Les cariatides de la Galerie Mansart de la Bibliothèque impériale

Construite par l’architecte François Mansart de 1644 à 1646, la « galerie Mansart » de la Bibliothèque nationale de France, abritait à l’origine les collections de sculptures antiques du Cardinal Mazarin alors que la « galerie haute », l’actuelle Galerie Mazarine, fut conçue pour abriter les plus belles pièces de sa collection de peintures, sculptures et meubles de grand luxe. Roger-Armand Weigert indique qu’ « En même temps que les antiques de Mazarin, statues et bustes, la galerie basse montrait des cabinets et des coffres de la Chine, des meubles recouverts d’étoffes de gros de Tours, brodées « fasson dudit La Chine », ainsi que des pots de faïence d’Extrême-Orient, semblablement énumérés par un inventaire inédit.1 »

Une célèbre gravure de 1659, dont le portrait est dû à Robert de Nanteuil, présente le Cardinal Mazarin devant sa « galerie haute » :

Le Cardinal Mazarin devant sa galerie, gravure de Robert de Nanteuil, 1659
© BnF - département des Estampes et de la photographie 
Le Cardinal Mazarin devant sa galerie, gravure de Robert de Nanteuil, 1659
© BnF – département des Estampes et de la photographie RESERVE FT 6-QB-201 (172, 2)

Hélas, il n’existe pas d’équivalent pour donner à voir la « galerie basse » qui était dotée d’une antichambre à son extrémité nord avec un escalier d’accès direct au jardin. Seuls des inventaires et des descriptions permettent d’appréhender le contenu de la « galerie basse » du temps du Cardinal. Les collections de sculptures antiques sont ainsi connues grâce aux deux inventaires qui en furent dressés, l’un en 1653 par Colbert2, l’autre en 1661 après le décès du cardinal3.

Dans sa description des richesses du palais Mazarin, le comte Gabriel-Jules de Cosnac indiquait en 1884 que :

L’aile parallèle à la rue Vivien, laissant entre elle et cette rue un jardin qui subsiste encore, fut construite en appareil de briques à chaînes de pierre. Mansard surmonta les fenêtres du premier étage d’un attique sculpté représentant alternativement des guirlandes de fleurs et les faisceaux des armes de Mazarin. Cette aile contint deux galeries : celle du rez-de-chaussée, décorée par le pinceau de Grimaldi, fut consacrée aux marbres et aux statues4 ; celle du premier étage, ornée de tapisseries et de tentures en damas cramoisi avec les armes du cardinal, était garnie de tableaux et de cabinets précieux, de tables de Florence à dessins formés par des marbres découpés, de meubles en laque de Chine, de bras et plaques de vermeil, de chenets merveilleux, de bassins d’argent, de miroirs encadrés de plaques d’or et d’argent, d’écaillé et d’ivoire, de lustres de cristal et d’orfèvrerie, enfin d’objets d’art de mille sortes5. Un portrait du cardinal, qui a été gravé par Nanteuil, semblait présider à ces merveilles ; il s’était fait peindre assis dans la pièce précédant sa galerie que l’on voit en perspective, entouré des attributs de la science et des arts, tenant à la main le plan d’une ville fortifiée. […] Une salle, appelée salle des Antiques, était particulièrement consacrée aux bustes et aux statues des empereurs romains ; on y remarquait une statue d’Alexandre le Grand. Parmi les marbres, bustes ou statues répandus de toutes parts dans ce vaste palais énumérons : quatre statues d’Apollon, deux statues d’Adonis, trois statues de Mercure, deux Bacchus, deux Vénus, quatre Cupidon, un Hercule, Andromède lié par les mains au rocher, Orphée, deux Cérès, un satyre, une amazone, quatre consuls romains, Scipion l’Africain, les bustes des douze Césars, quatorze têtes de philosophe et d’orateur.

Gabriel-Jules de Cosnac (1819-1893), Les richesses du palais Mazarin : correspondance inédite de M. de Bordeaux,… (avec Mazarin) état inédit des tableaux et des tapisseries de Charles Ier mis en vente au palais de Somerset en 1650, inventaire inédit dressé après la mort du cardinal Mazarin en 1661, Paris : Renouard, 1884, p. 122. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6344808b/f144.item>.

Nous apprenons que la galerie présentait donc « quatre statues d’Apollon, deux statues d’Adonis, trois statues de Mercure, deux Bacchus, deux Vénus, quatre Cupidon, un Hercule, Andromède lié par les mains au rocher, Orphée, deux Cérès, un satyre, une amazone, quatre consuls romains, Scipion l’Africain ».

Le seul dessin représentant l’extrémité nord de la « galerie basse » fut identifié par le Conservateur au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale Roger-Armand Weigert et publié en 19496 :

La galerie basse du Palais Mazarin, milieu du XVIIIe siècle (National Museum, Collon Cronstedt), Stockholm
La galerie basse du Palais Mazarin, milieu du XVIIIe siècle (National Museum, Collon Cronstedt), Stockholm

Le dessin est désormais attribué à Claude Audran II (1639-1689)7. Il représente notamment la niche de gauche abritant une statue où R.-A. Weigert « a pu reconnaître l’une des quatre Bacchantes signalées dans les inventaires des collections de Mazarin, qui ont atterri à la Glyptothèque de Munich après diverses transactions au cours du XIXe siècle »8.

Symétrique, dans chacun de ses petits côtés, la galerie présente deux niches qui étaient donc garnies de quatre caryatides, en France au moins depuis le XVIIe siècle, et qui sont passées de la collection du cardinal Mazarin aux collections royales.

L’une des caryatides a peut-être été dessinée en 1618. Cela a fait supposer que la sculpture avait été dessinée à Paris à cette date et que la série des quatre caryatides était alors en possession royale.

Le dessin de 1618 a fait l’objet d’une gravure par Jan de Bisschop (1628-1671) dans ses Paradigmata graphices variorum artificum9 :

Sur la gravure, sur le vase que porte la caryatide sur la tête, on reconnaît un satyre poursuivant une nymphe, ce qui incite à penser qu’il s’agit du seul calathos antique sur lequel sont représentés deux Ménades en fuite et un satyre jouant de la flûte, lui aussi en train de courir.

En 1793, les quatre caryatides que Mazarin avait peut-être acquises de la collection de Thomas Howard, Comte d’Arundel (1586-1646) où l’une des caryatides — la n° 305 ? — avait été dessinée en 161810, sont passées au musée du Louvre.

Déclarées être en marbre de Carrare, d’une hauteur de 2,10 mètres, les caryatides sont mentionnées dans le Musée de sculpture antique et moderne ou Description historique et graphique du Louvre du comte Frédéric de Clarac, mais en leur attribuant les numéros 166-169 — au lieu de 167-170 — et une hauteur de 7,41 m !

Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne, ou Description historique et graphique du Louvre et de toutes ses parties, des statues, bustes, bas-reliefs et inscriptions du Musée royal des antiques et des Tuileries et de plus de 2500 statues antiques..., t. 3, Paris : Imprimerie nationale, 1850, n° 814E, p. 146
Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne, ou Description historique et graphique du Louvre et de toutes ses parties, des statues, bustes, bas-reliefs et inscriptions du Musée royal des antiques et des Tuileries et de plus de 2500 statues antiques…, t. 3, Paris : Imprimerie nationale, 1850, n° 814E, p. 146. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86263282/f686.item>.

Cette erreur de mesure provient du fait que le comte de Clarac a recopié la notice que Ludwig von Schorn a publié dans sa description de la glyptothèque de Munich11, pensant que les mesures étaient fournies dans le système métrique qui ne fut en réalité adopté par l’Allemagne qu’en 1872. Avant cela, 1 mètre mesurait = 3,18620 preuß. Fuß (pied prussien)12. Ludwig von Schorn signale un marbre de Luna, c’est-à-dire désigné selon le nom du port d’où était exporté le marbre de Carrare, dit aussi le marmor Lunensis.

Klenze, Leo ; Ludwig von Schorn (1793-1842), Beschreibung der Glyptothek Sr. Majestät des Königs Ludwig I. von Bayern, München, 1858, p. 173, n° 171-174.
Klenze, Leo ; Ludwig von Schorn (1793-1842), Beschreibung der Glyptothek Sr. Majestät des Königs Ludwig I. von Bayern, München, 1858, p. 173, n° 171-174. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.11588/diglit.5089>.

Du Musée Napoléon, les caryatides furent remises au sculpteur Canova, représentant du Prince Albani dont la collection avait été saisie par la France en 1797 en vertu du traité de Tolentino et restituée à la famille en 1815, après la chute de Napoléon et en vertu du Congrès de Vienne, en échange de quatre Atlantes ((Selon les sources, il est question de quatre faunes barbus, qualifiés aussi de silènes.)) de la collection Albani exposés au Musée et que son directeur, Athanase Lavallée (1748-1818), a souhaité conserver.

Les quatre Atlantes Albani au Musée du Louvre, salle 405.
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Ma 599
Les quatre Atlantes Albani au Musée du Louvre, salle 405.
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Ma 599 – https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010278941

Mais les caryatides ne reprirent pas le chemin de l’Italie : elles furent acquises à Paris en 1815 par Louis de Bavière lors de la vente de la collection d’Alexandre Albani (1692-1779) organisée par Canova qui ne souhaitait pas engager des frais trop importants de rapatriement13.

Sur les 59 marbres antiques du Louvre provenant d’Alexandre Albani, 42 pièces furent achetées par le roi de Bavière le 5 décembre 1815 puis des œuvres « réservées » en janvier 1816, alors que Louis XVIII acquiert 20 sculptures le 9 décembre 181514. Ce sont les « diverses transactions au cours du XIXe siècle » évoquées par R.-A. Weigert dans son article.

La planche n° 445 fu volume des planches du tome III de l’étude du Comte de Clarac représente deux des caryatides :

Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne : planches : statues, tome III. Pl. 263 à 544 inclusivement, Paris : chez Victor Texier, 1832-1834, pl. 445
Clarac, Frédéric de (1777-1847), Musée de sculpture antique et moderne : planches : statues, tome III. Pl. 263 à 544 inclusivement, Paris : chez Victor Texier, 1832-1834, pl. 445, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626332z/f251.item

Sous le numéro 807 de la planche 442, le Comte reproduisait aussi d’autres caryatides provenant de la Villa Albani à Rome :

Selon F. de Clarac, ces caryatides de la Villa Albani sont des prêtresses de Cérès. Elles furent reprises dans le “Clarac” de poche, Salomon Reinach (1858-1932)15.

Le Musée du Louvre, dans son édition de l’Inventaire du Louvre de 1810, résume l’état de la connaissance relative aux caryatides qu’il a un temps conservées :  

Les antiques du Musée Napoléon : édition illustrée et commentée des volumes V et VI de l’Inventaire du Louvre de 1810, Paris : Réunion des musées nationaux, 2004, p. 53.

Désormais conservées à la Glyptothèque de Munich16, ces cariatides ont été dépouillées de leur montage moderne : leurs bras, les têtes avec les corbeilles et les pans de vêtements ont été retirés. Ces sculptures portent un chiffre romain gravé sur leur socle datant de cette provenance et non pas, comme l’a cru l’historien d’art H. Brunn, les « numéros qui désignaient ces statues dans l’inventaire du temple ou de l’édifice dont elles faisaient partie »17.

Les caryatides furent placées aux entrées de la salle romaine (Römersaal) de la Glyptothèque de Munich — aujourd’hui la Alexandersaal — où plusieurs photographies les immortalisèrent :

Römersaal in de Glyptothek in München, E. Reulbach, 1855-1885
Römersaal in de Glyptothek in München, E. Reulbach, 1855-1885, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.264092

Avant-guerre, en 1938, Wilhelm August Hahn en fit une aquarelle.

« Glyptothek, Blick vom Römersaal in den Saal der Heroen », 
Wilhelm August Hahn, 1938.
« Glyptothek, Blick vom Römersaal in den Saal der Heroen »,
Wilhelm August Hahn, 1938.

Des photographies de 1946 de la galerie bombardée par les Alliés au cours du second conflit mondial laissent voir ce qui reste de la salle avec les dites caryatides encore debout :

Le catalogue des sculptures romaines de la Glyptothèque de Munich reproduit l’état des cariatides avant leur démontage ainsi que leur état actuel, détaillant toutes les parties retirées, sauf les éléments modernes — bras et pans de vêtements18.

A part le dessin de Claude Audran II, les représentations de la galerie Mansart donnent à voir des niches vides, comme par exemple dans la gravure de 1855 qui illustre la salle de lecture du Cabinet des estampes installée dans la galerie :

Nouvelle galerie des gravures à la Bibliothèque impériale © Bibliothèque nationale de France, VA-237 (7)-FOL MFILM H 23422
Nouvelle galerie des gravures à la Bibliothèque impériale © Bibliothèque nationale de France, VA-237 (7)-FOL MFILM H 23422

C’est évidemment aussi le cas des gravures réalisées par François Courbin entre 1896 et 190219 :

Au Cabinet des Estampes. A la recherche des modes d’autrefois (1897)

De nos jours, bien que R.-A. Weigert ait caressé l’idée de remettre des moulages des cariatides d’origine à leur place, la niche de la galerie Mansart où se situait la caryatide dessinée par Claude Audran II reste vide, comme les trois autres.

Galerie Mansart de la BnF, 2023 © Olivier Jacquot
Galerie Mansart de la BnF, 2023 © Olivier Jacquot

Nous ignorons si les architectes et restaurateurs du projet Richelieu ont songé à réactiver le rêve formulé en 1949 par R.-A. Weigert, soit :

l’espoir difficile à réaliser, mais non irréalisable, que, grâce à un échange éventuel ou à la prise de moulages, un des plus remarquables ensembles architecturaux de la première moitié du XVIIe siècle, à Paris, puisse se rapprocher encore plus complètement de l’aspect qu’il présentait à l’apogée de sa splendeur.

Ce pourrait constituer l’aboutissement final du vaste chantier qui a conduit à la rénovation complète du Quadrilatère Richelieu de 2011 à 202220.

Notes

  1. Weigert, Roger-Armand, « Les différents emplacements du cabinet des estampes 1667-1954 », Bulletin d’information de l’A.B.F., p. 217. Disponible sur Internet, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49834-les-differents-emplacements-du-cabinet-des-estampes-1667-1954.pdf>. []
  2. H. d’Orléans, duc d’Aumale, Inventaire de tous les meubles du cardinal Mazarin dressé en 1653 et publié d’après l’original par le duc d’Aumale, Londres : Whittingham et Wilkins, 1861. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5625727m>. []
  3. Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits : [Mélanges de Colbert 75 : MAZARIN (Cardinal Jules) • Inventaires de ses meubles et œuvres d’art. Publié partiellement par le comte Gabriel-Jules de Cosnac (1819-1893), Les richesses du palais Mazarin : correspondance inédite de M. de Bordeaux,… (avec Mazarin) état inédit des tableaux et des tapisseries de Charles Ier mis en vente au palais de Somerset en 1650, inventaire inédit dressé après la mort du cardinal Mazarin en 1661, Paris : Renouard, 1884. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6344808b>. Voir aussi : « Inventaire du cardinal Mazarin (1661) », dans Boyer de Sainte-Suzanne, Émile-Victor-Charles de (1824-1884), Notes d’un curieux, Monaco : impr. du Journal de Monaco, 1878, p. [87]114. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5719111w>. []
  4. Cette galerie est aujourd’hui consacrée à la collection des estampes de la Bibliothèque nationale. []
  5. Cette galerie du premier étage, dépouillée depuis longtemps de ses richesses d’autrefois, a .été récemment restaurée; une toile économique, collée sur la muraille et peinte aux armes du cardinal, remplace les riches tentures. Ces armoiries, d’azur, à la hache d’armes d’argent dans un faisceau d’or lié d’argent, posé en pal, sont indéfiniment répétées sur un fond d’un ton peu heureux. Les manuscrits les plus précieux de la Bibliothèque nationale sont exposés dans des vitrines qui occupent le milieu et les parois de cette galerie; ce sont encore des richesses dignes de l’ancien possesseur de ce palais. []
  6. Weigert, Roger-Armand, « Note sur un dessin de la collection Cronstedt au Nationalmuseum de Stockholm, représentant la galerie basse du palais Mazarin », Bulletin de la société d’histoire de l’art français, 1949, p. 93-97. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bd6t53689383/f107.item>. Weigert, Roger-Armand, « Le Palais Mazarin, architectes et décorateurs », Art de France, 1962, n° 2, p. 154. Reuterswärd, P., « Drawings by Claude Audran II », Master drawings, 1964, 2, p. 152, n° 32.
    Il existe un autre dessin, également conservé à Stockholm, d’un « Groupe de statues féminines » dans la galerie basse du palais Mazarin donnant à voir deux caryatides, par le même artiste, reproduit dans : Michel, Patrick, Mazarin, prince des collectionneurs : les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin, 1602-1661 : histoire et analyse, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1999, fig. 207. []
  7. Bjurström, Per (1928-2017), « French Drawings : Sixteenth and Seventeenth Centuries », dans : Drawings in Swedish public collections, Stockholm : Nationalmuseum : Liber förlag, 1976, cat. n° 110, Nationalmuseum Cronstedt Collection 3131. []
  8. Olin, Martin, « Les dessins de galeries dans les collections de Nicodème Tessin le Jeune et ses successeurs conservées au Nationalmuseum de Stockholm », dans : Les grandes galeries européennes : XVIIe-XIXe siècles, [Versailles] : Centre de recherche du château de Versailles ; [Paris] : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010, p. 321. []
  9. Voir : Gelder, Jan Gerrit van (1903-1980) ; Jost, Ingrid (1926-1981), Jan de Bisschop and his icones & paradigmata : classical antiquities and Italian drawings for artistic instruction in Seventeenth century Holland, Doornspijk : Davaco, 1985, vol. 1, n° 97, p. 183-184 et vol. 2, pl. n° 97. []
  10. Patrick Michel postule qu’avant Mazarin, les caryatides provenaient de la collection Cesarini. Cf. Michel, Patrick, Mazarin, prince des collectionneurs : les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin, 1602-1661 : histoire et analyse, Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1999, fig. 10, p. 71 et n. 229, p. 96-97. []
  11. L’édition de 1858 est en ligne : Klenze, Leo ; Ludwig von Schorn (1793-1842), Beschreibung der Glyptothek Sr. Majestät des Königs Ludwig I. von Bayern, München, 1858, p. 173, n° 171-174. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.11588/diglit.5089>. []
  12. Ou 1,4994 Ellen (coudées) = 0,53103 Faden (brasses) = 0,47793 Lachter = 0,26552 Ruthe. []
  13. Cette appartenance temporaire à la collection Albani a fait croire à certains que les caryatides faisaient partie des sculptures ramenées d’Italie dès 1797 : selon l’archéologue Heinrich Bulle (1867-1945), les marbres ne provenaient pas de la collection Albani mais du château de Versailles : « Nicht, wie Brunn und Schorn annahmen, aus Villa A[l]bani, sondern “aus der alten Versailler Sammlung” » [Non pas de la villa Albani, comme le pensaient Brunn et Schon, mais “de l’ancienne collection versaillaise”.]. Cf. Arndt, Paul ; Amelung, Walther (1865-1927), Photographische Einzelaufnahmen antiker Sculpturen, Serie III, München : Verlagsanstalt F. Bruckmann A.-G., 1897, n° 859-862, p. 44-45. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bub_gb_7DErAAAAYAAJ/page/n140/mode/1up>. []
  14. Féret, Sophie, « Une exemple de spoliation négociée : les antiques Albani à Paris », dans : Les antiques du Louvre : une histoire du goût, d’Henri IV à Napoléon 1er, Paris : Fayard : Musée du Louvre, 2004, p. [177]. []
  15. Reinach, Salomon (1858-1932), Répertoire de la statuaire grecque et romaine. I. “Clarac” de poche, contenant les bas-reliefs de l’ancien fonds du Louvre et les statues antiques du Musée de sculpture de Clarac, avec une introduction, des notices et un index, Paris : E. Leroux, 1906, t. 1, p. 217-218. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/repertoirestatua01rein/page/216/mode/2up>. []
  16. Voir, par exemple, les catalogues :
    – Furtwängler, Adolf (1853-1907), Catalogue sommaire de la glyptothèque fondée par le roi Louis Ier à Munich, München : Kastern & Lossen, 1900, n° 305-306, p. 45. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6264328p/f59.item> et n° 371-372, p. 48 <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6264328p/f62.item>.
    – Furtwängler, Adolf (1853-1907), Beschreibung der Glyptothek König Ludwig’s zu München. 2. Auflage, besorgt von P. Wolters, München : A. Buchholz, 1910, n° 305, p. 338, n° 306, p. 338-339, n° 371-372, p. 368-369. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.11588/diglit.834#0001>. []
  17. Brunn, Heinrich (1822-1894), Description de la glyptothèque fondée par le roi Louis I. à Munich, 2e édition française, Munich : Th. Ackermann, 1879, n° 167-170, p. 205-206, citation p. 206. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6240614w/f220.image>. []
  18. Fuchs, Michaela, Römische Idealplastik, München : Verlag C.H. Beck, 1992, 1 vol. (VIII-258 p.) : ill. ; 28 cm. – (Glyptothek München. Katalog der Skulpturen ; Band VI). Les quatre caryatides portant originellement les numéros 167, 170, 371, 372 sont conservées sous les numéros : Gl. 305, 306, 371, 372, 306E, 371A, 372A et figurent sous le n° 15, p. 89-125. []
  19. Voir : Olivier Jacquot, « Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : centre de documentation des couturières et des modistes ». Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 5 août 2023. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/33234>. []
  20. « Les enjeux du projet Richelieu », bnf.fr, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/les-enjeux-du-projet-richelieu> et <https://www.bnf.fr/sites/default/files/2022-08/DP_BnF_Richelieu.pdf>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (20 octobre 2023). Les cariatides de la Galerie Mansart de la Bibliothèque impériale. Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m40g


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search