La Bibliothèque du roi en 1752

Dans son Architecture françoise, l’architecte Jacques-François Blondel (1705-1774) consacre un chapitre entier à la « Deſcription des bâtimens de la Bibliothèque du Roi, rue de Richelieu ; de la Bourſe, rue Vivienne ; & de la Compagnie des Indes, rue neuve des Petits-Champs »1, moins pour ses caractéristiques architecturales qu’il n’a de cesse de vilipender et qui, à ses yeux, ne méritaient pas de l’y faire figurer dans son ouvrage, que parce qu’il s’agit d’un bâtiment public de Paris qui « contient la plus belle collection de livres, de médailles, & d’eſtampes qui ſoit en Europe ».

C’est ce chapitre que nous transcrivons ci-après, respectant l’orthographe de l’époque dont les « s » [ſ] longs, et sans ajouter des [sic] pour tous les accents manquants ou les circonflexes en trop par rapport à l’orthographe actuelle, mais uniquement pour les coquilles des compositeurs. L’original comportant des notes de bas de page, les nôtres sont encadrées de crochets carrés ([Note]).


CHAPITRE XIII.

Deſcription des bâtimens de la Bibliothèque du Roi, rue de Richelieu ; de la Bourſe, rue Vivienne ; & de la Compagnie des Indes, rue neuve des Petits-Champs.

OBSERVATIONS GENERALES

SUR CES DIFFERENS BATIMENS.

ON trouvera ſans doute pluſieurs parties négligées dans la diſtribution du plan Bibliothèque que nous donnons ici, & on ſentira ſans peine que la communication des différentes pieces qui ſont du reſſort d’un pareil édifice, auroit pû être mieux entendue, & diſpoſée d’une maniere plus rélative à leurs beſoins ; mais indépendamment qu’il ne fut pas primitivement érigé pour y placer la Bibliotheque du Roi, il eſt bon d’obſerver que les corps-de-logis qui le compoſent, ont été élevés à différentes repriſes & pour divers uſages. De-là le peu de rélation qu’on y remarque, quoiqu’on en doive naturellement exiger beaucoup dans un bâtiment de l’eſpece de celui dont nous parlons, principalement lorſque le projet eſt compoſé exprès, & qu’il eſt confié à la capacité d’un homme intelligent. Cependant, malgré les irrégularités que nous ſommes obligés d’avouer dans la diſpoſition générale de cet édifice, nous avons crû devoir l’inſérer dans ce recueil donc l’objet eſt de préſenter aux amateurs les différens genres de bâtimens civils élevés dans cette Capitale, avec d’autant plus de raiſon d’ailleurs, que ce monument contient la plus belle collection de livres, de médailles, & d’eſtampes qui ſoit en Europe.

Ces bâtimens compoſoient anciennement une partie de l’Hôtel Mazarin, échu en partage au Duc de Nevers : ils en porterent le nom pendant long-tems. Dans la ſuite le Roi en fit l’acquiſition, & on y plaça la banque. En 1721, Sa Majeſté ordonna, par un Arrêt de ſon Conſeil, qu’on tranſportât ſa Bibliotheque2 cet Hôtel, de ſorte qu’aujourd’hui on le nomme Bibliotheque du Roi, ainſi qu’on le remarque par une inſcription ſur la porte d’entree, rue de Richelieu, conçûe en ces termes :

BIBLIOTHEQUE DU ROI.

On a joint dans le plan du rez-de-chauſſée de cette Bibliotheque celui des bâtimens connus ſous le nom de la Compagnie des Indes & de la Bourſe3, dont l’un a ſa principale entrée dans la rue Neuve des Petits-Champs, l’autre dans la rue Vivienne, parce que ces trois édifices appartiennent au Roi, & ſont liés de maniere que nous avons crû faire plaiſir de les rendre publics ; d’ailleurs la Compagnie des Indes & la Bourſe ont formé long-tems l’autre partie da Palais Mazarin.

Ces deux derniers bâtimens, quant à leur diſtribution, ſont dans le cas du précédent, c’eſt-à-dire, que n’ayant pas été originairement érigés pour les uſages auxquels ils ſont déſtinés aujourd’hui, il leur manque beaucoup de commodités, & ils ne préſentent que très-imparfaitement l’idée qu’on doit ſe former de pareils édifices, dont l’objet principal eſt d’être ſpacieux, d’avoir de grandes cours aérées, & dont les bâtimens ſoient peu élévés, des iſſues aiſées, des dégagemens, des magaſins, des bureaux, des galleries pour les différentes communications & pour le ſervice public4, enfin une décoration extérieure qui annonce des monumens dignes de la Capitale qui les renferme. Nous remarquerons, à propos de ceux-ci, qu’il ſemble qu’en France on n’apporte pas aſſez d’attention à l’édification des bâtimens publics. Preſque tous ceux qui ſe voyent à Paris méritent le même reproche : la Monnoie, le Grand Conſeil, l’Arſenal, l’Hôtel de Ville, nos Juridictions, ſont autant d’édifices à ériger à neuf. Nous n’avons point de bains publics, ſi utiles dans une grande ville, & ſi faciles à pratiquer à la faveur de la riviere qui paſſe au milieu. Nos théatres ſont petits, leurs iſſues trop ſerrées ; point d’Hôpital pour les malades, qui ſoit ſitué d’une maniere convenable ; point de greniers publics pour la proviſion d’une ville ſi peuplée : point de carrefours ; la plûpart des rues trop étroites, aucune ſévérité pour leur alignement, très-peu de belles fontaines, des marchés mal percés, des halles, des ports la plûpart fort négligés, un grenier à ſel trop peu ſpacieux, nos écoles, nos Académies mal diſtribuées. Enfin, ſi l’on excepte quelques Egliſes, deux ou trois Places publiques, quelques grands Palais, la promenade des Thuilleries, celle du Luxembourg, & un aſſez grand nombre d’Hôtels, cette Capitale, la rivale des plus grandes & des plus belles villes de l’Europe, ne ſe manifeſte guéres par la magnificence de ſes monumens. D’ailleurs ceux qu’elle renferme n’étant pas annoncés par des avenues directes qui en preſentent le coup d’œil aux Etrangers, ils leur échappent en quelque forte, & font preſqu’autant d’édifices en pure perte pour qui n’eſt pas citoyen ; de maniere que toutes les Nations qui voyagent parmi nous, n’emportent le plus ſouvent qu’une idée très-imparfaite de notre Architecture & de l’opulence de nos bâtimens.

Il eſt vrai qu’on ſe diſpoſe à décorer cette grande Ville de pluſieurs beaux édifices. On éléve actuellement une Ecole Militaire, l’Hôpital des Quinez-Vingt ſe continue, on ſe propoſe d’ériger une nouvelle place publique, on va conſtruire un Hôtel de Ville, on projette une place devant S. Sulpice, une grande rue & de vaſtes bâtimens ſont commencés devant Notre-Dame ; tous ces monumens embelliront Paris conſidérablement, & feront ſans doute dans la ſuite autant de raiſons pour déterminer à faire élever les édifices qui nous manquent. Mais je crois devoir faire obſerver qu’avant que de le entreprendre, il faut abſolument élargir la plus grande partie des rues, procéder à leur alignement avec plus de circonſpection, & ne pas regarder comme une choſe indifférente de laiſſer à certains Propriétaires la liberté d’éléver des façades d’une décoration triviale, telles qu’il s’en conſtruit tous les jours dans les plus beaux quartiers de cette Ville, où à côté d’un édifice conſidérable, on bâtit des maiſons, dont la plûpart de nos Provinces ne ſouffriroient pas l’exécution hors des portes de leurs bourgades.

Plan du rez-de-chauſſée. Planche Premiere.

Comme cette planche contient trois genres d’édifices réunis enſemble, ainſi que nous venons de l’obſerver, nous allons en parler ſéparement pour ne pas confondre leur différente deſtination.

Diſtribution au rez-de-chauſſée des bâtimens de la Compagnie des Indes.

Tout ce qui regarde la Compagnie des Indes eſt exprimé ici par une ſeule taille un peu forte, & ne contient que le rez-de-chauſſée, compoſé d’une cour principale, de deux cours particulieres & d’un jardin peu ſpacieux. Le Directeur des bureaux de la Compagnie a ſon logement dans les bâtimens de la cour marquée O, tant au rez-de-chauſſée, qu’au premier étage. Cette cour a ſon iſſue principale par la rue Neuve des Petits-Champs, auſſi-bien que la cour P, qui lui ſert de communication avec la cour principale, laquelle a auſſi ſa porte d’entrée par la même rue. Cette porte eſt en tour creuſe, décorée d’un Ordre Dorique avec des colonnes engagées. Son ordonnance, d’aſſez bon goût & ornée d’une ſculpture intéreſſante, eſt du deſſein de M. Molet5, Architecte, qui a bâti l’Hôtel d’Evreux, que nous donnons, Chapitre XXXII.

L’intérieur de cette cour principale eſt entourée de bâtimens à pluſieurs étages, à l’exception du côté de la rue qui n’en a qu’un ſeul. La décoration extérieure de ces bâtimens eſt d’une Architecture fort indifférente, quoique cet Hôtel fut anciennement la demeure du Cardinal Mazarin ; les appartemens du rez-de-chauſſée ſont occupés par des bureaux d’eſcompte du comptant & du dividen, par le tréſor, par la caiſſe, quelques magazins, un veſtibule, deux grands eſcaliers & un corridor qui dégage de part & d’autre dans le bâtiment de la Bourſe. Le premier étage, que nous ne donnons point ici, s’étend & communique dans les appartemens qui environnent les cours O, P, & eſt composé de pluſieurs bureaux, de quelques grandes ſalles d’aſſemblée, de cabinets, de dépôts & de logemens pour les chefs des differens départemens de cette Compagnie.

Comme des diſtributions n’ont pas été faites à l’uſage d’un bâtiment de l’eſpece de celui dont nous parlons, on n’y trouvera pas ces commodités, cette élégance & cet eſpace qu’il ſemble exiger. Cependant, ainſi que nous l’avons remarqué plus haut, il nous a paru qu’il n’étoit pas inutile de donner cet édifice tel qu’il eſt à preſent, ſurtout ayant au ſoin d’écrire ſur cette planche le nom des principales pieces, pour en indiquer l’uſage & la deſtination ; deſorte qu’avec le local qu’on trouve ici, on peut, en ſe ſoumettant aux régles de l’Art & à la partie de la diſtribution qui fait aujourd’hui un des mérites eſſentiels de notre maniere de bâtir, compoſer un édifice dans le même genre, mais plus convenable à ſes beſoins & plus coniorme aux principes de la bonne Architeaure.

Diſtribution au rez-de-chauſſée des bâtimens de la Bourſe.

Ces bâtimens conſiſtent principalement en un grand préau ou jardin, pratiqué dans une cour aſſez ſpacieuſe. Ce préau eſt planté d’arbres, ſablé & garni de bancs de pierre. Dans une partie des bâtimens qui environnent ce préau, eſt diſtribué un périſtile à un ſeul étage, couvert en terraſſe & percé d’arcades toutes ouvertes au rez-de-chauſſée, afin de s’y mettre à couvert en cas de pluye. Ces galleries ſont interrompues dans un des angles de cette cour, la Compagnie des Indes, qui eſt logée fort à l’étroit, ayant eu beſoin de cette partie de gallerie à laquelle elle communique, auſſi-bien que dans le préau, par la porte marquée Q, pour y faire un magaſin ou dépôt pour le caſtor.

Ces galleries qui ſemblent avoir été érigées depuis peu d’années, ſont d’une décoration aſſez bien entendue ; mais je remarquerai que pour avoir voulu éviter la depenſe des colonnes, & procurer cependant beaucoup d’air à ces périſtiles, on a pratiqué des arcades en plein ceintre de huit pieds de largeur, ſeparées & ſoûtenues par des piédroits de 25 pouces de largeur fur 18 d’épaiſſeur qui paroiſſent trop fragiles, malgré leur ſolidité réelle ; tant il eſt vrai que la vraiſemblance eſt dune néceſſité indiſpenſable dans la conſtruction des édifices. Cependant, malgré cette conſidération, j’ai crû devoir faire obſerver cet exemple, non comme une autorité à ſuivre indiſtinctement, mais comme une conſtruction la plus légere qu’il ſoit poſſible de mettre en œuvre dans ce genre, eu égard au poids des baluſtrades, des planchers & des combles en terraſſe que ces portiques ſoutiennent, & qui tendant à pouſſer au vuide, ne ſe démentent point depuis qu’ils ſont élévés ; deſorte que ſi d’un côté l’ordonnance paroît contraire aux principes de la décoration, de l’autre cette hardieſſe rélative à la néceſſité & à l’œconomie, fait honneur à l’induſtrie de l’Entrepreneur.

A l’une des extrémités de ce périſtile eſt un perron marqué R, par lequel on entre à découvert dans une premiere piece ſervant de bureau, & dans la gallerie de la Bourſe, qui anciennement étoit une des galleries du Cardinal Mazarin. Cette gallerie a été interrompue ſur ſa longueur pour procurer quelques bureaux à la Compagnie des Indes, qui par ce moyen a une iſſue libre dans cette Bourſe par une antichambre commune à ces bureaux & à la gallerie. La décoration de cette derniere conſiſte en une ordonnance d’Architecture & de Sculpture de rélief, accompagnée de peintures à freſque faites par Grimaldi Bologneſe6. On remarque de la pureté dans les profils de l’Architecture de cette gallerie, du choix dans les compartimens, & une aſſez grande quantité de figures de marbre, dont quelques-unes ſont antiques, mais la plûpart ſi mutilées quelles n’intéreſſent que faiblement. On voit dans le bureau qui occupe une des extrémités de cette grande piece, auſſi-bien que dans l’antichambre, la même décoration dont nous venons de parler, d’où il eſt aiſé de concevoir la dégradation de ce monument, qui à bien des égards, meritoit d’être conſervé.

L’entrée principale de la Bourſe donne du côté de la rue Vivienne ; elle s’ouvre le matin certains jours de la ſemaine, aux Marchands & aux Banquiers, pour le commerce de l’argent & des billets. Cette eſpece de bâtiment s’appelle aſſez communément Place, à Lion Loge ou Change, à Londres, à Anvers, à Amſterdam, Bourſe, mais par ces différens noms on entend toûjours des édifices deſtinés aux mêmes uſages. Ces bâtimens, comme nous l’avons déjà remarqué, doivent être ſitués avantageuſemcnt, avoir des iſſues libres & commodes pour le dégagement des équipages, des cours d’une certaine grandeur, des veſtibules ou des périſtiles couverts, des galleries, des bureaux, enfin une promenade particulière, s’il eſt poſſible, en obſervant que ſi l’on bâtit dans un lieu vaſte, ces bâtimcns ſoient, autant que faire ſe peut, tous pratiqués au rez-de-chauſſée, pour procurer un accès plus facile aux différentes perſonnes que le commerce met en liaiſon les unes avec les autres.

Diſtribution au rez-de-chauſſée des bâtimens de la Bibliotheque du Roi.

La cour de cet édifice eſt aſſez conſidérable, mais ſa proportion vicieuſe & le peu de ſimétrie de ſes bâtimens ne peuvent être autoriſés. Les piédroits marqués A annoncent cependant qu’on avoit voulu continuer un mur de ſéparation pour diviſer ſa grande longueur, & faire un jardin de la plus grande partie, & une cour principale de la plus petite ; mais la décoration diſſemblable de ſes murs de face eſt un défaut qui ne peut ſe tolérer dans un édifice d’importance, à moins que, comme nous l’avons déjà obſervé, la néceſſité de faire de cette maiſon un bâtiment public, en attendant une occaſion plus favorable, ne puiſſe ici ſervir d’excuſe. Auſſi ſans avoir égard aux défauts que nous ſerions obligé de remarquer dans ce bâtiment, par rapport à l’ordonnance, la ſimétrie, la proportion & la diſtribution, nous nous attacherons ſeulement à donner une idée des differens départemens qui ſont néceſſaires à une Bibliotheque, & dont la plus grande partie ſe trouve dans ce bâtiment avec beaucoup de grandeur & de magnificence.

Tout ce rez-de-chauffée eſt deſtiné à différentes piéces ſervant à des bureaux, magaſins, atteliers, & à d’autres uſages du reſſort d’un bâtiment de cette eſpece. Deux grands eſcaliers marqués B, C, précédés de veſtibules, montent au premier étage & ſont ſitués de maniere que chacun communique à l’extrémité des galleries, dans leſquelles ſont placés les livres, au premier étage. Les pièces D renfermoient ci-devant les cabinets des eſtampes, mais ils viennent d’être diſtribués en entrefols7, acquiſes par le Roi en 1730, celles du cabinet de M. de Guigneres [sic pour Gaignières]8, léguées au Roi en 17.. Ces claſſes ſont déſignées par autant de lettres de l’Alphabet.
La premiere claſſe, ou lettre A, comprend les œuvres des Peintres, Sculpteurs, Architectes, Ingénieurs, Graveurs, & des recueils d’eſtampes en livres, ou en portefeuilles rélatifs aux œuvres.
La ſeconde claſſe, ou lettre B, contient des livres d’eſtampes de piété, de morale, emblêmes & deviſes ſacrées.
La troiſieme claſſe, ou lettre C, contient des livres qui traitent de la fable & des antiquités Grecques & Romaines, &c.
La quatrieme claſſe, ou lettre D, renferme des livres qui traitent de la généalogie, chronologie, blaſon & armoiries, médailles & monnoyes.
La cinquieme claſſe, ou lettre E, comprend des fêtes publiques, entrées de villes, cavalcades, tournois & carouſels qui ſe ſont donnés en divers pays.
La fixieme claſſe, ou lettre F, contient des pieces qui traitent de la Géométrie, des machines, des Mathématiques, des exercices militaires de terre & de mer, & d’autres pieces touchant les arts & mêtiers.
La feptieme claſſe, ou lette G, contient quelques romans & porte-feuilles de facéties, plaiſanteries & bouffoneries.
La huitieme claſſe, ou lettre H, contient des livres d’Anatomie & autres parties de l’Hiſtoire naturelle. On a fait un Catalogue à part, ſuivant le ſyſtéme de Tournefort (([Le botaniste Joseph Pitton de Tournefort (1656-1708), auteur d’Éléments de botanique ou méthode pour connaître les plantes qui développe une classification botanique.])), des volumes de plantes peintes en mignature, attendu qu’ils augmentent d’année en année.
La neuvième claſſe, ou lettre I, eſt formée par une ſuite de porte-feuilles de Géographie.
La dixieme claſſe, ou lettre K, contient une ſuite de porte-feuilles remplis de pièces Topographiques gravées ou deſtinées à la main.
La onzieme claſſe, ou lettre L, comprend une collection de portraits, diviſée par pays.
La douzieme & derniere claſſe, ou lettre M, contient un recueil de modes, ou d’habillemens de la Monarchie Françoiſe depuis Clovis.)) au-deſſus des pièces marquées E, & l’on y monte par l’eſcalier F. Ces pieces D contiennent aujourd’hui les preſſes, les papiers d’impreſſion, les doubles des épreuves, &c.

Les pieces marquées G, H, ſont les atteliers occupés ci-devant par Mrs. Nattoire (([Le peintre Charles Natoire (1700-1777).])) & Boucher9, & aujourd’hui par Mrs. Pierre (([Jean-Baptiste-Marie Pierre (1714-1789), premier peintre du Duc D’Orléans, premier peintre du Roi, et président de l’Académie.])) & Reſtout10, Peintres de S. M. & de l’Académie Royale de Peinture & de Sculpture. Les pieces I ſervent de bureaux, c’eſt où l’on compoſe les Catalogues, où ſe tiennent les Commis, Scribes, &c.

Dans l’une de ces pieces on a vu pendant long-tems les modeles des differens bâtimens faiſant l’objet de l’Architecture Navale11, exécutés ſous la conduite de M. Duhamel12, & qui actuellement ſont tranſportés au Louvre, attenant l’Académie des Sciences.

La piece K eſt une Chapelle où l’on dit la Meſſe ſeulement les Dimanches & les Fêtes. Sa décoration eſt fort ſimple, elle eſt, ainſi que toute cette aîle de bâtiment, voutée en ceintre ſurbaiſſé avec des arcs doubleaux, ſoûtenus à leur naiſſance par de fort groſſes corniches d’un profil très péſant, mais correct. (Voyez la coupe d’une de ces pieces marquée B dans la Planche III.) La piece qui précéde cette Chapelle eſt une antichambre qui a ſa principale iſſue par le paſſage L, qui donne entrée à tout cet édifice, & dont la porte, qui eſt d’une aſſez belle ordonnance, eſt placée rue de Richelieu.

La piece marquée M fut conſtruite en 1731, pour y placer deux globes compoſés & exécutés par le Pere Coronelli13, qu’on a vus long-tems à Marly, & qui furent conſacrés à Louis le Grand par le Cardinal d’Eſtrées. Ces globes, qui ont 11 pieds 11 pouces & demi de diamétre, ſeront placés de maniere que les pieds & un des hemiſpheres doivent être vûs dans la hauteur de la piece dont nous parlons, & l’autre hemiſphere dans la piece de deſſus, les planchers étant percés circulairement & horizontalement14, afin que ceux qui voudront examiner ces globes, puiſſent les voir commodement ; mais depuis qu’on les a apportés de Marly, ils ſont reſtés encaiſſés, & ne ſont point encore expoſés à la vue des Connoiſſeurs, quoique Butterfield15 ait conſtruit de grands cercles de bronze de 13 pieds de diamétre, qui en font les horizons & les méridiens, leſquels ſont dépoſés ſéparement dans la piece marquée S, attenant la Chapelle. Sans doute on ne privera pas encore longtems le public d’une curioſité ſi peu commune, & qui ayant coûté tant de dépenſe, mérite bien qu’on en rende l’accès facile. Cette piece eſt éclairée aux deux extrêmités par des croiſées qui donnent ſur des cours particulieres, dont les murs peu élévés procureront une lumidre favorable à l’étude qu’exige cet examen important.

Les bâtimens dont nous venons de parler, ſont terminés à gauche par la rue Colbert, qui traverſe de la rue de Richelieu dans la rue Vivienne. De l’autre côté de cette rue, eſt un bâtiment particulier appartenant à S. M. dans le premier étage duquel eſt placé le cabinet des médailles, auquel on monte par l’eſcalier N. Nous parlerons de ce cabinet en expliquant la planche ſuivante ; nous dirons ſeulement ici que pour rendre ce cabinet de plain-pied avec la Bibliotheque, au premier étage, on a voûté un grand arc en plein ceintre dans la rue Colbert. Cet arc procure une communication de niveau à ces deux bâtimens. Dans la même rue, & à côté de ce petit bâtiment en eſt un autre ſervant de logement pour M. l’Abbé Joly, garde du cabinet des eſtampes, pour M. l’Abbé Barthelemi, garde du cabinet des médailles, & pour M. de la Cour16, Tréſorier de la Bibliotheque du Roi.

Le logement de M. Bignon, Maître des Requêtes & Bibliotequaire de S. M. eſt compris dans les bâtimens qui environnent la cour T. Cette cour a ſa principale entrée par la rue Neuve des Petits-Champs, & une communication avec la cour V, qui dégage par l’eſcalier F, ſervant à monter au cabinet des eſtampes, & qui donne dans le veſtibule du grand eſcalier B, qui conduit à la Bibliotheque. Ces bâtimens contiennent auſſi des appartemens pour M. l’Abbé Sallier & M. Melot, gardes de la Bibliotheque du Roi, pour M. Le Febvre17, qui en eſt le Secrétaire, &c.

Plan du premier étage de la Bibliotheque du Roi. Planche II.

On arrive au premier étage par le grand eſcalier A (marqué B dans le plan du rez-de-chauſſée). Cet eſcalier eſt ſpacieux, commode & bien éclairé. Le plafond a été peint, a ce qu’on m’a aſſuré, par M. Dullin18, Peintre, frere de l’Architecte, dont nous avons parlé, Tome I. pag. 215, note b. Ce qu’il y a de certain, c’eſt que cet ouvrage de peinture eſt d’une grande maniere ; mais on en a ſi peu de ſoin, qu’à peine y voit-on les beautés de détail qu’il contient. Au reſte la décoration des murs de cet eſcalier eſt aſſez bien entendue, quoique ſimple, elle eſt entiérement de maçonnerie. Cette conſidération, comme nous l’avons déjà remarqué plus d’une fois, auroit dû faire ſupprimer les ſujets coloriés dans ſon plafond pour y ſubſtituer des griſailles, ou de la Sculpture, parce qu’ordinairement les ſujets peints & coloriés font tache & ſe découpent trop ſur des murs d’une matière blanche ; il faudroit alors les peindre en marbre de couleur, ou les conſtruire réellement de cette matière, ce qui coûteroit conſidérablement & rendroit ces ſortes de pieces d’une magnificence qui exigeroit dans les appartemens une richeſſe prodigieuſe, qui ne convient que dans les Palais des Rois & rarement dans les édifices publics.

De cet eſcalier on entre dans une premiere grande gallerie de neuf croiſées de face, de-là dans un ſallon de quatre croiſées, & enfin dans une autre gallerie formant deux retours d’équerre, & qui eſt éclairée par trente-trois croiſées. Toutes ces ouvertures donnent ſur la cour, & ſur les murs oppoſés ſont diſtribués des corps d’armoires dans toute la hauteur du plancher. Cette hauteur eſt diviſée par un balcon en ſaillie, qui continue horizontalement dans toute la longueur de cette Bibliothèque ; deſorte que par de petits eſcaliers marqués *, on eſt à portée de tous les livres qui y ſont arrangés avec beaucoup d’ordre, & qui ſont communiqués au Public avec une politeſſe & une complaiſance qui fait honneur à la Nation Françoiſe19.

A l’égard de l’ordre des matieres, les livres de Théologie occupent la premiere piece marquée B ; ceux de Juriſprudence, les deux pièces C, D ; ceux d’Hiſtoire, le retour E : ceux des ſciences & arts, la moitié de la gallerie F : dans l’autre partie ſont diſtribués les livres concernant les belles lettres.

La porte G donne entrée au cabinet des médailles ; mais, comme le ſoin de ce riche dépôt regarde M. l’Abbé Barthelemi, on y entre communément par l’eſcalier N, qui donne dans le bâtiment particulier dont nous avons parlé en expliquant la Planche précédente. Ce cabinet, qui en 1684 avoit été tranſporté à Verſailles, & qui en 1748 fut rapporté ici, fait aujourd’hui une des principales curioſités de la Bibliothèque du Roi20. Cette piece eſt très-bien décorée par un lambris enrichi de Sculpture, dont les principaux ornemens ſont dorés. Cette menuiſerie renferme des tableaux peints par Mrs. Vanloo21, Natoire & Boucher. Dans les trumeaux de cette piece ſont diſtribuées des tables de marbre d’un plan chantourné qui ſoûtiennent des médailliers de menuiſerie dorée, dans leſquels ſont arrangées & diſtribuées dans des tiroirs les différentes ſuites des médailles d’or, d’argent, & de bronze, qui compoſent cette riche collection.

Les portes H doivent donner entrée au cabinet des globes, lorſqu’ils ſeront en état d’être rendus publics. Celle I donne ſur un ſécond grand eſcalier marqué O, dont nous avons parlé, pour le dégagement de la Bibliotheque, mais dont la communication n’eſt libre, ſans doute, que lorſque quelque perſonne de la première conſidération vient viſiter ce vaſte édifice, & qu’on ne veut pas lui donner la peine de retourner par l’eſcalier A. Cet eſcalier O eſt aſſez bien éclairé, doux, commode & terminé avantageuſement dans ſa partie ſupérieure par une belle corniche ornée de Sculpture, & par une calotte en voute ſurbaiſſée.

La gallerie marquée K, de 23 toiſes deux pieds ſur trois toiſes quatre pieds, eſt deſtinée aux manuſcrits ; on l’appelle communément Gallerie Mazarine, parce qu’elle faiſoit anciennement partie de l’Hôtel Mazarin, étant placée au-deſſus de celle dont nous avons parlé, en décrivant le plan du rez-de-chauſſée de la Bourſe. Cette gallerie eſt éclairée par huit croiſées en vouſſure, leſquelles ſont ornées de coquilles dorées. En face de chaque croiſée eſt une niche auſſi ornée de coquilles, & dont la ſurface eſt peinte de païſages par Grimaldi Bologneſe, mais qui ſont maſqués aujourd’hui par les corps de tablettes qui reçoivent les manuſcrits. Le plafond de cette gallerie eſt de la plus grande beauté ; il fut peint à freſque, vers 1651, par Romanelli22, qui y a repréſénté divers ſujets de la fable, avec un goût de deſſein exquis & une vigueur peu commune. Ces ſujets coloriés ſont diſtribués dans differens compartimens très-bien entendus, mêlés de médaillons ornés de camayeux & ſoûtenus par des figures & des ornemens feints de ſtuc, d’une beauté, d’une entente & d’une vérité qui n’ont de rivales que le plafond du Château de Vincennes, que l’on prétend même avoir été peint par Romanelli. En un mot on ne peut trop inviter les Connoiſſeurs à viſiter ce chef-d’œuvre de peinture, & quoiqu’il y ait environ un ſiecle qu’il eſt exécuté, & que ſon entretien ſoit allez négligé, il conſerve encore toute ſa fraicheur, & nous donne la plus haute idée du peintre célébré à qui nous le devons. Cette gallerie, comme nous l’avons dit, ne contient que des manuſcrits, & n’eſt pas publique ; mais l’affabilité de M. Melot, qui en a particuliérement la garde, & qui en fait actuellement le Catalogue, laiſſe voir aux amateurs ce chef-d’œuvre avec une complaiſance digne de l’amour qu’il porte aux beaux Arts.

La piece L appartient à la Bourſe : on y arrive par l’eſcalier M qui n’a aucune communication avec le bâtiment que nous décrivons. Les pieces N ſervent auſſi de dépôt pour les manuſcrits, leſquels, comme nous l’avons obſervé, ſe montant à quarante mille volumes, ne peuvent tous être contenus dans la grande gallerie. Les plus grandes de ces pieces font voûtées en maçonnerie, & ces voutes ſont ornées de ceintures dans le genre de celles qu’on remarque au grand eſcalier A. Enfin celles du côté de la grande cour ſervent de paſſage pour parvenir à la gallerie, qui aurait dû naturellement avoir ſon iſſue par l’eſcalier O, & dans la grande Bibliotheque par deux portes qui auraient pû être percées vers a b, ſi la piece L ne faſoit pas partie des départemens de la Bourſe.

La diſtribution des bâtimens que nous venons de décrire dans leur état actuel, prouve aſſez ce que nous avons dit au commencement de ce Chapitre, en remarquant que cet édifice n’étoit récommendable que par le local & par la nombreuſe collection qu’il renferme ; car à le conſidérer du côté des dégagemens, des iſſues & des communications, il s’en faut bien que cette diſtribution puiſſe ſervir d’autorité pour un bâtiment de l’eſpece de celui dont nous parlons ; mais certainement on ne peut diſconvenir qu’au moins, avec les préceptes de la bonne Architecture & les indications que nous avons données ici, cet édifice ne puiſſe amener à une composition plus heureuſement entendue.

La décoration extérieure des bâtimens dont nous venons de donner les plans, n’eſt pas traitée avec plus de ſuccès que la diſtribution. L’ordonnance de la plus grande partie des façades eſt irrégulière, elles n’ont pour la plûpart aucune analogie entre elles ; c’eſt pourquoi nous n’en donnerons que deux élévations dans ce Chapitre, encore avertirons-nous que c’eſt moins dans l’idée de préſenter aux yeux des Artiſtes une Architecture bonne à imiter, que pour donner à connoître l’étendue de ce monument, qui par ſon immenſité a dequoi étonner ceux qui ignorant les régles de l’Architecture, ſont naturellement portés à l’admiration en voyant un édifice d’une grandeur extraordinaire.

Elévation du fond de la cour, avec les coupes des deux grandes aîles de bâtiment, priſes dans le plan du rez-de-chauſſée ſur la ligne XY. Planche III, Figure Premiere.

L’ordonnance de cette façade eſt compoſée de deux arriere-corps a d’un avant-corps ; celui-ci eſt décoré de deux Ordres de pilaſtres, l’un Ionique, l’autre Compoſé. Cet avant-corps a trop peu de rélief, ſes extrémités ſur ſa largeur ſont trop maigres, n’ayant qu’un pilaſtre, au lieu qu’on pouvoit l’accoupler ſans relargir la dimenſion de cet avant-corps ; car n’ayant aucune ſujettion par rapport aux dedans, il pouvoit être diſpoſé plus heureuſement. D’ailleurs on peut obſerver que l’Ordre Ionique eſt trop court par rapport à celui de deſſus. Nous avons remarqué dans bien des occaſions qne [sic] les Ordres ſupérieurs dévoient avoir un demi-diamétre de moins que les inférieurs, ici au contraire, l’Ordre Compoſé a un module de plus. Cette irrégularité vient ſans doute de ce que la hauteur de ces étages a été aſſujettie à d’anciens bâtimens qui n’étoient pas deſtinés extérieurement à recevoir des Ordres ; car il eſt aiſé de remarquer par les murs de face de la coupe B du côté de la cour, que le rez-de-chauſſée ayant la proportion d’un ſoubaſſement, il ne devoit pas comprendre dans ſa hauteur un Ordre Ionique, qui comparé avec l’Ordre de deſſus, ne pouvoit avoir avec lui aucune analogie.

La forme des croiſées du premier étage, ornées de bandeaux & accompagnées de larges piédroits, préſente une Architecture vicieuſe. Ces piédroits diſputent de largeur avec les pilaſtres, & les formes en plein ceintre doivent être deſtinées aux portes & non aux croiſées. D’ailleurs il faut préferer en général aux ouvertures en plein ceintre les impoſtes, les chambranles, ou les bandeaux. On peut encore remarquer que la proportion de ces croiſées eſt trop ſvelte, le ſocle, ou la retraite, qui ſoutient l’Ordre Compoſé étant trop peu élévé. Cette retraite, qui doit avoir une hauteur d’appui dans tous les cas, auroit nourri l’ordonnance de cet étage, racourci [sic] l’Ordre que nous avons trouvé trop élévé, & procuré une meilleure proportion aux ouvertures de cet étage. Le rez-de-chauſſée de cet avant-corps, pris ſéparement, eſt mieux entendu, à l’exception des piédroits, qui ſont beaucoup trop larges comparés au diamètre des pilaſtres Ioniques.

Les arcades des arrieres-corps de ce rez-de-chauſſée, accompagnées de petits piédroits poſtiches, ne font pas non plus un bon effet. Le peu d’ouverture de ces arcades, ſéparées par des trumeaux immenſes, compoſe une Architecture péſante, qui ne va point avec la petiteſſe des Ordres de l’avant-corps. Les croiſées du premier étage des arrieres-corps ſont d’une aſſez belle proportion ; mais leurs trumeaux ſemblables à ceux de deſſous rendent l’élégance de ces croiſées chetive. D’ailleurs il ſeroit à ſouhaiter que dans toute ordonnance on s’éloignât de la prévention des frontons, partout où ils ne paroiſſent pas néceſſaires. La friſe de l’entablement qui couronne cette façade eſt ornée de conſoles qui ſoutiennent la corniche. Cet ornement & les profils de ce couronnement ſont d’une allez belle exécution & analogues à la compoſition du chapiteau, qui n’étant aſſujetti à aucun Ordre régulier, demandoit un entablement peu ſévére. D’ailleurs cet entablement étoit anciennement exécuté, & il étoit d’une ſorte de néceſſité de s’y aſſujettir dans tout le pourtour de ce bâtiment.

On voit dans les coupes B, C, l’intérieur des deux ailes en retour de ce vaſte édifice. Dans ces aîles ſont compriſes, au premier étage, les galleries, dans leſquelles eſt placée la Bibliotheque. La gallerie de la coupe B eſt plafonnée en ceintre ſurbaiſſé. En 1720, lorſqu’on plaça la Banque dans cet Hôtel, Pellegrini, Peintre Vénitien23, qui avoit beaucoup travaillé en Italie, en Allemagne, & en Angleterre fut chargé de repréſenter dans ce plafond, par divers tableaux allégoriques, les differens ſuccès de cette Banque & de la Compagnie des Indes ; mais cet ouvrage ne fut que commencé. Comme dans la ſuite cette gallerie fut deſtinée à un autre uſage, & quelle n’avoit que huit croiſées, on fût obligé de l’aggrandir, alors on blanchit le tout, & les Peintures allégoriques furent effacées.

La gallerie de la coupe C eſt terminée par un plafond horizontal, ainſi que toutes les autres pieces de ce premier étage. On a exprimé ici dans ces deux coupes la décoration que forment les tablettes qui reçoivent les livres, le balcon dont nous avons parlé, & les conſoles qui le ſoutiennent ; quoique cette décoration ſoit aſſez bien entendue, elle ne nous a pas paru néanmoins exiger un deſſein plus en grand. A propos de ces galleries deſtinées à contenir des livres, je rappellerai ce que j’ai dit ailleurs touchant la maniere d’éclairer24 ces ſortes de pieces, car, il me ſemble qu’une pareille gallerie ne devroit recevoir le jour que par en haut, dans le goût des deux cabinets qui ſe voyent au Palais Royal. L’avantage qui en réſulte, eſt de procurer plus de ſurface aux murs qui reçoivent les livres, d’apporter plus de ſimétrie dans la décoration, & de produire plus de recueillement aux perſonnes qui y viennent étudier. Je conviens que ce genre d’ordonnance exige une décoration extérieure qui réponde à l’intérieure ; mais, comme nous l’avons déjà remarqué, un édifice public doit annoncer par ſon aſpect ſa deſtination : conſéquemment la principale attention d’un Architecte eſt d’imaginer des moyens de conciliation, qui en offrant une diſtribution convenable, préſentent en même tems une ordonnance, qui, ſans s’écarter des préceptes de l’Art, peut néanmoins ſortir des formes ordinaires, & toûjours faire un bon effet. Les différentes études, les projets, & les recherches que j’ai faites à cet égard, me font avancer qu’il eſt poſſible de réunir ces différentes parties, & ſi on paroît content de la plûpart des obſervations que je fais dans cet ouvrage, je n’héſiterai pas de rendre publics un jour25 les différens moyens dont j’ai uſé pour parvenir à donner à chaque bâtiment l’expreſſion & le caractère qui leur conviennent ſelon mon opinion.

La coupe A fait voir le cabinet des globes ; ſa décoration eſt ſimple, mais cette ſimplicité, en général, eſt néceſſaire dans une piece conſacrée à l’étude, la richeſſe & la profuſion des ornemens devant être réſervées pour les appartemens de parade deſtinés à la réſidence des grands Seigneurs. J’eſtime que rien d’étranger ne doit diſtraire dans les lieux publics : c’eſt une des parties eſſentielles de la convenance, de décorer les bâtimens rélativement à leurs uſages. Un édifice ſacré, ainſi que ceux où l’on rend la juſtice, à la vérité, peuvent être ſuſceptibles de décoration ; mais il faut quelle ſoit grande, noble & grave. Les galleries de peinture, à mon avis, ne doivent avoir que des tableaux, les Bibliotheques que des livres, les cabinets d’Hiſtoire naturelle que des productions de la nature. En un mot il n’y a que les ſallons, ou quelques pièces ſemblables chez un particulier, qui puiſſent raſſembler différens genres de beautés, parce que n’étant pas aſſez opulens, & leur demeure n’étant pas publique, un Propriétaire connoiſſeur & intelligent peut recueillir diverſes curioſités, telles que des bronzes, des porcelaines, des tableaux, des livres, des bijoux, &c. ainſi qu’on en voit dans les cabinets de nos amateurs26, dont nous avons parlé ailleurs, & qui en petit mettent ſous les yeux des Curieux ce que nos édifices publics étalent ſéparement avec magnificence. De ce nombre ſont, à Paris, la gallerie des Antiques, au vieux Louvre : le cabinet d’Hiſtoire naturelle, au Jardin du Roi : la Bibliotheque dont nous parlons, le cabinet des médailles & des eſtampes, au même lieu : le cabinet des deſſeins des grands Maîtres, aux galleries du Louvre : les tableaux du Roi, au Luxembourg, &c. Car il eſt certain que l’étude demande de l’ordre, qu’il faut éloigner de l’eſprit tout ce qui peut le diſtraire, & qu’il n’appartient qu’à un homme verſé dans les ſciences & les arts, de conſidérer tout à la fois ces différens genres de productions. Une trop grande multiplicité nuit, & ſe grave moins facilement dans la mémoire. J’ai éprouvé plus d’une fois l’effet de cette diſtraction dans l’eſprit des perſonnes que j’ai accompagné dans ces différens monumens. C’eſt : d’après l’expérience que je parle ici, & je ne doute point que la plupart des vrais amateurs ne ſoient de mon avis.

Elévation d’une des aîles des bâtimens de la Bibliotheque du Roi, priſe ſur les lignes Z &. Planche III. Figure II.

Il eſt aiſé de ſe rappeller, à l’aſpect de cette Planche, ce que nous avons déjà dit, en obſervant que ces bâtimens n’ayant pas été faits enſemble, ni élevés par le même Architecte, il en réſultoit un défait de ſimétrie nuiſible dans un édifice devenu dans la ſuite un monument d’importance. Sans doute ſi, pour rémedier à ces défauts, à la place du piédroit B, on eut pratiqué un mur d’une certaine élévation, cette diverſité d’ordonnance auroit été plus ſupportable, & auroit, comme nous l’avons déja remarqué page 72, donné une meilleure forme à la proportion de la cour. (Voyez la Planche Premiere.) Il eſt vrai que ces expédient n’auroit ſatiſfait qu’imparfaitement à ce que nous déſirons ici ; car il eſt bon d’obſerver que l’aîle oppoſée à la façade marquée C n’étant pas la même, cet édifice auroit toûjours péché contre la ſimétrie, puiſque l’avant-corps decoré d’Ordres d’Architecture de ſe trouve pas répété dans l’aîle en face, ainſi qu’on peut le remarquer dans les plans. Au reſte nous ne rélevons pas cette irrégularité pour en faire la critique : nous avons dit ailleurs les raiſons de cette diverſité, et il ne paroît pas qu’il en réſulte aucun inconvenient pour la décoration intérieure, ces différents aîles étant diſtribuées & apperçûes ſéparement.

L’élévation de la façade marquée C eſt à peu près la même que la précédente. Un avant-corps de pareille dimenſion en occupe le milieu, & ne diffère que dans les croiſées du premier étage, dont celle de l’axe eſt de même forme que celle des aîles, qui alternativement ſont couronnées d’une table & d’un fronton. Les arcades du rez-de-chauſſée ſont abſolument ſemblables à celles dont nous avons parlé à l’occaſion de la Fig. I. de la Pl. III, ce qui pourroit faire croire que ces deux façades ſont du même Architecte. Du moins eſt-il certain que ce fut M. Laur qui ordonna ce bâtiment, lorſque dans le tems du ſystême [Law] on y établit la Banque.

Nous avons fait pluſieurs recherches pour connoître les noms des differens Architectes qui ont travaillé à ces édifices, mais elles ont été inutiles. Il paroîtra ſans doute étonnant que dans le même ſiecle, au milieu des Sciences & des Arts, & vivant avec la plûpart des contemporains de ces Artiſtes, nous n’ayons pû découvrir le nom de ceux qui ont été chargés de ces bâtimens. Il eſt vrai que nos recherches ont eu des limites à l’égard de cet édifice, la négligence qui ſe remarque dans l’Architecture de ſes façades ne nous ayant pas excité à pénetrer juſques dans les archives des bâtimens du Roi ; mais ce qui eſt certain, c’eſt que dans les mémoires de la Bibliotheque, il n’e eſt fait aucune mention, & que la plûpart des perſonnes qui y ſont attachées, ignorent le nom de ces Architectes, ou ce qu’ils nous en appris eſt ſi incertain, que nous avons crû ne devoir rien avancer à cet égard qui ne parût poſitif.

La coupe D fait voir la partie en retour de l’intérieur de la Bibliotheque, au premier étage ; & au rez-de-chauſſée, un des atteliers deſtinés aux Peintres de Sa Majeſté, occupé aujourd’hui par M. Pierre, premier Peintre de M. le Duc d’Orléans, de l’Académie Royale de Peinture, &c.

L’élévation E donne à connoître les anciens bâtimens de l’Hôtel de Nevers. Cette élévation eſt ſemblable à celle qui lui eſt oppoſée. Nous n’avons rien de bien intéreſſant à remarquer ſur ſa décoration, la proportion des arcades étant trop courte, l’eſpece de baluſtrade qui eſt au-deſſus, poſtiche, le premier étage traité avec trop de ſimplicité, a l’amortiſſement du cadran, ſans goût & d’une exécution fort médiocre.

La coupe F fait voir le développement intérieur du corps-de-logis ſitué en face de la Bibliothèque, dans lequel ſont placés en entreſols les cabinets des eſtampes marqués A, dont nous avons parlé, & au-deſſus les pièces contenant une partie des manuſcrits, dont nous avons auſſi fait mention plus haut.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 8 septembre). La Bibliothèque du roi en 1752. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3za

  1. Blondel, Jacques-François, (1705-1774), Architecture françoise, ou Recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, maisons royales, palais, hôtels & édifices les plus considérables de Paris : ainsi que des châteaux & maisons de plaisance situés aux environs de cette ville, ou en d’autres endroits de la France, bâtis par les plus célébres architects, & mesurés exactement sur les lieux : avec la description de ces edifices, & les differtations utiles & interessantes sur chaque espece de bâtiment, A Paris, rue Dauphine : Chez Charles-Antoine Jombert…, 1752, vol. 3, chap. XIII, p. 67-80. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/gri_33125010883169/page/n197/mode/2up>. []
  2. Notre objet n’eſt pas de donner ici l’hiſtoire détaillée de cette Bibliotheque, mais de parler d’une maniere ſuccinte des divers accroiſſemens qu’elle a reçu ſous les differens regnes de nos Rois. Les perſonnes qui ſeront curieuſes de Mémoires hiſtoriques concernant cette immenſe collection, trouveront de quoi ſe ſatisfaire amplement dans la premiere Partie du Catalogue des Livres de la Bibliotheque du Roi, publiée en 1739, & imprimée à Paris à l’Imprimerie Royale. C’eſt de ce Catalogue, qui aura environ 20 volumes in-folio, que j’ai tiré l’extrait que je vais donner, M. Melot [Anicet Melot (1697-1759), avocat au parlement de Paris, garde des manuscrits de la Bibliothèque du roi de 1741 à 1759.], l’un des Gardes de cette Bibliotheque, ayant bien voulu m’en communiquer le premier Volume.

    Pluſieurs Auteurs attribuent l’origine de cette Bibliotheque à Charlemagne, mais on croit plus communément qu’elle eſt dûe au Roi Jean, qui laiſſa à Charles V. ſon fils, un petit nombre de livres, que celui ci augmenta juſqu’à 910 volumes. Ce qu’il y a de certain, c’eſt que, vers 1373, cette Bibliotheque fut placée dans une des tours du Louvre, ſous la garde de Gilles Mallet, Valet de Chambre de ce Prince.

    Après la mort de ce Roi elle fut diſperſée, & la plus grande partie des livres qui la compoſoient fut emportée en Angleterre par le Duc de Betfort, alors Régent du Royaume pour les Anglois.

    Louis XI, vers l’an 1475, forma une nouvelle Bibliotheque, qui à la faveur de l’Imprimerie inventée dans ce tems s’accrût beaucoup, ſous la garde de Laurent Palmier [Garde de la Bibliothèque Royale en 1472 à Blois.].

    Charles VIII, ſon fils, y joignit les livres de la Bibliotheque de Naples qu’il avoit fait apporter en France après la conquête de ce Royaume.

    Deux Princes de la Maiſon d’Orléans, Charles d’Orléans, & Jean, Comte d’Angoulême, formèrent deux Bibliotheques, l’une à Blois, l’autre à Angoulême.

    Louis XII réunit ces deux Bibliotheques à Blois, & les augmenta conſidérablement, deſorte que cette collection devint l’admiration de la France & de l’Italie, ſous la garde de Jean de La Barre.

    François I, vers 1544, incorpora cette Bibliotheque à celle qu’il avoit commencé de former à Fontainebleau ſous la garde de Matthieu Labiſſe, & qui étoit compoſée de manuſcrits Grecs & Latins & de ceux des Princes de la Maiſon de Bourbon. Il paroît qu’il négligea d’y inſérer les livres imprimés de ſon tems, car dans les Catalogues que nous avons de cette Bibliotheque, on ne trouve que 200 vol. imprimés, en y comprenant ceux de la Bibliotheque de Blois. François I. créa en faveur de Guillaume Bude, une charge de Bibliothécaire en chef, ſous le titre de Maître de la Librairie, nom qui ſe donne encore dans les proviſions à ceux qui ſont pourvûs de cette place. Cette garde dans la ſuite fut confiée à Pierre Du Chatel.

    Henri II, ſucceſſeur de François I, ordonna, vers 1556, aux Libraire de fournir à la Bibliotheque du Roi un exemplaire de tous les livres qu’ils imprimeroient avec privilege, ce qu’on avoit négligé juſques-là. Pierre Du Châtel fut conſervé par Henri II. Pierre de Montdoré lui ſucceda.

    Cette Bibliotheque reſta languiſſante ſous Henri III, & ne fut augmentée que des livres imprimés avec privilege. Après de Montdoré, ce fut Jacques Amiot, qui fut Maître de la Librairie. Il ſe fit un plaiſir de procurer aux Sçavans l’entrée de la Bibliotheque. Après ſa mort, arrivée en 1593, ce fut Jacques-Auguſte de Thou ſi célébre par l’Hiſtoire de ſon tems.

    Henri IV, vers 1595, fit tranſporter à Paris la Bibliotheque de Fontainebleau, tant à cauſe des troubles qui diviſoient alors le Royaume, que parce que la plûpart des Sçavans n’étoient pas à portée d’en jouir commodement, & il la fit placer au College de Clermont. Vers le même tems on y joignit la Bibliotheque de Catherine de Médicis compoſée de 800 manuſcrits fort rares & la plûpart Grecs, ſous la garde du Préſident de Thou, qui avoit ſuccedé à Auguſte de Thou, ſon pere. En 1604 cette Bibliotheque fut tranſportée dans une grande ſalle du cloître des Cordeliers, ſous la garde d’Iſaac Caſaubon, qui en fut chargé juſqu’à la mort de Henri IV.

    Sous Louis XIII, elle fut enrichie de manuſcrits Syriaques, Turcs, Arabes, Perſans, &c. ſans compter les livres imprimés avec privilege. Elle fut alors, du cloître des Cordeliers, tranſportée rue de la Harpe, au-deſſus de Saint Coſme, dans une grande maiſon, près de ces Religieux. On y diſtribua les livres dans le rez-de-chauſſée & dans le premier étage, ce qui la fit appeller la haute & la baſſe Librairie.

    C’étoit alors Nicolas Rigault, qui, ſous la minorité de François de Thou ; fils aîné du Préſident, exerçoit la charge de garde de la Librairie ; mais l’ayant quittée en 1635, il fut remplacé par Mrs. Pierre & Jacques Dupuis, parens de M. de Thou, qui fut Maître de la Librairie juſqu’en 1642, où il fut décapité.

    Sous Louis XIV, en 1643, M. Jerôme Bignon ſucceda à M. de Thou ; il conſerva Mrs. Dupuis dans la place de gardes de la Bibliotheque, & il fit recevoir Jerôme Bignon, ſon fils, en ſurvivance de Maître de la Librairie. Aux Sieurs Dupuis, qui moururent l’un en 1651, & l’autre en 1656, ſucceda Nicolas Colbert, nommé en 1661 à l’Evêché de Luçon ; il céda ſa place à M. Colbert ſon frere, Sur-Intendant des bâtimens du Roi.

    La Bibliothèque étoit toûjours dans la rue de la Harpe, & ne contenoit qu’à peu près 1 6746 volumes, tant manuſcrits qu’imprimés. On y ajoûta dans la ſuite & après la mort du Cardinal Mazarin, les manuſcrits de Brienne.

    En 1666, M. Colbert fit tranſporter cette Bibliothèque de la rue de la Harpe dans la rue Vivienne, & la fit placer dans deux maiſons qui lui appartenoient & qui étoient près de ſon Hôtel. En 1667, on y joignit le cabinet des médailles & les livres qui étoient au Louvre, le recueil d’eſtampes de l’Abbé de Marolles en 224 volumes, que le Roi venoit d’acheter, & qu’il gardoit dans ſon cabinet, le tombeau de Childeric, les manuſcrits du Cardinal Mazarin, & une infinité d’autres livres, tant de France que des Pays étrangers ; deſorte que pendant l’eſpace de huit années cette Bibliotheque augmenta du double ; car ſelon une lettre de M. de Thou, Ambaſſadeur, Petits-fils du Préſident, écrite a M. Pierre de Carcavi, garde de la Bibliotheque du Roi, on voit qu’elle contenoit 30000 volumes. (Voyez cette lettre page 33 du Mémoire hiſtorique ſur la Bibliotheque du Roi, dans la première Partie du Catalogue imprimé en 1730, dont nous avons déjà parlé.) Nous ne rapporterons point ici une infinité d’acquiſitions qui depuis ce tems ont contribué à l’augmentation de cette Bibliotheque. Nous remarquerons ſeulement que Louis XIV, en 1681, vint la voir accompagné des Seigneurs de ſa Cour, & qu’il honora de ſa préſence une des aſſemblées de l’Académie des Sciences, qui ſe tenoient alors dans cette Bibliotheque.

    Après la mort de M. Colbert, arrivée en 1683, M. de Louvois, Sur-Intendant des bâtimens, exerça la même autorité que ſon prédeceſſeur, & l’Abbé Gallois ſuccéda à M. Carcavi. Après M. Gallois, ce fut Nicolas Clément, enſuite Melchiſedec Thevenot, qui fut commis à la garde de la Bibliotheque, & M. Clement travailla au Catalogue de cette immenſe colleéfion. M. de Louvois ſongeoit alors à loger cette Bibliotheque à la Place de Vendôme, que l’on bâtiſſoit en 1687 (Voyez la Note (a) du Chap. XXI. de ce volume [La note indique : « Du tems de M. de Louvois, Sur-Intendant des bâtimens & Miniſtre de la guerre, vers l’an 1687, on commença au haut de la rue S. Honoré, une Place ſur le terrain de l’Hôtel de Vendôme & des Capucines, dont le Couvent fut rebâti dans la rue Neuve des Petits-Champs, où il eſt aujourd’hui. Cette Place devoir avoir 86 toiſes ſur 78, & être toute ouverte du côté de la rue S. Honoré. On avoir projetté d’y conſtruire une Bibliotheque Royale, un Hôtel pour y raſſembler toutes les Academies, un pour la Monnoye, & un pour les Ambaſſadeurs Extraordinaires. La mort de M. de Louvois, arrivée en 1691, fit diſcontinuer ce projet. On démolit les bâtimens commencés. Le Roi céda les matériaux & l’emplacement à la Ville de Paris, à condition de faire conſtruire au Faubourg S. Antoine un Hôtel pour la ſeconde Compagnie des Mouſquetaires, & au Quartier S. Honoré une Place publique, qui eſt telle dont nous parlons. », p. 103. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/gri_33125010883169/page/n304/mode/1up>.]) mais la mort de ce Miniſtre arrivée en 1691, fit évanouir ce projet. Ce fut M. l’Abbé de Louvois, qui fut nommé à ſa place maître de la Librairie, & M. Clement, dont nous venons de parler, reprit ſa fonction de garde, que Melchiſedec Thevenot venoit de quitter. Après la mort de M. Clement, arrivée en 1712, cette place fut donnée à M. l’Abbé de Targni.

    La magnificence de Louis XIV, la protection qu’il ſe fit gloire d’accorder aux beaux Arts & aux Sciences, contribuerent le plus à rendre cette Bibliotheque une des plus nombreuſes de l’Europe. A la mort de ce Prince, arrivée en 1715, elle renfermoit 70000 volumes.

    Sous la minorité de Louis XV, M. le Duc d’Orléans, Régent du Royaume, n’épargna rien pour la rendre encore plus complette.

    Tant de nouvelles acquiſitions firent bientôt connoître que les deux maiſons de la rue Vivienne ne ſuffiſoient plus pour contenir cette Bibliotheque. Du tems du M. l’Abbé de Louvois [Camille Le Tellier (1675-1718), nommé « bibliothécaire du roi » en avril 1684, alors qu’il a neuf ans, la direction effective de l’établissement étant confiée à son oncle, Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, frère du ministre François Michel Le Tellier de Louvois. Après la mort de son oncle Charles-Maurice, le 22 février 1710, l’abbé de Louvois est maintenu à la tête de la bibliothèque, jusqu’à son décès, le 5 novembre 1718.], on s’étoit propoſé de la tranſporter dans la grande gallerie du Louvre ; mais l’arrivée de l’Infante d’Eſpagne, qui devoir demeurer dans ce Palais, dérangea ce projet. Ce ne fut qu’en 1721 que M. l’Abbé Bignon [L’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743), directeur de la librairie de 1699 à 1714. Il devient Maître de la Librairie et garde de la Bibliothèque du roi le 15 septembre 1719, ne recevant ses lettres de provisions qu’en septembre 1719 alors qu’il occupait la charge de bibliothécaire du roi depuis le mois de décembre 1718.], qui avoit ſuccédé à M. l’Abbé de Louvois, engagea M. le Duc d’Orléans [En 1721, le Duc d’Orléans est Philippe II d’Orléans (1674-1723), petit-fils de Louis XIII, et fils de Philippe de France, dit « Monsieur », frère cadet de Louis XIV.] à la placer à l’Hôtel de Nevers, rue de Richelieu, où avoit été la banque, & où elle paroît être fixée d’une maniere fiable. Cette Bibliotheque contient actuellement plus de 1 50000 volumes, y compris 40000 manuſcrits, & comme nous l’avons déjà obſervé, elle eſt compoſée d’une infinité de livres très-rares & d’un très-grand prix, dont néanmoins nous ne parlons point dans cet extrait, le Catalogue de cette fameuſe Bibliotheque, qu’on imprime actuellement, en faiſant mention, & ce détail ne nous ayant déjà mené que trop loin.

    C’eſt de cette Bibliothèque que nous donnons ici les plans, dans la deſcription deſquels nous aurons occaſion de parler du cabinet des eſtampes, de celui des médailles, des globes, &c. ainſi nous finirons cette légére deſcription, en diſant que c’eſt aujourd’hui M. Bignon, Maître des Requêtes, de l’Académie Françoiſe, & Honoraire de celle des Inſcriptions & Belles Lettres, Neveu de M. l’Abbé Bignon, qui en eſt Bibliothécaire.

    Il a ſous lui pluſieurs Sçavans chargés des différens départemens de cette Bibliotheque. Feu M. de Boze [Claude Gros de Boze (1680-1753), garde des médailles de la Bibliothèque du Roi de 1719 à 1753, membre de l’Académie française depuis 1715.], l’un des Quarante de l’Académie Françoiſe, & de celle des Inſcriptions & Belles Lettres, avoit la Garde du cabinet des médailles & des antiques ; elle eſt aujourd’hui confiée à M. l’Abbe Barthelemi [André Barthélémy, abbé de Courçay (1744-1799), garde adjoint officieux (1770) puis officiel (1772-1795) du Cabinet des médailles du roi, conservateur-bibliothécaire du Cabinet des médailles de la Bibliothèque de France (juin 1795-octobre 1795), conservateur du Cabinet des médailles de la Bibliothèque de France (octobre 1795-1799), directeur du Conservatoire de la Bibliothèque de France (octobre 1795-septembre 1796).], qui lui a ſuccedé dans cette place. M. l’Abbé Sallier [Claude Sallier (1685-1761), professeur d’hébreu au Collège royal (1719), garde des manuscrits de la Bibliothèque du roi (1719), garde des imprimés de la Bibliothèque du roi (1726-1761).], Profeſſeur Royal en Hebreu, de l’Académie des Inſcriptions & Belles Lettres, l’un des Quarante de l’Académie Françoiſe, & M. Melot de l’Académie des Inſcriptions & Belles Lettres, ont la garde des manuſcrits & des livres imprimés. M. l’Abbé Joly [Hugues-Adrien Joly (1718-1800), garde du Cabinet des estampes de la Bibliothèque du Roi]., celle du cabinet des eſtampes, planches gravées, poinçons, matrices, caracteres, papiers, &c. Il y a de plus des perſonnes de Lettres attachées à cette Bibliotheque, ſçavoir, M. l’Abbé Alary [Pierre-Joseph Alary (1689-1770).], Mrs. Crebillon & Duclos [Prosper Jolyot de Crébillon (1674-1762) et Charles Pinot Duclos (1704-1772) qui entrent à la Bibliothèque le 5 octobre 1747. Voir : Bondois, Paul-Marie, « Crébillon et Duclos à la Bibliothèque du roi », Revue d’histoire littéraire de la France, 1931, vol. 38, n° 4, p. 599-602, qui écrit : « Les deux écrivains ne firent, semble-t-il, aucun travail dans le grand dépôt littéraire, et il n’y subsiste aucune trace de leur activité, ce qui n’a rien d’étonnant, étant donné l’incompétence et la paresse du tragique, et les directions des travaux de Duclos, qui se consacrait à ses œuvres propres, à ses mondanités et au rôle très important qu’il jouait à l’Académie, où il devint secrétaire perpétuel à la place de Mirabaud vers 1755. ».], M. l’Abbé de la Bleterie [L’abbé de La Blèterie (1697-1772). Voir : Moatti, Claude, L’abbé de La Blèterie (1697-1772) : de l’érudition à la politique, Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 1995, tome 107, n° 1, p. 121-143. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1995.4364. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/mefr_1123-9891_1995_num_107_1_4364>.], &c. Les Interpretes des Langues Orientales ſont Mrs Armain [Pierre Armain, ancien élève de l’École des jeunes de langues.], Fourmont [Étienne Fourmont (1683-1745). Voir : Leung, Cécile, Etienne Fourmont (1683-1745), Oriental and Chinese Languages in Eighteenth-Century France, Louvain : Leuven University Press : Ferdinand Verbiest Foundation : K.U. Leuven, 2002, 1 vol. (314 p.).], le Roux des Hauterayes [Michel-Ange-André Le Roux Deshauterayes (1724-1795), neveu d’Étienne et Michel Fourmont, interprète à la Bibliothèque royale à partir de 1745.], de Guignes [Joseph de Guignes (1721-1800), secrétaire-interprète de la Bibliothèque royale pour les langues orientales.], & Bernard [Israël Bernard de Vallabrègue]. Pour les Langues Allemande, Suedoiſe & Danoiſe, M. Winſlow [Jacques Bénigne Winslow (1669-1760), « docteur-Regent de la Faculté de Médecine de Paris, de l’Académie Royale des Sciences, Interprète de la Langue Teutonique à la Bibliothèque du Roi, Ancien Professeur d’Anatomie & de Chirurgie au Jardin Royal, de l’Académie Royale des Sciences & Belles Lettres de Berlin », comme l’indique son Exposition anatomique de la structure du corps humain, Amsterdam : E. Tourneisen, 1752.], & pour les Langues Italienne & Eſpagnole, M. l’Abbé Blanchet [François Blanchet (1707-1784]. []

  3. On a pris ſoin dans cette planche de graver par trois différentes tailles, les diverſes diſtributions de ces bâtimens ; tout ce qui eſt rempli à deux tailles, compoſe les bâtimens au rez-de-chauſſée de la Bibliotheque. Tout ce qui eſt gravé à une ſeule taille, comprend les bâtimens de la Compagnie des Indes, & tout ce qui n’eſt rempli que par une taille très-légére, indique la diſtribution du plan de la Bourſe, non compris ce que tous ces differens genres de bâtimens contiennent au premier étage, dont on n’a pas donné les diſtributions ſur la Planche II, à l’exception du plan de la Bibliotheque, qui fait l’objet le plus intéreſſant de ce Chapitre. []
  4. [On note déjà l’usage de ce terme qui s’est maintenu jusqu’à nos jours.] []
  5. [Sic pour Armand-Claude Mollet (1660-1742), qui éleva le palais de l’Elysée en 1720 pour Louis Henri de La Tour d’Auvergne, comte d’Evreux, avant qu’il ne soit remanié par Jean Cailleteau.] []
  6. [Giovanni Francesco Grimaldi dit Il Bolognese ou Le Bolognèse (1606-1680), employé par Mazarin pour décorer la galerie Mansart.] []
  7. Voyez la diſtribution de ces cabinets donnée ſéparement Figure II. ſur la planche dont nous parlons, & leur développement intérieur dans la planche IV, coupe F, où ces pièces ſont marquées A. Ces cabinets, comme nous l’avons déjà obſervé, ſont ſous la garde de M. l’Abbé Joly, homme de beaucoup de mérite & d’une affabilité dont il ſeroit à ſouhaiter que toutes les perſonnes chargées de dépôts ſemblables fuſſent pourvûes. Ils contiennent 4000 volumes diviſés en 12 claſſes, dans leſquelles ſont compris les eſtampes du cabinet de M. de Marolles, acquiſes par le Roi en 1667, celles du cabinet de M. le Marquis de Beringhen (([En 1731, le roi acquit la collection de près de 90.000 feuilles de Jacques-Louis, marquis de Beringhen (1651-1723), premier écuyer du roi.] []
  8. [François-Roger de Gaignières (1642-1715) donna sa collection en 1711. Voir : Ritz-Guilbert, Anne, La collection Gaignières : un inventaire du royaume au XVIIe siècle, Paris : CNRS éditions, DL 2016, 1 vol. (380 p.-L p. de pl.) : ill. en coul. ; 23 cm.] []
  9. [François Boucher (1703-1770).] []
  10. [Jean Restout, dit Jean II Restout ou Jean Restout le jeune (1692-1768).] []
  11. Nous parlerons de ces modeles dans le Chapitre O. du Quatrieme Volume, en décrivant le Louvre. []
  12. [Il s’agit de la collection offerte au roi Louis XV par Henri Louis Duhamel du Monceau (1700-1782), installée au Louvre de 1752 à 1793.] []
  13. [Vincenzo Maria Coronelli (1650-1718), fabricant des Globes de Marly de 1681 à 1683, sur commande du cardinal d’Estrées (1628-1741), ambassadeur de France auprès du Saint Siège, pour les offrir au roi Louis XIV.] []
  14. Voyez l’intérieur de ces pieces marqué A dans la coupe, Planche III. []
  15. [L’horloger et fabricant d’instruments de mesure anglais Michael Butterfield (1635-1724), travailla en France dès 1677 avant d’être nommé Ingénieur du Roy en 1678.] []
  16. [René-François Pierre (1704-1779), surnommé l’abbé Delacourt ou de La Cour. D’abord écrivain d’Abraham-Charles Guiblet à la Bibliothèque du roi, il travaille ensuite aux Titres et Généalogie quand le cabinet des Titres est rattaché aux Manuscrits. En 1741, il devient trésorier de la Bibliothèque du roi, garde du cabinet des Titres et Généalogies de 1763 à 1779.] []
  17. [Secrétaire de la bibliothèque du roi de 1746 à 1772, à ne pas confondre avec Anne Louis François de Paule Lefèvre d’Ormesson de Noiseau (1753-1794), maître de la Librairie à la Bibliothèque du Roi de 1790 à 1792.] []
  18. [Pierre Dulin (1669-1748).] []
  19. Nous avons déjà dit que c’étoit M. l’Abbé Sallier qui avoit la garde des livres imprimés & des manuſcrits. Nous remarquerons ici que c’eſt lui qui a l’attention de ſe trouver les Mardis & les Vendredis à la Bibliotheque, & qui ſecondé par Mrs. Capronier [Jean Capperonnier (1716-1775), commis à la Bibliothèque du roi à partir de 1733, chargé des catalogues des manuscrits grecs et latins, garde en second des Imprimés de la Bibliothèque du roi de 1748 à 1759), garde des Manuscrits de la Bibliothèque du roi de 1759 à 1761 puis garde des Imprimés de la Bibliothèque du roi de 1761 à 1775.], Boudot [Pierre Jean Boudot (1689-1771), attaché à la Bibliothèque du Roi, il est l’un des principaux rédacteurs du “Catalogue des livres imprimés de la Bibliothèque du Roi”.], Mallin [Sic pour Jean-Michel Malin, né en 1698 ; il meurt le 16 décembre 1791. Après avoir été avocat au Parlement et écrivain auprès de Sallier, il fut garde en second en 1763.], &c. y fait diſtribuer au public, par des perſonnes qui lui ſont ſubordonnées, tous les livres qu’on demande, ſoit pour les lire, ſoit pour en prendre des notes par écrit ; deſorte que par le bon ordre & la décence qui regnent dans cette Bibliotheque, (qui à plus d’un titre peut être appellée le Temple des Sciences, des Arts & du goût,) on a la liberté d’y étudier avec recueillement ces deux jours de la ſemaine, depuis neuf heures du matin juſqu’à midi. []
  20. Pour donner une légère idée de ce cabinet, nous rapporterons ici ce que M. l’Abbé Barthelemi, garde du cabinet des médailles, a bien voulu nous communiquer ſur ſon origine, ſon accroiſſement, &c.
    Gaſton, Duc d’Orleans, avoit donné au feu Roi une ſuite de médailles Impériales en or, & comme M. Colbert s’appercût que S. M. ſe plaiſoit à conſulter ces reſtes de l’antiquité ſçavante, il n’oublia rien pour ſatisfaire un goût ſi honorable aux lettres. Par ſes ordres & ſous ſes auſpices, M. Vaillant parcourut pluſieurs fois l’Italie & la Grece, & en rapporta une infinité de médailles ſingulieres. On reunit pluſieurs cabinets à celui du Roi : & des Particuliers, par un ſacrifice dont des curieux ſeuls peuvent connoître l’étendue, conſacrerent volontairement dans ce dépôt ce qu’ils avoient de plus précieux en ce genre. Ces recherches ont été continuées dans la ſuite avec le même zele & le même ſuccès. Le cabinet du Roi a reçu des accroiſſemens ſucceſſifs, & l’on pourrait dire a preſent qu’il eſt au-deſſus de tous ceux qu’on connaît en Europe, s’il ne jouiſſoit depuis long-tems d’une réputation ſi bien méritée.
    Cette immenſe collection eſt diviſée en deux claſſes principales : l’Antique, & la Moderne. La premiere comprend pluſieurs ſuites particulieres, celle des Rois, celle des Villes Grecques, celle des familles Romaines, celle des Empereurs, & quelques-unes de ces ſuites ſe ſubdiviſent en d’autres relativement à la grandeur des médailles & au métal. C’eſt ainſi que des médailles des Empereurs, on a formé deux ſuites de médaillons & de médailles en or ; deux autres de médaillons & de médailles en argent ; une cinquième de médaillons en bronze ; une ſixieme de médailles de grand bronze ; une ſeptieme de celles de moyen bronze ; une huitieme enfin de médailles de petit bronze. La moderne eſt diſtribuée en trois claſſes, l’une contient les médailles frappées dans les differens Etats de l’Europe, l”autre les monnayes qui ont cours dans preſque tous les pays du monde, & la troiſieme les jettons. Chacune de ces ſuites, ſoit dans le moderne, ſoit dans l’antique, eſt par le nombre, la confervation & la rareté des pieces qu’elle contient, digne de la magnificence du Roi & de la curioſité des Amateurs.
    Au-deſſus du cabinet des médailles, on trouve celui des Antiques. C’eſt-là qu’on voit le tombeau de Childeric Premier, Roi de France, découvert à Tournai, l’an 1653, & deux grands boucliers d’argent deſtinés à être ſuſpendus dans des temples. Le premier, du poids de 42 marcs, fut trouvé en 1656 dans le Rhône, & repréſente l’action mémorable de la continence du jeune Scipion. Le ſecond, qui peſe un marc de plus, fut découvert en 1714 ſous terre dans le Dauphiné, & l’on croit avec beaucoup de probabilité qu’il appartenoit à Annibal : le cabinet des Antiques renferme encore un très-grand nombre de figures, de buſtes, de vaſes, d’inſtrumens des ſacrifices, de marbres charges d’inſcriptions, & enfin tous les monumens de cette eſpece qu’on a pu raſſembler avec choix & avec goût.
    M. le Comte de Caylus [Anne Claude Philippe de Tubières-Grimoard (1692-1765), comte de Caylus.] vient tout récemment d’enrichir ce cabinet de nombre d’antiquités Egyptiennes, Etruſques, Grecques & Romaines en bronze, qu’il avoit raſſemblées avec beaucoup de ſoin, & dont il a donné au public un recueil contenant 26 planches, ſans les vignettes & les culs de lampes. Ce recueil [Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises (7 vol., 1752-1767).] eſt accompagné de diſſertations & de notes d’un ſtile clair, développé & plein d’une très-profonde érudition. Nous n’entreprendrons point l’éloge de cet illuſtre amateur, ſes lumieres, ſon amour pour les Arts & pour le bien public, étant au-deſſus de tout ce que nous pourrions dire ici. []
  21. [Charles André van Loo (1705-1765).] []
  22. [Giovanni Francesco Romanelli (1610-1662).] []
  23. [Giovanni Antonio Pellegrini (1675-1741).] []
  24. Voyez ce que nous avons dit à se ſujet dans l’Introduction, Tome I. pag. 35, 37, &c. [La p. 35 du vol. 1 traite des « Des Cabinets » et la p. 36-38 des « Des Galeries ». Pour les premiers, il écrit : « On doit obſerver dans leur ordonnance la ſimétrie, & la proportion ; leur expoſition dépend abſolument de la diverſité de leurs uſages, étant eſſentiel d’obſerver de placer les Cabinets d’étude au Levant, ceux de livres & de tableaux au Septentrion, le jour étant plus égal de ce côté-là, & devant venir directement du ciel, & non par réflexion, car les faux jours ou les jours gliſſéns ôtent aux tableaux la plus grande partie de leur effet. » Pour les secondes : « Leur expoſition, leur matière, & leurs ornemens doivent être relatifs à leur uſage : Une Gallerie qui renferme des tableaux & des livres, ne doit pas être au Midi : Le marbre doit être préféré à la menuiſerie dans une Gallerie publique : Les ornemens, les dorures, les glaces, doivent dominer dans celles deſtinées à la Société, au Jeu, au Bal, aux Concerts, &c. »] []
  25. Ces nouvelles productions trouveront leur place dans la ſuite du Traité de la Décoration des Edifices, que je mis au jour en 1737, en deux volumes, qui devoient être ſuivis de deux autres volumes promis depuis long-tems, & que mes occupations ont ſuſpendus juſqu’à preſent. D’ailleurs l’accueil favorable que le Public a bien voulu faire à ce premier fruit de mes veilles, m’a ſemblé une raiſon puiſſante pour tâcher à l’avenir de mériter le ſuffrage des Connoiſſeurs par une étude refléchie & ſoûtenue d’une expérience de 20 années. [En 1737-1738, Jacques-François Blondel fit paraître : De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des edifices en general, A Paris, rue S. Jacques, chez Charles-Antoine Jombert, libraire du Roy pour l’artillerie, à l’Image Notre-Dame. M. DCC. XXXVII [-M. DCC. XXXVIII], 2 vol. ; in-4°, suivi, à partir de 1771, de son : Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments : contenant les leçons données en 1750 et les années suivantes, Paris : Desaint : [puis] Vve Desaint, 1771-1777, 6 vol. ; in-8°] []
  26. [Jacques-François Blondel pourrait s’inclure parmi ces bibliophiles amateurs, possesseurs de cabinets de curiosités. Voir : Gerbino, Anthony, « The Library of François Blondel 1618-1686 », Architectural History, 2002, vol. 45, p. 289-324. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search