre d’en faire autant de son côté.

Tin-Tun-Ling est donc marié, père de deux enfants, quand on lui propose une place de secrétaire à Paris.
Il part, il arrive, et ses fonctions de secrétaire consistent principalement à cirer les bottes de l’interprète qui l’a fait venir et qui, en mourant, le laissa sur le pavé. Il va mourir de faim quand il est ramassé — c’est le mot — dans la rue Monsieur-le-Prince, par un ami de Théophile Gautier. Le ciel s’éclaircit, Tin-Tun-Ling donne des leçons de chinois aux deux filles du poëte qui le fait nommer répétiteur pour la prononciation chinoise au Collège de France ; il fut destitué, naturellement, parce qu’il savait trop de chinois. Voici tout à coup qu’une demoiselle très-mûre, une institutrice qui se dit Anglaise, s’éprend de lui ; elle l’épouse un peu bon gré mal gré ; puis, le soir même des noces, elle veut l’abandonner. Elle finit par faire voile vers l’Amérique après avoir formé contre lui une plainte en bigamie. Tin n’y comprend encore rien si ne n’est qu’il n’est pas heureux en femmes. Il y a longtemps qu’il a oublié sa Chinoise au grand pied, laquelle depuis leur séparation, paraît-il, se trouve mère de quatre enfants, au lieu de deux. Devant le jury, Tin énumère, par l’organe de son défenseur, tous les cas de divorce qu’il pourrait invoquer au besoin ; mais il ne se croit pas le moins du monde soumis aux règles du concile de Trente, qui, d’ailleurs, auraient été violées, puisque de ce prétendu premier mariage célébré à Macao, il n’existe ni acte ni inscription sur les registres et que la bénédiction nuptiale n’aurait pas été donnée parle propre curé des deux époux ; c’est un mariage à la chinoise et d’une espèce particulière, un mariage à temps.

Tin-Tun-Ling est poëte ; je ne connais pas ses œuvres, bien entendu ; mais je sais que, pendant sa détention préventive, il a dit une parole gracieuse et touchante : « Que peut-on faire pour vous ? lui demandaient ses protecteurs. — Je sais maintenant ce que c’est que la captivité, je vous prie seulement de rendre la liberté à la fauvette qui est chez moi, dans sa cage ! »

Les sympathies n’ont pas manqué à ce pauvre Asiatique fourvoyé au milieu de notre civilisation, si peu
asiatique. C’était M. Devéria, le fils du grand peintre, qui a rempli devant la cour les fonctions d’interprète, et Mme Catulle Mendès, la fille de Théophile Gautier, est venue, comme témoin à décharge, au secours de son professeur de chinois.

Tin-Tun-Ling a été acquitté ; cela ne faisait plus question après le débat, surtout au point de vue de la
bonne foi. […]

Petit-Jean.

Petit-Jean, « Courrier du Palais », Le Monde Illustré, 19 juin 1875, n° 949, p. 386. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6375321m/f9.image>.


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 8 octobre). Courrier du Palais. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m402

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search