Wladimir Polissadiw : à la redécouverte d’un artiste franco-ukrainien

Cet article tente de décrypter un « nœud Gordien » : la série de métamorphoses, de controverses, et de contributions dans l’art Européen (tout particulièrement dans l’art français), dans le premier quart du 20ème siècle, d’un grand talent artistique d’origine ukrainienne, Wladimir Polissadiw.

L’Ukraine : berceau d’un génie

Cette année 2023 marque le 140ème anniversaire de la naissance du prodige franco-ukrainien, artiste, sculpteur, philosophe de l’art, intellectuel, journaliste, éditeur, et enfin militant Wladimir Polissadiw. Né le 29 août 1883 à Odessa1, au sein d’une famille aisée, d’un père général de l’armée russe, Yon Polissadow2 et, d’une mère, Sofia Tsurkan (Polissadowa) (probablement d’origine Roumaine), Pollissadiw a passé toute son enfance en Ukraine, à la campagne3. Nous supposons que son séjour au sein de paysages Ukrainiens a eu une influence profonde sur sa formation en tant que peintre.

En 1899, il quitte « la Palmyre du Sud » (le surnom d’Odessa à l’époque) pour « la Palmyre du Nord », Saint-Pétersbourg, capitale de l’Empire russe. Là, dans les années 1899-1902 il fait ses études au sein du Premier gymnasium classique de Saint-Pétersbourg et sert dans l’armée comme enseigne d’infanterie4. En 1906, il présente ses esquisses et ses dessins à l’Académie Impériale des Arts5 dans le but d’obtenir la permission d’enseigner le dessin dans les écoles secondaires d’enseignement public de l’Empire Russe6. L’art devient ensuite la passion de Polissadiw, la vocation à laquelle il se voue toute sa vie, notamment à l’étranger, et tout particulièrement en France, à Paris.

Dès son plus jeune âge, Polissadiw développe un penchant pour le mysticisme, la spiritualité et la création de sociétés ésotériques. A titre d’exemple, en 1907, il fonde Ordien Vsiemirnogo Genialnogo Rebiachiestva (Ordre Universel des Géniaux Enfantillages) à Saint-Pétersbourg, qui a acquis une grande popularité dans les milieux de la capitale de l’Empire Russe7.

« L’évasion » énigmatique vers l’Europe occidentale : des questions pour la recherche

D’après les archives du prêtre Roumain et martyr catholique Vladimir Ghika (ami de Polissadiw) analysées dans l’article de V. Postelura paru en 2022, la venue de Polissadiw en Occident date d’avant début de la Grande Guerre8. Selon les mémoires de son ami, le peintre et sculpteur français Henri Charlier (1883-1975), Polissadiw a fui l’Empire Russe pour échapper à la persécution religieuse après sa conversion d’orthodoxie au catholicisme et son mariage avec une uniate9 ukrainienne, Xénia10. Selon d’autres versions, Polissadiw épouse une Ukrainienne gréco-catholique en Suisse et se convertit au catholicisme pendant la Première Guerre Mondiale11.

La version de sa conversion au catholicisme et son mariage avec une ukrainienne uniate (Eglise gréco-catholique) dans l’Empire Russe serait plus cohérente avec son évasion vers l’Occident. On avance aussi ici une autre raison de sa fuite vers l’Europe – liée à sa persécution politique dans l’Empire Russe suite à ses expérimentations dans le domaine de l’art religieux, son défi aux mœurs, à la morale publique, son parcours extravagant à Saint-Pétersbourg dans les années 1900.

A Paris : le début des « prouesses » artistiques de Polissadiw

Arrivé d’abord à Rome, il se forme à la peinture à Paris en 191112, qui était, d’une part l’un des principaux foyers internationaux de l’avant-garde artistique, et d’autre part, une place forte de l’anticléricalisme de l’époque13.

Dans la Ville Lumière, il devient expérimentateur génial en puisant dans la richesse des cultures de l’Europe Orientale14 et en les combinant avec les avant-gardes d’Europe occidentale. D’après les mémoires de H. Charlier, Polissadiw loua un atelier à la Ruche (cité d’artistes à Paris), à la veille de la Grande Guerre, tout particulièrement dans années 191015.   

Selon Susak, Polissadiw combine dans ses œuvres des styles incompatibles à l’époque – le byzantisme et le futurisme16. A Paris, ses œuvres d’art sont exposées à la veille de la Première Guerre Mondiale, particulièrement dans le Salon des Indépendants (en 1912, 1913, 1914, 1925, 1926, 1928)17.

En revanche, le séjour dans la ville Lumière n’est pas aisé pour Polissadiw – tant sur le plan de sa santé physique que de son moral. D’après les souvenirs de Polissadiw raconté par Charlier :

Quel dommage d’être obligé d’aller vivre dans un pays athée et matérialiste ! Mais je n’y étais pas depuis cinq mois que je me rendais compte que le vrai pays catholique c’était la France.

Lettre d’Henri Charlier au Père Georges Schorung du 26 mars 1966 (Archives Vladimir Ghika). Cité d’après l’article de Luc Verly, en ligne, url : <https://www.vladimirghika.ro/wladimir-polissadiw>. 

Il y rencontre un groupe de jeunes artistes catholiques français formé autour du peintre Jacques Brasilier (1883-1965) et qui a pris pour nom La Rosace

Nos recherches dans les revues artistiques françaises conservées à la BnF ont abouti à des découvertes concernant l’engagement de Polissadiw dans l’Ordre de la Rosace, un ordre français artistique, aristocratique, catholique et mystique dans les années 190018. Elles mettent en lumière des nouveaux éléments du parcours de Polissadiw en tant que peintre et philosophe d’art Européen.

La Misère Noire, Paris : [s.n.], [s. d.] (Imprimerie Spéciale de « La Misère Noire »), signé par « Chévalier de Vries », « le très valeureux » n° 3 ». BnF : 16-V Pièce-668.   

Par exemple, on trouve dans l’article signé par R. Bauchard publié dans la revue Société des Lettres, Sciences & Arts du Saumurois (1929) la mention suivante concernant Pollisadiw (« Frère Cyrille ») de la « confrèrie moyennageuse contemporaine » Rosace19 :

Chez Jacques Brasilier, l’impression fut également très profonde, car ce fut son séjour à Assise qui le détermina en 1908 à créer la Rosace, « cette union intime, cette amitié de jeunes artistes catholiques, cette sorte de fraternité ayant pour but d’entraîner la jeunesse artistique dans les sentiers de l’art sacré, de l’art mystique, afin de provoquer une renaissance de beauté dans le sein même de la société chrétienne… La Rosace, tout naturellement, profita de cette ambiance favorable qui lui permit d’organiser, avec un vif succès, plusieurs expositions qui groupèrent plus d’une vingtaine d’artistes d’un réel talent. Parmi ceux-ci on doit citer, à côté de frère Angel, le fondateur Charles Bisson (frère Marcel), Édouard Degaine (frère Édouard), Eugène Yoors (frère Eugène), Lucien Jourdain (frère Lucien), Charles Navetto (frère Charles), Vladimir Polissadier (frère Cyrille), Henri Charlier (frère Henri).»

R. Bauchard, « Un Rénovateur saumurois de l’Art Réligieux», Société des Lettres, Sciences & Arts du Saumurois, 1929, avril, n° 51, p. 45, 46, 47, 48. Voir aussi sur l’histoire de la Rosace la brochure « La Misère Noire » signée par « Chévalier de Vries », « le très valeureux » n° 3 », p. 3-8.

En outre, Marcadé révèle dans son ouvrage qu’en 1913 Anatolij Lunačarskij assista à la réunion des « Frères de la Rosace », à Paris, à la salle de l’Alcazar, Place d’Italie, « assis avec son épouse à la place d’honneur au premier rang.20 »

En mai 1922, La Rosace et W. Polissadiw ont organisé une grande manifestation d’art appelée « La Rose Glorieuse » à Paris, dans la Galerie Artes21

Des recherches plus approfondies dans la presse artistique révèlent qu’en 1926  Pollissadiw est devenu le dirigeant de la Rosace en vertu de ses mérites dans le renouveau de l’art chrétien en France22. La brochure éditée par la Rosace (« La Misère Noire ») montre que Polissadiw (surnommé frère Cyril) exerçait un grand pouvoir au sein de cet Ordre : en mai 1926, il prend « le sceptre de fondation.23 »

Par ailleurs, on découvre d’après la presse spécialisée que Polissadiw a été également membre de la « Société des Artistes catholiques de Saint-Jean »24, et du Salon des Indépendants à Paris dans les années 1910 et 192025.

Le séjour en Suisse : la poursuite des expérimentations artistiques

D’après différentes sources et travaux historiographiques, en 1914, avec le début de la Première Guerre Mondiale, Polissadiw s’installe en Suisse où il vit jusqu’en 192326. La raison principale de son départ était la détérioration de son état de santé. Cette version est confirmée par des informations trouvées dans les revues françaises d’art :

Pour refaire sa santé, il se rendit en Suisse, où il s’est installé à Lutry (canton de Vaud), et, pour mieux se pénétrer de l’esprit religieux qui est l’essence même de son art, il est entré dans le Tiers-Ordre de Saint-Dominique de Paris. Pendant trois ans, à cause de la grave détérioration de sa santé, il s’arrête tout le travail et y compris ses expérimentations d’art. A Lutry, il a créé récemment, avec l’assentiment des Œuvres chrétiennes sociales (Union Romande), un « Atelier d’Art religieux » dont le but est de lutter contre le mauvais goût des productions commerciales des magasins d’objets de piété, en répandant des reproductions de ses œuvres dans des conditions de prix aussi modiques que possible. Wladimir Polissadiw travaille à la façon de nos artisans du Moyen-Age. Imbu de leur esprit, il est cependant resté profondément original, vivant « Saint vrai, animé d’une foi profonde où il puise toute son inspiration. »

Perrey, Julien, « Wladimir Polissadiw », Revue moderne des arts et de la vie, Paris, 1921, 28 Févr., p. 14. Disponible sur Gallica, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5515783q/f14.item>.

Lors son séjour suisse, Polissadiw peine à joindre les deux bouts. Il décide de recourir à l’aide du « Père de tous les fidèles.27 » Par l’intermédiaire de son évêque, il s’adresse au Pape, lui envoie des photos d’un chemin de croix et d’autres de ses œuvres et explique qu’il a accepté librement, pour « servir l’art spirituel, la misère comme épreuve de Dieu. » Le Pape Pie XI lui vient en aide en lui envoyant la somme de 300 francs suisses28.   

En Suisse il  réalise des peintures religieuses, des icônes personnalisées  (notamment des icônes de soldats martyrisés de pays membres de l’Entente durant la Grande Guerre, en particulier les soldats français)29 et crée des sculptures (notamment la Sainte Vierge). Selon V. Marcadé, en Suisse, Polissadiw a créé beaucoup de « tableaux à l’huile, gravures et sculptures traitant de sujets religieux qui gardaient toujours le caractères des vieilles icônes ukrainiennes, sur lesquelles l’expression d’une piété profonde n’excluait pas une note de gaieté.30 » Par exemple, en 1922 il reproduit « le bas-relief la Vraie Effigie de l’Image Miraculeuse de Notre Dame de Compassion de Bulle » ainsi que les peintures pour bas-relief de Notre Dame de Lausanne31

Pendant son séjour suisse, il collabore avec le Bureau Ukrainien en Suisse (Lausanne, 1915-1924)32 et contribue régulièrement au journal ukrainien francophone L’Ukraine33. Dans ses articles, il a largement vulgarisé la culture ukrainienne, y compris dans des articles informatifs et éducatifs  sur l’art ukrainien.

En 1919, Polissadiw devient membre du Conseil Ukrainien des Catholiques de l’étranger34. Par ailleurs, il était le rédacteur en chef et l’illustrateur du Bulletin du Conseil Catholique des Ukrainiens à l’Etranger (Lausanne)35.

En Suisse, Polissadiw a présenté quatre expositions personnelles de ses œuvres d’art à : Lausanne (1918), Genève (1922), Bulle (1922) et Fribourg (1923)36.

De retour dans la Ville Lumière : La Misère Noire 

Comme l’indique V. Marcadé, « toute cette activité n’assurait guère l’existence matérielle de sa famille, composée de quatre personnes (lui-même, sa femme et leurs deux enfants). C’est pourquoi en 1923 Polissadiw décida de revenir à Paris pour y tenter sa chance.37 » Par contre, la brochure « La Misère Noire » relate une autre version de son retour à Paris, et date celui-ci de l’année 1924 :

Ayant appris du frère Angel que la Rosace était tombée, il n’avait qu’un désir : se rendre en France pour aider à sa restauration. L’argent pour un voyage si coûteux lui manquait. Il se décida de nouveau d’écrire au Vatican. Cette fois-ci, il le fit directement. La réponse ne tarda point et c’est Mgr Maglioni, nonce apostolique à Berne, qui lui envoya, au nom du Pape Pie XI, une lettre signé du Nonce, contenant la somme de 500 francs français, pour qu’il puisse se rendre en France.   

La Misère Noire, p. 6. Cette lettre est datée du 27 Septembre 1924. 

Dans les années 1920, Polissadiw devient « la figure excentrique » du quartier Montparnasse. Il peint sur des plaques de verre et donne des spectacles de « vitromagie », une sorte de lanterne magique38.

Il y participe à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs en 1925, en devient membre et l’année suivante, en 1926, il fonde l’association « La Misère Noire »39.

Qu’est-ce-que « La Misère Noire » ? Les études ukrainiennes comportent beaucoup de questions et de lacunes à ce sujet. Il s’agirait de la métamorphose de La Rosace40.

En consultant les revues d’art françaises de l’époque on trouve des éclaircissements à propos de cette organisation :

« On sait que la Misère Noire, aidée de son amie la Pauvreté Claire, doit donner un bal costumé au théâtre des Champs-Elysées. Voici ce qu’est cette Misère Noire à qui Roif de Maré offrira, le 17 février, une hospitalité dorée : « La Misère Noire est un association d’artistes en art religieux au régime aristocratique, aux sentiments guerriers fondée par le peintre Polissadiw-Cyrille de la Rosace. Aussi l’appelle-t-on assez souvent « La Jeune Rosace ».

Le but de l’association : Art spirituel aux tendances larges, populaires, universelles, modernes — et la bonne humeur lui attira immédiatement l’animosité des confrères archaïsant et fut rejetée par eux dans la misère noire d’où notre mouvement fit son apparition avec l’exposition « au Sacre du Printemps ».41 » La devise de la confrérie La Misère Noire était comme : « L’Art au peuple, l’argent aux artistes, la gloire à Dieu ».

La même année, en 1926, Polissadiw noua une collaboration étroite avec le compositeur français Claude Duboscq (1897-1938)42. Il a réalisé les illustrations pour son poème musical « Pendant une nuit obscure: monodies d’après Saint Jean de la Croix: traduction poétique et musicale pour voix moyenne »43.

On trouve les informations suivantes à propos de cette collaboration dans les ouvrages académiques et les sites français de vente aux enchères :

« En 1927 Marie Vassilief (la peintre émigrée russe à Paris) suggère à Duboscq le thème d’un divertissement sacré, un triptyque évoquant l’Ancien Testament, le Nouveau et les temps futurs. Ce Divertissement sacré devant être donné au cours d’une soirée de bienfaisance au théâtre des Champs-Elysées. Polissadiw imagina de lui donner comme titre, Le Bal de la Misère Noire. Dans son esprit, le « gratin » parisien était convié à venir se divertir aux dépens des pauvres russes exilés. L’esprit d’amertume que masquait ce titre provocateur offusqua. »44 Le chant choral du Bal est pour sa part assuré par les Chanteurs Ukrainiens de Paris45. La Misère Noire a prévu de donner le bal au Théâtre des Champs-Elysées, le 17 février 1927, sous la présidence d’honneur de M. Rolf de Maré46.

Théâtre des Champs-Élysées, jeudi 17 février 1927. Bal costumé de la misère noire : [affiche] / lithographie de Cyrille Polissadiw et Guy-Jean Selz
Théâtre des Champs-Élysées, jeudi 17 février 1927. Bal costumé de la misère noire : [affiche] / lithographie de Cyrille Polissadiw et Guy-Jean Selz, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531456875#

En dépit de l’originalité du concept du Bal de la Misère-Noire, qui doit avoir lieu le 17 février 1927 au Théâtre des Champs-Élysées, l’idée n’est pas soutenue et suscite des réactions pour les moins mitigées47. Le comité central des chômeurs de Paris (notamment le groupe d’ouvriers parisiens) menace de manifester si cette soirée, qu’il considère comme une véritable offense aux « vrais misérables », avait lieu. La presse parisienne relate l’incident, la politique s’en empare et Albert Sarraut, le ministre de l’Intérieur de la République Française dans les années 1920, interdit Le Bal de la Misère Noire48.

L’échec de cette idée n’empêche pas les tentatives de Polissadiw qui songe à « ressusciter sur le sol français les traditions esthétiques de l’Ukraine. »49 Finalement le Bal de la Misère Noire est monté en province, en février 1928 et est un beau succès50. La même année, en 1928, Polissadiw a présenté sa « Galerie des ancêtres ukrainiens » dans une projection en couleur sur la Côte d’Azur, à Nice51.

L’Association des Artistes ukrainiens à Paris

Le 29 décembre 1928 Polissadiw organise « le Gala Ukrainien » de bienfaisance au Ciné-Latin à Paris, au profit de la Caisse de Secours des peintres ukrainiens à Paris. Au programme de cette entreprise figure « L’Art Immobile sur l’Ecran. » D’après la presse française, il s’agit d’une « tentative intéressante pour donner à la peinture le caractère populaire des distributions cinématographiques. »52 Dans d’autres revues françaises de l’époque, on trouve une intéressante polémique entre la rédaction de « La Rampe » et « l’intellectuel, l’homme de pensée, Slave des grandes idées Polissadiw »à propos du « cinéma comme l’art » ainsi que l’article originel de Polissadiw intitulé « Le cinéma est-il un art ? »53.

En 1929, Il fonde l’Association des Artistes ukrainiens à Paris (Soiouz Ukraînskykh Mystsiv u Paryzhi), qu’il dirige de 1929 à 193154. Après la presse ukrainienne, il a particulièrement contribué à la mobilisation des peintres ukrainiens demeurant à l’époque dans la région parisienne55. Comme V. Marcadé le montre dans son ouvrage, si tous les membres de cette organisation avaient beaucoup d’idées, il leur manquait des ressources matérielles. Polissadiw, lui-même, « se débattait dans les difficultés financières. »56

C’est grâce à l’aide d’un médecin français, le Docteur Germain, « l’homme d’une générosité admirable » que Polissadiw a pu continuer de pratiquer ses prouesses d’art57.

A la fin des années 1920, Polissadiw randonnait à travers la campagne française, « toujours en tunique, coiffé d’un turban, transportant à pied dans une charrette une lanterne magique pour faire les démonstrations de son invention dans les petites bourgades de province. Il s’agissait de montrer les images colorées de sa composition qui, projetées sur l’écran par la lanterne magique, glissaient de façon ininterrompues comme des dessins animées. A Paris même, Polissadiw répéta ces séances, essuyant invariablement des cruels revers.58 »

Années 1930 : la naturalisation en France

Selon le Journal officiel du 22 mars 1931, Polissadiw obtient la nationalité française.

Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 22 mars 1931, p. 3233
Journal officiel de la République française. Lois et décrets, 22 mars 1931, p. 3233, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k20291410/f17.item

Dans les années 1930 il emploie les pseudonymes de Polissadiw-Charlay ainsi que Pol Dives59.

La dernière mention publique concernant Polissadiw date de 1934, dans le contexte de la déclaration pour la « Réhabilitation de l’art et de l’artiste en France.»60 Dans les  années 1930, il se retire de la vie publique61 et s’installe sur la Côte d’Azur, à Nice, où il réalise des installations artistiques. On ne trouve  plus de  trace de son parcours public après cette date.

Il serait revenu dans la Ville Lumière à la veille de la Seconde Guerre Mondiale pour s’y installer et travailler à nouveau à la Ruche, ce que suggérerait son acte de décès, ou figure son adresse, juste à côté de la Ruche, cité d’artistes du 15e arrondissement de Paris.

Grâce à recherches menées dans les Archives de Paris on apprend que Polissadiw est décédé à Paris le 26 Décembre 1940, à 12h, au 96 de la rue Didot. Selon l’acte de décès, il a été domicilié à Paris, dans le 15e arrondissement, Passage Danzig, 2. Son décès était déclaré le 29 Décembre 1940 non pas par ses proches, mais par un employé de l’hôpital Broussais, Stanislas Hélène62. D’après V. Ghika, la raison de sa mort était un assassinat, pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans des circonstances mystérieuses63.

Acte de décès de Wladimir Polissadiw. Source: Archives de Paris
Acte de décès de Wladimir Polissadiw. Source : Acte de décès N 6117, Archives de Paris, 1940, Décembre 29. 

Le corps de Polissadiw est enterré dans le cimetière parisien de Thiais, le jour de l’An, le 1er janvier 194164

Ainsi, « le chemin de croix » de « l’homme insaisissable », Wladimir Polissadiw, s’est achevé à Paris, la ville de naissance de son père, et où son fils trouvera la mort.

Ouvrages d’auteur : W. Polissadiw, Le Livre d’Or de Rosace (Manuscrit inédit). Paris, 1926.

Remerciements

Je tiens à remercier vivement le Gouvernement Français, le Collège de France (dans le cadre du programme/concours international PAUSE Urgence Solidarité Ukraine, dont j’étais le lauréat en 2022), la BnF (notamment – la Présidente de la Bibliothèque, Mme la Présidente Laurence Engel, ainsi que Dr Géraldine Chatelard (le référent du programme PAUSE) pour leur financement, l’accueil et le suivi de mon travail de recherche au sein de la BnF.

Je tiens à remercier profondément mes collègues du Département Droit, Economie, Politique (DEP) : Dr Philippe Mezzasalma, Colette Laspalles, et notamment, Dr Sylvie-Marie Steiner, pour leur relecture, et les commentaires de cet article. Je voudrais remercier aussi mon collègue Felix Dutu du DEP pour ses commentaires et éclaircissements concernant les liens Roumains du parcours de Polissadiw.

P.S. Je tiens à remercier aussi Hélène Martinelli, Maîtresse de conférences de l’ENS de Lyon, pour ces commentaires et les sources supplémentaires concernant le parcours artistique de Polissadiw à Paris (suite à nos échanges et la discussion lors du colloque international au sein d’INALCO (Juin 2023).

Notes



Citer ce billet
SERHIY BLAVATSKYY (2023, 14 juillet). Wladimir Polissadiw : à la redécouverte d’un artiste franco-ukrainien. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3xz

  1. Selon l’étude de la chercheuse suisse V. Marcadé, L’Art d’Ukraine, Polissadiw est né à Saint-Petersbourg, d’une mère ukrainienne et d’un père général de l’armée impériale russe, « il n’oubliait jamais leur origine qui remontait au temps des hetmans des cosaques.» (Marcadé, Valentine. Art d’Ukraine. Lausanne : L’Age d’Homme, 1990, p. 228). []
  2. Yon Polissadow, Né à Paris (12/03/1853) – mort à Saint Petersburg (18/03/1909). Selon Le Nouveau Larousse illustré. Dictionnaire universel encyclopédique publié sous la direction de Claude Augé, 14 volumes + 1 supplément, Paris : Larousse, (années 1900). « YON (saint) en latin Ionius ou Alonius, prêtre et martyr, un des principaux disciples de saint-Denis (premier évêque de Paris). Reçu le martyr sur le mont Yon qui reçut son nom à un mille des rives de l’Orge. » []
  3. L’Archive historique d’État de la Russie (RGIA) : F. 789, Opis’ 13. 1909, Document 45 ; ХРЗ. – Cité après la source en ligne disponible sur le site : Wladimir Polissadiw-Charlai : <https://www.geni.com/people/Wladimir-Polissadiw-Charla%C3%AF/6000000039099118682>. []
  4. Marcadé, Ibid., p. 228. []
  5. L’Académie Impériale d’Arts (Saint Petersburg) était à l’époque l’établissement d’art le plus renommé de l’Empire Russe. []
  6. Voir, url : <https://www.geni.com/people/Wladimir-Polissadiw-Charla%C3%AF/6000000039099118682>. Voir aussi le lien sur le site : Polissadow Wladimir Ionovitch, url : <http://www.artrz.ru/authors/1804822439/1804785882.html> (en russe). []
  7. « Genialniie rebiata » [Les Garçons/Enfants Ingénieux], Russkoie Slovo, Moscou, 1909, avril, vol. 18, n° 05. []
  8. Publié en Roumain : V. Postelura, Actualitatea creștină, nr. 6 / 2022, p. 27. Cité d’après de la source disponible en ligne, url : <https://www.vladimirghika.ro/wladimir-polissadiw>. []
  9. « Uniate », Églises uniates, fractions d’Églises de la communion orthodoxe qui ont rétabli la communion avec l’Église catholique romaine, la plus ancienne (XVIe s.) et la plus importante étant celle des Ruthènes ukrainiens, dont la plupart des membres ont dû quitter l’U.R.S.S. (On dit aussi Églises grecques-catholiques, grecques-unies.). Source : Le Dictionnaire Larousse en ligne, url : <https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/uniate/80539>. []
  10. Après la naturalisation en France, à Paris en 1931, sa femme, Xenia a francisé nom en Selevine. Voir le décret de naturalisation dans le Journal Officiel de la République française, Lois et décrets, Paris, 1931, 22 mars, p. 3237. []
  11. Susak, Vita, Les artistes ukrainiens à Paris: 1900-1939, Kyiv : Editions Rodovid, 2012 ; Lunatchatskyi, A. V., « Художники во время войны (Les peintres pendant la guerre) », Kievskaîa Misl’, Kiev, 1915, 16 Avr. (en russe). []
  12. Susak, Vita, Les artistes ukrainiens à Paris: 1900-1939, Kyiv : Editions Rodovid, 2012 ; Marcadé, V., Ibid., p. 228 ; François Laignier, Henri Charlier, peintre et sculpteur (1883 – 1975), p. 17. Cité d’après : <http://www.presencedescharlier.org/biographie/vie_hc_mai2009.pdf>. []
  13. Source : <https://www.vladimirghika.ro/wladimir-polissadiw>. []
  14. Surtout dans la culture millénaire ukrainienne. []
  15. François Laignier, Henri Charlier, peintre et sculpteur (1883 – 1975), p. 17. []
  16. Sussak, Ibid., 2012,  p. 176. []
  17. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir dans les Archives du Salon des Indépendantes de Paris. []
  18. Disponibles aussi sur Gallica. Voir aussi la brochure éphémère publiée par La Misère Noire à Paris, redécouvert par nous à la BnF. []
  19. Juste à côté de son fondateur, Jacques Brasilier (Frère Angel) (1883-1965). []
  20. Lunačarskij, Anatolij, (11/23/1875, Poltava (auj. Ukraine) – 12/26/1933, Menton (Alpes-Maritimes), France) – publiciste, critique littéraire et d’art, révolutionnaire, homme politique, commissaire de l’Instruction Populaire en Union Soviétique (URSS) d’octobre 1917 à 1929, dramaturge, traducteur,  académicien. De 1911 à 1915 il séjourna à Paris et travailla comme vacataire au sein du musée du Louvre. Voir plus sur ce sujet, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb134832006>. []
  21. Marcadé, V. Art d’Ukraine, p. 230. []
  22. « Art religieux et art religieux », Comoedia, Paris, 1926, Nov. 9, p. 2. Disponible sur Gallica. []
  23. La Misère Noire, p. 7. []
  24. Notes d’art et d’archéologie, Paris, 1923, 1 Juillet, p. 28. Disponible sur Gallica, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k60691215/f14>. []
  25. « Wladimir Polissadiw », Revue moderne des Arts et de la vie, Paris, 1921, 28 Févr., p. 14. []
  26. Sophie Marcadé, Art Ukrainien, p. 228 ; Lounatscharskii, A. V., « Художники во время войны » (Les peintres pendant la guerre), Kievskaîa Misl’, Kyiv, 1915, 16 Avr. []
  27. La Misère Noire, p. 5. []
  28. Ibid., p. 5. []
  29. Icônes dites parsuna. La définition de « parsuna » est un concept déformé de mots tels que « personne » et « personnalité ». Il vient du mot Latin « persona. » Pour aller plus loin sur ce sujet : Beleckij, Platon, « Le portrait dans la peinture ukrainienne (« Parsuna ») des XVIIe et XVIIIe siècles », Cahiers du monde russe et soviétique, 1960, Juillet-décembre, vol. 1, n° 4, p. 630-636. DOI:  https://doi.org/10.3406/cmr.1960.1447. []
  30. Marcadé, Ibid., p. 228. []
  31. « Notre Dame de Compassion », La Gruyère, Bulle, 1922, 7 Mars, n° 19, p. 3. []
  32. Pour aller plus loin sur ce sujet : Blavatskyy, S. « The Ukrainian francophone press in Switzerland », dans : Ukrainian Journalism : History and Modernity, LAP LAMBERT Academic Publishing, 2020. []
  33. Qui a été publié et édité par V. Stepankivskyi à Lausanne en 1915-1921, Ibid. []
  34. Dirigé à l’époque par le célèbre aristocrate Ukrainien, publiciste, peintre, mécène, pacifiste, militant catholique, le Comte M. S. Tyszkiewicz (1857-1930). []
  35. Blavatskyy, S., Ibid., 2020 ; Blaser, F., Bibliographie der Schweizer Presse mit Einschluss des Furstentums Liechtenstein. Basel, 1956. 1. Vol., p. 170. []
  36. Batchinsky E., « Ucrainica en Suisse », Ukraine, Paris, 1950 ; Marcadé, Valentine, Art d’Ukraine, Lausanne, 1990, p. 228-230 ; Susak, V., Les artistes ukrainiens à Paris, Kyiv, 2012 ; « Notre Dame de Compassion », La Gruyère, Bulle, 1922, 7 mars, n° 19, p. 3. []
  37. Marcadé, V., Ibid., p. 229. []
  38. « Crimes et contes. Pol Dives », url : <https://editions-prairial.fr/images/19testament/extrait-testament.pdf>. On trouve sur les sites de ventes aux enchères Européens, et en particulier, en France, des exemples de « vitromagie », par exemple, « Le Chemin de la Croix », encadrée sous verre, avec au dos la photographie d’un tableau dédicacée avec envoi « A mon cher ami Duboscq, à l’artiste en toute admiration et affection. » []
  39. Corbiau, Simone, « Les artistes Ukrainiens à Paris », L’Ukraine Nouvelle, Paris, 1929, n° 5 (15), p. 4. Le journal est disponible à la BnF, : JO-51249. []
  40. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir la brochure La Misère Noire, p. 8-12. []
  41. «La misère noire», La Lanterne, Paris, 1927, 11 Févr., p. 3. Disponible sur Gallica. []
  42. Selon les archives, la correspondance entre Claude Duboscq (1897-1938) et Polissadiw est disponible en France, en région parisienne. []
  43. « Pendant une nuit obscure : monodies d’après Saint Jean de la Croix : traduction poétique et musicale pour voix moyenne ». Voir l’exemplaire détenu par la BnF : RES VMC-185. []
  44. Cité d’après le Catalogue définitif de vente: autographes & souvenirs historiques : Autographes, manuscrits, cartographie, cartes postales. Maître  Rouillac. Tours, vente du 17 Mars 2020 à 14:00. Disponible sur le site : https://docs.prod-indb.io/2020/02/27/183740_527263186_8b773fbbe1b652d354e63b864d72c210.pdf. []
  45. Roger Delage (1981) « Un compositeur à redécouvrir : Claude Duboscq musicien mystique et devancier d’un théâtre nouveau Chant Choral, 29, p. 16. Fonds d’Archives privé, Collection Claude Bernès, Paris. []
  46. « Le bal de la Misère Noire »,  Revue du vrai et du beau : lettres et arts, 1927, 25 Févr. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6361719d/f5> ; Voir aussi l’affiche disponible sur Gallica : «Théâtre des Champs-Élysées, jeudi 17 février 1927. Bal costumé de la misère noire : [affiche] / lithographie de Cyrille Polissadiw et Guy-Jean Selz.Lien, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42337397m> et « Un Bal de Charité au Théâtre des Champs Elysées », Le Rappel, Paris, 1927, 12 Févr., p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7552048f/f3.item>. []
  47. Richard, Julie, Ibid., p. 100-101. Voir auss i: Roger Delage, « Un compositeur à redécouvrir: Claude Duboscq musicien mystique et devancier d’un théâtre nouveau Chant Choral », 1981, 29, p. 15. Fonds d’Archives privé, Collection Claude Bernès, Paris. []
  48. Richard, Julie, Ibid., p. 102. []
  49. Marcadé, Ibid., p. 230. []
  50. Cité d’après Catalogue définitif de vente : autographes & souvenirs historiques : Autographes, manuscrits, cartographie, cartes postales, Maître  Rouillac. Tours, vente du 17 Mars 2020 à 14:00. Disponible sur le site : https://docs.prod-indb.io/2020/02/27/183740_527263186_8b773fbbe1b652d354e63b864d72c210.pdf. []
  51. Sussak, V., Les artistes ukrainiens à Paris, 2012. []
  52. « Bienfaisance », Les Potins de Paris, Paris, 1928, 30 Déc., p. 14. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5549481x/f14.item>. []
  53. « La Chronique du Cinéma », La Rampe, 1928, Nov. 15, p. 24. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5731086b/f26.image> []
  54. Simone Corbiau, « Les Artistes Ukrainiens à Paris », L’Ukraine Nouvelle, Paris, 1929, ,° 5 (15), p. 4 ; Marcadé, V., Ibid., p. 230. []
  55. Corbiau, Ibid., 1929, p. 4. []
  56. Marcadé, V., Ibid., p. 230. []
  57. Marcadé, V., Ibid., p. 230. []
  58. Marcadé, V., Ibid., p. 231. []
  59. Pol Dives – tirés de Pollissadiw. Source : « Crimes et contes. Pol Dives », url : <https://editionsprairial.fr/images/19testament/extrait-testament.pdf>. []
  60. Emmanuel Mounier, « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », Esprit, 1er oct. 1934, vol. 3, n° 25, p. 23. []
  61. Il s’éloigne aussi de la communauté ukrainienne en France suite aux intrigues de ses compatriotes à Paris. []
  62. Acte de décès N 6117, Archives de Paris, 1940, Décembre 29. []
  63. Voir url : <https://www.vladimirghika.ro/wladimir-polissadiw>. []
  64. Archives de Paris, Acte de décès de Wladimir Polissadiw. []

SERHIY BLAVATSKYY

Chercheur confirmé invité dans le cadre du programme PAUSE, lauréat du Programme/Concours PAUSE Urgence Solidarité Ukraine (sous les auspices du Collège de France) 2022/2023 Affecté au service de la Presse de la BnF

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. GAUDIER dit :

    Bonjour,
    Merci pour votre passionnante recherche
    Je possède une icône de la vierge et l’enfant
    Signée W Polissadiw
    Inscription SECVNDVM LVCAM sous la signature
    Si vous êtes intéressé(e), je vous envoie très volontiers une photo
    S’agit-il du même artiste? Mystère…
    Cordiale salutations
    G. Gaudier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search