Natalis de Wailly (1805-1886), bibliothécaire

La plus récente histoire de la Bibliothèque nationale de France, parue en 20221, dresse un panorama historique général de l’institution « depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine », en un dense volume de 563 pages.

Histoire de la Bibliothèque nationale de France

Cela permet à tout à chacun d’appréhender aisément la longue histoire de l’institution notamment par le biais d’un récit chronologique depuis Charles V, le premier roi collectionneur, jusqu’en 2021, en offrant des gros plan sur des supports (les imprimés, les manuscrits, les estampes, les périodiques, la photographie) ou sur le rôle de certains acteurs emblématiques de son évolution comme les Louvois, les Bignon, Léopold Delisle ou Julien Cain). Cependant, ce parcours mené tambour battant, dans seulement 563 pages, a obligé les auteurs à faire des choix, taire des noms d’acteurs importants, oublier des moments ou des révolutions dans les pratiques, les contraignant à un devoir de synthèse, les empêchant de proposer une somme telle que le Musée du Louvre a pu la produire avec sa monumentale Histoire du Louvre, parue en 2016, qui se déploie sur 1992 pages !

Coffret : Histoire du Louvre, 2016.

Natalis de Wailly, conservateur des manuscrits

Parmi ces silences contraints par les choix éditoriaux, il nous semble que le rôle et la personne de Jean-Noël, dit Natalis de Wailly (1805-1886), conservateur au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, cité une seule fois dans l’index de l’ouvrage, auraient mérité un petit développement tant son action, après celle de François-Jean-Gabriel La Porte du Theil (1742-1815), garde des manuscrits de 1795 à 1815, fut importante dans la réorganisation des collections du département des Manuscrits.

Jean-Noël, dit Natalis de Wailly (1805-1886) © Bibliothèque de l'École des Chartes

Natalis de Wailly fut nommé le 11 mars 1854, en remplacement de Benjamin Guérard (1797-1854), conservateur au département des manuscrits et directeur de l’École des chartes, décédé le 10 mars 1854 après être entré comme surnuméraire en avril 18212. Le 31 mars 1854, Natalis de Wailly se voyait octroyer le logement précédemment occupé par Guérard, dans les emprises de la Bibliothèque, au deuxième étage sur la rue Neuve des Petits Champs, n° 12, se composant « d’une antichambre, une cuisine sur la rue, une salle à manger sur la cour, trois chambres à coucher avec petit cabinet sur la rue, une pièce à vivre à la suite de la salle à manger, petite entrée sur l’escalier sous la porte cochère n° 14, deux pièces situées au dessus du salon doré des manuscrits, une pièce d’entrée éclairée par deux chassis [sic] à tabatière sur la cour principale de l’ancien trésor, une pièce à la suite éclairées par une croisée sur la même cour. » En plus du logement il recevait en annexe « les deux pièces situées au deuxième étage dont M. Baudement, premier employé du Département des Imprimés, avait été mis en possession ». Il occupa son poste jusqu’à sa retraite le 1er novembre 1870.

12 rue Neuve des Petits Champs sur le Nouveau Paris fortifié 1860 de Lallemand, 1860.
12 rue Neuve des Petits Champs sur le Nouveau Paris fortifié 1860 de Lallemand, 1860.

Des fonds linguistiques

Ce fondateur de l’archivistique française venant du monde de l’archive, fut notamment celui qui — fort de l’enseignement de ce que La Porte du Theil avait opéré en créant les « Suppléments » (français, grec et latin) —, instaura les divisions par langues au sein du département des Manuscrits.

Avant la mise en œuvre de ses reclassements, les cadres du département comptaient sept divisions :

  • I. Fonds orientaux
  • II. Fonds grecs
  • III. Fonds latins
    • 1° Ancien fonds
    • 2° Supplément latin
    • 3° Fonds des Cartulaires3
  • IV. Fonds français et en diverses langues modernes
    • 1° Ancien fonds
    • 2° Supplément
  • V. Fonds divers
    • Saint-Germain
    • Saint-Victor
    • Sorbonne
    • Notre-Dame
    • Bouhier
    • Gaignières
    • etc.
  • VI. Collections diverses
    • Baluze
    • Dupuy
    • Fontanieu
    • etc.
  • VII. Cabinet des titres

Après l’application de ses choix, les cadres du département avaient pris une forme qui rendait beaucoup plus honneur à la diversité des langues couvertes par les documents. Si le cadre général maintenait huit divisions, celles-ci connurent d’importants développements notamment en ce qui concerne les fonds orientaux. D’autre part, la création d’une section relative aux langues modernes, auparavant indistinctement mêlées dans l’Ancien supplément (qui comptait 108 manuscrits latins, 735 manuscrits italiens, 179 espagnols, 34 portugais, 20 allemands, 14 néerlandais, 6 scandinaves, 15 anglais et 4 celtes ou basques) et le Supplément français incluant également des manuscrits en langues modernes dont l’allemand, l’espagnol, le danois, norvégien, etc., permit le regroupement des manuscrits par fonds dont l’unité se voulait linguistique. En plus de la création de séries distinctes pour les manuscrits écrits en langues autres que le français et les langues anciennes (grec et latin), il procéda à une nouvelle cotation des manuscrits français qui intégrait les fonds provenant des abbayes, couvents et collèges parisiens ainsi que des collections saisies chez des particuliers lors de la Révolution :

  • I. Fonds orientaux.
    • 1° Fonds Hébreu.
    • 2° Fonds Samaritain.
    • 3° Fonds Syriaque.
    • 4° Fonds Sabéen.
    • 5° Fonds Arabe.
    • 6° Fonds Persan.
    • 7° Fonds Turc.
    • 8° Fonds Arménien.
    • 9° Fonds Géorgien.
    • 10° Papyrus Égyptiens.
    • 11° Inscriptions des Pyramides.
    • 12° Papiers de divers Égyptologues : Champollion, Dujardin, Nestor L’Hôte, Prisse d’Avesnes, Salvolini.
    • 13° Fonds Copte.
    • 14° Fonds Éthiopien (gheez et amharique).
    • 15° Fonds Lycien.
    • 16° Fonds Sanscrit.
    • 17° Fonds Siamois.
    • 18° Fonds Pāli.
    • 19° Fonds Indien (Hindostani, etc.).
    • 20° Fonds Singhalais.
    • 21° Fonds Tamoul.
    • 22° Fonds Télinga, Canarese et Malayala.
    • 23° Fonds Chinois.
    • 24° Fonds Birman.
    • 25° Fonds Cambodgien.
    • 26° Fonds Laosien.
    • 27° Fonds Lolo.
    • 28° Fonds Tibétain-Mongol.
    • 29° Fonds Japonais.
    • 30° Fonds Malais-Javanais.
    • 31° Fonds Batta.
    • 32° Fonds Madécasse.
  • II. Fonds Grec.
    • 1° Ancien fonds.
    • 2° Fonds de Coislin (ou de Séguier)
    • 3° Supplément grec.
  • III. Fonds Latin.
    • 1° Première série (ou Ancien fonds).
    • 2° Deuxième série (volumes du Supplément latin et du fonds des Cartulaires).
    • 3° Troisième série (vol. de Saint-Germain-des-Prés).
    • 4° Quatrième série (vol. de Saint-Victor).
    • 5° Cinquième série (vol. de la Sorbonne).
    • 6° Sixième série (divers fonds arrivés au XVIIIe s.).
    • 7° Septième série (Fonds latin des Nouvelles acquisitions).
  • IV. Fonds Français.
    • 1° Première série (ou Ancien fonds).
    • 2° Deuxième série (vol. du Supplément français).
    • 3° Troisième série (vol. de Saint-Germain-des-Prés).
    • 4° Quatrième série :
      • A. Groupe primitif de 1868.
      • B. Deuxième groupe annexé au premier en 1875.
      • C. Troisième groupe ajouté aux deux autres en 1897.
    • 5° Cinquième série (fonds français des Nouvelles acquisitions).
  • V. Fonds en diverses langues modernes
    • 1° Fonds italien.
    • 2° Fonds Espagnol.
    • 3° Fonds Portugais.
    • 4° Fonds Allemand.
    • 5° Fonds Néerlandais.
    • 6° Fonds Anglais.
    • 7° Fonds Scandinave.
    • 8° Fonds Celtique et fonds Basque.
    • 9° Fonds Slave.
    • 10° Fonds Valaque.
    • 11° Fonds Albanais.
    • 12° Fonds de divers dialectes africains (étrangers aux idiomes sémitiques).
    • 13° Fonds de divers dialectes américains.
    • 14° Fonds Mexicain.
    • 13° Fonds de dialectes océaniens.
  • VI. Collections sur l’histoire de diverses provinces.
    • 1° Bourgogne.
    • 2° Champagne.
    • 3° Flandre.
    • 4° Languedoc :
      • a. Documents de Doat.
      • b. Papiers des Bénédictins.
    • 5° Lorraine.
    • 6° Périgord.
    • 7° Picardie.
    • 8° Touraine.
    • 9° Vexin.
  • VII. Collections diverses.
    • 1° Baluze.
    • 2° Bréquigny (Papiers de).
    • 3° Clairambault.
    • 4° Colbert.
    • 6° Duchesne.
    • 7° Dupuy.
    • 8° Joly de Fleury.
    • 9° Moreau.

En 1868, l’Administrateur de la Bibliothèque impériale Jules-Antoine Taschereau (1801-1874), rendait compte de l’entreprise menée dans le premier tome du Catalogue des manuscrits français de l’ancien fonds :

Les complications de chiffres et de sous-chiffres dont je parlais plus haut et au milieu desquelles on se perdait pour la recherche dans cet ancien fonds, en nécessitèrent en 1860 une numérotation nouvelle, que dirigea le savant conservateur du Département, M. de Wailly.

Taschereau, Jules-Antoine, « A son excellence M. le Ministre de l’instruction publique », dans : Catalogue des manuscrits français : ancien fonds. Tome premier, N° 1-3130, Paris : Firmin-Didot frères, fils, 1868, p. VI.

Si Natalis de Wailly présida à l’opération, il s’adossa à de « petites mains » pour la mettre en œuvre. L’une d’entre elles fut « M. Michelant, bibliothécaire, secondé par de jeunes archivistes paléographes (Plus particulièrement aujourd’hui par M. Depretz [sic], employé au Département des manuscrits.). C’est ce savant modeste et laborieux qui, en même temps qu’il cataloguait toute la partie réellement française de l’ancien fonds français, en a extrait tous les manuscrits en langues modernes d’Europe, et, en les réunissant à leurs similaires des autres collections, a constitué à ce Département un fonds italien, comptant déjà 1,538 numéros ; — un fonds espagnol, 394 ; — allemand, 242 ; — hollandais-flamand, 91 ; — portugais, 68 ; — celtique, 65 ; — anglais, 63 ; — Scandinave, 26. »4.

Henri-Victor Michelant (1811-1890) fut longtemps secondé dans la rédaction du Catalogue des manuscrits français par Michel Deprez (1832-1906)5.

En 1876, Léopold Delisle saluait l’entreprise de Natalis de Wailly par ces termes :

Sous l’administration de M. Taschereau, cette partie de nos services [les catalogues des manuscrits] reçut une vigoureuse impulsion, et le conservateur du département des manuscrits, M. de Wailly, en assignant des cotes simples, régulières et immuables à tous les volumes de nos collections, donna le moyen de marcher sans tâtonnements dans une voie qui jusqu’alors était fort confuse et fort incertaine.

Delisle, Léopold, Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque nationale, Paris : H. Champion, 1876, p. III.

Notons que la logique respectueuse de la diversité des langues extra-européennes couvertes par le département fut rompue en 1912 pour les fonds du sud-est asiatique. Alors que Natalis de Wailly avait pour ainsi dire créé autant de fonds que de langues (Fonds Sanscrit ; Fonds Siamois ; Fonds Pāli ; Fonds Indien (Hindostani, etc.) ; Fonds Singhalais ; Fonds Tamoul ; Fonds Télinga, Canarese et Malayala ; Fonds Chinois ; Fonds Birman ; Fonds Cambodgien ; Fonds Laosien ; Fonds Lolo ; Fonds Tibétain-Mongol ; Fonds Japonais ; Fonds Malais-Javanais ; Fonds Batta), à partir de 1912, ces fonds furent pour la plupart regroupés dans plusieurs séries géographiques plus que linguistiques. Ainsi, comme l’écrit Antoine Cabaton (1863-1942), « En ce qui concerne le Fonds indo-chinois, on a jugé commode de réunir en cette seule série, géographique et non linguistique, les ouvrages birmans, cambodgiens, chams, laotiens, lolos et siamois. ». Le fonds nommé improprement « Indien », qui avec Natalis de Wailly et selon Cabaton comprenait « les manuscrits en langues vulgaires de l’Inde », fusionna :

  • 578 manuscrits tamouls, cotés Indien 1 à 578 ;
  • 65 manuscrits telinga, canara, malayala, cotés Indien 579 à 637 ;
  • 241 manuscrits indiens en diverses langues : mahrati, hindi, pandjabi, gujarati, radjputani, bengali, oriya, malayalam, ourdou, sindhi, dialectes du Cachemire, et textes en français, anglais, portugais, latin, persan, cotés Indien 638 à 879 ;
  • 9 manuscrits sanscrits devanagari, cotés 880 à 889 ;
  • 47 manuscrits singhalais, cotés Indien 890 à 936.

Comme l’écrit Gérard Colas, « cette dénomination approximative mais commode a permis d’éviter la multiplication de fonds quantitativement peu importants et les problèmes de gestion qui en auraient résulté »6, multiplication qui fut pourtant assumée par la Bibliothèque pendant 52 ans, de 1860 à 1912…

Cette modification substantielle fut appliquée à la suite de la rédaction du catalogue d’Antoine Cabaton7, non sans réserves émises à sa parution par l’orientaliste et futur directeur de l’École française d’Extrême-Orient (1929-1947) Georges Cœdès (1886-1969)8 qui écrivait aussi que « La tâche de M. C[abaton]. consistait, nous dit-il « à mettre ces fonds en ordre, et à rédiger pour chaque manuscrit une brève notice, aussi exacte que possible, qui en permît la consultation sûre et rapide ». Il ne semble pas qu’il s’en soit acquitté complètement. » (p. 1).

Au département des Manuscrits, Natalis de Wailly ne faisait qu’appliquer ce qu’il recommandait pour les fonds d’archives depuis 18419, à savoir le respect des fonds10. Comme le rappelait Michel Duchein, en 1977, un an avant de devenir inspecteur général des Archives de France :

[…] la théorie, « structuraliste » avant la lettre, formulée en 1841 par l’historien français Natalis de Wailly marque un tournant essentiel dans l’histoire de l’archivistique. Natalis de Wailly, alors chef de la Section administrative des Archives départementales au Ministère de l’Intérieur, fut l’inspirateur d’une circulaire, signée par le ministre Duchâtel et diffusée le 24 avril 1841, qui est l’acte de naissance de la notion de fonds d’archives. En voici les termes : « … Rassembler les documents par fonds, c’est-à-dire réunir tous les titres (= tous les documents) qui proviennent d’un corps, d’un établissement, d’une famille ou d’un individu, et disposer d’après un certain ordre les différents fonds… Les documents qui ont seulement rapport avec un établissement, un corps ou une famille ne doivent pas être confondus avec le fonds de cet établissement, de ce corps, de cette famille… ». […]

L’évidente valeur théorique d’un tel principe, non moins que son intérêt pratique pour le classement des archives, furent bientôt reconnus par les archivistes et les historiens de la plupart des pays d’Europe, en attendant d’atteindre — tardivement — les États-Unis d’Amérique au début du XXe siècle. Les archivistes allemands, notamment, l’adoptèrent sous le nom de Provenienzprinzip et en poussèrent très loin l’analyse. En Angleterre, l’équivalent du «fonds d’archives » français est 1’« archive group » ; l’Italie et l’Espagne ont adopté la terminologie de Natalis de Wailly, en traduisant « fonds » par fondo.

Duchein, Michel, « Le « respect des fonds » en archivistique : principes théoriques et problèmes pratiques », La Gazette des archives, 1977, n° 97, p. 73-74. DOI : https://doi.org/10.3406/gazar.1977.2554. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1977_num_97_1_2554>11.

Contexte de son œuvre

L’entreprise de Natalis de Wailly s’inscrivit dans le contexte des diverses commissions sur la réorganisation de la Bibliothèque impériale et l’achèvement de son catalogue qui émaillèrent la vie de la bibliothèque au cours du XIXe siècle. Après la révolution de février 1848 et l’abdication du roi Louis-Philippe, le 24 février, un gouvernement provisoire est formé à l’Hôtel de Ville de Paris après la proclamation de la Deuxième République par Alphonse de Lamartine, ce qui met fin à la monarchie de Juillet. « Le gouvernement provisoire affiche dans les premiers mois des ambitions en faveur de la lecture publique et des bibliothèques communales »12. Natalis de Wailly prend part à la politique gouvernementale en matière de bibliothèques. En effet, bien qu’archiviste, son expertise est telle qu’il fait partie du comité mis en place par arrêté du 15 mars 1848 du ministre Lazare Carnot, « chargé de l’organisation des bibliothèques publiques » et présidé par le député Alphonse Taillandier et comprenant également : Maximilien-Paul-Émile Littré (1801-1881), Félix Ravaisson (1813-1900), Jules-Antoine Taschereau (1801-1874), Ferdinand de Lasteyrie (1810-1879), Jean-Baptiste Lascoux (1804-1876)13, Jacques-Charles Brunet (1780-1867)14 et François Génin (1803-1856), chef de division des établissements scientifiques et littéraires au ministère de l’instruction publique15.

D’une certain façon, au département des manuscrits Natalis de Wailly ne faisait que poursuivre l’entreprise classificatoire qu’il avait initiée pour les archives. Son action faisait suite à la commission d’Auguste-Arthur Beugnot (1797-1865) de janvier 1851 chargée d’examiner l’état des catalogues du département des imprimés16 et surtout aux travaux de celle de Mérimée qui a abouti au décret impérial du 14 juillet 185817 dont l’article 15 stipulait qu’ « il sera immédiatement procédé à l’inventaire général de toutes les collections de la Bibliothèque impériale. » Le rapport que Prosper Mérimée avait rendu, le 27 mars 1858, au ministre de l’Instruction publique et des Cultes Gustave Rouland (1806-1878)18 insistait sur la nécessité d’achever les catalogues, notamment des imprimés : « Ce qu’on demande depuis si longtemps, et ce qui est si nécessaire, n’est-ce pas un inventaire des richesses littéraires contenues dans la Bibliothèque ? Ne faut-il pas regretter le temps et l’argent dépensés à autre chose qu’à produire cet inventaire aussi promptement que possible ? »19.

Pour ce qui est du catalogue des manuscrits, le rapport Mérimée écrivait :

Jusqu’à présent nous ne nous sommes occupés que du catalogue général des imprimés. Celui des manuscrits est presque entièrement à faire ; cependant, grâce à l’ordre introduit depuis quelques années, au zèle et à l’intelligence des employés, les recherches ne sont pas aussi difficiles dans ce département qu’on pourrait le supposer au premier abord. 

Mérimée, Ibid., p. 25.

Concernant les « fonds qui composent le cabinet », le rapport proposait de « les refondre en un seul, ou plutôt [de] les réunir en quatre grandes
divisions, selon les langues des différents manuscrits ».

L’œuvre de Natalis de Wailly, la réunion des manuscrits « selon les langues des différents manuscrits » peut aussi être considérée comme l’application des recommandations du rapport Mérimée. De fait, son entreprise de reclassement fut menée à la suite de la publication du rapport de 1858, entre 1859 et 1860.

L’action de Natalis de Wailly s’inscrit également, après la commission Mérimée et son rapport, dans le contexte de la Commission instituée le 22 avril 1861 en vue d’instruire des échanges de collections entre les Archives de l’Empire et la Bibliothèque impériale. La commission, composée de douze membres, fut présidée par le maréchal Jean-Baptiste Philibert Vaillant (1790-1872). L’ancien inspecteur général des bibliothèques Félix Ravaisson, qui avait été membre de la commission Mérimée et était inspecteur général pour l’enseignement supérieur des lettres fut nommé rapporteur et remit un rapport20 réclamant l’ensemble du Cabinet des titres et généalogies de la bibliothèque21.

Quand C.-V. Langlois analyse les termes de la controverse entre Ravaisson et de Wailly, il estime « évident que l’avantage reste, de loin, au défenseur du Cabinet des manuscrits. Sur le terrain des principes et du droit, où le rapporteur s’était solennellement placé en philosophe, la position de la Bibliothèque était très forte, celle des Archives très faible. Sur les vrais terrains où la discussion aurait dû être circonscrite, celui de l’ordre et de la logique blessés par d’antiques démembrements absurdes, apparemment réparables en partie, et celui des intérêts de la science : commodité des recherches, etc., M. de Wailly avait aussi d’excellentes raisons à produire : « Il est maintenant trop tard, disait-il (p. 10), pour faire rétrograder de la Bibliothèque aux Archives des volumes librement feuilletés par plusieurs générations de savants, et cités partout dans leurs ouvrages ». Il ajoute que « l’Administrateur général de la Bibliothèque propos[a] « spontanément » une « transaction » : « De part et d’autre, on se céderait les collections et les documents qui semblent, en effet, devoir être mieux placés là où ils iraient que là où ils sont aujourd’hui ».

Aux termes de la polémique, le rapport de Ravaisson22 fut suivi d’un arrêté du Ministre d’État, en date du 19 avril 1862, décidant que « seront déposés aux Archives de l’Empire les recueils de documents possédés par la Bibliothèque impériale dont l’indication suit : 1° les t. VII, VIII, XIII et XXVI du Trésor des chartes ; les inventaires de Pierre d’Étampes et de Gérard de Montaigu et le répertoire alphabétique des registres du Trésor ; — 2° les chartes provenant du Trésor des chartes, des abbayes de Saint-Denis, de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Victor, de la Sainte-Chapelle, de l’Université de Paris et des établissements religieux du département de la Seine ; — 3° cinq registres du Châtelet ; — 4° la collection de papiers du Clergé de France ; — 5° la collection des papiers du Contrôle des finances ».

Dans la Chronique de mars-avril 1863 de la Bibliothèque de l’École des chartes, Léopold Delisle tirait aussi le bilan des échanges, prenant évidemment le parti de la Bibliothèque plutôt que celui des archives puisqu’il évoquait le risque de « démembrement de presque toutes les collections de la Bibliothèque » et se réjouissait de la position adopté par Natalis de Wailly :

Le système soutenu par M. Ravaisson consistait à mettre aux Archives de l’Empire le cabinet généalogique, les chartes, les correspondances et documents officiels que possède la Bibliothèque impériale. Ce système, qui eût entraîné le démembrement de presque toutes les collections de la Bibliothèque a été repoussé par le gouvernement, et M. le Ministre d’État, par un arrêté en date du 19 avril 1862, s’est borné à prescrire un échange dont les conditions avaient été proposées par M. l’administrateur général de la Bibliothèque impériale.
Le public connaissait bien la décision du Ministre, mais non pas les motifs qui l’avaient inspirée. Ces motifs sont exposés, avec autant de clarté que de précision, dans une brochure que M. Natalis de Wailly vient de faire paraître sous le titre suivant : La Bibliothèque impériale et les Archives de l’Empire : Réponse au Rapport de M. Ravaisson.
Laissant de côté les savantes recherches de M. Ravaisson sur les origines des archives chez les différents peuples de l’histoire, M. de Wailly suit pas à pas son adversaire dans l’argumentation qu’il a dirigée contre la Bibliothèque impériale. Il attaque plusieurs des principes posés dans le Rapport, et présente sous un nouveau jour des faits qu’on avait invoqués pour porter les attributions des Archives jusqu’aux dernières limites d’une théorie absolue. Les considérations dans lesquelles est entré M. de Wailly font toucher du doigt les causes multiples sous l’influence desquelles la vie se retira peu à peu du Trésor des chartes à partir du quatorzième siècle, et se transporta aux nouveaux foyers d’activité administrative. Après avoir lu ces considérations, on restera convaincu qu’aucun des ministres de l’ancienne monarchie n’a jamais songé à transformer la Bibliothèque du roi en un dépôt d’archives rival du Trésor des chartes.
On avait cru pouvoir s’appuyer sur des lois révolutionnaires pour demander le transport aux Archives d’une partie des collections de la Bibliothèque. M. de Wailly a démontré sans peine que telle n’avait pas été la pensée de la Convention, puisqu’en mettant les chartes parmi les pièces de bibliothèque elle avait consacré une doctrine diamétralement opposée à celle du rapport.
Un décret de Napoléon Ier semblait plus favorable aux prétentions dont M. Ravaisson s’est fait l’éloquent défenseur. On s’était contenté de citer deux lignes de ce décret, qu’on avait qualifié d’organique. M. de Wailly en a donné le texte complet, et cette publication ne permettra plus de le citer comme la charte organique des Archives.
Un paragraphe spécial est consacré au Cabinet des titres et généalogies, ce précieux dépôt, « dont M. Lacabane connaît les ressources les plus cachées, » et qui, grâce à la science et à l’obligeance de ce conservateur, constitue « un trésor inépuisable pour l’érudition. » L’auteur de la Réponse prouve par des arguments irréfutables que la vraie place du Cabinet généalogique est à la Bibliothèque, et que les pièces dont il se compose présentent des caractères propres à les faire exclure d’un dépôt officiel d’archives.
Après avoir démontré que rien dans l’histoire ni dans la législation ne justifie les projets qu’il combat, M. de Wailly termine par un vœu auquel s’associeront tous nos lecteurs. Nous le reproduisons d’autant plus volontiers qu’il fait apprécier avec quelle modération est écrite la brochure dont nous annonçons la publication. « Je demeure convaincu, dit M. de Wailly, que pour les Archives de l’Empire, comme pour la Bibliothèque impériale, le plus sûr moyen de grandir et de prospérer, c’est de rester dans la sphère de leurs attributions respectives. Puissent-elles désormais, oubliant le souvenir de ces stériles conflits, ne plus rivaliser entre elles que pour se disputer pacifiquement la faveur du public en marchant à l’envi dans la voie des améliorations. C’est une carrière vaste encore, où il reste, de part et d’autre, assez d’espace libre et de conquêtes à faire pour contenter toutes les ambitions. »
A la suite de la Réponse de M. de Wailly., sont imprimées deux pièces justificatives d’une haute importance. La première est une lettre adressée au Ministre d’État, le 12 mars 1862, par M. le maréchal Vaillant, président de la Commission. L’honorable maréchal y expose avec beaucoup de force les raisons qui, suivant lui, doivent faire repousser les prétentions des Archives, et adopter la transaction proposée par M. l’administrateur de la Bibliothèque impériale. La seconde est l’arrêté pris par M. le ministre d’État, le 19 avril 1862, conformément à la lettre de M. le maréchal Vaillant.

Delisle, Léopold, « Chronique mars-avril 1863 », Bibliothèque de l’école des chartes, 1863, tome 24, p. 350-352. Article signé : L.D. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1863_num_24_1_445917>.

Projet de Benjamin Guérard ?

Si jusqu’à présent nous mentionnons le rôle de Natalis de Wailly dans la création des fonds linguistiques, un autre acteur doit être mentionné en la personne de Benjamin Guérard (1797-1854)23, son prédécesseur à la tête du département des manuscrits. Si l’on en croit les Souvenirs de jeunesse de Léopold Delisle24, où il rappelle que son mentor, Jules Desnoyers, l’ « eut mis sous la protection particulière de ses meilleurs amis, Benjamin Guérard et Natalis de Wailly », au point que c’est Benjamin Guérard qu’il va voir quand, en 1851, le préfet de Seine-Inférieure entend lui proposer le poste d’archiviste du département.

Léopold Delisle narre l’échange qu’il eut avec celui qui à cette date est directeur de l’École des chartes depuis 1848, tout en étant conservateur-adjoint du département des manuscrits :

J’étais enchanté de la perspective qui s’ouvrait devant moi ; je ne voulus cependant pas accepter le poste qui m’était offert avant d’avoir consulté mon maître M. Guérard. Au premier mot de l’entretien, il me « défendit » de quitter Paris, où, disait-il, ma place était marquée

Delisle, Léopold, Ibid., p. XV.

Benjamin Guérard devint conservateur du département le 30 octobre 1852, en même que L. Delisle était « attaché à ce département en qualité d’employé. » Léopold Delisle poursuit son récit :

Le lendemain de nos nominations, mon chef me fit venir chez lui. Il m’exposa en grand détail le plan des travaux auxquels il avait songé de longue date, pour le cas où il serait appelé à introduire dans le Département des manuscrits des réformes reconnues depuis de longues années comme absolument nécessaires.

Delisle, Léopold, Ibid., p. XVI.

L. Delisle indique que selon Guérard, « toutes les pièces du Département devaient être cataloguées, au moins sommairement : toutes devaient porter des cotes régulières, aussi simples que possible et absolument immuables. » Après avoir décrit l’état matériel des collections, L. Delisle affirmait que « Guérard entendait que ces causes de désordre disparussent au plus tôt ». Cependant, Benjamin Guérard ne put mettre en application son programme de réforme des fonds puisqu’ « une mort prématurée l’avait enlevé le 10 mars 1854, à peine deux ans après qu’il avait pris la direction du Département des manuscrits. » La douleur de Léopold Delisle « ne fut atténuée que par la nomination de son successeur, Natalis de Wailly ».

Léopold Delisle nous apprend alors que son nouveau directeur ne fut que l’applicateur de la politique voulue initialement par B. Guérard :

Il connaissait à fond les projets de Guérard, son intime ami, avec lequel il les avait discutés ; il travailla pendant plus de quatorze années à les
appliquer, et les principes que ces deux illustres maîtres avaient fait prévaloir au Département des manuscrits y sont encore en vigueur »

Delisle, Léopold, Ibid., p. XXII.
B. E. C. Guérard, Léveillé del., Impr. Lemercier Paris
B. E. C. Guérard, Léveillé del., Impr. Lemercier Paris

Préalable aux catalogues imprimés

L’entreprise de reclassement appliquée aux Manuscrits était un préalable nécessaire à la mise en chantier d’inventaires imprimés dont la parution s’étala des années 1860 au début du XXe siècle25.

Pour les manuscrits orientaux, les premiers d’entre eux furent le Catalogues des manuscrits hébreux et samaritains de la Bibliothèque Impériale, préfacé par l’Administrateur Jules Taschereau26 qui rappelle les principes qui prévalent pour l’élaboration « des Catalogues des manuscrits orientaux conservés à la Bibliothèque impériale. Ces catalogues ne devant être rédigés que successivement, devant former chacun un travail tout à fait distinct et presque toujours l’œuvre d’un orientaliste qui n’aura pas pris part à la rédaction des autres catalogues. » Le suivant fut celui des manuscrits tamouls27.

Signature de Natalis de Wailly en 1870, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525153729/f43.item

Bibliographie

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 23 août). Natalis de Wailly (1805-1886), bibliothécaire. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yw

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « Parution : Histoire de la Bibliothèque nationale de France », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 mars 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/11333>. []
  2. Entré en tant qu’auxiliaire le 24 août 1825 avec un traitement de 2000 francs, Benjamin Guérard fut nommé quatrième employé du département des manuscrits le 8 mars 1826 avec un traitement de 2000 francs, troisième employé le 13 mai 1829 avec un traitement de 2000 francs, deuxième employé le 14 mars 1831 avec un traitement de 2400 francs, premier employé le 14 novembre 1832 avec un traitement de 3000 francs, conservateur-adjoint le 8 mai 1833 avec un traitement de 3600 francs, puis conservateur le 30 octobre 1852 avec un traitement de 6000 francs. []
  3. Le Fonds des Cartulaires était considéré comme un appendice du Supplément latin. []
  4. Taschereau, Jules-Antoine, Ibid., p. VIII. []
  5. Voir : Jacquot, Olivier, « Michel Deprez, bibliothécaire antidreyfusard de la Bibliothèque Nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 16 novembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/19600>. []
  6. Colas, Gérard, « Indien : Présentation de la collection », BnF Archives et manuscrits, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4463r>. []
  7. Cabaton, Antoine, Catalogue sommaire des manuscrits indiens, indochinois et malayo-polynésiens, Paris : E. Leroux, 1912, 1 vol. (II-320 p.) ; 25 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255694f> et <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10329763p> (version enrichie d’annotations manuscrites et corrections de nombreuses mains. []
  8. Cœdès, Georges, « A. Cabaton : Catalogue sommaire des manuscrits indiens, indochinois et malayo-polvnésiens de la Bibliothèque Nationale », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1912, tome 12, p. 155-157. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1912_num_12_1_4145>. []
  9. Le « Projet de classement » de Natalis de Wailly pour le Ministère de l’Intérieur inspira l’ « Instruction du 24 avril 1841 pour la mise en ordre et le classement des archives départementales et communales », Bulletin officiel du ministère de l’Intérieur, 1841, p. 90. L’Instruction est reproduite dans : Quantin, Maximilien (1814-1891) ; Morel, Émile (1842-1919), Dictionnaire raisonné de diplomatique chrétienne : contenant les notions nécessaires pour l’intelligence des anciens monuments manuscrits,…. suivi d’un Rapport au Roi sur les archives départementales et des Éléments de critique…. Tome 47, Paris : Aux ateliers catholiques du Petit-Montrouge, 1846, p. 881-968. Disponible sur Internet : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63194649/f445.item>. []
  10. Ogilvie, Denise, « De Daunou à Natalis de Wailly : le cadre de classement à l’épreuve du principe du respect des fonds », dans : Archives, archivistes, archivistique dans l’Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours : entre gouvernance et mémoire, Villeneuve d’Ascq : Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2007, p. 293-301. Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/irhis/187>. []
  11. Article republié en 1992 : « Le respect des fonds en archivistique : principes théoriques et problèmes pratiques (La Gazette des Archives, 97, 2e trimestre 1977, p. 71-96) », La Gazette des archives, 1992. Etudes d’archivistique 1957-1992, par Michel Duchein, p. 9-34. DOI : https://doi.org/10.3406/gazar.1992.3248. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_1992_hos_1_1_3248>. []
  12. Blasselle, Bruno, « Sous le IIe République : une transition, pas une révolution 1848-1852 », dans : Blasselle, Bruno ; Toscano, Gennaro, Histoire de la Bibliothèque nationale de France, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2022, p. 251. []
  13. Également membre de la commission Mérimée instaurée en décembre 1857 et réunie du 14 janvier au 8 mars 1858. []
  14. Et non Joseph Mathieu Brunet (1829-1891). []
  15. Carrey, Émile (1820-1880), Recueil complet des actes du Gouvernement provisoire (février, mars, avril, mai 1848) : avec des notes explicatives, des tables chronologiques et une table alphabétique, analytique et raisonnée des matières, Paris, 1848, 2e partie, p. 156, n° 129. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36562z/f619.item>. []
  16. Beugnot, Auguste-Arthur (1797-1865), Rapport au nom de la sous-commission chargée d’examiner l’état des catalogues du département des imprimés et de la collection géographique de la Bibliothèque nationale, Paris : Impr. nationale, 1851, 1 vol. (40 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4225277m>. []
  17. Napoléon III (1808-1873 ; empereur des Français), Décret concernant la Bibliothèque nationale. (Décret organique du 14 juillet 1858), Paris : typ. G. Chamerot, 1858. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61510538/f1.item>. []
  18. Mérimée, Prosper (1803-1870), Rapport présenté à S. Exc. le ministre de l’instruction publique et des cultes,… au nom de la commission chargée d’examiner les modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque impériale (27 mars 1858), Paris : Imprimerie impériale, 1858, 1 vol. (34 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11813978>. []
  19. Mérimée, Ibid., p. 19. []
  20. Ravaisson, Félix (1813-1900), Rapport adressé à S. Exc. le ministre d’Etat, au nom de la commission instituée le 22 avril 1861, Paris : impr. de E. Panckoucke, 1862, 1 vol. (373 p.) ; 21 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k92314t>. Ravaisson ayant retracé l’historique des archives dont il suggérait l’échange, appuyé de pièces justificatives inédites, son rapport reste utile à consulter. Le rapport fut analysé par Edgar Boutaric, archiviste aux Archives de l’Empire, dans la Bibliothèque de l’École des chartes : Boutaric, Edgard, « Les Archives de l’Empire, à propos d’un rapport de Mr F. Ravaisson », Bibliothèque de l’école des chartes, 1863, tome 24, p. 252-264. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1863.445877. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1863_num_24_1_445877>. []
  21. Ravaisson, Félix, Rapport…, p. 182 et suiv.).

    La conclusion des membres de la commission prônait la cohérence des collections : « il y a lieu : premièrement de transférer des Archives à la Bibliothèque impériale les documents littéraires ou scientifiques, ou pièces de bibliothèque que possède le premier de ces deux établissements ; deuxièmement de transférer de la Bibliothèque impériale aux Archives de l’Empire les papiers publics, chartes, diplômes et pièces diverses d’archives qu’elle renferme » (p. 224-225).

    L’historique des controverses précédant cette opération fut retracée par le directeur des archives nationales Charles-Victor Langlois (1863-1929) qui écrit :

    La première réclamation fut soulevée en 1858 par une Commission chargée de rechercher les modifications à introduire dans l’organisation de la Bibliothèque. Cette commission était composée d’hommes de lettres, sans expérience technique. Elle émit, à vue de nez et à l’unanimité, par l’organe de son rapporteur Prosper Mérimée, l’avis qu’il conviendrait que le Cabinet des manuscrits cédât aux Archives de l’Empire « un grand nombre de
    chartes et le Cabinet généalogique tout entier ». Ce vœu n’eut pas de suites, parce que la Bibliothèque relevait alors du Ministère de l’Instruction publique tandis que les Archives dépendaient du Ministère d’État.

    Langlois, Charles-Victor, « Introduction », dans : État sommaire des versements faits aux archives nationales par les ministères et les administrations qui en dépendent (séries F, BB justice et AD XIX) : tome premier avec une introduction. Disponible sur Internet, url : <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/introduction-langlois.pdf>.

    En tant qu’archiviste paléographe, ancien membre des Archives du Royaume sous la Restauration, Natalis de Wailly ne pouvait être insensible à la controverse. Désormais agent de la Bibliothèque impériale, allait-il prendre le parti des archives ou celui de la bibliothèque ? 

    C.-V. Langlois répond à la question :

    Le Ministre de l’Instruction publique se laissa aisément persuader de s’opposer à ce que les collections d’un établissement placé sous ses ordres fussent dévolues à un établissement ressortissant à une autre administration.
    Cependant les partisans de la mesure ne renoncèrent pas. Après avoir pris la précaution de faire placer la Bibliothèque, comme les Archives, dans les attributions du Ministère d’État, ils représentèrent leur thèse devant une nouvelle Commission, instituée le 22 avril 1861 pour étudier la question. Cette seconde Commission, présidée par le maréchal Vaillant, aboutit, un an plus tard, aux mêmes conclusions que la première, mais à une faible majorité et à grand peine : « Il y a lieu de transférer de la Bibliothèque impériale aux Archives de l’Empire les papiers publics, chartes, diplômes et pièces diverses d’archives qu’elle renferme ». Le principe seul était, d’ailleurs, posé ; les détails de l’immense opération seraient réglés par des commissaires spéciaux.
    L’opinion de la majorité de cette seconde Commission fut exposée dans un grand déploiement d’éloquence et d’érudition par M. Félix Ravaisson, dont le Rapport est resté célèbre. Elle fut combattue dans la coulisse et devant l’opinion publique par M. Natalis de Wailly, ancien collaborateur de Daunou aux Archives, et, depuis 1854, conservateur des manuscrits à la Bibliothèque.

    Langlois, Charles-Victor, Ibid.

    Natalis de Wailly prit en effet part à la polémique, faisant publier son point de vue dans une réponse au rapport de Ravaisson ((Wailly, Natalis de, La Bibliothèque impériale et les Archives de l’Empire, réponse au rapport de M. Ravaisson, Paris : A. R. Lainé et J. Havard, 1863, 1 vol. (40 p.) ; 23 cm. Disponible sur Internet, url : <https://books.google.fr/books/about/La_Biblioth%C3%A8que_Imp%C3%A9riale_et_les_archi.html?id=a6IsKCs15ZkC>. []

  22. Voir : Hoch, Philippe, « Félix Ravaisson et les débuts de l’inspection générale des bibliothèques », Bulletin d’informations de l’Association des Bibliothécaires de France, 1989, n° 142, p. 44-46. Disponible sur Intrernet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/42013-felix-ravaisson-et-les-debuts-de-l-inspection-generale-des-bibliotheques.pdf>. []
  23. Wailly, Natalis de, « Mr Guérard », Bibliothèque de l’école des chartes, 1855, tome 16, p. 385-411. DOI : https://doi.org/10.3406/bec.1855.445304. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1855_num_16_1_445304>. Wailly, Natalis de, « Notice sur M. Guérard », dans : Notice sur M. Daunou. Suivie d’une Notice sur M. Guérard, Paris : Dumoulin, 1855, p. [191]-255. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6458523r/f209.item>. []
  24. Delisle, Léopold, « Souvenirs de jeunesse », dans : Recherches sur la librairie de Charles V, Paris : H. Champion, 1907, p. [XI]-XXVII. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1265851x/f13.item>. []
  25. Comme par exemple : Omont, Henry, Inventaire-sommaire des manuscrits du Supplément grec de la Bibliothèque nationale, Paris : A. Picard, 1883, 1 vol. (XVI-139 p.) ; Omont, Henry, Inventaire sommaire des manuscrits grecs de la Bibliothèque nationale et des autres bibliothèques de Paris et des départements. 1re partie. Ancien fonds grec. Théologie, Paris : A. Picard, 1888, 1 vol. (299 p.), etc. []
  26. Munk, Salomon (1803-1867) ; Derenbourg, Joseph (1811-1895) ; Franck, Adolphe (1809-1893) ; Zotenberg, Hermann (1834-1909), Catalogues des manuscrits hébreux et samaritains de la Bibliothèque Impériale, Paris : Bibliothèque impériale, 1866, 1 vol. (VIII-260 p.) ; 32 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2299729>. []
  27. Vinson, Julien (1843-1926), Catalogue des manuscrits tamouls, [Paris], 1867, 1 vol. (49 p.) ; In-4° obl. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105333021/f11.image> []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search