Judith Gautier, lectrice de la Bibliothèque impériale

Dans ses souvenirs, la fille aînée du poète Théophile Gautier, Judith, affirme s’être rendue comme lectrice à la Bibliothèque impériale en compagnie de son précepteur Chinois Tin-Tun-Ling, engagé pour lui apprendre la langue chinoise1 :

Mais l’arrivée du Chinois Ting-Tun-Ling et la découverte de la Chine m’apportèrent des occupations nouvelles.

Ting était maintenant de la maison : sa mince silhouette, dans sa robe bleue et sa veste noire, sa figure malicieuse, aux yeux demi-clos, sous sa calotte de satin, que, selon le rite, il n’ôtait jamais, nous étaient devenues familières et ne nous présentaient plus rien d’insolite ; l’exilé s’harmonisait avec les êtres et nous manquait lorsqu’il était absent. Il n’habitait pas cependant sous notre toit ; on lui avait trouvé une petite chambre rue des Mauvaises-Paroles, située dans le bout populeux de la rue de Longchamp. Mais il était là au déjeuner, et, tout de suite après, nous nous plongions dans l’étude des grimoires chinois.

« Bœuf en Chambre » me fît cadeau d’un dictionnaire chinois-français, un grand in-folio que j’ai toujours. Il avait été publié en 1813, sur l’ordre de Napoléon, par le Père de Guignes. Très imparfait au point de vue pratique, il est remarquable comme typographie ; les caractères chinois, de deux centimètres carrés, sont très élégamment gravés ; l’édition est devenu rare. Il était d’un maniement laborieux et nous l’appelions, pour rire : « Le dictionnaire de poche. »

Tout de suite je voulus lire les poètes et essayer de les traduire. Je commençai à réunir les matériaux de la première version du Livre de Jade, que « Judith Walter » publia bientôt. Pour réaliser ce travail, je dus faire connaissance avec la bibliothèque de la rue de Richelieu. Là seulement on pouvait trouver des livres chinois. Presque chaque jour, accompagnée de Ting, qui me tenait lieu de duègne, j’allais m’installer dans la salle des manuscrits et nous fouillions les recueils de poésies, pour y découvrir des poèmes à notre goût, les copier, afin de les emporter et de les étudier à loisir. J’aimais beaucoup ce milieu solennel et austère, si calme et si studieux ; il m’en imposait un peu et je n’osais parler que tout bas.

La première fois que je vins à la Bibliothèque, cependant, il se produisit un incident qui faillit bien m’empêcher d’y revenir jamais. A quatre heures, les garçons de salle firent retentir leur impératif : « Messieurs, on ferme ! » Ayant jeté un rapide coup d’œil sur les travailleurs, je vis que personne ne bougeait. Je crus avoir le droit de ne pas me presser plus que les autres. Alors un des garçons cria tout près de nous :

— On ferme !

Nous nous dépêchions, Ting et moi, de terminer la copie de quelques vers ; mais le garçon, s’adressant directement à nous, cria encore une fois :

— On ferme !

Aussitôt, à une table assez distante, un monsieur se leva, furieux, et interpella violemment l’employé :

— Vous n’êtes qu’un malappris ! voilà deux fois que vous vous adressez, spécialement, à cette dame. On n’a pas idée d’une pareille insolence !…

Le garçon riposta brutalement et le monsieur s’élança sur lui, dans le brouhaha de toute la salle en émoi. Je m’enfuis, entraînant le chinois très ahuri, au moment où, par-dessus des têtes, était brandi un fauteuil !…

Plus tard, on nous autorisa à emporter de la Bibliothèque les livres dont nous avions besoin. Nous nous installions alors, pour travailler, dans un coin du salon, près de la fenêtre de la rue ; mais j’avais à lutter contre la paresse, tout orientale, de Ting-Tun-Ling, qui accaparait le grand fauteuil et s’y endormait volontiers.

Gautier, Judith (1845-1917), Le collier des jours : le second rang du collier, souvenirs littéraires, Paris : F. Juven, [ca 1905], p. 202-205. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k832586/f207.item>.

Ses journées passées dans la salle de lecture du département précédèrent la parution de son ouvrage paru sous le pseudonyme de Judith Walter, Le livre de jade2.

Judith Gautier déclare avoir pu bénéficier du prêt à domicile de documents, pratique qui existait à la Bibliothèque dès l’époque des Lumières et de l’Encyclopédie3.

La procédure mise en place pour obtenir cette libéralité, valable pour les imprimés comme pour les manuscrits, exigeait que les lecteurs intéressés demandassent l’autorisation du prêt à domicile par lettre adressée à la bibliothèque. Les demandes étaient instruites par le Conservatoire de la bibliothèque et faisaient l’objet d’une réponse écrite, toutes opérations qui ont laissé des traces dans les archives.

Les archives de la Bibliothèque nationale de France offrent ainsi la possibilité de retrouver la demande formulée au profit de Judith Gautier. En l’espèce, le registre des demandes enregistre la lettre de Théophile Gautier le 10 février 1866, sous le numéro 4129, classée originellement dans le « D[ossier]. 1 ». Les lettres étaient classées en dossiers numérotés selon le sujet. Le Dossier n° 1 correspondait au courrier relatif au prêt à Paris4.

Monsieur
Je vous soumets avec l’esperance d’une reponse favorable la demande d’une permission pour Mlle Judith Gautier ma fille qui fait des etudes sur la langue chinoise, d’emporter des manuscrits afin de pouvoir continuer chez moi des travaux qu’elle n’a pas le temps d’achever dans les courtes séances de la bibliothèque car ils exigent une longue application
Daignez agreer, Monsieur, l’expression de ma consideration la plus distinguée
Theophile Gautier
Monsieur
Monsieur Taschereau
Directeur de la Bibliothèque impériale

Comme nous pouvons le constater, à aucun moment Théophile Gautier ne fait mention de Tin-Tun-Ling, le précepteur de chinois de Judith Gautier. Le dossier comprend un avis émis par Stanislas Julien qui révèle qu’avant de consentir au prêt, la bibliothèque s’est enquis de l’avis du conservateur-adjoint du fonds, auteur du Catalogue des livres chinois, mandchous, mongols et japonais du nouveau fonds de la Bibliothèque impériale5, qui répond sur du papier à en-tête du Collège impérial de France, le Collège de France d’alors, parce qu’il était titulaire de la chaire de langue et littérature chinoises et tartare-mandchoues audit Collège (de 1832 à 1873).

Archives modernes 201, dossier 9, Lettre de Stanislas Julien
Archives modernes 201, dossier 9, Lettre de Stanislas Julien
Collège Impérial
de France

Paris le 9 février 1866


Monsieur l’Administrateur,



M. Théophile Gautier est si honorablement connu qu’on ne pourrait <lui> refuser absolument le prêt des livres chinois qu’il demande pour sa fille. Mais je crois que ce prêt doit être limité aux romans et aux recueils de nouvelles, dont la biblio[thè].que Impériale possède un assez grand nombre. Si Mlle Judith Gautier demandait des poësies chinoises, je crois qu’il faudrait en excepter les oeuvres des deux poëtes les plus célèbres (Li-thaï-pe et Tan-fou), que dans la situation actuelle de la Chine, on ne pourrait compléter si elle en égarait un vol.
Si elle se bornait à demander le Chi-King, ou Livre des Vers, l’un des 5 livres canoniques, on pourrait le préter parce qu’il en existe en plusieurs ex[emplai]res et que du reste l’ouvrage est d’une acquisition facile.

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma h[au]te consideration
Stanislas Julien

Enfin, le dossier comprend le brouillon de la lettre de réponse, qui fut sans doute signée par Jules Taschereau, adressée à T. Gautier.

10 février 1866.

Monsieur,
J’aurai une véritable satisfaction à pouvoir faciliter les études de mademoiselle votre fille, en l’autorisant à emprunter exceptionnellement à la Bibliothèque Impériale des ouvrages faisant partie de <appartenant à> notre collection chinoise.
Il sera fait un accueil empressé aux demandes qu’elle pourra voudra bien en adresser successivement à M. Claude6 <au> bibliothécaire chargé de la tenue du registre du prêt, au département des Manuscrits.
Mais, d’après lavis, du <de M. Stanislas Julien,> Conservateur-adjoint préposé spécialement au fonds chinois L’autorisation <et qu’il était de mon devoir de consulter, l’autorisation> ne pourra s’appliquer, sans réserves, à tous les ouvrages de ce fonds, dont quelques uns <un certain nombre> sont infiniment précieux et ne pourraient, à aucun prix être remplacés.
Ce prêt devra être limité aux romans et aux recueils de nouvelles dont la Bibliothèque Impériale possède une assez grand nombre <série assez nombreuse>. Si Mademoiselle votre fille demandait, [illisible] Monsieur des poésies, je crois, Monsieur qu’ il faudrait en excepter les œuvres des deux poètes les plus célèbres (Li-thaï-pe et Ton-fou), que, dans la situation actuelle de la Chine, on ne pourrait compléter, s’il venait <par accident> à s’en égarer un volume.
Si mademoiselle Gautier se bornait à demander le Chi-King, ou Livre des Vers, l’un des 5 livres canoniques, on ne il <on> pourrait le lui être prêter, parce qu’il en existe plusieurs exemplaires dans les collections et que, du reste, l’ouvrage est d’une acquisition facile.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Monsieur Théophile Gautier.

Ces pièces conservées par la Bibliothèque furent exposées par cette dernière au cours de l’exposition qu’elle consacra au poète en 1961 :

Cottin, Madeleine ; Loire, Léon (1821-1898) (ill.) ; Pierrot, Roger (1920-2015) (collab.) ; Cain, Julien (1887-1974) (préf.), Théophile Gautier : 1811-1872 : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, [décembre 1961-mars 1962], Paris : [Bibliothèque nationale], 1961, p. 44.
Cottin, Madeleine ; Loire, Léon (1821-1898) (ill.) ; Pierrot, Roger (1920-2015) (collab.) ; Cain, Julien (1887-1974) (préf.), Théophile Gautier : 1811-1872 : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, [décembre 1961-mars 1962], Paris : [Bibliothèque nationale], 1961, p. 44. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58392964/f66.item>.
Cottin, Madeleine ; Loire, Léon (1821-1898) (ill.) ; Pierrot, Roger (1920-2015) (collab.) ; Cain, Julien (1887-1974) (préf.), Théophile Gautier : 1811-1872 : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, [décembre 1961-mars 1962], Paris : [Bibliothèque nationale], 1961, p. 44.
Cottin, Madeleine, Théophile Gautier : 1811-1872 : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, [décembre 1961-mars 1962], Paris : [Bibliothèque nationale], 1961, p. 44.

Fort de l’autorisation d’emprunter, le demandeur se devait de respecter une autre procédure, celle de l’enregistrement de ses emprunts successifs dans des registres dédiés7. Il en allait de même pour le prêt de manuscrits qui bénéficiaient de registres dédiés qui permettent de retracer ceux consentis à Judith Gautier et apprécier ainsi ses centres d’intérêt — dans les limites fixées par la bibliothèque — alors qu’elle rédige son ouvrage à paraître.

Ainsi, le Journal des prêts de manuscrits pour la période 1858-18718 permet d’identifier les emprunts effectués par un autre Gautier, l’archiviste de l’Empire Léon Gautier (1832-1897)9 dont l’un en mai 1864, et qui permet de donner la structure des registres décomposant les emprunts selon les rubriques suivantes :

Dates des empruntsNuméros d’ordreNoms des emprunteursNuméros des catalogues [jamais renseigné]Titres des ouvragesDurée du prêtObservationsSignatures des emprunteurs
Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 93.
Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 93. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705993t/f189.item>.

Dans le même registre, le premier prêt consenti à Judith Gautier date du jeudi 15 février 1866 :

Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 112v.
Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 112v. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705993t/f228.item>.

Judith Gautier ramène chez elle le manuscrit coté Nouveau fonds [chinois] n° 480 qui correspond à l’actuel Chinois 3722-3723 : 王施合註蘇東坡詩全集Wang shi he zhu su dong po shi quan ji. Œuvres de Su Shi, avec commentaires de Wang et de Shi, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc267534>10. Le prêt est autorisé pendant une durée de 2 mois, Judith devant le rendre le jeudi 15 avril 1866. La colonne des observations semble indiquer qu’elle l’a en réalité rendu le mardi « 5 février 1866 [sic pour 1867]. »

Les emprunts suivants sont effectués par Ernesta Grisi (1816-1895), la compagne de Théophile Gautier, pour leur fille Judith. Elle signe du nom de Gautier, comme d’un nom d’épouse alors qu’ils ne se marièrent jamais :

Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 113.
Journal des prêts de manuscrits, 1864, mai, p. 113. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705993t/f229.item>.

Le lundi 5 mars 1866, Ernesta Grisi emprunte pour Judith, trois manuscrits :

  1. Ancien fonds n° 34711 : Thang-chi-ho-kiaï12, Kou-chi.
  2. Nouveau fonds [chinois] n° 567 : Thang-chi-tsien-tchu, tom. 1, qui correspond à l’actuel Chinois 358213 : Chan man leoutsien ichou thang chi tshi yen liu, poésies des Thang (heptasyllabes réguliers), annotées.
  3. Nouveau fonds [chinois] n° 513 : Thang chi-ho siouen, tomes 1 et 2, livres 1-6, 7-1214.

Les volumes sont prêtés jusqu’au lundi 30 avril 1866, pour une durée de 56 jours, soit 1 mois et 25 jours. Les retours effectifs sont tous postérieurs :

  1. l’Ancien fonds n° 347 est rendu le 13 janvier 1868. Il fut conservé 679 jours soit 1 an, 10 mois et 8 jours.
  2. le Nouveau fonds n° 567 est rendu le 19 mai 1866 soit 75 jours (2 mois et 14 jours) après son emprunt.
  3. le Nouveau fonds n° 513, rendu le 1er décembre 1866, a nécessité 271 jours (8 mois et 27 jours) de lecture.

Si Judith Gautier conserva ses prêts durant de longues périodes, elle n’abusa pas pour autant de son droit d’emprunt puisque ce furent ses seuls emprunts recensés dans le registre qui prend fin le 30 décembre 187515.

Pendant cette période, à aucun moment Tin-Tun-Ling n’emprunta de documents ce qui semble montrer qu’il accompagnait Judith Gautier plutôt que le contraire, et là encore, restait plutôt un servant de sa maîtresse.

La consultation des registres permet de croiser les noms d’autres orientalistes de la place de Paris, comme Léon de Rosny (1837-1914), Stanislas Julien (1797-1873), Paul Perny (1818-1907), Guillaume Pauthier (1804-1873), ou encore Léon Feer (1830-1902).

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 18 octobre). Judith Gautier, lectrice de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40f

  1. Gautier, Judith (1845-1917), Le collier des jours : le second rang du collier, souvenirs littéraires, Paris : F. Juven, [ca 1905], 1 vol. (336 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k832586> ou <https://www.gutenberg.org/cache/epub/47360/pg47360-images.html>. []
  2. Gautier, Judith (1845-1917), Le livre de jade, Paris : A. Lemerre, 1867, 1 vol. (171 p.) ; 20 cm. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5459967d>. []
  3. Balayé, Simone, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève : Droz, 1988, p. 273-274. []
  4. En lieu et place de la lettre figure un fantôme renvoyant au dossier n° 9 puisque la dite lettre de Théophile Gautier intercédant en faveur de sa fille a été exposée. Elle se trouve dans : Archives modernes 201, dossier 9, sous-chemise Théophile Gautier. []
  5. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53142085z>. []
  6. M. Claude était employé aux manuscrits de la Bibliothèque. []
  7. Eugène-Gabriel Ledos leur consacre un chapitre : « Chapitre XII. Des registres de prêt », dans : Eugène-Gabriel Ledos, Histoire des catalogues des livres imprimés de la Bibliothèque nationale, Paris, Éd. des bibliothèques nationales, 1936, pp. 139-149.. Ainsi, les prêts d’imprimés furent dûment enregistrés dans ces registres qui débutent en 1735 ((BnF, département Littérature et Art, Registres de prêt 1 : Registre des livres prestez commencé le 13e avril 1735. []
  8. BnF, Département des manuscrits, Archives modernes 590, 1858-1871. Disponible sur Internet, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t5705993t>. []
  9. Delaborde, Henri-François, « Le Grand Léon. Léon Gautier (1832-1897) », Bibliothèque de l’école des chartes, 1899, tome 60, p. 228-266. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1899_num_60_1_452523>. []
  10. Voir : Courant, Maurice (1865-1935), Catalogue des livres chinois, coréens, japonais, etc., Paris : E. Leroux, 1900, t. 1, p. 356-357. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209140j/f365.item>. []
  11. Le Nouveau fonds chinois 347 correspond au Chinois 3581 ; l’ancien Fourmont 347 correspond au Chinois 4926. Maurice Courant ne signale pas l’Ancien fonds n° 347. []
  12. [Poésies des Thang avec commentaires], édition impériale, grand in-4° en douze livres : Péking, 1726, dont s’est servi le Marquis d’Hervey-Saint-Denys pour son ouvrage sur les Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), Paris : Amyot, 1862. []
  13. Voir : Courant, Maurice (1865-1935), Catalogue des livres chinois, coréens, japonais, etc., Paris : E. Leroux, 1900, t. 1, p. 335. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209140j/f344.item>. []
  14. Thang chi ho suèn tsiang kiaï : [poésies des Thang avec un choix des meilleurs commentaires], format in-12, en douze livres, également utilisé par le Marquis d’Hervey-Saint-Denys. Maurice Courant ne signale pas le Nouveau fonds [chinois] n° 513.
    Le n° 150 du catalogue de vente de la Maison Silvestre : Notice de livres provenant des bibliothèques de MM. E. Jacquet et Auguste Loiseleur-Deslongchamps, 26 avril 1841, Paris : Benjamin Duprat, 1841, décrit : Thang-chi-ho-siouen-tsiang-kiai : choix des plus belles poésies composées sous la dynastie des Thang, avec des notes historiques et littéraires et une paraphrase perpétuelle, 1755, 5 vol. []
  15. Nous avons consulté le registre : Archives modernes 590, de 1872 à 1875. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search