Recherches actuelles sur la police

Marie-Elisabeth Jacquet, chargée de recherches documentaires (CRD) accueillie à la Bibliothèque de l’Arsenal pour un projet de valorisation du fonds Bastille de la Bibliothèque, a organisé un séminaire sur les recherches actuelles sur la police dont elle rend compte. Adressé à un public de non-titulaires (masterants, doctorants, post-doctorants), le séminaire proposait des présentations des travaux les plus récents sur l’histoire des polices en France et en Europe.

La Police parisienne par G. Macé ancien chef de la police de sûreté, 10c la livraison. Chez tous les libraires (Paris & départements) : [affiche]
La Police parisienne par G. Macé ancien chef de la police de sûreté, 10c la livraison. Chez tous les libraires (Paris & départements) : [affiche], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90152173.item# 

Né de la volonté de faire se rencontrer de jeunes chercheurs et chercheuses gravitant autour des problématiques policières au XVIIIe et au début du XIXe siècle, le séminaire doctoral « Recherches Actuelles sur la Police » s’est tenu d’octobre 2022 à mai 2023 à la Bibliothèque de l’Arsenal, avec le soutien de l’IDHE.S (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis) et de l’IRHiS (Université de Lille).

Nous dressons ici un état des lieux des discussions et apports des huit interventions ayant jalonné l’année ; nous signalons qu’une partie d’entre elles porte sur des travaux en cours et/ou non-publiés.

***

Lors de la première séance, Olivier Coelho s’est emparé de la question du « concept de police », appliqué aux institutions qu’il étudie dans le cadre de sa thèse sur Munich, le Conseil de police et la Direction de police. L’apport de cette entrée en matière par le contexte germanophone et par l’angle institutionnel est double. Il permet de souligner le caractère limitant de notre acception contemporaine de la police pour comprendre ce qu’elle représente au XVIIIe siècle : plus qu’une simple force de l’ordre, la Direction de police de Munich est une administration urbaine, consacrant une partie de ses activités aux régulations économiques, sociales, informationnelles que nécessite le quotidien dans la capitale de l’électorat de Bavière. Pour autant, et contrairement à ce que l’on observe de l’autre côté du Rhin, l’association de la police à un contexte urbain n’est pas systématique ; Olivier Coelho souligne ainsi le flou permanent qui entoure le périmètre des autorités policières actives à Munich entre 1745 et 1808. La compétence policière du Conseil de police puis de la Direction de police ne cesse en effet de balancer entre l’échelle régionale de l’électorat et le ressort de sa seule capitale. Cette indéfinition va de pair avec une double difficulté : comme il est courant dans les villes d’Ancien Régime, la capitale bavaroise ne possède pas une seule mais une multitude d’autorités policières aux compétences plus ou moins étendues ; de plus, les documents produits par les pouvoirs policiers, en particulier ceux de la Direction de police, n’ont été conservés que partiellement. Face à ces profusion d’acteurs et ces lacunes de sources, définit-on la police par ses objets, au risque d’importer une définition de l’ordre urbain étrangère au contexte étudié, ou par les acteurs policiers, qui toutefois ne prennent pas nécessairement en charge toutes les fonctions de police dans la capitale munichoise et dont la pratique n’est pas toujours perceptible dans les archives ?  Il ressort de cette présentation l’importance d’un travail continu de définition du concept de police, au-delà de la seule reconnaissance de la diversité des formes d’administration urbaine qui caractérise l’Ancien Régime.

Les échanges qui s’ensuivent interrogent un autre point d’entrée possible dans la définition du concept de police ; en plus de l’approche par les acteurs, les fonctions ou les institutions de police, ne pourrait-on faire intervenir la rôle des populations dans la création de la Direction de police de Munich ? On convoque ainsi les travaux Rachel Renaud, qui mettent en évidence le surgissement d’un espace politique à partir des contestations liées de l’impôt ; de la même manière, les demandes d’ordre urbain des Munichois ne peuvent-elles susciter la naissance de cette nouvelle institution ? Goulven Kerien esquisse un parallèle avec les demandes d’enfermements formulées par les familles à la Lieutenance générale de police de Paris au XVIIIe siècle, interrogeant la façon dont les populations urbaines participent à la construction de la police. On discute alors de la pertinence de l’emploi des termes de « gouvernement », « gouvernance », de « co-construction » de l’ordre public : se définit-il par les demandes d’une population ou trouve-t-il son origine dans la nécessité technico-pratique d’administration de l’urbain qui accompagne la croissance urbaine généralisée en Europe au XVIIIe siècle ?

La présentation du monde de l’affiche et des afficheurs par Laurent Cuvelier consacrée au monde de l’affiche et aux afficheurs à Paris au XVIIIe siècle permet de prolonger cette discussion lors de la séance suivante. Son travail souligne en effet l’attention de la Lieutenance générale de police à la demande d’informations des Parisiens et Parisiennes.  Il met en évidence la construction d’un « ordre mural » dans l’espace urbain, à la fois suscité par la population et façonné par la Lieutenance. Cette dernière, tout en assurant le contrôle de l’imprimé, s’investit en effet de plus en plus dans l’affichage administratif pour faire connaître son action dans la ville. Plus encore, elle s’intéresse aux conditions même de l’affichage, comme le montre notamment les réflexions formulées par ses agents sur la répartition optimale des affiches dans l’espace urbain, concrétisées par une réforme de l’affichage en 1758. La corporation des afficheurs fait également l’objet d’une attention nouvelle, assortie de tous les outils classiques d’enregistrement à disposition de la Lieutenance (registres portant leurs noms et demeures, pancartes). La police, en encadrant l’affiche, cherche à rendre la ville visible et à se la rendre lisible. On observe ici une nette inflexion de la part de la Lieutenance, qui se déprend, face à l’ampleur de la tâche, de ses objectifs de contrôle total de l’ordre mural parisien pour se concentrer sur la surveillance de ponctuelle de certains lieux et acteurs. Il apparaît en outre que la police et les notables parisiens semblent, au tournant des années 1750-1760, partager un même désir de lisibilité de l’espace urbain, dont la Lieutenance s’empare pour rendre service au public. L’implication de la population fait apparaître une gestion de l’espace public négociée localement, dans laquelle le prestige social lié à la présence d’une affiche sur la porte d’un particulier entre en ligne de compte. Ce nouveau régime de l’attention dans la capitale transforme alors les usages de la ville et l’administration de la capitale

À partir du constat du renoncement de la Lieutenance à ses objectifs d’encadrement complet de l’affiche, soit l’étude d’un échec policier, la discussion s’engage alors sur la place à accorder dans nos travaux aux règlements de police et plus largement aux textes normatifs : dans quelle mesure peuvent-ils être des points de départ et d’arrivée pour une réflexion chronologique, dans la mesure où ils ne sont pas respectés ? Et plus largement, comment considérer les « échecs » policiers dont témoignent leur application pour le moins aléatoire dans les différents systèmes policiers étudiés par les participants ? On convoque les analyses de Paolo Napoli, qui définit la police moderne par sa plasticité réglementaire et le primat de la réponse pratique à la régulation des désordres urbains sur la codification apportée à ces mêmes problèmes. Dans cette perspective, le renoncement de la police parisienne d’Ancien Régime au contrôle total de l’imprimé et l’adaptation du dispositif de contrôle en un réseau de surveillance plus ciblée est autant la marque d’un échec que l’expression d’un réflexe d’adaptation spécifiquement policier.

L’intervention de Shandiva Banerjee prolonge ces interrogations, puisque le point de départ de sa recherche réside dans la « Déclaration pour la police des Noirs et gens de couleurs ». Ce texte réglementaire, émanant du pouvoir royal, active en 1777 des dispositifs de contrôle de mobilité et d’enfermement sur le territoire métropolitain du royaume de France à destination non plus des seuls esclaves venus avec leurs maitres de l’empire colonial français, mais de tous les « Noirs, mulâtres et gens de couleur ». Elle s’interroge ainsi sur les applications concrètes de cette nouvelle « police », comprise comme branche et prolongement de l’administration coloniale du Ministère de la Marine et ses moyens : comment se traduit dans la pratique la déclaration de 1777 ? Et quels acteurs prennent en charge sa mise en œuvre, dans cette police sans policiers ? Mis bout à bout, l’établissement de huit « dépôts des Noirs » sous le contrôle des amirautés avant la Révolution française, puis la surveillance exercée par le lobby colonial sous la Révolution, les mécanismes d’assistance et les premiers dénombrements des populations de couleur réalisés par l’État forment en somme un dispositif de policing sur le territoire métropolitain. Ces mesures invitent à penser des formes de contrôle, de surveillance et de régulation des mobilités par des acteurs périphériques aux institutions policières, qui n’ont pas le monopole du geste policier en la matière. Des figures comme Berryer et Sartine, anciens lieutenants généraux à Paris passés au ministère de la Marine interrogent particulièrement sur les circulations entre modèle policier et administration des gens de couleur.

En outre, la réflexion sur cette « police des Noirs » et sa prétention à un encadrement des mobilités des gens de couleur dans l’espace métropolitain et colonial offre un point d’entrée sur les catégories spatiales utilisées pour penser l’assignation des populations composant l’empire à un territoire donné : de la fin de l’Ancien Régime à 1848, qu’est-ce que ce contrôle ciblé dit de la colonialité des espaces et de la construction impériale en cours ? Cette police apparaît alors comme une déclinaison d’une vision politique plus large que de seuls impératifs techniques et immédiats d’administration. La discussion porte notamment sur l’insertion du policing des gens de couleur dans le policing plus général. On souligne la parenté des préoccupations, biais sociaux et des techniques entre l’un et l’autre. On soulève également le problème du vécu des populations concernées : comment peut-on saisir quelque chose de leur perception ? Est-il seulement possible d’appréhender le policing des gens de couleur par en bas alors que la police est, par essence, un dispositif de pouvoir par en haut ?

En janvier 2023, Thomas Pasquier présente son travail de thèse en cours consacré aux voleurs et aux voleuses sous la Révolution jusqu’en l’an X dans les départements de Loire Inférieure et de Seine Inférieure, proposant ainsi un renversement de perspectives sur les acteurs, gestes et discours policiers vis-à-vis des séances précédentes. Le vol constitue en effet un morceau de choix pour poser autrement la problématique de l’ordre, puisqu’il représente quantitativement l’infraction à la loi la plus fréquente dans les sources policières et judiciaires sous l’Ancien Régime. Consacrant la propriété comme droit individuel du citoyen et induisant un certain nombre de redistribution des biens, la Révolution prolonge la définition juridique du vol. Les nouveaux périmètres de la propriété sont autant de nouveaux périmètres du vol, ici étudiés au regard des voleurs et voleuses. D’emblée, l’exposé souligne toute la difficulté que pose la définition du vol, que ce soit pour les acteurs historiques ou pour le chercheur. Ce travail est alors nourri de l’historiographie des polices et des justices par effet retour : il ne s’agit plus de penser le vol par les catégories du punir, mais par celle de l’agir, de penser le geste du voleur plutôt que la sanction qui lui correspond. Par exemple, quel obstacle représente la police pour le voleur ou la voleuse ? Qui assure effectivement le respect de la propriété ? Est notamment soulignée l’ampleur du rôle du voisinage dans la prévention du vol et l’arrestation des voleurs, y compris avec recours aux armes. Cette reconnaissance par l’État de la capacité d’agir du public renvoie à la faiblesse des effectifs policiers, intégrée par ses acteurs eux-mêmes : ainsi, la police a recours à la presse locale le recours pour faire appel à la vigilance des citoyens lors des foires. Pour autant, la participation citoyenne ne fait pas tout : les arrestations pour vol dues à la police et à la gendarmerie sont en hausse au cours de la Révolution d’après les statistiques proposées.

Conjuguant redéfinition juridique de la propriété et tensions socio-économiques fortes, le moment révolutionnaire permet à l’historien de retravailler la définition du vol en la désindexant du seul regard de l’État et de la justice en se plaçant à la marge du vol. Ainsi, ce qui est du vol pour l’État ne l’est pas forcément dans les usages quotidiens des biens : ainsi la récupération des matières premières dans les manufactures fait l’objet d’une criminalisation croissante. Par ailleurs, la légalité conférée à la réquisition des biens peut tout à fait servir de couverture au vol pour les gardes nationaux chargés de leur mise en œuvre. En somme, ce travail nous invite à critiquer les catégories mobilisées par les sources que nous utilisons : ce qui à l’aune des sources policières est qualifié de vol doit être discuté, tout comme certaines catégories d’acteurs mobilisées par la police pour désigner celles et ceux qu’elle cible (voir infra, présentation de Jeanne-Laure Le Quang). Il amène à interroger les différentes interprétations d’un même fait social, dont le sens varie suivant les perspectives des acteurs.

Félix Brêteau expose lors de la séance de février les grandes orientations de sa thèse en cours qui, comme celle de Thomas Pasquier, contribue à déprendre le regard sur les phénomènes policiers de la centralité parisienne. En s’intéressant à l’enquête pénale à Caen à partir des dossiers d’instruction des tribunaux pénaux, pour un total de 1665 enquêtes, il sonde un moment de transition entre un ordre né de 1789, mis en œuvre par les « citoyens-policiers », et la mise en place d’un nouveau modèle policier, re-professionnalisé pour ainsi dire, dans lequel le dispositif de l’enquête judiciaire se substitue progressivement aux procédures initiées par les citadins eux-mêmes. Il examine les normes, les acteurs, les modalités et les cibles de cette transformation. Dans cette perspective, l’attention aux acteurs suscitant l’enquête décline la problématique de la participation de la population à la police en contexte révolutionnaire et fait écho à la présentation du mois précédent.

L’intervention de Félix Brêteau soulève également des enjeux présents dans de nombreuses recherches des participants au séminaire quant au statut de la parole consignée dans les écritures policières et judiciaires (ici, les procédures d’enquête pénale, et en particulier le moment crucial de l’interrogatoire). Leur indéterminable degré de vérité, les stratégies discursives (tant de la part des autorités que de accusés) constituent une difficulté spécifique des sources que nous fréquentons. On observe qu’il ne faut pas omettre les réécritures et mises en forme de cette parole dans l’idée qu’elle sert à écrire une histoire par en bas des faits sociaux ; certes, les sources policières et judiciaires fournissent un accès précieux à une parole que l’on entend peu dans les sources de l’époque moderne : mais il n’en reste pas moins qu’elles ne sont pas des reflets exacts des faits exposés. Au-delà de la question des stratégies discursives des accusés, dont on avait déjà eu l’occasion de parler en janvier, on s’interroge ainsi sur ceux qui dans ces institutions prennent la plume : quels sont les acteurs de cette mise en mot ? La discussion s’oriente vers les acteurs officiels de l’enquête, experts, greffiers, et juges de paix. Elle porte, à l’inverse, également sur la participation de la population et sur le statut des individus qui contribuent à l’action des autorités : est-ce être policier que de fournir des informations à la police ? 

Lors de la séance d’avril, Jeanne-Laure Le Quang revient sur son travail de thèse consacré à la haute police napoléonienne. À rebours des nombreux fantasmes historiographiques portés par ce sujet, elle avait notamment opté pour une approche statistique de cette branche policière davantage caractérisée par des pratiques que délimitée institutionnellement dans un organigramme. Elle a ainsi opéré un traitement 1000 fiches de suspects de haute police, méthode permettant de délimiter les contours de cette haute police. Son retour d’expérience permet de toucher à une problématique fréquente pour les participants, à savoir, d’une part, la difficulté de la construction d’un corpus représentatif et d’une autre, l’élaboration d’une grille d’analyse statistique à partir de sources policières et judiciaires déjà elles-mêmes informées par les catégories des institutions. Ainsi, l’enregistrement pour motif de droit commun fait souvent écran à un motif d’enfermement à portée bien plus politique dans le cas des suspects de haute police étudiés par Jeanne-Laure Le Quang. Cette catégorie elle-même, de par son caractère extensif, mérite d’être interrogée : son étendue dans la haute police napoléonienne caractérise une police du soupçon, s’appuyant sur l’accumulation de preuves et la surveillance de certaines catégories de la population. Ces pratiques aboutissent à des enfermements et des relégations, dont la représentation cartographique fait également l’objet d’échanges entre l’intervenante et les participants.

L’importance de la surveillance dans le dispositif de la haute police napoléonienne conduit à une discussion collective sur le syntagme contrôle social, par différence avec l’idée de régulations. Une discussion s’ouvre la relation entre ces deux concepts (synonymes, ou l’un comme partie de l’autre qui serait alors un tout ?), alors qu’il apparaît qu’une forme de police informelle s’exerce à travers la participation d’une partie de la population à cette police du soupçon. Enfin, puisqu’évoquer la haute police napoléonienne permet d’aborder frontalement la question de la relation entre police et pouvoir politique, cette branche de la police ayant pour finalité la préservation de l’État napoléonien, on revient également dans la discussion sur l’expression d’État policier. Jeanne-Laure Le Quang fait remarquer le caractère souvent performatif de ce discours de la surveillance : il produit une disciplinarisation générale lorsque les moyens effectifs de contrôle de la société restent relativement stables. On échange alors autour de l’héritage de Michel Foucault dans les études sur les polices anciennes, notamment dans son attention pour le discours de l’ordre, discours souvent surdimensionné toutefois à ce que recoupe la réalité du policing dans les sources que nous étudions.

L’attention qu’a portée Sophie Reculin dans sa thèse de doctorat au développement de l’éclairage dans les villes du royaume de France au XVIIIe siècle permet de reprendre la problématique du « service au public » rendu par la police, déjà rencontrée lors de la présentation de Laurent Cuvelier sur le monde de l’affiche. Comme pour la thèse en cours de Shandiva Banerjee, le point de départ de son étude réside dans un édit fondateur dont elle interroge la portée : on part donc de 1697, date à laquelle Louis XIV impose l’éclairage public dans trente villes du royaume. Sophie Reculin souligne que ce texte fait l’objet d’un rejet net de la part des bourgeoisies urbaines, qui le perçoivent comme prétexte à impôts de la part d’un État royal dont les caisses sont asséchées par les guerres du souverain : elles refusent de payer pour éclairer la ville. En sondant un panel de seize villes concernées par ce texte réglementaire inaugural, Sophie Reculin observe un renversement au cours du XVIIIe siècle, puisqu’à la veille de la Révolution se multiplient les pétitions réclamant l’installation de lanternes dans les centres urbains, assortie de souscriptions publiques spontanées pour financer ces équipements. En d’autres termes, elle observe le passage en un siècle d’un top down monarchique à un bottom up bourgeois par appropriation du discours proposé par la monarchie et les lieutenants de police, alliant éclairage à sécurité et larcin à obscurité. L’entrée par la problématique de l’éclairage permet de se poser à nouveaux frais et pour plusieurs villes du royaume la question déjà soulevée en début d’année : d’où vient la police ? N’est-elle qu’une réponse technique aux problématiques spécifiques de la vie en ville, ou est-elle suscitée par les habitants de ces espaces ? La présentation de Sophie Reculin montre qu’elle peut être perçue comme une excroissance de l’État royal imposée aux populations urbaines mais que cette perception peut se renverser avec le temps. La lanterne, vue comme coûteuse et inutile par les édiles au début du XVIIIe siècle, se transforme à la fin du siècle en un symbole d’urbanité qui répond à une demande de la population. L’éclairage devient à la fois l’objet d’une circulation entre les villes et un marché, comme en témoigne le cas de la compagnie Tourtille Sangrain qui, avec l’appui de l’ancien Lieutenant général Sartine, éclaire vingt-cinq villes vers 1780.

La présentation d’Elisabeth Rochon prolonge ces interrogations lors de la présentation de sa thèse consacrée au marché aux chevaux établi à Paris en 1762 sous le patronage de la Lieutenance générale de police. La création de cet espace dédié aux transactions équines traduit l’investissement de la police parisienne d’Ancien Régime dans le discours et la pratique de l’amélioration urbaine. Ainsi, la mise en regard de l’immixtion policière et du temps long des évolutions, des pratiques et du territoire du marché aux chevaux permet de remettre en perspective l’action de régulation économique que déploie la Lieutenance générale. Elisabeth Rochon évoque un « interventionnisme policier » qui se déplacerait de la ville en général à l’espace du marché en particulier, lieu unique de déroulement des transactions dans un espace clos, et de ce fait mieux contrôlé. Elle souligne toutefois que cet objectif de canalisation des transactions dans le marché aux chevaux ne fut jamais complètement appliqué, ni jamais complètement respecté. Comme dans le cas du monde de l’affiche, on retrouve là aussi l’idée du passage d’un idéal de contrôle du tissu urbain dans son ensemble à une concentration du regard policier sur quelques points précis. Le travail d’Elisabeth Rochon montre également que les questions policières dépassent le seul espace de la capitale, en particulier au travers du vol de chevaux, les bêtes subtilisées puis revendues à Paris provenant de toutes l’Île-de-France, parfois de plus loin. La discussion s’oriente sur la question du succès ou de l’échec des tentatives d’encadrement policier, qu’il soit social, politique, ou économique: dans quelle mesure les anciennes polices passent-elles à côté de leurs objectifs ? Comment font-elles face à leurs échecs et dans quelle mesure ces derniers peuvent-ils être féconds pour notre compréhension de ces institutions ?

Cette dernière intervention enfin le pont avec la journée d’études conclusive à ce cycle de rencontres. Elisabeth Rochon évoque en effet le rôle essentiel du policier Guillauté dans la police du marché aux chevaux. Ce « policier star » des travaux récents sur la police parisienne, que l’on rencontre sans cesse dans les sources de la pratique au tournant des année 1750, dont les écrits furent étudiés par Michel Foucault, interroge en effet sur le statut du personnage policier dans l’écriture de l’histoire des polices. À quoi renvoie la centralité de ce personnage policier pour l’historien ? Est-elle uniquement scripturaire bel et bien effective ? Pour chaque terrain policier, des figures particulièrement loquaces se dégagent, quand d’autres ont la réputation d’être insaisissables. Pour cette raison, notre année s’est achevée par une réflexion sur « l’historien face au personnage policier », proposée le vendredi 16 juin 2023 à l’université de Lille.

***

En somme, les grandes questions jalonnant ces recherches en cours ou juste achevées sont les suivantes :

  • la participation de la population aux diverses formes d’ordre social/ la notion de « service au public » rendu par la police / le croisement des perspectives sur un fait social
  • la richesse des sources policières et judiciaires / la réflexion critique sur les catégories qui y sont mobilisées par les différentes polices étudiées
  • la faiblesse apparente des polices d’Ancien Régime (effectifs peu nombreux, objectifs revus à la baisse, échecs) / leur adaptabilité

***

Les organisateurs adressent leurs chaleureux remerciements aux intervenants et participants à ces rencontres : chacun et chacune a contribué à l’animation des discussions par ses réflexions, ses comparaison à ses propres travaux en cours ou achevés, sa fréquentation des archives et ses lectures, et nous espérons que ces échanges académiques formels et informels continueront de s’épanouir dans les travaux à venir.

Ils remercient également leurs laboratoires respectifs, l’IRHiS (UMR 8529) et l’IDHE.S (UMR 8533), qui ont soutenu l’organisation du séminaire et de la journée d’études qui l’a clôt.

Que soient enfin vivement remerciés Olivier Bosc, Fabienne Queyroux et Claire Lesage pour le cadre de travail fourni, propice aux échanges et à une stimulante réflexion collective.

Pour mémoire

Le programme de l’Atelier Jeunes chercheurs était le suivant :

Mardi 18 octobre 2022 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Olivier Coelho et Marie-Elisabeth Jacquet : présentation du groupe de travail et remarques introductives

Olivier Coelho (Université de Lille, IRHIS / LMU Munich) : « Le concept de police : difficultés et enjeux »

Thèse en cours: « Définir la police : enjeux pratiques d’un concept. Munich 1745-1808 »

Mardi 22 novembre 2022 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Laurent Cuvelier (Université de Tours, CETHIS) : « Police et imprimé : la ville captivée et l’économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle »

Thèse soutenue (Sciences po Paris, 2019) : « La ville captivée : affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle »

Mardi 13 décembre 2022 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Shandiva Banerjee (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHMC) : « Policer les gens de couleur en France (1777-1814) »

Thèse en cours : « La police des Noirs en France métropolitaine (1716-1848) »

Mardi 10 janvier 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Thomas Pasquier (Paris 8 Vincennes Saint-Denis, IDHE.S) : « Les vols en Révolution, 1789-1802 »

Thèse en cours : « Vol et voleurs sous la Révolution et l’Empire (France, 1789-1815) »

Mardi 14 février 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Félix Breteau (Université de Caen-Normandie, HISTEMÉ) : « “Redoubler de zèle pour parvenir à découvrir la vérité”, Les enquêtes de police à Caen pendant la Révolution (1791-1799) ».

Thèse en cours : « Enquêter à Caen pendant la Révolution (1789-1799). L’enquête pénale comme production d’un dispositif de rationalité administrative d’État »

Mardi 14 mars 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) : séance reportée au jeudi 4 mai 2023

Mardi 18 avril 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Jeanne-Laure Le Quang (IHMC) : « Police et politique : les suspects de haute police sous le Consulat et le Premier Empire »

Thèse soutenue (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2018) : « Haute police, surveillance politique et contrôle social sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814) »

Jeudi 4 mai 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Sophie Reculin (IRHIS) : « Policer la ville : l’éclairage urbain »

Thèse soutenue (Université de Lille, 2017) : « “Le règne de la nuit désormais va finir”. L’invention et la diffusion de l’éclairage public dans le royaume de France (1697-1789)  »

16 mai 2023 (16h-18h, Bibliothèque de l’Arsenal) :

Elisabeth Rochon (UQAM, Paris 8) : « Policer le marché aux chevaux parisiens »

Thèse soutenue (UQAM/Paris I, 2023) : « Le marché aux chevaux de Paris: un espace, des usages, une police (1642-1789) »

16 juin 2023, Université de Lille :

Journée d’étude « L’historien face au personnage policier » : https://calenda.org/1080980?file=1



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 25 septembre). Recherches actuelles sur la police. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3zq

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search