Les sculptures de la Galerie Mansart de la Bibliothèque impériale

Les historiens de l’art se sont efforcés de retracer le devenir des collections du cardinal Mazarin conservées au sein de la « galerie basse » de son Palais, puis intégrées aux collections royales1 tout comme ses décors2.

Ce fut notamment le cas des quatre caryatides transférées au musée du Louvre en 1793 puis finalement acquises en 1815 par le roi Louis de Bavière et actuellement conservées à Munich3.

Si l’histoire de ces caryatides est documentée, sauf erreur, aucun historien ne s’est intéressé aux sculptures qui les ont peut-être remplacées dans la galerie Mansart.

En 1855, un dessin l’illustrateur Édouard Renard (1802-1857), reproduit par la gravure dans Le Magasin pittoresque4, représente la salle de lecture du Cabinet des estampes et donne à voir, au fond de la salle, dans leur niche, deux sculptures qui ne sont pas des caryatides.

« Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d'Édouard Renard. », 1855 © Bibliothèque nationale de France, H-23420
« Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d’Édouard Renard. », 1855 © Bibliothèque nationale de France, H-23420
Détail de : « Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d'Édouard Renard. »
Détail de : « Bibliothèque de la rue Richelieu. — La nouvelle galerie des estampes. — Dessin d’Édouard Renard. »

Est-ce une vue de l’esprit montrant les niches telles qu’elles pouvaient se présenter au XVIIIe siècle ou un dessin d’après nature ? Si l’artiste peuple les niches de sculptures, tout un chacun constate leur divergence avec les cariatides d’origine de la collection du cardinal Mazarin.

Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne : planches : statues, tome III. Pl. 263 à 544 inclusivement, Paris : chez Victor Texier, 1832-1834, pl. 445
Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne : planches : statues, tome III. Pl. 263 à 544 inclusivement, Paris : chez Victor Texier, 1832-1834, pl. 445, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626332z/f251.item

Faut-il postuler que la Bibliothèque a remplacé les caryatides de Mazarin par d’autres sculptures que l’artiste aurait vues en 1854-1855 ?

Ce qui instille le doute est l’existence d’un dessin sur calque non daté, signé du dessinateur Auguste Guillaumot (1815-1892), mais où l’on retrouve encore deux sculptures dont l’une, la gauche, est semblable à celle de la gravure du Magasin pittoresque alors que celle de droite diffère, mais qui n’ont rien de caryatides portant des calathos sur leur tête :

Ces deux pièces laissent accroire que la Bibliothèque a remplacé les caryatides de Mazarin, saisies en 1793 et transférées au Louvre, par d’autres sculptures que les deux artistes auraient dessinées de visu. Cependant, le corpus des sculptures conservées de nos jours par la bibliothèque ne permet pas d’identifier des pièces ressemblantes. Faut-il supposer qu’elles ont été retirées au cours d’une restauration ultérieure de la Bibliothèque ? Autre question : d’où proviennent-elles et quand ont-elles pu être installées ? S’agit-il d’un reliquat des collections de Mazarin ? Faut-il supposer que quatre sculptures furent installées dans les quatre niches des deux petits côtés de la galerie basse ?

Concernant l’inventaire des collections de Mazarin, le baron Baron de Boyer de Sainte-Suzanne confirme qu’il ne peut aider à identifier les sculptures représentées puisque :

L’inventaire de la sculpture est des plus sommaires ; il ne contient ni description d’objets ni désignation d’artistes. Les statues, les bustes, les statuettes en marbre, bronze doré, ivoire, bois et albâtre représentent tous des sujets profanes ou des personnages de la fable et de l’histoire ancienne, tels que Bacchus, Vénus, Cupidon, Apollon, Hercule, les consuls et les empereurs romains. Le cardinal paraît avoir un parti pris d’exclure les sujets religieux de sa collection.

Boyer de Sainte-Suzanne, Émile-Victor-Charles de (1824-1884), Notes d’un curieux, Monaco : impr. du Journal de Monaco, 1878, p. 97-98. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719111w/f107.item>

Henri Sauval (1623-1676) décrivit quelques sculptures dans son Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, quand il abordait ce qu’il désignait, sous le terme de galerie basse, cette galerie Mansart sise au rez-de-chaussée de la galerie haute, autrement dit la Galerie Mazarine5. Il décrit ainsi quatre sculptures qui pourraient être l’une ou l’autre de celles représentées dans la gravure et le dessin :

Une Veſtale grave & admirable pour le beau choix de la draperie.
Deux Conſuls Romains, hauts de dix palmes, tenant chacun une carſelle [Il ne peut s’agir des calcei patricii ?], & estimés ſur tout pour l’ordonnance & le beau maniement des plis de leurs robes […]
Une Pallas grande comme nature, dont le corps eſt de porphyre, la tête & les bras de cuivre doré.

En 1884, dans sa description des richesses du palais Mazarin, le comte Gabriel-Jules de Cosnac évoquait « Une salle, appelée salle des Antiques, [qui] était particulièrement consacrée aux bustes et aux statues des empereurs romains ; on y remarquait une statue d’Alexandre le Grand. Parmi les marbres, bustes ou statues répandus de toutes parts dans ce vaste palais énumérons : quatre statues d’Apollon, deux statues d’Adonis, trois statues de Mercure, deux Bacchus, deux Vénus, quatre Cupidon, un Hercule, Andromède lié par les mains au rocher, Orphée, deux Cérès, un satyre, une amazone, quatre consuls romains, Scipion l’Africain, les bustes des douze Césars, quatorze têtes de philosophe et d’orateur.

Gabriel-Jules de Cosnac (1819-1893), Les richesses du palais Mazarin : correspondance inédite de M. de Bordeaux,… (avec Mazarin) état inédit des tableaux et des tapisseries de Charles Ier mis en vente au palais de Somerset en 1650, inventaire inédit dressé après la mort du cardinal Mazarin en 1661, Paris : Renouard, 1884, p. 122. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6344808b/f144.item>.

Les deux illustrations de sculptures féminines excluent les consuls et empereurs romains. La sculpture figurant à gauche dans le décor d’architecture en stuc dû à Alessandro Salucci serait-elle la Pallas / Minerve listée par H. Sauval et celle de droite l’une des deux Cérès6 mentionnée par le Baron de Boyer de Sainte-Suzanne, ou encore l’amazone listée par le comte Gabriel-Jules de Cosnac ?

Le graveur Grégoire Huret (1606-1670) a représenté le cardinal avec une Minerve peut-être issue de ses collections mais la notre n’a pas les jambes croisées comme dans la gravure, bien qu’elle portât sa lance de la même main droite :

Le dieu Mercure apportant des palmes et des lauriers au pied d'un autel sur lequel est placé le portrait du cardinal Mazarin au milieu d'Apollon et de Minerve (IFF 211), Huret, Grégoire, Graveur, 17e siècle, Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Le dieu Mercure apportant des palmes et des lauriers au pied d’un autel sur lequel est placé le portrait du cardinal Mazarin au milieu d’Apollon et de Minerve (IFF 211), Huret, Grégoire, Graveur, 17e siècle, Musée Carnavalet, Histoire de Paris

Jean Duchesne (1779-1855) décrit le devenir de la galerie basse depuis la description qu’en avait fait Henri Sauval en 1724 jusqu’en 1854 :

Parlons maintenant de la galerie inférieure, qui est la cause de toutes nos recherches, et qui a éprouvé des échecs si graves et si variés, que l’on peut considérer comme une véritable résurrection l’apparition au plein jour de ses ornements d’autrefois retrouvés, replacés et restaurés avec tant de peine et de soins par l’architecte, M. Labrouste. Il a saisi avec bonheur l’occasion de faire connaître la manière dont François Mansart avait décoré, il a deux cents ans, cette partie du palais Mazarin. […] La galerie inférieure, assez mal désignée par Sauval sous la dénomination de galerie basse, « est environnée de près de cent bustes ou statues antiques de marbre. » Elle a les mêmes dimensions que la galerie supérieure et est, comme elle, éclairée par huit fenêtres avec une porte à chacune des deux extrémités ; la voûte est divisée selon le goût italien par des panneaux de formes variées avec des bordures de feuillages en relief. La retombée de la voûte est ornée de grands rinceaux où sont placés quelques enfants portant les pièces qui se trouvent dans les armes du cardinal. A chacun des bouts de cette galerie sont également des rinceaux sculptés, au milieu desquels sont placés aussi et les armes et les chiffres ainsi que le chapeau de cardinal : les pilastres devaient descendre sans doute au niveau des deux niches rondes qui accompagnent la porte d’entrée.

Au milieu de chaque trumeau était une niche carrée également accostée de deux pilastres cannelés avec des chapiteaux et un riche entablement dorique. Une décoration semblable se trouvait répétée en face de chaque trumeau ; mais toutes ont été détruites, excepté les deux premières, qui n’ont dû leur conservation qu’à la construction d’un entre-sol non éclairé, où elles semblent avoir été oubliées. Les embrasures des fenêtres, ainsi que la partie qui y correspondait, étaient couvertes de figures allégoriques ou de paysages tellement détériorés, qu’ils n’auraient pu être restaurés. Dans la voûte, le grand panneau du milieu est orné d’une colonnade en perspective, dont le centre laissait voir le ciel. Cette partie a pu être conservée et restaurée, ainsi que quatre petits panneaux ovales, peints en grisaille et représentant des scènes triomphales on autres tirées de l’ancienne histoire romaine.

Ces deux galeries, de la même dimension, avaient chacune un caractère bien différent ; rien n’était plus riche que la galerie supérieure, ornée de belles peintures, de dorures, ayant à chaque extrémité une porte ornée d’arabesques dorées, au milieu desquelles se voient des étoiles et les lettres I. C. M. (cardinal, Jules Mazarin).

La galerie inférieure avait peu de peintures, mais la voûte était décorée de sculptures du meilleur goût, et dont plusieurs parties étaient dorées, ainsi qu’on peut le voir encore dans le fond, qui alors faisait l’entrée de la galerie. Parmi les rinceaux de la voûte se trouvent aussi répétées les pièces composant les armes du cardinal, ainsi que son chiffre. […]

Les ornements de la voûte de la galerie inférieure semblent avoir été conservés plutôt par indifférence que par goût : ils ont été plusieurs fois recouverts d’un badigeon si épais, que les sculptures en étaient empâtées, et les peintures tellement couvertes, que ces couches successives ont en apparence augmenté les dégradations occasionnées par le temps et par les maçons.

Nous avons vu combien cette galerie inférieure avait eu à souffrir lors du désordre de la Fronde. On ne trouve nulle part ce qui a pu lui arriver depuis la mort du cardinal, en 1661, jusqu’à l’établissement de la Compagnie des Indes vers 1720. Un éclaircissement devient ici nécessaire : c’est de faire savoir qu’il a existé, dans l’angle de la cour d’entrée à droite, un escalier qui a été détruit à une époque qui nous est inconnue. […]

En 1828, on établit dans cette galerie inférieure les dessins, les planches et les exemplaires du grand ouvrage sur l’Égypte, ainsi que quelques antiquités ou estampages rapportées de cette expédition par les soins de M. Jomard. et dont la garde lui fut confiée.

Mais, par une décision prise au commencement de l’année 1854, il fut ordonné que tout ce qui provenait de l’Egypte serait transporté dans une autre partie de la Bibliothèque, et que cette galerie, qui, il y a deux cents ans, avait été un musée de sculpture, redeviendrait un lieu consacré au triomphe de tous les arts, puisque la gravure donne la possibilité de retrouver, dans un espace peu étendu, les objets les plus remarquables dans tous les arts.

Les artistes, en entrant dans ce local si habilement restauré, auront donc des actions de grâces à rendre au gouvernement qui enfin a pu placer si convenablement la collection d’estampes ; à l’administration de la Bibliothèque, qui, après quarante années d’instances, a obtenu ce qu’elle avait tant désiré, et à l’architecte qui, en faisant un travail nouveau, a mis tant de soins à faire reparaître avec éclat le bon goût du grand Mansart.

Duchesne, Jean (1779-1855), Recherches sur une ancienne galerie du Palais Mazarin : où se trouve maintenant le Département des estampes de la Bibliothèque impérial, Paris, 1854, p. 8-16. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6465851f/f8.item>.

Si Jean Duchesne évoque la transformation de la galerie basse en salle de lecture pour le Cabinet des estampes, décrivant « un lieu consacré au triomphe de tous les arts », il ne fait pas spécifiquement mention de l’ajout de sculptures.

Faut-il supposer qu’elles font partie des « ornements d’autrefois retrouvés, replacés et restaurés avec tant de peine et de soins par l’architecte, M. Labrouste », quand ce dernier restaura la galerie — en dénaturant ses proportions d’origine par le surélévation de son sol de soixante centimètres —, en 1854, pour y installer le Cabinet des Estampes7 ?

Cela n’est pas exclu puisque, comme le confirme la table de concordance entre les inventaires de la collection Mazarin, publiée par Patrick Michel, toutes les sculptures de la galerie basse n’ont pas été localisées dans des collections actuelles. Cela voudrait dire qu’elles auraient pu s’y trouver de 1854 jusqu’aux travaux de restauration de la galerie menés par Michel Roux-Spitz en 19388… Il resterait donc à déterminer le sort des sculptures représentées dans ces deux documents, ce que les historiens d’art ne manqueront pas de faire.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 1 novembre). Les sculptures de la Galerie Mansart de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40l

  1. Michel, Patrick, Mazarin, prince des collectionneurs : les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin, 1602-1661 : histoire et analyse, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1999, 1 vol. (665 p.). Voir notamment le chapitre « La galerie basse et ses annexes : le domaine des antiques », p. 517-520 et « Annexe E. Sculptures : table de concordance entre les inventaires et localisation », p. 600-605. []
  2. Gady, Bénédicte, « Les décors peints du palais Mazarin. Réattributions et redécouvertes », Revue de la BNF, 2013/2, n° 44, p. 62-69. DOI : 10.3917/rbnf.044.0062. Disponible sur Internet, url : <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2013-2-page-62.htm> et Gady, Bénédicte ; Brejon de Lavergnée, Barbara, « Les décors du palais Mazarin », dans : Conraux, Aurélien (dir.) ; Haquin, Anne-Sophie (dir.) ; Mengin, Christine (dir.), Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, 2017, p. [48]-[57]. []
  3. Voir : Jacquot, Olivier, « Où sont les cariatides de la Galerie Mansart de la Bibliothèque impériale ? », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 20 octobre 2023. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/33799>. []
  4. « Le département des estampes de la Bibliothèque impériale », Le Magasin pittoresque, 1855, septembre, t. XXIII, p. 297-299. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31438m/f301>. []
  5. Henri Sauval (1623-1676), Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, A Paris, chés Charles Moette, libraire, rue de la Bouclerie à St Alexis, près le pont St Michel. Jacques Chardon, imprimeur-libraire, rue du Petit-Pont, au bas de la rue St Jacques à la Croix d’or. M. DCC XXIV. Avec privilege du Roy, vol. 2, p. 176-177. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040563h/f192.item>. []
  6. Nous excluons l’hypothèse d’une des deux Vénus / Aphrodite puisque la nudité ou la demi-nudité caractérise sa représentation traditionnelle. []
  7. Thomine-Berrada, Alice, « Henri Labrouste. Modernité et tradition dans le Paris haussmannien », dans : Conraux, Aurélien (dir.) ; Haquin, Anne-Sophie (dir.) ; Mengin, Christine (dir.), Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, 2017, p. 80-109. Voir aussi : Jacquot, Olivier, « Les premiers travaux d’Henri Labrouste à la Bibliothèque impériale ». Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 18 juillet 2023. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/33421>. []
  8. Jacquot, Olivier, « Le Retour des Estampes », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 23 novembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/10936>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search