Rapport adressé à M. le ministre de l’instruction publique [1845]

Parmi les nombreux travaux bibliographiques de l’orientaliste et philologue William Mac Guckin de Slane (1801-1878)1 figure son Catalogue des manuscrits arabes de la Bibliothèque nationale2, qui fut le deuxième à paraître après le précédent de… 17393.

Il connaissait bien la Bibliothèque nationale puisqu’il était professeur d’arabe algérien à l’École spéciale des langues orientales, sise dans l’enceinte de la bibliothèque (de sa création le 10 germinal an III (30 mars 1795) à 1874).

Le 15 mars 1845, le ministre de l’instruction publique charge le baron Mac Guckin de Slane « de rechercher dans les archives et les bibliothèques de l’Algérie, de Malte et de Constantinople, les manuscrits arabes qui existent dans ces divers dépôts »4. En juillet 1845, W. Slane rend compte de sa mission à son ministre dans un rapport que nous transcrivons ci-après.

En plus des missions scientifiques qui accompagnaient les expéditions militaires française en Morée (1829-1831), Algérie (1839-1842) et au Mexique (1865-1867)5, jusqu’en 1842 le ministère de l’Instruction publique pouvait attribuer des allocations à des voyageurs qui en faisaient la demande. Pour ce faire, le ministère disposait même d’un budget spécifique intitulé « encouragements et secours aux savants et aux hommes de lettres ». L’année 1842 marque un changement dans cette organisation puisqu’un service des missions est crée au sein de la division des sciences et lettres du ministère6. Selon la Gazette de l’instruction publique, le service a pour objectif de « constituer un système de voyages dirigés vers des recherches physiques et géographiques, ou des études appliquées aux langues, à l’histoire, à tout ce qui peut en général intéresser notre civilisation »7. Pour doter ce nouveau service, un important effort financier est consenti par le ministre de l’Instruction publique qui, « dans une note préliminaire, annexée au budget, développe ainsi qu’il suit les motifs de chacune de ces augmentations » : comme l’indique la Gazette concernant celle du service, « le crédit affecté par le budget de 1842 aux voyages et missions scientifiques n’est que de 12,000 fr. On propose de le porter à 112,000 fr., d’où il résulte une augmentation de 100,000 fr. »

L’administration centrale du ministère de l’instruction publique s’en trouve modifiée. Elle comprendra une « division des établissements scientifiques et littéraires » comprenant elle-même un « Bureau des travaux historiques et des missions scientifiques » ayant pour charge les : « Désignation de correspondants en France et à l’étranger ; recherche des documents inédits relatifs à l’histoire de France ; travaux préparatoires à soumettre à l’examen des comités institués près du ministère de l’instruction publique, pour la publication des documents inédits, etc.; surveillance relative aux conditions et aux frais divers desdites publications ; propositions pour les distributions de documents publiés aux dépôts scientifiques et aux compagnies savantes ; correspondance et rapports concernant la direction elles résultats des voyages entrepris conformément à l’article 2 du chapitre XXI du budget. »8.

Le succès de la mission du baron Mac Guckin de Slane — sans doute aidé par son mariage avec une nièce du général Bugeaud9 — lui vaudra d’être nommé interprète principal de l’armée d’Afrique en 1846.

[William Mac Guckin de Slane] / Ch. Reutlinger
[William Mac Guckin de Slane] / Ch. Reutlinger, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84528974#

Document : Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), Rapport adressé à M. le ministre de l’instruction publique ; suivi du Catalogue des manuscrits arabes les plus importants de la bibliothèque d’Alger et de la bibliothèque de Cid-hammouda à Constantine, Paris : Impr. de P. Dupont, [1845], 1 vol. (16 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k104445s>.

Le rapport de William Mac Guckin de Slane fut diffusé dans plusieurs organes de presse, au complet ou résumé.

  • Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), « Rapport adressé à M. le ministre de l’instruction publique, par M. le baron de Slane, chargé d’une mission scientifique en Algérie », Journal général de l’instruction publique et des cultes, 13 décembre 1845, volume 14, n° 100, p. 706-708. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=FIxLAAAAcAAJ&pg=GBS.PA706&hl=fr>. Le catalogue était publié ultérieurement dans le même journal : Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), « Catalogue des manuscrits arabes les plus importants de la bibliothèque d’Alger », Journal général de l’instruction publique et des cultes, 17 décembre 1845, volume 14, n° 101, p. 714-716 ; Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), « Notices des ouvrages historiques, littéraires, philosophiques, qui se trouvent trouvent dans la bibliothèque du Cid-Hammouda à Constantine », Journal général de l’instruction publique et des cultes, 17 décembre 1845, volume 14, n° 101, p. 716-717.
  • Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), « Résultats de la mission scientifique de M. le baron DE SLANE, chargé par M. le ministre de l’Instruction publique de visiter les bibliothèques de l’Algérie, et de Malte et de Constantinople », Annales de philosophie chrétienne, 1846, mars, Volume 32, n° 75, p. 238-240. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=bjpGAAAAcAAJ&pg=GBS.PA238&hl=fr>.
  • Leclère, Adrien (1763?-1831?), « Variétés », L’Ami de la religion et du roi: journal ecclésiastique, samedi 7 mars 1846, n° 4190, p. 599-600. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=3k4J1IkfF8MC&pg=GBS.PA598&hl=fr>.

Rapport adressé à M. le ministre de l’instruction publique

Monsieur le Ministre,

Ayant enfin terminé mon exploration des bibliothèques de l’Algérie, je m’empresse de vous transmettre les résultats de mes investigations.

La bibliothèque d’Alger renferme près de sept cents manuscrits arabes, recueillis, presque tous, par M. Berbrugger, bibliothécaire de cet établissement. La collection qu’il est parvenu à former offre un grand intérêt, tant par le nombre que par le caractère des ouvrages dont elle se compose. Formée, en grande partie, de débris des bibliothèques publiques attachées aux mosquées de Constantine et dispersées lors de la prise de cette ville par nos compatriotes, la bibliothèque d’Alger devait nécessairement renfermer un grand nombre de traités sur la religion et le droit musulmans et, en effet, j’y ai trouvé les principaux commentaires du Coran, plusieurs ouvrages sur les traditions de Mahomet, l’une des quatre bases de la jurisprudence musulmane, et beaucoup de traités sur le droit hanefite et le droit malikite. On y remarque surtout plusieurs exemplaires du Mokhtasir de Sidi Khalil, abrégé de jurisprudence qui fait autorité dans toute l’Afrique septentrionale, le grand et le petit commentaire d’el-Kharchi sur ce même ouvrage, le commentaire d’Abd el-Baki, etc. Les ouvrages historiques, scientifiques et littéraires y sont rares, mais ils offrent, en général, une haute importance ; tels sont le fragment des Annales de Taberi, l’histoire anonyme des Abbasides, la vie des Soufis, par el-Menawi, les trois volumes dépareillés du précieux recueil historique intitulé Kitab el-Aghani. Je citerai encore un recueil de traités sur les ouvrages des mathématiciens grecs, l’explication des termes du droit musulman, par en-Néséfi, le dictionnaire renfermant l’explication des mots et des expressions obscurs qui se rencontrent dans les traditions, un autre dictionnaire, par le célèbre Zamakhcheri, renfermant l’explication des mots obscurs et peu usités de la langue arabe, et un excellent traité de Soyouti dans lequel ce polygraphe donne des notices biographiques sur les principaux grammairiens et philologues arabes.

Après avoir examiné les manuscrits de cette bibliothèque, et surtout les livres historiques, j’ai rédigé une série de courtes notices, dans lesquelles j’indique le sujet, le titre et le numéro de chaque volume qui me paraissait offrir un intérêt réel.

M’étant ensuite rendu à Constantine, afin d’examiner les manuscrits qui pourraient se trouver dans cette ville, j’appris qu’à l’époque de la conquête, les bibliothèques des mosquées furent entièrement dispersées, et qu’elles ne se sont pas reformées depuis ; mais j’eus aussi le plaisir d’apprendre qu’il s’y trouvait encore deux belles collections de manuscrits échappées heureusement à la destruction générale. L’une appartient au cid Hammouda, personnage d’une grande considération, fondée sur son mérite personnel et sur le caractère de sainteté que lui ont transmis ses aïeux. L’autre collection appartient au cheikh Mohammad el-Bacheterzi, vieillard fort respecté pour sa piété et pour sa position comme chef des confréries religieuses de la province.

Le cid Hammouda me fit un accueil fort gracieux ; et en me montrant ses trésors littéraires, il voulut bien me permettre d’emporter chez moi tous les volumes que je désirais examiner à loisir. Je ne manquai pas de profiter de cette marque de confiance, et, pendant cinq semaines, je passai en revue les ouvrages qui me paraissaient les plus intéressants. J’avoue, cependant, que cette bibliothèque ne répondit pas à mon attente ; j’y trouvai plus de deux mille cinq cents volumes, tous dans un état parfait de conservation et dont plusieurs renfermaient des traités que je croyais perdus depuis longtemps ; mais je reconnus aussi, à mon grand regret, que la plupart des ouvrages dont elle se composait étaient relatifs à la jurisprudence et à la religion. J’y ai compté plus de cinquante ouvrages sur les principes de la foi et de la jurisprudence, trente sur la théologie scolastique, trois cents sur les traditions de Mahomet, onze sur la terminologie des traditions, cent trente sur l’exégèse du Coran, trois cents sur les quatre systèmes de jurisprudence reçus dans les pays musulmans, quarante sur le soufisme, etc.

Parmi les ouvrages historiques et philologiques je remarquai un certain nombre de volumes dont la liste se trouve jointe à celle qui renferme mes notices sur les manuscrits de la bibliothèque d’Alger.

Ce fut avec un vif sentiment de curiosité que je parcourus trois de ces ouvrages, savoir : l’Ied d’Ibn Abd Rabbih, le Modjem el-Boldan d’el-Bekri, et l’Histoire des Beni Zian, souverains de Tilimçen, par Ibn Abd el-Djelil natif de Tenez.

L’ouvrage intitulé l’Ied (collier de pierres précieuses) n’est connu en Europe que par un extrait dans lequel l’auteur raconte les guerres qui eurent lieu entre les tribus arabes dans les temps antérieurs à l’islamisme. Le mérite insigne de ce morceau autorisait les orientalistes à croire que le reste de l’ouvrage présentait aussi un intérêt égal. Je m’empressai donc d’emporter cet ouvrage mais j’eus bientôt reconnu que c’était une de ces encyclopédies d’anecdotes si communes dans la littérature arabe, qui offrent au lecteur des historiettes plus ou moins amusantes, classées d’après leurs sujets. Dans une partie du livre, l’auteur s’écarte de son plan pour donner un chapitre sur les Omeiyides d’Espagne et comme il était lui-même natif de ce pays, je croyais y trouver quelques renseignements nouveaux sur cette dynastie. Mais mon espoir fut déçu ; j’y vis une esquisse bien maigre d’une histoire que nous connaissions déjà beaucoup mieux par d’autres sources.

Je passai alors au Modjem el-Boldan ; mais au lieu d’un bon traité de géographie, tel qu’on devait l’attendre d’un amateur aussi distingué qu’Abou Obeid el-Bekri, je m’aperçus que ce n’était qu’un dictionnaire des noms de lieu qu’on rencontre dans les poëmes des anciens Arabes. Il y donne l’orthographe de ces noms et les vers dans lesquels ils se présentent.

L’ouvrage portant le titre d’Histoire des Beni Ziam forme un gros volume in-folio, et se partage en cinq sections, savoir : 1° de la généalogie d’el-Motewekkil, prince zianide, qui fut proclamé souverain de Tilimçen, en 866 de l’hégire ; 2° des qualités nécessaires à un souverain ; 3° anecdotes amusantes ; 4° bons mots ; 5° conseils et exhortations. On voit que la première section de l’ouvrage est la seule qui présente quelque intérêt à l’historien, et en effet, elle m’a mis à même de compléter l’histoire de cette dynastie depuis l’an 780 de l’hégire (époque où le travail d’Ibn Khaldoun s’arrête), jusqu’à la prise de Tilimçen par les Turcs. Je me propose de publier dans le journal asiatique de Paris les renseignements que j’ai puisés dans cet ouvrage.

Quant à la bibliothèque d’el-Bacheterzi, elle renferme près de cinq cents volumes que j’ai examinés sur place. Elle se compose principalement de traités sur la religion et la jurisprudence ; mais j’y remarquai deux ouvrages assez rares, les Maarif d’Ibn Coteiba, et le commentaire d’Ibn Nobata, sur l’épitre d’Ibn Zeidoun. Si je n’avais pas su d’avance qu’il existait dans la bibliothèque de Leyde des exemplaires de ces excellents traités historiques, je n’aurais pas hésité de les copier ; mais sachant les grandes facilités que les orientalistes français trouvent auprès des curateurs de cet établissement, quand ils demandent à emprunter des manuscrits, j’ai dû me dispenser d’une tâche qui aurait absorbé plusieurs mois.

Deux autres bibliothèques, peu nombreuses et appartenant à des particuliers de la même ville, n’offraient rien d’intéressant c’était, comme à l’ordinaire, des collections de livres sur la religion et la jurisprudence.

D après les renseignements que je reçus de la bouche de plusieurs chefs arabes, il existe chez certaines tribus nomades des collections de titres dont une m’a été signalée comme renfermant plus de cinq cents volumes ; mais il est résulté des questions que je leur ai adressées que presque tous ces volumes traitent de la religion et du droit.

Les députés de Tuggurt arrivèrent à Constantine pendant mon séjour dans cette ville. Ils m’invitèrent à les accompagner à Tuggurt, lors de leur retour, et pour m’y décider, ils m’assurèrent que les livres se trouvaient chez eux en abondance. Je découvris cependant, en les questionnant avec l’adresse dont il faut user envers les Arabes, que les livres y étaient assez rares et qu’ils traitaient tons de la religion et du droit.

Je crois devoir ajouter ici que les indigènes me firent partout l’accueil le plus bienveillant, et j’ai vu ouvrir devant moi les portes de certaines maisons où jamais, jusqu’alors, un Français n’avait mis le pied. Cette faveur me fut accordée, disaient-ils, parce que j’avais fait les mêmes études qu’eux, et parce que j’étais parent du gouverneur général.

Ayant appris que sur l’ancien monument pyramidal, appelé par les Européens le tombeau de Syphax ou le tombeau des rois numides, et par les indigènes Medrahçen, monument qui est situé à vingt lieues au midi de Constantine, on avait dernièrement découvert des inscriptions en caractères inconnus, je résolus d’aller le visiter et de copier ces inscriptions. Je comptais y trouver quelques restes de la tangue punique ou de la langue numide ; mais en y arrivant, je reconnus que ce qu’on avait pris pour des caractères d’écriture n’était que des traits taillés sur la partie inférieure de certaines pierres tombées du monument, et que ces traits devaient servir uniquement à maintenir le ciment qui liait les pierres ensemble. Ce monument est, du reste, fort dégradé, tant par des tremblements de terre que par les mains des hommes ; on assure même qu’un des derniers beys de Constantine avait vainement essayé d’y ouvrir une brèche à coups de canon. Comme le tombeau de Medrhaçen a été visité dans ces derniers temps par M. Brosselard et par le capitaine Delamarre, ils en donneront bientôt, sans doute, une description détaillée.

M’étant ensuite porté au camp de Batena, j’ai visité les ruines de Lambaesa, une des villes romaines qui opposèrent te plus de résistance aux conquérants arabes. La quantité d’inscriptions latines que j’y ai remarquées est immense. La terre en est jonchée pendant un espace de deux lieues, et, pour les copier, il faudrait passer au moins trois mois sur les lieux.

A cinq lieues de Constantine, en descendant le Rummel, on arrive à une haute colline appelée Krénèga, sur laquelle on voit des monceaux de ruines auxquelles les indigènes donnent le nom d’Ocsantina ‘I-Gadima (la vieille Constantine). J’y ai reconnu l’emplacement d’une ville romaine ; on y remarque des murailles en pierre de taille, des portes, des puits et des citernes. Deux autels ou piédestaux renversés attirèrent mes regards ; l’un portait une inscription latine que j’essayai de copier malgré l’extrême chaleur qui nous accablait. Voici cette inscription :

Inscription d'Ocsantina 'I-Gadima

Sur le haut de cette colline on voit plusieurs monuments druidiques, formés chacun d’une grosse pierre plate et informe, soutenue par trois ou quatre autres ; et sur la route qui conduit aux ruines de la ville romaine, on aperçoit une pierre carrée sur laquelle est sculptée un phallus en relief. Cet emblème se retrouve, m’a-t-on dit, à Guelma et en plusieurs autres endroits de la province de Constantine.

je dois aussi signaler l’existence d’une grotte dont tes parois offrent plus de quarante inscriptions latines, commémoratives de la mort d’autant de martyrs. Cette grotte est située sur le versant oriental d’une montagne qui s’élève dans la localité appelée Belèd-Ferhat Adjine. Au pied de cette montagne, on voit les restes d’une petite ville romaine, les fondations d’un temple et quelques inscriptions tumulaires. Belèd Ferbat Adjine est situé à cinq lieues au sud-ouest de Constantine. Le capitaine Boissonet, chef du bureau arabe, qui m’accompagna dans mon voyage à cette grotte, et qui, le premier, avait été instruit de son existence, a relevé une partie de ces inscriptions curieuses et doit les envoyer à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris.

Malgré toutes mes investigations, je n’ai pu découvrir aucune inscription punique ; la civilisation romaine qui a régné sur ce pays pendant plus de sept siècles, ayant fait disparaître presque tous les monuments de la puissance carthaginoise.

En terminant la revue de cette partie de ma mission, j’ose croire qu’il m’a été permis de justifier la confiance dont Votre Excellence a daigné m’honorer ; mon plus grand désir est de mériter son approbation, et en lui renouvelant l’assurance de mon zèle et de mon dévouement, je la prie de croire aux sentiments de profond respect avec lesquels j’ai l’honneur d’être

Son très-humble et très-dévoué serviteur,
Baron DE SLANE.

Marseille, le 31 juillet 1845.


Pièces complémentaires

Acte de décès de William Mac Guckin de Slane

Archives de Paris, État-civil, V4E 4685, 1878, Décès, 16, p. 83, acte n° 646
Archives de Paris, État-civil, V4E 4685, 1878, Décès, 16, p. 83, acte n° 646
646
Mac Guckin
Bon de Slane
William
Le cinq août Mil huit cent soixante dix huit, à Dix heures et demie du matin. Acte de Décès de William Mac Guckin, Baron de Slane membre de l’Institut, officier de la légion d’honneur, agé de soixante dix sept ans, né à Belfast (Angleterre), décédé hier matin, à six heures, au domicile conjugal, à Paris, rue de La Tour, 60 ; Epoux de anne-Elise Sutton de Clonard, rentière, âgée de soixante cinq ans ; fils de (sans autres renseignements). Le dit décès dûment constaté par nous, officier de l’Etat-civil du seizième arrondissement de Paris, sur la déclaration et en présence de Eugène Dupont, âgé de vingt six ans, employé à Paris, rue des Saints Pères, 70, et de Louis Chapon, âgé de cinquante ans, employé à Paris, avenue de Wagram, 26, Lesquels ont signé avec nous, après lecture.
EDupont Chapon [Illisible]

Tombe au cimetière d’Auteuil

« Le cimetière d'Auteuil », Bulletin de la Société historique d'Auteuil et de Passy, 1909, t. VI, n° 9, bulletin LXVII, p. 249
« Le cimetière d’Auteuil », Bulletin de la Société historique d’Auteuil et de Passy, 1909, t. VI, n° 9, bulletin LXVII, p. 249, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6509798b/f11.item

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 4 septembre). Rapport adressé à M. le ministre de l’instruction publique [1845]. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3z7

  1. Voir : Messaoudi, Alain, « Mac-Guckin de Slane, William, baron (Belfast, 1801 – Paris, 1878) », dans : Les arabisants et la France coloniale. Annexes. 1. Notices biographiques, Lyon : ENS Éditions, 2015. DOI : https://doi.org/10.4000/books.enseditions.3730. Disponible sur Internet, url : <https://books.openedition.org/enseditions/3730>. []
  2. Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), Catalogue des manuscrits arabes, Paris : Imprimerie nationale, 1883-1895, 1 vol. (IV-820 p.) ; 31 cm
    Numéros 1-4665. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209467t>. []
  3. Catalogus codicum manuscriptorum Bibliothecæ regiæ. T. I : Codices manuscriptos orientales, Parisiis : e typografia regia, 1739, in-fol. où les manuscrits arabes étaient décrits aux p. 99-269 : 7. Codices arabici christiani (nos 1-171), p. 99 ; 8. Codices arabici mahummedani (nos 1-1626), p. 121 ; 9. Codices persici (nos 1-388), p. 269 et p. 451-457 : Appendix Codices arabici. [nos 1-1694A]. []
  4. Table générale des archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, tome XV bis, Paris : E. Leroux, 1890, p. 109. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30470107/f131>. []
  5. Broc, Numa, « Les grandes missions scientifiques françaises au XIXe siècle (Morée, Algérie, Mexique) et leurs travaux géographiques », Revue d’histoire des sciences, 1981, tome 34, n° 3-4, p. 319-358. DOI : https://doi.org/10.3406/rhs.1981.1769. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/rhs_0151-4105_1981_num_34_3_1769>. []
  6. Le Goff, Armelle, Ministère de l’Instruction publique, Service des Missions scientifiques et littéraires, F/17/2925-3014, F/17/17225-17294 : index nominatif des voyageurs et index géographique des destinations de leurs missions, Paris : Centre historique des Archives nationales, 2005. Disponible sur Internet, url : <http://www.garae.fr/IMG/pdf/CTHS_Missions_scientifiques_et_litteraires.pdf>. []
  7. Cette phrase est souvent citée, même par les Archives nationales dans ses instruments de recherche, sans être localisée. On la trouve dans :
    – « Budget des dépenses du ministère de l’Instruction publique, pour l’année 1843 », Gazette spéciale de l’instruction publique, jeudi 24 février 1842, n° 8, p. [29]-30, citation p. 30. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=4cT0cEpaK5UC&pg=GBS.PA30&hl=fr>.
    – Ministère de l’instruction publique, Table générale des archives des missions scientifiques et littéraires comprenant les trois séries jusqu’au Tome XI inclus, Paris : Ernest Leroux, 1890, t. XV bis, p. II. []
  8. Ordonnance du 30 décembre 1844 sur l’organisation de l’administration centrale du ministère de l’instruction publique, dans : Bulletin universitaire contenant les ordonnances, réglemens et arrêtés concernant l’instruction publique, 1844, n° 60, p. 104. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5397131d/f128.item>. []
  9. Le mariage avec Anastasie Anna Elizabeth Sutton de Clonard (1810/12/17-1888/06/03 (Monaco) fut célébré le 16 ou 17 décembre 1833 à Paris, 8e. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search