Rapport au ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts de 1874

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages. Les notes sont de notre fait.


Document : Taschereau, Jules-Antoine (1801-1874), « A M. le ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts [signé : J. Taschereau, Paris, 6 janvier 1874] », dans : Zotenberg, Hermann (1834-1909), Catalogues des manuscrits syriaques et sabéens (mandaïtes) de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque impériale, 1874, p. [III]-VI. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t53799733/f13.item>.

Auteur : Jules-Antoine Taschereau (1801-1874), déjà administrateur général adjoint de la Bibliothèque impériale en vertu d’un décret du 24 janvier 1852 qui avait créé ce nouvel emploi d’administrateur adjoint, spécialement chargé de surveiller et de diriger les travaux de catalogue, avec un traitement de 9000 francs1, est nommé administrateur général par décret du 14 juillet 1858, en remplacement de Joseph Naudet (1786-1878), ayant fait valoir ses droits à la retraite le 10 janvier 1858.

A M. le ministre de l'Instruction publique, des cultes et des beaux-arts

A M. le ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts

Monsieur le Ministre,

Le jeune savant à qui je dois aujourd’hui d’être à même de vous présenter les Catalogues de nos manuscrits syriaques et sabéens, M. H. Zotenberg2, me permettait déjà en 1866 de soumettre à un de vos prédécesseurs un premier fascicule imprimé des manuscrits orientaux conservés à la Bibliothèque nationale, les catalogues de nos fonds hébreu et samaritain3.
J’aurais désiré pouvoir faire suivre à un intervalle plus rapproché la publication de ce second fascicule ; mais j’ai été obligé d’utiliser le savoir et le zèle de M. Zotenberg pour des travaux encore plus urgents, le classement et l’inventaire de l’ensemble de notre fonds oriental, qu’ont entravés et suspendus les déplacements nécessités par le siège de Paris. Grâce à cette entreprise, actuellement menée à fin, tous nos manuscrits orientaux se trouvent aujourd’hui distribués entre leurs différents fonds spéciaux, dont les répertoires ont été dressés et mis à jour. Une autre cause de retard nous est venue de l’obligation pour l’Imprimerie nationale, où cette série a été mise en composition dès le commencement de 1870, de faire graver les matrices du caractère sabéen, qui n’existaient pas encore dans sa précieuse et incomparable collection de types orientaux.

Le Catalogue de nos manuscrits syriaques, qui va suivre, comprend un total de deux cent quatre-vingt-huit volumes4. Il renferme un certain nombre d’ouvrages carschouni, c’est-à-dire rédigés en langue arabe, mais écrits en caractères syriaques. Quoique la constitution de nos fonds de manuscrits soit basée en principe sur la diversité des idiomes, nous avons quelquefois dû tenir compte des différents genres d’écritures en usage chez les peuples orientaux. Cette disposition, d’ailleurs, nous était en quelque sorte indiquée, imposée même par cette circonstance que fréquemment un même volume contient plusieurs traités différents de langage, mais écrits avec les mêmes caractères.
Le Catalogue de nos manuscrits sabéens se compose de dix-neuf numéros, dont douze seulement sont des manuscrits originaux, c’est-à-dire transcrits par des scribes indigènes de la secte mandaïte.

Pour chacun de ces deux fonds nous avons pris le parti, déjà adopté par nous pour les manuscrits hébreux et samaritains, de rattacher à chaque fonds les volumes manuscrits contenant les travaux linguistiques et bibliographiques qui s’y rapportent et qui peuvent à bon droit être regardés comme des annexes de séries spéciales.
Si l’on excepte un manuscrit syriaque écrit en Europe, à la reliure de Henri II (voir ci-après n° 445), et qui se trouvait probablement déjà dans la Bibliothèque de François Ier à Fontainebleau, l’origine de notre fonds syriaque ne remonte pas au delà du XVIIIe siècle. — Les premières acquisitions furent faites sous le règne de Louis XIV. La collection de manuscrits orientaux de Gilbert Gaulmin6, doyen des maîtres des requêtes, acquise en 1667, renfermait quatre manuscrits en langue syriaque. — Parmi les trois cent quarante-trois manuscrits orientaux de la Bibliothèque du collège Mazarin qui entrèrent par voie d’échange à la Bibliothèque du roi en 1668, se trouvaient cinq autres manuscrits syriaques, ce qui en porta le nombre à dix. — Le P. Vansleb7, envoyé, en 1671, dans le Levant avec la mission d’acquérir des manuscrits orientaux pour la Bibliothèque du roi, lui rapporta quinze volumes syriaques. — En ajoutant aux chiffres que nous venons de donner successivement deux manuscrits en même langue, dont la provenance ne nous est pas connue, on trouve vingt-sept volumes figurant au Catalogue manuscrit dressé en 1682. — Trente ans plus tard, ce nombre se trouve augmenté de sept manuscrits faisant partie de la collection orientale de Melchisédec Thevenot8. — L’acquisition des manuscrits de Colbert en 1732 fit entrer à la Bibliothèque cent douze volumes syriaques, achetés la plupart en Orient par les agents du ministre. — En dehors de ces deux acquisitions, le fonds syriaque s’était encore enrichi, depuis 1682, de vingt-huit manuscrits qui furent, les uns rapportés du Levant par des voyageurs et agents commissionnés, tels que Paul Lucas9 et l’abbé Sévin10, les autres envoyés de Constantinople par le marquis de Villeneuve, ambassadeur du roi11. — C’est grâce à ces provenances diverses et successives que le nombre des manuscrits de l’ancien fonds syriaque ayant leurs notices dans le Catalogue imprimé de 1739 s’était trouvé élevé à cent soixante-quatorze volumes.
Depuis lors cent quatorze autres manuscrits sont venus former le supplément que M. H. Zotenberg a eu à fondre, par ordre de matières, avec les volumes de l’ancien fonds, et dont il a eu à rédiger les notices, en même temps qu’il avait à refaire et à compléter les notices, écrites en latin, de l’ancien Catalogue. Les cent quatorze nouveaux volumes proviennent pour la plus grande partie d’acquisitions faites depuis 1739 jusqu’en 1873 ; — pour une part aussi des établissements religieux supprimés à l’époque de la Révolution (savoir vingt-huit manuscrits venant de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, sept de l’Oratoire, trois des Jacobins-Saint-Honoré et deux de la Sorbonne) ; — enfin, en dernier lieu, des Bibliothèques de l’Arsenal et de Sainte-Geneviève, qui remirent leurs manuscrits orientaux à la Bibliothèque nationale en 1860.
Quant aux manuscrits sabéens, la plupart entrèrent à la Bibliothèque au siècle dernier. De ce nombre quatre volumes provenaient de la collection Colbert ; quatre autres consistaient en copies faites par L. Picques12, docteur en Sorbonne, et se trouvaient autrefois au couvent des Jacobins-Saint-Honoré.

Il n’existe, en Europe, de collections étendues de manuscrits syriaques, en dehors de la nôtre, qu’en Angleterre et en Italie. Le British Muséum, qui, il y a une trentaine d’années, ne possédait que soixante-dix-huit volumes, a vu, depuis la publication de son catalogue en 183813, ce fonds prendre le premier rang par des acquisitions successives, notamment par celle d’une bibliothèque entière du couvent syrien de Nitrée, et être porté à cinq cent quatre-vingt-un manuscrits, dont six sabéens. Le catalogue vient d’en être publié14. — Le fonds syriaque de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, suivant son catalogue publié en 186415), se compose de deux cent deux manuscrits, dont trois sabéens. — La Bibliothèque du Vatican possédait en 1759, lorsque parut le catalogue d’Assemani, deux cent cinquante-six manuscrits syriaques16. Depuis cette époque, elle s’est encore enrichie d’un certain nombre de manuscrits qui avaient appartenu aux Assemani, et de quelques autres. — Dans le catalogue de la Bibliothèque Laurentienne de Florence, publié en 174217, on compte une soixantaine de manuscrits syriaques. — Les autres bibliothèques de l’Europe ne renferment que quelques manuscrits isolés. Mentionnons cependant la Bibliothèque Ambrosienne de Milan et la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg, dont les manuscrits syriaques, peu nombreux, comptent parmi les plus anciens et les plus importants. — La Bibliothèque impériale de Berlin serait un peu plus favorisée, dit-on, que ces dernières en ce qui concerne le nombre de volumes ; mais aucun catalogue ni inventaire n’en a fait connaître au monde savant ni la quantité, ni l’importance.
Notre collection de manuscrits sabéens, au nombre de douze (abstraction faite des volumes d’origine européenne), est la plus considérable de ce genre qui existe en Occident, et paraît contenir, sauf un ou deux ouvrages, tous les documents littéraires de la secte encore peu connue des mandaïtes.

Les premières notices des manuscrits syriaques de la Bibliothèque du roi, et aussi de celle de Colbert, ont été rédigées par l’abbé Eusèbe Renaudot18, vers la fin du XVIIe siècle. Ces notices, très-brèves, mais presque toujours d’une exactitude parfaite, écrites sur des feuilles volantes, se trouvaient dans les volumes mêmes auxquels elles se rapportaient. Plusieurs de ces feuilles se sont probablement perdues. Nous avons recueilli celles que nous avons trouvées, à l’exception de quelques-unes qui étaient collées à l’intérieur des volumes, et nous les avons fait relier (voyez ci-après n° 28119. Nous avons aussi réuni et fait relier, à la suite de celles de Renaudot, quelques notices provenant de deux ou trois autres savants du XVIIe siècle, dont nous n’avons pu identifier l’écriture, ainsi que tous les bulletins rédigés par Joseph Ascari entre les années 1733 et 1736, d’après lesquels ont été imprimées les descriptions du Catalogue de 1739. En 1856, M. E. Renan20, alors employé au département des manuscrits, entreprit un catalogue du fonds syriaque tout entier. Le savant professeur du Collège de France, dont les connaissances en littérature orientale n’ont pas besoin de notre témoignage, était certainement mieux préparé que personne à l’exécution d’un pareil travail. Malheureusement des occupations d’un ordre plus élevé l’empêchèrent d’y consacrer tout le temps que cette tâche eût exigé, et il se vit amené à conserver dans un trop grand nombre de cas, au moins provisoirement, les descriptions de l’ancien Catalogue. De plus, comme M. Renan, par une note consignée sur son manuscrit, avait manifesté le désir que son travail ne fût pas modifié, j’ai dû demander à M. Zotenberg de composer à nouveau, d’une manière indépendante, et sous sa responsabilité personnelle, un Catalogue donnant sur les manuscrits des renseignements à la fois exacts et bien ordonnés. En conséquence, les bulletins rédigés par M. Renan ont été scrupuleusement et absolument respectés ; je les ai fait relier dans l’ordre où il les avait laissés en quittant la Bibliothèque (voyez ci-après n° 282)21, et ils seront à la disposition du public au même titre que tous les autres manuscrits de la Bibliothèque nationale.
Les manuscrits sabéens ont été examinés et décrits à quatre reprises différentes : une première fois par Fourmont22, en 174123 ; une seconde fois par M. de Sacy24, en 179725 ; ensuite par M. Renan26. Enfin, en 1864, M. Euting27, jeune savant allemand, a bien voulu nous remettre une traduction française d’un travail qu’il se proposait de publier sur nos manuscrits sabéens. Ce travail a paru dans le Journal de la Société orientale d’Allemagne, en 186528. On trouvera les notices diverses dont nous venons de parler dans les numéros 18 et 19 du fonds sabéen.
Quand M. Zotenberg aura terminé les Catalogues des manuscrits éthiopiens et coptes qu’il prépare29, quand M. Dulaurier30 aura mené à fin les Catalogues des manuscrits arméniens et géorgiens auxquels il travaille31, M. de Slane ayant dès à présent rédigé trois cent deux bulletins se rapportant exclusivement aux manuscrits chrétiens32 qui sont compris dans notre fonds arabe, la partie consacrée aux manuscrits de l’Orient juif et chrétien se trouvera complétée.

J’ai l’honneur d’être,

Monsieur le Ministre,
votre très-humble et très-respectueux serviteur,

L’Administrateur général,
Directeur de la Bibliothèque nationale
,
J. TASCHEREAU.

Paris, le 6 janvier 1874.



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 2 septembre). Rapport au ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts de 1874. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3z6

  1. Quelques mois après son entrée en fonctions, Jules Taschereau remettait, le 25 août 1852, un rapport au ministre sur la situation et les besoins du catalogue au département des imprimés. Voir : Jacquot, Olivier, « Rapport de M. Taschereau sur les catalogues de la bibliothèque nationale [1852] », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 août 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/35356>. []
  2. Cet orientaliste né allemand a œuvré au département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque impériale puis nationale de 1862 à 1895. Voir : Freudenthal, Gad, « Hermann Zotenberg (1834-1909): Le savant qui a réussi à se faire oublier », Revue des études juives, 2010, tome 169, fasc. 3-4, p. 487-514. Disponible sur Internet, url : <https://www.academia.edu/36409668/Gad_Freudenthal_Hermann_Zotenberg_1834_1909_Le_savant_qui_a_r%C3%A9ussi_%C3%A0_se_faire_oublier_Revue_des_etudes_juives_169_3_4_July_December_2010_487_514>. []
  3. Munk, Salomon (1803-1867) ; Derenbourg, Joseph (1811-1895) ; Franck, Adolphe (1809-1893) ; Zotenberg, Hermann (1834-1909), Catalogues des manuscrits hébreux et samaritains de la Bibliothèque Impériale, Paris : Bibliothèque impériale, 1866, 1 vol. (VIII-260 p.) ; 32 cm. ([Manuscrits orientaux ; Ie série]).
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2299729>. []
  4. Zotenberg, Hermann (1834-1909), Catalogues des manuscrits syriaques et sabéens (mandaïtes) de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque impériale, 1874, 1 vol. (VIII-246-V-19 p.) ; 32 cm. – (Manuscrits orientaux ; [IIe série]).
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t53799733>. []
  5. Voir : Syriaque 44, <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc109283z>. []
  6. Gilbert Gaulmin (1585-1665). []
  7. Johann Michael Wansleben, (1635-1679). []
  8. Melchisédech Thévenot (1620-1692), Bibliothécaire du roi entre 1684 et 1692. []
  9. Voir : Lucas, Paul (1664-1737), Voyage du sieur Paul Lucas, fait par ordre du Roy dans la Grèce, l’Asie Mineure, la Macédoine et l’Afrique…, Paris : N. Simart, 1712, 2 vol. in-8° , pl., cartes et tableau. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5323990q> et <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5324002b>. []
  10. François Sevin (1682-1741), garde des manuscrits de la bibliothèque du roi en 1737. []
  11. Louis-Sauveur de Villeneuve (1675-1745), ambassadeur de France auprès de la Sublime Porte (Empire ottoman) entre 1728 et 1741. []
  12. Louis Picques (1637-1699), bibliothécaire du Collège des Quatre Nations (Paris) entre 1688 et 1695. Plusieurs des manuscrits qu’il a légués à la bibliothèque des Jacobins de la rue Saint-Honoré se retrouvent dans les fonds de la BnF. []
  13. British museum (Londres). Library, Catalogus codicum manuscriptorum orientalium qui in Museo Britannico asservantur. Pars Tertia : codices aethiopicos amplectens, Londonii : impensis curatorum Musei Britannici, 1838-1871, 3 parties en 5 vol. in-fol. (45 cm)
    1. Pars prima codices Syriacos et Carshunicos amplectens. – 1838. – XII-140 p., planche en fac-sim. 2. Pars secunda codices Arabicos amplectens. – 1846-1871. – 3 vol. 3. Pars tertia codices Ethiopicos amplectens. – 1847. – X-79 p. []
  14. Wright, William, Catalogue of Syriac Manuscripts in the British Museum acquired since the year 1838, London : British Library, 1872, 3 vol. []
  15. Smith, R. Payne, Catalogus codicum Syriacorum, Oxonii : E. Typographeo Clarendoniano, 1864, 1 vol. (679 p., [5] f. de pl. : fac-sim. ; 29 cm []
  16. Assemani, Stefano Evodio (1711-1782) ; Assemani, Giuseppe Simone (1687-1768), Bibliothecae apostolicae Vaticanae codicum manuscriptorum catalogus, in tres partes distributus, in quarum prima orientales…, Romae : ex typ. A. Rotilii (apud haeredes Barbiellini, apud Komarek), 1756 -1759, 3 vol. in-fol.
    Comprend : I. Codices Ebraici et Samaritani ; II-III. Codices Chaldaici sive Syriaci. []
  17. Assemani, Stefano Evodio (1711-1782), Bibliothecae Mediceae Laurentianae et Palatinae Codicum Mss. Orientalium Catalogus…, Florentiae : ex Typographio Albiziano, 1742, 1 vol. (I-XVI, [2], XII-LXXII, 1-49, [2], 50-492, [58] p., XXIX c. di tav.) : ill. ; fol.
    Disponible sur Internet, url : <https://tecabml.contentdm.oclc.org/digital/collection/cataloghi/id/2757/rec/4>. []
  18. Eusèbe Renaudot (1646-1720). Voir : Omont, Henri, « Inventaire sommaire des manuscrits de la collection Renaudot, conservée à la Bibliothèque nationale », Bibliothèque de l’école des chartes, 1890, tome 51, p. 270-297. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1890.447607. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1890_num_51_1_447607>.  []
  19. Zotenberg écrit : « Notices d’un certain nombre des manuscrits syriaques de la Bibliothèque du roi et de la Bibliothèque de Colbert, par RENAUDOT et quelques autres savants du XVIIe siècle, et par ASCARI. Tous les bulletins réunis dans ce volume se trouvaient autrefois en tête des manuscrits auxquels ils se rapportent.
    Papier. Pet. 217 feuillets. — (Catalogue 336. []
  20. Ernest Renan (1823-1892), attaché au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de 1851 à 1864. []
  21. Zotenberg écrit : « Catalogue des mss. syriaques de la Bibliothèque nationale, par M. E. RENAN. Les bulletins, au nombre de 168 pour l’Ancien fonds (le bulletin n° 13 manque), et de 90 pour le Supplément (les bulletins nos 12 et 79 manquent), sont classés dans l’ordre des anciens numéros.
    Papier. Moy. — (Supplément 100.) []
  22. Étienne Fourmont (1693-1745) dit Fourmont l’aîné alors que son frère Michel est né en 1690. []
  23. Les 16 premiers manuscrits sabéens firent l’objet, dès la fin du XVIIIe siècle, de notices de catalogue par Behenam et Fourmont. Elles se trouvent dans le manuscrit Sabéen 17, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc109708f> et Sabéen 18, f. 2-2r, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc109709q>.
    Sur Behenam, Henry Cordier écrit : « Joseph Behenam, vieillard de soixante-treize ans, né à Mossoul, qui avait perdu pendant la Révolution sa place d’interprète à la Bibliothèque nationale et reçu en assignats la valeur d’une collection de manuscrits orientaux cédée au même établissement. », Cordier, Henri, « Un interprète du général Brune et la fin de l’École des Jeunes de langues », Mémoires de l’Institut national de France, 1911, tome 38, 2e partie, p. 267-350. DOI : https://doi.org/10.3406/minf.1911.1594. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/minf_0398-3609_1911_num_38_2_1594>. []
  24. Sylvestre de Sacy, Antoine Isaac de (1758-1838) président de l’École des langues orientales (1824-1838) et conservateur des manuscrits orientaux de la Bibliothèque royale. []
  25. Voir Sabéen 18, f. 4-7, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100877097/f7.item>. []
  26. Voir : Sabéen 19 qui contient des notices de Renan (f. 1-17), Euting (f. 18-35) et Petermann (f. 37-40), url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10087710m>. []
  27. Julius Euting (1839-1913). []
  28. Euting, Julius, « Nachrichten über die mandäischen oder zabischen Manuscr. der kaiserl. Bibliothek zu Paris und der Bibliothek des British Museum zu London », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 1865, Band 19, p. 120-136.
    Disponible sur Internet, url : <https://menadoc.bibliothek.uni-halle.de/download/pdf/21289> ou <https://menadoc.bibliothek.uni-halle.de/dmg/periodical/titleinfo/21289>. []
  29. Zotenberg, Hermann (1834-1909), Catalogue des manuscrits éthiopiens (Gheez et Amharique) de la Bibliothèque Nationale, Paris : Imprimerie nationale, 1877, 1 vol. (V-283 p.) ; 33 cm. – (Manuscrits orientaux ; [IIIe série]). []
  30. Édouard Dulaurier (1807-1881). []
  31. Paru en 1908 : Macler, Frédéric (1869-1938), Catalogue des manuscrits arméniens et géorgiens de la Bibliothèque nationale, Paris : Impr. nationale, 1908, 1 vol. (XXX-208 p.) : fac-sim.
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5399160m>. []
  32. Mac Guckin de Slane, William (1801-1878), Catalogue des manuscrits arabes, Paris : Imprimerie nationale, 1883-1895, 1 vol. (IV-820 p.) ; 31 cm
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209467t>.
    Troupeau, Gérard (1927-2010), Manuscrits chrétiens. Tome I, Nos 1-323, Paris : Bibliothèque nationale, 1972, 1 vol. (279 p.) ; 25 cm puis 30 cm.
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k229964q>.
    Troupeau, Gérard (1927-2010), Manuscrits chrétiens. Tome II, Manuscrits dispersés entre les nos 780 et 6933, Paris : Bibliothèque nationale, 1974, achevé d’impr. 1975, 1 vol. (194 p.) ; 25 cm + errata
    Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2094639>, <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2299653>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search