La Bibliothèque du roi en 1791

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Les notes sont dans le document original.


Document : « La Bibliothèque du roi en 1791 », Bibliothèque de l’école des chartes, 1882, tome 43, p. 720-722. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1882_num_43_1_462390>.

Auteur : Comme l’indique Louis Tuetey (1869-19??), qui a copié le document aux Archives nationales, l’auteur du rapport est Louis-Alexandre de La Rochefoucauld d’Anville (1743-1792), président du directoire du département de Paris (1791).

Louis Alexandre / Duc de La Rochefoucauld / Député de la Ville de Paris / à l'Assemblée Nationale en 1789
Fiesinger, Frantz Gabriel , Graveur
Inconnu , Dessinateur, G.33156, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Louis Alexandre / Duc de La Rochefoucauld / Député de la Ville de Paris / à l’Assemblée Nationale en 1789
Fiesinger, Frantz Gabriel , Graveur
Inconnu , Dessinateur, G.33156, CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

La pièce suivante, que notre confrère M. Tuetey a bien voulu copier sur l’original conservé aux Archives nationales (Comité des finances, D. VI, 10, n° 105), fournit de précieux renseignements sur l’état de la bibliothèque du roi au commencement de la révolution. Ce sont les observations que le directoire du département de Paris adressa à l’Assemblée nationale, le 25 août 1791, sur la nécessité de veiller à l’entretien et au développement des collections. Les administrateurs estimaient qu’il fallait consacrer une somme de 72,000 livres à l’acquisition d’incunables choisis dans le cabinet de Loménie de Brienne, dont la mise en vente était annoncée.

« On n’a jamais vainement entretenu l’Assemblée nationale de tout ce qui peut interresser les sciences et les lettres, et elle s’est toujours empressée d’accorder les secours qui ont été réclamés en leur nom. Tout ce qui peut contribuer à étendre et à fortifier l’invincible puissance de la raison et des lumières ne peut être indifférent à des législateurs qui n’ont pas voulu fonder sur d’autres bases l’immortelle constitution qu’ils ont élevée.

« Un des établissemens les plus précieux aux lettres et les plus utiles aux sciences, c’est la Bibliot[h]èque connue sous le nom de Bibliot[h]èque du Roi, la plus riche et la mieux composée de toutes celles d’Europe. Quoique la Constitution attribue au département de Paris la surveillance de tous les établissemens publics situés dans son ressort, et que ce célèbre monument n’en ait été encore formellement excepté par aucune loi, cependant le département n’a pas cru devoir y exercer aucun acte d’administration, jusqu’à ce que l’Assemblée nationale ait définitivement statué sur le sort de l’office créé sous le nom de maître de la librairie, intendant et garde des livres, manuscrits et médailles, etc., et connu sous le nom de Bibliothèque du Roi, dont le titulaire, autrefois subordonné au directeur général des bâtimens, exerce ses fonctions depuis 1691 sous l’autorité immédiate du roi. Mais, jusqu’à ce que toute incertitude soit levée à cet égard, et que l’on connaisse dans quelles mains se fixera cette administration, le département de Paris doit appeler l’attention de l’Assemblée sur les besoins indispensables de ce moment, pour prévenir des pertes qu’il deviendrait impossible de réparer si la négligence laissoit échapper une occasion que des siècles peut- être ne feraient pas retrouver.

« De pareils soins furent regardés par Colbert comme l’une des plus importantes occupations de son ministère, et il n’épargna ni peines ni dépenses pour enrichir la Bibliothèque de tout ce qui pouvoit exister de précieux. Il entretenoit des correspondans pour cet objet dans toutes les cours de l’Europe, et ce ministre, ami passionné des lettres et des arts, avoit envoyé dans le Levant plusieurs sçavans chargés d’y faire la recherche des plus beaux et des plus anciens manuscrits grecs, arabes, persans et des autres langues orientales.

« Après la mort de Colbert, Louvois, avide de toute espèce de gloire, fit de la charge de maître de la librairie et garde de la Bibliothèque un des objets de son ambition, et, quand il l’eut obtenue, il continua avec encore plus de magnificence les recherches commencées par son prédécesseur. Le sçavant Mabillon parcourut toute l’Italie, avec la commission d’y recueillir tout ce qui lui paroîtroit digne d’être acquis pour la France, et plus de 4,000 volumes furent le fruit de ses recherches bibliographiques.

« C’est avec cette continuité de soin et de dépenses que les De Thou, les Bignon, les d’Argenson et plusieurs ministres, amis des lettres, ont successivement concourra à former et à entretenir en France une Bibliothèque qui l’emporte sur toutes celles d’Allemagne et de l’Italie, et qui, ouverte à tous momens aux recherches des sçavans, contribue si puissamment à y fixer les sciences et la gloire qui les accompagne.

« Mais depuis quelque tems les embarras du gouvernement, la détresse des finances, et conséquemment la modicité des fonds destinés à l’entretien de la Bibliotèque, ont non seulement empêché que la France n’augmentât ses richesses littéraires, mais même ont laissé échapper plusieurs de celles qu’elle possédoit et qui ont été avidement recueillies par les nations étrangères.

« La liberté de la presse ôtant d’ailleurs à la Bibliothèque tous les livres de privilege, elle seroit bientôt dépourvue de tous les ouvrages modernes, si on ne se hâtoit de remplacer d’une autre manière cette espèce de revenu.

« Mais ce qui surtout excite en ce moment la sollicitude du département, c’est une occasion pressante et qu’il importe de ne pas laisser échapper.

« Tout le monde sçait que l’une des plus précieuses acquisitions dont Colbert s’empressa d’enrichir ce monument, ce fut la célèbre collection de manuscrits rassemblés avec tant de soin par Antoine Loménie de Brienne, secrétaire d’État.

« Aujourd’hui, une autre collection non moins précieuse, composée à grands frais par un citoyen du même nom, est sur le point d’être livrée au commerce, et la vente en est annoncée pour les premiers jours de l’année prochaine. Cette collection, unique pour la rareté et la magnifique conservation des ouvrages qu’elle renferme, contient de superbes exemplaires de presque tous les livres imprimés dans le xve siècle à la naissance de l’imprimerie, ces livres si recherchés des sçavans, pour restituer dans leur pureté primitive le texte des plus célèbres écrivains de l’antiquité, et où les curieux se plaisent à observer les efforts et les progrès de cet art qui a doublé la puissance du génie et qu’on doit regarder comme le principal agent de la philosophie et de la liberté universelle.

« II n’y a pas de doute que cette vente annoncée dans toute l’Europe attirera un concours nombreux d’étrangers, empressés de se procurer ce genre de richesses que tous les efforts de l’industrie humaine ne peuvent reproduire et dont tous les pays se disputent la possession. Plusieurs de ces livres qui vont être exposés en vente manquent à la Bibliothèque, et, s’ils y étoient réunis, non seulement ils la rendroient plus précieuse, mais ils ajouteroient encore infiniment à la valeur de ceux qui y existent déjà, en complettant cette partie et en la rendant aussi parfaite qu’il soit possible de le désirer.

« On présume qu’un secours extraordinaire de 72,000 livres rempliroit entièrement ce but, et l’Assemblée nationale peut avec cette somme acquitter une dette que sollicite puissamment l’honneur de la littérature française.

« Les administrateurs composant le directoire du département de Paris,

« La Rochefoucauld, président. — Anson, vice-président. — Talleyrand-Périgord. — Davous. — Cretté. »



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 6 septembre). La Bibliothèque du roi en 1791. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3z9

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search