Rapport de M. Taschereau sur les catalogues de la bibliothèque nationale [1852]

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages.


Document : Taschereau, Jules, « [Rapport de M. Taschereau sur les catalogues de la bibliothèque nationale]1 », , 6 septembre 1852, n° 250, p. [1365]-1366. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/06-septembre-1852/149/1336659/1>.

En vertu d’un décret en date du 24 janvier 1852, fut créé à la Bibliothèque impériale un nouvel emploi d’administrateur adjoint spécialement chargé de surveiller et de diriger les travaux de catalogue qui fut confié à Jules-Antoine Taschereau (1801-1874), avec un traitement de 9000 francs. Quelques mois après sa nomination, Jules Taschereau remettait, le 25 août 1852, un rapport au ministre sur la situation et les besoins du catalogue au département des imprimés, en partie republié le 5 septembre 1852 dans le journal officiel de l’époque, Le Moniteur universel. C’est ce document que nous transcrivons ci-après. Les notes figurent dans l’original. Les coquilles sont signalées d’un [sic] entre crochets carrés. Le (sic) entre parenthèses figure dans l’original.


Partie non officielle

[Rapport de M. Taschereau sur les catalogues de la bibliothèque nationale]

Paris, le 5 septembre.

Justement préoccupé de l’indispensable nécessité de faire terminer les catalogues de la bibliothèque nationale pour assurer la conservation des richesses qu’elle renferme et pour en rendre l’accès facile au public, le ministre de l’instruction publique et des cultes proposa, dès le commencement de son administration, au Prince Président, de nommer un administrateur adjoint spécialement chargé de la direction des travaux de catalogue.
M. Taschereau, qui, par décret du 24 janvier, a été chargé de cet emploi, vient d’adresser à M. le ministre un rapport qui en justifie surabondamment la création.
Les travaux effectués depuis 1838, époque à laquelle un crédit fut ouvert pour la confection des catalogues, n’avaient pas, en effet, produit les résultats que donnaient droit d’espérer les sacrifices considérables qui avaient été faits.
Les extraits du rapport que nous publions ici montreront quelle impulsion a été communiquée par lu nouvelle direction du catalogue à des travaux qu’il est d’une si haute importance de mener promptement à leur terme.

Paris, le 25 août 1852.

Monsieur le ministre,
Le décret du 24 janvier dernier, en m’appelant aux fonctions qu’il créait à la bibliothèque nationale, et pour lesquelles vous avez bien voulu me désigner au choix du Prince Président, m’a imposé des obligations dont je ne pouvais me dissimuler l’étendue. Il a voulu assurer le résultat des sacrifices faits pour achever les catalogues de la bibliothèque nationale, et, pour y arriver (ce sont les termes du décret), il a considéré que le moyen le plus efficace était de faire peser sur un chef unique la responsabilité précédemment divisée de cette vaste entreprise.
Pour obéir à ces prescriptions, monsieur le ministre, j’ai dû d’abord me livrer à un examen approfondi de l’état du travail ; de ce qui avait été fait et de tout ce qu’il restait à faire ; de la méthode suivie et des modifications qu’elle pouvait et devait subir pour l’accélération du résultat ; des mesures qui pourraient y aider et que j’aurais à vous soumettre.
C’est de cet examen que je viens vous rendre compte aujourd’hui, monsieur le ministre ; ce compte, je vous le dois ; je le dois à ma responsabilité ; il est dû aussi au public studieux, qui attend impatiemment un instrument de travail, comme la bibliothèque nationale un instrument de service ; il est du encore à l’Etat, qui aspire au moment où une précieuse partie de son domaine sera défendue par une sorte d’inventaire contre le désordre et les dilapidations……………………………………………………………………………
C’est en 1838 que fut conçue la pensée de faire dresser les catalogues des richesses de la bibliothèque nationale, et un crédit de l,264,000 fr. fut alloué pour cet objet par la loi
de finances de 1839………………………………………………………………….
En 1830, une commission fut nommée par l’assemblée nationale pour vérifier l’état des travaux et examiner combien de temps et d’argent devrait exiger encore l’entier achèvement du catalogue. Voici la réponse que fit, en juin 1850, le chef du bureau du catalogue des imprimés à la bibliothèque nationale, consulté par la commission :
« Le total des cartes faites est de 171,1902. Nous réclamons dix ans encore3. On compte avoir fini l’histoire de France (L) avant un an… fIl ne sera possible de mettre sous presse qu’au commencement de 18524. »
Enfin avec une augmentation, peu sensible au début, mais graduelle, de la dépense (qui avait été en moyenne de l7,000 fr. par an, de 1839 à 1850, et de 20, 21 et 23,000 francs dans les trois dernières années, le chef du bureau promettait 140,000 cartes par an5.
La commission crut se mettre à l’abri de mécomptes nouveaux en demandant comme temps douze années, comme dépense annuelle 48,000 fr., et comme garantie la création d’un emploi de directeur du catalogue des imprimés, avec la condition, pour les motifs déduits au rapport, que le chef du bureau d’alors n’y serait pas promu.
Quand la direction du catalogue des imprimés, comme celle des catalogues des autres départements de la bibliothèque nationale, me fut confiée, mon premier soin fut de demander au chef de bureau un état d’avancement du travail que je puisse rapprocher de celui qui avait été fourni par lui en juin 1850. Cet état fut dressé en février 1852, c’est-à-dire à vingt mois de l’époque ou l’avait été l’état en regard duquel nous allons le placer. Je vis d’abord avec une pénible surprise le peu d’impulsion progressive qu’avait reçue le chiffre total. Voici les tableaux comparés :

Lettres.Nombre de cartesdéclarées
Juin 1850.Février 1852.
N Histoire d’Angleterre11, 76612 905
T Médecine79, 21082, 805
L Histoire de France59, 975128, 799
G Histoire universelle3, 908
F in-folio. Jurisprudence6, 3036, 303
J in-folio. Histoire grecque et romaine3, 7753, 775
V in-folio. Sciences et arts4, 4534, 453
Vm. Musique dramatique5, 3395, 339
Ouvrages en langues orientales371371
Augmentation portée en bloc par le chef du bureau sur les cinq dernières lettres, dont les chiffres étaient laissés les mêmes, de 400 à 500, ci450
171, 190249, 108

L’augmentation, au lieu d’atteindre le chiffre de 140,000 par an, ce qui, pour vingt mois, aurait dû donner 233,300 cartes nouvelles, n’était donc en tout que de 77,918 cartes, soit 46,750 cartes par an. Cette différence semblait déjà bien énorme ; je serai forcé de dire tout à l’heure qu’elle l’était plus encore qu’elle ne le semblait ; mais suivons les faits.
On ne se bornait pas à accuser un aussi faible résultat pour vingt mois de travail ; on n’avait pas seulement à déclarer que l’histoire de France (L) qu’on avait pris l’engagement de terminer avant juin 1851, n’était pas terminée encore en février 1852 ; que la médecine (T) et l’histoire d’Angleterre (N), qu’on avait autorisé la commission à considérer comme achevées6 en juin 1850, ne l’étaient plus en février 1852 ; on ajoutait : « Les chances de l’imprévu s’augmentent au lieu de diminuer. D’une part, le nombre des doubles est tel, dans les pièces de petit volume, que
leur examen et leur élagation absorbent un temps fort considérable ; d’autre part, le nombre des recueils factices, non encore dépouillés, semble grossir de jour en jour, c’est-à-dire qu’on en découvre à tout instant dans le vieux fonds. Le dépouillement des cartons de pièces rangées par matières est épuisé pour les lettres N et T, mais le dépouillement du grand recueil Z, qui est un mélange de toute sorte d’opuscules, est à peine entamé. »
Enfin que ne restait-il pas à faire pour cette lettre L (l’histoire de France), dont l’achèvement avait été si formellement promis pour une époque déjà si dépassée ? Il en restait tant que l’on ne promettait plus rien. On donnait une liste fort longue et encore fort incomplète de ce qui était
encore à dépouiller et à cataloguer, sans préjudice toujours de cet immense recueil Z.
Et puis, comme si l’on craignait de ne pas voir le but reculer assez loin, on établissait qu’il était impossible, dans cette situation, d’augmenter le nombre des travailleurs ; qu’il faillit plutôt le diminuer de tous ceux dont l’éducation, en tant qu’opérations de catalogue, n’était pas encore complète, parce que, pour les fins de lettres, pour les dépouillements de résidus, il ne fallait que des employés d’élite.
A cette déclaration, qui renvoyait au siècle prochain la fin du catalogue, car nous avions à voir se succéder vingt-sept fins de lettres, et, par conséquent, le bureau du catalogue, suivant ce système, avait vingt-sept fois à marquer un long temps d’arrêt à ses lentes opérations, vingt-sept fois à
congédier ses employés, au fur et à mesure qu’il aurait commencé leur éducation ; à cette déclaration le découragement m’eût gagné, si un doute ne m’eût défendu contre lui.
La commission de 1850 avait bien étudie l’ensemble du système de catalogue introduit à la bibliothèque nationale ; elle avait bien examiné aussi le système inadmissible qui lui avait été opposé, et très-justement sacrifié ; mais une commission ne peut entrer dans tous les détails d’un procédé, et je fus amené à penser que les détails dont on avait successivement surchargé celui-ci étaient la cause véritable de l’absence de ses résultats.
J’en acquis bientôt la certitude, et je demandai la réforme des premiers abus que je pus reconnaître. Les objections furent nombreuses, la résistance fut vive. Le moyen de faire apprécier à la fois et les abus que j’avais déjà découverts et la résistance qui combattait pour eux, c’est de transcrire ici
la lettre de service qui me fut demandée par M. le chef de bureau du catalogue des imprimés à la bibliothèque nationale, et que je m’empressai de lui adresser pour mettre sa conscience à l’aise :

Paris, le 11 mars 1852.

« Monsieur et cher collaborateur,
« Vous m’avez exprimé le désir de voir voire responsabilité complètement dégagée des changements que je vous prie de vouloir bien faire apporter à quelques-uns des détails du système adopté pour le catalogue des imprimés. C’est un devoir de conscience pour moi de vous donner cette satisfaction et d’accéder à un vœu que je reconnais très-légitime. La responsabilité administrative m’incombe tout entière : c’est une conséquence de ma nomination à la place de directeur des catalogues ; mais je m’empresse, suivant votre demande, de vous écrive que j’accepte aux yeux de tous et de chacun la responsabilité particulière des modifications suivantes :
« Dérogeant au principe général et absolu que l’on s’était posé, dites-vous, de tout cataloguer, on ne cataloguera plus à l’avenir, et, pour le passé, on distraira au classement définitif :
« 1° Les cartes de mets et de prix des restaurateurs et hôtels garnis ;
« 2° Les prix courants de parfumerie ;
« 3° Les prospectus et annonces de pâles pectorales et pharmaceutiques, de sirops et remèdes pour maladies secrètes et autres, les prix courants de confiseurs, etc., etc.
« Toutes ces natures de publications et leurs analogues, que l’on faisait figurer dans la lettre T (médecine), seront estampillées, et tout simplement classées et inventoriées suivant un mode dont nous conviendrons.
« 4° Pour toutes les publications administratives, pour les discours et opinions prononces ou publiés par des membres de nos assemblées délibérantes et imprimés à part, vous voudrez bien vous concerter avec moi sur le moyen le plus expéditif de les classer et le plus abréviatif de les introduire au catalogue. Nous aurons également à prendre de concert une détermination pour les affiches.
« 5° La règle générale, dans le passé, était que les cartes fussent faites et copiées avant révision par les employés les plus nouveaux du bureau ; exceptionnellement les réviseur[s] faisaient des cartes eux-mêmes. L’exception devra désormais être la règle. Les réviseurs feront les cartes, les reverront, et les employés nouveaux les recevront ensuite d’eux pour les copier. Ce ne sera que quand la besogne l’exigera que des cartes seront données à faire aux employés nouveaux, et, dans ce cas exceptionnel, elles ne seront copiées qu’après révision.
« 6° Celte interversion des rôles permettra d’abréger certains titres très-longs, non pas en les soumettant à une rédaction nouvelle, mais en élaguant de la rédaction qui leur a été donnée par l’auteur ce qui est développement surabondant, et en s’en tenant à ce qui est nécessaire, soit pour
bien faire connaître le sujet du livre, soit pour bien distinguer l’auteur des homonymes qu’il peut avoir.
« 7° On ne s’attachera plus, dans la reproduction des titres des nièces et des volumes modernes et courants, à faire ressortir par un (sic) telle transposition de lettres qui, résultant de l’erreur de l’imprimeur, se peut trouver dans un mot de ce titre ;
« 8° Quand on pourra donner l’indication du lieu où réside l’imprimeur, soit que le titre fournisse cette indication, soit que l’ayant d’ailleurs, on ne la donne qu’entre parenthèses, on n’ajoutera pas sur la carte, à la suite de son nom, celui de la rue qu’il habite et le numéro de sa maison ;
« 9° Enfin les cartes, écrites lisiblement et nettement, n’auront pas besoin d’être des chefs-d’œuvre de calligraphie, et l’on ne s’ingéniera plus à faire commencer chacun des substantifs qui se trouvent dans un titre par une capitale imitant l’impression ; ce détail, outre la perte de temps qu’il entraîne, étant de nature à troubler les compositeurs lorsqu’il s’agira de l’impression des cartes….. »
Après une étude nouvelle de certains autres détails qui n’étaient pas moins déraisonnables que ceux dont j’avais demandé la réforme, j’allais adresser à M. le chef de bureau de nouvelles instructions, quand une circonstance sans intérêt lui fournit le prétexte de m’offrir sa démission, que j’acceptai.
Immédiatement, je reconstituai le bureau, et je plaçai à sa tête deux employés, exercés, laborieux, animés du sentiment du devoir, et qui, connaissant bien le système et tous ses détails, mais n’en étant pas les auteurs, ne pouvaient mettre leur amour-propre à ne pas les laisser discuter. Ces employés reçurent le titre de sous-chefs. Je me réservai la direction particulière du bureau.
Je fis dresser alors, par les deux-sous-chefs, le compte de ce qui leur était laissé et de l’état du travail. Ils me l’ont fourni à la date du 9 juin, et cet état a été pour moi la révélation d’un mécompte nouveau et la cause d’une surprise dont il m’est difficile de revenir. Il fallait qu’aux précédentes opérations de calcul de cartes on eût recouru à un moyen bien peu sûr de supputation, car il s’est trouvé que la lettre T (médecine), que l’on annonçait à la commission, en juin 1850, former déjà 79,210 cartes, à moi, en juin 1852, 82,805, n’en comptait réellement, en juin 1852, que 77,971, c’est-à-dire beaucoup moins que quatre mois plus tôt, et même moins que deux ans auparavant. Et, cependant, dans ces quatre mois, on avait, sous mes yeux, continué le dépouillement des recueils, qui avaient été fort nombreux, et l’on avait tenu cette lettre T au courant de tout ce qui devait lui revenir dans les livres apportés par le dépôt légal, les acquisitions et les dons. Il en était de même pour cinq autres lettres, comme vous le verrez, monsieur le ministre, par le tableau que nous plaçons ici :

LettresNombre de cartesdéclarées.Compte réel au 9 juin 1852.
Juin 1850.Février 1852.
N (Histoire d’Angleterre)11,76612,90511,956
T (Médecine)79,21082,80577,971
L (Histoire de France)59,973128,799135,783
G (Histoire universelle)3,9086,233
F in-f° (Jurisprudence)6,3036,3036,062
J in-f° (Histoire grecque et
romaine)
3,7753,7753,537
V in-f° (Sciences et arts)4,4534,4534,283
Vm (Musique dramatique)5,3395,3394,428
Ouvrages en langues orientales371371407
171,190
Addition faite en bloc sur les
chiffres demeurés les mêmes,
de 400 à 500, ci
450
249,108250,660

En somme, il en résultait que tout le travail fait de février à juin 1852, c’est-à-dire durant les quatre premiers mois de mon administration, n’avait servi qu’à rendre exact et réel le chiffre total, qui jusque-là était exagéré, et que, par conséquent, ce progrès, que nous trouvions tout à l’heure si insignifiant, si nul pour vingt mois, est, dans le fait, le résultat du travail de deux années entières.
Le nombre des cartes était donc, au 9 juin, de 250,660, dont une partie demandera encore à être revisée [sic] ; mais cette opération pourra se faire en même temps que le classement, avant l’impression…..
En présence d’un pareil résultat, tous mes efforts ont tendu à rendre simple, limitée, rapide s’il se peut, une besogne qu’on semblait s’être exercé à rendre compliquée, interminable. Quand on s’engageait à la finir en dix ans, c’était une double illusion : je ne discuterai pas sur le temps ; je me borne à affirmer qu’on ne l’eût jamais finie.
Non, on ne l’eût jamais terminée, car, tandis que l’on était si mollement aux prises avec le passé, qu’accroissait démesurément l’admission au catalogue des prix courants de parfumerie de la Société hygiénique et d’innombrables indignités, le courant de chaque jour était là, s’accumulant et venant former une seconde masse menaçante aussi, à laquelle on ne comptait avoir affaire que quand on en aurait fini avec le passé. Ainsi ces 7,000 ouvrages environ qui arrivent dans l’année à la bibliothèque par le dépôt légal, par les acquisitions, par les dons, et qui, en dix ans, forment une nouvelle bibliothèque de 70,000 numéros, c’est-à-dire de plus de 100,000 volumes et pièces, tout cela s’amassait sans être catalogué, et devait attendre qu’on en eût fini avec les aînés.
Je le répète, ils auraient attendu toujours. Et, en attendant, le désordre, qui, nécessairement, s’introduit plus facilement dans les livres non catalogués, aurait fait des progrès, et le public qui fréquente la bibliothèque se serait vu à chaque instant refuser, comme introuvables, des ouvrages d’une publication toute récente.
… J’aurai l’honneur de vous faire connaître plus tard, monsieur le ministre, dans un de mes rapports trimestriels, le chiffre annuel des ressources que l’estime nécessaires au bureau du catalogue des imprimés pour 1853 et 1854 ; mais, dès à présent, je puis vous donner l’assurance qu’il demeurera fort au-dessous des 48,000 fr. par an que la commission de 1850 demandait pour la confection du catalogue de ce seul département.
C’est, monsieur le ministre, ce que je m’efforcerai d’éviter. A partir du 1er janvier prochain, à partir même du 1er octobre, si vous voulez bien, monsieur le ministre, mettre dès à présent à ma disposition des ressources qui nous sont acquises, et que je vous indiquerai tout à l’heure, tout ce qui entrera à la bibliothèque sera immédiatement catalogué. Toutes les lettres de notre alphabet bibliographique seront entreprises et tenues à jour. Le fonds non porté ne recevra plus ainsi un accroissement quotidien énorme, et, en règle avec le présent, nous travaillerons avec ardeur à diminuer chaque jour un passé considérable sans doute, mais désormais simplifié, limité, encadré.
Quel est le crédit annuel, quel est le nombre d’années nécessaire pour mener à fin le catalogue des imprimés ?
La commission de 1850 répondait à cette question du ministre : douze ans et 48,000 fr. par an, soit au total, pour le catalogue des imprimés seulement, 576,000 fr.
J’ai dit que, dans mes conviction intime, en suivant les errements adoptés, le temps et par conséquent le crédit auraient été multipliés par eux-mêmes, et l’expérience de vingt-quatre mois l’a démontré de reste. Je suis certain qu’en n’accumulant pas d’inutiles difficultés, malgré le surcroît considérable de travail que le bureau n’avait pas jusqu’ici et que le catalogue des entrées lui imposera, soit à partir du 1er janvier, soit à partir du 1er octobre prochain, je suis certain que ni ce bail de douze ans, ni cette somme de 575,000 fr. ne seront dépassés pour faire le catalogue du département des imprimés…
J’aurai l’honneur aussi, monsieur le ministre, de vous faire connaître la somme à porter annuellement au budget pour l’impression. La commission de 1850 estimait de 65 à 72 le nombre des volumes in-4°, qu’exigeait l’impression du catalogue des imprimés et l’ensemble des frais de cette impression pour 500 exemplaires, à 450,000 fr. Elle demandait pour cela un crédit annuel de 24,000 fr. pendant dix-huit ans. Nous espérons que, dans ces calculs de temps et de dépense, il nous sera possible d’apporter de très-grandes améliorations. Sous peu de mois, nous pourrions livrer aux imprimeurs les catalogues de la Médecine, de l’Histoire d’Angleterre, de l’Histoire de France.
Je vous proposerai, monsieur le ministre, de ne mettre d’abord sous presse que cette dernière matière qui formera, grâce à nos richesses sans pareilles, une bibliothèque historique de la France, quatre fois plus ample, quant aux imprimés, que celle du P. Lelong. Un débit assez considérable est évidemment assuré à cette partie, et des offres d’éditeurs viendront certainement, sinon peut-être dispenser l’Etat de tout sacrifice, du moins en alléger notablement le poids.
Quant à la Médecine et à l’Histoire d’Angleterre, si vous approuviez ce projet, monsieur le ministre, nous en ajournerions l’impression jusqu’après la publication du catalogue de l’Histoire de France, et pour mettre, dès à présent d’une façon commode, ces deux travaux à la disposition des employés et du public qui fréquente la bibliothèque, nous les autographierions nous-mêmes à dix ou douze exemplaires. J’attendrai, monsieur le ministre, votre décision à cet égard.
La commission du budget a, dans son rapport, fait une recommandation qui nous garantit qu’elle ne saurait apporter d’opposition à vos demandes de crédits nécessaires pour les catalogues. Les vols commis à la bibliothèque ont attiré sa sollicitude, et elle a demandé qu’on cherchât les moyens
d’y mettre un terme. Il n’est pas de mesure plus conservatrice qu’un catalogue qui donne en charge aux fonctionnaires préposés au département tous les livres qui y figurent. Comment, au contraire, établir leur responsabilité quand on n’a pas dressé la liste, quand on n’a pas connaissance de ce que
la bibliothèque possède ?
….. Voilà, monsieur le ministre, la situation et les besoins du catalogue au département des imprimés. Dans un second rapport que je termine et qui suivra celui-ci immédiatement, j’aurai l’honneur de vous exposer la situation et les besoins des catalogues des autres départements. Cette
grande entreprise, pour être menée à bonne et prompte fin, a besoin de toute votre protection. Elle a besoin aussi du dévouement de tous ceux qui sont appelés à y travailler ou dont le devoir est de la seconder ; et si vous me permettez encore, monsieur le ministre, un emprunt à un document
administratif que j’ai déjà plusieurs fois cité, je répéterai ici, en terminant, ce que nous disions en 1850 :
« La bibliothèque nationale, le plus grand dépôt des produits de l’intelligence humaine qui ait été formé chez aucun peuple, ne doit pas être considérée par les hommes éminents ou distingués dans la science qui sont chargés de sa conservation comme une sorte d’administration publique, comme
un simple bureau, où chaque employé ne donne à l’Etat que la portion de son temps et de son zèle prescrits rigoureusement par les règlements. Il n’y a rien de petit ni de mesquin, rien qui ne doive inspirer une ardeur voisine de l’enthousiasme dans des fonctions qui ont pour objet de faciliter l’essor de le [sic] science et des lettres, c’est-à-dire la civilisation même. Le bibliothécaire qui se livre tout entier à ses fonctions, et ne veut rien voir au delà des livres remis à ses soins, sert aussi bien son pays, sous des dehors modestes, que s’il cherchait à l’illustrer par ses propres écrits. »

Daignez agréer, je vous prie,

Monsieur le ministre,
L’hommage de mes sentiments respectueux,
L’administrateur adjoint de la bibliothèque
nationale, directeur des catalogues
,

J. Taschereau.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 31 août). Rapport de M. Taschereau sur les catalogues de la bibliothèque nationale [1852]. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3z4

  1. Titre fourni par le sommaire du journal. []
  2. Feuillet 7 des notes manuscrites remises à la commission, page 23 du rapport de M. Beugnot. []
  3. Feuillet 9 des notes, page 24 du rapport. []
  4. Feuillets 7 et 11 des notes. []
  5. Feuillet 5 des notes, rapport, page 27. []
  6. Feuillet 7 des notes manuscrites remises à la commission. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search