Rapport à l’Empereur sur la Bibliothèque impériale [en 1860]

Les rapports d’activité de la Bibliothèque nationale de France sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. 

Pour contribuer à l’histoire de l’établissement, les plus anciens d’entre eux sont transcrits dans ces pages, sans faire l’objet d’aucune note ou commentaire. Seules les coquilles sont signalées d’un [sic]. Les notes sont dans le document original.


Document : Rouland, Gustave, « Rapport à l’Empereur sur la Bibliothèque impériale », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1860, mars, tome 11, n° 123, p. 67-82. Disponible sur Internet, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1860_num_11_123_9381>.

Auteur : Gustave Rouland (1806-1878), ministre de l’Instruction publique et des cultes (1856-1863).

Portrait de Monsieur Gustave Rouland par Armand Constant Mélicourt-Lefebvre, entre 1862 et 1865, Public domain, via Wikimedia Commons
Portrait de Monsieur Gustave Rouland par Armand Constant Mélicourt-Lefebvre, entre 1862 et 1865, Public domain, via Wikimedia Commons

Du 31 mars 1860.

Rapport à l’Empereur sur la Bibliothèque impériale.

Sire,

La Commission constituée, par l’ordre de Votre Majesté, pour rechercher les améliorations qu’il convenait d’apporter à l’organisation de la Bibliothèque Impériale rappelait, en 1858, dans le rapport où elle résumait ses travaux, les principes essentiels dont l’application pouvait seule garantir la prospérité de cette grande institution. — L’unité de direction imprimant à tous les services une impulsion énergique, l’inventaire général des collections, tels étaient les besoins signalés avant tout à l’attention du Gouvernement.

Ces vœux étaient ceux mêmes qu’on trouve reproduits depuis trente années dans tous les documents officiels. — Rapports aux Chambres, rapports des Ministres, rapports des Commissions ont constamment déploré le grave préjudice résultant pour la Bibliothèque Impériale d’une administration collective dont la tendance trop naturelle était de subordonner à des convenances personnelles l’intérêt général de l’Etablissement. De là l’insuffisance du service public sans contrôle ; de là dans chaque département, au gré de conservateurs qui n’avaient à consulter qu’eux-mêmes, des acquisitions inopportunes, des engagements irréfléchis ; — de là enfin l’obligation d’instituer, pour les catalogues, une administration spéciale qui semblait isoler du soin de leur préparation les fonctionnaires dont l’expérience et le dévouement n’auraient pas dû faire défaut à cette tâche si honorable et si importante.

Vainement s’étaient élevées des réclamations incessantes. On s’était borné à les constater ; jamais on n’avait efficacement appliqué le remède.

Votre Majesté, Sire, qui a rétabli dans l’Etat l’autorité nécessaire pour l’accomplissement des résolutions utiles au pays, a voulu que tous les intérêts légitimes se ressentissent largement des bienfaits de l’initiative rendue au Gouvernement. Avec une égale sollicitude, Elle a sur toutes choses interrogé le sentiment public, et, chaque fois qu’Elle en a rencontré la manifestation évidente, Elle n’a pas hésité à lui donner une satisfaction durable. C’est ainsi qu’Elle a doté d’une organisation depuis longtemps attendue celui de nos Etablissements où l’étude peut trouver les plus importants secours. Le décret du 14 juillet 1858 a été, pour la Bibliothèque Impériale, le signal d’une rénovation qui s’est, dès a présent, traduite par les résultats les plus notables. Je viens en rendre compte à Votre Majesté.

Une direction unique, responsable, préside désormais, sous la surveillance du Ministre, à la marche de tous les services. — Chacun est en demeure de Concourir, dans l’étendue de ses attributions, à l’œuvre sollicitée par l’intérêt général. Grâce à l’augmentation des traitements, le travail trouve une équitable rémunération, et l’on peut justement exiger de chaque fonctionnaire le zèle et l’assiduité. — Sans doute, des considérations transitoires n’ont pas permis encore de ramener les cadres à leur situation définitive ; mais une observation scrupuleuse des principes qui ont dicté l’organisation nouvelle portera ses fruits dans l’avenir.

Le département des estampes, le département des médailles ont aujourd’hui le personnel qui doit leur appartenir, conformément à l’ordre déterminé par le décret du 14 juillet 1858.

D’un autre côté, — les constructions nouvelles sont poussées activement par les soins de M. le Ministre d’Etat, et, dans un prochain délai, je l’espère, un arrangement convenable de chaque département pourra être réalisé. — Alors on devra procéder à l’installation si désirable de deux salles de lecture ; l’une destinée aux visiteurs que leurs loisirs amènent à la Bibliothèque et qui viennent y chercher seulement une distraction ; l’autre, réservée aux hommes de science qui ont besoin, pour leurs travaux, du calme, du silence et d’un ample usage des ressources dont dispose la Bibliothèque.

En attendant, des mesures ont été prises pour assurer au service public, dans l’état actuel des choses, toute l’exactitude possible.

C’est au département des imprimés qu’afflue le plus grand nombre de lecteurs, et la bonne renommée de la Bibliothèque dépend surtout de la promptitude avec laquelle il est répondu à leurs demandes. Il a donc paru indispensable d’établir un contrôle sévère des bulletins destinés à l’indication des livres dont chacun a besoin. Ces bulletins, numérotés à l’avance, reçoivent d’abord l’indication du titre de l’ouvrage, le nom et l’adresse du demandeur. Le fonctionnaire du département, qui préside au bureau central de distribution, y inscrit ensuite le nom de l’employé dans la circonscription duquel l’ouvrage est placé, et l’heure de la transmission. Dès que le bulletin revient au bureau, l’heure du retour est inscrite à côté de l’heure du départ. Dans le cas où l’employé déclare que l’ouvrage n’est pas sur les rayons, le conservateur de service doit examiner rapidement si l’absence est probable et s’il n’y aurait pas lieu, avant de formuler le refus, de mieux diriger la recherche.

Le lendemain, tous les bulletins, ceux auxquels il a été satisfait et ceux, en petit nombre, auxquels on n’a pu satisfaire, sont remis à l’Administrateur général. Les uns et les autres doivent représenter la série non interrompue de numéros apposés à l’avance ; une lacune dans leur suite révélerait une négligence ou une dissimulation.

La comparaison des heures inscrites permet à l’Administrateur général de reconnaître aussitôt le degré d’activité des recherches. Les bulletins restés sans réponse sont soumis à un soigneux examen, et, lorsqu’à la suite d’une tentative nouvelle, l’ouvrage est retrouvé, si le nom du demandeur est celui d’un homme connu pour se livrer à des études sérieuses, une lettre écrite au nom de l’Administration en donne avis à domicile.

Les lecteurs ont pu apprécier ces innovations heureuses, dues à la diligente expérience de M. l’Administrateur général de la Bibliothèque. Elles deviendront plus fécondes encore, lorsque, par une appropriation meilleure des salles publiques et des galeries de dépôt, les distances auront été abrégées, la surveillance rendue plus facile, et lorsque la réduction normale des emplois supérieurs aura permis dans une proportion convenable l’accroissement du personnel chargé des recherches.

Mais ce qui surtout devra contribuer à mettre les travailleurs en mesure de profiter des immenses collections de la Bibliothèque, ce qui facilitera, pour les employés, le rapide accès des livres qui seront demandés, c’est le classement plus régulier de tous les ouvrages, c’est l’inventaire complet de ce que possède chaque département. Le classement et l’inventaire ont déjà été l’objet de travaux considérables. — Je demande à Votre Majesté la permission d’entrer, à ce sujet, dans quelques détails qu’il importe de faire connaître.

Département des imprimés. — Une opération préliminaire était indispensable. Il fallait débuter par soumettre au classement méthodique adopté pour l’ensemble des volumes que possède le département des imprimés tous les ouvrages qui composaient la Réserve, c’est-à-dire les livres les plus rares, dont une portion considérable, avant le décret d’organisation, n’était pas même estampillée. On les avait, pour le plus grand nombre, placés sur les rayons, par formats, dans l’ordre alphabétique du nom des villes où ils ont été imprimés. Favorable à la curiosité bibliographique, un tel arrangement ne devait pas être préféré à un classement uniforme. Un relevé des incunables groupés par lieu d’impression suffira, d’ailleurs, pour tous les rapprochements que justifierait l’intérêt particulier de la Bibliographie.

C’est de l’année 1682 que datent, pour le département des imprimés, les vingt-sept divisions alphabétiques auxquelles a été soumis le classement des matières dont ce département se compose. — Au point de développement que les sciences atteignent aujourd’hui, des changements considérables devraient être sans doute apportés à ces anciennes divisions, et, s’il fallait former un Catalogue rationnel de tous les imprimés, il y aurait lieu d’adopter des distinctions nouvelles. Lorsqu’il s’agira d’attaquer le Catalogue dans toutes ses parties, il sera indispensable, je me hâte de le dire, de consulter l’Académie des sciences, comme on a consulté l’Académie de médecine pour le Catalogue des ouvrages qui traitent des matières médicales.

Mais on avait d’abord à dresser, le plus promptement possible, un inventaire général, et tout conseillait de profiter des travaux antérieurs, quels que fussent, au point de vue d’un ordre logique, les inconvénients qu’ils offrissent. — Sur toute autre considération devait prévaloir le soin de sauvegarder les collections. Il y avait , dès lors, un immense avantage à s’appuyer sur les opérations acquises depuis près de deux siècles, et à emprunter le secours des registres existants, des cartes relevées, des numéros déjà portés sur d’innombrables volumes. Tel est le parti auquel s’est arrêtée l’Administration de la Bibliothèque Impériale, renonçant à des combinaisons plus parfaites, mais trop lentes. Elle s’est proposé un résultat rapide que commandaient les vœux du public et qui n’importait pas moins à l’Etat comme .l’indispensable garantie de sa propriété.

On a donc abordé l’ancienne lettre A, qui comprend les livres saints, textes, versions et commentaires dans toutes les langues. — L’inventaire des ouvrages désignés par cette lettre est aujourd’hui mené à fin. — Chaque ouvrage portant un numéro est représenté par une carte, ancienne ou nouvelle, collée sur un registre dans l’ordre où les ouvrages sont placés sur les rayons. — Six registres forment un inventaire local de tous les ouvrages qu’embrasse la lettre A.

En même temps, chacun des articles que renferme cet inventaire est reproduit autographiquement à cinq ou six épreuves, sur des bandes détachées ; ces épreuves sont classées, les unes alphabétiquement, les autres méthodiquement, de manière à offrir aux travailleurs un Catalogue à l’aide duquel, en attendant tout autre classement, ils pourront chercher, soit par nom d’auteur, soit par genre de matière, les ouvrages qu’ils auront à consulter.

Les cartes de la lettre B, qui comprend la liturgie, ont été terminées avec l’année 1859 ; elles vont recevoir la même disposition que celles de la lettre A. — L’inventaire des ouvrages désignés par ces deux lettres était d’autant plus utile qu’elles comprennent le nombre le plus considérable d’incunables précieux et de volumes sur vélin, souvent avec miniatures, dont la présence à la Bibliothèque n’avait été que très-incomplétement [sic] constatée jusque-là, et dont, pour une large part, il n’a même été fait aucune mention dans la bibliographie des vélins du savant Van Praët. La conservation du domaine de l’État n’était pas moins intéressée à ce travail que l’histoire de la typographie.

D’un autre côté, les lettres O (histoire de l’Espagne, du Portugal et des parties du monde autres que l’Europe), M (histoire des Etats de l’Allemagne du nord), P (biographie), Q (bibliographie), placées à portée des fonctionnaires qui se consacrent au service des salles de lecture, ont été inventoriées en partie.

Les opérations du Catalogue imprimé de l’histoire de France ont été simultanément poursuivies avec activité. Depuis le décret du 14 juillet 1858, les tomes V et VI ont été publiés ; l’impression du tome VII marche rapidement.

Les ouvrages qui se rapportent à l’histoire de France forment presque le huitième de tous les imprimés de la Bibliothèque ; ils sont représentés par la lettre L. — Ils faisaient, même avant la confection du Catalogue, l’objet, du cinquième des demandes du public, devenues plus nombreuses encore à mesure que l’impression s’est étendue ; c’était un indice irrécusable de la nécessité de mener à fin cette œuvre importante ; bientôt j’aurai la satisfaction d’en annoncer à Votre Majesté l’entier achèvement.

L’impression de la seconde livraison du Catalogue des sciences médicales (lettre T) est en cours d’exécution.

L’histoire d’Angleterre (lettre N) est entièrement portée sur cartes et aura bientôt son catalogue manuscrit.

La Commission, instituée en 1858 pour étudier les réformes qui devaient être introduites dans le régime de la Bibliothèque Impériale, voit donc ses vœux réalisés par l’impulsion rapide donnée à la confection d’un inventaire général ; la Commission, formée pour le même objet en 1850, et qui demandait un catalogue méthodique par ordre de matières, a été également satisfaite dans l’expression d’une pensée que dès longtemps Votre Majesté avait fondée sur sa propre expérience et qu’elle formulait ainsi : « Je terminerai en exprimant le regret que l’idée émise un jour par l’Empereur n’ait pas été exécutée ; mon ouvrage en eût tiré un immense bénéfice. Cet homme, qui a pensé à tout, voulait que les savants créassent des catalogues raisonnés par ordre de matières où tous les auteurs qui ont écrit sur une branche quelconque du savoir humain fussent classés par siècle et jugés d’après le mérite de leurs œuvres. De cette manière, ceux qui désireraient écrire l’histoire d’un art ou d’une science, ou faire un voyage lointain, trouveraient facilement les sources authentiques où il faudrait aller puiser leurs renseignements. Aujourd’hui, au contraire, l’homme studieux, qui veut s’instruire, ressemble à un voyageur qui pénètre dans un pays dont il n’a pas la carte topographique, et qui est obligé de demander son chemin à tous ceux qu’il rencontre sur sa route1. »

Je dois faire connaître également à Votre Majesté les progrès simultanés du Catalogue et de l’inventaire du département des manuscrits.

Département des manuscrits. — Il existait déjà des inventaires des différentes sections des manuscrits de l’ancien fonds ; une simple opération de récolement a donc suffi. — Mais il restait à faire l’inventaire des suppléments et, en outre, à constituer en volumes les portefeuilles et cartons. C’est ce qui a été entrepris.

Les bulletins du Catalogue des manuscrits hébreux, aujourd’hui terminés, sont en ce moment transcrits pour être soumis à une révision générale, qui permettra de les livrer à l’impression.

Les Catalogues des fonds syriaques et sabéens vont se compléter dans le courant de l’année 1860 pour être insérés au tome Ier du Catalogue des manuscrits orientaux, dont l’impression sera prochainement commencée.

Des savants, étrangers à la Bibliothèque Impériale, ont prêté leur concours à la confection du Catalogue des fonds et suppléments éthiopiens, cophtes, arméniens, sanscrits, persans et turcs. — Les bulletins de tous les manuscrits turcs, non catalogués jusqu’ici, viennent de s’achever.

Le Catalogue général des manuscrits du fonds arabe et de son vaste supplément a été commencé sur un nouveau plan. — 1,382 numéros sur 3,800, dont se compose l’ancien fonds, sont aujourd’hui décrits et accompagnés d’une notice spéciale ; ils forment les catégories suivantes :

  1. ° Manuscrits chrétiens ;
  2. ° Koran et son exégèse ;
  3. ° Théologie musulmane ;
  4. ° Jurisprudence musulmane ;
  5. ° Géographie et histoire.

Ce travail a conduit à l’examen de 4,870 feuillets de parchemin de tous formats, parmi lesquels on a pu recueillir et distinguer les spécimens de 227 Korans formés de toutes les écritures confondues ordinairement sous des noms génériques. Quelques-uns de ces spécimens remontent aux premiers siècles de l’Hégire. Les plus beaux échantillons de l’art calligraphique chez les musulmans figurent dans cette précieuse collection, probablement unique en Europe.

Il reste encore à cataloguer à nouveau, de l’ancien fonds et du supplément, 2,200 manuscrits, tous inventoriés, qui appartiennent à la littérature musulmane. Mais ici, les renseignements bibliographiques deviennent plus abondants, et c’est de beaucoup, en ce qui concerne le fonds arabe, la partie de la tâche la moins difficile.

La table alphabétique de tous les ouvrages chinois, mandchoux et japonais, méthodiquement catalogués en trois volumes, vient d’être achevée ; les besoins du service réclamaient impérieusement un si indispensable secours.

Le récolement des manuscrits de l’ancien fonds grec du supplément et du fonds de Coislin, comprenant ensemble 4,128 volumes, est également accompli.

Il en sera bientôt de même du dépouillement des papiers de d’Anse de Villoison, de la Porte du Theil, de Gail, etc., lesquels pourront former 100 volumes destinés à entrer dans le supplément et dont les bulletins compléteront le catalogue des manuscrits grecs.

Les manuscrits latins ont eu leur part dans le progrès de l’inventaire. Le récolement de l’ancien fonds latin et de son supplément, du résidu de Saint-Germain, du Saint-Germain latin, du fonds de Notre-Dame et du fonds de Corbie a été épuisé dans l’année. Plus d’un tiers du fonds de Saint-Victor a déjà été soumis à la même opération.

Le nombre des chartes cataloguées est porté aujourd’hui à 7,061. Une double table, qui embrasse le dépouillement de 110 volumes de la collection Moreau, dans l’ordre de pagination, présente à la fois le classement chronologique des chartes antérieures à l’an 1180, et la série alphabétique des noms d’abbayes d’où elles proviennent, avec le renvoi aux pages de chacun des volumes.

Il faut constater que les insertions se sont élevées, depuis quinze mois, à 400 environ pour le supplément latin et à plus de 50 pour le fonds des Cartulaires.

Les manuscrits du fonds français formant les collections de Périgord, de Champagne, de Franche-Comté, de Lorraine, de Vaudemont, de dom Housseau (Anjou et Touraine), de Decamps et de La Marre ont été pourvus d’inventaires.

Le récolement du fonds de Saint-Germain Harlay avait été entrepris ; mais ce qui importait surtout, c’était de préparer un classement définitif de l’ensemble de l’ancien fonds français.

Les intercalations antérieures et les sous-chiffres trop compliqués qui les désignaient, combinés avec des insertions nouvelles, ont fait l’objet d’un complet remaniement.

Le classement de l’ancienne collection généalogique a été en même temps terminé ; elle forme 17,769 dossiers tous cartonnés qui assurent la conservation de documents très-fréquemment consultés. Un supplément considérable va s’y ajouter ; il se formera du triage de pièces nombreuses extraites de liasses précédemment accumulées en désordre.

Ce sont : 1° des titres originaux de famille, qui viennent d’être rangés dans l’ordre alphabétique des noms qui y figurent ; 2° des quittances individuelles, qui seront fondues avec les titres d’après l’indication des noms ; 3° des quittances concernant des établissements religieux ; 4° des pièces historiques ; 5° des montres ou revues ; 6° des fouages féodaux.

Enfin, on a rangé la collection dite du Saint-Esprit, jusqu’ici laissée dans des cartons où étaient mélangées nombre de pièces qu’on en devait distraire ; c’étaient, en outre, des portraits des chevaliers, des dessins provenant de Gaignières, des rapports de police du dix-huitième siècle et une quantité considérable de papiers relatifs à l’administration de la marine.

On a rétabli les documents spéciaux à l’ordre du Saint-Esprit, chronologiquement, par promotions, en suivant l’ancien inventaire ; ils formeront environ 150 volumes. Le surplus sera classé à part en trois collections : — Rapports de police, — Marine, — Dessins.

En remontant à l’époque à laquelle M. l’Administrateur général actuel de la Bibliothèque Impériale a été investi de la direction spéciale des Catalogues, je puis constater, Sire, que le nombre des volumes constitués au département des manuscrits , et communicables aux travailleurs, a atteint le chiffre de 4,787.

Département des médailles et antiques. — Dans le département des médailles et antiques, plus que dans tout autre, un inventaire est indispensable, à cause tout à la fois du prix des objets que ce département renferme, de la minutieuse surveillance que leur conservation impose et de l’impossibilité de les frapper, comme les imprimés, les manuscrits et les estampes, de la marque de propriété de l’État.

Tout, cependant, restait encore à faire avant le décret du 14 juillet 1858, et, si utilement qu’ils fussent employés, quinze mois ne pouvaient suffire à réparer ce que, depuis tant d’années, un travail patient eût dû progressivement accomplir. — Dans ce département, en effet, on ne peut procéder par relevés sommaires ; l’inventaire présente les difficultés et prend nécessairement les proportions d’un Catalogue, les monuments n’ayant pas leurs titres comme des livres, et leur description exacte pouvant seule en déterminer utilement la présence.

Le conservateur, M. Lenormant, dont la perte prématurée laisse au cabinet des médailles de si justes regrets, s’était associé, avec un empressement auquel je dois ici rendre hommage, à l’application prompte et féconde des prescriptions du décret du 14 juillet.

Sur un plan, qu’au milieu de difficultés extrêmes M. Lenormant lui-même avait tracé, le classement des médailles mérovingiennes et carlovingiennes a été mené à fin. Toutes sont aujourd’hui relevées, ainsi que celles qui se rapportent à la troisième race des rois de France. Une série de 4,788 cartes présente donc un catalogue complet de nos monnaies jusqu’à Louis XVI.

Tout ce travail, prêt au besoin pour l’impression, serait une annexe précieuse du Catalogue des livres imprimés de l’histoire de France.

3,311 cartes des monnaies de la république romaine, bronze et argent, ont été dressées par un numismate, que la Bibliothèque Impériale s’est récemment adjoint, et elles offrent tous les éléments d’un excellent inventaire. Le rédacteur de ces cartes publie actuellement un ouvrage où sont décrites toutes les monnaies impériales romaines du cabinet des médailles, et qu’on utilisera immédiatement pour la confection d’un Catalogue.

Entre autres travaux dont la préparation m’est annoncée, je puis, dès à présent, signaler à Votre Majesté ceux qui sont relatifs à l’inventaire des médailles grecques. — Enfin, le Catalogue des antiques, qui se composera de 10,000 cartes environ, est arrivé à peu près aux neuf dixièmes de son ensemble. Il sera achevé dans le cours de l’année présente.

Département des estampes. — Le département des estampes a dressé l’inventaire de 6,198 volumes, renfermant 788,416 pièces, parmi lesquelles figurent les plus importantes que possède ce département.

Si l’on en juge par la comparaison en masse de ce qui a été inventorié et de ce qui ne l’est pas encore, on peut estimer que les collections du cabinet des estampes se composent, non pas de 1,500,000 pièces, comme on l’avait approximativement accusé à la Commission, en 1858, mais bien de 2,500,000, au moins. Je le répète, l’opération faite a épuisé déjà les estampes les plus précieuses, par conséquent celles dont le récolernent demandait le plus de soins et de temps.

Tels sont les résultats, Sire, qui, jusqu’au 1er janvier 1860, ont été obtenus dans la voie nouvelle ouverte par le décret du 14 juillet 1858. Je dois de sincères félicitations à tous les fonctionnaires de la Bibliothèque Impériale. Beaucoup, parmi eux, sont des maîtres qui ont vu placer leurs propres ouvrages au premier rang dans les collections dont ils sont appelés à inventorier les richesses. Ils savent que, préparer de nouveaux secours au public studieux, c’est protéger les plus chers intérêts de la science, et rien ne coûte à leur dévouement pour contribuer ainsi à la propagation des lumières et aux progrès du pays.

Je saisis avec bonheur, Sire, l’occasion qui m’est offerte de rendre à Votre Majesté le plus légitime et le plus éclatant témoignage du zèle, de l’intelligence et de la fermeté dont M. l’Administrateur général a donné tant de preuves, en me secondant constamment dans les réformes entreprises. Il a fait, avec un plein succès, tout ce que les moyens dont il disposait rendaient possible, et son active sollicitude a rapidement organisé un excellent système d’ordre et de surveillance. On peut dire qu’aujourd’hui les ressources de la Bibliothèque Impériale sont largement mises en œuvre, qu’elles sont devenues réellement accessibles et que la conservation de la propriété de l’Etat est assurée. Mais est-ce assez pour que les vœux de la science soient enfin réalisés, pour que la Bibliothèque Impériale garde sur tous les autres dépôts du même genre cette suprématie que dès longtemps elle a conquise et dont elle s’est toujours montrée justement fière ?

Sire, je touche à une question sur laquelle j’ai déjà eu l’honneur d’appeler l’attention de Votre Majesté et dont la Commission de 1858 a signalé toute l’importance : je veux parler du budget consacré aux acquisitions et reliures de la Bibliothèque, qui ne figure dans les dépenses de l’Etat que pour la somme de 54,350 francs. Tel autre grand établissement étranger dispose annuellement pour le même objet de près d’un million. Il en résulte que, dans les ventes publiques, la Bibliothèque Impériale ne peut soutenir le concours des enchères, et se retire impuissante des luttes que sa pauvreté semble lui interdire désormais. Il lui faut renoncer à acquérir les plus indispensables compléments de ses collections. Lorsqu’elle a épuisé sa maigre allocation, elle a beau désirer ce qui lui manque en livres anciens, manuscrits précieux, médailles rares, ouvrages nouveaux publiés à l’étranger ; l’opulence des particuliers ou la libéralité des autres gouvernements écrasent ses tentatives d’acquisition, et elle laisse, avec un amer regret, échapper ce qui devrait appartenir à sa renommée et à sa supériorité. C’est à peine, en outre, si elle peut réparer, entretenir la masse de ses anciennes reliures, parmi lesquelles il y a des chefs-d’œuvre d’art, ou pourvoir aux besoins considérables et incessants de la conservation de ses livres et manuscrits.

Votre Majesté a bien voulu, pour conjurer les périls d’une situation aussi regrettable, m’autoriser à présenter au conseil d’Etat une demande de crédits extraordinaires, imputables sur les reliquats de l’emprunt, et destinés au service des reliures et à des acquisitions qu’il est impossible d’ajourner. Je n’hésite pas, Sire, à affirmer que les sciences et les lettres seront profondément reconnaissantes de cet encouragement si opportun et dont Votre Majesté a déposé la promesse dans la mémorable lettre qu’elle adressait, le 5 janvier dernier, à M. le Ministre d’Etat.

En dehors des publications étrangères et des raretés enviables que la modicité des ressources de la Bibliothèque Impériale ne lui permet pas d’acquérir, ses collections doivent, heureusement, s’augmenter par le dépôt légal de tout ce qui se produit en France.

Là encore, d’utiles améliorations peuvent être réalisées. Le dépôt légal ne s’applique, avec quelque rigueur, que dans le département de la Seine ; il est loin d’avoir toute sa régularité en province, et je pourrais citer nombre d’ouvrages importants qui y ont échappé. — Compléter la législation sur ce point serait un bienfait dont il appartient à M. le Ministre de l’Intérieur de prendre l’initiative.

Il resterait à recourir à une nouvelle combinaison dont l’utilité et la grandeur s’appuient sur l’autorité de bien augustes souvenirs.

Dans une note conservée aux Archives et dictée le 10 février 1805, l’Empereur Napoléon Ier disait, après avoir recommandé l’exacte acquisition, pour la Bibliothèque Impériale, de tous les bons ouvrages publiés depuis 1785 :

« Beaucoup d’autres ouvrages anciens et modernes y manquent également, tandis qu’ils se trouvent dans les autres bibliothèques de Paris ou des départements. Il faudrait en faire dresser l’état et les faire prendre dans ces établissements auxquels on donnerait, en échange, des ouvrages qu’ils n’ont pas, et dont la Bibliothèque a des doubles. Il doit résulter de cette opération que, lorsqu’on ne trouvera pas un livre à la Bibliothèque Impériale, il sera certain que cet ouvrage n’existe pas en France. »

Il est impossible de ne pas être frappé de la hauteur de ces vues ; à de telles conditions, la Bibliothèque Impériale eût réellement offert la représentation complète de toutes les richesses intellectuelles auxquelles la France peut alimenter son génie.

Ce vaste projet, dont l’accomplissement attendait, alors, la translation de la Bibliothèque Impériale au Louvre, ne put recevoir son exécution, et il rencontrerait d’insurmontables obstacles, aujourd’hui que la loi a donné aux municipalités la gestion des bibliothèques locales ; le mouvement des lettres et des sciences s’est, d’ailleurs, généralisé dans les provinces, à qui on ne saurait demander de se dessaisir des instruments dont elles disposent pour favoriser une si louable émulation.

Mais la même objection n’est pas également applicable aux bibliothèques publiques réunies à Paris.

Placées sur différents points de la capitale, chacune d’elles rend des services incontestables et il est loin de ma pensée d’en diminuer l’importance. Sans y porter aucune atteinte, ne serait-il pas bien cependant d’examiner s’il ne conviendrait pas d’effectuer certains échanges entre la Bibliothèque Impériale et les bibliothèques Sainte-Geneviève, Mazarine, de l’Arsenal et de la Sorbonne ? Celles-ci ne peuvent souvent satisfaire aux demandes d’ouvrages dont le besoin est le plus fréquent ; elles possèdent, au contraire, tel volume unique qu’on ne devrait pas vainement chercher à la Bibliothèque Impériale. Une semblable situation est-elle véritablement d’accord avec l’intérêt public en vue duquel sont entretenus aux frais de l’Etat ces grands établissements ?

Telle est la question que je demande à Votre Majesté la permission de proposer à une Commission spéciale où serait représentée chaque bibliothèque et qui aurait, à la fois, à se prononcer et sur le principe lui-même et sur les moyens d’exécution. Cette Commission serait, en même temps, chargée d’examiner un projet que je dois, en terminant, soumettre à Votre Majesté.

Le nombre des doubles que possède la Bibliothèque Impériale est considérable ; il s’accroît de jour en jour et envahit un espace qui, à mesure que les collections augmentent, deviendra plus nécessaire pour leur rangement et leur conservation. La Bibliothèque Impériale, tout en réservant son droit de propriété, pourrait donc, sans aucun inconvénient, les isoler de son centre.

Au moment où vient encore de s’étendre la vaste enceinte de Paris, ne serait-ce pas, Sire, un acte de juste sollicitude, vraiment d’accord avec les généreuses sympathies de Votre Majesté, que d’utiliser ces doubles nombreux, en formant, dans les quartiers les plus distants des bibliothèques, des salles de lecture où quelques milliers de volumes réunis et accompagnés d’un catalogue offriraient à l’usage de tous une sorte d’encyclopédie morale, littéraire, scientifique et industrielle.

L’enseignement populaire a constamment progressé depuis dix années, et Votre Majesté a hautement témoigné du prix qu’elle y attache. — La création de salles publiques et gratuites de lecture présenterait, à ce point de vue, les plus sérieux avantages. Elle contribuerait, je n’en doute pas, à entretenir, à répandre à tous les degrés, le goût de l’étude ; elle soutiendrait efficacement l’effort de ces esprits heureusement doués auxquels il n’a manqué souvent que des instruments de travail, et qui sont si dignes que la libéralité de l’État les aide à se féconder.

Sire, je vous ai fait connaître les premiers et importants résultats obtenus sous la salutaire influence du décret du 14 juillet 1858. Tout assure leur rapide développement. Les immenses richesses réunies au sein de la Bibliothèque Impériale vont devoir à Votre Majesté une large installation, et déjà de spacieuses galeries sont près de s’ouvrir pour elles : c’est là le plus précieux secours que puisse recevoir l’administration nouvellement inaugurée. Que, grâce à votre munificence, Sire, la Bibliothèque Impériale obtienne le complément de ressources nécessaires à l’entretien progressif de ses collections, et elle aura, sous vos auspices, définitivement conquis cette supériorité glorieuse qui est depuis longtemps confondue avec toutes celles que la France peut revendiquer à juste titre.

J’ai l’honneur d’être, avec un profond respect,
Sire,
de Votre Majesté
Le très-humble, très-obéissant et très-fidèle serviteur,

Le Ministre secrétaire d’État au département de l’Instruction publique et des Cultes,

ROULAND.

Approuvé .

NAPOLÉON.

_____________

____________________________________________________________
Paris, imprimerie de Paul Dupont, 45, rue de Grenelle Sainl-Honoré.

Note



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 29 août). Rapport à l’Empereur sur la Bibliothèque impériale [en 1860]. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3z2

  1. Etudes sur le passé et l’avenir de l’artillerie. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search