Rapport au roi sur la Bibliothèque royale [en 1847]

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Les notes sont dans le document original.


Document : Salvandy, Narcisse-Achille de (1795-1856), « Rapport au roi sur la Bibliothèque royale. — Nomination d’une commission », Bulletin de l’université et des établissements scientifiques et littéraires, 1847, décembre, n° 96, p. [301]-305. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=nnveAAAAMAAJ&pg=GBS.RA3-PA301&hl=fr>.

Auteur : Narcisse-Achille de Salvandy, Ministre de l’Instruction publique, du 15 avril 1837 au 31 mars 1839 et du 1er février 1845 au 24 février 1848.

Le comte Narcisse-Achille de Salvandy, par Paul Delaroche, 1846. Paul Delaroche, Public domain, via Wikimedia Commons
Le comte Narcisse-Achille de Salvandy, par Paul Delaroche, 1846. Paul Delaroche, Public domain, via Wikimedia Commons

Du 28 décembre 1847.

Rapport au roi sur la Bibliothèque royale. — Nomination d’une commission.

SIRE,

La sollicitude de Votre Majesté pour tous les intérêts intellectuels, secondée par la munificence des chambres, a institué à la Bibliothèque du Roi l’un des services les plus importants et l’une des dotations les plus généreuses qu’aucun gouvernement ait jamais créés dans l’intérêt de la bibliographie et dans celui des sciences et des lettres. Par vos ordres, Sire, fut proposé dans la session de 1838, au budget de 1839, un crédit extraordinaire de un million deux cent soixante-quatre mille francs, divisé en douze annuités, ayant pour but de combler les lacunes des différents services de ce grand établissement et de le mettre au niveau des besoins de notre temps.

Depuis ce moment, Sire, neuf années se sont écoulées. Une somme de neuf cent quarante-cinq mille francs a été dépensée sur le crédit général. Je suis heureux d’avoir à dire que des résultats certains et considérables ont été obtenus. Vingt mille volumes imprimés ou manuscrits ont été reliés. Près de vingt mille, choisis parmi toutes les publications étrangères qui manquaient à la France, ont été acquis. Plusieurs collections importantes de médailles grecques, romaines, orientales et de monuments d’antiquités figurés ; enfin, des manuscrits précieux, et un choix des plus belles cartes géographiques qu’aient produites l’Italie, l’Angleterre et l’Allemagne, ont enrichi chacun des départements consacrés à ces diverses branches de savoir et d’étude.

J’ajoute que les immenses travaux préparatoires qu’exigeait la confection du catalogue sont près d’être achevés. Deux cent quarante mille volumes, recueillis autrefois dans les établissements confisqués, et qui jusqu’en 1843 étaient perdus pour le service public, lui sont désormais acquis par un rangement méthodique et définitif. Plusieurs centaines de milliers de cartes et de bulletins ont été rédigés. Un nombre immense a reçu, par la vérification qui en a été faite, un degré d’exactitude qui peut défier les plus sévères exigences de la bibliographie. Enfin , le catalogue de plusieurs parties de la Bibliothèque est achevé. La division, par exemple, de la médecine, qui comprend seule soixante-dix mille volumes et dix mille thèses, pourrait être livrée dès cette année à l’impression.

Cependant l’œuvre entreprise est loin de toucher à son terme. On peut prévoir que les sacrifices auxquels les grands pouvoirs ont consenti ne suffiront pas pour atteindre le but qu’ils s’étaient proposé. Des commissions de finances des deux chambres, dans la session dernière, se sont livrées à un examen attentif de cette situation et ont fait appel à toute la sollicitude comme à toute la responsabilité de l’administration supérieure.

Si les résultats qui ont été obtenus sont encore incomplets, il est facile de reconnaître à cet état de choses plusieurs causes.

D’abord, et par-dessus tout, les difficultés de la matière, les divergences d’opinions entre tous les hommes compétents et les changements de systèmes qui ont été la conséquence de ces divergences et de ces difficultés ;

Ensuite l’incertitude du siége [sic] définitif de la Bibliothèque du Roi, l’ajournement toujours prolongé de cette question, et dès lors l’ajournement des restaurations indispensables du local actuel, dont quelques parties s’écroulent et dont toutes demandent des réparations urgentes ; l’insuffisance et l’insalubrité du local où s’exécutent les travaux préparatoires du catalogue, toutes circonstances qui ont rendu tout travail difficile, toute disposition précaire et incomplète ;

Enfin la longueur même du temps qu’exige la confection d’un si grand travail, longueur qui peut s’apprécier par un fait bien simple : c’est le délai de quatre années que la chambre des députés a fixé pour la rédaction du catalogue de sa bibliothèque, laquelle ne comprend que soixante mille volumes.

Pour tout dire, il faut ajouter à ces causes trop réelles l’incertitude dans les directions de l’administration de la Bibliothèque du Roi et du département de l’instruction publique dans les premiers temps. Presque aussitôt après l’entrée en jouissance des crédits, le département de l’instruction publique changea de chef cinq fois en deux années. Les changements de direction de la Bibliothèque du Roi furent presque aussi nombreux, et cela précisément à l’époque de l’application des annuités et du choix d’un système. En outre, le régime même de la Bibliothèque a subi, à la même époque, de profondes variations. Ce régime avait perdu, dès le temps du directoire et du consulat, le caractère d’action collective indépendante et absolue que les règlements de la convention lui avaient attribué, et, de transformation en transformation, il n’était pas arrivé d’une manière stable au principe d’action une et responsable qui est le fondement et la garantie de toutes les parties de l’administration dans notre ordre constitutionnel.

Cet état de choses a cessé. Votre gouvernement, Sire, donnant satisfaction au vœu exprimé avec persévérance tous les ans par les commissions des deux chambres, et exprimé notamment cette année avec plus d’insistance et de précision que jamais, a rétabli le double principe d’autorité et de contrôle qui avait été déposé dans l’ordonnance de Votre Majesté, en date du 22 février 1839. L’administrateur général, si haut placé par la probité et les lumières, a repris les pouvoirs nécessaires à la responsabilité. Le secrétaire trésorier a été rétabli dans les attributions qui lui avaient été assignées ; il centralise dans ses mains, sous l’autorité de l’administrateur général, le service des achats, des échanges, des entrées, des sorties, des inventaires indispensables à la gestion de crédits si considérables et à la garde d’un dépôt national si vaste et si précieux.

Maintenant, Sire, il reste à prononcer sur ce qui a été fait dans ces neuf années pour l’accomplissement des intentions de Votre Majesté, sur ce qui doit être fait désormais pour atteindre le but que votre gouvernement s’est proposé, sur la difficile question de l’impression des catalogues, et, en ce cas, du mode d’impression, peut-être sur les questions de distribution des services et d’organisation bibliographique qui peuvent naître, soit de l’examen approfondi de ces premières questions, soit des propositions de l’administrateur général, ou des vœux et de l’expérience du Conservatoire. Je demande à Votre Majesté la permission d’éclairer ma responsabilité des lumières d’une commission dans laquelle se réuniront des hommes qui ont autorité dans ces matières, les uns que la confiance des chambres, dans la constitution de leurs commissions, a désignés naturellement à la vôtre, les autres à qui les matières de comptabilité, d’administration ou de bibliographie sont familières. Cette commission ne pourra accomplir sa tâche principale sans porter ses vues sur le régime même de la Bibliothèque. Ses observations feront connaître les améliorations ou les réformes que l’administration pourrait exiger encore. Elles contribueront à fixer d’une manière définitive les vues du gouvernement de Votre Majesté sur toutes les parties d’un service si important. Surtout, elles marqueront le terme des sacrifices que l’Etat s’impose, en précisant les moyens d’exécution qui doivent hâter l’accomplissement d’une œuvre très-vaste et très-nouvelle, dont l’achèvement intéresse la gloire de la France.

La commission essentiellement politique et administrative, puisque ce sont surtout les questions de comptabilité et d’organisation qu’elle doit examiner, pourra appeler dans son sein tous les hommes spéciaux dont l’expérience ou les lumières seront utiles à ses travaux. Si Votre Majesté daigne agréer mes propositions, elle serait composée ainsi qu’il suit :

MM. Passy, de l’Institut, pair de France, ancien ministre des finances, président ;
Naudet, de l’Institut et du Conseil royal de l’Université, administrateur général de la Bibliothèque royale ;
Comte Beugnot, de l’Institut, pair de France ;
Viennet, de l’Institut, pair de France ;
Comte de Montalembert, pair de France ;
Bignon, membre de la chambre des députés, conseiller à la cour des comptes ;
Vitet, de l’Institut, vice-président au conseil d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Félix Réal, conseiller d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Lanyer, conseiller d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Vicomte d’Haubersaert, conseiller d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Genty de Bussy, conseiller d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Edmond Blanc, conseiller d’Etat, membre de la chambre des députés ;
Rihouet, conseiller maître à la cour des comptes, membre de la chambre des députés ;
Pouillet, de l’Institut et du Conseil royal de l’Université, membre de la chambre des députés ;
Comte de Laborde, de l’Institut, membre de la chambre des députés ;
Jules de Lasteyrie, membre de la chambre des députés ;
Tesnières, membre de la chambre des députés ;
Nisard, chef de la division des établissements scientifiques et littéraires, membre de la chambre des députés ;
Dunoyer, de l’Institut, conseiller d’Etat ;
Baron Portal, conseiller d’Etat ;
Ravaisson, inspecteur général des bibliothèques.
Paris, le 28 décembre 1847.

SALVANDY.

Approuvé :
LOUIS-PHILIPPE.

Par le Roi :

Le Ministre Secrétaire d’Etat au Département de l’instruction publique,
SALVANDY.



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 25 août). Rapport au roi sur la Bibliothèque royale [en 1847]. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yy

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search