L’affaire du Chinois Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡)

Dans son édition du samedi 12 juin 1875, le quotidien Le Figaro rendit compte de « L’affaire du Chinois Tin-Tun-Ling » dans sa Gazette des tribunaux que nous transcrivons ci-après.

Tin-Tun-Ling a comparu hier dans son costume national devant la justice française, assisté de Me Bonnier-Ortolan.
M. l’avocat général Chevrier occupait le siége [sic] du ministère public.
Je ne ferai point le portrait de l’accusé. Tout le monde à Paris connaît sa physionomie intelligente. Il suffira de dire qu’il était fort calme et qu’il examinait curieusement l’appareil de la justice, appareil évidemment nouveau pour lui.
Un jeune diplomate, M. Deveria, fils du peintre Achille Deveria, a consenti à servir d’interprète à Tin, et s’est assis à côté de son avocat.
L’acte d’accusation est ainsi conçu :

L’accusé Tin-Tun-Ling est Chinois d’origine. Il est né en 1831 dans la province de Chan-li. A l’âge de 18 ans, il s’est converti au christianisme et a reçu le baptême à Macao où il a habité pendant 30 années environ. En 1861, il est venu à Paris pour y être le secrétaire d’un sieur Callery, interprète alors attaché au ministère des affaires étrangères.
Le 6 février 1872, il s’est marié à la mairie du neuvième arrondissement de Paris avec la demoiselle Caroline-Julie Liégeois, alors âgée de 35 ans ; ce mariage fut célébré sur une production d’un acte de notoriété dressé d’après l’attestation d’amis complaisants qui n’avaient aucune connaissance personnelle de l’état civil de Tin-Tun-Ling et lui attribuaient même le titre de baron, titre tout au moins singulier pour un homme de sa nationalité.
Au mois de juillet 1873, Caroline Liégeois dénonça Tin-Tun-Ling comme bigame. D’après les ordres de M. le ministre des affaires étrangères, une enquête fut faite devant le tribunal civil de Macao sur l’instance de vice-consul français, et elle a établi qu’en effet l’accusé s’était marié à Macao vingt-quatre ans auparavant, et qu’il était encore engagé dans les liens de ce premier mariage au moment où il contractait en France une nouvelle union.
Le père Antonio Vicira Jee, missionnaire lazariste et prêtre indigène, a affirmé qu’il avait assisté, soit comme célébrant, soit comme témoin, au mariage de Tin-Tun-Ling ; que ce mariage avait été célébré à Macao, dans la chapelle de la Miséricorde ; que si l’on ne pouvait en fournir la preuve écrite, c’est qu’on ne tenait pas alors de registre des sacrements administrés par les missionnaires aux nouveaux chrétiens ; que l’épouse était une Chinoise nommée Quzia-Tom-Alacer et que de ce mariage étaient nés quatre enfants : deux fils et deux. filles.
Le père Julian-Ho-das-Neves, prêtre indigène, a confirmé pleinement cette déclaration en y ajoutant qu’il avait été la parrain des deux filles et de l’un des fils issus du mariage.
La femme Ingra-Tom-Alacer, actuellement âgée de quarante ans et domiciliée à Macao, a elle-même été entendue ; elle a affirmé la réalité de son mariage avec Tin-Tun-Ling et la naissance de leurs quatre enfants. Son mari, a-t-elle ajouté, l’a quittée le 18 février 1861 pour aller en France en qualité de maître de langue chinoise ; il lui a envoyé pendant trois mois quelques sommes d’argent à titre de pension, et depuis lors elle n’a plus entendu parler de lui. Le frère de cette femme, Francesco-Tom-Luin, a déclaré également qu’il avait toujours considéré Tin-Tun-Ling comme son beau-frère.
Enfin, le sieur Qui-Schi, greffier du tribunal de Macao, qui a connu intimement l’accusé, a été tout aussi affirmatif.
La multiplicité et la précision de ces témoignages ne semblent laisser aucun doute sur la réalité du mariage contracté à Macao ; et il est également certain que l’accusé est bien l’homme avec lequel Quzia-Tom-Alacer s’est unie en légitime mariage.
D’ailleurs, Mme veuve Callery rapporte à cet égard une circonstance qui est décisive. Dans le traité passé à Macao entre le mandataire de son mari et Tin-Tun-Ling, à l’occasion de son voyage en France, celui-ci avait eu le soin de stipuler expressément la remise à sa femme de certaines sommes qui devaient lui être payées par avance lors de son départ de Macao.
Il n’y a donc pas lieu de s’arrêter aux dénégations intéressées de l’accusé, qui soutient n’avoir jamais été marié à Macao et y avoir seulement vécu maritalement avec une femme dont il a eu deux enfants. Marié dans son pays, il a contracté en France, avant la dissolution de son premier mariage, une seconde union au mépris de la loi française, loi d’ordre public qui, à ce titre, oblige tous ceux qui habitent le territoire français.

Tin a déclaré être né en Chine le 15 mai 1831, être professeur de langues à Paris, et demeurer rue de Buffault, 27.
Il a expliqué brièvement pour sa défense qu’en effet il avait bien été marié en Chine, mais qu’en Chine, quand on est sépare de sa femme depuis plus de trois ans et que cette dernière ne vous donne pas signe de vie, on peut considérer son mariage comme rompu. Or, il est sans nouvelles de sa première femme
depuis de nombreuses années.
On entend les témoins :
Mme Judith Mendés, vingt-cinq ans, sans profession, 50, rue des Martyrs :

D. Vous connaissez Tin depuis longtemps ?
R. Je connais Tin-Tun-Ling depuis environ quatorze ans ; il arrivait de Chine ou d’Angleterre. Il ne m’a jamais parlé de sa famille, si ce n’est de son frère qui, disait-il, était pharmacien. Il ne m’a pas parlé notamment d’une femme avec laquelle il aurait vécu ou avec laquelle il aurait été marié à Macao et de laquelle il aurait eu plusieurs enfants.
Il m’a dit qu’il s’était fait baptiser à l’âge de dix-huit ans. Il était alors dans la misère ; à la suite d’une disette considérable, il n’avait pas mangé depuis huit jours, et, dans l’espoir d’obtenir quelque nourriture, il avait consenti à recevoir le baptême.
Je ne connais pas M. et Mme Callery. J’ai vu une ou deux fois Mme Caroline Liégeois après son mariage, mais je ne puis dire où elle réside actuellement.
D. Comment avez-vous fait la connaissance de Tin ?
R. Il avait été amené en France par M. Callery. A la mort de celui-ci, mon père, Théophile Gautier, le trouvant sans ressources, lui est venu en aide, lui a appris le français et lui a procuré du travail. Il donne actuellement quelques leçons et je lui donne le nécessaire.
D. Comment le mariage de Tin s’est-il fait ?
R. Tin-Tun-Ling avait vécu avec Caroline Liégeois avant de l’épouser, et en l’épousant il avait cédé aux obsessions de cette femme. Ils se sont, à différentes reprises et avant de se séparer, brouillés et raccommodés plusieurs fois ensemble.
D. Ne vous êtes-vous pas occupée d’études sur le code chinois qui peuvent avoir un intérêt dans la cause ?
R. J’ai fait il y a quelque temps des études sur le code chinois. Je vous apporte le tome premier d’un ouvrage intitulé Ta-Tsilg-Leu-Lee où les lois fondamentales du Code pénal de la Chine, traduit du chinois par Georges-Thomas Staunton, mis en français avec des notes par Félix Renouard de Sainte-Croix (Paris en 1812).
On lit à la page 200, section cent seize du divorce :
« Si un mari répudie sa première ou principale femme sans qu’elle ait rompu le lien matrimonial par le crime d’adultère, etc.
» Quand deux époux ne se conviennent point et que d’un commun accord ils désirent se séparer, la loi qui fixe des bornes au droit de divorcer n’y pourra mettre opposition.
» Si avant qu’un mari ait été trois années absent de chez lui et avant qu’il ait donné de ses nouvelles à sa femme pendant le même temps, elle abandonne sa maison sans en prévenir le tribunal du gouvernement, elle subira la peine de quatre-vingts coups et celle de cent si, pendant cet espace de trois ans, elle a voulu se marier avec un autre. »
J’ignore si Tin-Tun-Lin s’est séparé d’un commun accord de la femme avec laquelle il vivait à Macao, mais il y a plus de trois ans qu’il a quitté cette femme, puisqu’il se trouve en France depuis quatorze ans au moins et d’après la dernière disposition la femme aurait pu se marier ; le mariage serait donc nul.

Notre confrère Gustave Lafargue succède à Mme Mendès. Il connaît de longue date Tin, qui allait souvent à l’Opéra Comique lui demander des billets.

D. Avez-vous quelque chose à dire sur la moralité de Tin ?
R. Je connais Tin depuis douze ans, et jamais je n’ai entendu quoi que ce soit contre lui ; il donne des leçons de chinois, fait des traductions et gagne facilement sa vie.
D. Avez-vous quelques détails à donner sur son premier mariage ?
R. Je n’ai connu son mariage que l’hiver dernier. Tin avait rencontré une institutrice anglaise qui lui proposa de s’unir à lui ; il hésitait, mais l’institutrice persista et finit par le décider en lui disant qu’elle mettrait en bon français les romans qu’il pourrait faire. Il se maria donc.
Après le mariage l’on fit un déjeuner qui se prolongea jusqu’au soir. Tin proposa d’aller au théâtre. Comme il est connu de tous les secrétaires et de tous les directeurs, la chose était facile. Au Vaudeville, il n’y avait pas de places, on vint chez Robert-Houdin. Tin monta chercher des billets laissant sa femme sur le boulevard.
Lorsqu’il redescendit, plus d’épouse ; il regarda à droite, à gauche, rien ; il court chez lui, pas de Mme Tin. Il va alors à l’hôtel de sa femme et la trouve lisant.
— Vous venir chez moi tout suite, dit-il
— Non.
— Moi, chercher sergents de ville pour honneur à moi, passer première nuit avec moi.
Mme Tin se décida alors. Ils partirent ensemble. Arrivés dans la modeste chambre de Tin, il demanda :
— Vous coucher lit, ou coucher chaise ?
Mme Tin choisit la chaise et quitta dès la matin le toit conjugal.
D. Connaissiez-vous son premier mariage ?
R. Je lui ai dit un jour qu’on m’avait raconté qu’il était marié. Mais il me répondit
avec une sainte indignation: « Moi libre ! moi libre ! »

Mme veuve Gallery, rentière, 15, rue du Centre, vient fournir des renseignements sur la façon dont Tin a été amené en France :

Mon mari est mort il y a treize ans. Il était interprète attaché au ministère des affaires étrangères. Il avait besoin d’un secrétaire qui pût recopier ses dépêches en langue chinoise.
En 1861, il s’est adressé à l’un de ses amis à Macao, lequel a passé un traité avec Tin-Tun-Ling.
Je ne connais pas les antécédents de celui-ci et j’ignore s’il était marié à Macao ; toutefois je me rappelle que dans le traité il était dit qu’une certaine somme serait retenue sur les avances faites à Macao même et qu’elle serait remise à sa femme, ce qui expliquait qu’il était marié. Quant à moi je l’ai toujours cru.
Je ne connais pas la femme Liégeois. Je l’ai vue une ou deux fois seulement après son mariage. Elle est venue le soir chez moi se
plaindre que Tin-Tun-Ling fût bigame et me demander de signer un certificat constatant l’existence du premier mariage en Chine. J’ai refusé en disant que si j’étais appelée je dirais ce que je savais,

M. l’avocat général Chevrier a très spirituellement soutenu la prévention.
Il a fait remarquer que Tin n’avait pas été heureux avec sa seconde femme, qu’il a appelée « femme insaisissable ». En effet, Mme Tin II, celle qui a fait passer à son mari la nuit de noces que vous savez, est aujourd’hui disparue. On suppose qu’elle est à New-York. M. Chevrier a donné à entendre aux jurés que
le parquet, en présence de la plainte qu’il avait reçue, avait été obligé de poursuivre, mais qu’il abandonnait l’accusation aujourd’hui.
Me Bonnier-Ortolan, avocat de Tin, a donné sur le malheureux Chinois de curieux détails biographiques dont j’extrai ce qui suit :

En 1861, Tin-Tun-Ling vint à Paris comme secrétaire de M. Callery, mais ses fonctions de secrétaire auraient principalement consisté à laver la vaisselle et à cirer les bottes. Cette situation finit par la mort de M. Callery, en 1862.
Alors Tin-Tun-Liug, ne sachant pas un mot de français, se trouva sans ressources. Un ami de Théophile Gautier le rencontra errant à l’aventure. Il le mena dîner à Neuilly chez Théophile Gautier. A partir de ce jour Tin-Tun-Ling eut un domicile à lui. Théophile Gautier le donna comme professeur de chinois à ses filles qui apprirent, en retour, à leur professeur exotique le français. Grâce à son bienfaiteur, Tin-Tun-Ling trouva à donner des leçons de chinois. Sa fortune grandit. En 1870, il fut nommé répétiteur, pour la prononciation du chinois, auprès du marquis d’Hervey-Saint-Denis, professeur de langue chinoise au collége [sic] de France.
Malheureusement pour Tin-Tun-Ling, il connaissait le chinois et avait le caractère irascible. Un beau jour, au milieu d’une leçon, il aurait interrompu le professeur, lui disant : « Toi, pas savoir chinois, rien du tout. » C’était dépasser ses modestes fonctions de répétiteur pour la prononciation. Il fut destitué. Pendant le siége [sic] , il resta à Paris, parcourant les remparts où il excitait la gaieté par ses reparties bizarres.
Sa 1872, une institutrice, Mlle Liégeois, s’éprit de lui.

Osa sait le reste, Me Bonnier-Ortolan a ajouté que Mme Tin Ire est laide et a de grands pieds, ce qui constitue naturellement chez une Chinoise le dernier mot du laid. Tin, encore actuellement, ne parle de sa première femme qu’avec terreur.
Après une minute tout juste de délibération, le jury a rendu un verdict qui acquitte Tin-Tun-Ling.
Il s’est passé alors une chose amusante. Pendant tous les débats, Tin n’avait parlé qu’avec le secours de son interprète. Quand le verdict du jury a été rendu, M. le président Bondurand a demandé malicieusement à Tin :
— Je suis sûr que maintenant vous comprenez sans interprète ?
Pour toute réponse Tin s’est mis à rire, d’un bon rire, un rire de chinois acquitté.
Chacun s’est alors précipité vers lui pour le féliciter. Mme Mendès, qui ne se tenait plus de joie, l’a embrassé. Tin n’avait jamais vu tant de Français lui faire fête. Il ne disait rien, mais il marquait sa joie par de petits grognements significatifs.

Fernand de Rodays.

Rodays, Fernand de (1845-1925), « Gazette des Tribunaux. Cour d’assises : l’affaire du Chinois Tin-Tun-Ling », Le Figaro, samedi 12 juin 1875, n° 162, p. 2-3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k275613s/f2.item>.


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 7 octobre). L’affaire du Chinois Paul Jean Baptiste Marie Tin-Tun-Ling (Ding Dunling 丁敦齡). Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m401

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search