Enseigner autrement, « penser autrement ». L’idée d’une école différente de Suzanne Citron

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Letizia Goretti évoque le séjour en Chine de Suzanne Citron sur laquelle elle mène son projet de recherche intitulé Déconstruire pour reconstruire : la pensée et l’engagement dans l’apprentissage (et pas seulement) de Suzanne Citron, mené à la Bibliothèque de l’Arsenal1.

Le refus a toujours été un geste essentiel. Les saints, les ermites, mais aussi les intellectuels. Les quelques personnes qui ont fait l’histoire sont celles qui ont dit non.

Pier Paolo Pasolini, Nous sommes tous en danger2

Pier Paolo Pasolini, dans les lignes de sa dernière interview, réalisée quelques heures avant d’être brutalement massacré et de perdre la vie3, évoque l’éducation et l’école. A la lecture de ce texte très court, mais d’une intensité déchirante, une affirmation de Pasolini résonne comme un rugissement : « l’école soi-disant obligatoire fabrique forcément des gladiateurs désespérés. La masse ne cesse de s’accroître, comme le désespoir, comme la rage »4. On peut dire, une vision très contemporaine de la société. Bien des années plus tôt, en 1954, Don Lorenzo Milani avait fondé, dans une petite ville qui ne comptait que quelques âmes, son « école de désobéissance »5 pour ne pas « fabriquer » des « gladiateurs désespérés » et ne laisser personne derrière, pour que l’école ne devienne pas un nouvel instrument d’inégalité.

Cette dernière idée était dans un certain sens aussi la vision de Suzanne Citron. Dans sa vie, elle a consacré son temps, sa passion et son travail à l’école, à l’améliorer, à la changer. Elle s’est aussi engagée à transmettre une autre façon de penser ; elle a toujours incité les élèves à « penser autrement »6 et à avoir une pensée multidisciplinaire, qui ne se limite pas à la seule « spécialisation ». Citron savait – et c’est aussi pour cela qu’elle s’est battue – que l’école n’était plus le lieu où les étudiants et les étudiantes pouvaient créer leur propre esprit critique, se libérer de l’hypocrisie quotidienne, avoir les mêmes opportunités, etc. Par ailleurs, certains professeurs à l’époque – comme aujourd’hui – avaient de leur côté des difficultés à enseigner les différentes disciplines à travers des manuels et des méthodes obsolètes, dans un contexte de « cloisonnements hermétiques entre disciplines » et de rigidité intellectuelle/institutionnelle, dans lequel Citron elle-même demande : « pourquoi cet immobilisme et ces rigidités absurdes » ?7

Ainsi, contre « l’immobilisme scolaire », tout au long de sa carrière – et après – elle a été très attentive, d’abord, à l’enseignement de l’histoire dans l’école, qui a été « son combat » : elle a décortiqué et déconstruit l’histoire du « roman national », mais elle a aussi construit une nouvelle façon de « faire l’école », de « penser l’école ». En second lieu, Suzanne Citron a critiqué et mis en cause l’enseignement de manière générale et le système de l’école, tout en cherchant de nouvelles méthodes de travail pour les professeurs et de nouvelles méthodes d’apprentissage pour les élèves8.

Le processus de « déconstruction » qui a été utilisé par Citron pour fonder une relecture de l’histoire a été aussi une bonne démarche pour la formation de la pensée critique, qui est quelque chose que l’on ne peut pas enseigner aux étudiants, mais pour laquelle il faut leur donner les outils qui leur permettent de trouver eux-mêmes leur chemin. Selon Suzanne Citron, enseigner ce n’est pas donner des ordres ou des connaissances préétablies, mais regarder les faits passés sous un autre angle et les relier au présent pour déclencher un processus de réflexion. À un certain moment, dans son travail de professeure au lycée, Citron décide « de rompre avec la liturgie et les rites traditionnels de la classe – interrogations au tableau sur la leçon, cours ex cathedra »9

Elle a plutôt choisi de faire des séances de travaux dirigés dans ses classes, qui travaillent en groupes, en utilisant une approche théorico-pratique, avec l’interaction de différentes disciplines.

Par exemple, une classe de 1ère en 1967 a travaillé d’abord sur la création d’un livre collectif, Coordonnées de la France 1967, pour terminer à la mi-juin par une exposition sur les problèmes d’aménagement et d’urbanisation de la région de Paris, organisée entièrement par les élèves au moyen de cartes, d’esquisses, de maquettes et de photos ; tout le matériel a été produit par ces derniers, en collaboration avec d’autres classes.

La liberté de penser et de s’exprimer, de créer de la coopération et non pas de la compétition, de faire que chacun se sente à sa place et de ne pas être dans le rejet sont des éléments de base fondamentaux de l’école. Ce sont des enseignements simples hérités de tous ces penseurs et toutes ces penseuses qui ont dit « non ».

Notes



Citer ce billet
Letizia Goretti (2023, 13 septembre). Enseigner autrement, « penser autrement ». L’idée d’une école différente de Suzanne Citron. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ze

  1. Texte et photos des travaux des étudiants (Fonds d’archives S.C.), photographies Letizia Goretti. []
  2. Citation traduite de la version italienne. Colombo, Furio. Siamo tutti in pericolo. L’ultima intervista di Pasolini. Reggio Emilia : Compagnia Editoriale Aliberti, 2020, p. 31. []
  3. Le journaliste Furio Colombo interviewe Pasolini dans l’après-midi du 1er novembre 1975. L’entretien a été publié à titre posthume le 8 novembre 1985 dans la Stampa-Tuttolibri. Colombo, Furio, op, cit., p. 27. Il existe plusieurs traductions de cet entretien en français, également disponibles en ligne. []
  4. Citation traduite de la version italienne. Colombo, Furio, op. cit., p. 40. []
  5. Don Lorenzo Milani a été prêtre, éducateur et fondateur de l’École de Barbiana, une école innovante en matière de pédagogie, dans un petit village dans les montagnes du Mugello en Toscane.
    Milani, Don Lorenzo. La scuola della disobbedienza. Milano : Chiarelettere, 2015.  Scuola di Barbiana, Lettera a una professoressa. Edizione speciale «quarant’anni dopo», Fondazione Don Lorenzo Milano (dir.). Firenze : Libreria Editrice Fiorentina, 2007. []
  6. « Penser autrement » c’est le titre d’un essai de Suzanne Citron publié dans une œuvre collective dirigée par Wolfgang Brandhauer et Robert Tanzmeister : Romanistik Integrativ. Festschrift für Wolfgang Pollak, Braumüller, Wien, 1985. []
  7. Citron, Suzanne, Mes lignes de démarcation. Croyances, utopies, engagements, Paris : Édition Syllepse, 2003, p. 214. Pour en savoir plus, voir la quatrième partie de ce livre, « Changer l’École », pp. 205-250. []
  8. Tout le travail de Citron sur l’école est documenté par ses livres ou articles, comme L’École bloquée (Bordas, 1971) et Enseigner l’histoire aujourd’hui. La mémoire perdue et retrouvée (Les Éditions Ouvrières, 1984), ou encore « Refonder notre système éducatif » (Le Monde, 4 septembre 1997) et « Non à l’élitisme républicain » (Libération, 13 juin 2002), pour n’en citer que quelques-uns ; mais son engagement est aussi documenté dans sa participation aux groupes de réflexion ou le blog Aggiornamento histoire-géo ou, encore, dans son travail de professeure au lycée d’Enghien et d’assistante professeure à l’Université Paris-Nord (Paris 13). Tous les documents sont disponibles dans le Fonds d’archives à la Bibliothèque de l’Arsenal. []
  9. Ibid., p. 210. []

Letizia Goretti

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (site de l'Arsenal)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search