Irène Bastard

Irene -PhotoLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, qui se prête au jeu.

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé par suivre le parcours classique des bons en maths : prépa scientifique et école d’ingénieur (Télécom ParisTech). J’ai fini cette formation par un master à HEC pour étudier l’impact du numérique dans les entreprises. Après six années de gestion de projet informatique (changer les téléphones des centres d’appels de La Redoute, développer de nouveaux services chez les opérateurs Télécoms et les médias), j’ai eu envie d’acquérir des méthodes d’étude des usages. Il s’agissait pour moi de dépasser la conception de services pour aller voir les « vrais gens », ce qu’ils faisaient des idées pensées et des interfaces réalisées, replacer les activités numériques dans des pratiques traditionnelles. Je suis donc retournée à Télécom ParisTech, cette fois-ci pour piloter un projet de recherche en économie et sociologie, sur l’impact du numérique sur les pratiques culturelles. Cette ouverture m’a donné envie d’aller plus loin et je me suis lancée dans une thèse de sociologie, en contrat CIFRE avec Orange Labs, sur « les logiques de partage de l’information en ligne »1. J’ai terminé mon doctorat en octobre 2015, avant d’arriver à la BnF.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Mon domaine de recherche est la sociologie des publics. Dans les secteurs des médias et de la culture, la réception des contenus constitue une activité sociale : on parle de l’actualité captée au cours de la journée, des films que l’on a aimés, des livres que l’on a lus. Ces discussions participent à la formation des goûts et des opinions. Or en ligne, les modalités de discussion évoluent : on s’adresse à plusieurs amis proches avec un email, on like ou on partage un article pour indiquer ses lectures ou pour faire un clin d’oeil, etc. La question est donc d’étudier comment les activités numériques cohabitent avec les pratiques hors ligne pour former les conversations et les publics ; et si les goûts et opinions qui résultent de ces pratiques mixtes plébiscitent les mêmes contenus que l’industrie culturelle et les médias.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

La double compétence ingénieur-sociologue est très certainement la matrice de mon travail. En termes de « carrière », j’ai du reprendre des études en même temps que mon travail à un moment, ce qui oblige à comprendre des manières de penser différentes et à accepter un certain relativisme. L’enjeu pour moi était de devenir ambidextre, c’est-à-dire pouvoir utiliser à tour de rôle des sciences dures et des sciences molles ; ou si ce n’est pas moi qui utilise ces outils, pouvoir faire appel à tour de rôles aux compétences des uns et des autres.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Je ne suis (malheureusement ?) pas bibliothécaire, mais j’espère bien participer aussi à la Bibliothèque ! Les publics de la BnF sont nouveaux pour moi, donc les applications de ma recherche sont à ce jour méthodologiques. Pour les différents usagers de la bibliothèque, il s’agit de pratiquer des terrains multiples et variés, en ligne ou dans le hall, pour toujours aborder les publics sur place par plusieurs approches. Pour chaque sujet, chaque public, chaque dispositif, le challenge est d’utiliser au mieux le meilleur outil, et de garder une réflexivité sur ce que je fais pour pouvoir améliorer ces techniques d’enquête ou de projets.
Au quotidien, j’ai actuellement plusieurs projets comme le rapport de fréquentation 2015, l’étude des usages des ressources électroniques, l’observatoire des publics, le partenariat avec les étudiants en design de l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI). Sur chacun, j’alterne entre les réunions internes pour échanger sur les productions en cours, les liens avec les partenaires, les phases de travail personnel pour lire ou formaliser des éléments complémentaires. Par rapport à la recherche à l’université, mes activités intègrent donc plus d’interactions avec des collègues.
En parallèle, je garde quelques projets d’enseignement ou de recherche, de manière à garder une veille sur les méthodes et sujets discutés par les chercheurs.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’étais en mission de conseil en stratégie en Guadeloupe avec un salaire doublé pour dédommagement de la distance, et je trouvais que les questions de mes anciens profs d’économie et sociologie étaient plus intéressantes que les courbes d’audience d’un site web… mais je n’aurai jamais imaginé faire de la recherche moi-même !

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le cri du peuple, février-mai 1870 (je crois). En fait je n’ai pas travaillé sur ce matériau, mais j’ai croisé la boîte de cet objet en prenant l’ascenseur de la T2 [Tour des Lois], et c’est le moment où j’ai pris la mesure de la BnF. Ca m’impressionne de travailler pour une bibliothèque patrimoniale (même si j’ai aussi adoré passer dans les couloirs de fringues ou de canapés à tester à La Redoute). Depuis, je fais toujours attention aux « boîtes » dans les ascenseurs.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

C’est indiscret comme question ça ! Si je réponds que mon passe-temps préféré est de faire du shopping ou de manger des gâteaux au chocolat en regardant des téléfilms à l’eau de rose, ça me permet de rentrer dans un cliché plutôt que de me dévoiler ?
Et sinon, je fais de la sculpture.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Et ça c’est très dur comme question, je ne sais pas pour les autres chercheurs mais moi j’ai toujours une certaine insatisfaction dans mes recherches : on trouve des réponses à nos questions et en même temps on trouve aussi tellement de nouvelles questions !
J’ai participé à un projet ANR, Algopol, avec des informaticiens et des sociologues : nous avons mis en ligne une application pour demander aux internautes de nous permettre de télécharger leur compte Facebook pour faire des recherches sur les modes de conversation en ligne. Nous avons collecté 16000 comptes Facebook, ce qui permet de travailler sur les usages réels de la plate-forme, plutôt que de rester sur les idées fantasmées ou les discours anecdotiques. J’étais très heureuse de mener au bout ce projet, parce que c’était une démarche réellement innovante à la croisée de mes champs de compétences et parce que je pense que les résultats sont importants2.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité et l’humilité, ou l’humilité et la curiosité. L’humilité parce qu’elle rappelle que les recherches ne sont que des petits bouts de connaissances, qu’il faut accumuler avec beaucoup de respect pour les enquêtés, les matériaux, la science en général. La curiosité parce que c’est ce qui permet d’utiliser cette humilité pour se poser des questions, envisager des protocoles d’exploration, tester des hypothèses et les approfondir ou revenir en arrière.
Et quand même un peu de persévérance : le temps long de la recherche est à mon sens réellement une épreuve, autant quand on explore un terrain sans en voir le bout que lorsqu’on rédige un article en revenant chaque jour aux premiers mots. Et pourtant, ce temps est nécessaire pour mûrir une analyse, faire tomber des présupposés, discuter des concepts, éclaircir la rédaction.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Est-ce que l’écriture ça compte ? L’écriture comme trace pérenne et comme support d’interaction me parait être une invention plus que fascinante, mais j’ai peur de paraître un peu naïve en disant ça. Sinon je trouve que le « CTRL+C » est quand même une grande invention…

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

J’accorde beaucoup d’attention à la diversité des rencontres et des parcours : lire un article à côté de mon champ disciplinaire, rencontrer un étudiant en master ou un vieux professeur à la retraite si l’un ou l’autre veut discuter de mes recherches, accompagner des élèves dans un parcours d’apprentissage. Cette attention suscite bien sûr des hasards d’idées et de liens. C’est aussi ce que sur Internet on appelle la sérendipité : cette capacité à se laisser porter de liens en liens jusque des contrées improbables, sans pour autant être passif puisqu’au fur et à mesure on capte ce qui fait l’intérêt et le plaisir de la navigation.

  1. Bastard, Irène, De pages en proches, de proches en pages. Exploration et réception des informations en ligne, Paris, 2015 []
  2. Pour les résultats préliminaires voir : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/04/17/une-etude-revele-les-trois-grands-profils-d-utilisateurs-sur-facebook_4618227_4408996.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *