Ouverture de la salle publique de lecture de la Bibliothèque impériale

Le 16 mai 1868, le Moniteur universel, soit le Journal officiel de l’époque, annonçait l’ouverture d’une nouvelle salle publique de lecture à la Bibliothèque impériale.

Le Moniteur universel, 16 mai 1868, n° 137, p. [1].
Le Moniteur universel, 16 mai 1868, n° 137, p. [1]. Disponible sur Internet, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/16-mai-1868/149/1308003/1>.

Ordonnée par l’article 6 du décret du 14 juillet 1858, la date d’ouverture fut fixée au 2 juin 1868, soit dix jours avant la grande salle de travail ouverte au public le 12 juin 1868.

Le public ne verra pas sans intérêt quelques détails sur les grands travaux d’architecture et d’aménagement qui se poursuivent en ce moment à la Bibliothèque impériale. Il se préoccupe naturellement de savoir à quelle époque les riches collections de cet établissement pourront être reclassées et communiquées. Assurément il serait difficile de garantir formellement le jour exact de la réouverture, en présence des difficultés matérielles d’installation. Cependant, si l’on doit compter sur les promesses du bureau des travaux d’architecture, on peut dès à présent prévoir l’ouverture de la salle publique de lecture ordonnée par l’article 6 du décret du 14 juillet 1868 : elle semble devoir être fixée au 2 juin
prochain.
A ce propos même, il nous est permis de faire connaître une amélioration qui n’était pas prescrite par le décret d’organisation. En vertu du nouveau règlement arrêté le 5 mai par S. Exc. le ministre de l’instruction publique, cette salle restera désormais ouverte tous les jours, même le dimanche, de dix heures à quatre heures, pour toute personne âgée de seize ans accomplis. L’entrée provisoire, comme le local qui va être d’abord affecté à cette salle, sera rue Colbert, 3.
Quant aux salles de travail des divers départements, elles seront toutes soumises à la loi qui a régi de tout temps le département des médailles et celui des estampes. L’article 75 du nouveau règlement est conçu :

« Les personnes qui désirent fréquenter une des salles de travail doivent demander une carte d’admission par lettre signée, adressée à l’administrateur général, en indiquant la nature de leurs travaux et en justifiant d’une manière authentique de leurs noms, profession et domicile. Les étrangers sont invités à joindre à cette demande une recommandation de leur ambassadeur ou celle d’une personne honorablement connue de l’administration. »

L’ouverture des salles de travail des manuscrits, des estampes et de la section de géographie coïncidera, tout le fait espérer, avec celle de la salle de lecture publique.
En effet, les travaux ne sont pas bornés au seul département des imprimés, à l’immense déménagement à opérer dans les nouveaux bâtiments et à la constitution simultanée de ses deux salles.
Des travaux analogues, nécessités en grande partie par les dispositions architecturales, sont en même temps effectués dans les autres parties de la Bibliothèque. Ainsi, la continuation de la façade intérieure sur la cour et la prolongation du nouveau vestibule entraînaient le déplacement de la porte d’entrée du département des estampes, département auquel il faut ouvrir un nouvel accès.
Au département des manuscrits, la grande galerie Mazarine, que le public a à suivre dans toute sa longueur, a dû être évacuée et livrée aux ouvriers, pour la restauration complète qui en a été entreprise. Déjà les manuscrits qui garnissaient cette immense galerie ont été transportés dans des combles nouveaux ; les corps de bibliothèques, les boiseries ainsi que les parquets ont été enlevés, et l’on va établir, pour permettre l’accès du département des manuscrits et de la section des cartes géographiques, un couloir en planches longeant toute la galerie, autour et au-dessus duquel les travaux pourront s’exécuter. Les artistes vont se mettre à l’œuvre pour réparer les belles fresques de Romanelli, absolument comme on a réparé au Louvre la galerie d’Apollon.
Le seul département des médailles pourra être et sera ouvert dès le lundi 18 de ce mois. Jusque-là ses hommes de service coopéreront, avec ceux des autres départements, au déménagement des imprimés, et ses fonctionnaires ont profité du délai de la fermeture pour remettre en ordre certaines collections, et pour en classer d’autres, entrées récemment à la Bibliothèque.
Ce temps d’arrêt, cette fermeture momentanée à laquelle il a fallu se résoudre devant ces indispensables nécessités, loin de préjudicier aux intérêts du public, tourneront au contraire à son avantage. Dans peu de temps il sera à même d’apprécier les améliorations nouvelles qui auront été introduites dans les différents services, par exemple, l’extension donnée à la communication des livres dans les deux salles du département des imprimés. Aux termes du nouveau règlement, on y communiquera les dernières livraisons des ouvrages périodiques d’un intérêt scientifique en langues française et étrangères ; la liste en sera affichée à l’intérieur. »

Le Moniteur universel, 16 mai 1868, n° 137, p. [1]

Longtemps ignorée par l’historiographie, cette première salle publique de lecture de la bibliothèque, gratuite et ouverte à tous, a fait l’objet de quelques publications auxquelles nous nous permettons de renvoyer le lecteur intéressé :



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 13 août). Ouverture de la salle publique de lecture de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3ym

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search