L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale dessinée en 1887

L’arcade Colbert de la rue éponyme a déjà été évoquée à plusieurs reprises dans ces pages, notamment sa destruction en 18301.

Le maigre corpus d’images représentant les restes de l’arcade après sa destruction compte un dessin de 1887, conservé au Musée Carnavalet, dû au graveur Jules-Adolphe Chauvet (1828-1898), artiste décrit par Henri Beraldi dans Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes en ces termes :

CHAUVET (Jules-Adolphe), né à Péronne le 29 septembre 1828. Élève de Ciceri, de l’âge de quinze ans à celui de dix-huit ; puis engagé volontaire et sous-officier aux chasseurs d’Afrique. A son retour en France, en 1855, il fut employé dans l’administration des Petites-Voitures. Après quoi il se remit au dessin, faisant d’abord des modèles pour la « chromo » et des vignettes pour les libraires-éditeurs, avec lesquels ses relations se développèrent.
Il a beaucoup produit.

Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle : guide de l’amateur d’estampes modernes, Paris : Conquet, 1886, vol. 4 : Brascassat – Chéret, p. 165-166. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550056605/f368.item>.

Le dessin de Jules-Adolphe Chauvet montre la rue Colbert depuis la rue Vivienne, avec un coin de la Bibliothèque nationale sur la gauche du dessin et la rue de Richelieu en arrière-plan au fond. L’artiste nous montre une rue pavée à rigole centrale, animée de piétons d’allure bourgeoise, quatre hommes et deux femmes. Un homme urine contre le mur de ce qui reste de l’Hôtel de Nevers qui avait abrité le salon de la marquise de Lambert, puis le Cabinet des médailles. Au dessus de la porte cochère de la maison dite de l’abbé Barthélemy se dresse un drapeau tricolore que l’artiste a rehaussé d’un peu de couleur rouge et bleue.

"Troncon de la Bibliothe / Nationale, rue Colbert / (la rue Richelieu au fond) / 2e arrt. quartier Vivienne / JA Chauvet / 7bre 1887." CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
“Troncon de la Bibliothe / Nationale, rue Colbert / (la rue Richelieu au fond) / 2e arrt. quartier Vivienne / JA Chauvet / 7bre 1887.” CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Le même point de vue de Jules-Adolphe Chauvet fut adopté pour une gravure parue dans L’Illustration en 1868, donnant à voire la rue avec l’arcade Colbert intacte. Cette vue, dont la largeur de la voie est exagérée comme l’échelle des bâtiments, permet d’identifier la même porte cochère avec cependant un entablement en plein-cintre, et non à fronton comme dans le dessin, et le même éclairage urbain en applique :

M. S., « L'arcade Colbert », L'Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56
M. S., « L’arcade Colbert », L’Illustration, journal universel, 25 juillet 1868, n° 1326, p. 56. Disponible sur Internet, url : <https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/images/index.php?refphot=CISB0568>.

Lorsqu’Atget photographie les restes de l’Hôtel de Nevers, le drapeau tricolore est encore dressé sur la porte cintrée.

Restes de l'Hôtel de Nevers : rue Colbert : [photographie] / [Atget]
Restes de l’Hôtel de Nevers : rue Colbert : [photographie] / [Atget], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10516917c

Commerçants du 71 rue de Richelieu

Dans la rue de Richelieu, le dessin de 1887 permet de distinguer une charrette qui passe. Au fond, se situe une maison à quatre étages et mansardes portant des inscriptions annonçant les commerces qui y sont situés : de haut en bas, entre le 3e et 4e étage, on lit : “DERBECQ TAILL[EUR]”. Entre le 2e et 3e étage, l’immeuble annonce la présence d’un “DENTISTE”. Entre le 1er et le 2e étage, les enseignes portent : “BERNIER- A[…]”, “ETOFFES pour MEUBL[ES]”. Enfin, entre le rez de chaussée et le premier, on lit “CULOTIER Mon GEIGER”.

La gravure de L’Illustration permet de distinguer un véhicule hippomobile devant la “MAISON GEI[GER]” mais cette fois écrit en toutes lettres et entre le premier et le 2e étage, de nouveau la mention “BERNIER”. Les dix neuf années qui séparent les deux illustrations n’ont donc pas modifié l’apparence de l’immeuble désormais disparu puisqu’il a laissé la place au bâtiment Louvois de la Bibliothèque nationale qui a hébergé le département de la Musique de 1964 à 2022.

Le tailleur Derbecq

Le Didot-Bottin de 1887 nous renseigne sur l’enseigne la plus haute de l’immeuble du 71 de la rue de Richelieu. Il s’agit de Derbecq, « éditeur du Progrès du tailleur ou l’Art d’apprendre à couper seul par le système de mesurage de Ch. Chevallier », dont l’entrée se faisait par le 2 rue Louvois.

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 2015.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 2015. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3200298g/f2220.item>.

Ch. Chevallier est par ailleurs référencé parmi les professeurs de coupe :

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 1901.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 1901. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3200298g/f2106.item>.

En 1889, selon le Didot-Bottin, le tailleur Derbecq est toujours au 2 rue Louvois :

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 311.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 311. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3200298g/f345>2.
Le progrès du tailleur ou L'art d'apprendre à couper seul : par le système de mesurage de C. Chevallier, Paris : impr. de A. Lacour, 1856-1860, 1 vol. (272 p.) : fig. ; in-fol.
Le progrès du tailleur ou L’art d’apprendre à couper seul : par le système de mesurage de C. Chevallier, Paris : impr. de A. Lacour, 1856-1860, 1 vol. (272 p.) : fig. ; in-fol., https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1305942

L’éditeur semblait spécialisé dans les ouvrages sur la coupe des vêtements puisqu’il édita en 18903.

En 1893, dans l’annuaire Paris-adresses, le tailleur Derbecq a déménagé au 20 de la rue Richelieu4.

Le médecin-dentiste Bazire

Le dentiste qui a installé son cabinet au 2 rue Louvois était le médecin-dentiste Bazire qui fut remplacé par Fabien Saint-Hilaire.

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 1180
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 1180. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9685861g/f1424.item>.

L’Almanach général de médecine pour la ville de Paris de l’année 1845 recense un dentiste Bazire dans le 2e arrondissement qui participe au « Service de santé des bureaux de charité »5.

Le même Almanach nous apprend qu’il fut fait officier de santé le 19 novembre 1827, en indiquant que « Ce titre s’acquiert par la réception devant un jury médical, dans les formes indiquées au titre III de la loi du 10 mars 1803 et au titre VI de l’arrêté du 9 juillet suivant. » :

Almanach général de médecine pour la ville de Paris de l'année, Paris : Fortin Masson, 1845, p. 361.
Almanach général de médecine pour la ville de Paris de l’année, Paris : Fortin Masson, 1845, p. 361. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/almanachgnra00pari/page/360/mode/2up>.

Le dit Bazire, précédemment logé au 46 rue de Richelieu, fabriquait aussi la « liqueur et poudre Maury-Bazire » qu’il déposait chez son successeur Fabien Saint-Hilaire, au 2 rue Louvois.

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 1180.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 1180. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9685861g/f1424.item>.

Maury-Bazire, dentiste du bureau de bienfaisance du 2e arrondissement, ancien dentiste de l’École polytechnique, fut l’auteur d’un Traité d’hygiène dentaire, des propriétés et de l’emploi des dentifrices, avec tableau synoptique de la dentition à l’usage des gens du monde6, qu’il présente comme comprenant « quelques Avis aux mères de famille sur les précautions que nécessite chez les enfants l’époque de la dentition, et quelques Conseils aux gens du monde sur les soins de la bouche. »

L’ouvrage est référencé par Théophile David (1851-1892) dans sa Bibliographie française de l’art dentaire7.

En 1836, le sculpteur Jean Pierre Dantan (dit Dantan Jeune) (1800-1869) fit un portrait sculpté du médecin Maury-Bazire :

Jean Pierre Dantan (dit Dantan Jeune) (1800-1869), Portrait sérieux du médecin, Maury-Bazire, En 1836, C0 Paris Musées / Musée Carnavalet - Histoire de Paris
Jean Pierre Dantan (dit Dantan Jeune) (1800-1869), Portrait sérieux du médecin, Maury-Bazire, en 1836, C0 Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Maison Bernier et Cie

Le Didot-Bottin de 1887 ne recense aucun Bernier rue de Richelieu mais au 2 rue Vivienne.

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 174.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1887, p. 174. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9685861g/f234.item>.

La maison Bernier et Compagnie a édité un catalogue intitulé Étoffes nouvelles pour ameublements (de la Maison Bernier et Cie), Fabrique de passementerie et Ameublement Camille Weber, 15, rue Poissonnière, Paris, 1878, dont les planches furent dessinées et/ou éditées par Désiré Guilmard (1810-1885).

Maison Geiger

La maison Geiger, de « tailleurs-chemisiers, culottiers-guêtriers », comme le montrent des factures des années 1890-1891, avait reçu des médailles lors d’expositions internationales ou universelles (Paris en 1855, Londres en 1862, Paris en 1867) :

En-tête d'une facture de la Maison Geiger, 1891.
En-tête d’une facture de la Maison Geiger, 1891.

La maison Geiger appartenait à Joseph Geiger qui logeait en 1887 au 45 de la rue Taitbout8. Le 12 février 1887, elle faisait paraître une publicité dans Le Sportsman :

Le Sportsman, 12 février 1887, n° 7, p. [2].
Le Sportsman, 12 février 1887, n° 7, p. [2]. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k32701166/f2.item>9.

En 1893, dans l’annuaire Paris-adresses, les frères Geiger figurent dans la rubrique des « culottiers »10 et des « guêtriers »11.

Jules Claretie évoque « les boutons des vêtements de chasse de la maison Geiger » :

Le temps de jeunesse ! L’enfant de Mortagne, devenu élève des Beaux-Arts, travaillait chez Jouffroy à la sculpture, chez Oudiné à la gravure. C’était l’heure où le futur statuaire du buste de Joseph Bertrand — une œuvre hors de pair — et le futur médailleur de tant de profils illustres gravait des têtes de renards ou de loups pour les boutons de vêtements de chasse de la maison Geiger.

Claretie, Jules (1840-1913), La vie à Paris : 1880, Paris : V. Havard, 1880, p. 100. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/lavieparis18801906clar/page/100/mode/2up>.

71 rue de Richelieu versus 2 rue Louvois

Comme le dit un article publié à l’occasion de l’installation du département de la Musique au sein du nouvel immeuble construit au 71 rue de Richelieu, à la place de la Maison Geiger :

[…] quelques estampes venues de l’Opéra ou du Cabinet des estampes figuraient les maisons qui occupèrent l’angle des rues Louvois et Richelieu, rappelant qu’à cet emplacement demeura de 1903 à 1925 un curieux et sympathique éditeur de musique, M. Demets, qui a peu produit mais à qui l’on doit les Jeux d’eau, la Pavane, les Miroirs de Ravel, qui en outre publiait un excellent Courrier musical, patronnait une société de concerts de musique ancienne, et avait su rendre sa maison accueillante aux musiciens qui aimaient à s’y retrouver.

« Les nouveaux locaux du Département de la musique de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1964, n° 8, p. 323-332. Disponible sur Internet, url : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1964-08-0323-001>.

L’immeuble qui précédait celui qui fut construit spécialement pour accueillir le département de la Musique se devine à droite d’un dessin représentant l’ancien opéra de la rue de Richelieu :

Fichot, Michel Charles (Troyes, 06–06–1817 - Paris, 07–07–1903), dessinateur, L'ancien opéra de la rue de Richelieu, 2ème arrondissement, D.9179(99). CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris
Fichot, Michel Charles (Troyes, 06–06–1817 – Paris, 07–07–1903), dessinateur, L’ancien opéra de la rue de Richelieu, 2ème arrondissement, D.9179(99). CCØ Paris Musées / Musée Carnavalet – Histoire de Paris

Le photographe Charles Joseph Antoine Lansiaux (1855-après 06-04-1939), lors de son reportage sur la rue Colbert effectué en 1916, prit en photo l’immeuble qui faisait le coin du 71 rue de Richelieu et du 2 rue Louvois :

La photographie montre qu’à la date de prise de vue, le toit de l’Hôtel de Nevers était en cours de réfection. Sur l’immeuble du 2 rue Louvois, l’entresol propose des « Salons et cabinets » et entre le premier et le 2e étage la fin d’une enseigne laisse deviner les lettres « […]MES ».

Angle de la rue Louvois et de la rue de Richelieu avec vue sur l'Hôtel de Nevers, 2023 © Olivier Jacquot
Angle de la rue Louvois et de la rue de Richelieu avec vue sur l’Hôtel de Nevers, 2023 © Olivier Jacquot

Cet immeuble d’habitation a logé le bijoutier Antoine Joseph Bricteux ou le graveur Thomas-Casimir Regnault (1823-1871) qui y décède le 10 décembre 1871, ou encore le couple Marcel Sembat (1862-1922) et son épouse la peintre Georgette Agutte (1867-1922) qui y résidaient en 1894.

L’Annuaire-almanach du commerce par rues de Paris permet d’identifier les résidents du 2 rue Louvois en 1889 :

Annuaire-almanach du commerce, de l'industrie, de la magistrature et de l'administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 2390.
Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’administration : ou almanach des 500.000 adresses de Paris, des départements et des pays étrangers : Firmin Didot et Bottin réunis, Paris, 1889, p. 2390. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3200298g/f2687.item>.
  • Avalle, tailleur.
  • Bazire (F. Saint-Hilaire, successeur), chirurgien-dentiste.
  • Blanche, huissier.
  • Bouleron (Mlle), robes.
  • Brié, vins.
  • Derbecq, tailleurs.
  • Geiger (J. et E.), tailleursculottiers, et Richelieu, 71.
  • Gourdin, fleuriste.
  • Grosdidier, tailleur.
  • Lemarié, tailleur.
  • Lévy (Gabriel), sellierharnacheur.
  • Millet, imprimeurlithographe.
  • Murator, tailleur.
  • Renders, plaqueur.
  • Saint-Hilaire (Fabien), chirurgien-dentiste.

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 1 août). L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale dessinée en 1887. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m3yb

  1. Voir : Jacquot, Olivier, « L’arcade Colbert de la Bibliothèque nationale », Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, 31 décembre 2022. Disponible sur Internet, url : <https://bnf.hypotheses.org/23773>. []
  2. Derbecq figure aussi cité dans la partie par adresse de l’annuaire, p. 2390. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3200298g/f2687.item>. []
  3. Sicard, Pierre, Le Coupeur de l’avenir : théorie scientifique et pratique de la coupe du vêtement, à l’usage de toutes les catégories du métier / par Pierre Sicard, avec la collaboration de M. Derbecq,…, Paris : chez M. Derbecq, 1890-1891, 2 vol. (128 p., 92 p.) : ill. ; in-4°. 50 francs []
  4. Paris-adresses : annuaire général de l’industrie et du commerce : corps constitués, administrations, professions libérales, propriétaires, rentiers, etc… de Paris et du département de la Seine, Paris : E. Deussay, 1893, p. 324. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14154648/f387.image.r=derbecq>. Il figure aussi dans la rubrique des « tailleurs », p. 1549. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14154648/f1612.image.r=Derbecq>. []
  5. Almanach général de médecine pour la ville de Paris de l’année, Paris : Fortin Masson, 1845, p. 160-161. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/almanachgnra00pari/page/160/mode/2up>. []
  6. Maury-Bazire, Traité d’hygiène dentaire, des propriétés et de l’emploi des dentifrices, avec tableau synoptique de la dentition à l’usage des gens du monde, Paris : l’auteur, 1851, 1 vol. (32 p.) ; In-16. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5626474j>. []
  7. Paris : Félix Alcan, 1889, 1 vol. (VIII-307 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/BIUSante_APHPF00094>. []
  8. En 1893, dans l’annuaire Paris-adresses, un rentier du nom de Bazire réside au 45 de la rue Taitbout. Voir : Paris-adresses : annuaire général de l’industrie et du commerce : corps constitués, administrations, professions libérales, propriétaires, rentiers, etc… de Paris et du département de la Seine, Paris : E. Deussay, 1893, p. 124. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14154648/f187>. []
  9. Des publicités équivalentes sont également parues dans La France chevaline. []
  10. Paris-adresses : annuaire général de l’industrie et du commerce : corps constitués, administrations, professions libérales, propriétaires, rentiers, etc… de Paris et du département de la Seine, Paris : E. Deussay, 1893, p. 1152. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14154648/f1215.image.r=geiger>. []
  11. Paris-adresses : annuaire général de l’industrie et du commerce : corps constitués, administrations, professions libérales, propriétaires, rentiers, etc… de Paris et du département de la Seine, Paris : E. Deussay, 1893, p. 1257. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14154648/f1320.image.r=geiger>. La médiathèque de Roubaix conserve un catalogue de la maison de Geiger de 27 p. et la librairie Rodolphe Chamonal en vend un : J. & E. Geiger, 71, rue de Richelieu, Paris. Ateliers : Place Louvois, 2, [Paris], [ca 1892] (Imp. P. L. Morin), 1 vol. (12 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.chamonal.com/book/12063>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search